Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/10/2018

Destin français...

Les éditions Albin Michel viennent de publier le nouvel essai d'Eric Zemmour intitulé Destin français, qui bien évidemment défraie la chronique... Le journaliste polémiste est bien parti pour rééditer le succès métapolitique obtenu avec Le suicide français (Albin Michel, 2014).

 

Zemmour_Destin français.jpg

« Je savais où je voulais vivre, avec qui je voulais vivre, et comment je voulais vivre. À mes yeux médusés d' enfant, le mot France brillait de tous les feux : histoire, littérature, politique, guerre, amour, tout était rassemblé et transfiguré par une même lumière sacrée, un même art de vivre mais aussi de mourir, une même grandeur, une même allure, même dans les pires turpitudes. La France coulait dans mes veines, emplissait l air que je respirais ; je n'imaginais pas être la dernière génération à grandir ainsi. Il ne faut pas se leurrer. Le travail de déconstruction opéré depuis quarante ans n'a laissé que des ruines. Il n y a pas d'origine de la France, puisque la France n'existe pas, puisqu il n'y a plus d'origine à rien. On veut défaire par l'histoire ce qui a été fait par l'Histoire : la France. L'Histoire est désormais détournée, occultée, ignorée, néantisée. L'Histoire de France est interdite. On préfère nous raconter l'histoire des Français ou l'histoire du monde. Tout sauf l'Histoire de France. Mais cette Histoire se poursuit malgré tout et malgré tous. Elle a des racines trop profondes pour être arrachées. Elle s'est répétée trop souvent pour ne pas se prolonger jusqu à aujourd'hui. Les mêmes causes produisent les mêmes effets. Les mêmes lois s' imposent au-delà des générations. L'Histoire se venge. » Après le phénoménal best-seller Le Suicide français, Éric Zemmour se livre avec force et sans tabou à une analyse de l'identité française en réhabilitant ses fondations.

16:00 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : eric zemmour, france, identité |  Facebook | Pin it! |

J'y ai droit !...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Xavier Eman, cueilli sur son site A moy que chault ! et consacré à la multiplication des droits dans notre société. Animateur du site d'information Paris Vox et collaborateur de la revue Éléments, Xavier Eman a récemment publié un recueil de ses chroniques mordantes intitulé Une fin du monde sans importance (Krisis, 2016).

 

Droits.jpg

J'y ai droit !

La vie, c’est très injuste, on nait beau ou laid, intelligent ou limité, en bonne santé ou souffreteux,  dans une famille riche ou pauvre, un milieu cultivé ou ignare… Puis on grandit dans un environnement favorable ou hostile, avec des parents aimants, indifférents ou cruels, un entourage empathique ou odieux, des camarades enrichissants ou des sinistres connards, des expériences heureuses ou pénibles… etc. Que l’ordre social – et donc L’État – ait pour mission de tenter de corriger ou de compenser un certain nombre de ces inégalités est une évidence absolue. Soutien aux plus faibles, sécurité et protection, aides sociales, scolarité gratuite, accès à la culture, etc… Mais il ne peut – et évidemment ne doit – chercher à se substituer à la nature, et c’est là la frontière entre une politique de « justice sociale » et une course en avant « d’expérimentations sociétales ». Ainsi, de la même façon que certains couples hétérosexuels sont stériles, deux hommes ou deux femmes ne peuvent pas avoir d’enfants entre eux. C’est sans doute très triste pour les personnes concernées – parfois peut-être même tragiques – mais c’est ainsi. C’est la vie, avec ses limites, ses contraintes et son lot de fatalités. Vouloir dépasser et contrecarrer celles-ci est non seulement vain mais potentiellement dramatique et même criminel quand, par exemple, cela met en cause des enfants – à qui l’on a évidemment, de fait, rien demandé - qui vont naître dans des conditions artificielles et vivre dans des contextes qui ne sont pas faits pour eux. Ici on nie les droits des enfants au profit du « droit à l’enfant », concept absurde et délirant qui ouvre la porte à toutes les absurdités et les fantasmagories. Car si on admet le « droit à l’enfant », pourquoi ne pas imaginer le « droit à la femme » ou le « droit à l’homme », disons le « droit au conjoint » ? N’est-ce pas une situation terrible et douloureuse que le célibat forcé ? Une personne seule ne souffre-t-elle pas autant du « manque » d’un autre à ses côtés qu’un couple homosexuel de l’absence d’un enfant ? Est-il normal que dans une société progressiste et démocratique, certains soient laissés sur le bas-côté de l’autoroute du couple et de la famille ? N’est-il pas quelque part « fasciste » que les beaux gosses et les belles nanas séduisent plus et baisent davantage que les vilains et les grosses ? Ne faudrait-il pas là aussi légiférer ? N’est-ce pas urgent même, tant le nombre de personnes concernées est aujourd’hui important ?  De la même façon qu’on envisage d’acheter des ventres, pourquoi ne pourrait-on pas acheter des corps entiers dans le tiers-monde, des compagnes et des compagnons payés pour venir compenser l’extrême préjudice qu’est la « solitude » ? C’est d’ailleurs déjà en partie le cas, entre les pays de l’Est et l’Afrique… Et la pratique précédant toujours sa reconnaissance étatique, il ne reste donc plus qu’à la légaliser, la généraliser, la codifier, l’encourager aussi…

Le drame de notre temps est de confondre la recherche d’une égalité de moyens (on donne un cadre institutionnel et des droits communs à tous) à celle d’une égalité de situation (tout le monde doit pourvoir obtenir la même chose que l’autre, tous les désirs doivent être comblés par la création de droits « spécifiques » à chaque cas particulier…). En récusant l’ordre naturel et en refusant les aspects tragiques, irréfragables et irrémédiables de l’existence, on construit un monde de geignards névrosés et toujours insatisfaits, prenant n’importe quel prurit de leur ego pour un « droit » que la « société » doit venir valider et assurer. Un monde infantile et bruyant, frustré et envieux, plaintif et gueulard. Un monde proprement irrespirable.

Xavier Eman (A moy que chault ! ,  26 septembre 2018)

08/10/2018

Leurre et malheur du transhumanisme...

Mathématicien et philosophe, chercheur au CNRS et enseignant en faculté, Olivier Rey est notamment l'auteur de Une folle solitude - Le fantasme de l'homme auto-construit (Seuil, 2006), de Une question de taille (Stock, 2014) et de Quand le monde s'est fait nombre (Stock, 2016), trois essais consacrés à la question du progrès et de la technique dans nos sociétés.

 

Rey_Leurre et malheur du transhumanisme.jpg

" Si c'est au nom d'un futur toujours meilleur que le monde a été transformé en un chantier permanent, nous sommes arrivés à un stade où le rapport entre les bénéfices du « développement » et ses nuisances s'avère de plus en plus défavorable. La perte de confiance dans le progrès doit alors être compensée par une inflation de ce qu'il est censé apporter : plus le monde va mal et menace de s'écrouler, plus il faut abreuver les populations de promesses exorbitantes.
Tel est le rôle du transhumanisme - et peu importe que ce qu'il annonce ne soit pas destiné à se réaliser. Lui accorder trop d'importance, c'est donc se laisser captiver par un leurre. Faudrait-il refuser d'y prêter attention ? Cela n'est pas si simple. Le transhumanisme nous trompe parce qu'il joue en nous sur des ressorts puissants. Se donner une chance de désamorcer la fascination qu'il exerce et le malheur qu'il propage, réclame de mettre au jour ce qui nous rend si vulnérables à ses illusions. "

Ecologie conservatrice contre écologie révolutionnaire...

Nous reproduisons ci-dessous entretien avec Alain de Benoist, cueilli sur Boulevard Voltaire, dans lequel il évoque l'écologie... Philosophe et essayiste, Alain de Benoist a récemment publié Le moment populiste (Pierre-Guillaume de Roux, 2017), Ce que penser veut dire (Rocher, 2017) et L'écriture runique et les origines de l'écriture (Yoran, 2017).

Alain de Benoist 2.jpg

 

Alain de Benoist : « L’écologie a un versant conservateur et un versant révolutionnaire ! »

Avec le départ de Nicolas Hulot du gouvernement, on en vient à penser qu’un ministre de l’Écologie ne sert finalement à rien, si ce n’est à démissionner. Encore une occasion manquée ?

On peut reprocher beaucoup de choses à Nicolas Hulot, mais certainement pas l’accuser d’opportunisme. Je n’en dirai pas autant de son successeur, qui me paraît déjà avoir la bouche bien entraînée pour avaler les couleuvres. Hulot ne tenait pas à être ministre, il a fini par céder aux pressions, il s’en est repenti. Et il est parti. Mais en partant, il a dit la vérité, à savoir que, malgré toutes les sottises que l’on peut entendre sur le « capitalisme vert » et le « développement durable », l’écologie et l’économie obéissent à des logiques inconciliables. L’écologie n’est pas compatible avec le capitalisme libéral ni avec la logique du profit, parce que c’est à leur déchaînement planétaire que l’on doit toutes les dégradations de l’environnement que l’on constate aujourd’hui. C’est ici qu’il faudrait citer le mot de Bossuet sur ceux qui déplorent des conséquences dont ils chérissent les causes.

De ce point de vue, un ministre de l’Écologie ne peut être, en effet, qu’un idiot utile qui fait de la figuration. Il est là pour « verdir » l’image du gouvernement à de simples fins électorales. Soyons sûrs que, dans le rôle, François de Rugy fera merveille. En réalité, aussi longtemps qu’on n’aura pas remis en cause l’obsession de la croissance et de la consommation, la toute-puissance de la marchandise, l’axiomatique de l’intérêt et la folie du productivisme, rien ne s’améliorera fondamentalement.

L’écologie est assez mal vue à droite alors que, conservatrice par nature, elle est précisément née à droite. Est-ce la faute des écologistes ou des gens de droite ?

L’écologie a un versant conservateur et un versant révolutionnaire. Elle est éminemment conservatrice dans la mesure où elle cherche à sauvegarder la nature et à protéger l’équilibre des écosystèmes. Mais elle est révolutionnaire en ce qu’elle est assez lucide pour observer qu’on ne renversera pas la tendance actuelle par des mesures cosmétiques. C’est le paradigme général qu’il faut changer. Cet aspect-là ne peut, évidemment, que scandaliser les libéraux et, d’une façon générale, tous ceux qui pensent que le monde peut bien périr pour autant que l’existence humaine reste gouvernée par des valeurs marchandes et qu’on continue d’obéir aux « lois de l’économie ». « Fiat economia, et pereat mundus » !

Il faut pourtant ne pas avoir pas les yeux en face des trous pour ne pas voir ce que l’on voit aujourd’hui : les pollutions qui ne cessent de s’étendre, l’épuisement des réserves naturelles, les dérèglements climatiques, l’empoisonnement des sols, des airs et des eaux. Le drame est que les gens de droite s’imaginent souvent que se préoccuper du sort de la planète, c’est du « mondialisme » (eh oui, la pollution ne s’arrête pas aux frontières !). Comme ils adorent contester les discours officiels, ils les contestent même quand ceux-ci énoncent des évidences. Les climato-sceptiques sont, à cet égard, les meilleurs alliés des multinationales qui détruisent la Terre. Ils confondent la météo et le climat et croient que ce n’est pas la peine de s’inquiéter des changements climatiques puisque « c’est naturel » (comme les tornades et les tremblements de terre !). Ils me font penser aux surréalistes, qui soutenaient par « non-conformisme » que deux et deux pouvaient faire n’importe quoi, mais surtout pas quatre.

Les gens de droite, en outre, connaissent très mal la pensée écologiste. Ils s’imaginent que l’écologie est représentée par les « partis verts » libéraux-libertaires, qui n’ont cessé de s’allier aux partis productivistes et dont les revendications n’ont qu’un rapport très lointain avec l’écologie. Sans remonter jusqu’à Haeckel, la philosophie de l’écologisme a peu touché les esprits, qu’il s’agisse de la pensée des héritiers de Günther Anders et d’Aldo Leopold, de celles de Murray Bookchin, d’André Gorz et de Vittorio Hösle, de l’Écologie profonde d’Arnes Naess ou de grands théoriciens comme Holmes Rolston III ou John Baird Callicott. En France, beaucoup ont même oublié la veine qui, de Giono, Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, aboutit à François Partant et à Serge Latouche.

Pour certains écologistes, toutes les espèces vivantes auraient le droit de vivre dans un milieu naturel préservé, à la seule exception des peuples de la Terre qui, eux, devraient accepter l’occupation de leur territoire par des populations venues d’ailleurs. L’écologie est-elle incapable de comprendre les effets de l’immigration de masse ?

Les altermondialistes en sont pour la plupart incapables, mais ils sont bien loin de représenter toute l’écologie politique. Lisez, par exemple, le beau livre d’Antoine Waechter et Fabien Niezgoda, Le Sens de l’écologie politique. Une vision par-delà droite et gauche (Éditions Sang de la Terre, 2018) qui s’inscrit dans la tradition naturaliste de Robert Hainard. Mais à l’inverse, ceux qui croient que la question identitaire relègue l’écologie à l’arrière-plan (comme si l’on ne pouvait pas se préoccuper des deux en même temps !) se trompent également. D’autant qu’il faut être vraiment naïf pour s’imaginer que les changements climatiques, la disparition des cultures vivrières, la déforestation, l’épuisement des sols et des nappes phréatiques n’auront pas d’effets sur les vagues migratoires. Quand la planète sera devenue inhabitable pour tout le monde, et que les océans contiendront plus de plastique que de poissons, les revendications identitaires n’auront plus beaucoup de sens. L’écologie n’est pas un discours décoratif, pas plus que la nature n’est le simple décor de nos existences. C’est la condition systémique du maintien de la vie.

Alain de Benoist, propos recueillis par Nicolas Gauthier (Boulevard Voltaire, 27 septembre 2018)

07/10/2018

Tour d'horizon... (151)

Vinciane Pirenne-Delforge, polythéisme, paul virilio

Au sommaire cette semaine :

- Science et Avenir, à l'occasion du décès du philosophe Paul Virilio, publie le dernier entretien qu'il avait accordé à la revue...

Paul Virilio : "Nous sommes dans le culte de la vitesse lumière"

Virilio.jpg

- sur France Culture, on peut découvrir la leçon inaugurale de Vinciane Pirenne-Delforge au Collège de France dans laquelle elle évoque le polythéisme grec...

Religion, histoire et société dans le monde grec antique

Statue de zeus.jpg

Feu sur la désinformation... (203)

Vous pouvez découvrir ci-dessous un nouveau numéro de l'émission I-Média sur TV libertés, consacrée au décryptage des médias et dirigée par Jean-Yves Le Gallou, président de la fondation Polémia, avec le concours d'Hervé Grandchamp.

 

Au sommaire :

  • 1 : Macron au pays des doigts de l’homme
    Emmanuel Macron à Saint Martin : opération calinothérapie ratée, une photo fait « polémique », le président a pris la pose avec deux jeunes hommes dont l’un torse nu adresse un doigt d’honneur.
  • 2 : Le Zapping d’I-Média 
    Daniel Morin, humoriste pour France inter, à la pointe du sexisme. le chroniqueur a en effet tranquillement déroulé toute sa chronique ultra sexiste, réduisant sans état d’âme Charlotte d’Ornellas à son seul corps et au désir libidineux que celui-ci pouvait lui inspirer.

  • 3: Histoire d’une nation sur France 2, histoire d’une manipulation
    Histoire d’une nation : le « documentaire évènement » de France 2 revisite l’histoire de France du point de vue immigrationniste. Une histoire qui commencerait en 1870 et où toutes les immigrations se vaudraient..
  • 4 : Les tweets de la semaine
    Libération s’engageait en février 2017 pour Théo et Adama. Pour ces deux cas, les forces de l’ordre étaient accusés de maltraitance, dans cas deux cas les forces de l’ordre ont été innocentés par les experts.
  • 5 : Le deuil de Patrick Jardin souillé par le journal le monde
    « Un père sur le chemin de la haine », le non-respect signé le Monde. Au lieu de comprendre la douleur d’un homme qui a perdu sa fille lors des attentats du Bataclan, le journal se borne à tracer une ligne à ne pas franchir.