22/11/2014

Le Comité invisible écrit à ses amis...

"« Qu'est-ce que le bonheur ? Le sentiment que la puissance grandit - qu'un obstacle est en voie d'être surmonté» écrivait un ami.

Devenir révolutionnaire, c'est s'assigner un bonheur difficile mais immédiat."

 

Sept ans après L'insurrection qui vient (La Fabrique, 2007), les éditions de La Fabrique viennent de publier un nouveau texte du Comité invisible intitulé A nos amis. Le groupe poursuit les réflexions entamées à l'orée des années 2000 dans la revue Tiqqun et tire les leçons des soubresauts et de la vague de soulèvements que la crise de 2008 a provoqué à travers le monde, et notamment en Europe.

Le constat est sobre : "Les insurrections sont venues, pas la révolution."

Face à la gouvernance globale, le texte a pour ambition de donner au parti de la révolution, l'intelligence stratégique du présent, qui lui manque cruellement. Le vitalisme révolutionnaire que prône le Comité invisible doit éviter les écueils du pacifisme, comme du radicalisme, de la technophobie comme de la technophilie, de l'abstraction du global comme de l'attraction du local. Et c'est la commune, comme "pacte de se confronter ensemble au monde", à partir d'un lieu chargé d'histoire, d'impressions, d'émotions, en comptant "sur ses propres forces comme source de liberté", qui constitue son idéal d'expression et la recherche de la puissance sa discipline. On notera, d'ailleurs, que le Comité, faisant directement référence à la trifonctionnalité indo-européenne mise au jour par Dumézil, voit dans la puissance un équilibre entre ses trois dimensions que sont l'esprit, la force et la richesse...

Au total, le Comité invisible nous livre un texte stimulant, servi par un style incisif et souvent brillant, dont on ne peut à aucun moment mettre en doute la sincérité et que tout adversaire du système se doit de lire. Et les analyses qu'il produit sur la technique, la guerre, le pouvoir, le libertarisme ou la figure de l'ingénieur auraient toute leur place dans un numéro d'Eléments...
Le signe indubitable que les lignes bougent !

 

PS

Le lecteur attentif découvrira ce passage au détour du chapitre intitulé "Omnia sunt communia" :

"S'il y a au cours des derniers soulèvements ne serait-ce qu'un enseignement de la rue, outre la diffusion des techniques d'émeutes et le recours désormais universel au masque à gaz - ce symbole d'une époque devenue définitivement irrespirable -, c'est une initiation à la joie qui vaut toute éducation politique. Il n'y a pas jusqu'aux peigne-culs à la nuque rasée de Versaillles qui n'aient pris goût, dans les dernières années, à la manif sauvage et à la baston avec les flics." On pardonnera l'utilisation d'un stéréotype un peu facile... Pour le reste, ce n'est pas faux.

 

A nos amis.jpg

" À ceux pour qui la fin d’une civilisation n’est pas la fin du monde ;
À ceux qui voient l’insurrection comme une brèche, d’abord, dans le règne organisé de la bêtise, du mensonge et de la confusion ;
À ceux qui devinent, derrière l’épais brouillard de « la crise », un théâtre d’opérations, des manœuvres, des stratégies – et donc la possibilité d’une contre-attaque ;
À ceux qui portent des coups ;
À ceux qui guettent le moment propice ;
À ceux qui cherchent des complices ;
À ceux qui désertent ;
À ceux qui tiennent bon ;
À ceux qui s’organisent ;
À ceux qui veulent construire une force révolutionnaire, révolutionnaire parce que sensible ;
Cette modeste contribution à l’intelligence de ce temps. "

Quand Emmanuel Todd dénonce l'oligarchie qui nous gouverne...

Vous pouvez découvrir ci-dessous un extrait de l'émission du 10 novembre du Club de la presse sur Europe 1, cueilli sur le site de l'Observatoire des journalistes et de l'information médiatique. Au cours de celle-ci, l'invité, l'historien Emmanuel Todd, dénonce avec vigueur l'oligarchie qui gouverne notre pays et le rôle que joue le journal Le Monde au sein du système.

 


Emmanuel Todd dans « Le Club de la Presse... par Europe1fr

21/11/2014

Dionysos au drapeau noir ?...

Les éditions Atelier de création libertaire on publié en début d'année un essai de Max Leroy intitulé Dionysos au drapeau noir - Nietzsche et les anarchistes. Un livre qui vient encore une fois prouver que l'influence de l’œuvre de Nietzsche traverse le traditionnel clivage droite/gauche...

Essayiste, Max Leroy a notamment publié un très beau texte sur Albert Camus que vous pouvez découvrir ci-dessous :

Albert Camus : portrait d'un penseur libertaire et nietzschéen

 

 

Dionysos au drapeau noir.jpg

" On les croise sur le front espagnol ou déportés dans l’Oural, les armes à la main durant la Révolution allemande ou bien au fond des geôles sud-américaines ; on les aperçoit, déserteurs ou clandestins, dans les forêts de l’Italie mussolinienne ou résistant contre l’occupant allemand ; on ne sait pourtant comment les nommer : anarchistes, libertaires, nietzschéens ? Tout cela à la fois. Quelque part entre un drapeau noir et ­Ainsi parlait Zarathoustra. Leurs noms ? Emma Goldman, Gustav Landauer, Biófilo Panclasta, Renzo Novatore, Victor Serge ou encore, parmi tant d’autres, Albert Camus… Ces héritiers ont l’hommage cavalier : leur fidélité est au prix du pas de côté. Militants, poètes ou penseurs engagés, d’une manière ou d’une autre, dans les milieux libertaires et révolutionnaires, ils n’hésitèrent pas à s’inspirer de l’œuvre laissée par le philosophe prussien pour bâtir leurs projets d’émancipation – et l’on sait le mépris que Nietzsche vouait aux socialistes en général et aux anarchistes en particulier… Cet essai interroge ce compagnonnage méconnu. "