Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Métapo infos - Page 5

  • Les snipers de la semaine... (273)

    claude-brasseur.jpeg

     

    Au sommaire cette semaine :

    - sur Europe 1, Gaspard Proust défend Guillaume Meurice... et crucifie ses petits camarades...

    Chronique du 7 mai 2024 de Gaspard Proust

    Proust_Meurice.jpg

     

    - sur Hashtable, H16 s'attaque à la supercherie écologiste...

    La facture de la supercherie écologique arrive, et elle est salée

    Eolienne.jpeg

     

    Lien permanent Catégories : Snipers 0 commentaire Pin it!
  • Feu sur la désinformation... (466)

    Vous pouvez découvrir ci-dessous un nouveau numéro de l'émission I-Média sur TV libertés consacrée au décryptage des médias et animée par Jean-Yves Le Gallou, président de la fondation Polémia, et Lucas Chancerelle.

     

                                                

    Au sommaire cette semaine :

    L'image de la semaine : les manifs de transsexuels et leur traitement médiatique.

    Dossier du jour : la guerre qui sévit dans le service public entre l’extrême gauche et l’extrême centre après l’éviction de Guillaume Meurice de France Inter.

    ‐-‐-----------

    Pastilles de l’info :

    1) Le bon point mainstream : Balladur se repent !
    2) Le coup de chapô : Le PDG de Ryanair veut participer à la remigration!
    3) Le coup de gueule : Les restos sans cœur
    4) Décryptage : Débat Bardella/Hayer, manipulation de BFM

    ‐-‐-----------

    Portrait piquant (en partenariat avec l’OJIM) : Christine Kelly, une journaliste professionnelle et charmante !

     

    Lien permanent Catégories : Décryptage, Manipulation et influence, Multimédia 0 commentaire Pin it!
  • Le Saint-Empire...

    Les éditions Armand Colin viennent de rééditer une étude historique de Claire Gantet et Christine Lebeau intitulée Le Saint-Empire (1500-1800). Claire Gantet et  Christine Lebeau sont professeurs d'Histoire moderne respectivement à l'Université de Fribourg et à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne.

     

    Gantet-Lebeau_Le Saint-Empire.jpg

    " Qu’est-ce que le Saint-Empire ? Mosaïque de principautés allant des Flandres au royaume de Hongrie et de la Baltique à la Méditerranée, le Saint-Empire déroute par maints aspects. Il ne s’oriente pas vers une monopolisation croissante du pouvoir dans les mains d’un unique prince mais reste jusqu’au moins la fin du XVIIe siècle fondé sur un principe féodal. Il n’est pas non plus un État territorial délimité par des frontières nettes et demeure dépourvu de capitale. Il ne possède ni exécutif commun, ni armée unifiée face à l’ennemi extérieur. Mais la fragmentation, y compris du paysage universitaire et académique, démultiplie aussi la discussion intellectuelle et les possibilités d’échanges interterritoriaux.
    Le Saint-Empire est ainsi non seulement une couronne et un espace de communication et de savoirs, mais encore un espace de paix et de conflits négociés qui n’a plus sa place dans l’Europe des nations redéfinie par le Congrès de Vienne. "
    Lien permanent Catégories : Livres 0 commentaire Pin it!
  • Collaborer ou mourir : la France n'a plus le choix...

    Vous pouvez découvrir ci-dessous un entretien donné par Laurent Ozon à Nicolas Stoquer sur Géopolitique profonde, dans lequel il évoque les voies qui s'offrent à notre pays pour surmonter la convergence de crises écologiques, géopolitiques et culturelles que nous affrontons.

    Essayiste et analyste politique, tenant d'une écologie localiste et identitaire, premier promoteur de l'idée de remigration, Laurent Ozon est l'auteur de l'excellent essai intitulé France, années décisives (Bios, 2015).

     

                                           

    " Face à une convergence de crises écologiques, géopolitiques et culturelles, Laurent Ozon présente une analyse puissante de la nécessité impérieuse pour la France de repenser ses stratégies de coopération et de survie. Cet entretien incisif explore la profondeur des défis auxquels la nation est confrontée, critiquant vivement les politiques actuelles tout en proposant une voie radicalement différente basée sur l'écologie profonde et le localisme. Ozon, avec son expérience diverse en tant que pompier militaire, entrepreneur et penseur écologique, dénonce les méthodes de gestion politique qui exacerbent le stress sociétal et limitent l'innovation authentique. Il remet en question la viabilité des solutions technocratiques qui, selon lui, éloignent l'humanité de ses racines naturelles et de sa capacité à innover de manière organique.

    L'œuvre de Ozon est un appel à réveiller face à l'adoption passive de technologies qui, tout en promettant d'augmenter notre bien-être, posent de sérieux dilemmes éthiques et moraux. Il plaide pour un retour aux principes de l'écologie profonde, suggérant que la véritable innovation vient de notre capacité à comprendre et à respecter les systèmes naturels qui nous soutiennent tout en intégrant le fonctionnement biologique de l'être humain.

    Avec une critique acérée de l'uniformisation culturelle provoquée par des siècles de centralisation et de politiques d'assimilation, Ozon illustre comment la France, et par extension l'Europe, doit valoriser et préserver sa diversité culturelle comme un atout pour la résilience future. Il argue que face à la globalisation et à ses impacts homogénéisants, la sauvegarde des cultures locales devient un acte de résistance essentiel.

    Laurent Ozon nous incite à envisager une société où la coopération remplacerait la compétition, où l'intégrité culturelle et écologique primerait sur les gains économiques à court terme. Cet entretien du monde réel est crucial pour ceux qui cherchent à comprendre les enjeux de notre époque et à participer activement à la redéfinition de notre futur collectif. "

    Lien permanent Catégories : Entretiens, Multimédia 0 commentaire Pin it!
  • Ultima Thulé, Julius Evola et Herman Wirth...

    Les éditions Ars Mana viennent de publier une étude d'un certain Arthur Branwen intitulée Ultima Thulé, Julius Evola et Herman Wirth, complétée par un texte de Claudio Mutti consacré à l'Hyperborée. Docteur en philologie et chercheur en sciences humaines, Herman Wirth (1885-1981) était  proche des milieux völkisch, et dirigea pendant deux ans l'Ahnenerbe.

     

    Branwen_Ultima Thulé, Julius Evola et Hermann Wirth.jpg

    " Avec Ultima Thule, Arthur Branwen se propose d’entrecroiser les pensées du folkloriste néerlandais Herman Wirth et du philosophe italien Julius Evola, afin de montrer leurs dissonances et leurs différents points de contact.

    En s’attachant à présenter la vision complexe d’un penseur aujourd’hui décrié, ainsi que la lecture qu’en fit Julius Evola au cours des années 1930/1940, Arthur Branwen prend le pouls d’une époque vouée à la recherche des origines de la civilisation européenne, et fournit une contribution essentielle à la connaissance de la pensée du grand érudit italien. En effet, malgré les critiques que Julius Evola réserva aux théories d’Herman Wirth, son intérêt pour ce dernier témoigne de sa propre évolution intellectuelle et d’un goût – jamais démenti – pour la recherche d’une primordialité civilisationnelle fondée sur l’esprit.

    En appendice, les lecteurs pourront découvrir un texte de Claudio Mutti consacré à l’Hyperborée, territoire mythique dont les contours furent décrits par un grand nombre de textes ayant émaillé les cultures eurasiatiques, de l’Antiquité gréco-romaine à la Perse, de la Chine à la Russie contemporaine. "

    Lien permanent Catégories : Livres 0 commentaire Pin it!
  • La probabilité de crises : sur quelques facteurs de vulnérabilité majeure à court ou long terme...

    Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Pierre de Lauzun cueilli sur Geopragma et consacré à la multiplication des menaces qui pèsent sur notre avenir. Membre fondateur de Geopragma, Pierre de Lauzun a fait carrière dans la banque et la finance.

     

    convergence des crises.jpg

    La probabilité de crises : sur quelques facteurs de vulnérabilité majeure à court ou long terme

    La crise du Covid puis les guerres d’Ukraine et de Gaza ont fait irruption brusquement et révélé des sources de fragilité majeures dans la plupart des pays.

    A titre d’exercice mental, il peut être intéressant d’évoquer quelques vulnérabilités futures repérables dès maintenant, même si par définition cette liste ne peut être exhaustive. Leur effet peut d’ailleurs être selon les cas proche, ou au contraire sur le long terme.

    Démographie

    La démographie d’abord. Rien n’est autant à long terme, et rien n’est plus lent à s’infléchir. On peut sans grand risque d’erreur anticiper la poursuite d’une natalité faible (voire encore plus en baisse) dans la plupart des pays du monde et notamment les pays les plus avancés, notamment en Asie de l’Est (Chine comprise) et en Europe.

    En partie compensée démographiquement par l’immigration en Europe, mais au prix d’une hétérogénéité croissante de la population. C’est moins aigu en Amérique du Nord, d’autant que les migrants y sont bien plus assimilables.

    Quels en sont les effets ? On tend en général à mettre l’accent sur la question des retraites, non sans motif, mais les conséquences vont bien plus loin. C’est d’abord la question directe du recrutement des armées (notamment dans des pays désormais à enfant unique ou presque). Cela jouera ensuite sur l’économie et notamment la main d’œuvre. Un livre récent (Goodhart et Pradhan, The Great Demographic Reversal), y voit même un tournant majeur : la période des 40 dernières années s’avère avoir été exceptionnelle, caractérisée au niveau planétaire par une main d’œuvre abondante et plutôt capable (les baby-boomers et leur successeurs immédiats, ce à quoi s’est surtout ajoutée l’irruption de l’immense Chine) ; cela a été un facteur majeur de contrôle de l’inflation. Mais désormais lui succéderait une période de raréfaction durable de cette force de travail ; ce qui impliquerait de façon générale un ralentissement marqué de la croissance et une forte inflation. Cela suppose naturellement que les facteurs allant en sens inverse (économie d’emplois grâce à l’IA, main d’œuvre indienne voire africaine) ne suffisent pas à corriger cet effet. Cela toucherait l’ensemble des pays notamment développés, sous la réserve partielle de l’immigration, mais avec les problèmes que celle-ci implique, notamment en Europe.

    De son côté la démographie africaine (subsaharienne) restera au contraire très forte, et par inertie jusqu’au siècle prochain même s’il s’y produit une transition démographique comme ailleurs. D’où d’énormes problèmes de développement, et une tendance à des migrations massives.

    Finance

    La finance ensuite. La tendance récurrente à des crises financières paraît être un caractère structurel de nos sociétés, par combinaison de deux facteurs. L’endettement d’abord, signe clair d’incapacité politique à choisir ou à faire accepter des choix difficiles par la population. La nature de la monnaie ensuite, désormais sans lien avec une réalité objective et censément régulée par des banques centrales indépendantes, mais dont l’expérience montre qu’elles donnent systématiquement la priorité au souci d’éviter les crises immédiatement, bien plus qu’à la solidité de la monnaie. D’où une création forte de monnaie et des taux d’intérêts trop bas, facteurs à leur tour de mauvais investissements, de bulles financières et donc de krachs, et bien entendu d’un endettement en boule de neige. Certes, on est actuellement dans une phase de correction relative (mauvaise pour les très endettés), mais elle reste très relative : les taux d’intérêts réels restent très bas. Et la tendance lourde subsiste.

    Qui dit crise dit d’abord des secousses violentes se traduisant à l’occasion politiquement. Et éventuellement à terme une dislocation progressive d’outils communs, internationaux, comme le rôle du dollar – avec toutes ses limites. Disruption aggravée par des décisions aberrantes, comme les sanctions monétaires sur la Russie.

    Mais à côté des crises globales, notamment d’origine américaine comme en 2007, on peut avoir des crises régionales majeures chez d’autres grands acteurs comme l’Europe (disloquée entre le bloc germanique et le reste, notamment au sud). Ou la Chine, dont les pratiques financières et notamment bancaires apparaissent pour le moins hasardeuses : le volontarisme est digérable si la croissance est très forte et la marée économique mondiale porteuse, mais on n’a pas vu le système à l’épreuve d’un vraie crise. En regard, les États-Unis, source de graves problèmes pour les autres, montrent jusqu’ici une capacité plutôt meilleure à surmonter les crises, comme on l’a vu encore après 2008, mais à trop tenter le diable, on court des risques.

    Écologie

    L’écologie et notamment la question du réchauffement ne sont pas des sciences aussi sûres qu’on le dit ; mais on ne peut pas ne pas y identifier des sources potentielles majeures de disruptions. Mais les effets en seront très variables selon les zones – ce qu’on souligne bien trop peu. En particulier, tout indique que la lutte contre le réchauffement ne sera pas à la hauteur de ce que demande la doxa dominante, plus ou moins consensuelle ; et donc, si on admet que ses prévisions sont fiables, il y aura réchauffement, et les effets adverses ne manqueront pas.

    Il est clair alors que dans un sens plus positif la diversité des climats sera un facteur de résilience (US ?), de même un positionnement au Nord géographique (Russie). Inversement, le désastre serait à nouveau pour les pays chauds, Afrique en premier lieu. Et l’Europe serait plutôt négativement affectée.

    Transports maritimes et mondialisation

    Les transports maritimes : on y pense moins, mais ils pourraient être à l’origine sinon de crises, du moins de mutations importantes. Un livre américain à succès (Peter Zeihan The end of the world is just the beginning, HarperCollins, 2022) se livre à cet exercice en prenant pour base l’hypothèse d’un écroulement de la mondialisation, du fait d’un désengagement naval des Américains, tant par isolationnisme que par coût élevé. Dans un tel cas le transport maritime serait gravement affecté par une réelle difficulté à mater les attaques (les Houthis au centuple). Cela impliquerait une disruption des échanges et en particulier de la sécurité des transports, sans doute étalée sur pas mal de temps. Mais sans aller jusqu’à des hypothèses aussi radicales, la possibilité d’une forte réduction du transport maritime, par insécurité ou coût élevé, est tout à fait concevable.

    Plus largement, un ralentissement marqué de la mondialisation est imaginable, ajoutant au facteur précédent des troubles locaux, l’accentuation des tensions, la montée d’une politique de précaution pour assurer la sécurité des approvisionnements etc. D’où un risque de baisse de la production agricole, là où elle est trop dépendante des engrais et d’autres inputs, et donc des risques de famine. Et une différenciation des chaînes de production industrielle. Plus une lutte encore plus sauvage pour le contrôle des matières premières, notamment sur la base de la proximité.

    L’effet en serait variable selon les zones, mais Zeihan conclut à une assez grande autosuffisance de l’Amérique du Nord, réelle ou potentielle ; et en revanche à un grave problème en Chine, accentué par les effets démographiques et financiers ; ce qui est possible mais non certain, car le régime a montré une capacité de rebond non négligeable. L’Europe serait plutôt négativement affectée ; selon lui la Russie aussi – mais cela paraît peu crédible. Et là aussi l’Afrique serait sans doute plutôt sinistrée.

    Éléments de réflexion

    Que conclure de ce rapide exercice mental, avec toutes ses limites ?

    D’abord qu’il est absurde pour des pays de se confier comme on l’a fait depuis 50 ans à une espèce de deus ex machina, qu’il soit progressiste, libéral démocratique ou autre, politique ou économique, qui nous aurait fait entrer dans une nouvelle ère plus sûre. La probabilité de crises majeures reste très forte, et donc quasiment certaine dans un domaine ou un autre, notamment à terme. Ce n’est pas d’ailleurs nouveau dans l’histoire… mais on a tendu à l’oublier, notamment en Europe.

    Pays par pays, on tend plutôt à conclure que les États-Unis partent dans des conditions plutôt robustes (mais cela peut être tempéré par leurs profondes divisions internes) ; que l’Europe, en outre hétérogène, est beaucoup plus exposée ; la Chine éventuellement aussi, mais pour d’autres raisons ; et l’Afrique là encore mal partie. Le cas de l’Inde (et des autres pays) paraît moins évident, avec des forces et des faiblesses.

    Cela conduirait en conséquence à rendre plausible ou du moins pas si absurde un néo-isolationnisme américain, face aux éventuels désastres extérieurs ; la tentation d’un nouvel interventionnisme pouvant néanmoins subsister. On peut imaginer côté chinois un durcissement face à un environnement inévitablement moins favorable qu’il ne l’a été pour eux dans la période précédente, s’ajoutant aux limites du système s’il ne parvient pas à trouver un point d’équilibre. Il y a par ailleurs un risque assez élevé de dislocation européenne, le continent étant en outre mentalement mal préparé pour des perspectives de rupture. Et de très gros problèmes en Afrique – par ailleurs aux portes de l’Europe, ce qui aggrave la situation de celle-ci. A nouveau, le débat reste ouvert pour le reste (Amérique latine et reste de l’Asie).

    Quoiqu’il en soit, la diversité des situations face à de telles crises paraît a priori considérable. Et donc la multipolarité à venir se fera très probablement en ambiance tendue…

    Pierre de Lauzun (Geopragma, 5 mai 2024)

    Lien permanent Catégories : Géopolitique, Points de vue 0 commentaire Pin it!