Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/04/2017

Une histoire du néo-druidisme en Bretagne...

Les éditions Ouest-France viennent de publier un essai historique de Philippe Le Stum intitulé Néo-druidisme en Bretagne - Origine, naissance et développement 1890-1914. Conservateur au musée départemental breton de Quimper, Philippe Le Stum enseigne à l'université de Bretagne-Occidentale et est l'auteur de plusieurs ouvrages et de nombreux articles sur la culture régionale et l'identité bretonne.

 

Le Stum_Néo-druidisme.jpg

" Le néo-druidisme, désireux de renouer avec l'ancienne tradition celtique, naquit en Grande-Bretagne à la fin du XVIIIe siècle. Aujourd'hui, près d'un million de personnes dans le monde s'en réclament. En 1900, fut fondé le Gorsedd des druides, bardes et ovates de la presqu'île de Bretagne. Sa naissance et son développement forment un aspect essentiel de l'histoire du mouvement identitaire breton.
Le Gorsedd entendit guider le régionalisme, régenter le nationalisme naissant, engager enfin la Bretagne dans un vaste courant "panceltique" européen. Retracer l'histoire du néo-druidisme en Bretagne, c'est donc retracer celle des débats intellectuels et politiques relatifs à l'identité bretonne. C'est aussi évoquer des personnalités étonnantes : militants, hommes politiques, journalistes, écrivains, chansonniers, mystiques et voyants.
Cette étude est établie sur les archives des deux premiers "grands druides" bretons. Elle contient des correspondances de toutes les personnalités du mouvement breton et interceltique d'alors. "

12/04/2017

Sous l'oriflamme au dragon rouge...

Les éditons Libretto viennent de rééditer un grand roman historique de John Cowper Powys intitulé Owen Glendower. Ecrivain gallois, d'inspiration païenne, John Cowper Powys (1872-1963) est notamment l'auteur des Enchantements de Glastonburry (Gallimard, 1976).

 

Cowper Powys_Owen Glendower.jpg

" Nous sommes à la fin du XIVe siècle, en pleine guerre de Cent Ans. Profitant de ce que la couronne d’Angleterre se trouve disputée entre plusieurs factions, le baron gallois Owen Glendower prend les armes, se proclame prince de Galles et fait flotter l’oriflamme au dragon rouge sur les châteaux de la « frontière ». Dans le sillage du prince celte révolté, le jeune Rhisiart va s’initier à la vie, qui est elle-même une guerre de tous les instants. On brandit l’épée, on échange avec la même conviction horions et arguments théologiques, on invoque les génies – bienfaisants ou malfaisants – qui se cachent sous la robe de Dame Nature. On cherche la sainteté. On assassine. On fornique. Tout cela tissé de fils violemment colorés, nimbé de lumières étranges, éclaboussé de métaphores renversantes, de considérations songeuses ou provocantes, nourri de foi autant que d’hérésie. "

11/04/2017

Une guerre hybride de l'OTAN...

 

« Il faut faire comprendre qu'avec l’exemple de Maïdan, l'OTAN a expérimenté une forme de « guerre hybride » qui pourrait être appliquée à d'autres pays et notamment à la France si, par exemple, le peuple français votait « mal » aux prochaines élections. Ré-informer les Français sur l'Ukraine c'est prévenir le même type d'évènements en France... » - Lucien Cerise

Les éditions Le Retour aux sources viennent de publier un essai de Lucien Cerise intitulé Retour sur Maïdan - La guerre hybride de l'OTAN. Penseur indépendant et non-conformiste, Lucien Cerise est l'auteur de Gouverner par le chaos (Max Milo, 2010), d'Oliganarchy (Le Retour aux Sources, 2013) et de Neuro-pirates - Réflexions sur l'ingénierie sociale (Kontre Kulture, 2016).

 

retour-sur-maidan-la-guerre-hybride-de-lotan.jpg

" Les événements qui se sont déroulés à Kiev, capitale de l’Ukraine, pendant l’hiver 2013-2014 ont une portée mondiale. La révolution de Maïdan, présentée tout d’abord comme une insurrection spontanée possédant la légitimité des luttes d’émancipation nationale – par-delà Washington et Moscou – s’est avérée finalement n’être qu’une nouvelle opération coloniale de Washington et de l’OTAN. Or, si l’ingérence étrangère en Ukraine ne fait plus débat pour la révolution orange de 2004, elle relève encore du tabou pour l’EuroMaïdan de 2014. En l’espace de dix ans, les méthodes putschistes anglo-saxonnes se sont affinées, et surtout radicalisées dans leurs objectifs, de la « révolution colorée », soit le coup d’État ponctuel, à la « guerre hybride » conçue pour durer et se répandre partout. Ce processus de chaos contrôlé lancé par l’OTAN en Ukraine vient s’ajouter à toutes les menaces qui planent sur la civilisation européenne et au-delà. Cultivant le pluralisme de l’information et puisant à des sources occidentales mais aussi ukrainiennes et russes, cet ouvrage fait partie de l’arsenal défensif.

Maïdan : place centrale de Kiev, dont le nom complet est Place de l’Indépendance (Майдан Незалежності, Maïdan Nézalejnosti).
Étymologie : du persan « میدان », via le turc « meydan », signifie « la place ». "

 

                                    

10/04/2017

Traditions indo-européennes et patrimoines folkloriques...

Les éditions L'Harmattan viennent de publier Traditions indo-européennes et patrimoines folkloriques, un recueil de textes rassemblés par Alain Meurant en hommage à Bernard Sergent, un des grands spécialistes français des Indo-européens. Docteur en histoire ancienne et archéologie, chercheur au CNRS et président de la Société de mythologie française, Bernard Sergent est l'auteur de nombreuses études, comme Les Indo-Européens - histoire, langue, mythes (Payot, 1995), Celtes et Grecs - Le livre des héros et Le livre des dieux (Payot, 2000 et 2004) ou Le dieu fou - Essai sur les origines de Siva et Dionysos (Belles Lettres, 2016).

 

Sergent_Traditions indo-européennes.jpg

 

" Spécialiste unanimement reconnu de la lecture des mythes et des légendes, Bernard Sergent a consacré sa carrière de chercheur au CNRS à un examen aussi fin qu’approfondi des traditions issues du patrimoine indo-européen, tout en s’intéressant à celles du monde amérindien et à la mythologie populaire des différents terroirs français. Ses intérêts multiples, variés et de haute valeur scientifique lui ont permis, au cours des années, de construire une œuvre riche de plusieurs ouvrages et d’un foisonnant catalogue d’articles. Synthèses d’envergure et analyses éclairées d’une thématique plus pointue s’y côtoient, alimentées par le développement d’une pensée foisonnante mise au service d’une recherche forte de résultats marquants, pertinents et qui ont souvent fait date en ce qu’ils renouvelaient les points de vue de la communis opinio et ouvraient des perspectives inédites. C’est à ce savant de haute stature que ses collègues ont voulu adresser un témoignage de reconnaissance amplement mérité en lui offrant ce volume d’hommages où chacun, selon sa spécialité, étudie une question dans un des domaines que Bernard Sergent maîtrise avec autant de rigueur que de talent. "

 

07/04/2017

A propos de la Nouvelle droite...

Les éditions La Fille de la Forêt viennent de publier un essai de Sven-Erik Rosendal intitulé Nouvelle Droite - Un fascisme imaginaire. Né en Islande, Sven-Erik Rosendal, titulaire d'une thèse de sociologie, n'en est pas moins un fin observateur de la Nouvelle droite française. On notera, d'ailleurs, qu'il dédie son livre à Maurice Rollet, un des fondateurs du GRECE...

Le livre est normalement disponible à la Librairie Facta, à Paris.

 

Rosendal_Nouvelle droite.jpg

" La Nouvelle Droite est décriée ; d'aucuns veulent la comprendre comme la manifestation d'un fascisme qui avance masqué. Cet ouvrage prend e contrepied de cette affirmation. Face aux chiens de garde d'un ordre politique agonisant, il faut restituer la plénitude d'une pensée qui interroge nos représentations constituées d'a priori dont il faut ôter ses évidences. Diabolisée, la ND l'est. Cette diabolisation permet de ne pas penser l'originalité d'un courant de pensée qui si on veut l'aborder sans préjugés apporte une intelligence politique en attente d'un dialogue véritablement démocratique. Sonnant le glas du conformisme intellectuel, la ND nous interroge, intégrant un souci de vérité avec l'exigence d'une pensée qui met l'accent sur l'accueil d'une problématisation d'une société devenue inhumaine. La ND rend plus intelligent pour qui veut en saisir le propos. Le combat idéologique qu'elle mène se veut un pari sur ce qui, en nous, reste rebelle à toutes les bêtises d'une société qui promeut une société libérale délétère.. La nouvelle droite fait Acte de résistance. Son engagement ne peut qu'embarrasser les rentiers d'un ordre social qui veut annihiler les esprits forts. La nouvelle droite est donc une charge pour la pensée, créant les conditions pour l'advenue d'une politique de civilisation. Saisissons cette chance. "

06/04/2017

Des nouvelles du Big Fellow...

Les éditions de La Table Ronde rééditent cette semaine Michael Collins, une biographie, l'excellent ouvrage de Pierre Joannon. Une très bonne initiative, donc, même si on peut rester réservé sur le choix de l'illustration de couverture... Historien spécialiste de l’Irlande, Pierre Joannon a déjà publié une Histoire de l'Irlande et des Irlandais (Perrin, 2005) et Il était une fois Dublin (Perrin, 2013).

Joannon_Michael Collins.jpg

" Pour les Irlandais, il est le «Big Fellow», l’homme qui a réussi à mettre en échec toutes les forces conjuguées d’un empire qui s’étend, au lendemain de la Première Guerre mondiale, jusqu’aux confins du globe. Pour les Anglais, qui ont mis sa tête à prix, Michael Collins est le stratège le plus diabolique d’une armée de l’ombre et de la nuit. Dublin est son royaume. Il y règne sans partage et sans peur. Sa ténacité a raison d’un régime colonial vieux de sept cents ans. Dans l’ultime et tragique affrontement entre frères ennemis, la guerre civile, Collins rencontrera à la fois la victoire et la mort, fusil au poing, au bord d’une route verdoyante de son comté natal.
Cette vie pleine de bruit et de fureur, de sang et de larmes, de rires et d’espoir, a été portée à l’écran par Neil Jordan, dont le film Michael Collins, avec Liam Neeson, avait obtenu le Lion d’Or au Festival de Venise en 1996. "