Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Métapo infos

  • La grande déraison...

    Les éditions du Toucan viennent de publier un nouvel essai de Douglas Murray intitulé La grande déraison - Race, genre, identité. Diplômé d’Oxford et Eton, journaliste au Wall Street Journal, au Guardian et au Spectator, Douglas Murray est l'auteur de L'étrange suicide de l'Europe (Toucan, 2018).

     

    Murray_La grande déraison.jpg

    " Dans ce nouveau livre, Douglas Murray examine des questions centrales du XXIème siècle : la sexualité, le sexe, la technologie et la race. Il montre que ces sujets vont être les détonateurs principaux de la violence dans les prochaines années. Il met en lumière, exemples à l’appui, les nouvelles guerres culturelles qui se déroulent dans nos lieux de travail, universités, écoles et foyers au nom de la justice sociale, de la politique identitaire et de «l'intersectionnalité».

    A l’époque postmoderne, les grands récits religieux et politiques se sont effondrés. A leur place ont émergé un désir croisé de redresser les torts perçus et une militarisation de l'identité, toutes deux accélérées par la puissance des médias sociaux.

    Des groupes d'intérêts étroits dominent désormais l'agenda alors que la société devient de plus en plus tribale.

    Murray cherche à insuffler un certain bon sens dans et termine par un appel passionné à la liberté d'expression, aux valeurs communes et à la raison, dans une époque où règne chaque jour un peu plus l'hystérie de masse. "

    Lien permanent Catégories : Livres 0 commentaire Pin it!
  • Demain, la séparation ?...

    Vous pouvez découvrir ci-dessous une intervention de Julien Rochedy qui évoque la question du séparatisme. Publiciste et essayiste, Julien Rochedy est une figure montante de la mouvance conservatrice et identitaire. Il vient de publier un essai intitulé Nietzsche l'actuel.

     

                                           

    Lien permanent Catégories : Multimédia, Points de vue 0 commentaire Pin it!
  • Les Mitterrandiens...

    Les éditions Pierre-Guillaume de Roux viennent de publier une étude historique de François Broche intitulée Les Mitterrandiens. Historien, François Broche est l'auteur de plusieurs ouvrages sur De Gaulle, la France Libre, l'Occupation ou l'anti-gaullisme.

     

    Broche_Les Miterrandiens.jpg

    " Entrons dans le secret des générations mitterrandiennes. On y trouve les proches de la première heure, bien sûr, mais aussi et surtout une impressionnante toile d’amitiés et de fidélités qui, en se tissant à l’infini, ne fait quasiment jamais se croiser ses membres et pour cause : le mélange des genres est toujours risqué quand il n’est pas aberrant. Ce réseau éclate en une arborescence dont les rameaux irrigueront à leur tour de nouveaux réseaux, qui, en apparence, n’ont aucun point commun mais qui, tous, sont au service de la volonté d’un seul homme. Certains mitterandiens sont célèbres : Pierre Bérégovoy, Jacques Séguéla, Georges-Marc Benhamou, etc. Outre les Charentais de sa jeunesse, les figures de la guerre et de la Résistance, les politiques, les intellectuels ou les communicants, on compte bien entendu les amitiés et les amours féminines, les médecins et les hommes de l’ombre. De Gaulle excepté, Mitterrand est le seul président de la République qui a suscité autant de livres, de colloques, de documentaires: « Comme si l’évocation de son souvenir aidait à combler un vide, écrivait Robert Schneider dix ans après sa mort. Comme s’il n’avait pas été remplacé, ni à la tête de l’État, ni à la tête de la gauche. Comme s’il existait bel et bien aujourd’hui, dans une France qui plus que jamais doute d’elle-même, une nostalgie Mitterrand.» Les pages les plus controversées des deux septennats (le cynisme politique, les relations avec René Bousquet, les « affaires », les coups tordus, les écoutes, le «mensonge d’État» sur la santé, son hostilité à la réunification allemande) se sont estompées. « Il nous avait dit : “Je ne vous quitterai pas”, remarquait déjà Stéphane Denis quatre ans après sa mort. Il a tenu parole et aurait même tendance à exagérer4.» Dans leur majorité, les Français préfèrent se souvenir de l’abolition de la peine de mort, de la contribution au développement de l’Union européenne, des grands travaux et aussi des progrès sociaux, comme l’atteste, vingt ans après sa mort, un sondage de l’Institut Odoxa pour Le Parisien. « Quelque chose fascine dans la fascination qu’il a exercée et c’est elle qui mériterait aujourd’hui qu’on s’y intéresse», observe Pierre Nora (Le Débat, mai 2000)

    Le moins que l’on puisse dire est que François Mitterrand nous a légué une image contrastée, et, en fin de compte, fascinante, sinon séduisante, d’un « artiste de la politique, selon le mot d’Alain Duhamel, peut-être le plus fascinant du xxe siècle français, à coup sûr le plus complexe, le plus romanesque, le plus atypique, le plus labyrinthien ». Mais aussi – et peut-être surtout – un homme de la France provinciale, de la France « profonde » (au double sens de ce mot), de la France de toujours, enraciné dans l’histoire et dans la géographie nationales, plus à l’aise avec Barrès et Chardonne qu’avec Marx et ses épigones internationalistes. Un homme en qui, bien malgré eux, ses adversaires poli- tiques reconnaissaient un compatriote par le cœur, par la culture, par l’amour de la vie et par l’interrogation sur la mort – et, dans ces divers domaines, la comparaison avec ses successeurs ne peut que jouer très largement en sa faveur. Sans que son règne soit perçu comme un âge d’or, les Français ne peuvent se retenir d’éprouver pour notre « dernier grand président », le « dernier roi de France », une certaine empathie : « Son bilan peut être négatif et le résultat, pour nous, catastrophique, observait encore Stéphane Denis lors du dixième anniversaire de sa disparition, son auteur luit doucement comme un personnage dont la chaleur ne se serait pas éteinte après sa mort.» "

    Lien permanent Catégories : Livres 0 commentaire Pin it!
  • Trump, faute de mieux ?...

    Nous reproduisons ci-dessous entretien avec Alain de Benoist, cueilli sur Boulevard Voltaire, dans lequel il évoque les prochaines élections présidentielles américaines. Philosophe et essayiste, directeur des revues Nouvelle École et Krisis, Alain de Benoist a récemment publié Le moment populiste (Pierre-Guillaume de Roux, 2017), Ce que penser veut dire (Rocher, 2017), Contre le libéralisme (Rocher, 2019) et La chape de plomb (La Nouvelle Librairie, 2020).

    Alain de Benoist 2.jpg

    Alain de Benoist : « La victoire de Donald Trump est souhaitable, faute de mieux… »

    L’élection présidentielle américaine se rapproche à grands pas. À titre personnel, souhaitez-vous la réélection de  ? Un second mandat de ce président vous réjouirait-il, ne serait-ce que pour voir la tête de ses opposants, américains comme européens ?

    Je souhaite sa réélection, mais à défaut ou faute de mieux. Comme vous le savez, le personnage n’a pas grand-chose pour me plaire. Ce n’est pas tant ce qu’on lui reproche habituellement (son style, sa brutalité, sa vulgarité) qui me choque, car je pense que c’est au contraire ce qui lui vaut d’être apprécié de bon nombre d’Américains, ce qu’on s’entête à ne pas comprendre de ce côté-ci de l’Atlantique. C’est plutôt que son projet me paraît nébuleux, que sa politique étrangère est à mon avis exécrable, et que l’homme ne convient pas pour diriger ce qui demeure quand même (provisoirement au moins) la première puissance mondiale. Il n’y a, au fond, que trois véritables chefs d’État dans le monde d’aujourd’hui : Vladimir Poutine, héritier de l’ancien Empire russe, Xi Jinping, héritier de l’ancien Empire chinois, et Recep Tayyip Erdoğan, qui cherche à recréer l’ancien Empire ottoman. Donald Trump a sans doute des qualités, mais il n’a pas la dimension d’un homme d’État.

    Pourquoi le soutenir, alors ? Parce que , c’est cent fois pire. Non du fait de sa personnalité falote et fatiguée, mais en raison de tout ce qu’il représente : l’Establishment, l’État profond, la soumission à l’idéologie dominante, l’immigrationnisme, le progressisme, le capitalisme déterritorialisé, le politiquement correct, Black Lives Matter, les médias de grand chemin, bref, cette abominable Nouvelle Classe dont la sorcière Hillary Clinton était déjà la représentante, il y a quatre ans. Pour barrer la route à , et à sa coéquipière Kamala Harris (qui aurait de bonnes chances de lui succéder en cours de mandat), je serais même prêt à voter Mickey !

    Mais Trump a-t-il encore des chances de l’emporter ?

    Je le crois. J’ai proposé plusieurs fois de faire la distinction entre le personnage Donald Trump et le phénomène trumpiste, qui est avant tout un réflexe populiste de contestation de tout ce que représente l’Establishment. Trump est contestable, mais le trumpisme est autre chose. Toutes proportions gardées, on pourrait le comparer à ce qu’on appelle, chez nous, « la France périphérique ». Les Américains sont extrêmement différents des Européens (beaucoup plus que ne le croient ces derniers), mais le schéma de base est le même : les classes populaires contre les élites mondialisées, les sédentaires contre les mobiles, le peuple contre les citoyens du monde, le bas contre le haut.

    Dans les États-Unis d’aujourd’hui, cette opposition s’est cristallisée pour donner naissance à deux blocs qui ne se parlent même plus. De part et d’autre, on ne veut plus seulement remporter les élections, mais anéantir ceux d’en face. Voulez-vous un chiffre révélateur, et même stupéfiant ? 15 % des républicains et 20 % des démocrates estiment que l’Amérique se porterait mieux si leurs rivaux « mouraient ». Du jamais-vu. C’est que la politique a changé. Les hommes et les femmes politiques, aux États-Unis, ne se présentent plus désormais aux élections en vantant leurs compétences, mais en tant que femmes, qu’homosexuels, qu’Afro-Américains, qu’Hispaniques, etc. L’identity politics, alimentée par le politiquement correct, a tout envahi. Ce qui veut dire que les enjeux politiques sont désormais subordonnés à des enjeux culturels et anthropologiques

    C’est pour cela que, contrairement à ce qui se passait autrefois (lorsque les programmes des républicains et des démocrates pouvaient paraître plus ou moins indiscernables, surtout à nos yeux), tous les sondages montrent que cette élection présidentielle est jugée par les Américains comme d’une importante exceptionnelle (87 % parlent d’un point de bascule irréversible), et surtout qu’il y a parmi eux très peu d’indécis. C’est la raison pour laquelle les deux candidats ne cherchent pas tant à débaucher des partisans de leur adversaire qu’à consolider leurs camps respectifs. Et c’est aussi ce qui explique que le premier débat Trump-Biden se soit soldé par un échange d’injures d’une violence (verbale) encore impensable chez nous. Que ce soit le trumpisme ou la Nouvelle Classe qui l’emporte, ce sont des conceptions du monde différentes qui sont en jeu.

    Quel bilan tirer de ces quatre ans de trumpisme ? Sa réélection serait-elle une bonne nouvelle pour les États-Unis et, plus important, pour la France et pour l’Europe ?

    Le bilan est difficile à évaluer. Il est sans doute meilleur que ne le disent les adversaires de Trump, mais plus mauvais que ne le disent ses partisans. Comme Trump a passé un temps considérable à échapper aux chausse-trapes où l’on cherchait à le faire tomber, et qu’il n’a pu y parvenir qu’en navigant à la godille entre des « conseillers » d’inspiration opposée, il est en outre difficile de savoir quelles sont les initiatives qui lui reviennent vraiment.

    En ce qui concerne sa politique étrangère – la seule qui devrait nous intéresser -, le bilan est franchement mauvais. Trump n’aime visiblement pas l’Europe, ce en quoi il ne se distingue de ses prédécesseurs que par le fait de ne pas s’en cacher. Au début, il a tenté de se rapprocher de la Russie dans l’espoir de la détourner de l’alliance chinoise, mais comme il n’a cessé d’être accusé d’être « au service des Russes », il y a rapidement renoncé. Son ennemi principal est la Chine. L’axe qu’il privilégie est l’axe Washington-Riyad-Tel Aviv, ce qui satisfait aussi bien les néoconservateurs que les évangéliques, mais se trouve être parfaitement contraire aux intérêts européens. Mais avec Joe Biden, ce serait là aussi encore pire. Rappelez-vous ce que François Mitterrand confiait à Georges-Marc Benamou : « Ils sont durs, les Américains, ils sont voraces, ils veulent un pouvoir sans partage sur le monde. La France ne le sait pas, mais nous sommes en guerre contre l’Amérique. Oui, une guerre permanente, une guerre vitale, une guerre économique, une guerre sans mort apparemment et pourtant une guerre à mort. »

    Alain de Benoist, propos recueillis par Nicolas Gauthier (Boulevard Voltaire, 14 octobre 2020)

    Lien permanent Catégories : Entretiens 0 commentaire Pin it!
  • La populophobie...

    Les éditions Plon viennent de publier un essai de Guillaume Bigot intitulé La populophobie - Le gouvernement de l'élite, par l'élite et pour l'élite. Docteur en sciences politiques, publiciste, Guillaume Bigot est l'auteur de plusieurs essais comme Sept scénarios de l'apocalypse (Flammarion, 2000), Le Zombie et le fanatique (Flammarion, 2002), Le Jour où la France tremblera (Ramsay, 2005) ou La trahison des chefs (Fayard, 2013).

     

    Bigot_La populophobie_1.jpg

     

    La cause semble entendue : en Occident voire dans le monde entier, cédant aux sirènes du populisme, les peuples semblent avoir pris en grippe leurs élites. Mais, est-ce que ce ne sont pas les classes dirigeantes qui, en vérité, avaient déjà décidé de rompre avec leurs peuples ?

    Est-ce que ce n'est pas le sommet qui n'aime plus la base ? Tel est le point de départ de l'essai décapant que Guillaume Bigot consacre à la colère des gilets jaunes et au besoin de renouvellement de la classe dirigeante française.
    Ce divorce, que les élites mondialisées voulurent partout à l'amiable, a revêtu une tournure particulièrement exacerbée en France avec la spectaculaire crise des ronds-points. En replaçant la révolte de la France périphérique dans le long terme de notre histoire, l'auteur montre que les élites françaises aiment rarement le peuple, qui le leur rend bien. Relisant la crise de 2018-2019 il montre que cette explosion de colère est le prélude d'une remise en cause plus profonde et durable des classes dirigeantes françaises. Car Guillaume Bigot éclaire l'actualité en lui apportant le relief de l'histoire, sans lequel celle-ci demeure difficile à interpréter et impossible à prévoir. Et applique à la société de 2020 les analyses de l'abbé Sieyès sur le tiers état. En s'appuyant également sur Michelet, il montre que l'Hexagone ne peut être gouverné que par un souverain allié au peuple pour tenir en respect les importants. Enfin, la loi des 3 âges des classes dirigeantes formulée par Chateaubriand lui sert de point d'appui pour appeler au renouvellement profond de la classe dirigeante française.
    Selon l'essayiste, la France est entrée en convulsions et n'en sortira que lorsque l'élite actuelle et son paradigme auront été remplacés. Voici le plaidoyer d'un intellectuel républicain en faveur du populisme.

    Lien permanent Catégories : Livres 0 commentaire Pin it!
  • Vers une nouvelle géopolitique de l'énergie ?...

    Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Jean-Philippe Duranthon, cueilli sur Geopragma et consacré aux conséquences géopolitiques de la transition énergétique. Jean-Philippe Duranthon est haut-fonctionnaire et membre fondateur de Geopragma.

     

    Transition_Energie.jpg

    La géopolitique de l’énergie va évoluer, il faut s’y préparer

    En Méditerranée la Turquie envoie des navires de prospection d’hydrocarbures dans des secteurs qu’elle revendique mais qui font aujourd’hui partie de la zone économique exclusive (ZEE) de la Grèce ou de celle de Chypre. Le Liban est incapable, malgré l’urgence que requiert sa déliquescence politique, économique et financière, de constituer un gouvernement mais il engage des négociations avec Israël pour fixer leur frontière maritime commune, c’est-à-dire pour se partager les champs d’hydrocarbures off-shore qui ont été récemment découverts. L’Azerbaïdjan veut récupérer le Haut-Karabakh et est à cette fin aidé par la Turquie (encore elle) qui, entre autres, cherche à accéder plus facilement par oléoduc aux riches champs pétrolifères de la mer Caspienne. En Libye, deux factions s’affrontent depuis de nombreux mois pour contrôler les champs pétrolifères du Fezzan, l’une d’elles étant puissamment aidée par la Turquie (toujours elle).

    Plus au Nord les Etats-Unis, aidés par la Pologne, font régner la loi du plus fort (au sens propre du terme : en imposant la législation du plus fort) pour empêcher, par des sanctions extraterritoriales, l’achèvement du gazoduc Nord Stream2, pourtant construit à 90 %, parce que celui-ci conforterait les liens économiques entre l’Europe occidentale et la Russie au lieu d’ouvrir de nouveaux marchés au gaz de schiste américain.

    L’Irak a constaté il y a quelques années, et l’Iran constate aujourd’hui, que le pétrole ou l’embargo sur ses livraisons est un instrument précieux si l’on veut déstabiliser un pays jugé malintentionné. Les débats au sein de l’OPEP ou entre l’OPEP et les pays consommateurs de pétrole ont des répercussions majeures sur la situation économique des pays occidentaux.

    Les hydrocarbures sont donc un enjeu géopolitique mondial et une source de tensions, voire de conflits. Ce n’est bien sûr pas nouveau, et ne pas prendre en compte les problématiques liées aux hydrocarbures revient à s’interdire de comprendre l’histoire du monde depuis plus d’un siècle. Et cela va durer puisqu’en 2018 les hydrocarbures représentaient 55 % de la consommation mondiale d’énergie primaire (33,2 % pour le pétrole et 21,8 % pour le gaz selon l’Agence Internationale de l’Energie). Les humains continueront donc pendant longtemps à s’invectiver et se battre pour maîtriser un peu d’or noir, M. Erdogan n’est pas le dernier à l’avoir compris.

    Mais les choses vont évoluer. Les pays développés voient dans les énergies renouvelables (ENR) le nouveau Graal permettant de sauver la planète et dans les moteurs électriques ou à hydrogène la solution permettant de continuer à vivre dans l’opulence et de faire partager cette opulence à un nombre illimité de terriens. Mais, pour fonctionner, les éoliennes ne nécessitent pas que du vent, elles ont besoin de béton pour leur socle, d’acier pour leur mat, de matériaux composites pour leurs pales. Elles ont surtout besoin, pour leur générateur, de matériaux rares. Tel est le cas de tous les moteurs électriques ou à hydrogène et, de manière générale, de toutes les batteries. Or les matériaux concernés sont répartis sur le globe de manière encore plus inégalitaire que les hydrocarbures. En effet :

    • le cobalt se trouve pour 60 % de sa production dans la République Démocratique du Congo, 
    • le lithium provient pour l’essentiel du « triangle du lithium » situé à cheval sur les territoires de l’Argentine, de la Bolivie et du Chili,
    • les plus grands gisements de nickel sont situés en Indonésie,
    • les autres « terres rares » sont particulièrement abondantes en Chine et en Afrique.

    L’énergie nucléaire, quant à elle, dépend de l’approvisionnement en uranium dont les gisements les plus importants sont situés en Australie, au Kazakhstan, au Canada, en Russie, en Namibie et au Niger.

    Verrons-nous demain les mêmes humains, ou plutôt leurs enfants, s’invectiver et se battre dans ces régions pour acquérir quelques tonnes de ces matériaux ?

    Certains s’y préparent et cherchent à bâtir dès aujourd’hui des positions de force. La Chine est particulièrement active en Afrique et investit fortement en Indonésie. Aux Etats-Unis, Elon Musk mène avec constance une politique visant à sécuriser, par des contrats de long terme, ses approvisionnements : en juin, il a conclu avec Glencore un contrat concernant le cobalt, en septembre il en a signé un avec Piedmont Lithium, et il a annoncé récemment être en discussion avec BHP pour faire de même pour le nickel.

    Le contraste est patent avec l’Europe. Alors qu’elle s’apprête, avec l’appui de la plupart des Etats membres, dont la France, à renforcer ses objectifs de décarbonation de l’économie, elle n’a inscrit qu’en 2020 le lithium dans sa liste des matières premières dites « critiques » et ne l’a pas encore fait pour le nickel.

    La France, quant à elle, s’est de fait interdit toute nouvelle exploitation minière sur son territoire mais l’Etat, les entreprises pétrolières et celles du cycle du nucléaire (Orano, ex-Areva) ont l’habitude d’agir en Afrique, pour le meilleur et pour le pire, et d’y sécuriser ses approvisionnements miniers. Elle bénéficie de liens pour le moins privilégiés avec la Nouvelle Calédonie, où l’exploitation du nickel est ancienne, et dispose, avec Eramet, d’une entreprise implantée en Nouvelle Calédonie et en Indonésie pour le nickel ainsi qu’en Argentine pour le lithium (où l’entreprise vient toutefois de suspendre son projet en raison de la situation financière du pays). 

    Mais l’instabilité chronique de certaines régions, l’Afrique par exemple, rend cette présence française fragile, et la France a historiquement peu de relations avec certaines zones géographiques à fort enjeu minier d’avenir, telles que l’Amérique du Sud ou l’Indonésie, si bien qu’aujourd’hui certains besoins futurs ne sont pas couverts.

    Qui, des entreprises ou de l’Etat, doit nouer des liens avec ces pays dont les gisements conditionneront l’accès aux énergies du futur ? Les entreprises sont les mieux à même de savoir quels liens sont souhaitables et quelles modalités retenir pour les forger. Le problème est que l’outil industriel français est en retard et peine à trouver les capacités financières nécessaires pour effectuer les mutations en cours. EDF doit déjà financer à la fois le « grand carénage » de ses installations nucléaires actuelles et, en France espérons-le ou à l’étranger, le développement de la nouvelle génération de centrales ; les possibilités d’investissements d’Eramet, dont les résultats fluctuent en fonction des prix mondiaux des métaux, sont limitées ; et si Tesla, chéri par la bourse américaine, peut nouer des liens avec les grandes entreprises minières et investir à leurs côtés, le secteur automobile français, qui finance difficilement le basculement vers la motorisation électrique et la conduite autonome, fait l’impasse sur le contrôle de ses approvisionnements miniers.

    Le pétrole et le gaz continueront d’animer les relations internationales pendant de nombreuses années encore. Mais la mutation énergétique souhaitée nécessite une maîtrise des approvisionnements miniers qui en conditionnent la réalisation, faute de quoi notre pays se trouvera en situation de dépendance vis-à-vis des pays qui recèlent les gisements, et des puissances qui contrôlent ces pays. Il faut s’en convaincre et agir en conséquence sans attendre la montée de tensions en Afrique mais peut-être demain aussi dans le sud-est asiatique et en Amérique du Sud.

    Jean-Philippe Duranthon (Geopragma, 19 octobre 2020)

    Lien permanent Catégories : Dans le monde, Points de vue 0 commentaire Pin it!