Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/08/2018

Un peu d'occupation...

Les éditions Robert Laffont viennent de publier dans leur collection Bouquin, sous le titre Occupation, les ouvrages de Pierre Assouline sur la période de l'Occupation, dont Une éminence grise, consacré à Jean Jardin, homme d'influence et directeur de cabinet de Pierre Laval, et Le fleuve Combelle, consacré au journaliste Lucien Combelle, qui fut un proche de Drieu la Rochelle et le rédacteur en chef de la revue Révolution nationale. Pierre Assouline est journaliste et chroniqueur.

 

Assouline_Occupation.jpg

" Les romans et biographies de Pierre Assouline liés à la période de l'Occupation représentent une part essentielle de son oeuvre. L'auteur s'est intéressé tout particulièrement au rôle des éminences grises qui ont agi dans les coulisses du pouvoir vichyste, tel le fascinant Jean Jardin. Dans son essai sur L'Épuration des intellectuels comme dans le récit de son amitié paradoxale avec le " collabo " Lucien Combelle, il évoque la situation des écrivains, éditeurs et patrons de presse compromis avec l'occupant. Il pose en filigrane la question, restée sensible, de la responsabilité morale et politique des créateurs et des hommes de pensée à des moments aussi cruciaux.
Cette dramaturgie trouble et tragique est au coeur des obsessions du romancier. Dans La Cliente, un biographe enquêtant sur la vie d'un écrivain découvre par hasard des milliers de lettres de dénonciation, dont l'une concerne l'un de ses propres amis et sa famille qui a été déportée. Lutetia entraîne le lecteur dans le dédale vertigineux du Paris occupé à travers un de ses hôtels mythiques. On retrouve ce théâtre d'ombres dans Sigmaringen, petite ville d'Allemagne où le maréchal Pétain et ses derniers fidèles bénéficièrent d'un ultime refuge en septembre 1944.
Dans sa préface inédite, où il dévoile la genèse de ses textes, Pierre Assouline éclaire toutes les ambiguïtés de cette histoire collective : une " zone grise semée de doutes et de compromis ", écrit-il, où " le mal subi côtoie le mal commis ". En montrant toute sa complexité, ce volume permet d'approcher de plus près la vérité d'une époque. "

22/08/2018

Géographie des populations...

Les éditions Armand Colin viennent de publier une étude de Gérard-François Dumont intitulé Géographie des populations - Concepts, dynamiques, prospectives. Economiste, démographe et géographe, professeur à la Sorbonne, Gérard-François Dumont est aussi président de la revue Population & Avenir et a, notamment publié Démographie politique - Les lois de la géopolitique des populations (Ellipses, 2007) et, avec Pierre Verluise, Géopolitique de l'Europe, de l'Atlantique à l'Oural (PUF, 2015).

 

Dumont_Géographie des populations.jpg

" Depuis le début du XXIe siècle, quatre grandes tendances démographiques s’observent à l’échelle mondiale : la généralisation de la transition démographique, la mondialisation des migrations, la montée de l’urbanisation, le vieillissement de la population ; et l’idée d’une évolution homogène et convergente des populations semble s’imposer.
Pourtant, derrière la réalité incontestable de ces quatre processus, des analyses précises montrent qu’il n’en est rien. Leur déploiement est non seulement varié selon les territoires, mais il connaît également une forte diversification géographique en fonction de leurs intensités et de leurs calendriers. Si bien que, contrairement aux idées reçues, il n’y a aucune convergence démographique selon les pays, ni donc de mondialisation en démographie. Les études prospectives laissent même entrevoir des divergences accrues.
Pour le démontrer, cet ouvrage propose une étude fine et totalement renouvelée de la géographie des populations du monde, en expliquant clairement les grands concepts, en analysant les dynamiques locales et en présentant les scénarios du futur.
Un ouvrage assorti de nombreuses figures originales et d’un cahier cartographique présentant les grands indicateurs à l’échelle mondiale. "

20/08/2018

Le testament d'un Européen...

Les éditions Dualpha viennent de rééditer l'essai marquant de Jean de Brem intitulé Le testament d'un Européen. Journaliste à Match, membre de l'OAS, Jean de Brem a été abattu par la police, à Paris, en avril 1963, alors qu'il corrigeait les épreuves de son livre.

Brem_Testament d'un européen.jpg

Jean de Brem, auteur de ce livre, devenu journaliste après une brillante campagne en Algérie, puis en Égypte, était féru d’histoire, de géographie et de politique. Il a laissé avant de mourir tragiquement le manuscrit de son unique ouvrage, prophétiquement intitulé : Le Testament d’un Euro­péen. Ce « testament » ; œuvre d’érudition, mais très facile à lire, résume l’histoire des Européens depuis la mythologie grecque jusqu’au milieu duXXe siècle. La première partie traite de l’Antiquité et du Moyen Âge ; la seconde s’étend de la renaissance à nos jours.

Défenseur de la civilisation chrétienne déclinante et convaincu que, seule, l’union étroite de l’Europe peut la sauver, Jean de Brem fréquentait les organisations européennes, assistant à la plupart de leurs congrès. La littérature perd en lui l’un de nos écrivains d’avenir ; les partisans de l’Europe unie, un fervent promoteur de leur idéal. Dans ce dernier tome, l’auteur exalte la Renaissance, époque de la grande curiosité des nations européennes : cette qualité a sans doute provoqué un nouvel essor des arts, des lettres et des sciences, mais aussi une redoutable rivalité entre les pays frères dans l’exploration de l’univers et l’exploitation de ses richesses.

Ces compétitions néfastes s’accentuent aux XVIIe et XVIIIe siècles. L’hégémonie des États change de mains, selon la nature de leur puissance et la politique de leurs monar­ques ; dans cette lutte, la persévérance l’emporte, fort justement, sur l’insouciance. Puis éclatent quatre révolutions importantes pour le monde occidental. Celui-ci comprendra-t-il enfin que, seule, une cohésion sincère et permanente de tous ses ressortissants peut assurer son salut et celui de la civilisation chrétienne, menacée de toutes parts ?

18/08/2018

L'ère des suspects...

Les éditions Grasset viennent de publier un roman de Gilles Martin-Chauffier intitulé L'ère des suspects. Breton, journaliste et rédacteur en chef de Paris-Match, Gilles Martin-Chauffier a publié de nombreux romans dont l'intrigue se déroule dans les milieux de pouvoir de la société contemporaine...

 

Martin-Chauffier_L'ère des suspects.jpg

" Dans la «  Cité noire  » de Versières, territoire oublié par la République, un adolescent d’origine maghrébine est retrouvé mort en bordure d’une voie de RER. La veille, il avait été poursuivi par un jeune gardien de la paix. Tout semble indiquer que ce dernier n’y est pour rien, mais qu’importe  : les jeux sont faits. La police, la famille, les grands frères, la mairie, les avocats, la presse, les «  consciences  » – tous s’en mêlent, chacun y cherche son compte mais personne ne semble se préoccuper de l’essentiel  : qui est le véritable coupable  ?
De l’Élysée au ministère de l’Intérieur, d’un commissariat à une piscine de luxe en passant par la rédaction d’un magazine d’information, L’Ère des suspects nous conduit au cœur d’une société du mensonge et du faux-semblant où les «  victimes  » servent de dépouilles médiatiques aux tartuffes qui nous gouvernent.
Entre thriller politique et comédie du pouvoir, Gilles Martin-Chauffier signe ici son Bûcher des vanités à la française  : un roman ambitieux sur les impostures de notre temps. "

14/08/2018

Les enfants de Big Brother

Les éditions Slatkine & Cie viennent de publier un essai de Laurent Gayard intitulé Darknet, GAFA, Bitcoins - L'anonymat est un choix (Slatkine, 2018). Enseignant en classes préparatoires, Laurent Gayard est également chroniqueur dans de nombreux magazines, comme Causeur, Conflits ou L’Incorrect. Il est déjà l'auteur de Géopolotique du Darknet : Nouvelles frontières et nouveaux usages du numérique (ISTE, 2017) ...

611MZe3jOUL.jpg

" Les enfants de Big Brother.

Si c'est gratuit, c'est que c'est vous le produit.
Les données de chaque habitant de la planète constituent un inquiétant trésor. Stockées, valorisées, capitalisées par les GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon) ces Big Data d'une valeur inestimable appartiennent à des sociétés américaines, jamais européennes.
A travers différents exemples, comme celui du Bitcoin, qui promet l'avènement d'une monnaie sans État et sans banque, et redonne à l'individu le contrôle de ses transactions, Laurent Gayard explore les alternatives à ce hold-up numérique : darkweb, blockchain etc.
Une visite guidée dans le maquis de la guerre des données. Savoir pour agir. L'anonymat est un choix. "

 

 

11/08/2018

De l'exception permanente...

Les éditions Ovadia viennent de publier récemment un essai de Baptiste Rappin intitulé de L'exception permanente. Philosophe, Baptiste Rappin a concentré sa réflexion sur les implications de la révolution managériale dans nos sociétés contemporaine. Il collabore depuis peu aux revues Krisis et Nouvelle Ecole.

 

Rappin_De l'exception permanente.jpg

''Qui aujourd'hui peut prétendre connaître le repos ? Question rhétorique, bien sûr, tant nous sommes tous happés par les tourbillons de la vie postmoderne ! Les moments de remontée à la surface et de respiration se font en effet de plus en plus rares, et force est de constater que nous devons bien souvent demeurer en apnée prolongée. Au risque de notre santé et, encore plus fondamentalement, de notre humanité. De l'exception permanente propose d'appréhender la condition de l'homme contemporain, caractérisée par le changement perpétuel et le mouvement sans fin, de façon originale : en replaçant au cœur de la réflexion le management autour duquel s'élabore un véritable système philosophique dans toutes ses dimensions : épistémologique, politique, métaphysique et même théologique. Ce second volume de la Théologie de l'Organisation montre par quels chemins l'exception a pu s'imposer, à notre époque, comme la norme de gouvernement de nos sociétés. De ce point de vue, la crise n'apparaît plus comme un dysfonctionnement qu'il s'agirait d'éliminer à coups de mesures techniques, mais bien comme le fond ontologique à partir duquel se déploie notre rapport aux temps présents''.