Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/10/2018

Comment l'hyperpuissance d'une élite financière met États et citoyens à genoux...

Les éditions Réorganisation du monde viennent de publier un essai de Liliane Held-Khawam intitulé Dépossession. Suisse d'origine libanaise, économiste de formation, Liliane Held-Khawam fait partie du groupe des Econoclastes, aux côtés de Philippe Béchade, de Jacques Sapir, d'Olivier Delamarche, de Pierre Conesa ou encore d'Olivier Berruyer.

 

Held-Khawam_Dépossession.jpg

" Le marché global de la dette représente aujourd'hui 230 000 milliards de dollars. Autrement dit, le triple du PIB mondial. À côté de cette dette inconcevable, plus d'un quadrillion de produits dérivés, véritable arme de destruction massive du système financier global, alimentent les circuits de la haute finance internationale. Plus personne ne peut rembourser une telle dette. Plus personne ne contrôle l'émission d'argent scriptural par les institutions financières privées. Les Etats et le secteur public sont dépassés. En clair: ils n'existent plus, sinon lorsqu'il s'agit d'éponger les opérations aventureuses du « casino » planétaire. Illustrant par de nombreux exemples ce constat apocalyptique, DÉPOSSESSION nous plonge dans les mécanismes et les manœuvres de la puissance techno-financière globale. Cette enquête d'une précision inédite nous montre que la dématérialisation, l'abolition des frontières et la démission des institutions politiques ne sont que les multiples noms de l'esclavage de demain. Un ouvrage de choc et d'éveil à lire et à méditer avant qu'il ne soit trop tard. "

19/05/2018

Quand l'économie devient religion...

Les éditions Grasset viennent de publier un essai de Stéphane Foucart intitulé Des Marchés et des Dieux - Comment l'économie devint religion. Journaliste, spécialiste des questions de sciences et d’environnement, Stéphane Foucart est l'auteur de La Fabrique du mensonge. Comment les industriels manipulent la science et nous mettent en danger (Denoël, 2013).

 

Foucart_Des Marchés et des Dieux.jpg

" 2007-2008  : la crise des subprimes plonge le monde dans la stupeur. Personne, ou presque, ne l’a vue venir, et surtout pas les économistes mainstream. L’économie n'était-elle pas censée être une science infaillible ?
Peut-être est-ce tout le contraire. Dans l’Occident post-religieux, le discours économique semble avoir pris la place du sacré. Ce culte a pour principe divin le Marché, incarné par une multitude de Marchés dont l’appétit n’est apaisé que par la croissance. Il a pour valeur cardinale la liberté d’entreprendre, pour idéal l’équilibre et pour credo l’infinitude du monde, condition à la satisfaction des dieux. Il a ses temples, ces grandes bâtisses d’allure gréco-romaine où valsent les indices, reflets des humeurs divines changeantes  . Il a ses rites de consommation ; il a son clergé, la finance, et ses archiprêtres, les grands banquiers centraux, seuls capables d’apaiser la colère des dieux.
Progressivement, depuis le XVIIIe siècle, l’économie a acquis l’autorité dont était investie la religion. Elle ne s’attaque plus à l’astronomie et à la biologie, comme le christianisme avant elle, mais s’en prend à l’écologie et à toutes les sciences qui fixent des limites au Marché. Le nouveau Jupiter, c’est lui.
Une fascinante enquête historico-économique à la recherche des ressorts profonds du système économique qui nous régit. "

16/05/2018

la France sera le premier pays touché par les sanctions américaines contre l'Iran...

Invité du journal télévisé de RT France, Hervé Juvin est revenu sur les conséquences pour la France d'éventuelles sanctions élargies des Etats-Unis à l'encontre de l'Iran, notamment sur le plan économique. Économiste de formation, Hervé Juvin a publié des essais essentiels tels que Le renversement du monde (Gallimard, 2010), La grande séparation - Pour une écologie des civilisations (Gallimard, 2013), Le Mur de l'Ouest n'est pas tombé (Pierre-Guillaume de roux, 2015), Le gouvernement du désir (Gallimard, 2016)ou dernièrement France, le moment politique (Rocher, 2018).

 

                                 

25/01/2018

L'Hypercapitalisme mondial...

Les éditions Odile jacob viennent de publier un essai d'Alain Cotta intitulé L'Hypercapitalisme mondial. Professeur d’économie à Paris-Dauphine, Alain Cotta est l'auteur de nombreux essais comme Le capitalisme dans tous ses états (Fayard, 1991), Le règne des oligarchies (Fayard, 2011) ou La domestication de l'humain (Fayard, 2015).

Cotta_l'hypercapitalisme mondial.jpg

" L’hypercapitalisme progresse.

Dans ce livre, Alain Cotta nous explique comment et à quel prix : corruption, inégalités croissantes et émergence d’une superoligarchie appuyée sur les classes moyennes...

« Le triomphe du capitalisme d’entreprise va‐t‐il s’affirmer encore, comme le croient les fanatiques de la mondialisation, au point que le capitalisme d’État disparaisse, que les nations se dissolvent et que la paix universelle réunisse toute l’humanité ? Ou, au contraire, la scission actuelle des deux capitalismes ira‐t‐elle en s’approfondissant jusqu’à provoquer une guerre mondiale entre des pouvoirs inconciliables ? Guerre ou paix ? À moins qu’une autre voie, moins binaire, une lente fusion, redonne à ce système économique et social une identité homogène ? » A. C.

Une réflexion magistrale sur une nouvelle féodalité. "

04/01/2018

Bitcoin : au risque du secret...

Nous reproduisons ci-dessous une analyse éclairante de François-Bernard Huyghe consacrée au Bitcoin, cette monnaie virtuelle et autonome, dont le cours connait des évolutions spectaculaires... Spécialiste des questions de médiologie et directeur de recherches à l'IRIS, François Bernard Huyghe a publié notamment Les maîtres du faire-croire (Vuibert, 2008), Think tanks - Quand les idées changent vraiment le monde (Vuibert, 2013) ou La désinformation - Les armes du faux (Armand Colin, 2015).

 

Bitcoin.jpg

Bitcoin : au risque du secret
 
Crashera, crashera pas ? L’auteur de ces lignes est incapable de juger de l’avenir du bitcoin : comme pour les tulipes d’Amsterdam dont les promesses de vente se valorisaient chaque jusqu’à effondrement de la bulle spéculative en 1637, on peut penser que tout ce qui monte sur la foi d’un espérance (valoir plus demain) peut tomber... ou pas, ou plus tard. Une monnaie qui s’apprécie de mille pour cent en quelques mois, ne repose sur rien dans l’économie réelle, et est sensée échapper à tout pouvoir politique de régulation, pose, pour le moins, quelques problèmes.

N’étant émis par aucun État et n’ayant valeur imposée sur aucun territoire, le bitcoin vaut ce que vaut la confiance que lui accordent ses utilisateurs ; ce sont les gens qui acceptent - peut-être par commodité, souvent par anticipation de profits futurs, voire par souci de branchitude - d’évaluer des biens en bitcoins, d’en échanger et d’en conserver. Les trois fonctions de la monnaie sont théoriquement remplies. Tout repose sur une convention - par cette opération informatique je transfère ou garde la possibilité de transférer demain tel montant - mais convention suppose mode de preuve.
Le billet de banque prouve qu’il vaut tant parce qu’il est réputé authentique et produit en quantité limitée par un autorité qui décrète qu’il a le pouvoir de payer ; surtout, après avoir changé de poche, il ne peut plus être à deux endroits ; l’opération irréversible ne peut plus être contestée. Le chèque ou le payement par carte reposent sur un enregistrement matériel ou numérique différé et à distance : quelque part, une banque ou une organisation de crédit a bien noté que A promettait de donner tant à B et est d’accord. Ce sera effectif demain ou dans quelques secondes.

Tout cela suppose un secret et une autorité. Secret de la fabrication du billet et autorité émettrice (banque nationale, par exemple). Secret d’une signature physique, d’un code ou d’un identifiant électronique qui rendent la transaction unique identifiable ; mais aussi l’autorité des institutions qui garantissent que l’argent sera transféré de tel compte à tel autre, ou que tel crédit croîtra ou diminuera.
Dans le cas du bitcoins et des cryptomonnaies, la logique est totalement différente. Certes, en amont, on n’échappe pas à la règle secret plus autorité : pour participer, il faut acquérir un porte-monnaie électronique et se doter d’un code pour entériner ses transactions. Ou plus exactement, il faut une adresse conventionnelle (une suite de chiffres) à laquelle les autres participants pourront faire des envois.

Si des précautions ont été prises (l’identité physique du propriétaire du compte n’est pas connue, il est seul à connaître son code de donneur d’ordre et la cryptographie asymétrique lui permet de recevoir de n’importe qui des messages/payements que lui seul est capable de décrypter/toucher ), il réalise toutes sortes d’opérations anonymement, y compris pour des activités criminelles. Quant au code valant signature, tout va s’il ne se fait pas voler par quelqu’un qui se substituerait au légitime propriétaire du porte-monnaie virtuel. L’opérateur peut se rendre intraçable, mais l’opération, elle, est ultra-visible, mémorisée et même surabondamment enregistrées par la « foule » : la sécurité est ainsi assurée par les blockchains qui assurent que le passé est bien enregistré.
En clair : énormément d’ordinateurs enregistrent les opérations, de telle sorte que l’archive est conservée et que toute opération est attestée une fois pour toutes. Donc, en principe impossible de réécrire le passé (comme dans le cas d’une escroquerie où l’on fait croire que A a signé ce chèque ou ordonné cette transaction) puisque les traces sont à la disposition de tous, comme l’est le logiciel ouvert, l’algorithme, seul détenteur ici de ce que l’on pourrait nommer autorité. Le bitcoin a, en quelque sorte, résolu par de la complexité organisée et partagée, ses problèmes de limitation et sécurité: il n’y a plus quelque part des choses à voler ou à contrefaire, ni un disque dur unique dans lequel pénétrer pour le pirater et fausser l’information -A a tant, B donne tant-.

Mais toute monnaie combine un acte matériel et un acte déclaratif. Moi l’État émets ce billet et dis qu’il vaut tant. Moi, la banque, enregistre que telle carte a touché tel terminal et permets que ces électrons valent crédit pour l’un, débit pour l’autre.
C’est ici que le principe de complexité /publicité propre au bitcoin se révèle plus paradoxal encore. Comment faire des bitcoins sans institution politique ou financière centralisée pour énoncer le performatif « Je déclare que ceci est un bitcoin » ? Réponse : du travail, beaucoup de travail, compliqué et ne servant rigoureusement qu’à cela. Si vous possédez un ordinateur suffisamment puissant, ou faites partie d’une chaîne (un pool) vous pouvez commencer à travailler comme « mineur » à « extraire » des bitcoins avec un programme ad hoc. Et vous travaillez en résolvant des opérations complexes, des énigmes cryptographiques dont le seul but est d’être difficiles à résoudre : on crée ainsi une friction artificielle pour que vous puissiez être « salarié ». Vous recevrez une compensation en nouveaux bitcoins pour l’investissement et l’effort que vous avez fait en participant à cette sorte de comptabilité démente.
Le but - pour raréfier et contrôler la production de monnaie- est que votre travail soit aussi long et difficile que possible, qu’il pousse votre programme dans ses derniers retranchements. D’où l’idée que, pour être modérée et ne pas reproduire un effet « planche à billets » dans le virtuel, la production de bitcoins doit coûter beaucoup, en machines sophistiquées, en temps de production, et, accessoirement en électricité et chaleur dégagées par cette pénibilité délibérée. Il faut littéralement transpirer -les machines chauffent beaucoup - pour miner. Entre l’enregistrement en commun du gigantesque livre de comptes qui retrace toutes les opérations - sécurisé par le nombre de « témoins » plus une bonne cryptologie - et le ralentissement délibéré de la production, le système se révèle paradoxal. Il doit compenser la fluidité du système - je t’envoie un message et, hop, tu es crédité sans qu’aucune bureaucrate ait à en connaître - par la production de détours et d’artifices. Trois risques potentiels, donc, contre la cryptomonnaie : la panique spéculative, l’intervention de l’État trouvant le moyen de contrôler le système qui, pour moment, lui échappe, et la logique même de complexité qu’engendre la bitcoin. Crashera, crashera pas ?
 
François-Bernard Huyghe (Huyghe.fr, 31 décembre 2017)

18/12/2017

Vers le krach ?...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Marc Rousset, économiste et ancien dirigeant d'entreprise, cueilli sur Boulevard Voltaire et consacré à la menace grandissante d'un krach boursier de grande ampleur... Marc Rousset a notamment publié La nouvelle Europe - Paris-Berlin-Moscou (Godefroy de Bouillon, 2009) et Adieu l'Argent-roi ! (Godefroy de Bouillon, 2016).

Krach.jpg

L’année 2018 sent plus l’apocalypse à venir qu’un simple krach

Le centriste Macron ne fait rien en matière régalienne (immigration, sécurité) et rêve en matière économique, ne pensant qu’Europe et jeunes pousses. Alors que certains s’effraient d’un cataclysme économique à venir, Macron, comme sœur Anne, ne voit absolument rien venir.

Et pourtant, les faits sont là. Nous aurons au minimum un krach style 1929. Les Bourses et le bitcoin montent dans le monde entier mais vont bientôt s’effondrer. L’indice de Shiller, qui indique la surchauffe des marchés, est actuellement à plus de 31, alors qu’il était pourtant inférieur à 30 en 1929 et qu’il ne doit jamais dépasser ce chiffre. Cet indice, mis en place par le professeur à Yale et prix Nobel d’économie Robert Shiller, consiste tout simplement à diviser le cours de Bourse par le bénéfice par action, mais en ajustant techniquement les données.

Cette fois-ci, ce sera plus grave qu’en 1929 et qu’en 2008, où l’on a soigné un patient drogué perclus de dettes en augmentant sa dose. Parler de la Grèce, de la dette publique américaine de 20.000 milliards de dollars, de la dette française de 2.000 milliards d’euros est d’un classicisme ringard dépassé. Il faut, en réalité, parler de la dette mondiale totale publique et privée, qui a doublé depuis 2006 pour atteindre 230.000 milliards de dollars. Mais à ce chiffre, il convient d’ajouter les engagements hors bilan des gouvernements et des agents économiques, soit 250.000 milliards de dollars. Et il faut enfin ajouter le volume des produits bancaires et boursiers dérivés, soit 1.500.000 milliards de dollars. La somme totale astronomique de la dette mondiale est donc de deux millions de milliards de dollars, soit ce que les Anglo-Saxons appellent deux quadrillions de dollars !

Les banquiers prétendent benoîtement qu’il ne faut pas raisonner en valeur absolue du montant des contrats passés pour les produits dérivés et qu’il faut seulement s’intéresser au montant net des transactions, mais encore faut-il que les contreparties puissent répondre à leurs obligations contractuelles. Kerviel, à lui tout seul, a bien failli faire sauter la Société générale !

Avec Trump, la dette publique américaine va continuer à croître sur la lancée d’Obama. Le Bureau central du budget américain estime la dette publique américaine à environ 40.000 milliards de dollars en 2024, soit le double de la dette actuelle. Il n’est pas possible que les choses restent en l’état et que les taux actuels d’environ 1,25 %, compte tenu des risques démentiels encourus, ne retrouvent pas bientôt les sommets de 19 % des années 1981.

Lorsqu’on prend conscience, enfin, à quelle vitesse et d’une façon subite s’est détériorée la situation en Allemagne à partir de janvier 1922, il faut se méfier de l’eau qui dort ! Une once d’or coûtait 3.976 marks en janvier 1922 et 87.000 milliards de marks le 30 novembre 1923.

Un autre facteur géopolitique, bien plus préoccupant que la Corée du Nord, est le coup d’État réalisé par le prince héritier Mohammed ben Salmane en Arabie saoudite. Les États-Unis, suite à leur défaite en Syrie, sont en train de perdre la main au Moyen-Orient et lorsqu’on a beaucoup d’ennemis des princes du sang, un assassinat est toujours possible dans ces pays. Il suffirait également que l’Arabie saoudite passe au « pétro-yuan » pour que le dollar, dont la domination repose sur le pétrodollar, s’écroule !

De plus, toutes ces émissions de crypto-monnaies (bitcoin, ethereum), avec l’augmentation vertigineuse des cours, sentent le soufre et l’écroulement d’un système à la Ponzi qui pourrait déclencher le début de l’apocalypse ! Joseph Kennedy, le père du président John Fitgerald Kennedy, fit sa fortune en vendant en 1929 avant tout le monde car, disait-il, « quand votre cireur de chaussures vous parle d’actions, il est temps de vendre ».

Marc Rousset (Boulevard Voltaire, 14 décembre 2017)