Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Livres

  • Ainsi parlent les dieux...

    Les éditions Les Belles Lettres viennent de publier un essai de Jean-Louis Poirier intitulé Ainsi parlent les dieux - Comment Grecs et Romains pensaient leurs mythes. Professeur en khâgne pendant plus de vingt ans, spécialiste de philosophie antique, Jean-Louis Poirier a notamment collaboré à l'édition et à la traduction des Présocratiques et des Épicuriens pour la Bibliothèque de la Pléiade.

     

    Poirier_Ainsi parlent les dieux.jpg

    " Trésor pour l’éternité, la mythologie des Grecs et des Romains nous appartient. Ces récits venus de la nuit des temps vivent dans nos songes, animent notre for intérieur. Les lectures ne cessent de s’ajouter aux lectures, les critiques aux explications, les déconstructions aux déconstructions. Nous ne cessons de recevoir et de nous approprier cette mythologie et toujours de nous demander quelle est sa signification profonde, elle qui nous touche, nous trouble et nous émeut intimement.
    Grecs et Romains se posaient la même question.
    Poètes, écrivains, artistes, historiens, philosophes, théologiens de l’Antiquité nous ont laissé des ouvrages — toujours puissants et lumineux — qui ne cessent de grossir une marée montante de savoirs, de réflexions, d’idées, d’interprétations aussi géniales que singulières, aussi étonnantes que convaincantes, fulgurantes et pourtant tant de fois méconnues.
    Ce livre leur donne la parole et fait partager le bonheur d’une découverte au fond infinie. Sans rien concéder au vertige de la distance ethnologique, il montre que les récits mythiques de l’Antiquité s’accommodent d’une proximité aujourd’hui oubliée, peut-être perdue, mais possible, et merveilleuse. "

    Lien permanent Catégories : Livres 0 commentaire Pin it!
  • Une justice politique...

    Les éditions du Toucan viennent de publier dans leur collection L'Artilleur un essai de Régis de Castelnau intitulé Une justice politique - Des années Chirac aux années Macron, histoire d'un dévoiement. Avocat, fondateur du Syndicat des Avocats de France, Régis de Castelnau, qui a enseigné à l’université Paris II, collabore à plusieurs médias de la sphère souverainiste et anime le site Vu du droit.

     

    Castelnau_Une justice politique.jpg

    " A l’heure où les questions judiciaires occupent un espace médiatique toujours plus important,  toutes  les études  démontrent pourtant que l’opinion publique se défie désormais de la Justice.
    Que s’est-il donc passé  ?
     
    Bien sûr,  la pénurie  des  moyens explique en partie cette image de service public à l’abandon. Mais, selon Régis de Castelnau, cette défiance prend d’abord racine dans  la perte flagrante  par la magistrature  de  sa neutralité au profit d’un exercice politique de sa mission.
     
    En analysant les trois dernières décennies, il montre comment la justice pénale, renonçant à son impartialité, a accepté de devenir un instrument intervenant directement  dans le champ politique.  Castelnau détricote, pièce par pièce, la plupart des grandes affaires politico-judiciaires récentes et révèle leurs mécaniques cachées. Enfin, il démontre comment les différents dispositifs mis en place par François Hollande ont permis à la haute fonction publique judiciaire, en disqualifiant François Fillon,  d’assurer  l’arrivée  à l’Élysée  d’Emmanuel Macron.  Et de devenir ensuite une des pièces essentielles de son exercice du pouvoir.
     
    Depuis 2017, Castelnau expose les éléments qui permettent d’affirmer que la Justice  ralliée au « bloc élitaire » assure la pérennité  d’un système où l’argent joue un rôle majeur. Un système où il s’agit d’abord de protéger les amis, de maintenir une pression constante sur les opposants et enfin de réprimer le Peuple quand il ose exprimer une révolte sociale ou une inquiétude sécuritaire.
    Le tableau final, lourdement documenté, est celui d’une magistrature qui a fait le choix de son idéologie plutôt que du bien commun. "

     

    Lien permanent Catégories : Livres 0 commentaire Pin it!
  • La justice et l'ordre...

    Les éditions Politeia viennent de publier un essai d'Éric Guéguen intitulé La justice et l'ordre. Penseur libre, Éric Guéguen, qui collabore à Causeur et à Boulevard Voltaire, est déjà l'auteur d'un essai, Le miroir des des peuples (Perspectives libres, 2015).

     

    Gueguen_La justice et l'ordre.png

    " Lorsqu'un régime politique devient nuisible, n'est-il pas impératif d'en changer? L'impuissance n'est-elle pas une nuisance majeure ? Or à quoi la Cinquième République se résume-t-elle, si ce n'est à la mise en scène d'oppositions de façade? Il faut le reconnaître : l'autorité ne se décide jamais dans les isoloirs. En l'espace de cinquante ans, les deux formations tour à tour au pouvoir ont, main dans la main, liquidé la souveraineté nationale. Elles l'ont fait au nom d'un projet commun : la dissolution des nations dans un monde globalisé et celle de la politique dans le pur management. Vous attendiez d'Emmanuel Macron une rupture? Il en aura été la synthèse. La rédaction de cet ouvrage coïncide avec les trois premières années de son mandat. Témoin de l'état de grâce du grand vainqueur, des mouvements Gilets jaunes, puis du confinement sanitaire au printemps 2020, l'auteur met en perspective la mort lente mais inéluctable de la Cinquième République. Il s'y emploie par la dénonciation du faux clivage gauche-droite et de ce que celui-ci nous aura longtemps masqué, sournoisement. Le prochain régime n'échappera pas aux clivages. Toutefois, ceux-ci devront être légitimes. Deux visions du monde antagonistes s'affronteront : local contre global. Mais avant cela, deux nécessités sociales complémentaires seront requises : la justice et l'ordre. "

     

                             

    Lien permanent Catégories : Livres 0 commentaire Pin it!
  • Vivonne...

    Les éditions La Table Ronde viennent de publier un roman de Jérôme Leroy intitulé Vivonne. Maître de l'anticipation noire, Jérôme Leroy est, notamment l'auteur de Monnaie bleue, de Bref rapport pour une très fugitive beauté , de Big sister, La minute prescrite pour l'assaut ou de La petite Gauloise  ainsi que de l'excellent polar de politique-fiction, Le Bloc.

    Leroy_Vivonne.jpg

    " Alors qu’un typhon dévaste l’Île-de-France, l’éditeur Alexandre Garnier contemple le cataclysme meurtrier depuis son bureau, rue de l’Odéon : une rivière de boue coule sous ses fenêtres, des rats surgissent des égouts. Le passé aussi remonte à la surface. Devant ce spectacle de fin du monde, Garnier se souvient de sa jeunesse et surtout de son ami, le poète Adrien Vivonne, auteur entre autres de Danser dans les ruines en évitant les balles. Garnier a publié ses livres avant que celui-ci ne disparaisse mystérieusement en 2008, il y a presque vingt ans.
    Qu’est devenu Vivonne ? Partout en Europe, la « balkanisation climatique » sévit et les milices s’affrontent tandis que la multiplication des cyberattaques fait craindre une Grande Panne. Lancé à la poursuite de Vivonne, Garnier essaie de le retrouver avant que tout ne s’effondre. Est-il possible, comme semblent le croire de plus en plus de lecteurs dans le chaos ambiant, que Vivonne ait trouvé un passage vers un monde plus apaisé et que la solution soit au cœur de ses poèmes ? "

    Lien permanent Catégories : Livres 0 commentaire Pin it!
  • Bandits et brigands...

    Les éditions L'échappée ont publié récemment un ouvrage collectif intitulé Bandits & brigands consacré aux émules de Robin des bois. On y trouvera notamment les portraits de Rob Roy et de Cartouche, et d'autres moins connus. Un ouvrage qui vient compléter, sous un angle un peu différent, celui de Laurent Maréchaux intitulé Hors la loi - Anarchistes, illégalistes, as de la gâchette... ils ont choisi la liberté  (Arthaud, 2018).

     

    Collectif_Bandits et brigands.png

    " « Le brigand au grand cœur n’est pas au départ un criminel. Il commence sa carrière de hors-la-loi parce qu’il est victime d’une injustice. » Voici comment l’historien Eric Hobsbawm décrit dans son fameux livre Les Bandits, devenu la référence sur le sujet, l’origine de ces destins de justiciers et de redresseurs de tort, dont la figure la plus célèbre reste Robin des bois. Des communautés opprimées, paysannes pour la plupart, soutenaient ces vengeurs qui, par leurs coups d’éclat et la terreur qu’ils exerçaient sur les puissants, leur rendaient justice.
    Ces héros du petit peuple ont hanté de nombreuses contrées de par le monde, entre autres : Cartouche en France, Ned Kelly en Australie, Joaquín Murieta au Mexique, Phoolan Devi en Inde, Hend’U Merri en Algérie, Maria Bonita au Brésil, Rob Roy en Écosse, Sante Notarnicola en Italie…
    Dans cet ouvrage, des écrivains se sont emparés de chacune de ces figures du « banditisme social ». Ces textes littéraires redonnent vie à ces bandits et brigands, comme le faisaient autrefois les chansons et les ballades qui, en exaltant leurs magnifiques actes de bravoure, donnaient l’espoir de se libérer un jour de l’oppression et de la misère. "

    Lien permanent Catégories : Livres 0 commentaire Pin it!
  • La démocratie directe contre la sécession des élites...

    Les éditions Perspectives Libres viennent de publier un essai de Pierre Mandon intitulé La démocratie directe contre la sécession des élites.

    Mandon_La démocratie directe contre la sécession des élites.jpg

    " La démocratie directe revient en force en France, comme une volonté de renouveau du fait politique face à une crise de légitimité des régimes occidentaux, inédite depuis la chute de l’Union Soviétique, il y a trois décennies. Il s’agit donc ici de proposer une définition claire et précise de ce que recouvre le concept et de ce que sont ses instruments contemporains. Etant pratique courante, non seulement chez le voisin suisse, dans la plupart des Etats fédérés des Etats-Unis et dans plusieurs dizaines de pays dans le monde, sous une forme plus ou moins étendue, il est possible d’en discerner quelques effets tangibles, impactant concrètement la vie politique de la cité. Cela dit la littérature académique à ce sujet, bien que conduite par des chercheurs le plus souvent rigoureux dans leurs méthodes, souffre trop souvent du fait qu’elle n’étudie que trop rarement ce qui conditionne la démocratie directe : la tyrannie de la majorité, la dictature de la minorité intolérante, l’ingénierie sociale, mais également l’évolution de la technologie et des conditions énergétiques et environnementales. Mais aussi et peut être surtout une absence d’analyse de ce qui lui donne sa puissance d’agir, à savoir d’un côté la capacité pour les citoyens et l’Etat nation d’exercer la souveraineté et de l’autre côté son fondement philosophique, celui du républicanisme civique aristotélicien, supposant aujourd’hui des hommes et bien sûr des femmes en âge d’être en armes pour défendre la cité et accomplissant des taches civiles bénévoles pour la collectivité, comme l’illustrent, parmi une infinité d’exemples, les cas des pompiers miliciens et des parlements de milice  dans les communes suisses. Cela nous parait nécessaire d’insister sur ces aspects car répétons-le : jamais le sujet de la démocratie directe n’aura paru aussi important qu’à l’ère d’un crépuscule annoncé de l’ère libérale.  "

    Lien permanent Catégories : Livres 0 commentaire Pin it!