Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Géopolitique

  • Une déroute américaine...

    Dans l'émission Fenêtre sur le monde, en date du 10 septembre 2021, Jean-Baptiste Noé et Meriadec Raffray de la revue Conflits recevaient le général Vincent Desportes pour évoquer avec lui les causes et les conséquences de la déroute américaine en Afghanistan.

     

                                           

    Lien permanent Catégories : Entretiens, Géopolitique, Multimédia 0 commentaire Pin it!
  • Afghanistan : une débâcle militaire et idéologique qui doit nous faire réfléchir...

    Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Caroline Galactéros, cueilli sur Geopragma et consacré à la débâcle américaine en Afghanistan.

    Docteur en science politique, Caroline Galactéros est l'auteur de  Manières du monde, manières de guerre (Nuvis, 2013) et de Vers un nouveau Yalta (Sigest, 2019). Elle a créé en 2017, avec Hervé Juvin, entre autres, Geopragma qui veut être un pôle français de géopolitique réaliste.

    Kaboul_Talibans.jpg

    Quand le dernier avion américain quitte l'aéroport de Kaboul...

     

    Afghanistan : une débâcle militaire et idéologique qui doit nous faire réfléchir

    Beaucoup a été dit sur le retrait désastreux des forces américaines d’Afghanistan, après 20 ans d’une présence massive et dispendieuse qui a échoué à construire, ou même à ébaucher, un État, des institutions, une armée afghane, moins encore à homogénéiser une société civile autour de valeurs et pratiques occidentales avec lesquelles la structure tribale et clanique du pays comme sa géographie cloisonnée sont par essence incompatibles. Le « cimetière des empires » porte décidément bien son nom.

    Mais l’Amérique, qui depuis des années déjà, sentait le vent tourner et la nécessité croissante de concentrer ses efforts sur la zone indopacifique – épicentre de sa confrontation avec Pékin – préparait sa reddition déguisée en changement de pied. Ses émissaires discutaient plus ou moins discrètement avec les Talibans. Elle se retire aujourd’hui dans un savant désordre, sans aucun scrupule ni gêne « morale » particulière vis à vis du peuple afghan dont la « libération » n’aura, comme ailleurs, été qu’un prétexte à une ingérence aux objectifs infiniment plus vastes et concrets.

    En effet, la grande question que personne ne pose jamais, c’est : pourquoi les USA sont-ils restés 20 ans en Afghanistan ? Pas pour les femmes afghanes ni pour le Nation building, ni même pour la traque de Ben Laden (auquel on laissa néanmoins, comme à son beau-père le Mollah Omar, chef des Talibans d’alors, un bon mois pour s’échapper …)

    Ce retrait chaotique est un écran de fumée qui permet, en mettant le focus sur l’aspect humanitaire certes préoccupant, de faire passer les Américains pour les (anciens) garants de l’évolution sociale et de la libération des femmes, escamotant du même coup le caractère profondément illégitime de cette ingérence occidentale et ses motivations éminemment prosaïques parmi lesquelles :

    • Étendre le spectre d’intervention de l’OTAN en Asie centrale avec pour une fois un vrai mandat puisque les membres de l’Alliance avaient alors pour la première fois, invoqué l’article 5 du Traité de l’Atlantique Nord après les attentats du 11 septembre ;
    • Gêner la Russie en favorisant l’éparpillement djihadiste en Asie centrale ;
    • Gêner l’expansion de l’influence iranienne (qui a déjà plus de 3 millions d’Afghans sur son sol et dont on peut gager que la cacophonie actuelle risque de projeter une nouvelle masse vers le territoire iranien, contribuant à aggraver la crise économique) ;
    • S’appuyer sur le Pakistan contre l’Inde soutenue par la Russie ;
    • Contrôler la production de Lithium (alors indispensable à la croissance chinoise via la fabrication des smartphones).

    La crise actuelle n’est donc pas qu’une opération de retrait mal préparée et précipitée. C’est avant tout la démonstration grandeur nature du cynisme total de la politique étrangère américaine.

    Cela rappelle d’ailleurs furieusement la politique américaine en son temps au Kosovo : à partir de l’été 1998, les États-Unis avaient, sans crier gare, rayé l’UCK (armée révolutionnaire albanaise du Kosovo) de la liste des organisations terroristes alors que celle-ci était aux mains de véritables criminels qui semaient la terreur dans la province serbe (Hacim Thaci et ses sbires Ceku, etc..). Soudainement légitimes et fréquentables, les leaders de l’UCK furent institués par les Américains en interlocuteurs privilégiés à même de discuter des conditions de la paix (c’est-à-dire de la guerre contre la Serbie récalcitrante et soutenue par Moscou) qui seront plus tard imposées à toutes les autres chancelleries occidentales. Ça a donné les pseudo « Accords de Rambouillet », évidemment inacceptables pour Belgrade, et le prétexte au lancement des frappes de l’OTAN en mars 1999. Le cynisme de la manœuvre américaine est plus manifeste encore dans le cas Afghan, si l’on considère que le retrait a été négocié en contrepartie de l’abandon aux Talibans d’une quantité impressionnante d’armements, vestiges des 85 milliards de dollars d’équipements déversés dans le cadre des programmes US « train, advise and assist » de l’armée et de l’administration afghanes durant 20 ans. Un ancien responsable américain du « Procurement program » mentionnait récemment (certes à visée partisane) les 75 000 véhicules légers et lourds (60 chars légers, 12 lourds), les 50 canons ou mortiers lourds, les 7 drones militaires, les 200 avions et hélicoptères (24 dont nombre de Black Hawk et les 600 000 armes légères abandonnés aux nouveaux maitres de Kaboul). Mais le pire est ailleurs. Les Talibans se sont vu concéder les technologies (lunettes de vision nocturne, de Scanners des yeux et d’empreintes digitales) et les bases de données biométriques et biographiques américaines dernier cri leur permettant de cibler et réprimer tous les Afghans (et ils sont des centaines de milliers) qui ont de près ou de loin collaboré avec les Américains depuis 20 ans ! Les USA leur donnent ainsi ni plus ni moins les clefs de la maitrise et de la surveillance de la population, la liste de tous ceux qu’il faut éliminer ou marginaliser !

    Le Nation building est une utopie une fois encore consacrée dans les faits. Il n’y a plus rien à gagner pour Washington à demeurer dans ce pays et à risquer un nouvel enlisement humiliant… si ce n’est à favoriser désormais la déstabilisation du pays en comptant sur les forces de résistance diverses au pouvoir Taleb (cf. le fils du commandant Massoud et d’autres) et en s’appuyant parallèlement sur le Pakistan. Il s’agit désormais pour Washington de gêner Russes, Iraniens et Chinois qui ont, eux, tout intérêt à stabiliser le pays (donc le pouvoir Taleb) afin de contrôler les agissements des groupuscules islamistes (EI-Khorassan et Al Qaida) pour éviter les transferts de djihadistes en Asie centrale (pour Moscou),  de contrôler l’instrumentalisation des Ouighours (pour Pékin) et de limiter l’afflux de réfugiés chiites afghans (pour Téhéran). Ces considérations sécuritaires nourrissent le pragmatisme de ces puissances régionales.

    Le fiasco humanitaire sur lequel les médias mondiaux se sont concentrés n’est donc que l’arbre qui cache une forêt profonde et dangereuse : celle des influences multiples, convergentes ou parfois antagonistes de voisins qui jouent dans ce pays et à ses dépens ultimes, une partie mondiale.

    Il est remarquable de constater que Iraniens comme Russes, Chinois, et même Turcs et Qataris (qui ont accueilli les Talibans à Doha depuis des années), entretiennent des relations éminemment pragmatiques avec les Talibans.

    Tandis que la Russie renforce son contrôle sécuritaire régional dans une stratégie d’interdiction sur sa façade occidentale, en réponse aux manœuvres militaires de l’OTAN , ainsi que de réassurance de ses alliés centre asiatiques comme en témoignent les manœuvres militaires Zapad et Rubezh en cours, L’Iran est sans doute le principal bénéficiaire du retour des Talibans au pouvoir en terme d’influence régionale mais aussi dans le cadre de son alliance de plus en plus structurante avec Pékin qui d’ailleurs renforce singulièrement la main du nouveau président, à l’heure actuelle, dans le cadre de la renégociation voulue par les USA du JCPOA.

    Dans ce contexte, les déclarations fracassantes de John Bolton au Washington Post, qui appelle désormais à frapper préventivement le Pakistan car il craindrait qu’ils ne se servent des 150 têtes nucléaires, … que les USA leur ont permis d’acquérir, semblent une mauvaise farce, à moins que ce ne soit le comble du cynisme.

    Quand on l’entend aujourd’hui oser s’insurger contre le Pakistan, sembler découvrir le pouvoir tenu par les services secrets pakistanais et l’armée, s’inquiéter de la bombe pakistanaise et appeler à des frappes préventives, on croit rêver. « The Chicken Hawk » (surnom donné par Trump à Bolton car « planqué » pendant le Vietnam mais fana de toutes les guerres) exploite l’ignorance et la mémoire de poisson rouge des opinions et leaders occidentaux. C’est juste inaudible !  Il vient nous expliquer aujourd’hui qu’il aurait « découvert et enfin compris que les Pakistanais étaient de dangereux extrémistes, que le pays était aux mains de l’ISI (Services de Renseignement pakistanais) et des militaires, et jouait un double jeu !!!! Ce n’est pas un scoop !

    Soit cet homme est affligé d’une cécité meurtrière soit « Il nous prend pour des truffes ». C’est lui-même, alors au Département d’Etat en charge des questions de désarmement qui poussa George Bush junior, quelques semaines après le 11 septembre, à quasi effacer la dette pakistanaise, poussant les membres des Clubs de Paris et Londres à en « restructurer » une partie considérable, à inonder le pays d’aides multiples notamment bilatérales à hauteur de 6 milliards de dollars au prétexte d’en faire un « allié stratégique » de l’Amérique dans sa « War on Terror » …. Alors que le Pakistan était le sanctuaire de croissance et de protection des Talibans (et l’est resté jusqu’à aujourd’hui), à coopérer étroitement avec l’ISI (les Services secrets pakistanais), et last but not least, à trouver normal que le pays soit devenu atomique avec l’argent de son allié saoudien et l’appui indirect des technologies occidentales (depuis des années déjà pour gêner à l’époque Moscou qui appuyait Dehli.). L’imposture est énorme. Mais nul ne se risque naturellement à en piper mot dans les médias européens, et « ça passe crème ».

    La réalité, c’est que les USA ont bloqué la Russie et l’Iran depuis 40 ans en se servant notamment de l’extrémisme sunnite partout dans le monde, c’est qu’ils sont les concepteurs et les auxiliaires (avec l’argent Saoudien et la CIA) du djihadisme mondial depuis les Freedom fighters afghans des années 80, mais que cela ne peut durer éternellement. Ils ont désormais mieux à faire, et partent en essayant indirectement de montrer au monde combien leur départ est un drame pour la population afghane…dont ils n’ont jamais eu rien à faire ! Le sort tragique des femmes afghanes est un leurre finalement peu coûteux qui cache sans vergogne la forêt d’un accord parfaitement assumé avec les Talibans. Cette déroute humiliante n’en est donc que partiellement une. Les US s’en vont et changent de braquet tout simplement, ils lâchent leurs alliés comme ils l’ont fait partout ailleurs. Car l’idée de la manœuvre US de retrait en désordre n’est autre que de laisser s’égailler les islamistes en Asie centrale pour gêner Moscou et Téhéran. « ISIS-K » est le nouveau monstre, en fait de la résurgence de l’EI dans les provinces afghanes.

    Comme nous l’avons vu, Les gagnants sont, au plan stratégique, les Russes, les Iraniens et les Chinois, qui vont remplir le vide laissé par les États-Unis, et qui vont pouvoir monitorer de près les islamistes locaux.  Mais les gagnants de second rang sont aussi les Turcs et Qataris (qui ont hébergé et financé les Talibans depuis toujours).

    Au-delà, Cette déroute est aussi celle, magistrale, de l’occidentalisme déjà mis à mal et lourdement décrédibilisé par les ingérences désastreuses, sous la bannière cynique d’une modernité ignorante, présomptueuse, aveugle et violente en Syrie, en Libye et jusqu’au Yémen.

    Même si, sous l’effet d’un sortilège puissant, l’humilité et le remords saisissaient aujourd’hui les politiques américains et leurs vassaux européens, le mal semble fait, et la bascule des forces et des influences s’est produite. Le vide moral, éthique, politique et désormais militaire, laissé par l’interventionnisme américain a ouvert de vertigineux espaces aux influences iranienne, russe, et chinoise. Il est bien trop tard pour battre notre coulpe et demander pardon aux peuples martyrisés au nom de « la guerre contre la terreur » et contre une engeance islamiste sous ses divers avatars dont nous avons été les concepteurs et les parrains.

    Que fait et qu’a d’ailleurs fait la France dans cette galère ? Rien, comme dans les autres ! Le Nation building est idiot, illégal et illégitime. Il ne fait que nourrir la dynamique terroriste. Pour la France, il est grand temps d’ouvrir les yeux sur notre politique étrangère suiviste, dépourvue de vision et de prise en compte de nos intérêts stratégiques et sécuritaires propres. Elle est un désastre pour notre crédibilité et notre influence. L’ingérence militaire ne produit plus d’influence, tout au contraire. L’OTAN va se redéployer en fonction du nouvel agenda de sécurité US orienté vers la Chine et la Russie. Qu’avons-nous à faire et à gagner dans ces impasses ? Rien. Juste une marginalisation accrue sur la scène mondiale et une incapacité à mesurer et gérer l’enjeu sécuritaire d’un afflux de réfugiés afghans sur le territoire national, qui n’est pas négligeable. Comme on l’a déjà vu depuis quelques semaines, il y a des djihadistes en puissance parmi ceux qui sont récupérés et sans doute aussi des « crypto-Talibans » habilement mêlés, sous couverture de « réfugiés », à ceux qui voulaient fuir le pays (employés locaux de notre ambassade, d’ONG, interprètes). N’oublions pas que ce sont les Talibans qui faisaient le tri à l’entrée de l’aéroport en vertu d’un accord avec les USA… ! Ils peuvent avoir mis des « bombes à retardement-cellules dormantes » en France et en Angleterre notamment. Il est probable que nous soyons à la veille d’une campagne d’attentats en Europe et même aux USA. La campagne présidentielle en France constitue à cet égard une sanglante fenêtre d’opportunité. L’Afghanistan va redevenir un vivier de terrorisme islamiste et de renaissance de l’Etat-islamique version locale. L’ONU estime que 15 des 34 provinces afghanes sont infestées par Al Qaida ou ISIS-K.

    Enfin, et plus largement encore, la nullité spectaculaire des Américains pour organiser un retrait pourtant prévu depuis des mois, est de bon augure du point de vue chinois en cas de crise à Taiwan : si Taiwan était envahie ou prise par Pékin, comment voudrait et pourrait réagir Washington ? Tous les alliés africains et asiatiques des États-Unis doivent se poser la question en ce moment.

    Nous assistons à une bascule considérable des rapports de puissance et d’influence, en germe depuis déjà 20 ans mais qui s’accélère dangereusement. Ce n’est pas Berlin en 1989, mais on n’en est pas si loin non plus. Avec la démonstration inverse : la déroute occidentale s’aggrave. Le déni aussi. Et la France doit d’urgence recouvrer sa souveraineté de pensée et de décision pour ne pas être embarquée dans cette chute vertigineuse.

    Caroline Galactéros (Geopragma, 6 août 2021)

    Lien permanent Catégories : Géopolitique, Points de vue 0 commentaire Pin it!
  • Géopolitique et cinéma...

    Les éditions L'Harmattan viennent de publier un essai de Maxime Didat intitulé Géopolitique et cinéma - Image(s) de la puissance et puissance des images. Juriste et politologue, Maxime Didat enseigne à l'Université libre de Bruxelles et est également conseiller au ministère de la Défense de Belgique.

     

    Didat_Géopolitique et cinéma.jpg

    " Davantage que des objets de divertissement ou des produits culturels consommés à l'échelle mondiale, les films sont aussi des porte-étendards de valeurs, des outils de propagande utilisés tant dans des démocraties confirmées qu'au sein de régimes autoritaires. Cet ouvrage analyse les moyens dont disposent les industries du cinéma pour aider les États à exercer des moyens de domination dans les relations internationales, qu'il s'agisse d'une domination « concrète » ou plus « symbolique » démontrant ainsi que les films ne sont pas « juste » des produits de divertissement, mais bien un instrument stratégique à part entière. "

    Lien permanent Catégories : Cinéma / Théatre, Géopolitique, Livres 0 commentaire Pin it!
  • Afghanistan, une revanche de la géographie...

    Nous avons cueilli sur Geopragma un entretien donné à Figaro Vox par Fabrice Balanche et consacré au fiasco occidental en Afghanistan et, notamment, à son lien avec le mépris de la géographie... Fabrice Balanche est maître de conférences en géographie à l’Université Lyon 2 et spécialiste du Proche-Orient. Il a notamment publié un Atlas du Proche-Orient arabe (PU Paris-Sorbonne, 2011) et une Géopolitique du Moyen-Orient (Documentation française, 2014).

    Talibans_Afghanistan.jpg

    L’Afghanistan est l’archétype de la revanche de la géographie

    FIGAROVOX. – Quelles sont les spécificités géographiques de l’Afghanistan ?

    FABRICE BALANCHE. – C’est un pays de montagnes avec des vallées encaissées, des cols pour passer d’une région à une autre : c’est un pays compartimenté. Cela pose évidemment problème à toutes les puissances qui souhaitent y pénétrer. Le relief est extrêmement difficile à maîtriser.
    Ce compartimentage physique, a un versant humain, social. Le pays compte différentes ethnies qui résident dans les vallées : les Pachtounes, les Ouzbeks, les Tadjiks. Ces ethnies sont elles-mêmes divisées en clans et en tribus, qui sont concurrentes. Même l’autorité centrale à Kaboul, du temps de la royauté, n’est jamais parvenue à poser un contrôle direct sur la population.

    Cette réalité physique et cet éclatement ethnique sont des dimensions essentielles pour comprendre le pays. Elles sont d’ailleurs liées entre elles : les tribus peuvent garder leurs spécificités identitaires grâce à la géographie physique du terrain. On est maître de sa vallée par exemple.
    Précisons que la géographie a deux objets : la question physique et la spécificité humaine, culturelle, du pays. Les dirigeants occidentaux n’ont pas voulu les voir ni les comprendre, et c’est ce qui les a menés au fiasco.
    Est-ce que cette spécificité a participé à la défaite américaine ? Ce conflit était-il perdu d’avance ?

    Le conflit n’était pas nécessairement perdu d’avance. Mais une armée occidentale, comme l’armée américaine, fait face à de grandes difficultés avec ce relief. Elle a eu toutes les peines du monde à contrôler le territoire. En Irak, le pays est essentiellement composé de grandes plaines, c’était donc plus facile à cet égard, mais l’armée américaine s’est heurtée à une culture qu’elle ne comprenait pas.

    C’est exactement la même chose en Afghanistan. Les Américains n’ont pas su comprendre la diversité ethnique et tribale. C’est la problématique des puissances occidentales qui veulent faire du « regime change », avec la promotion de la démocratie, des droits des femmes, des droits de l’Homme, mais tout cela est en porte-à-faux avec la société et le conservatisme afghan, c’est-à-dire avec la réalité du pays. Les dirigeants pro-soviétiques, Babrak Karmal et Najibullah, avaient voulu aussi, en leur temps, moderniser le pays à la mode communiste, et ils avaient rencontré les mêmes problèmes. Les Occidentaux ont répété cette erreur.

    Est-ce que la géographie est la clé de la géopolitique de l’Afghanistan, pays qui n’a jamais été colonisé ou durablement occupé ?

    Robert D. Kaplan, un auteur américain, a écrit un livre paru en français en 2014, La Revanche de la géographie (Ce que les cartes nous disent des conflits à venir). Il écrit très justement que l’on peut envoyer des hommes sur la lune mais que l’on a toujours autant de difficultés à traverser l’Himalaya. Il y a des réalités géographiques, additionnées à des réalités culturelles qui s’imposent, et qu’il faut prendre en compte. On peut arriver dans la société afghane et pratiquer des opérations à cœur ouvert, mais changer les mentalités, cela demande beaucoup plus de temps.
    Les États-Unis et les Occidentaux en général, avec leurs moyens colossaux, financiers ou technologiques, ont pensé réussir à changer profondément la société afghane et gagner les cœurs et les esprits.
    On parle souvent de relations internationales en expliquant les volontés de chaque pays, les velléités des puissances et effectivement, il y a un contexte, mais ce n’est pas tout. Reprenons la métaphore du jeu d’échecs : en termes géopolitiques, les pièces sur le jeu sont les différents acteurs et les différentes puissances, mais l’échiquier sur lequel on joue a lui aussi une dynamique spécifique, les cases ne sont pas uniformes : c’est cela la géographie. Entre les cases il y a des différences, liées aux reliefs et à la culture locale.

    Depuis les bureaux, à Paris ou Washington, on oublie tout cela. La géographie se rappelle à eux, on le voit bien dans le cas de l’Afghanistan. On pourrait même dire que l’Afghanistan est l’archétype de la revanche de la géographie : un relief difficile à contrôler, des populations difficiles à faire évoluer. Les Occidentaux cumulent les handicaps dans ce pays.
    Depuis une dizaine d’années s’ajoutent d’autres facteurs, notamment concernant les pays voisins, la Russie, la Chine, le Pakistan, qui ont gagné en puissance : la Russie et son intervention en Syrie, la Chine qui a des velléités mondiales. En outre, certains ont mis de l’huile sur le feu en armant les Talibans pour faire partir les Américains. Tout cela a renforcé la pression sur la présence américaine. Malgré tout, la réalité géographique n’a pas été prise en compte.

    En Afghanistan, le « regime change » ne peut pas fonctionner ainsi : on n’installe pas la démocratie en claquant des doigts. Malgré la débauche de moyens, la présence des ONG, il n’y a pas de changement. Cela peut même avoir un effet contraire. Je l’ai vu en Syrie : les acteurs du changement de la société civile sont finalement exfiltrés. Les ONG qui font la promotion des droits de l’homme formatent des activistes qui se retrouvent en complet décalage avec la réalité du terrain et finissent par entretenir l’illusion de la réussite de cette politique. Car, du personnel local aux responsables de l’ONG, tous ont intérêt à ce que les budgets soient reconduits pour conserver leur travail et pour les activistes locaux obtenir un visa pour l’Europe ou l’Amérique du Nord.
    La même stratégie prévaut dans la diplomatie occidentale. Celui qui se montre réaliste est mis au placard, tandis que celui qui entretient l’illusion obtient une promotion. Il est donc normal que Kaboul, la vitrine du succès occidental en Afghanistan, soit tombée en quelques heures.
    Près de 200 milliards de dollars ont été dépensés pour reconstruire l’Afghanistan et ses institutions et voici le résultat. La stratégie doit être différente, il faut avoir une gestion plus proche des réalités locales et ne pas chercher à imposer nos concepts occidentaux sur ce type de société. Du point de vue de la gouvernance, il faut promouvoir une gouvernance indirecte, où on laisse l’autonomie aux différents groupes, aux différentes ethnies.

    La réalité que l’on ne comprend pas, la diversité ethnique, tribale et clanique, est le principal facteur d’organisation de la société et de la politique. Les classes sociales ne sont pas facteurs de mobilisation politique en Afghanistan, c’est l’ethnie et la tribu qui le sont. Cela se retrouve dans plusieurs pays : Irak, Liban, etc.

    Pourquoi ne tient-on pas compte de ces données, qui sont permanentes ? Quelle leçon en tirer sur le rôle de la géographie dans la géopolitique et l’histoire ?

    Cela est lié à l’état d’esprit des décideurs politiques, ceux qui décident des interventions militaires, ceux qui font la politique et la gestion. Irak, Syrie et Afghanistan témoignent du même problème : les stratégies sont pensées par des personnes qui projettent sur ces pays des concepts occidentaux et certaines fois, même, des fantasmes. Les décideurs ont souvent une formation Sciences Po et ne maîtrisent pas la géographie et toutes ses réalités. Ils ne connaissent pas les populations ni le terrain, car ils ne sortent pas de leurs bureaux. De surcroît ils ne font pas confiance aux personnes qui sont sur le terrain, car les conclusions de ceux-ci vont à l’encontre de leur pensée. Toutes ces raisons sont à l’origine du fiasco irakien, syrien et aujourd’hui afghan.

    Le problème est aussi de savoir comment un décideur politique prend sa décision : c’est rarement en fonction des informations de terrain. Aujourd’hui, l’Occident fait la guerre 2.0 : elle regarde Twitter, scrute les réseaux sociaux, mais ne fait pas de terrain. Or, les talibans dans leurs vallées encaissées ne communiquent pas sur Twitter !
    Sur internet, les Occidentaux vont repérer des personnalités qu’on pense être des acteurs locaux. Ils sont visibles sur le net car ils parlent anglais et ont de multiples followers. Mais ces gens-là sont une élite déconnectée de la réalité locale. Les vrais acteurs, les Occidentaux ne les connaissent pas, ils viennent des périphéries. L’exemple parfait est celui du Comité national de transition pour la Libye. On avait des fiches sur tous ceux qu’on croyait faire partie de l’élite libyenne (réseaux universitaires) mais il s’est avéré qu’il ne s’agissait pas des vrais acteurs de la révolte. On a appuyé un Comité national de transition complètement déconnecté et qui n’avait pas de pouvoir réel.

    Le géographe doit faire du terrain. La géographie avait beaucoup d’importance jusqu’au milieu du XXe siècle. René Caillié a été le premier Occidental à avoir foulé la terre de Tombouctou et à en être revenu au XIXe siècle. On faisait confiance aux gens qui avaient vu.

    Pourquoi la géographie n’est-elle plus considérée ?

    Sans doute parce qu’aujourd’hui, avec les satellites et la télédétection entre autres, on pense pouvoir se passer des gens sur le terrain. On pense qu’on a assez d’informations technologiques, or il nous manque l’essentiel : connaître les sociétés.
    On n’envoie plus des géographes sur le terrain en France et il y a moins d’appétence à prendre des risques. Tout comme, en opérations extérieures dans les pays à risques, on répugne à risquer la vie de nos soldats en les faisant patrouiller (on préfère les enfermer dans leurs bases), on n’envoie plus de géographes découvrir le terrain.
    Je parle avec mon expérience. Lorsque j’étais à l’Institut français du Proche-Orient, en Syrie, on ne pouvait guère en sortir, officiellement pour raison de sécurité. Les collègues qui veulent durer dans l’Institut travaillent dans les quartiers situés autour de l’Institut. Ou encore mieux : ils restent à la bibliothèque. Si malgré tout, on décide de profiter pleinement de ce pour quoi nous avons obtenu un de ces postes, très privilégié sur le plan financier, et faire sérieusement du terrain, eh bien nous sommes sanctionnés.

    Cela explique en partie d’ailleurs l’échec français en Syrie. Malgré la présence d’un pléthorique Institut français du Proche-Orient, où de nombreux chercheurs bénéficient de rentes confortables, le maintien au pouvoir de Bachar al-Assad semble avoir été une surprise pour tout ce petit monde. Ceux qui se doutaient que l’autoritarisme n’allait pas s’effondrer ont préféré se taire pour éviter d’être cloué au pilori. Car il ne fait pas bon avoir un avis contraire aux décideurs politiques, tous issus du même moule de sciences politiques où la géographie de terrain est absente. Si on rajoute le décolonialisme et la cancel culture, en vogue à l’Université et dans les grandes écoles, on comprend que chercheurs et étudiants vont encore davantage s’éloigner de la réalité du Moyen-Orient.

    Y a-t-il un problème de formation en France de ce point de vue ?

    Oui, enseigner la géographie de terrain devient «has-been». Ainsi, le communautarisme, qui est une réalité dans les pays du sud notamment, ne doit plus être évoqué. La plupart des étudiants et des universitaires refusent d’entendre cette réalité, ce qui complique considérablement les recherches et l’enseignement. Pour revenir à l’Afghanistan, si un chercheur s’intéresse aux groupes de rap à Kaboul, il aura plus facilement une allocation de recherche que s’il voulait effectuer un travail de fond sur le tribalisme. C’est exactement le même problème sur le terrain français lorsqu’on veut travailler sur le communautarisme dans les banlieues.

    Fabrice Balanche (Figaro Vox, 19 août 2021)

    Lien permanent Catégories : Entretiens, Géopolitique 0 commentaire Pin it!
  • Demain, la guerre pour Taïwan ?...

    Nous reproduisons ci-dessous un point de vue d'Yves Montenay, cueilli sur son blog et consacré à la tentation qui grandit en Chine d'une réunification par la force avec Taïwan...

    Centralien, diplômé de Sciences-po et docteur en démographie, Yves Montenay a eu une carrière internationale de cadre, conseil et chef d'entreprise dans 12 pays.

    Chine-Taïwan.jpg

     

    La guerre pour Taïwan ? Précédents historiques et risques militaires

    La Chine répète de plus en plus fortement qu’elle est décidée à « réunifier » le pays en annexant Taïwan. Et tout le monde remarque que le terme « pacifiquement » a disparu. Comme il semble que Taïwan ne puisse pas se défendre sans les États-Unis, une guerre à grande échelle est tout à fait possible si ce soutien se matérialise.

    Cela me rappelle des souvenirs historiques désagréables.

    De nombreux précédents de mauvais augure

    L’argument « c’est le même peuple, et il doit donc être rassemblé sous notre autorité », a beaucoup servi, y compris dans l’histoire récente de l’Europe.

    Je vais me borner à cette dernière.

    C’est en effet ce genre de discours qui a été une cause de grand affaiblissement de l’Europe. Cela commence par la guerre de la Prusse contre la France en 1870, avec l’annexion de l’Alsace-Lorraine. Ses habitants ont eu beau élire des représentants à Berlin répétant que c’était contre leur gré, il leur a été objecté : « vous êtes de civilisation et de langue germanique, donc des Allemands. Donc que ça vous plaise ou non votre place est dans notre empire (le deuxième Reich) ».

    Or cette guerre de 1870 est largement à l’origine de celle de 1914 – 18 qui a détruit démographiquement l’Europe. Conflit qui est lui-même à l’origine de la guerre « revancharde » de 1939 – 45. Et on se souvient que les années 1930 ont vu le rattachement de l’Autriche et des Sudètes (Allemands de Tchécoslovaquie) à l’Allemagne, « parce que faisant parti du peuple allemand ».

    Aujourd’hui la Russie a annexé la Crimée pour la même raison (elle est peuplée de Russes) et soutient les sécessionnistes du Donbass (Ukraine orientale) parce que leurs habitants sont russophones dans une république bilingue (russe – ukrainien) dans laquelle l’ukrainien a en principe un rôle prépondérant.

    Mais revenons au monde chinois

    Pourquoi Taïwan ?

    Taïwan n’a pas toujours été chinoise, et la population initiale existe toujours, même si elle est maintenant très minoritaire.

    Il y a eu en effet plusieurs vagues de colonisation chinoise, la dernière a lieu à l’occasion du repli de l’armée du Kuomintang dirigée par le président légitime de la Chine, Tchang Kai-Check, accompagnée de civils. Légitime ? En tout cas davantage que Mao, ce qui l’a amené à dire qu’il était le seul représentant de la Chine.

    Le temps a passé, la Chine communiste a été reconnue, Taïwan ne l’est plus comme un pays distinct à la suite des pressions chinoises, mais, de facto, des relations quasi diplomatiques demeurent avec le monde occidental

    Remarquons que Taïwan a gagné la guerre économique, puisque ce sont des sociétés de ce pays qui ont activement participé au décollage industriel de la Chine. Cela a illustré l’efficacité de son système libéral et capitaliste.

    Mais psychologiquement c’est un épisode que le gouvernement chinois voudrait bien faire oublier. Et nous voyons tous les jours, notamment à l’occasion de la proclamation du centième anniversaire du parti communiste chinois que Pékin a l’habitude de réécrire l’histoire à sa façon.

    Et la reprise en main de Hong Kong par la Chine communiste ne peut que crisper la population taïwanaise.

    L’exemple de Hong Kong renforce le refus taïwanais et occidental

    Il y a eu plusieurs tentatives de séduction chinoise envers Taïwan pour la réunification se fasse de manière paisible.

    Il y a eu notamment la proposition de Pékin d’accepter le dispositif « un pays, deux systèmes, comme à Hong Kong » ce qui a paru un moment et pour certains un arrangement possible.

    Mais les Taïwanais ne peuvent que constater aujourd’hui le non-respect du traité signé entre la Chine et l’Angleterre concernant la situation à Hong Kong.

    Et ce non-respect n’a pas seulement été une proclamation de principe pour affirmer la souveraineté de Pékin, mais a donné lieu, depuis mon article ci-dessus, à une nouvelle législation répressive et en pratique rétroactive, qui a mené à l’arrestation et à l’emprisonnement de nombreuses personnalités démocrates et a répandu une atmosphère d’autocensure et de crainte.

    Il y a donc là une crainte très réelle de la population taïwanaise de se retrouver dans la même situation. Et pour les États-Unis de perdre leur statut de défenseurs de la démocratie et des libertés.

    Sur le plan économique, l’offensive de Pékin contre ses propres capitalistes ne peut que renforcer la crainte de ceux de Taïwan.

    Tandis que d’un point de vue américain, la crainte de voir la Chine mettre la main sur la principale entreprise mondiale de production de puces électronique accroît encore l’inquiétude.

    Y aura-t-il résistance de Taïwan malgré la disproportion des forces (à ma connaissance du moins) ? Cela dépend probablement des assurances que Taïwan aura ou non de la part des Etats-Unis.

    Ces derniers risqueraient alors d’entrer dans un engrenage les menant à une guerre nucléaire.  Ils n’y tiennent pas, la Chine non plus. Mais si des avions ou des navires sont détruits, les représailles viendront … d’où mon terme d’engrenage.

    La guerre froide nous a déjà fait vivre de telles péripéties.

    Les leçons de la guerre froide se heurtent à la géographie

    A cette époque, et malgré une forte hostilité réciproque, les États-Unis et l’URSS ont maintenu des structures de dialogue pour éviter un désastre nucléaire mondial, et notamment un « téléphone rouge » entre les responsables. Mais on a néanmoins frôlé plusieurs fois la catastrophe.

    Je ne connais pas les secrets des contacts dans cet esprit entre Pékin et Washington, mais les sinologues sont pessimistes sur leur efficacité et même sur leur existence.

    De plus la géographie du théâtre des opérations laisse moins de temps pour réagir qu’à l’époque de la guerre froide. Le film « Docteur Folamour » l’illustre en montrant des avions américains volant des heures avant de pouvoir larguer leurs bombes atomiques sur l’URSS, laissant au contre-ordre le temps d’arriver.

    La « crise des missiles » (tentative d’installation de missiles soviétiques à Cuba) a entraîné une réaction particulièrement vigoureuse de Kennedy parce que Cuba est proche des Etats -Unis et que des missiles partant de cette île ne laisseraient pas le temps de discuter. Mais pour les installer il fallait traverser l’Atlantique, ce qui a laissé le temps de résoudre la crise.

    Le détroit de Taiwan étant beaucoup plus petit que l’Atlantique ou le Pacifique, il y a là une première raison de la contraction du temps de réaction pour stopper une invasion.

    De plus, aujourd’hui, les missiles remplacent les avions, deuxième raison de la contraction du temps de réaction.

    Donc la « négociation au bord du gouffre » sera difficile ou impossible, et l’on en est réduit à compter sur une « modération » du président Xi, modération qui n’existera que si les États-Unis montrent qu’ils sont prêts au pire. Ce qui n’est pas certain : les États-Unis sont une démocratie avec les lenteurs et les faiblesses compréhensibles que cela peut entraîner.

    On retombe sur l’avantage géopolitique en faveur des régimes autoritaires, dont la Turquie s’est servi avec succès pour envahir Chypre et Poutine en Crimée. C’est ennuyeux pour Taïwan !

    Yves Montenay (Blog d'Yves Montenay, 15 juillet 2021)

    Lien permanent Catégories : Géopolitique, Points de vue 0 commentaire Pin it!
  • La géopolitique des terres rares...

    Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Christopher Coonen, cueilli sur Geopragma et consacré aux rivalités géopolitiques autour de la question des terres rares. Secrétaire général de Geopragma, Christopher Coonen a exercé des fonctions de directions dans des sociétés de niveau international appartenant au secteur du numérique. 

     

    Terres rares.jpg

    La Géopolitique des Terres rares 

    C’est un sujet de plus en plus géostratégique.

    Qu’est-ce que les terres rares ? Les terres rares sont un groupe de métaux aux propriétés voisines comprenant le scandium, l’yttrium, et les quinze lanthanides. Elles sont appelées ainsi car on les a découvertes à partir de la fin du 18ème siècle dans des minerais oxydes réfractaires au feu, peu courants à cette époque, et à l’exploitation commerciale rendue compliquée par le fait que ces minerais étaient éparpillés et les terres difficiles à séparer les unes des autres.

    Il faudra attendre le projet Manhattan, c’est-à-dire l’invention de la Bombe A américaine pendant la Seconde Guerre mondiale, pour que les terres rares soient purifiées à un niveau industriel, et les années 1970 pour que l’une d’elles, l’yttrium, trouve une application de masse dans la fabrication des tubes cathodiques utilisés dans les téléviseurs couleur. Du point de vue de l’économie mondiale, les terres rares font désormais partie des matières premières stratégiques.

    Leurs applications sont diverses et variées.
    Voici quelques exemples :

    Le Scandium est utilisé pour la confection d’alliages légers composés d’aluminium-scandium dans l’aéronautique militaire.
    L’Yttrium est retrouvé dans les supraconducteurs haute température et les filtres micro-onde.
    Le Cérium est lui est un agent chimique oxydant utilisé pour la poudre de polissage du verre, comme colorant jaune des verres et des céramiques, pour les revêtements de fours auto-nettoyants, le craquage des hydrocarbures, ou encore dans la fabrication des pots d’échappement.
    Le Néodyme permet la production d’aimants permanents pour les éoliennes, les voitures hybrides, et les centrales hydrauliques.
    Le Prométhium est intégré dans la fabrication des peintures lumineuses, des batteries nucléaires, et constitue une source d’énergie pour les sondes spatiales.
    Enfin, le Gadolinium permet la création de lasers, et est utilisé dans les réacteurs nucléaires et comme additif dans les aciers. Il possède de plus des propriétés de contraste pour l’imagerie à résonance magnétique.

    Du fait de leur dimension stratégique, les terres rares font l’objet d’une communication restreinte de la part des États, de sorte que les statistiques à leur sujet restent rarissimes.

    Premièrement, en termes de réserves mondiales, elles étaient estimées par l’Institut d’études géologiques des États-Unis à 120 millions de tonnes fin 2018, détenues à 37 % par la Chine, devant le Brésil (18 %), le Viêt Nam (18 %), la Russie (10 %), l’Inde (6 %), l’Australie (2,8 %), et les États-Unis (1,2 %). La Chine quant à elle dit détenir seulement 30% des réserves mondiales, bien qu’elle fournisse 90% des besoins de l’industrie. Pour y parer, de nombreux pays développent des techniques de recyclage des déchets électroniques. Mais aujourd’hui, moins d’ 1% des terres rares est recyclé. Afin d’ économiser les ressources primaires ou leur approvisionnement, le développement du recyclage des terres rares est donc une solution même s’il reste à ce jour très limité en raison de leur dilution dans de nombreux appareils à durée de vie très courte, d’un coût de recyclage supérieur à celui de l’extraction primaire, et du risque de ruptures technologiques qui rendraient ces ressources inexploitables d’un point de vue économique à long terme. 

    Du fait des conséquences environnementales de l’extraction et du raffinage des terres rares, de nombreuses exploitations ont été fermées en particulier dans les pays occidentaux, y compris aux Etats-Unis.

    Et il n’est pas surprenant que la Chine convoite des ressources supplémentaires en terres rares afin d’asseoir son hégémonie, via son projet des Routes de la Soie, notamment au Brésil, dont elle est devenue le premier partenaire commercial. Et ceci explique l’intérêt qu’elle porte sur deux des autres principaux détenteurs des terre rares que sont l’Inde et le Vietnam, là aussi au travers de la BRI.

    Deuxièmement, en termes de production, toujours selon l’Institut d’études géologiques des États-Unis sur les 170 000 tonnes produites en 2018, 71% soit 120 000 tonnes l’ont été par la Chine. Les autres producteurs dans le Top 3, à savoir l’Australie avec 20 000 tonnes et les États-Unis avec 15 000 tonnes sont loin derrière.

    Le faible taux de sites de traitement en dehors de la Chine, ainsi que la capacité de production que possède le pays, font de Pékin le principal acteur du marché des terres rares. L’importance de la Chine dans la chaîne d’approvisionnement de ces métaux a de quoi donner des sueurs froides aux États-Unis, dont les entreprises de hautes technologies, qu’elles soient civiles et militaires, dépendent énormément de ces terres rares.

    Ces craintes se sont cristallisées en 2019 lorsque le président chinois Xi Jinping a effectué une visite dans une usine de traitement de terres rares en pleine guerre commerciale avec Washington, laissant ainsi planer la menace d’un blocage par la Chine des exportations de terres rares raffinées. C’est une tactique que la Chine a déjà mise en pratique par le passé, notamment en 2010, quand Pékin avait brutalement interrompu ses exportations de terres rares vers le Japon en représailles à un différend territorial.

    C’est donc un enjeu et une arme géopolitiques majeurs dans la guerre d’influence que se livrent la Chine et les États-Unis.

    Ces deux hyperpuissances vont sans doute migrer leur rivalité sur les terres rares aux planètes Lune et Mars, car elles y sont abondantes en surface. Il n’y a donc pas de hasard si les USA et la Chine ont annoncé, depuis quelques années déjà, qu’ils avaient l’objectif d’envoyer ou de renvoyer des astronautes et des taïkonautes cinquante-deux ans après le premier alunissage humain. Somme toute, un effort lunaire très coûteux pour peu de retours d’expérience nouveaux pour l’avancée de la science spatiale en ce qui concerne la réaction et le comportement humain. Mais un retour sûr en ce qui concerne le minage. C’est donc assumé : « Un grand bond en avant pour l’extraction des terres rares, et un petit pas facile pour l’Humanité ».

    Depuis la fin des années 1990, la Chine est devenue le premier producteur mondial de terres rares au détriment des pays occidentaux qui ont perdu au fil des ans leur capacité de production et leur savoir-faire industriel et technologique. C’est donc devenu aussi un enjeu de souveraineté nationale.


    Face à cette autre tenaille sino-américaine, que peut faire l’Europe ?

    Deux importants projets miniers sont à l’étude, à Norra Karr en Suède et à Kvanefjeld au Groenland. On comprend mieux pourquoi le Président Trump avait proposé au Danemark de lui racheter le Groenland, outre l’intérêt des bases militaires, l’existence de cette mine avait aiguisé son appétit. Ce n’était pas une blague, mais une proposition géopolitique réfléchie, délibérée et sensée de la part du président américain. Rares sont ceux qui en parlent. C’est donc sans doute sur le terrain du recyclage et du développement de mines éco-responsables que l’Europe a une carte à jouer.

    En proposant une offre plus vertueuse sur le plan environnemental à des consommateurs plus exigeants et responsables, et des investissements importants dans de nouvelles technologies, les pays occidentaux devraient pouvoir concurrencer à moyen terme le modèle chinois.

    Christopher Coonen (Geopragma, 12 juillet 2021)

    Lien permanent Catégories : Géopolitique, Points de vue 0 commentaire Pin it!