Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/08/2018

Portrait de Marianne avec un poignard dans le dos...

Les éditions Le retour aux sources viennent de publier un essai de Christian Combaz intitulé Portrait de Marianne avec un poignard dans le dos. Romancier et journaliste, Christian Combaz est notamment l'auteur de Gens de Campagnol (Flammarion, 2012). Il poursuit d'ailleurs sur TV Libertés ses Chroniques de Campagnol.

 

Combaz_Portrait de Marianne avec un poignard dans le dos.jpg

" « Il n’y a pas de suicides, il n’y a que des meurtres » Elsa Triolet

Voilà un bref essai, incisif et brillant, sur les questions et les personnages les plus contemporains. L'anecdote, toujours documentée (on croise Pierre Bergé, François Hollande, Nicolas Sarkozy et toute la haute pègre de l'édition, du journalisme, de la politique et de la diplomatie), est toujours au service d'une réflexion, ce qui éloigne ce livre du genre du pamphlet et conduit le lecteur à réfléchir sur les mafias qui le gouvernent. Ce n'est guère amusant, on sent poindre la catastrophe, mais personne, dans ce personnel dirigeant, n'a demandé notre avis d'électeurs sur l'essentiel des décisions prises de 1980 à nos jours… Cette France-là c'est celle du Splendid, de Canal Plus, d'Attali, de BHL... et désormais de Macron. C'est la France qui déteste la tradition et l'histoire, c'est la France qui n'aime que les Américains et le commerce, c'est la France qui collabore avec le plus offrant même s'il promet la ruine, c'est la France multiculturelle qui laisse entrer n'importe qui et qui fait n'importe quoi. À travers le récit d'expériences vécues, l'auteur nous présente l'évolution et la situation de la France, qui n'a, pour lui, rien d'un suicide mais tout d'un meurtre ! 

Ce livre qui montre que Macron est l'âme damnée d'une machine à décerveler les nations, capable d'absoudre la barbarie et les appels au meurtre des rappeurs de Sexion d'Assaut au nom du commerce devait paraître à un mois des élections présidentielles 2017. Contrat signé, félicitations de l'éditeur, mais soudain courriel glacé à une semaine de l'imprimerie, « gardez l'argent je ne publie pas votre livre ». L’auteur tente alors l’aventure de l’autoédition en juin 2017 : Après une semaine sur un site de vente en ligne populaire, le livre est classé numéro un des ventes toutes catégories confondues, devant le livre de Macron lui-même. C'est bien fait et ce n'est pas fini : les éditions Le retour aux sources vous proposent cette nouvelle version actualisée et augmentée de plusieurs chapitres. 

Cette édition d'un livre censuré qui a tenu le sommet des ventes, tous titres confondus, sur Amazon pendant quatre semaines l'été dernier est aujourd'hui réédité en version actualisée avec cinq nouveaux chapitres qui annoncent le réveil brutal de la France ! "

06/08/2018

Le guide sulfureux du Paris "réac et facho"...

Les éditions de Synthèse nationale viennent de publier sous la signature de Patrick Parment un Guide sulfureux du Paris"réac et facho". Tout un programme ! D'autant que depuis l'amusant Paris by right - Guide de l'Homme de Droite à Paris (Trident, 1991), de Francis Bergeron et Philippe Vilgier, le sujet n'avait pas été, à notre connaissance, ré-abordé. Journaliste, Patrick Parment a débuté sa carrière au Figaro Magazine.

 

Parment_ Le guide sulfureux du Paris réac et facho.jpg

" Voici une histoire des rues de Paris qu’une France en proie aux Droits de l’homme aimerait en grande partie effacer. On est d’abord partie à la recherche des lieux de résidence des écrivains, pas tous forcément "de droite"  que nous aimons et dont certains, pas les moins talentueux d’ailleurs, furent ce que l’on appelle des « collabos » alors qu’ils cherchaient une issue à une France démocratique qui s’enfonçait – et s’enfonce toujours -, dans la décadence. Dans un deuxième temps, on s’est penché sur ces lieux emblématiques occupés par les Allemands durant l’Occupation – et ils ont eu la main lourde -, dont beaucoup sont toujours le témoignage d’une grandeur passée.

 On ne pouvait pas non plus passer à côté des hauts lieux de cette Révolution dont se gargarisent nos intellos de gauche dont une guillotine aveugle est venue alimenter de trop nombreux charniers, transformés dans le meilleur des cas en cimetières. Leur France des Lumières sent passablement le roussi. 

Enfin Paris est un livre d’architecture passionnant. On a noté quelques ouvrages remarquables. Car il n’est pas sûr que les chapitres d’aujourd’hui et à venir témoignent de la même grandeur que ceux d’hier. 

On n’a pas oublié les hauts lieux – mais c’est loin d’être exhaustif -  de tous ces militants dits d’extrême-droite qui s’obstinent à transmettre le flambeau, de génération en génération, d’une France patriote qui plante ses racines en Grèce dans le doux murmure de l’Iliade et l’Odyssée.  "

04/08/2018

Interrogations sur l'art contemporain...

Les éditions de Paris - Max Chaleil viennent de publier un essai d'Alain Kleimann intitulé Interrogations sur l'art contemporain. L'auteur est peintre et membre du groupe Mémoires.

 

Kleinmann_Interrogations sur l'art contemporain.jpg

" Le cri de colère d’un peintre dénonçant la confiscation de l’art par de soi-disant théoriciens actuels et par des pouvoirs culturels en quête d’effets de nouveauté à tout prix. Il n’est aujourd’hui plus question de la qualité d’une œuvre, mais de sa valeur financière et publicitaire. Quels sont donc les critères de l’art contemporain ? Les artistes plasticiens peuvent-ils ainsi être mis sous tutelle comme cela se produit dans d’autres domaines : théâtre, musique ou littérature… ? S’agit-il de substituer à la dimension de l’art pictural qui s’est affirmée tout au long des siècles, un « art contemporain officiel » dont le principal souci est de nier ce qui le précède en imposant de nouveaux dogmes idéologiques autoproclamés ; ceux-ci étant liés à des intérêts pécuniaires particuliers et saturant les expositions institutionnelles d’afféteries insignifiantes, arbitraires, absurdes, et totalitaires qui n’en finissent pas de lasser les artistes et le public. "

 

02/08/2018

L'empire qui viendra...

Les éditions Ars Magna viennent de publier un recueil de textes de Jean Thiriart sous le titre L'empire qui viendra. Pour découvrir qui était Jean Thiriart, le penseur d'une Grande Europe de de Reykjavik à Vladivostok, on pourra également lire avec profit Le prophète de la grande Europe, Jean Thiriart (Ars Magna, 2018) et  le Thiriart (Pardès, 2016), de Yannick Sauveu, publié dans l'excellente collection Qui suis-je.

 

Thiriart_l'empire qui viendra.jpg

" Jean Thiriart (1922-1992) fut, au XXe siècle, le principal théoricien de l’Europe-Nation ainsi annoncée dès le début des années 1960 dans Le Manifeste à la nation européenne : « Notre devoir est d’édifier une grande patrie : l’Europe unie, puissante, communautaire. Nous voulons une Europe résolument unitaire. L’Europe fédérale ou l’Europe des patries sont des conceptions qui cachent le manque de sincérité et la sénilité de ceux qui les défendent. Nous refusons l’Europe théorique. Nous refusons l’Europe juridique. Nous condamnons l’Europe de Strasbourg pour crime de trahison. L’Europe sera une nation ou elle ne sera pas indépendante. À cette Europe juridique que nous refusons, nous opposons l’Europe légitime, l’Europe des peuples, notre Europe. Nous sommes la nation européenne ».

L’Empire qui viendra rassemble deux documents fondamentaux pour comprendre la pensée de Jean Thiriart. Ceux-ci, rédigés à la fin des années 1980 et au tout début des années 1990, prouvent qu’il resta fidèle à ses idées d’origine tout en intégrant la dimension eurasienne dans sa vision du monde. "

31/07/2018

L'héritage d'une légende...

 " Tout hussard qui n'est pas mort à trente ans est un jean-foutre ! "

Les éditions Bernard Giovanangeli viennent de publier une étude d'Aude Nicolas intitulée Le général Lasalle 1775-1809 - L'héritage d'une légende. Docteur en histoire de l'art et diplômée de l'Ecole du Louvre, Aude Nicolas est spécialiste du patrimoine et de l'archéologie militaires, mais aussi passionnée d'équitation.

 

Nicolas_le général Lasalle.jpg

" Figure mythique de la cavalerie de la Grande Armée, le comte Antoine-Charles-Louis de Lasalle a fasciné des générations de cavaliers légers à travers le monde. Cet intarissable buveur, joueur, bretteur et amant prodigue semble pourtant avoir été victime de sa propre légende. Ce livre, qui s'appuie sur l'analyse de documents d'archives inédits propose, à travers une approche novatrice, d'ouvrir les perspectives en montrant la contribution et les héritages de celui qui peut être considéré comme l'un des meilleurs généraux de cavalerie légère de l'Empire et même de son siècle.
L'apport incontournable de Lasalle dans l'évolution de la tactique et de l'identité de la cavalerie légère, ainsi que l'immortalisation de sa figure et de ses faits d'armes par les peintres et les sculpteurs de son vivant comme après sa mort, révèlent une personnalité riche et complexe qui a marqué de manière forte et durable l'histoire militaire et, à sa façon, l'histoire de l'art."

28/07/2018

Le mariage, ses formes et son origine...

Les éditions du Lore rééditent un essai de Hans F. K. Günther intitulé Le mariage, ses formes, son origine, qui avait été publié initialement en 1952, aux éditions Payot. Anthropologue allemand de la première moitié du XXe siècle, dont les travaux ont eu une influence intellectuelle inégale sous le IIIe Reich, Hans F. K. Günther a eu une partie de son œuvre traduite en français, dont, notamment Mon témoignage sur Adolf Hitler (Pardès, 1990), Les peuples d'Europe (Lore, 2006) ou Religiosité indo-européenne (Lore, 2013).

 

Günther_Le mariage, ses formes, son origine.jpg

" Les lecteurs de l’éminent professeur Hans F. K. Günther ignorent bien souvent que ce dernier entreprit des études d’ethnographe à Paris durant l’année 1911. C’est en partie grâce à ce passé d’étudiant parisien que lui vint la détermination pour rédiger le présent ouvrage près d’une trentaine d’années plus tard.

Loin d’être un simple survol des différents types d’union qui régissent l’Humanité, ce travail ethnologico-sociologique englobe tous les éléments afférents au mariage : interdictions et règles matrimoniales, formes de la conclusion du mariage, influence des formes du mariage sur la sélection, formes de la famille et de la parenté, etc.

Hans F. K. Günther fait également apparaître au prisme de son étude les grandes différences de formes d’union selon les peuples, chaque peuple étant caractérisé par des éléments civilisateurs et raciaux qui lui sont propres.

Un livre qui permet un recentrage salutaire quelques années après la promulgation en France de la scélérate loi dite « Mariage pour tous ». "