Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/02/2018

Les hommes libres...

Les jeunes et dynamiques éditions Bios viennent de publier un récit autobiographique de Frédéric Lynn intitulé Les hommes libres. Enfant de classe moyenne, Franco-américain, Frédéric Lynn, né en 1988, a vécu la majeure partie de sa vie en Haute Normandie, à la campagne. Il étudie le théâtre et les arts graphiques à Lyon puis compose de la musique mais connait rapidement le chômage et la rue. Militant nationaliste, son goût pour la géopolitique et le voyage l'amène à découvrir la Serbie, avant de s'engager dans l'Est de l'Ukraine au côté des rebelles pro-russe, puis plus tard en Irak.

Lynn_Les hommes libres.png

" « J'ai commencé ce livre en Ukraine. Être volontaire est bien plus compliqué que de «ramasser un fusil et d'aller se battre». La difficulté est de persister envers et contre toutes les frustrations, les déceptions et les trahisons.

La difficulté est d’affronter ses propres contradictions. Je suis parti au Donbass jeune, la tête emplie d'idées tourbillonnantes et de fureur adolescente. J'en suis sorti autre et la plupart de mes camarades aussi. Changés sur un plan moléculaire. Tellement intime, tellement profond, que la majorité d'entre nous n'en parleront jamais. Beaucoup choisissent le silence, et moi-même, j'ai souvent failli abandonner ce livre.

La guerre au Donbass a été traitée essentiellement par des analystes, des politiciens ou des idéologues mais il n’existe pas de témoignages de soldat et de sa vie quotidienne sur le front.

Ce n'est pas un livre « de guerre » au sens classique du terme. Nos arrestations multiples, nos passages illégaux de frontières, nos attentes, nos romances, nos intrigues, nos misères et nos joies quotidiennes appartiennent autant à la guerre que les combats eux-mêmes.

Les faits et les personnages, qu'ils soient héroïques ou sordides, constituent la raison d'être de ce livre. Je n'ai pas honte d'avoir participé à cette guerre. Au contraire, comme disait un modèle de mon enfance, « je n'ai qu'un seul regret, c'est de ne pas m'être engagé plus tôt ». L'un des personnages de ce livre se plaisait à décrire le phénomène de la parallaxe : « un fait ne peut être perçu par différentes personnes que de leur point de vue individuel et donc, limité. » Ce n'est qu'en additionnant les points de vue que l'on obtient une idée de la réalité.

Ce récit est ma contribution. » "

31/01/2018

Miroir du nihilisme...

Les éditions Galilée ont publié récemment un essai de Michel Onfray intitulé Miroir du nihilisme - Houellebecq éducateur. Philosophe, fondateur de l'université populaire de Caen, Michel Onfray est notamment l'auteur de Cosmos (Flammarion, 2015) et de Décadence (Flammarion, 2017).

Onfray_Miroir du nihilisme.jpg

" Le grand romancier est celui qui, tel le Voyant de Rimbaud, montre un réel qu'on n'a pas vu ou, dans le réel, ce qu'on n'y aura pas vu. Dans Soumission, Michel Houellebecq creuse son sillon ironique en proposant l'aventure de la collaboration : ce livre est en effet le grand roman de la collaboration. La soumission aux puissants du moment relève de l'éthologie : elle suppose la fascination des âmes en peine pour la puissance qui les méprise et veut leur sujétion. Soumission est un miroir tendu à la face des collaborateurs ; comment ceux-là auraient-ils pu s'y mirer sereinement ? La réception de cette oeuvre renseigne sur le fonctionnement de notre époque. L'intelligentsia, si prompte dans l'histoire à jouir de la botte qui lui écrase le visage, s'est grandement déchaînée contre l'homme qui annonce le cancer et qu'on rend responsable de la maladie qu'il diagnostique. Ce Miroir du nihilisme fait de Michel Houellebecq un éducateur au sens que Nietzsche donnait à ce mot quand il parlait de Schopenhauer. "

30/01/2018

Le vrai visage du Moyen Age...

Les éditions Vendémiaire viennent de publier un ouvrage collectif dirigé par Nicolas  Weill-Parot et Véronique Sales et intitulé Le vrai visage du Moyen Age - Au-delà des idées reçues. Nicolas Weill-Parot est directeur d’études à l’École pratique des hautes études, et Véronique Sales est agrégé de lettres modernes.

 

Weil-Parot_le-vrai-visage-du-moyen-age.jpg

" Que la violence y ait régné sans partage, que les puissants y aient exercé une impitoyable domination sur les faibles, que la justice y ait été cruelle et expéditive, qu’une religion fanatique y ait régenté la vie des hommes, à peine tempérée par les superstitions les plus extravagantes, qu’on n’y ait eu que de très approximatives connaissances dans les domaines de la science, de la médecine ou de l’hygiène, qu’on y ait méprisé les femmes et méconnu tout ce qui était étranger aux frontières de l’Occident, pour la majorité d’entre nous, cela ne fait aucun doute : le Moyen Âge, interminable parenthèse entre les accomplissements de l’Antiquité et les merveilles de la Renaissance, est le point de référence obligé lorsqu’on veut dénigrer les temps obscurs auxquels nous avons échappé pour accéder enfin à la modernité.

Autant d’idées reçues que les plus grands spécialistes français de la question contestent avec force. Nous permettant d’aller, enfin, à la rencontre de cette période charnière dans l’histoire de l’Europe : le moment où elle s’est constituée, avec des formes de vie politique et sociale qui ont perduré jusqu’à nos jours. "

29/01/2018

Le second Emsav...

Les éditions du Lore viennent de publier un livret de Venig Ar Ruz intitulé Second Emsav - Petit précis du nationalisme breton 1918-1945.

 

Venig Ar Ruz_Second emsav.jpg

" Communément appelée Second Emsav, la période 1918- 1945 voit le mouvement breton se radicaliser.

Des premiers tâtonnements de ce nationalisme incisif jusqu’à ses prises
de position sous l’Occupation allemande, ce petit précis revêt un intérêt tout particulier pour le lecteur soucieux de connaître les grandes lignes de ce Risorgimento breton. "

27/01/2018

Un prophète de la grande Europe...

Les éditions Ars Magna viennent de publier un ouvrage intitulé Le prophète de la grande Europe, Jean Thiriart, qui rassemble des entretiens avec le fondateur du mouvement Jeune Europe, ainsi que des articles écrits par lui ou par de grands témoins qui l'ont fréquenté personnellement ou intellectuellement.

Thiriart.jpg

" Rares sont les Français chez qui le nom de Jean Thiriart évoque un souvenir. Pourtant de 1960 à 1969, au travers de l’organisation européenne transnationale Jeune Europe et du mensuel La Nation européenne celui-ci anima la première tentative, restée inégalée, de création d’un parti nationaliste-révolutionnaire européen, et définit clairement dans ses écrits ce qui forme maintenant le corpus doctrinal du mouvement NR.

Après son retrait de la politique militante, Jean Thiriart continua de penser à l’avenir de l’Europe et d’écrire. Plusieurs entretiens qu’il donna furent publiés dans des revues depuis longtemps introuvables, quelques articles connurent un sort identique, tant et si bien que son œuvre était devenue totalement inaccessible. Il convenait donc d’en rééditer les éléments les plus signifiants, tout en les mettant en perspective grâce aux témoignages et critiques de militants ou journalistes qui l’ont connu ou beaucoup lu. "

 

26/01/2018

L'effacement du politique...

Pierre Le Vigan vient de publier chez Amazon un essai intitulé L'effacement du politique, préfacé par Eric Maulin. Urbaniste, collaborateur des revues Eléments, Krisis et Perspectives libres, Pierre Le Vigan a notamment publié Inventaire de la modernité avant liquidation (Avatar, 2007), Le Front du Cachalot (Dualpha, 2009), La banlieue contre la ville (La Barque d'Or, 2011), Écrire contre la modernité (La Barque d'Or, 2012),  L'effacement du politique (La Barque d'Or, 2014), Soudain la postmodernité (La Barque d'or, 2015) ou Métamorphoses de la ville - De Romulus à Le Corbusier (La Barque d'Or, 2017).

Le-Vigan_L'effacement du politique.jpg

" « Le politique est une instance, il lui faut une substance. » (…) « Dans l’Europe actuelle, l’unique a été privilégié sur le commun (ainsi pour la monnaie). Pire : l’uniformité de l’unique a tué le commun. » Faut-il choisir le retour à nos vieilles nations contre l’Europe ? Cela ne parait pas durablement possible. Qui peut penser que nos nations soient vraiment à l’échelle des grands empires du monde : USA, Chine, Inde, Brésil…? Faut-il alors construire une nation européenne, l’équivalent de nos vieilles nations, mais à l’échelle de l’Europe ? Le risque est alors de reproduire les limites de la forme stato-nationale. Est-ce souhaitable ? Et est-ce possible ? Peut-on, en quelques décennies, refaire le processus de construction des nations qui s’est étalé sur plusieurs siècles ? Il faut donc sans doute faire une Europe politique autrement, pas comme une « super nation ». Et c’est là qu’il faut certainement recourir à l’idée d’Empire. Repenser l’Europe comme notre nouvelle chose commune. Faire revivre une idée à la fois très ancienne et très neuve. "