Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/12/2017

Les snipers de la semaine... (155)

Trintignant_Le combat dans l'île.jpg

 

Au sommaire cette semaine :

- sur Les carnets d'un promeneur, le journaliste Patrice-Hans Perrier dézingue le Pape François et son œcuménisme, basé sur les tables de la loi mondialiste...

Noël en goguette

Pape François_Migrants.jpg

- sur Idiocratie, des Idiots allument le laïcisme pavlovien et grotesque qui défraie presque quotidiennement la chronique...

L'endive de Noël

Crèche_polémique.jpeg

De Benoist, Levy, Cluzel et Riocreux explorent le féminisme...

Dans ce nouveau numéro de l'émission de TV Libertés, « Les idées à l’endroit », Alain de Benoist reçoit Elisabeth Lévy, journaliste et directeur de Causeur, Gabrielle Cluzel, journaliste, et Ingrid Riocreux, agrégé de français et auteur de La langue des médias (Toucan, 2016), pour évoquer la question du féminisme.

 

                             

30/12/2017

Philosophie et idéologies trans/posthumanistes...

Les éditions Vrin viennent de publier un essai de Gilbert Hottois intitulé Philosophie et idéologies trans/posthumanistes. Philosophe, spécialiste de la question de la techno-science, Gilbert Hottois a notamment dirigé l'Encyclopédie du trans/posthumanisme (Vrin, 2015).

Hottois_Philosophie et idéologies transposthumaniste.jpg

" Jusqu'ici, c'est principalement outre-Manche et outre-Atlantique que des philosophes se sont efforcés d'élaborer la nébuleuse trans/posthumaniste en un discours cohérent argumenté prenant en charge des questions indispensables à notre temps et fécondes pour l'avenir. Le transhumanisme n'est pas la pensée d'un seul. Ses idées s'expriment à partir de nombreux champs disciplinaires : médecins, ingénieurs, entrepreneurs, biologistes, philosophes, théologiens, informaticiens, roboticiens, etc. En même temps, il ouvre la voie pour une approche intégrée, unifiée, d'idées autrement éparses et morcelées : de la métaphysique à l'éthique et au politique en passant par des analyses relatives à l'épistémologie, à l'anthropologie, à l'esthétique, aux philosophies de la technique, du langage et de la religion. Est propre au transhumanisme l'accentuation des technologies matérielles qui invitent à repenser l'anthropologie philosophique sous l'angle de la technique. Prendre au sérieux le transhumanisme invite à se méfier également de sa rhétorique technolâtre, prophétique ou commerciale, et des procès faciles et répétés qui lui sont adressés. Loin du court-termisme idéologique et utopiste, le trans/posthumanisme renvoie à la temporalité de l'Evolution ainsi qu'à celle de la science elle-même, empirique, laborieuse, provisoire, invitant à un transhumanisme prudent, patient, persévérant et modeste. "

Concurrence des soupçons...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de François-Bernard Huyghe consacré à la concurrence des soupçons entre la France d'en haut et celle d'en bas... Spécialiste de la guerre de l'information et directeur de recherches à l'IRIS, François Bernard Huyghe a publié notamment Les maîtres du faire-croire (Vuibert, 2008), Think tanks - Quand les idées changent vraiment le monde (Vuibert, 2013) ou La désinformation - Les armes du faux (Armand Colin, 2015).

 

françois-bernard huyghe, fake news, vérité,

Concurrence des soupçons
 
Nous vivons à l’ère des soupçons concurrents. Il y a le soupçon — répandu plutôt dans les classes éduquées - que la population deviendrait comme allergique au vrai. Complaisante face aux mensonges de politiciens assumant ne plus se laisser borner par les faits, résistante aux preuves scientifiques (du réchauffement climatique, de la nécessité des vaccins, etc.)... Bref, crainte que l’évidence des faits et des savoirs ne puisse plus s’imposer et que les manipulateurs poutino-populistes ne séduisent des masses que, curieusement, les médias traditionnels ne parviennent plus à rééduquer.

S’y oppose le soupçon symétrique que tout ce qui vient d’en haut, des sachants, des experts, des professionnels de l’information, etc., forme un gigantesque rideau de fumée destiné à rassurer le peuple où à lui dissimuler les « vraies questions ».
Dans tous les cas, des sondages montrent avec constance combien diminue la confiance populaire dans les médias ou, plus récemment, que la liberté d’expression est menacée dans les mêmes médias (76%).

Bien entendu, nous ne disposons d’aucun moyen scientifique de mesurer quelque chose qui ressemblerait à un taux de résistance des masses aux faits et aux sciences et qui varierait suivant les époques. Les gens d’il y a cinquante ans étaient-ils plus ou moins complaisants face aux démagogues ? moins victimes de l’intoxication et de l’idéologie ? plus ou moins enclins à croire aux remèdes de bonnes femmes ou aux extra-terrestres, moins pénétré de l’évidence de l’évolution et de la climatologie ou des bienfaits de la médecine ?

Mais nous pouvons constater empiriquement que les discours se multiplient sur la question dite de la post-vérité tandis que l’accusation de falsification envahit le débat : falsification politique (fake news, complotisme, interférences étrangères dans les élections) ou contestation des acquis de la science.

Un exemple : le nombre de magazines qui ont consacré un numéro spécial à «  La vérité est-elle morte ?», « L’ère de la désinformation », « Y a-t-il encore une vérité ? », « La défaite de la vérité».

Que les faits nus - des événements qui se sont ou non déroulés et sont ou non susceptibles d’être prouvés - puissent être interprétés en des sens opposés, d’un point de vue moral, historique opposés, différemment évalués en fonction du bien commun (et peut-être de nos intérêts)..., rien de plus normal. Qu’il subsiste des divisions idéologiques - sans doute moins simples qu’à l’époque où une partie de la population française était persuadée que l’URSS était un paradis, et l’autre que les Algériens adoraient la présence française -c’est inévitable. Ce à quoi nous assistons est différent : le fait que nous soyons autant obsédés par le trucage et l’intoxication et que nous leur prêtions un tel rôle historique (le Brexit, l’élection de Trump et le référendum de Catalogne présentés comme la conséquence quelques fake news russes p.e.). La contestation des évidences proclamées et celles des autorités chargées de les valider, atteint une virulence inégalée.
Mais au fait comment savons-nous ce qui est faux ?

Un intéressant numéro de Scientific American. rappelle assez opportunément ce qu’est une « certitude » au sens d’une théorie dominante que personne dans la communauté des chercheurs n’a réussi à remplacer ou mettre en défaut. En clair, cela implique que le consensus sur l’évolution, les vaccins, le climat ou l’innocuité pour le consommateur est présumé résister à la vérification théorique par leur cohérence avec les autres acquis, comme à la vérification expérimentale. C’est du moins ce que nous devons admettre, simples. citoyens qui n’avons pas une vie à consacrer à devenir experts en ces domaines : s’il y a quasi unanimité d’un côté et que les théories alternatives ne fonctionnent sur une bonne dose de suppositions improbables, il vaut mieux croire que la terre n’est pas plate, que les médicaments guérissent, etc.

La situation est différente pour les fausses nouvelles puisque, par définition, ce sont des faits qui sont censés ne s’être produits qu’une fois et pas forcément avoir laissé énormément de témoins ou de traces. Globalement on prouve qu’il y a « fake news » de deux manières. Soit on démontre le trucage : cette photo a été prise ici, pas là, ce document a été retouché, ce témoin n’existe pas... Soit on renvoie à des sources ou des documents sensés faire foi.

Dans tous les cas, il y a une terrible panne de l’autorité. On peut sans doute trouver des explications psychologiques (biais cognitifs, préjugés et passions), sociologiques (scepticisme des « périphériques »), voire technologiques (les réseaux numériques exposant les interprétations les plus hétérodoxes de la réalité et les renforçant). Mais la perte de références a priori indiscutables - la loi des choses ou le déroulement des choses - constitue la surprise la plus ironique pour des sociétés qui se veulent positives et transparentes.
 
François-Bernard Huyghe (Huyghe.fr, 26 décembre 2017)

29/12/2017

Les pendules à l'heure...

Les éditions Dualpha viennent de publier un livre de souvenirs de Pierre Monnier intitulé Les pendules à l'heure. Ami et confident de Céline dans l'immédiat après-guerre, il est de ceux qui ont permis la republication des œuvres du grand maudit des lettres françaises. Les Lettres à Pierre Monnier (1948-1952) de Louis-Ferdinand Céline ont été publiées par Gallimard en 2015.

 

Monnier_Les pendules à l'heure.jpg

" L’ami, le confident de Céline, remet les pendules à l’heure pour nous raconter ce que fut la réalité de la vie sous l’Occupation, les trahisons, les bassesses, l’héroïsme, le courage ou les mensonges qui nous firent tant de mal. Pierre Monnier nous décrit aussi avec brio les événements qui ont précédé le 10 mai 1940 : la trahison anglaise, le jeu des communistes, la lâcheté des dirigeants français…

Tout cela, non seulement il l’a vécu, mais il le raconte avec sa verve accrocheuse et il dévoile les rôles tenus par certains, leur double jeu, leurs compromissions. Après un tel livre, les prébendiers de la Résistance ne sortiront pas indemnes de soixante-dix années de mensonges et de falsifications de l’Histoire. Les pendules à l’heure : un livre à découvrir d’urgence pour faire taire les assassins de la mémoire.

Lire Pierre Monnier, c’est aussi entrer dans l’intimité d’un témoin de l’histoire qui fut l’ami ou le confident des grands noms du XXe siècle : Louis-Ferdinand Céline bien sûr, qu’il fut le premier à oser rééditer après-guerre, mais aussi Robert Brasillach, Thierry Maulnier, Kleber Haedens, Charles Maurras, Léon Daudet et bien d’autres.

Grâce à Pierre Monnier, un grand nombre de mensonges volent en éclats, des évidences s’imposent, et l’adversaire principal surgit au grand jour, comme le cloporte que l’on découvre en soulevant une pierre. Il rapporte ce qu’il a observé avec une claire objectivité, sans concessions et dans la langue la plus directe. Il porte sur les hommes et les faits le regard le plus pénétrant, le plus révélateur et donne ainsi une vision authentique de ces années de fer, de feu et de sang qu’il libère de tous les mensonges dont elle est grevée par ceux qui s’acharnent à mettre le peuple de France en « condition ».

Ce livre de l’honnêteté historique est, par voie de conséquence, le plus irritant pour les groupes de pression qui prétendent réduire notre mémoire à une perception limitative, réduc­trice et manichéenne.

Les Pendules à l’heure, c’est l’arme au service de chaque Français pour une intrépide libération de la mémoire et du jugement… "

Femmes plus petites que les hommes : un complot phallocrato-carniste ?...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Philippe Lemoine, cueilli sur Figaro Vox et consacré à la polémique autour des origines du dimorphisme sexuel dans les sociétés humaines lancée par une anthropologue féministe du CNRS. Philippe Lemoine est chercheur en logique et en épistémologie.

Sur le même sujet, on pourra également lire les articles de Peggy Sastre sur Slate :

Si les femmes sont plus petites que les hommes, ce n'est pas à cause du steak

Pourquoi autant de médias ont relayé la thèse du «patriarcat du steak»

 

Kalidor.jpg

Conan, phallocrate carniste des Ages sombres, surpris dans son antre

par l'anthropologue féministe Priscille Touraille...

 

Femmes plus petites que les hommes : un complot phallocrato-carniste ?

C'est un fait que, aussi bien sur le plan physiologique que psychologique, les hommes et les femmes sont différents. Les différences physiologiques sautent tellement aux yeux qu'il ne vient à personne l'idée de les nier. Non seulement les hommes et les femmes ont des organes sexuels différents, mais les hommes sont en moyenne plus grands que les femmes, ont une masse musculaire bien plus importante même en tenant compte du fait qu'ils sont plus grands, etc. L'ensemble de ces différences physiologiques entre hommes et femmes constitue ce qu'on appelle le dimorphisme sexuel.

Il est plus commun de nier l'existence de différences psychologiques entre les sexes, mais celles-ci sont pourtant également bien établies, notamment sur le plan des traits de personnalité. Mais l'existence de différences psychologiques entre hommes et femmes ne nous dit rien sur leur origine. Elles pourraient être le produit de différences génétiques entre hommes et femmes, de facteurs culturels ayant pour conséquence que les garçons et les filles ne sont pas traités de la même façon, d'une combinaison des deux et/ou d'une interaction subtile entre facteurs naturels et culturels. Les féministes ont tendance à nier l'importance des facteurs naturels et à affirmer que, dans la mesure où il existe des différences psychologiques entre hommes et femmes, elles sont le produit de l'ensemble de forces sociales qu'ils appellent le patriarcat. (Peu importe qu'il semble que, dans les pays où l'égalité entre les sexes est plus importante, les différences psychologiques entre les sexes sont également plus marquées.) Mais c'est beaucoup plus difficile dans le cas du dimorphisme sexuel, qui est généralement présumé être entièrement le fruit de forces naturelles.

C'est précisément cette idée qu'est venue remettre en cause Priscille Touraille, anthropologue au CNRS, dans un livre publié en 2008. Selon elle, si le fait que les hommes sont en moyenne plus grands que les femmes s'explique principalement par des différences génétiques entre les sexes, ces différences elles-mêmes sont le produit de facteurs culturels ayant influencé l'évolution de notre espèce. Touraille remarque d'abord que, pour des raisons médicales diverses, les risques de complication pendant la grossesse et l'accouchement sont moins importants chez les femmes plus grandes et leurs enfants ont de meilleures chances de survie.

D'après elle, les femmes ayant des gènes codant pour une plus grande taille auraient par conséquent dû avoir un succès reproductif plus important et donc transmettre leurs gènes plus souvent, ce qui aurait dû rendre les femmes aussi grandes, voire peut-être même plus, que les hommes. Or, comme nous l'avons vu, ce n'est pas le cas: les hommes sont plus grands que les femmes, bien qu'à des degrés divers, dans toutes les sociétés humaines.

Pour expliquer ce qu'elle voit comme un paradoxe, Touraille affirme que, dans la plupart des sociétés mais notamment dans les sociétés de chasseurs-cueilleurs (comme l'étaient nos ancêtres pendant la plus grande partie de l'évolution de notre espèce), les femmes avaient un accès restreint à la nourriture, notamment à la viande que les hommes se réservaient en priorité. Comme les besoins énergétiques d'un individu, peu importe son sexe, sont d'autant plus importants qu'il est grand, les femmes plus grandes avaient de ce fait moins de chance de survivre et de se reproduire.

Le sexisme des hommes préhistoriques aurait donc créé une pression sélective suffisante pour contrecarrer celle issue du fait que les femmes plus grandes ont moins de complications obstétriques et que leurs enfants survivent plus souvent. Autrement dit, si les hommes de Cro-Magnon avaient lu Judith Butler, les femmes ne seraient peut-être pas plus petites que les hommes aujourd'hui…

Cette théorie a récemment remporté un grand succès auprès des féministes et fait l'objet d'une couverture médiatique où l'on chercherait en vain le moindre esprit critique. En 2014, Arte a notamment diffusé un documentaire qui présentait cette théorie, qui avait fait l'objet d'une recension dansLe Monde et d'un article de la part de l'AFP. Elle a connu un regain de popularité ces dernières semaines, durant lesquelles elle a notamment été défendue sur RFI, France Inter et Libération. C'est aussi dû à la publication d'un livre de la journaliste Nora Bouazzani, dans lequel elle reprend cette thèse, qui a été recensé favorablement sur Slate,Télérama, etc. et a été présenté par l'auteur dans une vidéo sur le site de l'Obs. Même Françoise Héritier, anthropologue au CNRS (qui avait dirigé la thèse de Priscille Touraille), reprenait cette théorie sans la moindre réserve dans une interview au Monde peu avant son décès.

Dans tous les cas, pas le moindre doute n'est émis quant à la validité de cette théorie, qui est le plus souvent présentée comme un fait établi. Le moins que l'on puisse dire est que, pour des gens qui nous rebattent les oreilles à longueur de journées au sujet des méfaits supposés du patriarcat, les féministes ont plutôt bonne presse! C'est d'autant plus remarquable que la théorie de Touraille est très loin d'être un fait scientifique établi et que les raisons de douter de sa validité ne manquent pas. Je n'en évoquerai ici que quelques unes, sans prétendre clore le débat, qui de toute façon ne peut pas être réglé dans les pages du Figaro.

D'abord, la théorie de Touraille repose sur l'hypothèse que chez nos ancêtres les femmes étaient moins bien nourries que les hommes, mais les données dont nous disposons sont assez pauvres à ce sujet. Elle note que, dans beaucoup de sociétés de chasseurs-cueilleurs contemporaines, des chercheurs ont observé que les femmes étaient sujettes à des restrictions alimentaires dues à l'existence de tabous divers et variés, mais ces observations n'ont quasiment jamais donné lieu à des études quantitatives du type qui serait requis pour établir cette hypothèse indispensable à la théorie de Touraille.

D'autre part, s'il est bien établi que les femmes plus grandes ont moins de complications obstétriques, il ne s'ensuit pas qu'elles ont un succès reproductif plus important. Il est possible que cet avantage qu'ont les femmes grandes soient plus que compensé par des inconvénients qui résultent d'autre part de leur grande taille. En particulier, plus un individu est grand, plus ses besoins énergétiques sont importants. Or, dans la plupart des endroits et à la plupart des époques, les êtres humains ont été confronté à la disette, y compris chez les chasseurs-cueilleurs. Le fait que les femmes petites ont des besoins énergétiques moins importants a donc pu leur conférer un avantage.

On répondra que, pour la même raison, les hommes petits auraient également dû être avantagés et avoir un succès reproductif plus important. Mais c'est oublier que, contrairement aux hommes, les femmes étaient souvent enceintes ou avec des enfants en bas âge qu'elles devaient allaiter. (D'autant que les infortunées femmes de Cro-Magnon n'avaient pas accès à la pilule.) Or la grossesse et l'allaitement, qui chez l'être humain durent très longtemps, augmentent radicalement les besoins énergétiques de la femme. C'est d'ailleurs l'une des explications qui ont été proposées pour expliquer le dimorphisme sexuel chez les primates.

En effet, le dimorphisme sexuel n'existe pas que dans notre espèce, mais il est fréquent dans le règne animal. En particulier, chez les mammifères et plus encore chez les primates, les mâles sont généralement plus gros que les femelles. (C'est notamment vrai chez les chimpanzés, nos cousins les plus proches.) Il existe de nombreuses hypothèses pour expliquer ce phénomène, dont certaines pourraient également s'appliquer à l'homme.

En particulier, d'après l'hypothèse de la sélection sexuelle (qui remonte à Darwin), il y a une compétition entre les mâles pour l'accès aux femelles et, de ce fait, les plus gros sont favorisés par l'évolution car ils ont plus de chances de sortir vainqueurs de combats et/ou d'être choisis par les femelles pour se reproduire. Il y a de nombreuses raisons de penser que la sélection sexuelle explique en partie le dimorphisme sexuel dans notre espèce. D'ailleurs, la théorie de Touraille n'est pas incompatible avec l'hypothèse de la sélection sexuelle, ni avec beaucoup d'autres explications du dimorphisme qui ont été proposées.

Surtout, même si Touraille avait raison, ça ne nous dirait rien sur le sexisme aujourd'hui. On se doute que les hommes de Cro-Magnon se fichaient pas mal de l'égalité hommes-femmes, mais quand bien même leur sexisme aurait-il contribué au dimorphisme actuel (ce qui est douteux), ça ne prouverait pas l'existence du patriarcat aujourd'hui. La théorie de Touraille, même si elle n'est pas vraie, illustre la façon dont la sélection sexuelle peut interagir avec la culture, ce qui est important et souvent méconnu, mais elle n'aide guère les féministes d'aujourd'hui, sinon à leur donner la satisfaction un peu dérisoire, voire même franchement puérile, de penser que même la différence de taille entre hommes et femmes est un produit du sexisme.

Philippe Lemoine (Figaro Vox, 26 décembre 2017)