Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/09/2017

Requins, caniches et autres mystificateurs...

Les éditions Albin Michel viennent de publier une enquête de Jean-Gabriel Fredet intitulé Requins, caniches et autres mystificateurs - La bulle dorée de l'art contemporain. L'auteur est journaliste à Challenge.

 

Fredet_Requins caniches et autres mystificateurs.jpg

" Il se passe toujours quelque chose sur la scène de l'art contemporain. Le célèbre artiste Maurizio Cattelan exposait récemment à New-York, – au musée Guggenheim ! – son dernier chef-d'oeuvre : une cuvette de WC en or massif. Au printemps 2017, Jeff Koons, autre star du milieu, détournait sans vergogne les chefs-d'oeuvre classiques pour lancer une ligne de sacs d'une grande marque de luxe reproduisant des tableaux célèbres de Léonard de Vinci ou de Rubens ! A Venise, pour signer son grand retour, son ami Damien Hirst proposait, lui, une exposition hollywoodienne, 200 pièces récupérées d'une épave engloutie : en fait, elles ont été entièrement fabriquées dans ses ateliers ! Prix affichés, entre 400 000 et 4 millions de dollars. Dans cet univers sans foi ni loi, des managers affûtés manipulent les prix à l'abri des regards et dictent leur volonté au marché dans l'indifférence de la critique comme des conservateurs de musée qui regardent ailleurs, tétanisés par la crainte de rater les " nouveaux impressionnistes ". Provocation des artistes, conformisme des amateurs : l'art contemporain devait nous aider à comprendre le monde. Il danse aujourd'hui sur un volcan. Bulle des prix, bulle des ego, bulle des gogos : après le Jardin des délices, la Nef des fous ? "

15/09/2017

Intra muros...

Les éditions Via Romana viennent de publier le journal de prison de Pierre-Antoine Cousteau sous le titre Intra muros. Journaliste, plume de Je suis partout depuis les débuts du journal et ami de Lucien Rebatet, Pierre-Antoine Cousteau a cosigné avec lui Dialogues de vaincus (Berg international, 1999), tirés des échanges qu'ils ont eu au cours de leurs huit années de captivité, après leur condamnation pour faits de collaboration.

 

Cousteau_Intra muros.jpg

" Incarcéré à Fresnes le 12 janvier 1946, Pierre-Antoine Cousteau ne retrouve la liberté que le 18 juillet 1953, et son premier acte d'homme libre est d'aller fleurir la tombe de sa maman disparue, à Saint-Andréde-Cubzac. Mais quelle est donc sa vie de captif, durant ces 17 mois à Fresnes dont 141 jours aux chaînes, et 7 ans à Clairvaux et Eysses ? Le journal inédit publié ici, soixante ans après sa mort prématurée à 52 ans de suites d'un cancer lié à sa détention, dévoile le rude quotidien du journaliste et de ses compagnons d'infortune, resté droit dans ses bottes et attentif au monde extérieur. Devenu l'intime de Lucien Rebatet, l'ancien rédacteur en chef de Je suis partout lit et écrit. Il lit énormément et exprime son bonheur à découvrir Proust, Rivarol, Aymé, Wilde, Shaw, Huxley, Nietzsche, France, Dostoïevski, Machiavel, Hemingway, Anouilh, Laurent, Mohrt, Koestler, etc., et écrit plus encore, « il écrit plus librement qu'il n'eût pu le faire en homme libre » : ses réflexions devant la mort, Dieu, les religions, la démocratie, la poésie, la littérature, le bagne, la fidélité à ses engagements, et son pessimisme souriant se retrouvent aussi en des pensées et aphorismes où se concentre son regard sur la vie. Il écrit ce qu'il est. Le résultat, outre ses lettres à son épouse Fernande et à son frère le célèbre commandant Cousteau, c'est ce journal, Intra muros, qui n'est de fait pas un journal comme les autres mais une chronique de huit ans d'éditoriaux du plus haut intérêt. Une comédie humaine sans concession pour ses contemporains, juges, politiques, écrivains et journalistes, acteurs ou témoins de l'effondrement de l'Occident moderne. "

14/09/2017

Vivre comme un Thug...

Les éditions Omblage viennent de publier un ouvrage de Mike Dash intitulé Thug - La confrérie secrète des étrangleurs indiens. Historien et écrivain britannique, Mike Dash est l'auteur de nombreux livres, dont deux, La tulipomania (J.C. Lattès, 2000) et L'archipel des hérétiques (J.C. Lattès, 2002), ont été traduits en français.

 

Dash_Thug.png

" Longtemps considérés comme un mythe, les Thugs étaient une confrérie d’assassins indiens vieille d’au moins deux cents ans quand les Britanniques la découvrirent. Thug raconte leur histoire, avec celle de William Sleeman, l’administrateur qui lutta contre eux malgré le secret qui les entourait et l’arrogance de ses compatriotes. À travers cette confrontation, le livre révèle les tensions et les chocs culturels de la colonisation.

Au dix-neuvième siècle, tandis que l’Inde était sous domination anglaise, les Thugs existaient déjà depuis plusieurs siècles, et sévissaient impunément sur les routes. Déguisés en simple voyageurs, ils rejoignaient des caravanes en cours de route et sélectionnaient leurs cibles. Lorsqu’ils avaient gagné la confiance de leurs compagnons, ils attendaient d’avoir atteint un endroit isolé et, profitant de la nuit ou d’un moment de repos, ils étranglaient leurs victimes avec leur rumāl, un foulard d’apparence innocente, et s’accaparaient leurs biens. On estime que 50 000 personnes furent tuées lors de ces vols.

Les Thugs ne laissaient que rarement des témoins ou des traces. Ils étaient maîtres du déguisement et de l’infiltration, transmettant leur savoir de père en fils. Peu suspectaient que ces redoutables bandits de grand chemin, leurs méfaits accomplis, vivaient le reste du temps des vies tout à fait ordinaires, au-delà de toute suspicion. La rumeur leur attribuait des qualités mystiques : on disait qu’ils vénéraient Kali, la déesse de la destruction, et pratiquaient des sacrifices rituels et des mutilations religieuses. Leur réputation était telle que le mot  ‘Thug’ devint synonyme en anglais de ‘bandit’.

À travers l’enquête de William Sleeman, et ses efforts pour identifier et éradiquer la menace posée par les Thugs, Mike Dash dresse un portrait plus pragmatique mais non moins fascinant, celui de tribus d’une pauvreté extrême, perfectionnant leur savoir criminel d’une génération à l’autre et s’accaparant l’argent de l’opium introduit par les Britanniques. Avec Sleeman, dont les méthodes font écho à celles des polices et des services de renseignement modernes, le lecteur est invité à découvrir les secrets de l’un des groupes criminels les plus mystérieux et emblématiques de l’histoire. "

16:00 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mike dash, inde, thug, kali |  Facebook | Pin it! |

13/09/2017

Mangeurs de viande...

Les éditions Perrin viennent de publier dans leur collection Tempus un essai de Marylène Patou-Mathis intitulé Mangeurs de viande - De la préhistoire à nos jours. Préhistorienne, directrice de recherche au CNRS et rattachée au Muséum national d'histoire naturelle, Marylène Patou-Mathis est notamment l'auteur de Neanderthal. Une autre humanité (Perrin, 2008).

 

Patou-Mathis_Mangeurs de viande.jpg

" L'histoire de la viande est aussi longue que celle de l'homme. A travers elle, c'est bien évidemment la question de la place des animaux dans nos sociétés dont il s'agit, des relations complexes qui se sont tissées au fil du temps entre eux et nous.
Poursuivant ici son exploration des premières sociétés humaines, Marylène Patou-Mathis montre les effets engendrés par la consommation de viande, singulièrement l'apparition de la chasse avec ses conséquences socioculturelles. S'appuyant sur les dernières découvertes archéologiques ainsi qu'une large documentation ethnographique et historique, elle expose les grandes phases de l'évolution des comportements humains vis-à-vis des animaux. Aujourd'hui, comme hier, l'animal est indispensable à l'Homme : il tient une place centrale dans son imaginaire et lui tend un miroir... De quoi alimenter les débats actuels autour de sa consommation."

12/09/2017

Méditation sur la technique...

Les éditions Allia viennent de publier un recueil de textes de José Ortega y Gasset intitulé Méditation sur la technique. Penseur espagnol de la première moitié du XXe siècle, José Ortega y Gasset est notamment l'auteur de La révolte des masses (1929).

Ortega y Gasset_Méditations sur la technique.jpg

" « L'homme, qu’il le veuille ou non, doit se faire lui-même, s’auto-fabriquer. Cette dernière expression n’est pas tout à fait inopportune. Elle met en exergue que l’homme, à la racine même de son essence, joue avant tout le rôle de technicien. Pour lui, vivre revient d’abord à s’efforcer à rendre présent ce qui ne l’est pas encore ; à savoir, lui, lui-même, profitant pour cela de ce qu’il y a ; en somme, il est production.»
Qu’est-ce que la technique ? Pour répondre à cette question, Ortega Y Gasset revient à ce qui, fondamentalement, s’impose à tout homme : la nécessité de vivre. Plus que de survivre, le but de l'homme est le bien-être et c'est pour l'atteindre qu'il développe un répertoire de techniques (le feu, l'agriculture, la chasse). Au contraire de l'animal, il parvient à produire ce qui n'existe pas dans la nature. C'est ainsi qu'il se démarque de l'état naturel et démontre sa capacité à se détacher des stricts besoins vitaux.
Là réside aussi la particularité de l’homme, qui pourvoit à son bien-être tout en créant ses besoins. Ce à quoi répond la technique.
Par une succession de raisonnements limpides et de points de vue originaux, le philosophe madrilène, admiré de Mario Vargas Llosa, en vient à évoquer une "crise des désirs" engendrée par la technique et la soif de bien-être.
Plus de doute, l’homme est un animal pour lequel seul le superflu est nécessaire. Superflu offert par la technique – on ne saurait être plus actuel. "

11/09/2017

Islamisme : 60 ans de lutte antiterroriste...

Les éditions Tallandier viennent de publier une enquête de Frédéric Charpier intitulée Islamisme - 60 ans de lutte antiterroriste. Journaliste d'investigation, Frédéric Charpier est l'auteur de plusieurs enquêtes intéressantes, comme, notamment Histoire de l'extrême gauche trotskiste (Editions 1, 2002), La CIA en France : 60 ans d'ingérence dans les affaires françaises (Seuil, 2008), L'économie, c'est la guerre ! (Seuil, 2012) ou L'agent Jacques Duclos (Seuil, 2015).

 

Charpier_Islamisme-60 ans de lutte antiterroriste.jpg

" En 2015, les Français subissent avec stupeur les vagues d’attentats perpétrés au coeur de Paris par les soldats du Califat et découvrent la réalité du terrorisme islamiste. Un phénomène récent ? Au contraire, comme le prouve cette enquête inédite.
Des premières heures de la décolonisation dans les années 1950, de l’émergence de la mouvance islamiste des années 1970, notamment iranienne, en passant par la génération GIA des années 1990 dont les protagonistes préconisent déjà la restauration d’un Califat salafiste, sa radicalisation en France avec Khaled Kelkal et ses émules, jusqu’aux attentats-suicides des djihadistes de l’ère Daech, Frédéric Charpier dresse le portrait des groupes activistes et décrit leurs liens avec le grand banditisme.
Il démontre comment les attentats d’origine islamiste sévissent sur notre territoire avec des fondements idéologiques et des modes opératoires différents selon les époques. Les renseignements français, depuis les années 1960, se sont illustrés dans cette lutte complexe par leur compétence et leurs techniques d’investigation toujours à la pointe. Pourtant de lourdes défaillances ont émergé ces dernières années. Aurait-on oublié une partie du savoir-faire ?
Dans cette enquête passionnante et très documentée, le journaliste reconstitue plus de 60 ans de lutte antiterroriste et dresse un tableau sans concessions de cette guerre de l’ombre pour mieux montrer combien l’Histoire éclaire la dure actualité. "