Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/08/2017

Les retours de Patrick Gofman...

Les éditions du Retour aux sources viennent de publier Retours, un livre de Patrick Gofman, préfacé par Péroncel-Hugoz. Écrivain, journaliste, polémiste, Patrick Gofman est, notamment, l'auteur de l'excellent roman Coeur-de-cuir (Flammarion, 1998) ainsi que de quelques ouvrages grinçants comme le Dictionnaire des emmerdeuses (Grancher, 2012) ou Vengeances de femmes (Fol'fer, 2011).

 

Gofman_Retours.jpg

" Le grand reporter Henri Béraud épatait les foules et leur vendait des centaines de milliers de livres, avant la guerre (1939-45), en leur contant ce qu'il avait vu à Moscou, Rome ou Berlin, sans sortir d'Europe. C'était il y a bientôt cent ans. Moscou était à trois jours de train, et le visa pour l'Union Soviétique (où Kamenev, en 1925, était « indiscutablement l'homme le plus important », croyait Béraud) demandait un mois de démarches.

En 1968 encore, mon envol sur KLM pour une autre planète, Houston (Texas, USA), causa quelque émotion dans ma petite famille, à Caen (Calvados).

Mais nous sommes à présent au XXIe siècle. Et je ne m'étonne pas de recevoir une carte postale de l'île Maurice, dans l'océan Indien, où mon frère a conduit son épouse et leurs quatre enfants, simplement pour animer leur Nouvel An 2014.

Je n'escompte donc nullement vous éblouir avec mes pérégrinations à Léningrad, Madagascar ou Washington D.C. Un million de Français visitent les États-Unis chaque année. J'espère seulement retenir votre attention, une heure ou deux, en partageant un regard sui generis sur des horizons qui demeurent lointains, à bien des égards. "

15/08/2017

Washington contre De Gaulle...

Les éditions Perrin publient cette semaine un essai d'Eric Branca intitulé L'ami américain - Washington contre De Gaulle 1940-1969. Journaliste et historien, Eric Branca est notamment l'auteur d'Histoire secrète de la droite et de 3000 ans d'idées politiques. On lui doit également, avec Michel Marmin, dans la collection Le tour de la question, Gauche/Droite (Chroniques, 2016).

 

Branca_L'ami américain.jpg

" Pourquoi de Gaulle refusa-t-il, en 1964, de présider les commémorations du vingtième anniversaire du débarquement allié en Normandie ? Parce qu'il se souvenait que, sans sa volonté farouche de faire échec aux plans de Roosevelt, la France ruinée de 1944 n'aurait pas été traitée autrement que l'Allemagne vaincue, privée d'une fraction de son territoire et placée sous administration militaire américaine. Pis, c'est sur une partie des élites de Vichy que, durant tout le confit, la Maison-Blanche avait misé pour barrer la route à l'homme du 18-Juin.

Grâce aux archives déclassifiées, mais aussi à des témoignages inexploités, il est désormais possible de raconter pour la première fois cette « guerre de trente ans » qui, de 1940 à 1969, opposa le Connétable de la France libre à la volonté de puissance des Etats-Unis. Alors que, aux instants les plus cruciaux de la guerre froide, le soutien du Général resta toujours acquis à Washington, le Département d'Etat et la CIA ont beaucoup tenté pour l'éliminer de la scène internationale. Du financement du FLN algérien au concours prêté à l'OAS, de l'espionnage nucléaire à la corruption d'une partie de la classe politique française, en passant par l'enrôlement d'Hollywood dans la croisade antigaulliste, Eric Branca raconte avec verve l'histoire secrète et inédite d'un conflit rendu d'une brûlante actualité par l'élection de Donald Trump. "

12/08/2017

Le beau Léon...

Les éditions belges Racine ont publié en fin d'année 2016 un Degrelle - 1906-1994, biographie signée par Arnaud de la Croix. Philosophe de formation, Arnaud de La Croix est enseignant à l'Académie des Beaux-Arts de Bruxelles et est l'auteur de plusieurs essais historiques dont Hitler et la franc-maçonnerie (Tallandier, 2014) et L'érotisme au Moyen-Age - Le corps, le désir, l'amour (Tallandier , 2003).

Sur le personnage, on peut également utilement consulter la biographie écrite par Francis Bergeron et publiée aux édition Pardès, dans la collection Qui suis-je ?.

 

Arnaud de la Croix_Degrelle.jpg

" Un tribun et un séducteur, un guerrier et un opportuniste, un menteur et un conteur, Degrelle est tout cela à la fois.

Cette première biographie complète explique comment un jeune catholique, doué pour l'écriture comme pour la parole, finit dans la peau du dernier grand chef nazi.

Arnaud de la Croix a mené une enquête approfondie sur l'attirance précoce de Léon Degrelle pour la poésie et son intérêt, dès l'adolescence, pour l'autoritarisme (D'Annunzio, Mussolini) comme pour le nationalisme (Maurras), et sur sa véritable fascination pour le Führer jusqu'à son exil en Espagne.

Il met également au jour nombre de détails inédits, fait la part des choses et décrit avec précision les relations de Degrelle avec des personnages hors du commun comme Monseigneur Picard, Hergé, l'abbé Wallez, le cardinal Van Roey, le roi Léopold III, Paul Van Zeeland ou Paul-Henri Spaak. Mais aussi Goebbels, Himmler et Hitler. "

08/08/2017

Salut aux bêtes sauvages !...

« On parlait naguère d’exception française : on parlera bientôt de singularité, pour mieux nous en faire honte. L’Europe, le monde mondialisé, tout nous est une perpétuelle injonction à “l’ouverture aux autres”, laquelle est le contraire de la “frilosité”, réputée pendable ; on s’ouvrira donc, et quel meilleur gage de sa bonne volonté que de se mettre à l’anglais commercial, une fois pour toutes, comme tout le monde ? Quant au français, encore une fois, on ne manque pas d’embaumeurs pour en prendre soin. »

 

Les éditions Pierre-Guillaume de Roux ont récemment publié un essai de Philippe Barthelet intitulé Salut aux bêtes sauvages. Ecrivain et chroniqueur, Philippe Barthelet est l'auteur de plusieurs livres dont Le voyage d'Allemagne (Gallimard, 2010) et Fou forêt (Pierre-Guillaume de Roux, 2012). Il a également dirigé le dossier H sur Ernst Jünger ainsi qu'un ouvrage collectif, Roger Nimier, Antoine Blondin, Jacques Laurent et l'esprit Hussard (Pierre-Guillaume de Roux, 2012).

Barthelet_Salut aux bêtes sauvages.jpg

" La langue française a pourtant plus d’un tour dans son sac. Tantôt formelle à pleurer, tantôt enguirlandée à outrance, tantôt prisonnière d’un jargon ou d’une posture, tantôt ludique et lumineuse... La voilà prise en chasse par Philippe Barthelet dans un paysage et une Histoire aux étymologies fuyantes et complices. C’est que le génie de la langue ne tient pas en bouteille mais nous saute volontiers au visage, capable de mordre à plaisir le fruit défendu. C’est que le français n’est pas une langue de « réserve », vouée aux bêtes sauvages mais un « goût », une
joie du palais qui a ses entrées partout en fi n diplomate, en séducteur aguerri, en inlassable pâmeur de « sens ». Érudit, drôle et gourmet... "

05/08/2017

Le nationalisme économique américain...

Les éditions VA Press viennent de publier un essai de Christian Harbulot intitulé Le nationalisme économique américain. Introducteur en France, au début des années 90, de l'intelligence économique et fondateur de l’École de Guerre Économique, Christian Harbulot a récemment  publié Fabricants d'intox (Lemieux, 2016).

Harbulot_Nationalisme économique américain.jpg

" Le nationalisme économique était considéré jusqu’à présent comme une pensée archaïque en voie de disparition. Donald Trump a relancé le débat en dénonçant les excès commis par des pays concurrents comme la Chine, le Japon ou l’Allemagne. Le Président des Etats-Unis prône un recours au protectionnisme pour protéger le maintien de l’emploi sur le territoire américain. La remise en cause des traités commerciaux ouvre une nouvelle ère de la mondialisation des échanges. La guerre économique n’est plus à exclure dans les confrontations économiques du XXIe siècle. Afin de mieux cerner ce renversement de situation, l’Ecole de Guerre Economique a retracé le cheminement de la pratique du nationalisme économique dans l’Histoire de la nation américaine. Il apparaît clairement que le libéralisme est d’abord un discours et non une ligne de conduite permanente qui différencie les partisans du libre-échange des souverainistes de tout bord. Les pouvoirs exécutifs qui se sont succédé à la Main Blanche ont eu comme priorité absolue de bâtir une économie en adéquation avec leur recherche de puissance sur la scène internationale.

Cet ouvrage est une grille de lecture des décisions politiques prises par les Etats-Unis dans l’optique d’un accroissement de leur puissance par le biais économique."

03/08/2017

Lug et Cernunnos, les Jumeaux divins des Celtes...

Les éditions Terre de Promesse viennent de publier un essai de Daniel Gricourt et Dominique Hollard intitulé Les Jumeaux divins dans le festiaire celte. Les deux auteurs travaillent à la Bibliothèque nationale de France. Spécialistes des monnayages antiques et de leur iconographie, leurs recherches se sont étendues à la religion des Celtes envisagée dans un cadre comparatiste indo-européen.

 

Gricourt et Hollard_Les Jumeaux divins dans le festiaire celte.jpg

" Des travaux récents montrent l’importance des Jumeaux divins celtiques qui s’inscrivent dans le vaste cadre du dioscurisme des peuples indo-européens. Chacun d’eux, au-delà de leur gémellité, est un dieu majeur dans son domaine d’élection. Le premier frère, affin à l’eau, aux espaces et créatures sylvestres, protagoniste de morts et renaissances successives, s’incarne dans le cervin Cernunnos. Le comparatisme montre en ce dioscure ‘sauvage’ l’homologue du grec Dionysos et de l’indien Śiva. De son côté, le frère lumineux et multifonctionnel Lug(us) s’avère l’équivalent d’Apollon. Le dieu de Delphes dans son sanctuaire phocidien est d’ailleurs complémentaire de Dionysos sur les plans calendaire et fonctionnel. Ce sont les liens entre les Jumeaux celtiques et le calendrier qu’explore cet ouvrage. Chacun patronne une moitié de l’année : le semestre chaud et lumineux pour Lugus; le semestre froid et sombre pour Cernunnos. Le basculement cyclique entre ces périodes s’effectue aux 1er mai (Beltaine) et 1er novembre (Samhain). Mais l’année celtique apparaît plus complexe. Outre quatre fêtes saisonnières préservées jusqu’à nos jours en Irlande (Imbolc, Beltaine, Lugnasad et Samhain), liées aux phases lunaires, aux constellations, voire aux mouvements de Vénus, les quatre stations de l’année solaire que constituent solstices et équinoxes se révèlent au cœur du festiaire celtique. Textes et images montrent les dieux frères présents, isolément ou de concert, à toutes les étapes du cycle annuel. Ils jouent un rôle moteur dans la dynamique cosmique et l’alternance saisonnière. Se manifestant tour à tour en majesté au milieu de l’été (Lugus à Lugnasad) ou de l’hiver (Cernunnos à Imbolc, ancêtre de notre Carnaval), ils coopèrent à force égale lors des basculements équinoxiaux et sont en interaction différenciée lors des solstices, dramatiques ‘retournements’ de la course solaire (...) "