Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/01/2018

L'Hypercapitalisme mondial...

Les éditions Odile jacob viennent de publier un essai d'Alain Cotta intitulé L'Hypercapitalisme mondial. Professeur d’économie à Paris-Dauphine, Alain Cotta est l'auteur de nombreux essais comme Le capitalisme dans tous ses états (Fayard, 1991), Le règne des oligarchies (Fayard, 2011) ou La domestication de l'humain (Fayard, 2015).

Cotta_l'hypercapitalisme mondial.jpg

" L’hypercapitalisme progresse.

Dans ce livre, Alain Cotta nous explique comment et à quel prix : corruption, inégalités croissantes et émergence d’une superoligarchie appuyée sur les classes moyennes...

« Le triomphe du capitalisme d’entreprise va‐t‐il s’affirmer encore, comme le croient les fanatiques de la mondialisation, au point que le capitalisme d’État disparaisse, que les nations se dissolvent et que la paix universelle réunisse toute l’humanité ? Ou, au contraire, la scission actuelle des deux capitalismes ira‐t‐elle en s’approfondissant jusqu’à provoquer une guerre mondiale entre des pouvoirs inconciliables ? Guerre ou paix ? À moins qu’une autre voie, moins binaire, une lente fusion, redonne à ce système économique et social une identité homogène ? » A. C.

Une réflexion magistrale sur une nouvelle féodalité. "

04/01/2018

Bitcoin : au risque du secret...

Nous reproduisons ci-dessous une analyse éclairante de François-Bernard Huyghe consacrée au Bitcoin, cette monnaie virtuelle et autonome, dont le cours connait des évolutions spectaculaires... Spécialiste des questions de médiologie et directeur de recherches à l'IRIS, François Bernard Huyghe a publié notamment Les maîtres du faire-croire (Vuibert, 2008), Think tanks - Quand les idées changent vraiment le monde (Vuibert, 2013) ou La désinformation - Les armes du faux (Armand Colin, 2015).

 

Bitcoin.jpg

Bitcoin : au risque du secret
 
Crashera, crashera pas ? L’auteur de ces lignes est incapable de juger de l’avenir du bitcoin : comme pour les tulipes d’Amsterdam dont les promesses de vente se valorisaient chaque jusqu’à effondrement de la bulle spéculative en 1637, on peut penser que tout ce qui monte sur la foi d’un espérance (valoir plus demain) peut tomber... ou pas, ou plus tard. Une monnaie qui s’apprécie de mille pour cent en quelques mois, ne repose sur rien dans l’économie réelle, et est sensée échapper à tout pouvoir politique de régulation, pose, pour le moins, quelques problèmes.

N’étant émis par aucun État et n’ayant valeur imposée sur aucun territoire, le bitcoin vaut ce que vaut la confiance que lui accordent ses utilisateurs ; ce sont les gens qui acceptent - peut-être par commodité, souvent par anticipation de profits futurs, voire par souci de branchitude - d’évaluer des biens en bitcoins, d’en échanger et d’en conserver. Les trois fonctions de la monnaie sont théoriquement remplies. Tout repose sur une convention - par cette opération informatique je transfère ou garde la possibilité de transférer demain tel montant - mais convention suppose mode de preuve.
Le billet de banque prouve qu’il vaut tant parce qu’il est réputé authentique et produit en quantité limitée par un autorité qui décrète qu’il a le pouvoir de payer ; surtout, après avoir changé de poche, il ne peut plus être à deux endroits ; l’opération irréversible ne peut plus être contestée. Le chèque ou le payement par carte reposent sur un enregistrement matériel ou numérique différé et à distance : quelque part, une banque ou une organisation de crédit a bien noté que A promettait de donner tant à B et est d’accord. Ce sera effectif demain ou dans quelques secondes.

Tout cela suppose un secret et une autorité. Secret de la fabrication du billet et autorité émettrice (banque nationale, par exemple). Secret d’une signature physique, d’un code ou d’un identifiant électronique qui rendent la transaction unique identifiable ; mais aussi l’autorité des institutions qui garantissent que l’argent sera transféré de tel compte à tel autre, ou que tel crédit croîtra ou diminuera.
Dans le cas du bitcoins et des cryptomonnaies, la logique est totalement différente. Certes, en amont, on n’échappe pas à la règle secret plus autorité : pour participer, il faut acquérir un porte-monnaie électronique et se doter d’un code pour entériner ses transactions. Ou plus exactement, il faut une adresse conventionnelle (une suite de chiffres) à laquelle les autres participants pourront faire des envois.

Si des précautions ont été prises (l’identité physique du propriétaire du compte n’est pas connue, il est seul à connaître son code de donneur d’ordre et la cryptographie asymétrique lui permet de recevoir de n’importe qui des messages/payements que lui seul est capable de décrypter/toucher ), il réalise toutes sortes d’opérations anonymement, y compris pour des activités criminelles. Quant au code valant signature, tout va s’il ne se fait pas voler par quelqu’un qui se substituerait au légitime propriétaire du porte-monnaie virtuel. L’opérateur peut se rendre intraçable, mais l’opération, elle, est ultra-visible, mémorisée et même surabondamment enregistrées par la « foule » : la sécurité est ainsi assurée par les blockchains qui assurent que le passé est bien enregistré.
En clair : énormément d’ordinateurs enregistrent les opérations, de telle sorte que l’archive est conservée et que toute opération est attestée une fois pour toutes. Donc, en principe impossible de réécrire le passé (comme dans le cas d’une escroquerie où l’on fait croire que A a signé ce chèque ou ordonné cette transaction) puisque les traces sont à la disposition de tous, comme l’est le logiciel ouvert, l’algorithme, seul détenteur ici de ce que l’on pourrait nommer autorité. Le bitcoin a, en quelque sorte, résolu par de la complexité organisée et partagée, ses problèmes de limitation et sécurité: il n’y a plus quelque part des choses à voler ou à contrefaire, ni un disque dur unique dans lequel pénétrer pour le pirater et fausser l’information -A a tant, B donne tant-.

Mais toute monnaie combine un acte matériel et un acte déclaratif. Moi l’État émets ce billet et dis qu’il vaut tant. Moi, la banque, enregistre que telle carte a touché tel terminal et permets que ces électrons valent crédit pour l’un, débit pour l’autre.
C’est ici que le principe de complexité /publicité propre au bitcoin se révèle plus paradoxal encore. Comment faire des bitcoins sans institution politique ou financière centralisée pour énoncer le performatif « Je déclare que ceci est un bitcoin » ? Réponse : du travail, beaucoup de travail, compliqué et ne servant rigoureusement qu’à cela. Si vous possédez un ordinateur suffisamment puissant, ou faites partie d’une chaîne (un pool) vous pouvez commencer à travailler comme « mineur » à « extraire » des bitcoins avec un programme ad hoc. Et vous travaillez en résolvant des opérations complexes, des énigmes cryptographiques dont le seul but est d’être difficiles à résoudre : on crée ainsi une friction artificielle pour que vous puissiez être « salarié ». Vous recevrez une compensation en nouveaux bitcoins pour l’investissement et l’effort que vous avez fait en participant à cette sorte de comptabilité démente.
Le but - pour raréfier et contrôler la production de monnaie- est que votre travail soit aussi long et difficile que possible, qu’il pousse votre programme dans ses derniers retranchements. D’où l’idée que, pour être modérée et ne pas reproduire un effet « planche à billets » dans le virtuel, la production de bitcoins doit coûter beaucoup, en machines sophistiquées, en temps de production, et, accessoirement en électricité et chaleur dégagées par cette pénibilité délibérée. Il faut littéralement transpirer -les machines chauffent beaucoup - pour miner. Entre l’enregistrement en commun du gigantesque livre de comptes qui retrace toutes les opérations - sécurisé par le nombre de « témoins » plus une bonne cryptologie - et le ralentissement délibéré de la production, le système se révèle paradoxal. Il doit compenser la fluidité du système - je t’envoie un message et, hop, tu es crédité sans qu’aucune bureaucrate ait à en connaître - par la production de détours et d’artifices. Trois risques potentiels, donc, contre la cryptomonnaie : la panique spéculative, l’intervention de l’État trouvant le moyen de contrôler le système qui, pour moment, lui échappe, et la logique même de complexité qu’engendre la bitcoin. Crashera, crashera pas ?
 
François-Bernard Huyghe (Huyghe.fr, 31 décembre 2017)

18/12/2017

Vers le krach ?...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Marc Rousset, économiste et ancien dirigeant d'entreprise, cueilli sur Boulevard Voltaire et consacré à la menace grandissante d'un krach boursier de grande ampleur... Marc Rousset a notamment publié La nouvelle Europe - Paris-Berlin-Moscou (Godefroy de Bouillon, 2009) et Adieu l'Argent-roi ! (Godefroy de Bouillon, 2016).

Krach.jpg

L’année 2018 sent plus l’apocalypse à venir qu’un simple krach

Le centriste Macron ne fait rien en matière régalienne (immigration, sécurité) et rêve en matière économique, ne pensant qu’Europe et jeunes pousses. Alors que certains s’effraient d’un cataclysme économique à venir, Macron, comme sœur Anne, ne voit absolument rien venir.

Et pourtant, les faits sont là. Nous aurons au minimum un krach style 1929. Les Bourses et le bitcoin montent dans le monde entier mais vont bientôt s’effondrer. L’indice de Shiller, qui indique la surchauffe des marchés, est actuellement à plus de 31, alors qu’il était pourtant inférieur à 30 en 1929 et qu’il ne doit jamais dépasser ce chiffre. Cet indice, mis en place par le professeur à Yale et prix Nobel d’économie Robert Shiller, consiste tout simplement à diviser le cours de Bourse par le bénéfice par action, mais en ajustant techniquement les données.

Cette fois-ci, ce sera plus grave qu’en 1929 et qu’en 2008, où l’on a soigné un patient drogué perclus de dettes en augmentant sa dose. Parler de la Grèce, de la dette publique américaine de 20.000 milliards de dollars, de la dette française de 2.000 milliards d’euros est d’un classicisme ringard dépassé. Il faut, en réalité, parler de la dette mondiale totale publique et privée, qui a doublé depuis 2006 pour atteindre 230.000 milliards de dollars. Mais à ce chiffre, il convient d’ajouter les engagements hors bilan des gouvernements et des agents économiques, soit 250.000 milliards de dollars. Et il faut enfin ajouter le volume des produits bancaires et boursiers dérivés, soit 1.500.000 milliards de dollars. La somme totale astronomique de la dette mondiale est donc de deux millions de milliards de dollars, soit ce que les Anglo-Saxons appellent deux quadrillions de dollars !

Les banquiers prétendent benoîtement qu’il ne faut pas raisonner en valeur absolue du montant des contrats passés pour les produits dérivés et qu’il faut seulement s’intéresser au montant net des transactions, mais encore faut-il que les contreparties puissent répondre à leurs obligations contractuelles. Kerviel, à lui tout seul, a bien failli faire sauter la Société générale !

Avec Trump, la dette publique américaine va continuer à croître sur la lancée d’Obama. Le Bureau central du budget américain estime la dette publique américaine à environ 40.000 milliards de dollars en 2024, soit le double de la dette actuelle. Il n’est pas possible que les choses restent en l’état et que les taux actuels d’environ 1,25 %, compte tenu des risques démentiels encourus, ne retrouvent pas bientôt les sommets de 19 % des années 1981.

Lorsqu’on prend conscience, enfin, à quelle vitesse et d’une façon subite s’est détériorée la situation en Allemagne à partir de janvier 1922, il faut se méfier de l’eau qui dort ! Une once d’or coûtait 3.976 marks en janvier 1922 et 87.000 milliards de marks le 30 novembre 1923.

Un autre facteur géopolitique, bien plus préoccupant que la Corée du Nord, est le coup d’État réalisé par le prince héritier Mohammed ben Salmane en Arabie saoudite. Les États-Unis, suite à leur défaite en Syrie, sont en train de perdre la main au Moyen-Orient et lorsqu’on a beaucoup d’ennemis des princes du sang, un assassinat est toujours possible dans ces pays. Il suffirait également que l’Arabie saoudite passe au « pétro-yuan » pour que le dollar, dont la domination repose sur le pétrodollar, s’écroule !

De plus, toutes ces émissions de crypto-monnaies (bitcoin, ethereum), avec l’augmentation vertigineuse des cours, sentent le soufre et l’écroulement d’un système à la Ponzi qui pourrait déclencher le début de l’apocalypse ! Joseph Kennedy, le père du président John Fitgerald Kennedy, fit sa fortune en vendant en 1929 avant tout le monde car, disait-il, « quand votre cireur de chaussures vous parle d’actions, il est temps de vendre ».

Marc Rousset (Boulevard Voltaire, 14 décembre 2017)

 

15/11/2017

Le continent caché de la démesure financière...

Vous pouvez découvrir ci-dessous une chronique d'Hervé Juvin sur TV Libertés consacré à la démesure de l'économie financiarisée...

Économiste de formation, Hervé Juvin a publié des essais essentiels tels que Le renversement du monde (Gallimard, 2010), La grande séparation - Pour une écologie des civilisations (Gallimard, 2013) ou, dernièrement, Le gouvernement du désir (Gallimard, 2016), qui font de lui un des penseurs les plus pertinents du moment.

 

                                                 

18/08/2017

La finance ou le royaume de l'enfumage...

Vous pouvez ci-dessous découvrir un entretien avec le chroniqueur financier Philippe Béchade, réalisé le 21 juillet 2017 par Edouard Chanot pour Radio Sputnik, dans lequel il évoque le monde de l'artifice et du mensonge qu'est la finance à l'occasion de la sortie de son petit manuel de réinformation financière, Fake News, post-vérité et autres écrans de fumée (Agora, 2017).

 

                                   

11/07/2017

Algérie : une catastrophe annoncée...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Bernard Lugan, cueilli sur Polémia et consacré à la situation catastrophique de l'Algérie, dont l'effondrement pourrait avoir des répercussions dramatiques pour notre pays... Historien, spécialiste de l'Afrique, Bernard Lugan a publié de nombreux ouvrages, dont dernièrement Osons dire la vérité à l'Afrique (Rocher, 2015), Histoire de l'Afrique du Nord (Rocher, 2016) et Algérie - L'histoire à l'endroit (L'Afrique réelle, 2017).

 

 

Algérie.jpg

Algérie : une catastrophe annoncée

Les perspectives apparaissent bien sombres pour l’Algérie : même si le prix du pétrole remontait, les maux profonds et structurels dont souffre le pays ne disparaîtraient pas pour autant.

La crise que traverse aujourd’hui l’Algérie est plus grave que celle de 1986, quand l’effondrement du prix du pétrole avait failli emporter le pays.

En trente ans, rien n’a été fait pour diversifier l’économie et la nomenklatura a continué à se servir. Mais alors qu’en 1986 les réserves pétrolières algériennes étaient encore immenses, aujourd’hui les nappes sont en voie d’épuisement ; quant au FRR (Fonds de régulation des recettes), la réserve ultime de l’État, comme il n’est plus alimenté par les recettes pétrolières, il sera prochainement épuisé. La politique d’assistanat d’État ne pourra alors plus être suivie et, dans ces conditions, comment calmer la fureur de la rue ? Or, si le pays explosait, la Méditerranée occidentale serait embrasée ainsi que tout le Maghreb et le Sahel. Sans parler des conséquences migratoires pour la France.

Le réveil du jihadisme

Durant la décennie noire 1991, l’Algérie fut le théâtre d’une sauvage et sanglante lutte armée. Depuis le début de l’année 2016, l’intensification des actions armées traduit une volonté des jihadistes d’opérer un retour en force en Algérie, cible privilégiée d’Aqmi en Afrique du Nord. Si la bombe sociale algérienne n’a pas encore explosé, c’est grâce à la manne pétrolière qui permet à l’État de subventionner pour 70 milliards de dollars par an la consommation des “classes défavorisées”. Les subventions (essence, électricité, logement, transports, produits alimentaires de base, etc.), totalisent ainsi entre 25 % et 30 % du PIB. À ces sommes, il convient d’ajouter 20 % du budget de l’État qui sont consacrés au clientélisme. Avec 6 % de toutes les dotations ministérielles, le budget du ministère des Anciens Combattants est ainsi supérieur à ceux de l’Agriculture (5 %) et de la Justice (2 %).

Plus généralement, une partie de la population algérienne est en voie de clochardisation, ce qui constitue une bombe à retardement qui peut exploser à tout moment. Le chômage des jeunes atteint au minimum 35 % avec pour résultat l’émigration de la jeunesse et des diplômés. À ce jour, sans espoir dans leur pays, près de deux millions d’Algériens nés en Algérie ont ainsi émigré, dont une partie importante de cadres formés dans les universités durant les décennies soixante-dix et quatre-vingt. Sur ce total, en 2014, 1 460 000 s’étaient installés en France (Algeria-Watch, 21 septembre 2014) ; depuis, le mouvement a connu une amplification.

La folle démographie

Depuis 2000, parallèlement à la réislamisation de la société, nous assistons à la reprise de la natalité alors que, durant les deux décennies précédentes, un effort de contrôle des naissances avait été fait.

Au mois de janvier 2017, l’Algérie comptait 41,2 millions d’habitants avec un taux d’accroissement annuel de 2,15 % et un excédent annuel de 858 000 habitants. Le chiffre des naissances vivantes (enfant nés vivants) illustre d’une manière éloquente cette évolution : en 2000 l’Algérie comptait 589 000 naissantes vivantes ; en 2012, elles étaient 978 000 et en 2015, 1 040 000. Comment nourrir ces bouches supplémentaires alors que l’Algérie consacre déjà le quart de ses recettes tirées des hydrocarbures à l’importation de produits alimentaires de base – dont elle était exportatrice avant 1962 ?

Hydrocarbures en crise

Le pétrole et le gaz assurent bon an mal an entre 95 et 97 % des exportations et environ 75 % des recettes budgétaires de l’Algérie, troisième producteur africain de pétrole. Or, la production de pétrole baisse et le pays n’aurait encore, selon certaines sources, que pour deux à trois décennies de réserves. Le 1er juin 2014, le Premier ministre algérien, M. Abdelmalek Sellal, déclara devant l’Assemblée populaire nationale (APN) : « D’ici 2030, l’Algérie ne sera plus en mesure d’exporter les hydrocarbures, sinon en petites quantités seulement. […] D’ici 2030, nos réserves couvriront nos besoins internes seulement. »

Aux tensions sociales s’ajoutent les problèmes ethniques qui prennent de plus en plus d’ampleur dans la région du Mzab entre Mozabites et Arabes. Le pays est également fracturé entre idéologie arabiste et berbérisme. Les Kabyles n’ont ainsi pas renoncé à lutter contre l’arabisation forcée qu’ils subissent depuis 1962, certains allant même jusqu’à parler de politique d’effacement de l’identité berbère. L’Algérie est en pleine incertitude avec un président qui n’aurait plus que quelques instants de lucidité par jour. Plusieurs clans sont prêts à s’affronter pour s’emparer ou pour conserver le pouvoir. Parmi eux, quelle est encore la force de l’armée ? Quel rôle Saïd Bouteflika pourrait-il jouer dans un proche avenir ? Le clan présidentiel réussira-t-il à imposer un successeur garantissant sa survie ? La rue viendra-t-elle perturber la succession présidentielle ? Voilà autant de questions qui demeurent en suspens et qui conditionnent l’avenir à court et à moyen terme de l’Algérie.

Les perspectives algériennes sont donc sombres car, même si le prix du pétrole remontait, les maux profonds et structurels dont souffre le pays ne disparaîtraient pas pour autant. Ils découlent de l’artificialité de l’Algérie, des mensonges de sa fausse histoire et de l’imposture de ses mythes fondateurs. Rien ne pourra donc être entrepris en Algérie sans une volonté de fonder la nation algérienne, ce qui passe par la prise en compte de ses réalités géographiques, ethniques et historiques. À défaut, ses composants se replieront sur la segmentarisation, ce qui ouvrirait une voie royale aux islamistes.

Bernard Lugan (Polémia, 30 juin 2017)