Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/08/2018

Interrogations sur l'art contemporain...

Les éditions de Paris - Max Chaleil viennent de publier un essai d'Alain Kleimann intitulé Interrogations sur l'art contemporain. L'auteur est peintre et membre du groupe Mémoires.

 

Kleinmann_Interrogations sur l'art contemporain.jpg

" Le cri de colère d’un peintre dénonçant la confiscation de l’art par de soi-disant théoriciens actuels et par des pouvoirs culturels en quête d’effets de nouveauté à tout prix. Il n’est aujourd’hui plus question de la qualité d’une œuvre, mais de sa valeur financière et publicitaire. Quels sont donc les critères de l’art contemporain ? Les artistes plasticiens peuvent-ils ainsi être mis sous tutelle comme cela se produit dans d’autres domaines : théâtre, musique ou littérature… ? S’agit-il de substituer à la dimension de l’art pictural qui s’est affirmée tout au long des siècles, un « art contemporain officiel » dont le principal souci est de nier ce qui le précède en imposant de nouveaux dogmes idéologiques autoproclamés ; ceux-ci étant liés à des intérêts pécuniaires particuliers et saturant les expositions institutionnelles d’afféteries insignifiantes, arbitraires, absurdes, et totalitaires qui n’en finissent pas de lasser les artistes et le public. "

 

02/08/2018

L'empire qui viendra...

Les éditions Ars Magna viennent de publier un recueil de textes de Jean Thiriart sous le titre L'empire qui viendra. Pour découvrir qui était Jean Thiriart, le penseur d'une Grande Europe de de Reykjavik à Vladivostok, on pourra également lire avec profit Le prophète de la grande Europe, Jean Thiriart (Ars Magna, 2018) et  le Thiriart (Pardès, 2016), de Yannick Sauveu, publié dans l'excellente collection Qui suis-je.

 

Thiriart_l'empire qui viendra.jpg

" Jean Thiriart (1922-1992) fut, au XXe siècle, le principal théoricien de l’Europe-Nation ainsi annoncée dès le début des années 1960 dans Le Manifeste à la nation européenne : « Notre devoir est d’édifier une grande patrie : l’Europe unie, puissante, communautaire. Nous voulons une Europe résolument unitaire. L’Europe fédérale ou l’Europe des patries sont des conceptions qui cachent le manque de sincérité et la sénilité de ceux qui les défendent. Nous refusons l’Europe théorique. Nous refusons l’Europe juridique. Nous condamnons l’Europe de Strasbourg pour crime de trahison. L’Europe sera une nation ou elle ne sera pas indépendante. À cette Europe juridique que nous refusons, nous opposons l’Europe légitime, l’Europe des peuples, notre Europe. Nous sommes la nation européenne ».

L’Empire qui viendra rassemble deux documents fondamentaux pour comprendre la pensée de Jean Thiriart. Ceux-ci, rédigés à la fin des années 1980 et au tout début des années 1990, prouvent qu’il resta fidèle à ses idées d’origine tout en intégrant la dimension eurasienne dans sa vision du monde. "

31/07/2018

L'héritage d'une légende...

 " Tout hussard qui n'est pas mort à trente ans est un jean-foutre ! "

Les éditions Bernard Giovanangeli viennent de publier une étude d'Aude Nicolas intitulée Le général Lasalle 1775-1809 - L'héritage d'une légende. Docteur en histoire de l'art et diplômée de l'Ecole du Louvre, Aude Nicolas est spécialiste du patrimoine et de l'archéologie militaires, mais aussi passionnée d'équitation.

 

Nicolas_le général Lasalle.jpg

" Figure mythique de la cavalerie de la Grande Armée, le comte Antoine-Charles-Louis de Lasalle a fasciné des générations de cavaliers légers à travers le monde. Cet intarissable buveur, joueur, bretteur et amant prodigue semble pourtant avoir été victime de sa propre légende. Ce livre, qui s'appuie sur l'analyse de documents d'archives inédits propose, à travers une approche novatrice, d'ouvrir les perspectives en montrant la contribution et les héritages de celui qui peut être considéré comme l'un des meilleurs généraux de cavalerie légère de l'Empire et même de son siècle.
L'apport incontournable de Lasalle dans l'évolution de la tactique et de l'identité de la cavalerie légère, ainsi que l'immortalisation de sa figure et de ses faits d'armes par les peintres et les sculpteurs de son vivant comme après sa mort, révèlent une personnalité riche et complexe qui a marqué de manière forte et durable l'histoire militaire et, à sa façon, l'histoire de l'art."

28/07/2018

Le mariage, ses formes et son origine...

Les éditions du Lore rééditent un essai de Hans F. K. Günther intitulé Le mariage, ses formes, son origine, qui avait été publié initialement en 1952, aux éditions Payot. Anthropologue allemand de la première moitié du XXe siècle, dont les travaux ont eu une influence intellectuelle inégale sous le IIIe Reich, Hans F. K. Günther a eu une partie de son œuvre traduite en français, dont, notamment Mon témoignage sur Adolf Hitler (Pardès, 1990), Les peuples d'Europe (Lore, 2006) ou Religiosité indo-européenne (Lore, 2013).

 

Günther_Le mariage, ses formes, son origine.jpg

" Les lecteurs de l’éminent professeur Hans F. K. Günther ignorent bien souvent que ce dernier entreprit des études d’ethnographe à Paris durant l’année 1911. C’est en partie grâce à ce passé d’étudiant parisien que lui vint la détermination pour rédiger le présent ouvrage près d’une trentaine d’années plus tard.

Loin d’être un simple survol des différents types d’union qui régissent l’Humanité, ce travail ethnologico-sociologique englobe tous les éléments afférents au mariage : interdictions et règles matrimoniales, formes de la conclusion du mariage, influence des formes du mariage sur la sélection, formes de la famille et de la parenté, etc.

Hans F. K. Günther fait également apparaître au prisme de son étude les grandes différences de formes d’union selon les peuples, chaque peuple étant caractérisé par des éléments civilisateurs et raciaux qui lui sont propres.

Un livre qui permet un recentrage salutaire quelques années après la promulgation en France de la scélérate loi dite « Mariage pour tous ». "

20/07/2018

La voix de l'Afrikanerdom...

Les éditions Auda Isarn viennent de publier un essai de Pierre-Olivier Sabalot intitulé Piet Meyer, la voix de l'Afrikanerdom. Diplomé en histoire et en sciences politiques, Pierre-Olivier Sabalot est professeur de sciences économiques et sociales et a enseigné au lycée français de Johannesburg, en Afrique du sud. Son livre constitue un éclairage utile sur l'idéologie afrikaner du "développement séparé", peu connue en France, à l'heure où les assassinats et les spoliations de fermiers blancs se multiplient en Afrique du sud...

 

AfriqueSUD-1080x1605.jpg

" Presque totalement inconnu en France, Pieter Johannes « Piet » Meyer (1909-1984) reste cependant un personnage incontournable dans l’histoire idéologique de l’apartheid sud-africain. Docteur en philosophie, militant infatigable du nationalisme républicain afrikaner le plus radical et anticommuniste farouche, idéologue parmi les plus féconds et les plus prolifiques de sa génération – la « Génération des Alphas » – figure emblématique de l’Ossewabrandwag, Président du Broederbond puis de la SABC, la chaîne nationale de radiodiffusion, Piet Meyer est considéré en Afrique du Sud comme l’un des « quatre majeurs » de l’idéologie du développement séparé, aux côtés des Drs Verwoerd, Diederichs et Cronjé. Tout au long d’un XXe siècle riche et tourmenté, porte-drapeau de son combat et fidèle jusqu’au bout aux idéaux de sa jeunesse, il restera toute sa vie « la Voix de l’Afrikanerdom ». "

18/07/2018

Dominique de Roux parmi nous...

Les éditions Pierre-Guillaume de Roux viennent de publier sous la direction d'Olivier François un ouvrage collectif intitulé Dominique de Roux parmi nous, avec des textes de Pierre-Guillaume de Roux, Gabriel Matzneff, François Bousquet, Laurent Schang, Philippe Barthelet, Pascal Sigoda et Didier da Silva. Critique littéraire, Olivier François collabore à la revue Eléments et anime Le plus d’Éléments sur TV Libertés.

 

François_Dominique de Roux parmi nous.jpg

" A vingt ans, Dominique de Roux confiait « un besoin incessant d'être un autre, plusieurs autres ». Initiateur de l'aventure des Cahiers et des éditions de L'Herne, polémiste redouté chargeant les faussaires de la littérature et de la politique, gaulliste irrégulier rêvant d'Empire, conseiller politique du guérillero angolais Jonas Savimbi, témoin capital de la révolution des Œillets au Portugal en 1974, lecteur, écrivain et stratège, Dominique de Roux ne fut pas l'homme d'une seule cause ni d'une seule voie, mais il menait de front tous ces engagements. Ecrire, éditer, faire éditer, mener un combat politique et métapolitique, interroger les convulsions de son époque, était pour lui une seule et même action, avec ce souci essentiel, écrivait-il, de briser « les formes mortes », pour retrouver « la fraternité sanguine du monde, la réalité du monde ». Rétifs aux réductionnismes idéologiques, cet irrégulier absolu méprisait toutes les postures, et l'on tenterait vainement de le rattacher à une école ou un groupe, de l'assigner par une définition académique et scolaire. L'auteur d'Immédiatement, l'éditeur et l'ami d'écrivains aussi divers que Witold Gombrowicz, Ezra Pound, Pierre Jean Jouve ou Allen Ginsberg, le cofondateur des éditions Christian Bourgois et le pamphlétaire dénonçant les fausses gloires et les impostures, Dominique de Roux, homme aux visages multiples, fut simultanément un archaïque et un futuriste, un homme tourné vers les horizons ultramarins et un amoureux de la glèbe, un poète et un agitateur de génie, un homme de piété et un briseur d'idoles. A l'occasion du quarantième anniversaire de sa mort, à 41 ans, le 29 mars 1977, Olivier François a réuni dans Dominique de Roux présent des textes  de Pierre-Guillaume de Roux et Gabriel Matzneff, François Bousquet et Laurent Schang, Philippe Barthelet, Pascal Sigoda et Didier da Silva – analyses, témoignages ou hommages – évoquant cet figure unique de la deuxième moitié du vingtième siècle et restituant l'unité de sa vie et de son œuvre, leur cohérence et l'esprit qui les animait. "