Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Métapo infos - Page 2

  • L"étrange colonel Rémy...

    Les éditions Champ Vallon viennent de publier L'étrange colonel Rémy, une biographie du célèbre "agent secret de la France libre" signée par Philippe Kerrand.

     

    Kerrand_L'étrange colonel Rémy.jpg

    " Engagé dans la Résistance, aux côtés du général de Gaulle, dès l'été 1940, Gilbert Renault, dit "Rémy", demeurera dans l'Histoire comme l'un des plus célèbres agents secrets de la Seconde Guerre mondiale. Le conflit terminé, durant quarante ans, il édifiera sa propre légende, revivant inlassablement chacune des pages de cette grande épopée.
    Depuis, les acteurs et témoins de l'époque ont eux-mêmes livré leurs souvenirs. De nombreuses archives privées et publiques sont devenues accessibles. Ces sources diverses (dont la plupart sont inédites) ont contribué à éclairer d'un jour nouveau l'image du grand résistant.
    Sa biographie révèle des pans entiers d'une existence dont lui-même n'a jamais souhaité faire étalage (le différend qui l'opposa à Pierre Brossolette) ou qu'il aurait voulu faire oublier (sa haine de Pétain durant la guerre transformée après celle-ci en une dévotion quasi mystique, sa défense du milicien Touvier voire son admiration pour les Français de la Waffen SS). Il fut également un militant très actif du gaullisme politique au sein du Rassemblement du peuple français. (RPF).
    Portrait sans concession et sans parti pris d'un homme de son temps, tiraillé par d'imprévisibles contradictions. "

    Lien permanent Catégories : Livres 0 commentaire Pin it!
  • Une seule solution, la secession ?...

    Nous reproduisons ci-dessous un point de vue décapant de Julien Dir, cueilli sur Breizh-Info et consacré à la sécession comme solution de survie face à des "valeurs de la Républiques" de plus en plus nocives...

    Macron_Valeurs de la République.jpg

    Macron au Panthéon pour célébrer les cent cinquante ans de la République...

     

    Sécession. Et pourquoi pas ?

    Un récent sondage IFOP pour Charlie Hebdo montre qu’une fracture, de plus en plus large, se creuse entre Français et musulmans de France.

    Ainsi, peur sur la ville, une partie de ces derniers ne « serait pas Charlie », tout comme ils ne partageraient pas « les valeurs de la République », tandis qu’une petite minorité confesse carrément comprendre les islamistes qui ont massacré la rédaction de Charlie Hebdo.

    D’un côté, il y aurait donc « les bons Français républicains », de l’autre « les méchants islamistes ». Les choses sont-elles aussi simples ? Est-on obligé vraiment de choisir entre la République et l’islamisme ? Sûrement pas.

    Car nous sommes sans doute de nombreux individus à ne pas avoir une quelconque appétence pour la cause islamiste, à avoir en horreur ce qui a été commis avec une lâcheté sans nom au sein d’une rédaction n’ayant qu’une plume et des stylos pour se défendre, tout en rejetant profondément et radicalement la religion républicaine.

    N’était-ce pas le chanteur Renaud qui, dès les années 70, chantait « Votre République, moi j’la tringle, mais bordel, où c’est que j’ai mis mon flingue ? ».

    Vous conviendrez que ces paroles, à une époque où les militants bretons faisaient sauter quelques symboles de la République (perceptions, préfecture…) ont eu le don de parler à une génération qui n’était ni barbue, ni folle d’Allah.

    Vous conviendrez aussi qu’entendre toute la classe politique venir s’offusquer (s’indigner dit-on maintenant) en réclamant « l’expulsion de ceux qui ne respectent pas les valeurs de la République » a quelque chose de malsain.

    Car au juste, qu’est ce que c’est les valeurs de la République ? Ce sont celles qui font de Monsieur Camavinga, milieu de terrain du Stade Rennais, un membre de l’équipe de France à part entière quelques mois après sa naturalisation ? Ce sont celles qui permettent à Madame Obono de niquer la France (et de détester les Blancs), quelques années seulement après qu’on lui a transmis une carte d’identité, la même que la vôtre et que la mienne ?

    Les valeurs de la République, sont-ce encore ces nouvelles tables de loi que l’on enseigne à vos enfants dès le plus jeune âge sous le joli nom « d’éducation civique », cours qui a fait de la morale républicaine une alternative à la morale chrétienne que l’on enseignait jadis ?

    Exit les paraboles, place à la lutte contre le racisme, contre le sexisme, contre la « haine anti-LGBT », contre l’antisémitisme, pour l’égalité hommes/femmes. Voilà ce que sont les « valeurs de la République ». Des concepts totalement creux pour mieux remplacer ceux qui ont déterminé ce qu’est notre civilisation, depuis plusieurs millénaires.

    Les valeurs de la République, c’est de permettre à toute l’Afrique de débarquer sur notre terre en se proclamant réfugié homosexuel ou climatique, tout en stigmatisant nos frères et nos cousins hongrois ou polonais parce qu’ils votent mal.

    Les valeurs de la République, c’est la volonté de détruire par l’assimilation, par le métissage imposé, par le grand remplacement, nos identités, régionales, nationales, européennes, nos valeurs spirituelles, nos modes de vie.

    Les valeurs de la République, c’est par ailleurs l’incapacité constante de l’État à faire respecter le seul droit qui devrait pourtant sceller notre « vivre ensemble », c’est-à-dire notre droit, à tous, à la sécurité, partout sur notre territoire.

    Les valeurs de la République, ce sont celles qui vous imposent l’obligation de faire vacciner vos enfants avant l’âge de 2 ans, celles qui entendent vous dicter comme vous devez vous comporter y compris dans votre propre domicile.

    Ce sont des valeurs qui entendent pénétrer les cerveaux de vos enfants, au quotidien, via la mal nommée « Éducation nationale », pour en faire demain des robots, prêts à servir des intérêts n’ayant plus rien à voir avec ceux de la Nation.

    Les valeurs de la République, ce sont ces valeurs qui permettent à des flics de la pensée de vous dénoncer pour un écrit mettant en cause l’histoire officielle, ou pour d’autres décrivant de manière un peu trop réaliste la réalité de certains quartiers, de nos prisons, de notre quotidien à tous.

    Des valeurs qui conduisent des juges à vous mettre en prison pour vos idées, et à des contrôleurs fiscaux de vous faire rendre gorge dans la foulée, avant que « la société républicaine » ne décide de vous achever par une mise au ban et par une mort économique dont vous ne vous relèverez pas.

    Je vous passe les massacres commis au nom des valeurs républicaines, durant des siècles, mes ancêtres vendéens et chouans s’en souviennent encore, eux qui ont été massacrés par la Gueuse.

    Il serait peut-être temps de ne plus se laisser manipuler. Il est urgent de faire sécession d’avec la République française. Et pas besoin d’être un islamiste assoiffé de sang pour cela.

    Il suffit de penser à ces générations qui, durant des siècles et des siècles, ont bâti nos châteaux forts et cathédrales, n’ont eu de cesse d’innover, d’inventer, pour faire de notre civilisation européenne celle qui régna et inspira le monde entier jusqu’à ce que justement « les valeurs de la République » n’agissent en métastases dans toutes nos contrées et finissent par mettre notre Civilisation aujourd’hui presque à genoux.

    Alors qu’est-ce que vous préférez pour demain ? « Les valeurs de la République », la République des antiracistes, des LGBT, et des enfants devenus poneys, ou bien la Civilisation européenne, la sécurité pour tous, le bien, le beau, le vrai ?

    Je crois que la question elle est vite répondue…

    Julien Dir (Breizh-Info,  12 septembre 2020)

    Lien permanent Catégories : Points de vue 1 commentaire Pin it!
  • Pour un réveil européen !...

    Les éditions de la Nouvelle Librairie viennent de publier, dans la collection de l'Institut Iliade, un ouvrage dirigé par Olivier Eichenlaub et intitulé Pour un réveil européen. Présenté par Philippe Conrad et Grégoire Gambier, il est complété par une postface d'Alain de Benoist.

     

    Eichenlaub_Pour un réveil européen.jpg

    " Vivre, aimer, servir, combattre, transmettre, conscients de notre double vocation d’héritiers et de refondateurs : tel est l’appel au grand réveil des Européens que lancent les auteurs de ce livre, membres ou amis de l’Institut Iliade. Les douze chapitres de l’ouvrage nous invitent ainsi à une réflexion actualisée sur les trois impératifs de la triade homérique définie par Dominique Venner.

    Reconnaître la nature comme socle, c’est respecter les équilibres naturels et renouer avec la dimension communautaire de nos tarditions pour rebâtir la cité sur le fondement de notre identité.

    Rechercher l’excellence comme but, c’est cultiver l’exigence envers soi-même et tendre à se dépasser pour renouer le fil de la continuité avec « ce que nous sommes », sous une forme toujours renouvelée, depuis des millénaires.

    Viser la beauté comme horizon, c’est rompre avec l’utilitarisme bourgeois et refuser l’extension du domaine de la laideur, c’est adopter une éthique de la tenue et suivre la voie des « cœurs aventureux », déterminés à ré-enchanter notre monde et retrouver le sens sacré.

    Il n’y a aucune fatalité au déclin des peuples et des nations d’Europe. Lorsque les lumières s’éteignent, les torches doivent s’embrasser !

     

    Ont participé à cet ouvrage : Jean-Philippe Antoni • Alain de Benoist • Anne-Laure Blanc • Thibaud Cassel • Philippe Conrad • Olivier Eichenlaub • Paul Éparvier • Grégoire Gambier • Jean-François Gautier • Jean-Yves Le Gallou • Henri Levavasseur • Alix Marmin • Rémi Soulié • Guillaume Travers. "

     

    Lien permanent Catégories : Livres 0 commentaire Pin it!
  • Covid-19 : quand la récession s’ajoute à la dépression...

    Dans l'émission Politique & Eco de TV Libertés du 14 septembre 2020, Pierre Bergerot recevait Jacques Sapir pour évoquer la crise économique qui monte. Économiste hétérodoxe et figure de la gauche souverainiste, Jacques  Sapir a publié de nombreux essais comme La fin de l'euro-libéralisme (Seuil, 2006), La démondialisation (Seuil, 2011) ou Souveraineté - Démocratie - Laïcité (Michalon, 2016).

     

                                           

    Lien permanent Catégories : Economie, Entretiens, Multimédia 0 commentaire Pin it!
  • Géopolitique de l'alimentation...

    Le nouveau numéro de la revue Conflits (n°29, septembre-octobre 2020), dirigée par Jean-Baptiste Noé, vient de sortir en kiosque. Le dossier central est consacré à la géopolitique de l'alimentation.

     

    Conflits 29.png

    Au sommaire de ce numéro :

    ÉDITORIAL

    D'abord, se nourrir, par Jean-Baptiste Noé

    CHRONIQUES

    LE GRAND ENTRETIEN

    Eric Pomès. Le droit de la guerre face à la modernisation des conflits

    IDÉES

    Qui commande à Pékin ? La crise de Hong Kong vue du Japon, par Yuko Hayakawa et Erwan Seznec

    ART ET GEOPOLITIQUE

    Art, Covid-19 et démondialisation, par Aude de Kerros

    PORTRAIT

    Pedro Sánchez, survivant protéiforme à la tête du gouvernement espagnol, par Nicolas Klein

    ENJEUX

    CHRONIQUES

    GRANDE STRATÉGIE

    Planification ou empirisme ? La « grande stratégie » de Charlemagne, par Sylvain Gouguenheim

    HISTOIRE BATAILLE

    La bataille d'Angleterre (été 1940), par Pierre Royer

    GÉOPOLITIQUE ET ENTREPRISE

    RIEN QUE LA TERRE

    VUE SUR LA MER

    CHRONIQUES

    CHEMINS DE FRANCE

    LIVRES

    GÉOPO-TOURISME

    LIRE LES CLASSIQUES

     

    DOSSIER

    L'alimentation

    Entretien avec Bruno Parmentier Pour nourrir plus et mieux, il faut développer la technologie, par Jean-Baptiste Noé et Adèle Deuez

    Organismes génétiquement modifiés. Dans la tourmente des contradictions de la sécurité alimentaire, par Michel Bru

    Le véganisme, une nouvelle religion ?, par Vincent Moriniaux

    Le luxe alimentaire, un vecteur de la puissance culturelle de la France dans le monde, par Vincent Marcillac

    Pêche : l’impossible « révolution néolithique » ?, par Pierre Royer

    L’agriculture française : une mort par les normes, par Aymeric Belaud

    Nouvelle-Zélande, un autre modèle, par Jean-Baptiste Noé

    Israël : une puissance agricole fondée sur l’industrie et l’innovation, par Gil Mihaely

     

    Lien permanent Catégories : Revues et journaux 0 commentaire Pin it!
  • Quand la pseudo-écologie veut faire table rase de la culture populaire française...

    Nous reproduisons ci-dessous un point de vue d'Eric Verhaeghe cueilli sur Figaro Vox dans lequel il analyse les raisons de la détestation qu'éprouvent les cadres d'Europe - Écologie - Les Verts à l'égard de la France populaire et de ses traditions.

    EELV_Gregory Doucet.jpg

    Tour de France, sapins de Noël... «L’écologie radicale veut faire table rase de la culture populaire française»

    Le maire de Lyon n’a pas manqué sa rentrée médiatique. Coup sur coup, il vient de rompre avec la tradition du vœu des Échevins présenté à l’archevêque, qui remonte à 1643, sous prétexte de laïcité, puis il a taclé le Tour de France qu’il trouve «machiste et polluant». Ce sont deux éléments de la culture populaire française, et lyonnaise, qui sont soudain dans son viseur, et on n’en sera à dire vrai pas très étonné.

    On avait déjà entendu Benjamin Griveaux dénigrer la France qui fume des clopes et qui roule en diesel. Ce mépris bien senti d’un éminent élu marcheur avait fait grand bruit, car il révélait soudain la face à peine voilée du substrat macroniste: le rejet du «Français moyen» qualifié plus tard par le président de la République de «Gaulois réfractaire».

    Le maire de Lyon ne se tient pas très éloigné de ce mépris présidentiel, et il pousse le vice, ou l’audace, jusqu’à l’assumer politiquement. Les vieilles traditions lyonnaises de dédicace religieuse? On arrête. Le Tour de France dont l’adjudant Kronenbourg de Cabu ne manquait pas une étape? On arrête aussi.

    On comprend ce qui est visé ici: la France d’après, celle des écologistes puritains, doit faire table rase de tous ces vieux éléments de culture populaire qui ont fait l’identité d’avant. Un nouvel ordre, un nouvel homme, un nouveau Français, doit voir le jour sous les lumières de la nature et de son étrange cosmologie de rupture.

    Lionel Jospin avait parlé de droit d’inventaire à propos de l’héritage «mitterrandien». Le maire de Lyon se propose d’exercer un droit d’inventaire sur la culture française en la purgeant de ses éléments qu’il juge les moins désirables ou les moins acceptables. Et l’orientation de la purge est assez claire: le catholicisme (qui n’est pas rien, à Lyon) et le sport collectif, ces deux mamelles de l’identité populaire française qui, aux yeux des écologistes, sont autant de boulets inutiles à traîner.

    Et ce qu’il faut penser ici, c’est le phénomène en cours que constitue le déploiement de l’écologie et de sa radicalité dans l’esprit des bourgeoisies métropolitaines dominantes. Pourquoi aimer la nature suppose-t-il de ranimer une guerre avec l’église catholique (tout en lançant des constructions de mosquée, comme c’est le cas à Lyon)? ou de stigmatiser une fête populaire rituelle, au cours de laquelle la France se rassemble en un tour symbolique de ce qu’elle est et de ce qui constitue sa diversité? Pourquoi la construction politique de l’écologie se construit-elle dans la réaction contre cette France populaire, avec ses croyances sans doute naïves et chauvines, mais qui font la cohésion d’un peuple?

    Il n’existe peut-être pas. Sans doute pas de réponse univoque à cette question. Mais une chose est sûre: l’écologie ne se résume pas à l’amour de la nature (partagé, au demeurant, par les agriculteurs et les chasseurs, autres cibles des écologistes), elle s’accompagne, se nourrit, d’une réaction contre les petites gens et leurs croyances, dès lors qu’elles relèvent de notre identité structurelle.

    Si une réponse existe à la question du «pourquoi l’écologie est-elle une réaction contre la culture populaire?», elle se trouve probablement dans la sociologie du mouvement écologiste lui-même. On n’a peut-être pas assez dit que l’écologie était d’abord portée par une moyenne bourgeoisie de cadres du secteur public et, marginalement, du secteur privé. Certes, ces cadres irriguent tout le champ politique, mais l’originalité des écologistes est d’en rassembler une plus forte concentration, mue par des valeurs «de gauche» et par une vision économique relativement libérale ou, en tout cas, auto-gestionnaire et peu centralisatrice.

    Pour trouver des traces de cette composition particulière, on lira par exemple la monographie de Luc Rouban publiée dans un cahier du CEVIPOF de 2011, sur l’origine sociale des députés. Rouban montre que, sur l’ensemble de la période courant jusqu’à 2011, les députés écologistes sont ceux qui, le plus massivement, sont issus de la bourgeoisie moyenne, c’est-à-dire de cette population de cadres intermédiaires du public ou du privé qui font les «managers opérationnels» du capitalisme français. 2 députés écologistes sur 3 viennent de cette classe sociale, et un député sur dix seulement vient des classes supérieures. Dans aucun parti, on ne trouve une telle surreprésentation des milieux moyens, et une telle sous-représentation des classes supérieures, exception faite du parti communiste (étranger aux classes moyennes et aux classes supérieures).

    Ces chiffres font sens dans la mesure où ils illustrent la diffusion désormais majoritaire des idées et des valeurs de cette moyenne bourgeoisie issue des milieux enseignants, des chefs d’équipe dans les bureaux, de ces managers intermédiaires qui ne font plus partie de la masse, mais qui n’ont pas intégré les cercles de décideurs dans les entreprises ou les administrations. Et la première définition de cette bourgeoisie est de rejeter la culture de ceux qui sont immédiatement sous ses ordres. La fête sportive (le cyclisme, le football, et quelques autres) l’horripile. Les vieilles croyances religieuses aussi.

    On sent ici la difficulté pour cette classe intermédiaire d’exister, et son besoin de recourir à des exclusives et des bannissements pour cerner ses propres contours.

    De ce point de vue, la question de la «mobilité douce», le nouveau gimmick de l’écologiste ordinaire, est éclairante. Sous prétexte de sauver la planète, il faut interdire les automobiles dans nos rues (et bientôt «densifier» la ville en construisant en hauteur et en bannissant les pavillons individuels).

    On voit bien les avantages induits de ces mobilités douces: sans voiture, les banlieusards, c’est-à-dire cette masse de gens socialement infériorisés qui ne sont pas dans les centres villes, mais à leurs portes, viendront moins souvent troubler l’entre-soi d’une classe sociale émergente qui aspire à exercer sa suprématie sur un espace qu’elle considère désormais à sa main. Chaque classe sociale chez soi, et les vaches seront bien gardées.

    Bien entendu, cette logique d’apartheid est en conflit avec les valeurs généreuses affichées par les écologistes. Il devient donc stratégique de dissimuler cette conception réactionnaire derrière un éloge tout à fait artificiel du «vivre ensemble», qui consiste pour l’essentiel à promouvoir de façon assumée le remplacement des «Gaulois réfractaires» par une population de migrants sans conscience politique pour l’accueil de qui les pouvoirs publics ont l’injonction de construire des logements sociaux.

    La compréhension de la sociologie écologiste éclaire aussi cette étrange réaction, ce rejet de la culture populaire par les écologistes. La bourgeoisie moyenne qui porte cette doctrine politique se caractérise en effet par son faible patrimoine et par sa dépendance au salaire. Chez les écologistes, on trouve peu de professions libérales, de patrons ou de possédants qui disposent d’un patrimoine par héritage. On trouve surtout des gens qui, s’ils éprouvent le besoin de «sortir du lot», sont aussi en conflit avec les héritiers patrimoniaux qui contestent leur primat social.

    On comprend dans cet esprit pourquoi les écologistes (et, sur ce point, ils sont à l’unisson des Piketty et consorts) ont une perception négative du patrimoine et de l’héritage. Ils se pensent volontiers comme des gens nouveaux et n’ont aucun intérêt objectif à préserver l’acquis des siècles précédents. D’où ce rejet des traditions populaires et, dans une certaine mesure, ce rejet de tout ce qui peut rappeler la modestie de leurs origines.

    C’est dans la construction d’une culture nouvelle que la moyenne bourgeoisie écologiste pourra raboter les différences de niveaux qui l’infériorisent par rapport aux classes supérieures qui dominent la société… et les partis traditionnels de gouvernement.

    L’émergence de cette nouvelle bourgeoisie si hostile au patrimoine, qu’il soit populaire (et culturel), immobilier ou financier, est en construction depuis les années 70. Elle rassemble largement les enfants des soixante-huitards dont elle prolonge, en les radicalisant, les slogans bien connus.

    Désormais, l’héritage soixante-huitard est incrémenté dans une nouvelle classe sociale qui conteste en profondeur l’identité forgée dans ce pays avant son émergence. Il faut l’entendre comme une donnée brute et durable qui n’a pas fini de faire débat, voire polémique. L’élection, à la tête de nos grandes métropoles, de représentants militants de cette bourgeoisie plutôt désargentée nous réservera encore de nombreuses surprises.

    Eric Verhaeghe (Figaro Vox, 11 septembre)

    Lien permanent Catégories : Points de vue 0 commentaire Pin it!