Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/02/2017

Ce que nous devons aux animaux...

Les éditions Vuibert viennent de publier un essai de Brian Fagan intitulé La grande histoire de ce que nous devons aux animaux. Archéologue britannique,Brian Fagan est l'auteur de nombreux ouvrages de vulgarisation et est bien connu outre-Manche...

 

Fagan_ce que nous devons aux animaux.jpg

" Et si les animaux avaient écrit avec nous l’histoire des civilisations ? Nous les avons chassés, élevés, exploités, mais sans eux, nous ne serions pas devenus ceux que nous sommes.

Comment les premiers chiens permirent-ils à l’espèce humaine de survivre à la fin de l’ère glaciaire ? Quels bouleversements entraîna l’élevage des porcs, des boeufs et des moutons ? En quoi les ânes et les chameaux, sous différentes contrées, favorisèrent les échanges des biens et des idées ? Comment les chevaux ont-ils fait tomber des empires ? Pourquoi le XIXe siècle fut-il le siècle du chat ?

Avec un sens du récit impressionnant, Brian Fagan nous raconte l’histoire extraordinaire de l’alliance entre les hommes et les animaux, pour le meilleur comme pour le pire. Mettant les plus récentes découvertes scientifiques à la portée de tous, il nous offre une lecture indispensable à l’heure où l’on s’interroge sur la place à donner aux animaux dans nos sociétés. "

Déliaison sociale...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue assez sombre de Xavier Eman, cueilli sur son blog A moy que chault ! et consacré au délitement du lien social, conséquence de la disparition du peuple, abattu sous les coups de "la marchandisation de l’existence et [de] l’atomisation ethnico-culturelle"...

Déliaison sociale.jpg

 

Déliaison sociale

Les diverses « affaires » qui accablent l’ex-héros de la droite conservatrice française, François Fillon, si instrumentalisées et finalement assez anecdotiques soient-elles, sont révélatrices de l’état de délitement de la morale publique dans notre pays. Ce n’est certes ni une révélation, ni une nouveauté, simplement une énième confirmation. Plus que la malhonnêteté du personnage, ces affaires révèlent d’ailleurs plus sa médiocrité, la petitesse de ses préoccupations, sa cupide mesquinerie de petit boutiquier, ses tristes calculs d’apothicaire de province… L’homme pense bas. Son collègue DSK, dont il pourrait d’ailleurs connaître le destin, pensait au niveau de sa braguette. Fillon lui pense à celui de son portefeuille. Il n’est bien évidemment pas le seul. Nous savons que ces tares touchent la quasi-totalité du personnel politique, d’un bout à l’autre du spectre jadis idéologique aujourd’hui simplement médiatico-folklorique. Les hommes politiques contemporains ne sont plus là pour servir mais pour se servir. Cela crève les yeux depuis des lustres. La politique est devenue l’un des rares moyens de gagner rapidement beaucoup d’argent sans qu’il soit nécessaire de posséder des qualités particulières autres que la souplesse de la colonne vertébrale, la dextérité de la langue et une absence complète de scrupules. « Arriver aux affaires » c’est un peu comme gagner au loto… Passe-droits divers, carrières rémunératrices assurées pour la famille et les amis, train de vie somptuaire, impunité… Bien sûr la révélation régulière de ce népotisme et de ces prévarications choque encore « le bon peuple » mais c’est bien souvent davantage par envie et jalousie que par condamnation morale. Car le véritable drame est bien là, c’est dans l’ensemble du corps social – et non seulement dans les prétendus « élites » - que la morale publique et le sens de l’intérêt collectif et général se sont désagrégés. Les vieilles lunes maurassiennes ont vécu, il n’y a plus de séparation – du moins dans le domaine des valeurs, aspirations, des ambitions, des goûts et désirs - entre le « pays légal » et le « pays réel » mais une simple séparation entre d’un côté les corrompus/corrupteurs et de l’autre ceux qui aspirent à l’être ou rêvent de le devenir. La « décence commune » du peuple n’est malheureusement aujourd’hui plus qu’un phantasme pour intellectuel bourgeois et nostalgique. Il suffit pour s’en convaincre de le fréquenter autrement que dans les livres ce bon peuple si « décent ». Le spectacle de la vie quotidienne est à ce titre particulièrement navrant. On constate aisément que toutes les catégories sociales reproduisent les comportements et les modes de pensées sensés être reprochés à la classe politique et à « l’oligarchie » : obsession matérialiste, individualisme forcené, arrivisme, égoïsme, goût pour la fraude, la « resquille », la tricherie… De sa feuille d’impôt qu’on falsifie à la file d’attente que l’on coupe en passant par le travail au noir et l’arnaque à l’assurance, tout est bon pour « se débrouiller », « s’en sortir », « niquer les autres », « se démerder », « profiter du système »… C’est le règne des combinards et des petits malins… Chacun pour soi et sauve qui peut ! Le contexte économico-social délicat n’est évidemment pas étranger à ce tropisme mais il est loin d’être la seule et même la principale explication. La cause majeure de cette névrose individualiste, de ce repli frileux et calculateur sur soi-même, unique finalité de l’existence, de cette guerre de basse intensité de tous contre tous est tout simplement la disparition pure et simple du peuple, désormais simple mot totalement vidé de substance et de réalité. Il n’y a plus de peuple, il ne reste désormais qu’une somme d’individus cohabitant sur un même espace et qui ne sont plus liés que par une appartenance commune purement légale, administrative et formelle. Le peuple a disparu sous les coups de boutoirs conjugués des deux phénomènes majeurs de la modernité : la marchandisation de l’existence et l’atomisation ethnico-culturelle. Dans un monde entièrement régi par l’échange marchand, indifférencié où que l’on soit sur la planète, et peuplé d’être déracines et mélangés, de toutes races, de toutes cultures, de toutes croyances et de toutes origines, il ne peut y avoir de peuple, l’appartenance commune ne peut-être que formelle, superficielle, artificielle, elle n’est plus intimement, charnellement, ontologiquement ressentie. Elle n’est plus, dans le meilleur des cas, que de l’ordre du discours. Plus de passé commun, plus de rites partagés autres que ceux, mondialisés, de la consommation, plus de mode de vie particulier, plus de vision du monde collective, plus de souvenirs rassembleurs, plus de commensalité intégrée, plus d’objectifs unificateurs… On ne reconnaît plus son voisin, l’homme que l’on croise dans la rue ou au bureau, comme un membre de sa communauté mais comme un individu autre, concurrent, qui pourrait être n’importe qui … Qui est cet homme qui ne s’habille pas comme moi, ne parle pas comme moi, ne mange pas comme moi ? C’est un étranger, il ne m’est rien… Je ne l’aime ni ne le déteste, il m’indiffère, je ne partage avec lui qu’une situation géographique, sans doute temporaire d’ailleurs. Les français, comme la plupart des autres européens, ne sont désormais plus que des consommateurs errants dans un vaste supermarché où déambulent d’autres zombies de tous les types ethno-culturels. Même caddie et même monnaie dans les poches, mais rien d’autre en commun, rien qui unie, qui rassemble, qui peut nourrir une véritable et concrète solidarité qui ne soit pas un simple slogan sans substance.

Les scandales politico-financiers mis en lumière médiatiquement ne sont donc finalement que les symptômes les plus visibles des maux qui rongent depuis de longues années une population de plus en plus hétérogène, privée de valeurs transcendantes et partagées et dont la longue dépression n’est plus guidée que par des intérêts privés et des appétits matériels.

Ni l’exemple ni la solution ne viendront du haut, d’une classe oligarchique qui se nourrit de cette situation qui assure la prorogation de son règne. S’il existe une voie permettant d’échapper à ce lent délitement social, elle passera par la refondation de véritables communautés porteuse de sens et de valeurs, bâties autour d’affinités communes et de projets collectifs. Une modèle qui devra vraisemblablement rompre avec l’entassement urbain comme avec l’aliénation salariale afin de recréer de nouvelles formes d’existence collective et de chrématistique naturelle.

L’avenir est à un communautarisme de combat.

Xavier Eman (A moy que chault !, 16 février 2017)

19/02/2017

Tour d'horizon... (123)

Aagaard_marin.jpg

Au sommaire cette semaine :

- sur le site de Comes Communication, Jean-François Gayraud, commissaire divisionnaire, spécialiste des questions de criminalité et de géopolitique, revient, dans un entretien donné à Bruno Racouchot, sur le système de domination mis en place par des acteurs financiers devenus omnipotents...

 

Gayraud.jpg

- sur le site Theatrum Belli, on peut (re)découvrir un beau texte de Julius Evola consacré à la guerre, qui possède, pour le penseur de la Tradition qu'il est, une valeur anti-matérialiste et spirituelle et qui offre à l'homme l'occasion de réveiller le Héros qui sommeille en lui...

Métaphysique de la guerre

combat.jpg

Feu sur la désinformation... (125)

Vous pouvez découvrir ci-dessous un nouveau numéro de l'émission I-Média sur TV libertés, consacrée au décryptage des médias et dirigée par Jean-Yves Le Gallou, président de la fondation Polémia, avec le concours d'Hervé, et cette semaine de Michel Geoffroy.

Au sommaire :

  • 1 : Emeutes à Bobigny : Flics ou voyous ?
    Quand la presse prend parti pour la racaille : « Incidents à Bobigny » voilà comment France Info désigne les scènes d’émeutes du 11 février à Bobigny. La violence et les dégradations ont été occultées par les médias. Mohamed Mezarai, journaliste au Bondy blog ira même jusqu’à déclarer lors d’un duplex sur BFMTV « l’ambiance est conviviale et pacifique » alors qu’une épaisse fumée noire s’élève juste derrière lui.
    Les responsables de ces violences ? Des policiers racistes qui attisent la haine.
  • 2 : Le zapping d’I-média
    « France inter est-elle une radio de bobos sectaires » ? C’est la question posée à Patrick Cohen dans l’émission C dans l’air diffusée sur France 5. Le rédacteur en chef de la matinale de France Inter répond par un simple « Je…. Je ne sais pas » béat.
    Quand Fabienne Sintes veut se servir de la liturgie catholique pour critiquer François Fillon. Le candidat des républicains a assisté à la messe et a entendu un évangile de Saint Mathieu évoquant « des dettes ». Pour la journaliste de France Info, c’est une évidence, le prêtre vise François Fillon

  • 3 : Immigration le retour des surdiplômés
    « Les migrants seraient plus diplômés que les français ». La presse se fait écho d’une étude de l’INED : Place à la confusion entre immigration européenne, et extra européenne. Bobard pour le journal 20 Minutes qui illustre le sujet avec des migrants de Calais. Dans les médias, c’est le grand retour des « chances pour la France ».
  • 4 : Les tweets de la semaine
    Hélène Bekmezian du journal Le Monde se plaint d’un sondage publié sur le site de Valeurs actuelles, c’est le coup de l’arroseur arrosé.
  • 5 : Rendez le service public aux français
    Le service public audiovisuel toujours trop partisan ? Le collectif d’usager des médias CUSPA demande une meilleure pluralité d’opinions sur les écrans et lance une pétition en ligne. Tv libertés, causeur et l’hebdomadaire Valeurs actuelles ont pris part à cette pétition.
    lien vers la pétition :
    https://www.change.org/p/c-u-s-p-a-r%...

 

                                      

18/02/2017

Résumons-nous....

Les éditions Robert Laffont viennent de publier, dans leur collection Bouquins, un recueil de chroniques d'Alexandre Vialatte intitulé Résumons-nous. Brillant germaniste, traducteur de Kafka, Alexandre Vialatte, qui se voulait auvergnat et européen et s'affirmait également chrétien et nietzschéen, est l'auteur de très nombreuses chroniques et aussi de quelques magnifiques romans comme Battling le ténébreux ou Les fruits du Congo.

 

Vialatte_Résumons-nous.jpg

" Pendant un demi-siècle, Alexandre Vialatte a cultivé l'art de la chronique. Ses œuvres constituent une sorte d'encyclopédie des activités humaines vues au travers du kaléidoscope d'un observateur malicieux qui sait résumer d'une sentence, lapidaire et drôle, le fond de son propos.
Nourri de textes inédits, ce recueil témoigne des différentes formes journalistiques pratiquées par Alexandre Vialatte, des années 1920 à sa mort en 1971. Il apprend son métier en collaborant à La Revue rhénane, en même temps qu'il s'initie à l'Allemagne, découvre Goethe et Kafka, et suit de près l'actualité du pays.
Dans Le Petit Dauphinois, comme dans l'Almanach des quatre saisons, autre florilège de sa fantaisie, Vialatte s'en donne à coeur joie, avec la plume d'un poète, l'imagination d'un conteur, l'humour d'un savant désabusé. Les chroniques cinématographiques parues dans Bel Amour du foyer constituent un volet inattendu de son oeuvre de journaliste. Vialatte s'amuse à y distiller ses conseils et ses opinions sur des films dont il raconte l'histoire à sa manière, toujours singulière et décalée.
Il a aussi tenu pendant près de dix ans une chronique dans Le Spectacle du monde, constituée de promenades littéraires plus que de véritables critiques. Là comme ailleurs, il exprime ses goûts, ses admirations avec une intelligence savoureuse, une virtuosité et une liberté de ton qui n'ont cessé d'enchanter ses innombrables lecteurs et lui valent d'occuper aujourd'hui une place prépondérante dans notre histoire littéraire. "

Conversations avec Alain de Benoist... (2)

Nouvelle émission de TV Libertés, "Les conversations de Paul-Marie Couteaux", permettent de partir à la découverte d'une personnalité en six épisodes de 35 minutes. C'est l'occasion de découvrir les passions, les souvenirs et les éléments fondateurs de la vie d'une célébrité pour mieux comprendre son œuvre. Volontairement intimiste, "Les conversations de Paul-Marie Couteaux" sont filmés in situ, là où ces personnages hors du commun trouvent leurs forces et leur inspiration.

Vous pouvez découvrir ci-dessous le deuxième épisode de ces conversations avec Alain de Benoist.

Voir l'épisode 1