Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/08/2017

La finance ou le royaume de l'enfumage...

Vous pouvez ci-dessous découvrir un entretien avec le chroniqueur financier Philippe Béchade, réalisé le 21 juillet 2017 par Edouard Chanot pour Radio Sputnik, dans lequel il évoque le monde de l'artifice et du mensonge qu'est la finance à l'occasion de la sortie de son petit manuel de réinformation financière, Fake News, post-vérité et autres écrans de fumée (Agora, 2017).

 

                                   

11/07/2017

Algérie : une catastrophe annoncée...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Bernard Lugan, cueilli sur Polémia et consacré à la situation catastrophique de l'Algérie, dont l'effondrement pourrait avoir des répercussions dramatiques pour notre pays... Historien, spécialiste de l'Afrique, Bernard Lugan a publié de nombreux ouvrages, dont dernièrement Osons dire la vérité à l'Afrique (Rocher, 2015), Histoire de l'Afrique du Nord (Rocher, 2016) et Algérie - L'histoire à l'endroit (L'Afrique réelle, 2017).

 

 

Algérie.jpg

Algérie : une catastrophe annoncée

Les perspectives apparaissent bien sombres pour l’Algérie : même si le prix du pétrole remontait, les maux profonds et structurels dont souffre le pays ne disparaîtraient pas pour autant.

La crise que traverse aujourd’hui l’Algérie est plus grave que celle de 1986, quand l’effondrement du prix du pétrole avait failli emporter le pays.

En trente ans, rien n’a été fait pour diversifier l’économie et la nomenklatura a continué à se servir. Mais alors qu’en 1986 les réserves pétrolières algériennes étaient encore immenses, aujourd’hui les nappes sont en voie d’épuisement ; quant au FRR (Fonds de régulation des recettes), la réserve ultime de l’État, comme il n’est plus alimenté par les recettes pétrolières, il sera prochainement épuisé. La politique d’assistanat d’État ne pourra alors plus être suivie et, dans ces conditions, comment calmer la fureur de la rue ? Or, si le pays explosait, la Méditerranée occidentale serait embrasée ainsi que tout le Maghreb et le Sahel. Sans parler des conséquences migratoires pour la France.

Le réveil du jihadisme

Durant la décennie noire 1991, l’Algérie fut le théâtre d’une sauvage et sanglante lutte armée. Depuis le début de l’année 2016, l’intensification des actions armées traduit une volonté des jihadistes d’opérer un retour en force en Algérie, cible privilégiée d’Aqmi en Afrique du Nord. Si la bombe sociale algérienne n’a pas encore explosé, c’est grâce à la manne pétrolière qui permet à l’État de subventionner pour 70 milliards de dollars par an la consommation des “classes défavorisées”. Les subventions (essence, électricité, logement, transports, produits alimentaires de base, etc.), totalisent ainsi entre 25 % et 30 % du PIB. À ces sommes, il convient d’ajouter 20 % du budget de l’État qui sont consacrés au clientélisme. Avec 6 % de toutes les dotations ministérielles, le budget du ministère des Anciens Combattants est ainsi supérieur à ceux de l’Agriculture (5 %) et de la Justice (2 %).

Plus généralement, une partie de la population algérienne est en voie de clochardisation, ce qui constitue une bombe à retardement qui peut exploser à tout moment. Le chômage des jeunes atteint au minimum 35 % avec pour résultat l’émigration de la jeunesse et des diplômés. À ce jour, sans espoir dans leur pays, près de deux millions d’Algériens nés en Algérie ont ainsi émigré, dont une partie importante de cadres formés dans les universités durant les décennies soixante-dix et quatre-vingt. Sur ce total, en 2014, 1 460 000 s’étaient installés en France (Algeria-Watch, 21 septembre 2014) ; depuis, le mouvement a connu une amplification.

La folle démographie

Depuis 2000, parallèlement à la réislamisation de la société, nous assistons à la reprise de la natalité alors que, durant les deux décennies précédentes, un effort de contrôle des naissances avait été fait.

Au mois de janvier 2017, l’Algérie comptait 41,2 millions d’habitants avec un taux d’accroissement annuel de 2,15 % et un excédent annuel de 858 000 habitants. Le chiffre des naissances vivantes (enfant nés vivants) illustre d’une manière éloquente cette évolution : en 2000 l’Algérie comptait 589 000 naissantes vivantes ; en 2012, elles étaient 978 000 et en 2015, 1 040 000. Comment nourrir ces bouches supplémentaires alors que l’Algérie consacre déjà le quart de ses recettes tirées des hydrocarbures à l’importation de produits alimentaires de base – dont elle était exportatrice avant 1962 ?

Hydrocarbures en crise

Le pétrole et le gaz assurent bon an mal an entre 95 et 97 % des exportations et environ 75 % des recettes budgétaires de l’Algérie, troisième producteur africain de pétrole. Or, la production de pétrole baisse et le pays n’aurait encore, selon certaines sources, que pour deux à trois décennies de réserves. Le 1er juin 2014, le Premier ministre algérien, M. Abdelmalek Sellal, déclara devant l’Assemblée populaire nationale (APN) : « D’ici 2030, l’Algérie ne sera plus en mesure d’exporter les hydrocarbures, sinon en petites quantités seulement. […] D’ici 2030, nos réserves couvriront nos besoins internes seulement. »

Aux tensions sociales s’ajoutent les problèmes ethniques qui prennent de plus en plus d’ampleur dans la région du Mzab entre Mozabites et Arabes. Le pays est également fracturé entre idéologie arabiste et berbérisme. Les Kabyles n’ont ainsi pas renoncé à lutter contre l’arabisation forcée qu’ils subissent depuis 1962, certains allant même jusqu’à parler de politique d’effacement de l’identité berbère. L’Algérie est en pleine incertitude avec un président qui n’aurait plus que quelques instants de lucidité par jour. Plusieurs clans sont prêts à s’affronter pour s’emparer ou pour conserver le pouvoir. Parmi eux, quelle est encore la force de l’armée ? Quel rôle Saïd Bouteflika pourrait-il jouer dans un proche avenir ? Le clan présidentiel réussira-t-il à imposer un successeur garantissant sa survie ? La rue viendra-t-elle perturber la succession présidentielle ? Voilà autant de questions qui demeurent en suspens et qui conditionnent l’avenir à court et à moyen terme de l’Algérie.

Les perspectives algériennes sont donc sombres car, même si le prix du pétrole remontait, les maux profonds et structurels dont souffre le pays ne disparaîtraient pas pour autant. Ils découlent de l’artificialité de l’Algérie, des mensonges de sa fausse histoire et de l’imposture de ses mythes fondateurs. Rien ne pourra donc être entrepris en Algérie sans une volonté de fonder la nation algérienne, ce qui passe par la prise en compte de ses réalités géographiques, ethniques et historiques. À défaut, ses composants se replieront sur la segmentarisation, ce qui ouvrirait une voie royale aux islamistes.

Bernard Lugan (Polémia, 30 juin 2017)

10/10/2016

Une histoire mondiale de la guerre économique...

Les éditions Perrin viennent de publier un ouvrage de synthèse d'Ali Laïdi intitulé Histoire mondiale de la guerre économique. Docteur en sciences politiques, Ali Laïdi est Chercheur à l'Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS).

 

Histoire mondiale de la guerre économique_Laïdi.jpg

" La guerre économique est une vieille histoire. Elle est à l'économie ce que la science de la guerre est à la politique : un affrontement pour capter les ressources. Dès la préhistoire, les hommes s'affrontent pour conquérir les meilleurs territoires de chasse et de cueillette, tandis que Phéniciens, Egyptiens, Romains et Chinois de l'Antiquité sécurisent leurs routes commerciales pour éliminer la concurrence. Au Moyen Age, les marchands allemands regroupés au sein de la Hanse mènent des guerres, déclenchent des blocus économiques, le tout au nom de la défense de leurs intérêts commerciaux. Avec les grandes découvertes, les Etats prennent les rênes : Portugais, Espagnols, Hollandais, Anglais et Français se livrent de terribles batailles pour s'emparer des épices des nouveaux mondes. Lors du premier conflit mondial, détruire le potentiel commercial de l'adversaire est un des buts de guerre affichés, tandis qu'aujourd'hui les multinationales affrontent l'hyperconcurrence avec leurs propres armes, lesquelles n'ont souvent rien à envier à celles des services de renseignements et de sécurité des Etats.
Cette première synthèse sur la guerre économique démontre l'enracinement des conflits de ce type dans l'histoire. On comprend, à sa lecture, pourquoi le mythe libéral du " doux commerce " a toujours nié cette évidence : la politique n'a pas le monopole de la violence. Elle le partage avec l'économie. "

27/09/2016

Traités de libre-échange : bienvenue dans le monde d'Orwell...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Jean-Michel Quatrepoint, cueilli sur Figaro Vox et consacré à ce que recouvre la négociation, toujours en cours, du Traité transatlantique entre l'Union européenne et les Etats-Unis...

 

TAFTA 2.jpg

Traités de libre-échange : bienvenue dans le monde d'Orwell

Nous sommes en guerre! On pense, bien sûr, à Daech et au terrorisme islamiste. Mais il y a aussi une autre guerre, plus sournoise, plus vicieuse, puisqu'elle nous oppose à des amis, des alliés. Je veux parler de la guerre avec les États-Unis, de la guerre entre l'Europe et les États-Unis, de la guerre aussi entre le modèle culturel anglo-saxon, un modèle communautarisme, et notre modèle républicain, laïc. Cette guerre a un champ de bataille: le marché, l'économie. Avec un objectif pour les États-Unis, ou plutôt pour les multinationales, en très grande majorité anglo-saxonnes: assurer un nouvel ordre mondial, où le rôle des États est réduit à la portion congrue, où les citoyens sont cantonnés à un rôle de consommateurs, où la politique s'efface devant les impératifs du marché et d'un libre-échange total, absolu.

Cette bataille, elle se joue aussi sur les traités commerciaux, à travers le TAFTA, le TPP pour le Pacifique, le TISA pour les données. Sans oublier le traité entre l'Europe et le Canada qui a servi en quelque sorte de matrice aux négociations transatlantiques sur le TAFTA. Cette offensive américaine se déroule comme à la parade. Dans un premier temps, les autorités judiciaires d'outre-Atlantique ont mis en place un arsenal juridique pour imposer peu à peu l'extraterritorialité du droit américain. C'est ainsi qu'on a vu se multiplier, depuis des années, les amendes colossales contre les groupes européens. Amendes pour avoir obtenu des contrats dans divers pays du Tiers Monde avec des commissions. On pense, bien sûr à Alstom. Amendes pour avoir financé des opérations commerciales avec des pays frappés d'embargo par les États-Unis. On pense, bien sûr, à BNP Paribas. Amendes pour avoir bidouillé, comme Volkswagen, les moteurs Diesel vendus sur le marché américain, etc. À chaque fois ce sont des montants considérables. Des milliards, voire des dizaines de milliards de dollars.

Pis, ces menaces pèsent sur le système bancaire européen qui n'ose plus financer les investissements des entreprises, françaises et autres, dans des pays sensibles. Ainsi, les banques françaises sont très frileuses sur l'Iran, sur la Russie. Nos entreprises ratent des contrats. Pour le plus grand profit… des Américains. Bref, tout se passe comme si cette menace subliminale que fait peser la justice américaine et Washington sur les banques et entreprises européennes était destinée à les paralyser, à les tétaniser. Parallèlement, le capitalisme américain a déployé sur une très grande échelle une forme moderne de corruption: l'influence, le trafic d'influence. Plus besoin de verser des bakchichs, il suffit d'offrir aux dirigeants politiques, aux élites européennes de belles et rémunératrices fins de carrière, ou de faciliter l'accès de leurs progénitures aux cercles restreints du pouvoir des multinationales.

Aujourd'hui, les masques tombent. C'est un ancien président de la Commission européenne dont on savait qu'il était très proche des Américains qui pantoufle chez Goldmann Sachs. On découvre qu'une ancienne commissaire à la concurrence avait pris systématiquement des décisions nuisibles aux intérêts industriels européens tout en étant administrateur d'un fonds off shore aux Bahamas. Cerise sur le gâteau: elle a intégré Bank of America et, au printemps dernier, le groupe américain… Uber. Un autre commissaire, négociateur et thuriféraire de l'accord TAFTA, a, lui, rejoint les conseils d'administration de CVC Partners, un fonds américain et Merit Capital. Bref, les Américains savent remercier ceux qui ont œuvré pour eux. Mais ceux qui rechignent à intégrer ce nouvel ordre mondial sont frappés. Volkswagen, mais aussi Deutsche Bank et maintenant Airbus que l'on menace de dizaines de milliards d'amende, parce que le groupe aurait bénéficié de subventions européennes. Mais comment Boeing s'est-il développé sinon avec l'argent du département de la Défense? Comment la Silicon Valley est-elle devenue ce qu'elle est sinon avec les subsides sous diverses formes de l'État américain? Comment les GAFAM et autres NATU (Netflix, Airbnb, Tesla et Uber) prospèrent-ils sinon en optimisant fiscalement aux États-Unis (les multinationales américaines ont exporté plus de 2 000 milliards de dollars dans les paradis fiscaux) et en ne payant pratiquement pas d'impôt en Europe? Et lorsque une commissaire européenne ose s'élever contre les avantages exorbitants accordés par l'Irlande à Apple, c'est le président Obama et 250 patrons américains qui volent au secours de la firme et somment l'Europe d'abandonner ses poursuites.

Trop, c'est trop! Ou les Européens se couchent et nous allons collectivement basculer dans un monde où quelques monopoles régneront sur notre vie de tous les jours, géreront nos données… un monde digne de Big Brother. Ou l'Europe se réveille, refuse ces diktats, renvoie les accords TAFTA aux calendes grecques. On ne négocie pas dans une position de vassal. Voilà pourquoi la bataille du TAFTA est symbolique. Voilà pourquoi si nous voulons défendre nos valeurs, une certaine idée de la géopolitique, il faut dire non au TAFTA, relancer l'idée de la préférence communautaire, défendre nos banques et nos grandes entreprises. À condition, bien sûr, qu'elles veuillent être défendues et qu'elles n'aient pas déjà pactisé avec l'Oncle Sam… pour un plat de lentilles.

Jean-Michel Quatrepoint (Figaro Vox, 23 septembre 2016)

28/06/2016

Goldman Sachs, une banque de guerre économique...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue , cueilli sur le site Infoguerre et consacré au rôle de prédateur financier qu'a joué la banque Goldman Sachs dans la crise grecque...

Goldman Sachs.jpeg

Goldman Sachs, une banque de guerre économique

En 1999, lorsque la création de l’euro est décidée, la Grèce ne peut adhérer à la monnaie unique car elle ne répond pas aux critères rigoureux énoncés par le traité de Maastricht : dette inférieure à 60% du produit intérieur brut (PIB), déficit budgétaire sous les 3%. Le gouvernement grec, dans sa course à l’euro, décide alors de chercher conseil auprès de la banque Goldman Sachs (GS). L’objectif est clair : trouver des moyens astucieux pour rejoindre la zone euro. Athènes veut surtout dissimuler l’ampleur de ses déficits. L’accord avec GS marque le début d’une coopération entre une banque et un État qui allait progressivement muter en rapport de force économique. Ce rapport de force économique fait intervenir plusieurs acteurs agissant sur des scènes différentes. Les deux principaux sont la banque Goldman Sachs (GS) et les gouvernements grecs qui se sont succédés de 2001 à 2015. Autour de ce pilier, s’en articulent d’autres secondaires, émanant de la sphère politique (certains gouvernements de la zone euro et le Parlement européen), économique (la réserve fédérale des Etats-Unis) et sociale (le Financial Times et le Risk Magazine, Der Spiegel). Ces acteurs vont tous jouer un rôle structurant dans le rapport de force économique opposant la banque GS à l’État grec.

Un marché de dupes

D’un côté, l’État grec cherche à obtenir un avantage politique et économique : son entrée dans la zone euro pour éviter sa marginalisation sur le continent européen ; de l’autre, la banque GS recherche un avantage commercial : réaliser le maximum de profits pour conforter sa place de leader mondial dans le secteur bancaire.
Comprendre cet affrontement suppose d’en distinguer les différents niveaux qui correspondent aux différents rôles qu’a joué la banque vis à vis de l’État grec.
Le premier niveau de ce rapport de force apparaît au cours de l’année 2001, quand GS accepte d’aider la Grèce à baisser sa dette. Jusque là, le rapport n’est qu’une simple relation de conseilleur/conseillé. Pourtant, la recherche de profits inhérente à la première banque d’affaires mondiales va pousser l’équipe en charge de ce dossier (Antigone Loubiadis épaulée par les spécialistes dans la négoce des devises) à mettre en place une offre qui, à long-terme va se révéler beaucoup plus coûteuse pour la Grèce et beaucoup plus profitable pour GS qu’un simple prêt bancaire.
Cette offre réside dans l’utilisation des credit default swap (CDS). D’apparence complexe, le fonctionnement des CDS est simple. Il s’agit de contrats d’assurance sur une dette qui garantissent au créancier qu’il sera remboursé même si son débiteur se défausse. Ils offrent donc aux investisseurs la possibilité de limiter les risques associés à des obligations, qu’elles soient émises par des États ou des entreprises.  Dans le cas des obligations grecques, ce mécanisme permet de se protéger des effets de change en transformant en euros la dette initialement émise en dollars. L’autre avantage des CDS est que le marché de gré à gré de cet instrument financier est nébuleux. Les transactions se font à l’abri des regards, loin des places boursières et de leurs règles contraignantes, sans intermédiaires ni identification des opérations ou de leurs auteurs. Par là, la Grèce a pu mettre en place un emprunt qui n’est pas apparu dans les statistiques officielles. Appuyé par cet instrument spéculatif, GS lance un engrenage qui va lui permettre de réaliser d’énormes bénéfices. D’une part, le taux de change choisi est très favorable à GS. D’autre part- et c’est là le coup de force de la banque- le montant couvert par les CDS dépasse celui de la dette publique grecque. Autrement dit, GS réussit à vendre plus de contrats qu’il n’en faut pour couvrir le risque de la dette grecque. L’État grec quant à lui, contraint, en vue de ses difficultés financières à négocier un rallongement de l’échéance de sa créance, doit s’engager à payer à la banque d’importantes sommes jusqu’en 2019 et ce, à des conditions plus onéreuses, ce qui aggravent encore sa situation économique.
Si la dissimulation de la dette grecque fut réussie et permit à ce pays d’entrer au sein de la zone euro, la conquête de bénéfices de la banque GS est édifiante. En 2001, lorsque l’affaire fut conclue, le gouvernement devait 600 millions d’euros à la banque, plus les 2.8 milliards qu’elle avait emprunté selon Spyros Papnicolaou. Lorsque ce dernier prit la tête, en 2005, de l’agence de la gestion de la dette du pays, le prix de la transaction avait presque doublé à 5.1 milliards d’euros. Du reste, ce contrat et le maquillage des dettes publiques devaient jouer un rôle dans l’apparition de la  crise de souveraineté grecque qui allait faire évoluer cet affrontement.
En effet, le second niveau du rapport de force apparaît au cours de l’année 2009. Au cours de celle-ci, le nouveau gouvernement socialiste grec de Georges Papandréou annonce que les comptes publics grecs ont été truqués. La nouvelle crée un choc financier pour l’État grec. Dès la fin de l’année 2009, les agences de notation, Fitch la première, dégradent la signature de sa dette, à BBB +. Les marchés commencent à douter de la capacité qu’a l’État grec à rembourser sa dette tandis que les taux d’intérêt payés par celui-ci s’envolent. Le scénario d’une faillite circule dans les salles de marché. Devant les difficultés de la Grèce, la banque GS, son ancienne conseillère, va spéculer sur la baisse de l’euro. Le rapport de force apparaît ici dans toute son ampleur : l’ancienne banque conseillère spécule dorénavant contre l’État grec et a tout intérêt à ce que sa situation ne s’améliore pas, pour que l’euro continue de baisser.
Au cours de l’évolution de ce rapport de force économique, les différents acteurs vont mettre en place des stratégies visant à atteindre leurs objectifs et à prendre le pas sur l’adversaire.

L’exploitation des faiblesses de l’adversaire

La première stratégie utilisée par GS a été de jouer sur les points faibles de l’État grec. Si l’équipe de GS a accepté l’affaire que lui proposait la Grèce, c’est parce qu’elle savait que cet État disposait d’un système bancaire et de statistiques de finances publiques faibles. Du reste, son économie noire florissante rendait aléatoires les rentrées d’impôts et de taxes. Par là, le géant financier pénétrait un marché où la Bourse était dépourvue de règles contraignantes et où l’État brouillait le jeu économique. Ces conditions ont permis à GS de mettre en place les instruments financiers les plus aptes à lui assurer le maximum de bénéfices. Outre cet environnement économique propice, GS a aussi joué sur la position qu’elle détenait dès le début. Dans une telle affaire, le client quémandeur n’est pas en position de force. Lorsque la Grèce a modifié les échéances de remboursement de sa créance, GS était en mesure de lui imposer des conditions plus drastiques encore qu’elles ne l’étaient au début et s’assurer, dès lors, toujours plus de bénéfices.
L’autre point faible sur lequel a pu compter GS est à la fois conjoncturelle et interne à l’Union européenne : la désorganisation d’Eurostat, l’institut européen de la statistique censé être l’arbitre attitré du respect des critères du traité de Maastricht. Le lancement de l’euro, le 1er janvier 2002, a donné à Eurostat pour mission d’harmoniser les statistiques des États membres afin de concevoir des agrégats à l’échelle européenne. Il s’agit d’indicateurs clés dans l’élaboration de la surveillance budgétaire et de la politique monétaire de la Banque centrale européenne. Mais, pris dans la tourmente d’un scandale financier interne, l’office des statistiques est, au moment de l’affaire grecque, paralysé. De fait, ses dirigeants acceptent de facto les comptes que lui présente le gouvernement grec de l’époque.

Une offensive informationnelle très bien orchestrée

Dans cette affaire, GS s’est aussi illustré comme maître de la guerre de l’information. D’une part en s’appuyant sur de fausses rumeurs et d’autres part en faisant jouer ses relais d’influence pour véhiculer des informations qui épousaient ses intérêts. Le mercredi 27 janvier 2010, le Financial Times affirme que la Chine a refusé d’acheter 25 milliards d’euros d’emprunt grec, apporté en exclusivité par l’intermédiaire de GS. C’est Gary Cohn, en personne, écrit le FT, qui aurait proposé l’affaire au Premier ministre grec. La nouvelle sème la panique. Pour les traders, Athènes est proche du gouffre puisqu’elle est obligée de solliciter la Chine en direct. Malgré le démenti immédiat d’Athènes, les investisseurs exigent immédiatement une prime de risque encore plus élevée. Pourtant, les professionnels ont vite compris que l’information était fausse. Selon un membre de la division Methodology and standard development de la Banque centrale européenne (BCE) «des opérations où un pays achète 25 milliards d’euros de dette d’un seul coup n’existent pas ». Selon lui, « si Goldman Sachs n’a pas démenti, c’est qu’elle avait intérêt à ce que la rumeur se propage ». L’intérêt en question c’est que cette nouvelle allait accréditer l’idée que la Grèce connaissait d’importantes difficultés et donc accélérer le mouvement de spéculation sur la baisse de l’euro, que GS suivait.
Outre l’instrumentalisation de fausses informations, GS s’est aussi servi de son réseau d’influence pour publier des articles qui allaient dans son sens. Dans le Financial Times du 15 février 2010, Otmar Issing, ex-membre du directoire de la Bundesbank, ancien économiste en chef de la BCE, signe un texte hostile à une opération de sauvetage européenne. Selon lui pour ne pas mettre en péril la zone euro, Athènes doit se débrouiller seule. Mais Issing signe cette tribune en omettant de préciser que, depuis 2006, il est conseiller international de GS. Au moment de la publication de l’article, le département trading de cet établissement a tout à perdre d’une intervention des Européens. Goldman joue l’euro à la baisse, et en théorie, une opération de rescousse européenne ne peut que faire rebondir l’euro.
Dans cette guerre de l’information, le rôle trouble du Financial Times mérite d’être questionné. Si parler de collusion entre les deux organismes semble exagéré, l’existence d’un partenariat officiel entre les deux organismes dans l’octroi du Business book of the year montre que GS fait figure de sponsor pour le FT. GS a donc pu s’appuyer sur cette position pour faire de ce journal un relai d’influence dans l’affaire grecque.

La contre-attaque du camp européen

Devant ces attaques spéculatives et le jeu à double face de GS, l’État grec a pu compter sur le soutien d’alliés émanant à la fois de la sphère civile et politique. En 2003, l’article de Nick Dunbar du Risk Magazine révèle  le rôle de GS dans la présentation orientée des comptes publics grecs et crée une polémique qui fait rapidement le tour du monde après que l’hebdomadaire allemand Der Spiegel reprend à son compte les assertions de Nick Dunbar en 2010. Ces révélations ont eu un écho dans la sphère politique. Fait rarissime, les politiciens ont pris parti dans cette affaire sans jamais nommer directement la banque. Angela Merkel a jugé «scandaleux» que certaines banques aient pu aider à maquiller le déficit budgétaire de la Grèce et provoquer ainsi une crise de toute la zone euro. Lors d’un colloque organisé à Londres les Premiers ministres espagnol, norvégien et britannique apportent leur soutien à leur homologue grec. Selon Thibault Renard, la Grèce a très bien su profiter de ces attaques envers Goldman Sachs pour se positionner en État-victime, manipulé par le géant financier. Dans ce concert de soutien à la Grèce, seule la Réserve fédérale, au terme d’une enquête,  estime que l’établissement n’a pas aidé Athènes à cacher l’ampleur de ses déficits.
La banque GS a été contrainte de s’expliquer. En 2010, Gerald Corrigan (président de GS Bank aux Etats-Unis) était écouté par le Parlement européen. Au cours de cet interrogatoire, Corrigan n’a reconnu que le manque de transparence dans cette affaire en affirmant qu’ « avec le recul, il est évident que les normes de transparence auraient dû être meilleures ». Pour maintenir son intégrité et sa déontologie, la banque a publié sur son site Internet un communiqué affirmant que l’impact des opérations a été minimal sur la situation budgétaire globale du pays. La dette grecque est passée de 105,3% à 103,7% du PIB, soit une faible diminution au cours de la période concernée. Concernant l’éthique, la défense de GS est simple. La Grèce a refusé la logique de la zone euro axée sur la discipline budgétaire. C’est à Athènes que revient la charge de se poser  les questions éthiques. La banque s’est contentée de jouer un rôle technique et de satisfaire un client, en l’occurrence un État dans le cadre légal que lui imposait Eurostat.
« Je fais le travail de Dieu ». À lui seul, ce propos tenu par le PDG de GS, Lloyd Blankefein, incarne la volonté de puissance de la plus grande banque d’affaire au monde. Le rôle de cette banque dans le maquillage des comptes publics de l’État grec et sa spéculation, quelques années plus tard, sur la faillite de ce pays démontre la place dont peut se targuer la finance dans le nouvel ordre mondial : une arme économique, capable de mener des attaques spéculatives sur un État. Par là, ce rapport de force est révélateur de  la complexification des conflits que Nicolas Mazzucchi évoque dans son chapitre Compétition et adversité, du Manuel d’intelligence économique. La conflictualité mondiale n’est en effet plus seulement interétatique ni concurrentielle mais peut aussi opposer des acteurs aux visages différents, comme le montre ce rapport de force « politico-financier » confrontant un pouvoir politique à un pouvoir financier.
La crise grecque s’est révélé une manne pour GS. La banque a empoché des commissions tirées de l’aide apportée au gouvernement grec. Elle a spéculé sur les difficultés de la Grèce et contre l’euro. Elle semble donc avoir gagné sur tous les tableaux. Cependant, la polémique révélée par Risk Magazine et relayée par Der Spiegel a pris de l’ampleur dans le monde entier. Devant la menace de voir sa réputation entamée, la banque a été contrainte de s’expliquer. Du reste, si la polémique semblait éteinte, l’élection, en 2015 du gouvernement Tsipras a relancé l’affaire. Le Premier ministre grec a en effet affirmé que l’État grec pourrait poursuivre GS pour récupérer la commission colossale de 600 millions d’euros que le gouvernement avait payés à la banque pour ses services.
Toutefois, devant les immenses bénéfices que l’affaire grecque a représentés pour GS, une victoire de la Grèce à ce procès- qui n’est pour l’instant qu’un projet- ne pourrait en aucun cas rééquilibrer un rapport de force qui fut largement remporté par GS. Rappelons à ce sujet que le chiffre d’affaire de 2014 de la banque qui s’élevait à 40,085 milliards de dollars (avec un bénéfice net de 8,48 milliards en hausse de 10,1% par rapport à 2013) confirme que « la Firme » n’a que peu à craindre de la retombée d’un éventuel procès qui relancerait l’affaire grecque.

Christopher Quagliozzi (Infoguerre, 20 mai 2016)

12/06/2016

Comment reconstruire les économies nationales en Europe ?...

Vous pouvez découvrir ci-dessous l'allocution prononcée par Hervé Juvin au colloque organisé par la Fondation pour une Europe des Nations et des Libertés, le 14 mai 2016 à Paris. Hervé Juvin intervenait sur le thème "Comment reconstruire les économies nationales en Europe ?"...