Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Métapo infos - Page 6

  • L'erreur et l'orgueil...

    Les éditions du Toucan publient cette semaine un essai de Roger Scruton intitulé L'erreur et l'orgueil - Penseurs de la gauche moderne. Philosophe conservateur anglais, Roger Scruton est l'auteur de nombreux essais dont quelques uns ont été traduits en français, comme De l'urgence d'être conservateur (Toucan, 2016) ou Conservatisme (Albin Michel, 2018).

     

    Scruton_L'erreur et l'orgueil.jpg

    " Le philosophe anglais Roger Scruton passe en revue les thèmes et ouvrages des principaux penseurs qui ont influencé la gauche occidentale des cinquante dernières années  : E. P. Thompson, Michel Foucault, Ronald Dworkin, R. D. Laing, Jurgen Habermas, Gyorgy Lukacs, Jean-Paul Sartre, Jacques Derrida, Slavoj Zizek, Ralph Milliband, Eric Hobsbawm et Alain Badiou.
    Qu’est-ce que la gauche pour ces intellectuels  ?  Par quels détours le combat historique de la gauche pour l’égalité a-t-il pu délaisser la classe ouvrière pour les minorités  ?  Quelles responsabilités pour les intellectuels de gauche dans les désordres, déséquilibres et fragmentations de la société contemporaine  ?  Peut-il y avoir une base pour la résistance à l'agenda de gauche sans foi religieuse ?
    Après les évaluations critiques de chacune des œuvres des penseurs choisis, le livre propose une section biographique et bibliographique qui résume leurs carrières et écrits les plus importants. "

    Lien permanent Catégories : Livres 0 commentaire Pin it!
  • Le retour du peuple, communauté de lutte...

    Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Jure Georges Vujic, cueilli sur Polémia et consacré au retour du peuple au travers de la révolte des Gilets jaunes... Avocat franco-croate, directeur de l’Institut de géopolitique et de recherches stratégiques de Zagreb, Jure Georges Vujic est l'auteur de plusieurs essais, dont Un ailleurs européen (Avatar, 2011) et  Nous n'attendrons plus les barbares - Culture et résistance au XXIème siècle (Kontre Kulture, 2015).

     

    gilets-jaunes_Clermont-Ferrand.jpeg

    Le retour du peuple, communauté de lutte

    Il n’y a pas si longtemps, Pierre Rosanvallon, dans Le peuple introuvable, posait la question de la  représentation effective du peuple dans nos vieilles démocraties parlementaires. Les apôtres  du libéralisme ayant proclamé le règne de l’individu-roi, la souveraineté du peuple – qui reste pourtant le fondement de la démocratie – se voyait sacrifiée au nom de la société de marché, la plus conforme au capitalisme tardif, de la séduction et du désir. Et pourtant, le peule insaisissable, le peuple essentialisé et sanctifié par les idéologies de la modernité, revint au-devant de la scène politique, dans la rue avec les gilets jaunes, parfois de façon brutale, mais en tant que force de contestation incontournable.

    Cette présence du peuple au réel, au quotidien, n’est plus une abstraction, mais l’évidence même du principe politique de la démocratie, une réalité agonale qui unifie le principe naturel Fichteien du « droit du sang »  et la communauté de volonté Renanienne qui en appelle à « un plébiscite de tous les jours ».
    C’est cette réalité, ce come back du peuple enraciné en tant que moteur de l’histoire, que l’hyperclasse globaliste s’efforce de nier et de réprimer. Alors que la démocratie parlementaire constituait, depuis deux siècles, l’horizon intouchable du bien politique, aujourd’hui elle semble trahie et toucher à son terme. Aujourd’hui, le divorce entre peuple et oligarchie globale gouvernante se gargarisant de ses discours, est bel et bien consommé, et les lignes de front seront à la fois sociales et communautaires.

    Nous assistons de plus à l’émergence d’une conflictualité intra-étatique et non plus inter-étatique. Une conflictualité au sein de laquelle le peuple en tant que communauté de destin se définira à l’avenir, comme le souligne Charles Chaumont, par « l’histoire de ses luttes », une histoire qui reste à écrire…

    En effet, Pour Charles Chaumont, contrairement au droit international classique, fondé sur la volonté des seuls gouvernants, le droit international contemporain se caractérise par l’irruption du peuple comme réalité historique dans la scène internationale. Une irruption qui introduit une véritable rupture critique dans la manière de penser l’ordre juridique international.
    Deux siècles plus tard, on assiste à la convergence entre la « communauté de destin » de l’austro-marxiste Otto Bauer, qui permet d’opérer une articulation entre le peuple-en-soi et le peuple-nation, ce nouveau « bloc historique » Gramscien, porteur de transformation sociale. En effet, c’est la grande leçon de Gramsci qui avait bien vu les limites d’une telle conception anti-nationale et pour lequel l’expression de peuple-nation (« popolo-nazione ») s’insérait dans le cadre du bloc historique et d’hégémonie, tout en étant l’expression du sentiment national mise en perspective selon une stratégie sociale révolutionnaire stratégique inclusive et émancipatrice.

    C’est bien cette rencontre entre la dimension « populaire-nationale » et la lutte sociale, qui échappe aux carcans des partis de la droite bourgeoise, ainsi qu’au monopole idéologique de l’antifascisme sansfrontiériste et internationaliste, qui fait la singularité d’un peule en lutte qui devient « fait social total ». En effet, la gauche antifasciste reste profondément réactionnaire, bourgeoise et anti-populaire, car prisonnière d’une approche anti-identitaire et a-nationale, elle n’a jamais su ancrer sa vision de « société des producteurs » dans une vaste communauté organique enracinée, dans le cadre d’une identité historique propre.
    La même aporie est vérifiable chez le marxisme messianique historique qui transfère cette téléologie historique (« le sens de l’histoire ») de la nation vers le prolétariat international (ou plus exactement transnational) en oubliant que toute révolution sociale s’inscrit dans une culture nationale spécifique. C’est aussi la raison pour laquelle le capitalisme libéral contemporain, qui glorifie le marché transnational et le cosmopolitisme culturel a trouvé un allié privilégié dans le discours sans-frontiériste libéral-libertaire de gauche.

    Depuis l’ordre international Wilsonnien qui, à la fin de première guerre mondiale, instrumentalisa le principe du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes afin de décoloniser le monde et d’assurer le démantèlement des empires multiethniques, la notion de peuple comme « force créatrice » dans la dynamique du droit international fut peu à peu évacuée au profit de la volonté des seuls gouvernants, et du discours sociétal sur les droits de l’homme et sur le droit des minorités.
    L’actuelle progression des mouvements populistes, le réveil des couches populaires et moyennes socialement marginalisées et déclassées de part l’Europe, démontrent que le peuple reste une force de contestation à la fois sociale et identitaire incontournable. Le principe des luttes de libération nationale de l’époque coloniale cède le pas au droit des peuples à témoigner d’eux-mêmes, le droit à l’auto-détermination se transformant en droit à l’auto-conservation et du droit à rester eux-mêmes à l’époque post-nationale et face à la logique marchande et uniformisante des Etats oligarchiques, satellisés par les instances supranationales et globalistes. Nul ne sait si ce phénomène général de clivage entre peuple et élites engendrera à long terme une possible inversion des jeux de puissance et des retournements qui peuvent, à terme, changer l’état de la société internationale.

    Jure Georges Vujic (Polémia, 25 février 2019)

    Lien permanent Catégories : Points de vue 0 commentaire Pin it!
  • Le projet transhumaniste...

    Le nouveau numéro de la revue Réfléchir & agir (n°61 - Hiver 2019) est disponible en kiosque. Le dossier est consacré au transhumanisme... On notera la présence d'une nouvelle rubrique consacrée aux jeux de société.

    Réfléchir&Agir 61.jpg

    Au sommaire :

    Tour d'horizon

    Antipasti

    Le péril jaune, par Eric Lerouge

    DOSSIER : Surmonter le transhumanisme

    A la recherche de l'immortalité en URSS , par Christian Bouchet

    Transhumanisme et eugénisme, par Klaas Malan

    Entretien avec Julien rochedy
    Les démiurges de la Silicon Valley, par Eugène Krampon

    L'éternel fantasme de l'éternité, par Aristide Leucate

    Google, arme de déconstruction massive, par Thierry Thodinor

    Le retour des dieux, par Klaas Malan

    Grand entretien

    Michel Marmin

    Réflexion

    La figure de l'Anarque, par Edouard Rix

    Histoire

    Americana, par Christian Bouchet

    Héros

    Julien, sous les feux d'Hélios-roi, par Bruno Favrit

    Littérature

    La lucidité amère de Flaubert, par Pierre Gillieth

    Un livre est un fusil

    Papacito, Carnets de guerre, par Jean Kervoyal

    Notes de lecture

    Musique

    Il était une fois Ennio Morricone, par Pierre Gillieth

    Disques

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Revues et journaux 0 commentaire Pin it!
  • Alerte dans les médias : France fracturée et colère des « petits Blancs » !...

    Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Nicolas Gauthier cueilli sur Boulevard Voltaire et consacré à l'alarme des médias face à une France qui leur échappe...

    Express_le Point.jpg

     

    Alerte dans les médias : France fracturée et colère des « petits Blancs » !

    Tout arrive : des hebdomadaires tels que Le Point et L’Express se rendent enfin compte que des humains persistent à vivre au-delà du périphérique parisien et des abords des grandes métropoles. C’est tout bonnement épatant.

    Dans Le Point, Jérôme Fourquet, interrogé pour son dernier ouvrage, L’Archipel français, dresse un portrait de notre pays venant compléter les travaux du démographe Christophe Guilluy, connu pour avoir mis en lumière cette fameuse France périphérique. Son diagnostic ? En ces temps d’universalisme républicain, la France n’a jamais été aussi divisée.

    D’un côté, ces Français issus de l’immigration, relégués dans leurs cités pour mieux venir travailler dans les mégapoles. De l’autre, des Français « de souche », économiquement encore plus déshérités, assignés à résidence dans les campagnes reculées ou réfugiés dans les zones pavillonnaires. Fracture géographique, mais aussi religieuse et culturelle : en 2016, 18 % des nourrissons portaient un prénom arabo-musulman, alors que celui de Marie n’était donné qu’à 0,3 % de la population. Dans le même temps, c’est l’explosion des Kevin et des Dylan, prénoms si populaires dans une France de Johnny votant majoritairement Marine Le Pen. D’ailleurs, la tête de liste de cette dernière aux prochaines élections européennes ne se prénomme-t-elle pas Jordan ?

    À ces deux France en proie au mal-être, on peut encore ajouter celle de la bourgeoisie conservatrice. En face et au-dessus ? Cette France hors-sol vivant à l’heure de la mondialisation, as de la finance et intellectuels précaires ; soit ces libéraux et ces libertaires ayant tous deux voté pour Emmanuel Macron, fêtant ainsi un troisième mandat, après ceux de Nicolas Sarkozy et de François Hollande.

    Ces trois France entrées en dissidence sont souvent étanches les unes par rapport aux autres, chacune cultivant ses revendications spécifiques. La France des cités, ce sont les émeutes urbaines, sans véritable revendication politique, si ce n’est celle consistant à manifester pour les Journées de retrait de l’école, alors qu’on l’a assez peu vue lors de la Manif pour tous, apanage de la France traditionnelle. Logique : pour le monde des cités, le mariage homosexuel est un vice de centre-ville ne le concernant pas. Mais dès lors que cette même propagande homosexuelle touche l’école publique, la banlieue a déjà plus tendance à descendre dans la rue, sachant qu’au contraire de la bourgeoisie, elle n’a pas toujours les moyens financiers de mettre ses enfants dans des écoles privées. Les voix conservatrices peuvent donc, au-delà de la religion de chacun, aller dans le même sens, sans forcément se rencontrer. Quant à la révolte de la France des pavillons, elle s’incarne évidemment dans celle des gilets jaunes.

    Pour se maintenir au pouvoir, il suffit à la France d’en haut de stigmatiser tour à tour les trois autres. LMPT, c’est l’ordre moral de Vichy. Les cités, c’est Daech. Les pavillons, ce sont les beaufs racistes. Et chaque fois que l’une de ces trois France déshéritées, chacune à leur manière, tente de se rapprocher des deux autres, l’ordre politico-médiatique hurle à la collusion des extrêmes.

    Ce sont ces leaders religieux musulmans – voire même l’État islamique – accusés d’accointances avec la Manif pour tous ; laquelle est à nouveau clouée au pilori pour se mêler parfois à la foule des gilets jaunes où, semble-t-il, des islamistes présumés tenteraient aussi de faire leur pelote. Le tout sous l’égide de ce terroir arriéré persistant à fumer des clopes et à rouler au diesel. Ou de l’art de mieux diviser pour mal régner.

    On notera que ce sont les mêmes qui, pointant du doigt ceux qu’ils accusent de dresser les uns contre les autres, n’en finissent plus de dresser les autres contre les uns. En attendant un possible retour de bâton ? Ce dont L’Express s’inquiète, qui vient de titrer sur la colère qui gronde, celle des « petits Blancs ». À force d’insister, ces gens arriveront peut-être par enfin dégager ce consensus tant souhaité par Emmanuel Macron.

    Parti comme c’est, ça pourrait bien être contre eux.

    Nicolas Gauthier (Boulevard Voltaire, 2 février 2019)

    Lien permanent Catégories : Points de vue 0 commentaire Pin it!
  • Tour d'horizon... (161)

     

    Zeiss_Feldstecher.jpg

     

    Au sommaire :

    - dans le Bulletin de la société linguistique de Paris, trois chercheurs linguistes du CNRS démontent les thèses de Jean-Paul Demoule développées dans son livre Mais où sont passés les Indo-Européens? Le mythe d’origine de l’Occident (Seuil, 2014).

    L'indo-européen n'est pas un mythe

    Indo-européen.jpg

    - l'Association de soutien à l'armée française met en ligne l'article du colonel Legrier qui critique la conduite des opérations menée par la coalition occidentale contre l'Etat islamique - un article retiré du site de la revue Défense nationale à la demande du cabinet de la ministre des Armées.

    La bataille d'Hajin : victoire tactique, défaite stratégique ?

     

    Hajin_Bataille.jpg

     

    - sur Philitt, Isabelle Grazioli-Rozet revient sur la rencontre entre Ernst Jünger et Mircea Eliade...

    « Jünger et Eliade interrogeaient le phénomène religieux dans un monde déserté par le divin » (1/2)

    « Pour Jünger et Eliade, Antaios est un défi métaphysique lancé au monde  moderne » (2/2)

    Jünger_Eliade.jpg

    Lien permanent Catégories : Tour d'horizon 0 commentaire Pin it!
  • Feu sur la désinformation... (224)

    Vous pouvez découvrir ci-dessous un nouveau numéro de l'émission I-Média sur TV libertés, consacrée au décryptage des médias et dirigée par Jean-Yves Le Gallou, président de la fondation Polémia, avec le concours de Nicolas Faure.

    Au sommaire :

    • 1 : Cadeau à 500 millions pour Le Parisien
      De 2012 à 2017, Le Parisien a reçu plus de 65 millions de subventions publiques.
      Mais cela n’aura pas suffit… Le propriétaire du quotidien, LVMH, a récemment injecté plus de 500 millions d’euros dans Le Parisien.
    • 2 : Le Zapping d’I-Média 
      Zemmour a-t-il menti sur l’exode juif en Seine-Saint-Denis ? Les « fact checkers » tentent de le prouver à tout prix, y compris à celui de leur crédibilité.
      Autre polémique de la semaine, le « hijab » sportif vendu par Décathlon.

    • 3: Europe impunité
      Europe 1 a fiché illégalement plus de 570 000 personnes souhaitant intervenir sur son antenne. Saisi de ces graves infractions, la CNIL a cependant gardé le silence.
    • 4 : Les tweets de la semaine
      Tommy Robinson a vu ses comptes Facebook et Instagram censurés par l’entreprise américaine.
      Pendant ce temps, l’Europe continue à se modifier. Dernier exemple en date : la ville d’Anvers.
    • 5 : Greta Thunberg, climato-fanatisme
      La jeune suédoise engagée pour le climat est saluée par tous les médias. De la COP24 au bureau de Macron en passant par Davos, la fascination est totale.

     

                                    

    Lien permanent Catégories : Décryptage, Manipulation et influence, Multimédia 0 commentaire Pin it!