Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Géopolitique

  • Le calme avant la tempête ?...

    Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Caroline Galactéros, cueilli sur Geopragma et consacré à ce qu'elle analyse comme l'usure des Occidentaux face au jusqu'au-boutisme du président ukrainien...

    Docteur en science politique, Caroline Galactéros est l'auteur de  Manières du monde, manières de guerre (Nuvis, 2013) et de Vers un nouveau Yalta (Sigest, 2019). Elle a créé en 2017, avec Hervé Juvin, entre autres, Geopragma qui veut être un pôle français de géopolitique réaliste.

     

    Poutine_Zelensky_Biden 2.jpg

    Le calme avant la tempête

    On aimerait penser à autre chose. A la coupe du Monde de football qui débute au Qatar, aux fêtes de Noël qui approchent, à la crise qui s’installe, et même aux échauffourées politiques dérisoires qui animent parfois pathétiquement notre Assemblée nationale et paraissent bien insignifiantes au regard des enjeux de fond et de l’avenir de notre pays. Mais la guerre, une fois lancée, ne connait pas de répit et elle prend en Ukraine, des tours inquiétants avec la reprise des bombardements sur la centrale nucléaire de Zaporojie qui en vient à alarmer même le très tempérant directeur de l’AIEA, et dont il demeure difficile d’imaginer que c’est la Russie qui les initie contre ses propres forces…

    Que faire pour conduire le président Ukrainien à rompre avec son jusqu’au-boutisme suicidaire ? Les courants ultranationalistes qui l’environnent, le terrifient sans doute et le contrôlent ainsi que ses forces armées, le placent face à un tragique dilemme de style « loose-loose » : Négocier un compromis territorial avec Moscou, donc consentir peu ou prou à une partition du territoire ukrainien, comme l’enjoignent désormais à mi mots de le faire Américains et Britanniques ? Impossible sauf à se mettre lui-même en danger vital face à la fureur des ultras.  Maintenir ses positions de plus en plus intenables au regard de la réalité militaire sur le terrain, et prétendre reprendre tous les territoires conquis par Moscou, jusqu’à la Crimée, en espérant provoquer enfin l’engagement de l’OTAN, comme le montre son insistance à vouloir accréditer la responsabilité russe dans la pénétration d’un missile sur le territoire polonais contre toute évidence et malgré les démentis circonstanciés de Washington ? Cette attitude pourrait bien précipiter son lâchage par ses plus grands pourvoyeurs d’armements et de subsides. A-t-il compris que sa survie politique dépendra de sa capacité à retomber sur terre, à admettre que l’armée russe est en train de préparer son offensive d’hiver, que le rapport des forces est sans équivoque en sa défaveur, bref qu’il ne peut gagner militairement mais va devoir négocier un compromis s’il veut préserver le peu qui reste de son pays plongé dans le noir, le froid, le délabrement économique et dont même le système de télécommunications est de plus en plus aléatoire ?

    Bref, V. Zelinsky est entre le marteau et l’enclume. Il sait bien, comme d’ailleurs les Polonais, que seule une zone d’exclusion aérienne au-dessus du ciel ukrainien aurait une chance peut-être de préserver ce qu’il lui reste de forces. Mais c’est hors de question pour Washington. Ses alliés occidentaux semblent d’ailleurs connaitre une phase de lassitude et d’inquiétude devant le jusqu’au-boutisme de plus en plus désespéré de leur proxy. Les stocks européens et même américains d’armements sont en train de fondre, et nos armées vont bientôt refuser de s’affaiblir davantage pour le renforcer. Les armes qui sont données à Kiev de toute façon ne renverseront pas la donne militaire. « On » ne le peut ni surtout ne le veut pas, et le jeu des postures commence à montrer ses limites. Le premier ministre britannique Richie Sunak est venu le dire à Kiev il y a quelques jours. Rien n’a filtré de l’entretien qui a dû être désagréable aux oreilles de Zelenski…

    Certes il y a, aux États-Unis, les faucons démocrates néoconservateurs forcenés autour du secrétaire d’État Blinken et de son Département… Mais ils sont eux aussi de plus en plus en butte aux réserves, pour dire le moins, du Pentagone. Le Secrétaire d’État à la défense Lloyd Austin a très récemment rappelé lors d’une conférence à Halifax (où Zelenski est apparu pour dire qu’un cessez-le-feu n’avait aucune chance de durer, ce qui est probablement vrai à ce stade du conflit), que « la Russie disposait d’une armée puissante et d’armes impressionnantes ». Il a aussi dit l’indicible : « l’issue de la guerre en Ukraine définira les contours du monde du 21eme siècle » ! Rien de moins. Le CEMA américain, le Gal Milley a lui clairement affirmé que la seule issue à ce conflit est la négociation. Quant au secrétaire général de l’OTAN, il a abondé en rappelant qu’une défaite de l’Ukraine serait aussi celle de l’Alliance. Barak Obama lui-même, en 2016 déjà, avait reconnu que la Russie disposait d’une incontestable « dominance dans la capacité d’escalade ». Il parlait d’or. Mais cette soudaine lucidité arrive bien tard.

    Si l’enjeu est celui d’un retour à la réalité à Kiev comme à Washington, Londres ou Paris, le conflit des perceptions et surtout des « informations » brouille cette prise de conscience urgentissime. Les médias occidentaux persistent à voir dans les quelques avancées des forces ukrainiennes (par retrait des troupes russes) comme à Kharkov ou Kherson, les prémices d’une grande victoire militaire ukrainienne. On en est pourtant loin. Kherson, cadeau empoisonné, devient très difficile à approvisionner et les forces ukrainiennes toujours sous le feu russe depuis la rive est du Dniepr, commencent à appeler les habitants à la quitter. Les pertes sont lourdes, et les forces armées de Kiev sont de plus en plus suppléées par des troupes polonaises voir américaines présentes au nom d’une discrète « coalition des bonnes volontés » sans pour autant vouloir le moins du monde provoquer de trop une Russie en train de se préparer à une offensive d’hiver et d’injecter méthodiquement ses 300 000 réservistes récemment mobilisés. La Russie se prépare à durer et poursuivre sa guerre d’attrition avec des objectifs de moins en moins limités. L’échec de la politique de sanctions et la description récente par le vice-premier ministre russe de son pays comme d’une « île de stabilité » dans un monde chaotique, même si elle doit être évidemment pondérée, traduit une réalité douloureuse. Le fantasme des néoconservateurs américains de détruire l’économie, l’armée et le pouvoir russes a explosé en vol. Les USA et plus encore l’Europe se sont laissé entrainer par l’hubris belliqueux de certaines de leurs composantes gouvernementales et politiques dans un piège dont l’issue pourrait bien être la démonstration éclatante du déclin de l’Occident et la fin de l’hégémon américain.

    En fait, nous faisons face à la nécessité douloureuse de sortir de notre rêve- abattre la Russie- avant que la déroute ne soit trop humiliante. Deux méthodes s’offrent pour cela aux Américains : la méthode « douce », consistant à laisser Zelenski s’enfoncer en le lâchant progressivement et en lui disant que c’est à lui de décider quand il faudra négocier avec Moscou ; la méthode « radicale », en fait plus bénéfique dans ses effets pour le pays et le peuple ukrainien : négocier directement avec Moscou un compromis territorial et surtout stratégique (c’est-à-dire la neutralisation définitive de l’Ukraine), assécher brutalement le flux d’armes et d’argent  pour imposer les termes d’un accord réaliste à Zelenski qui devra faire de nécessité vertu et y trouverait une « excuse » auprès des ultras qui l’entourent.

    Dans un monde en noir et blanc tel que nous aimons le voir, supporter que « le méchant » gagne n’est pas facile. Mais c’est ce qui nous préserverait de pire encore. On pourrait inscrire une telle négociation dans une vaste refondation intelligente des équilibres de sécurité en Europe et reconstruire à grands frais l’Ukraine pour se faire pardonner de l’avoir instrumentalisée…Mais pour avoir le courage d’une telle approche, qui douchera les opinions publiques occidentales, il faudrait des hommes d’État capables de prendre ces décisions douloureuses et salutaires. Or, c’est une espèce en voie de disparition en Occident, où les politiques à courte vue appuyés sur des médias peu critiques, bercent complaisamment les peuples d’illusions et de « narratifs » engageants mais faux, pour obtenir leur consentement à l’affrontement tout en leur promettant qu’il ne leur en coutera pas grand-chose.  Cette fois-ci pourtant, ce mensonge devient trop gros : Les sanctions sont un échec, les Européens ont froid, voient leur richesse fondre à vue d’œil et commencent à se demander s’ils ne seraient pas les dindons ultimes de cette farce.

    Les États-Unis devraient aussi se demander pourquoi ils se sont engagés si loin et finalement ont accéléré la bascule du monde et notamment des pays du sud à leur détriment ? Sans doute auraient-ils eu plus à gagner en poussant les Ukrainiens à appliquer les Accords de Minsk 2 au lieu de les en dissuader, et plus encore à négocier un traité honnête et équilibré sur la sécurité en Europe avec la Russie quand celle-ci le demandait à toutes forces, encore en décembre dernier, au lieu de franchir la ligne rouge ukrainienne la fleur au fusil…des Ukrainiens.

    Nous sommes désormais engagés dans une longue guerre d’attrition et l’Occident risque d’en sortir avec un discrédit politique, stratégique et militaire massif. Ne parlons pas de l’OTAN…Quant à l’Europe, ainsi que l’a rappelé le Général de Villiers, cette guerre n’est pas de son intérêt, encore moins de celui de la France, qui doivent entretenir des relations normales et apaisées avec la Russie. Est-il trop tard pour casser cette spirale dangereuse et sortir de ce piège ? Il faudrait que Washington choisisse vite la méthode dure évoquée plus haut. Comme l’a récemment rappelé Dimitri Medvedev, les puissances occidentales sont piégées dans un soutien à un gouvernement irresponsable qui ne peut lui-même, sans précipiter sa propre perte, négocier le compromis indispensable ; car celui-ci va devoir se discuter « sur la base de la réalité existante » ainsi que récemment rappelé par Serguei Lavrov, c’est-à-dire sur la base du contrôle de plus en plus avancé des 4 oblasts intégrés formellement à la Fédération de Russie. Évidemment, en Europe et dans certains cercles de pouvoir à Washington, « la réalité existante » est un déni de la réalité militaire, c’est-à-dire un recul des forces russes dont on veut croire qu’elles sont exsangues…. Il faut souhaiter que dans ces querelles des chapelles washingtoniennes, les réalistes et les militaires l’emportent et entament une négociation directe avec Moscou. La récente rencontre entre les chefs du renseignement américain et russe est peut-être un heureux présage. Il faut le souhaiter pour le malheureux peuple ukrainien mais aussi pour notre sécurité à tous.

    Caroline Galactéros (Geopragma, 21 novembre 2022)

    Lien permanent Catégories : En Europe, Géopolitique, Points de vue 0 commentaire Pin it!
  • La guerre des monnaies...

    Le nouveau numéro de la revue Conflits (n°42, novembre - décembre 2022), dirigée par Jean-Baptiste Noé, vient de sortir en kiosque. Le dossier central est consacré à la guerre des monnaies entre les États-Unis et la Chine.

     

    Conflits 42.png

    Au sommaire de ce numéro :

    ÉDITORIAL

    Pensée simple, monde complexe, par Jean-Baptiste Noé

    CHRONIQUES

    LE GRAND ENTRETIEN

    « La culture stratégique de nos élites est navrante ». Entretien avec le général Jean-Marie Faugère.

    IDÉES

    La transition de puissance au XXIe siècle et son implication sur la contestation de l'ordre juridique international : vers un retour de l'ordre westphalien, par Matthieu Grandpierron et Eric Pomès

    PORTRAIT

    Général Lloyd Austin, serviteur discret du Pentagone, par Hadrien Desuin

    ENJEUX

    GRANDE STRATÉGIE

    Guerre en Ukraine : le retour de l'artillerie, par Frédéric Jordan

    HISTOIRE BATAILLE

    Dobropolje (14-15 septembre 1918). La théorie des dominos, par Pierre Royer

    GÉOPOLITIQUE ET ENTREPRISE

    RIEN QUE LA TERRE

    GUERRE ET CULTURE

    CHEMINS DE FRANCE

    CARTE MAÎTRESSE

    LIVRE

    ART ET GÉOPOLITIQUE

     

    DOSSIER

    Dollar

    Guerre des monnaies, guerre des empires, par Jean-Baptiste Noé

    Billet vert et métal jaune : les piliers de la puissance américaine, par Arnaud manas

    Le long combat de Jacques Rueff contre John Maynard Keynes, par Samuel Cregg

    Dollar / renminbi : la guerre des monnaies, par Louis-Vincent Gave

    Bitcoin : le roi est nu, par Laurent Gayard

    La désintégration des monnaies implique la disparition de nos libertés, par Charles Gave

    Effets de réseau et démondialisation, par Charles Gave

    Money, money, money, le dollar œuvre d'art, par Martin Capistran

    Lien permanent Catégories : Géopolitique, Revues et journaux 0 commentaire Pin it!
  • Guerre en Ukraine : l'irrésistible basculement du monde...

    Le 31 octobre 2022, Olivier Pichon, avec Pierre Bergerault, recevait sur TV libertés, dans l'émission Politique & Eco, Jacques Sapir, pour évoquer le basculement du monde provoqué par la guerre en Ukraine et les sanctions occidentales prises contre la Russie.

    Économiste hétérodoxe, directeur d’études à l’EHESS, expert de l’économie russe, Jacques Sapir a publié de nombreux essais comme La fin de l'euro-libéralisme (Seuil, 2006), La démondialisation (Seuil, 2011) ou Souveraineté - Démocratie - Laïcité (Michalon, 2016).

     

                                                

    " Nous assistons, en dépit des apparences, à l’affaiblissement continu des États-Unis et de leurs alliés. Ce processus prend la forme d’une "désoccidentalisation" du monde qui va de pair avec la démondialisation, avec l’émergence des BRICS et de l’Organisation de Coopération de Shanghai (OCS). Mais il faut aussi comparer la part dans le PIB mondial (calculé en parité de pouvoir d’achat) du G-7 et celle des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud). Aujourd’hui, ce groupe de pays, qui est en passe de s’élargir avec de nouveaux candidats comme l’Algérie, l’Argentine, le Nigeria, le Kenya, l’Indonésie et la Turquie, apparaît comme un bloc refusant les sanctions décidées par les États-Unis et l’UE. Il est donc clair que le processus de démondialisation est aujourd’hui engagé de manière irréversible. Dans ce contexte, quelle est la taille réelle de l’économie de la Russie ? Par la méthode de la parité de pouvoir d’achat, l’économie russe devient alors à peu près équivalente à celle de l’Allemagne. Et compte tenu de la dépendance, que ce soit celle de l’UE ou plus globalement des marchés mondiaux, aux exportations russes, l’impact sur le reste du monde des sanctions sera quant à lui très fort. C’est l’une des formes les plus évidentes de "l’effet boomerang". Enfin, le rouble s’est apprécié d’environ un tiers et les pays des BRICS réfléchissent sur la constitution d’un fonds monétaire qui leur est propre. Le gel des avoirs de la Banque centrale de Russie a eu pour conséquence d’inquiéter les autres membres du FMI qui songent sérieusement à le quitter pour ne pas tomber sous le coup des mêmes mesures : effet boomerang toujours et encore. "

    Lien permanent Catégories : Economie, Entretiens, Géopolitique 0 commentaire Pin it!
  • Chine : un pays au bord de l'abîme ?...

    Vous pouvez découvrir ci-dessous un entretien donné par Pierre-Antoine Donnet à Jean-Baptiste Noé à l'occasion de la tenue du XXe congrès du parti communiste chinois. Journaliste, Pierre-Antoine Donnet a été pendant plusieurs années correspondant à Pékin de l'AFP.

     

    " Si le XXe Congrès a validé le pouvoir de Xi Jinping, la Chine a de plus en plus de mal à camoufler ses faiblesses. Gestion désastreuse du covid, avec enfermement de la population, économie qui tousse et chômage des jeunes qui augmente, répression politique, politique vindicative à l’égard de Taïwan. C’est le portrait d’un pays au bord de l’abîme que dresse Pierre-Antoine Donnet, ancien journaliste à l’AFP qui parcourt le pays depuis plusieurs décennies. "

    Lien permanent Catégories : Entretiens, Géopolitique, Multimédia 0 commentaire Pin it!
  • Le monde de l'Inde...

    Nous reproduisons ci-dessous un point de vue d'Hervé Juvin, cueilli sur son site personnel et consacré au monde de l'Inde...

    Économiste de formation et député européen, Hervé Juvin est notamment l'auteur de deux essais essentiels, Le renversement du monde (Gallimard, 2010) et La grande séparation - Pour une écologie des civilisations (Gallimard, 2013). Il a également publié un manifeste localiste intitulé Chez nous ! - Pour en finir avec une économie totalitaire (La Nouvelle Librairie, 2022).

     

    Inde.jpg

     

    Le monde de l'Inde

    La date est passée inaperçue — c’est l’été.

    Le 15 août 1947, l’Inde et le Pakistan devenaient deux États indépendants, au terme de plusieurs siècles de colonisation britannique, au terme aussi d’une lutte unique par la forme qu’elle a revêtue — la non-violence — par son ampleur — des millions de manifestants mobilisés, battus, emprisonnés — et par la personnalité qui l’a conduite — le mahatma Gandhi.

    Le 15 août 1947, c’est loin. Et la question mérite d’être posée ; au moment où le canon gronde en Ukraine, où une Europe dévitalisée se demande comment passer l’hiver, l’Inde est loin, et le Pakistan encore plus loin. Pourquoi regarder l’Inde ?

    Les réponses qui s’imposent sont banales. L’Inde est déjà ou sera très bientôt le pays le plus peuplé du monde, devant la Chine, avec 1,5 milliard d’habitants, tandis que le Pakistan atteindra bientôt les 250 millions d’habitants. L’Inde est le second pays musulman au monde, tandis que les deux écoles de vie qui y sont nées, l’hindouisme et le bouddhisme, se sont révélées non solubles dans les monothéismes prosélytes.

    L’Inde comme le Pakistan sont des puissances nucléaires à part entière, l’une et l’autre dotée d’armées qui en font des puissances régionales incontournables, actives au-delà de leurs frontières, en Afghanistan pour le Pakistan, au Sri Lanka, au Bangla Desh et en Birmanie pour l’Inde. Chacun joue une partie complexe, mais permanente avec la Chine et la Russie, tandis que l’Inde devrait devenir dès 2030 le premier fournisseur de travail qualifié au monde (des experts indiens considèrent que le monde indien représentera alors un tiers de la main-d’œuvre mondiale jeune et qualifiée !), grâce à une démographie dynamique et à un exceptionnel réseau d’écoles de techniciens et d’ingénieurs, les fameux Indian Institutes of Technology — dépassant largement la Chine, notamment dans l’offre de services informatiques et numériques, mais aussi de prestations intellectuelles, médicales et de bien-être. Et le Pakistan comme le Bangla Desh, exportateurs de textiles, de suivre la voie indienne vers l’offre de services numériques à bas prix. L’Inde a connu au second trimestre 2022 une croissance de 13,5 % en rythme annuel ! Au moment où la Chine cesse d’être le moteur de la croissance mondiale, pour converger vers la croissance potentielle des États-Unis, de l’ordre de 3 % à 4 % par an, la question se pose ; l’Inde est-elle le nouveau géant économique ?

    Les vraies raisons de célébrer août 1947 et de revenir sur la longue route suivie par l’Inde sont bien différentes. Et elles touchent l’essentiel.

    L’Inde est un monde. Un monde en soi, qui n’a pas besoin de l’extérieur, qui a en lui-même toutes les différences, toutes les richesses et toutes les contradictions. L’inde contient en elle-même ses doubles et ses contraires ! Comme l’Asie sinisée, qui se suffit à elle-même, qui a absorbé tous ses envahisseurs, avalé toutes leurs ambitions, mais de manière bien différente, l’Inde a traité avec une inébranlable certitude en elle-même les aventures extérieures qui, depuis Alexandre le Grand jusqu’aux Britanniques, en passant par les Mongols, les Afghans, et tant d’autres, l’ont effleuré sans en changer l’âme. Les conquérants nomades se sont dilués dans la masse chinoise.

    Les empires ont glissé sur l’indifférence hindoue, si bien résumée par ce verset du Mahabharata ; « les papillons se posaient sur les guerriers morts et leurs vainqueurs endormis. » Quelle importance ? Ce sont les mots mêmes du livre sacré que le Dieu Krishna conseille au héros Arjuna, malheureux à la veille de la bataille de tant de morts et de blessés à venir ; « le sage ne saurait s’émouvoir ni pour les morts ni pour les vivants ». Si peu de choses en effet — quelques années d’une vie dans l’éternité des renaissances ?   

    L’ordre hindou n’a rien à voir avec l’ordre politique du monde, ce « New world Order » que l’Amérique veut imposer, comme l’a fait l’Europe avant elle quelques siècles durant. Rien à voir avec la flèche du temps que les monothéismes attendant le Sauveur, recyclés par le marxisme, voient ordonner le monde au progrès. Rien à voir avec le progrès linéaire du « toujours plus » tel que les indicateurs économiques et financiers le définissent, et sa juste imprécision s’oppose avec bonheur à leur injuste précision. L’Inde depuis soixante ans a su jouer avec l’équilibre des puissances, les alliances régionales et les combinaisons politiques et stratégiques de court terme, sans jamais perdre une équidistance lucide. Comme la Chine, l’Inde n’a jamais cherché à exporter ses principes, sa culture politique, son mode de vie, au-delà du monde indien ; il lui suffit de demeurer elle-même, puisqu’elle est son propre monde, et que le sous-continent indien, et que l’Inde elle-même, qui dans sa plus grande extension (3e siècle av. J.-C., au temps de Kautilya, concurrent de Sun Tzu en matière de stratégie) s’est étendue de l’Iran à la Birmanie (Myanmar) et de l’Afghanistan au Bangla Desh, est assez riche pour s’autosuffire (à l’exception notable de l’eau et de l’énergie) !

    Fervent adepte de l’expérience soviétique, ami de la Russie, Jawaharlal Nehru n’a jamais aligné l’Inde sur l’Union soviétique ; tout au contraire, avec le maréchal Tito et quelques autres, il a hautement affirmé sa vocation de pays non-aligné, notamment à la fameuse conférence de Bandoeng en 1956, et l’a fait savoir à tous ceux qui auraient aimé voir l’Inde s’aligner sur leurs propres intérêts politiques et géopolitiques, les États-Unis en premier encore tout récemment. Il a inauguré une posture singulière, constamment poursuivie, jusqu’au désintérêt de l’Inde pour une place au Conseil de Sécurité de l’ONU ; l’Inde en a-t-elle besoin ? Qu’y ferait-elle ? Qu’y gagnerait-elle ? La parité avec la Chine, l’apaisement avec le Pakistan, ont-ils une quelconque relation avec cette reconnaissance ?

    Au moment où l’évolution des sociétés européennes rompt avec le progrès, au moment où tout le système de l’Occident n’assure plus cette satisfaction de la majorité qui est la clé de la démocratie, il faut prêter attention à l’Inde, non comme modèle, mais comme incitation à revenir chez nous, à se concentrer sur ce que nous sommes, et à oublier un peu ce que nous devrions être. A nous préférer à ceux qui nous veulent du bien. Ni désintérêt ni mépris ; réalisme d’une expérience unique, totale, impartageable et non soluble dans les concepts, les institutions et les jeux occidentaux.

    La plus grande démocratie du monde affirme une identité singulière, l’hindutva (dans une de ses décisions majeures, la Cour constitutionnelle indienne a jugé que l’hindutva ne comportait pas de dimension raciale, mais désignait une culture incarnée par un peuple, à l’instar du minzoku au Japon), et entend moins rompre avec la globalisation que faire valoir cette identité dans la globalisation, sans l’abandonner pour le prêt-à-porter occidental. Faut-il dire que l’Inde invente la démocratie identitaire ? Mieux vaudrait réfléchir à la réappropriation par les Français de la France comme culture, comme territoire et comme mode de vie singulier et unique, certes pas réductible à l’Europe, ni soluble dans la globalisation.

    Quels que soient les discours et les affichages, dans le centre financier d’importance mondiale qu’est Mumbaï, les Bhramanes pure veg continuent de demander en mariage des Bhramanes pure veg présentés par leurs parents, des Jaïns d’épouser des Jaïns, et le monde des castes d’exister d’autant plus que le combat officiel contre la discrimination par caste donne en fait toutes les incitations d’appartenir aux castes privilégiées… Le fondateur et théoricien du BJP, le parti au pouvoir, Ram Madhav, témoigne dans ses livres d’une connaissance fine de la pensée politique occidentale et britannique, de Grotius à Burke et de Tocqueville à Kissinger — mais c’est pour mieux les distinguer d’une pensée politique fondée sur le karma, le dharma, la Terre mère, Bharat Mata, et structurée par des concepts à peu près intraduisibles en anglais ou en français, hors du champ réduit de notre imagination politique — qui s’est essayé à expliquer ce que signifie « hindutva » a tout compris ! La métarealité est le lot quotidien de tout Hindou.

    L’Inde invente une démocratie identitaire et se préfère elle-même à tous les modèles qui lui sont proposés de l’extérieur. D’Edgar Morin à Gérard Chaliand, il est significatif que quelques-uns des plus aigus observateurs occidentaux de l’Inde aient manifesté leur refus de « l’acceptation de l’inacceptable », ou de « la révoltante indifférence à la souffrance et au mal ». Leurs mots contrastent avec la fascination exercée par l’Inde et par Nehru sur Malraux, aussi bien que sur un Henry Kissinger qui se livre à son propos à de rares digressions culturelles et philosophiques — un géopoliticien réaliste au pays du Mahabharata !

    La réalité de l’Inde échappe aux critères moraux et politiques de rigueur à l’Ouest, comme la politique réaliste suivie par Narendra Modi et le BJP échappe aux critères de définition du progrès, de la croissance et de la modernité tel que l’Ouest les définit pour lui-même. Deux exemples parmi tant d’autres. L’Inde rurale, image de l’éternité diffusée par Gandhi, doit se voir épargner la conversion brutale et forcée que la Chine impose à ses populations rurales, forcées chaque année de quitter par millions des terres vouées à l’industrie alimentaire pour grossir la force de travail des villes. La stabilité de l’Inde rurale est la clé de la stabilité sociale de l’Inde, et le progrès ne peut se faire contre elle, ou à son détriment. Il en va de même du petit commerce de détail, de rue, de trottoir.

    Les dizaines de millions d’Hindous qui en vivent ne peuvent se voir balayés par l’arrivée des grandes surfaces et des distributeurs mondiaux qui exigent que l’Inde s’ouvre à leurs pratiques destructrices. L’Union européenne doit s’en souvenir, ce n’est pas l’Inde qui est demandeuse d’accords de libre-échange ! Et l’Inde, à la différence du Brésil, est l’un des pays au monde qui protège efficacement quelques-unes des dernières populations vivant à l’âge de pierre — ceux qui comme moi ont voulu aller dans les îles Lakkhadives ou aux Andamans en savent quelque chose… Respect de la diversité et modernité ébouriffante se conjuguent pour faire de l’Inde une énigme qu’il est sage de ne pas prétendre résoudre.

    Il faut la respecter. Car la réalité s’impose, comme elle s’est imposée à tant d’industriels qui font de l’Inde leur centre de recherche mondial ; l’Inde invente. En matière politique aussi, de l’Inde est capable de sortir autre chose, comme la formule du futur. La France devrait réfléchir à l’hindutva ; est-elle autre chose qu’une culture nationale et un mode de vie singulier ? Elle devrait travailler sur cette équidistance que l’Inde sait si bien maintenir, présente dans toutes les organisations internationales où il faut être sans se lier à aucune. Car l’imagination politique n’est plus en Europe, elle n’est plus aux États-Unis. Et les formes que le monde prendra pourraient bien se jouer dans le secret hindou, entre les temples, les back offices, et le rire léger de qui mesure la fragilité de toute chose vivante et son éternel retour.

    Hervé Juvin (Site officiel d'Hervé Juvin, 6 septembre 2022)

    Lien permanent Catégories : Géopolitique, Points de vue 0 commentaire Pin it!
  • Les relations internationales à l’ère de la mise en données du monde...

    Les éditions Le Cavalier bleu viennent de publier un essai de Jamal Atif, Isabelle Ryl et J. Peter Burgess intitulé Géopolitique de l'IA - Les relations internationales à l’ère de la mise en données du monde.

    Universitaires, Jamal Atif et Isabelle Ryl sont chercheurs dans le domaine de l'intelligence artificielle. Quant à J. Peter Burgess, il est philosophe et politologue, professeur et directeur de la Chaire de Géopolitique du risque à l’école normale supérieure.

     

    Atif-Burgess-Ryl_géopolitique de l'IA.jpg

    " Si l'intelligence artificielle a bouleversé notre quotidien, elle a également profondément transformé les relations internationales en abolissant les frontières « classiques » au profit de l'espace cyber et en introduisant une nouvelle ressource clé, la donnée, et les usagers qui la produisent. Elle a également fait émerger de nouveaux acteurs, les géants du numérique, qui se hissent au rang de quasi-États avec lesquels il faut désormais compter. Elle modifie enfin les possibilités d'affrontement entre États en produisant de nouvelles armes ou en intervenant dans certaines élections. Au travers de nombreux exemples, les auteurs montrent combien l'intelligence artificielle transforme la géopolitique, ses acteurs et ses territoires, et quels sont les enjeux d'une gouvernance de cette technologie hors-norme. "

    Lien permanent Catégories : Géopolitique, Livres 0 commentaire Pin it!