Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Géopolitique - Page 2

  • Qui isole qui ?...

    Nous reproduisons ci-dessous un point de vue d'Hervé Juvin, cueilli sur son site personnel et consacré à la recomposition du monde provoquée par la guerre russo-ukrainienne...

    Économiste de formation et député européen, Hervé Juvin est notamment l'auteur de deux essais essentiels, Le renversement du monde (Gallimard, 2010) et La grande séparation - Pour une écologie des civilisations (Gallimard, 2013). Il a également publié un manifeste intitulé France, le moment politique (Rocher, 2018).

     

    Russie_Sanctions.jpg

    Qui isole qui ?

    Le conflit engagé à la suite de l’invasion de l’Ukraine par la Russie est planétaire. Son enjeu est la fin de la prétention occidentale à définir un ordre du monde au-dessus des Nations, des civilisations, et du droit des peuples à décider de leurs lois, de leurs mœurs et de leur régime politique. C’est la fin de l’occidentalisation du monde. Et son enjeu est l’avenir de l’Europe, une Europe que l’Union tire vers la soumission, une Union qui sacrifie le dur effort vers l’autonomie au confort de l’occupation américaine.

    Le 25 mars 2022, la réunion des ministres des Affaires étrangères des pays membres de la Conférence islamique s’est réunie à Islamabad, au Pakistan, en présence du ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi. Réunissant 57 Nations, soit plus du quart des Nations représentées à l’ONU, elle a publié une déclaration qui condamne les sanctions contre la Russie et refuse de s’y associer. Déclaration appuyée lors de la rencontre des Premiers ministres malais et vietnamien à Hanoï ; les seules sanctions légitimes sont celles imposées par le Conseil de Sécurité des Nations Unies.

    Dans un entretien accordé à l’Humanité (publié le mardi 15 mars), Macky Sall, le Président du Sénégal, également président de l’Organisation de l’Unité africaine, a expliqué le choix de s’abstenir lors du vote condamnant la Russie, au nom de son pays, mais aussi de tous ces pays africains qui savent ce qu’ils ont dû à l’Union soviétique, ce qu’ils doivent encore à une Russie qui demeure présente, qui distribue de l’aide alimentaire et remporte un soutien populaire marqué.

    La même semaine, les Émirats arabes unis recevait le Président de la Syrie, Bachar El Assad, annonçait que son pétrole pouvait être payé en roubles, et refusait de recevoir l’envoyé américain.

    De son côté, l’Inde négociait un contrat d’approvisionnement en énergie « roubles contre roupies », tandis que pour la première fois depuis des décennies, le ministre des affaires étrangères chinois annonçait se rendre en Inde, et que le ministre indien des Affaires étrangères se rendra à Pékin, l’un et l’autre balayant les provocations auxquelles se livrent les États-Unis et les Anglais complices pour réanimer le conflit marginal à la frontière himalayenne, ou pour susciter des incidents avec cet État-frère que fut le Pakistan.

    Pendant ce temps, l’Union européenne accueille un Boris Johnson hilare du bon tour joué à l’Europe en choisissant le grand large et en rejoignant des États-Unis fermement décidés à renforcer leur occupation de l’Europe, ouverture de bases militaires, par exemple en Bulgarie, et arrivée massive de militaires américains faisant foi. Peu importe ce qu’un Joe Biden cacochyme pourra dire, par exemple reprocher à Poutine d’envahir la Russie, confondre l’Ukraine et l’Iran, ou saluer sa mère morte depuis quinze ans (trois preuves récentes de la sénilité d’un Président par défaut). Le plus grave n’est pas que l’Union européenne se plie à l’alliance que la peur, l’histoire et les traités lui imposent. Le plus grave est que nul ne semble capable de comprendre ce qui se passe, et qui se dit en trois mots.

    Racisme. L’analyste indien Bhadrakumar a dit tout haut ce que tous pensent tout bas. Cinq cents, sept cent mille, peut-être un million de victimes irakiennes de l’invasion américaine et britannique n’ont pas ému les belles consciences occidentales. Les dizaines de milliers de victimes de l’agression illégitime contre la Libye n’ont pas ému les belles âmes et les généreuses fondations. Et pas davantage les centaines de milliers de victimes afghanes de l’occupation américaine, ou les milliers de victimes serbes de l’agression otanienne. La crise humanitaire qui a frappé le Liban, qui frappe la Syrie du fait des sanctions n’empêche aucun activiste des ONG et Fondations américaines de dormir. Ne parlons même pas des millions de morts au Congo, en partie victime de l’entretien des groupes armés par les compagnies minières occidentales. La réalité est irrecevable de ce bon côté du monde, mais elle est ; les victimes blondes aux yeux bleus ukrainiennes mobilisent une fraternité dont les Européens ne mesurent pas à quel point elle est insultante pour tous ceux qui n’ont jamais eu le droit à la moindre compassion — pas même quand une Mme Allbright déclarait ne pas se soucier des milliers d’enfants irakiens morts faute de médicaments ! Il y a les bonnes victimes, et il y a les victimes dont nul ne se soucie. Le problème est qu’ils le savent, et qu’ils ont compris la leçon formulée par un dirigeant américain ; « on nous accuse de massacres, mais n’oubliez pas que les victimes n’étaient pas des Américains » !

    Injustice. Les avoirs de la Banque centrale russe ont été saisis. Une telle saisie n’est pas sans précédent. Les avoirs de la Banque centrale d’Iran avaient été saisis et un immeuble propriété de l’Iran à New York, acquis en toute légalité, volé. Les avoirs du Venezuela ont également été volés. Plus récemment, après la déroute américaine en Afghanistan, les avoirs de la Banque centrale ont été saisis, à hauteur de 7 milliards de dollars. Cette saisie, qui représente une part significative du PIB d’un des pays les plus pauvres du monde, contribue à une crise humanitaire de grande ampleur, qui menace de famine des millions d’Afghans — mais, c’est vrai, ils ne sont pas Américains. Iran, Venezuela ou Afghanistan sont à la fois des acteurs marginaux des échanges monétaires et financiers mondiaux, et les cibles prévisibles de sanctions américaines dont ils sont les adversaires directs.

    La saisie des avoirs de la Banque centrale russe est de toute autre conséquence. La Russie n’est pas en guerre avec les États-Unis. Ces avoirs correspondaient à des échanges légaux, et étaient légitime propriété de la Russie. Au sens propre, ils ont été volés. La Russie, membre du Conseil de Sécurité des Nations-Unies, vraie civilisation et pays-continent étendu sur 12 fuseaux horaires est une puissance nucléaire qui peut tenir en respect les États-Unis. Passons sur les impacts techniques potentiels, et sur l’infinie complexité des relations entre Banques centrales elles-mêmes, banques commerciales et marchés financiers.

    L’unilatéralisme américain vient de passer la ligne rouge, une ligne rouge qui signifie que c’en est fini de la suprématie du dollar, de l’addiction mondiale au dollar, et de la capacité des pays occidentaux de vivre au crédit du reste du monde. Il n’est plus aujourd’hui dans le monde un seul pays qui ne s’interroge ; et si les États-Unis décidaient de saisir les avoirs de ma Banque centrale ? La propagande écrasante à laquelle nous sommes soumis nous empêche de nous poser la question, voire de comprendre la réponse qui s’impose, d’Asie en Afrique ; le monde serait meilleur sans les États-Unis d’Amérique du Nord.

    Sans doute, la Russie est coupable d’agression contre l’Ukraine, la Russie n’est pas un régime démocratique selon la définition qu’en donnent les États-Unis et l’Union européenne, la Russie n’accepte pas la propagande LGBT, les Fondations et les ONG qui sont autant de lobbys américains, désignent la Russie qui les expulse comme un « rogue State », la Russie est coupable de ne pas accepter l’extension de l’OTAN à ses frontières, la Russie est coupable d’entretenir des relations étroites avec les peuples européens de religion orthodoxe. Qui a parlé de souveraineté, de non-ingérence, ou, simplement de diplomatie ?

    La Russie est bannie de la communauté bancaire internationale — ou de ce que la tribu financière anglo-américaine désigne comme telle. Situation sans précédent. Même au temps de la Seconde Guerre mondiale, les banques centrales, dont la Banque d’Allemagne, continuaient de travailler ensemble en Suisse. Ce que les États-Unis et leurs collaborateurs veulent légitimer au nom du Bien, un Bien dont ils disposent à leur convenance, est pur et simple vol. Aucune règle internationale ne couvre leur décision unilatérale. Certains voudront voir un progrès dans ce qui est une régression de la civilisation, cette civilisation des mœurs qui veut que même quand la guerre fait rage, il faut se parler, il faut échanger, et il faut que les populations vivent. Bien sûr, ceux qui ne rêvent que d’ajouter de la guerre à la guerre et de se battre jusqu’au dernier Ukrainien n’ont que faire du mot « civilisation ».  

    Arrogance. Le Bien est ce que les États-Unis et leurs complices ont déterminé qu’il soit. Des ONG et des Fondations décident quel est le bon régime, quel est le mauvais et choisissent selon les intérêts de leurs financeurs les « abus manifestes » et les « entraves insupportables » aux droits de l’homme qu’elles oublient si bien de dénoncer ailleurs. Tout cela au nom d’un universalisme de pacotille qui ramène les États-Unis au temps de la conquête du Far West !

    Répondant à une arrogante journaliste anglaise de la BBC — en est-il d’autres ? — qui l’accusait de réprimer la presse, le Président de l’Azerbaïdjan, Ilham Aliyev, lui a justement retourné la question ; quel est le sort fait par la justice britannique à Julian Assange, qui a seulement révélé les crimes de l’Amérique, et pour cela paie de sa vie en dehors de toute légalité ? « Vous n’avez aucun droit de prétendre à une quelconque supériorité morale » ; ce que le Président de l’Azerbaïdjan dit à une blonde journaliste anglaise, le monde le dit à l’Occident (ceci écrit sans aucune prétention à défendre la politique de l’information en Azerbaïdjan !)

    S’il suffisait de tuer tous les méchants ! et s’il était si simple de distinguer les bons des méchants ! La question a peu de chances de perturber le fonctionnement binaire des « stratèges » de Washington, elle a moins de chance encore de refonder la diplomatie, cet art d’entendre l’adversaire, de comprendre les raisons de l’ennemi, ses buts de guerre, d’entretenir le dialogue et la conversation, qui sont les seuls moyens de paix durables et de traités viables. L’arrogance américaine est partout ressentie, surtout dans ces pays d’immense civilisation que sont l’Inde, la Chine, les Etats islamiques, qui n’ont que mépris pour des pays comme l’Australie ou les États-Unis, déversoirs de l’Europe. Pour une fois, il convient d’être fier d’être Français ; le Président Emmanuel Macron a été le seul à relever l’indécence des propos tenus par Joe Biden à l ’encontre du Président Vladimir Poutine.

    Combien de siècles, de guerres, de défaites et de morts faudra-t-il aux États-Unis pour peut-être construire une civilisation ? La question est de savoir s’il restera encore des États-Unis pour y prétendre édifier — tant s’y sont essayés, qui ont disparu sans laisser de traces ! Et la question est désormais ; cette grande civilisation qu’a été l’Europe, cette civilisation qui est la nôtre, choisira-t-elle de s’abîmer avec un allié américain qui lui apporte l’illusion de sa sécurité au prix de sa soumission, ou choisira-t-elle d’en finir avec une dépendance dont chaque jour montre un peu plus qu’elle l’éloigne du monde, et qu’elle la prive de sa plus grande force; l’intelligence du monde ?

    Hervé Juvin (Site officiel d'Hervé Juvin, 27 mars 2022)

    Lien permanent Catégories : Géopolitique, Points de vue 0 commentaire Pin it!
  • La guerre d’Ukraine : leçons pour une politique nationale...

    Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Pierre de Lauzun, cueilli sur le site de Geopragma et consacré au besoin de la définition d'une politique visant à la défense des intérêts nationaux de notre pays. Membre fondateur de Geopragma, Pierre de Lauzun est a fait sa carrière dans la banque et la finance.

    Défense nationale.jpg

    La guerre d’Ukraine : leçons pour une politique nationale

    On tend trop souvent à analyser la guerre d’Ukraine en termes émotionnels, ou comme grande lutte des régimes autoritaires et des régimes démocratiques. Je me placerai ici sur un plan différent : celui des relations internationales. Non pour évoquer la question des réactions à la crise (sanctions, etc.) ni celle des perspectives de sortie. Mais pour me concentrer sur les leçons à en tirer pour la détermination d’une politique nationale pour la France.

    1. Pour cadrer le débat

    Rappelons le principe de base en matière internationale : chaque pays est autonome et responsable de son action. Cela ne veut pas dire qu’il ne considère que ses seuls intérêts. Membre d’une communauté internationale, il prend aussi en compte ses relations avec les autres pays, tant pour coopérer que pour la recherche de la paix. Or, dans le contexte international, un principe essentiel pour la recherche de la paix est le respect de la souveraineté et donc des frontières. Ce principe n’est pas absolu ni totalement inviolable, et il y a des précédents graves, comme la guerre d’Iraq qui était une guerre d’agression (malgré l’excuse des attaques antérieures de l’Iraq sur ses voisins). Mais il reste par nature un repère majeur. 

    De ce point de vue, l’attaque russe sur l’Ukraine, agression généralisée d’un Etat souverain par un autre, sans provocation ou menace du premier directement sur le second, ne peut faire l’objet que d’une condamnation nette. Même si comme on sait les responsabilités occidentales et notamment américaines sont significatives. Le joueur d’échec que paraissait être Poutine a renversé la table, d’une façon peu rationnelle. Notons incidemment que sur ce plan l’invasion contredit la doctrine affichée par le grand allié de la Russie, la Chine (rappelons que Taiwan est considéré partie de la Chine).

    2. Le paysage international à la suite de l’attaque russe 

    Par son ampleur et sa nouveauté, une telle agression représente un tournant majeur dans les relations internationales. D’un côté, c’est le retour à la guerre comme instrument de rapports entre Etats, autrement que dans des cas qui pouvaient être présentés à tort ou à raison comme une forme de police internationale. Et d’un autre côté, c’est une rupture franche entre la Russie et le monde occidental, et par là aussi le mode de régulation internationale que celui-ci affiche. Bien entendu, une appréciation complète dépend des buts ultimes côté russe : volonté de puissance et de revanche, reconstitution d’une grande Russie ou d’une forme d’URSS, etc. L’attaque montre en tout cas qu’on n’a pas affaire à un patriotisme pur et simple, comme en témoignait déjà l’intervention en Syrie, acte de puissance et non de défense de la patrie russe.  

    Par ailleurs, la guerre en Ukraine fait sortir les Européens de leur monde rêvé où la paix est une situation normale et où la question de la guerre ne se pose qu’au loin, dans des pays où sévissent encore d’affreux tyrans qu’une bonne police internationale doit pouvoir faire disparaître. Ce qu’ils découvrent est la possibilité de la guerre en Europe, en outre avec une puissance nucléaire majeure.  Derrière, se profile ce qui était pourtant clair depuis des années : l’émergence d’un monde multipolaire qui est un monde de puissances, où la guerre est possible, que j’ai décrit dans mon livre de 2017 appelé justement Guide de survie dans un monde instable, hétérogène, non régulé

    Ce qui est particulièrement évident en Asie, avec présence de grandes puissances actuelles ou potentielles, tant dans la région (Chine, Russie, Inde, dans une certaine mesure Japon) que venant du dehors (Etats-Unis) ; plus des puissances moyennes mais ayant un poids réel appréciable (Iran, Pakistan, Arabie Saoudite, Indonésie, Corée, Vietnam, sans parler de la Turquie et d’Israël à l’ouest du continent). Les rapports entre ces nombreuses puissances sont complexes et évolutifs (y compris entre Russie et Chine, malgré les apparences), mais avec un point commun : les lignes de clivages ne sont pas idéologiques, ni vraiment des conflits de civilisations, et le patriotisme est partout une réalité de base indiscutable. Les réactions à la guerre en Ukraine le confirment, avec très peu de condamnations franches venant de cette zone. Or, l’Asie est de plus en plus le centre de gravité de la planète et elle donnera de plus en plus le ton. 

    À cela s’ajoute bien sûr la situation toujours complexe et belligène du Moyen-Orient, et la dérive croissante du Sahel, de la corne orientale de l’Afrique ou de la zone congolaise, et plus généralement d’une bonne partie de l’Afrique. Conflits, instabilité et guerres, mais là aussi, pas de conflit véritablement idéologique.

    3. Dans un monde de puissances, l’importance clef d’un patriotisme sain et lucide et non d’une croisade idéologique

    À l’opposé, la tentation latente en Europe et aux Etats-Unis reste l’idéologisation : en l’espèce, interpréter l’alliance de la Russie et de la Chine comme la sainte alliance des régimes autoritaires contre les démocraties, et tout voir en termes de grand combat manichéen de celles-ci contre ceux-là. La guerre d’Ukraine a considérablement ravivé cette tendance, parfois jusqu’à une forme d’hystérie. Mais en fait, seuls les ‘Occidentaux’ mettent en avant leur idéologie. Or comme je l’ai déjà relevé par ailleurs, la tentation idéologique est très dangereuse en matière de relations internationales, et cela indépendamment du bien-fondé de ce qu’on appelle ses ‘valeurs’. En termes clairs, il faut dans la plupart des cas choisir entre l’idéologie et la recherche de la paix. En outre, cette attitude, qui se veut moralisante, est celle qui rencontre le moins d’écho en dehors du monde occidental, d’autant que cela peut à un moment ou un autre menacer la plupart des pays ou régimes et a justifié dans le passé des agressions occidentales stupides, sanglantes et contreproductives (Iraq, Lybie etc.). Dans le cas ukrainien, condamner une agression manifeste est parlant ; y voir la lutte du bien et du mal est moins convaincant. 

    Ce qui n’empêche évidemment pas de souligner les différences entre les différents régimes politiques, de considérer que tel ou tel est mauvais, et de promouvoir des valeurs qu’on juge essentielles. Rien n’empêche en effet d’avoir ses idées et de porter des jugements, notamment sur les régimes jugés brutaux, agressifs, ou a fortiori totalitaires, et d’aider des évolutions dans un sens qu’on juge meilleur. Mais cela doit s’inscrire dans un cadre de relations internationales où on doit admettre qu’on est un pays ou ensemble de pays parmi d’autres, qu’on est perçu par les autres comme défendant sa position et ses intérêts, et où surtout la guerre au sens propre (et l’escalade) est en général contreproductive, en dehors même de ses horreurs. 

    Mais si ce qui compte est, là où on est, de jouer son rôle et s’assumer ses responsabilités, le patriotisme est plus que jamais à l’ordre du jour. Patriotisme pacifique, inscrit dans une communauté des Etats et le respect mutuel, mais patriotisme profond et exigeant. Cela implique, non seulement de disposer d’un outil de défense puissant et efficace, donnant la plus grande autonomie possible et donc des budgets militaires appréciables, mais aussi un esprit de combat, de défense, que nous avons perdu (et dont les Ukrainiens montrent à nouveau l’importance). Nous en sommes encore bien loin. C’est évidemment pour nous la leçon centrale de ces évènements. 

    4. Quelles alliances militaires pour un pays comme la France ? 

    Reste la question des alliances. Un pays comme la France à la fois une tradition d’action autonome (décrite couramment sous le terme de gaullisme), qui s’est étiolée au fil du temps, mais a pu encore se traduire récemment ici ou là, et une inscription dans des alliances ou constructions politiques : l’Alliance atlantique et l’Union européenne. Dans leur principe, on ne peut que conserver ces deux éléments, mais en les délimitant. 

    Une alliance est utile lorsqu’elle permet de maintenir une solidarité face à ce qui serait un agression franche de la part d’une puissance, lorsque cette solidarité est justifiée. L’Alliance atlantique a fondamentalement pour rôle de parer à une menace soviétique puis russe. Cette menace pouvait être perçue comme moins actuelle, mais l’agression russe de l’Ukraine lui a donné une certaine crédibilité. Bien sûr, cela dépendra aussi de l’issue militaire de ce conflit. Et même si la Russie se tirait bien de cette affaire mal engagée, elle n’est à l’évidence pas en état de menacer grand monde en dehors de son ancienne zone d’influence. Mais justement, le choix russe de mener cette agression fait qu’on doit intégrer au moins l’hypothèse d’une telle attaque contre d’autres pays d’Europe orientale, ce qui redonne un sens à l’Alliance, même si la Russie ne sera à court terme sans doute pas à même de le faire. Et pour la France, une telle attaque éventuelle et la vassalisation de l’Europe orientale ne seraient pas acceptables. Mais naturellement cela ne vaut que pour l’Europe (orientale). Il n’y a aucune raison pour que cela s’étende à d’autres zones.

    Et ces motifs n’impliquent pas un alignement général, d’abord sur les Etats-Unis, qui sont la colonne vertébrale de l’Otan, mais qui ont commis suffisamment d’erreurs dans le passé pour ne pas être suivis partout ; comme aussi sur des Européens dont nous sommes loin de partager toutes les vues, ni n’avons toujours les mêmes intérêts de défense (notamment sur le plan naval, avec notre immense domaine maritime), ni la même capacité à agir. L’Alliance devient notamment contreproductive si elle se traduit par le suivi servile des errements de la politique américaine ou de leurs intérêts qui ne se confondent souvent pas avec les nôtres, ou, pire, par des agissements qui sont des menaces pour la paix. Concrètement, en l’espèce, il aurait par exemple fallu continuer à s’opposer fermement à l’hypothèse même de l’entrée de l’Ukraine dans l’Otan. Dès lors, sur le plan militaire, autant une interopérabilité peut être utile, voire indispensable pour des actions communes qu’on juge appropriées, autant il faut viser le maximum d’autonomie opérationnelle possible. Entre autres exemples, la Russie y parvient technologiquement alors que son économie est plus réduite que la nôtre ; Israël, encore plus petit, dans une large mesure aussi. 

    Ce qui conduit à poser la question de notre participation à l’organisation intégrée de l’Otan. Elle n’est pas indispensable (on s’en est passé pendant quarante ans) et il aurait mieux valu ne pas y entrer. Ce qui nous éviterait aussi de nous endormir sous la protection américaine, réelle ou non, comme l’Otan conduit à le faire. Logiquement cette analyse implique d’en sortir au moment opportun (et donc pas dans les circonstances actuelles), tout en restant dans l’Alliance. Une telle politique renforcerait la crédibilité de la France dans ses tentatives d’intermédiation ou d’influence. 

    S’agissant de l’Union européenne, elle ne peut être un cadre adéquat pour une politique de défense, contrairement à ce que prétend E. Macron. D’une part, les autres pays européens en quasi-totalité (et surtout à l’Est) sont plus que jamais convaincus que le lieu adéquat pour cela est l’Otan, et que leur défense est assurée d’abord et surtout par les Etats-Unis ou avec eux, y compris quand ils renforcent leur propre effort de défense. D’autre part, dans la plupart des cas, les divergences de vues sur l’opportunité d’une action militaire et sur sa direction sont notables entre Européens. L’agression russe de l’Ukraine est une exception, puisque l’accord de tous était d’emblée évident, au moins sur le principe ; mais les mesures prises auraient pu l’être dans le cadre d’un simple instrument de concertation entre Etats, sans besoin d’une défense commune. En outre, ces mesures (sanctions, livraisons d’armes) étaient justifiées au départ mais tendent à devenir irrationnelles (boycott de musiciens !) et surtout contreproductives, ainsi le désengagement des entreprises de Russie, au seul profit des Russes. Enfin, cette défense commune n’est pas prévue par les traités ; et le paragraphe des traités sur la solidarité entre Européens face à une agression n’y conduit pas, sauf cas particulier. 

    Il ne faut donc pas s’obnubiler sur le mythe d’une défense européenne autonome, qui dans l’état actuel des choses ne serait au mieux qu’une variante au sein de l’Otan, et au pire la clef de notre immobilisme. Et d’ailleurs, même si ce mythe se réalisait, à savoir une défense européenne totalement intégrée et bien équipée, pour la plupart des Européens elle ferait moins bien que l’Otan face à une puissance nucléaire majeure comme la Russie, dans le cas ukrainien ou ailleurs. 

    En revanche, une coopération avec les autres Européens, notamment dans les industries de défense, est nécessaire et bénéfique, tout en prenant garde d’avoir une réelle réciprocité, contrairement à ce qu’on voit (ainsi récemment pour les avions américains achetés par l’Allemagne – après bien d’autres cas), et de ne pas se faire lier les mains, ou, pire, déposséder de notre outil par idéologie ou esprit de système. 

    Pierre de Lauzun (Geopragma, 28 mars 2022)

    Lien permanent Catégories : Géopolitique, Points de vue 0 commentaire Pin it!
  • La guerre des puissants...

    Les éditions VA viennent de publier un ouvrage collectif, préfacé par Nicolas Moinet et intitulé La guerre des puissants - Stratagèmes de domination de la Chine et des États-Unis, . Nicolas Moinet est un universitaire français spécialisé dans l'intelligence économique et les sciences de l'information.

     

    Moinet_La guerre des puissants.jpg

    " La Chine et les États-Unis se livrent à une guerre économique ouverte depuis les années 2010. Les présidents Obama, puis Trump et désormais Biden cherchent à restaurer la suprématie américaine émoussée dans tous les domaines tout en tenant une position protectionniste. En parallèle, le président chinois Xi Jinping érige en priorité d’État tous les facteurs de puissance possibles avec pour objectif de rendre la Chine prépondérante à l’horizon 2050. Ces confrontations économiques et industrielles ont bien évidemment des répercussions sur tous les champs d’affrontement que sont la politique et la diplomatie, la R&D, la finance, les territoires et le militaire, champs qui ne sont que peu visibles ou partiellement traités dans les médias occidentaux, mais qui sont inextricablement liés. Cet ouvrage vous propose de dépasser une lecture classique partielle par une vision systémique du prisme d’accroissement de puissance. Il est ainsi le seul à décrypter de manière globale l’affrontement actuel entre la Chine et les États-Unis sur l’ensemble des échiquiers économique, politique et militaire. Ces deux puissances sont souvent analysées en parallèle, mais jamais dans le cadre d’une confrontation forte et directe. Au travers d’exemples pragmatiques et récents, notamment dans le secteur des télécoms, les auteurs relatent et détaillent l’enchaînement des nombreux mécanismes et leviers mis en place et utilisés par les deux protagonistes afin d’obtenir l’ascendant sur le monde matériel et immatériel. Cet ouvrage permet de mesurer l’étendue de la confrontation qui oppose les États-Unis et la Chine, et que chaque événement n’est pas le fruit du hasard, mais bien celui d’une stratégie pensée et réfléchie avec des enjeux longtemps restés cachés. C’est une plongée éclairée qui permet de découvrir la partie immergée de l’iceberg ! "

    Lien permanent Catégories : Géopolitique, Livres 0 commentaire Pin it!
  • Guerre en Ukraine : un désastre qui va réveiller l’Europe ?...

    Nous reproduisons ci-dessous un point de vue d'Andrea d'Ottavi du Centro Studi Polaris cueilli sur le site de l'Institut Iliade.

     

    Europe_Défense 2.jpg

    Guerre en Ukraine : un désastre qui va réveiller l’Europe

    Disons-le de suite et sans détour : le conflit entre la Russie et l’Ukraine est la dernière chose qu’il nous fallait,  car – surtout d’un point de vue eurocentrique – c’est un conflit qui frappe l’Europe en plein cœur et compromet sa marche difficile vers la plénitude politique et l’indépendance stratégique.

    Mais est-ce vraiment là le sort qui nous attend, ou des évolutions positives pourraient-elles inopinément émerger de cette crise ?

    Pour tenter de répondre à cette question, il est toutefois nécessaire de faire un pas en arrière, en reconstituant brièvement les faits, en résumant les motivations des hostilités et en essayant de décrypter le rôle joué par les nombreux acteurs participant à ce grand jeu de Risk mondial.

    Comment tout a commencé : la guerre de l’information se transforme en escalade militaire

    Commençons par le début. Depuis plusieurs semaines, tous les principaux médias occidentaux insistent, en citant des sources du renseignement, sur la possibilité que la Russie se prépare à envahir militairement le territoire ukrainien, se risquant même à identifier une date présumée pour le début des hostilités. Sur un ton étonnamment apocalyptique, le Premier ministre britannique Boris Johnson est même allé jusqu’à déclarer à la BBC que la Russie préparait « la plus grande guerre en Europe depuis 1945« .

    Les spéculations sur une attaque russe imminente ont toutefois été immédiatement minimisées tant par Moscou – qui a qualifié les accusations de résultat d’une « hystérie américaine » sans fondement – que par Kiev, qui soit ne croyait pas vraiment à cette hypothèse, soit sous-estimait superficiellement le danger réel.

    Dans le milieu des analystes géopolitiques, on a commencé à parler hâtivement d’infoguerre, mais la « guerre médiatique » s’est rapidement transformée en une véritable escalade militaire, à peu près dans les délais et selon les modalités prévus par les initiés de l’anglosphère, manifestement plus que bien informés.

    Le reste est une chronique de guerre : la tentative russe de blitzkrieg ne semble pas avoir réussi et la résistance ukrainienne s’avère plus solide et combative qu’on aurait pu le penser. Aujourd’hui, alors que l’on parle même de l’utilisation possible d’armes nucléaires et de troisième guerre mondiale, il existe un risque plus concret de balkanisation dangereuse du conflit, qui, s’il devait durer longtemps, affecterait principalement les peuples et l’économie du Vieux Continent.

    Mais comment en sommes-nous arrivés à ce désastre ?

    Les raisons de la guerre : au-delà du Donbass et de l’OTAN, il y a plus encore

    S’il est certes vrai qu’à l’origine du conflit se trouvent les revendications des populations russophones des deux régions contestées de l’est de l’Ukraine et le besoin de la Russie de ne pas tolérer de nouvelles bases de l’OTAN à ses frontières, il semble simpliste de réduire le casus belli à ces questions de sécurité territoriale et militaire archi-connues et de longue date.

    Dans le Donbass, les haines ethniques, remontant au moins à l’époque de la domination soviétique, ont refait surface après la « révolution » de 2014. Ils ne sont donc pas une nouveauté. Si le problème s’était limité aux relations de voisinage difficiles entre Moscou et Kiev, la guerre se serait tout autant limitée aux zones frontalières et n’aurait pas pris la dimension globale qu’on lui connaît actuellement. En outre, il aurait été plus facile et plus rationnel pour la partie russe d’essayer de trouver une solution de compromis par la voie diplomatique, compte tenu également des nombreuses perches tendues par Berlin et Paris, délibérément négligées par Vladimir Poutine, qui a préféré montrer ses muscles et « rompre » avec les partenaires du traité de Minsk.

    Le problème de la sécurité de Moscou face à l’encerclement de l’OTAN a peut-être joué un rôle plus important, comme en témoignent les propos du porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, qui, quelques jours seulement avant le début de la guerre, avait déclaré que « le président russe Vladimir Poutine est prêt à négocier. L’Ukraine n’est qu’une partie du problème, elle fait partie du problème plus vaste des garanties de sécurité pour la Russie » (3). Toutefois, il semble qu’il s’agisse ici aussi d’un argument utilisé de manière plutôt spécieuse, si l’on considère également que de nombreux membres du Pacte atlantique ne considéraient pas l’entrée de l’Ukraine dans l’organisation comme nécessaire ou prioritaire.

    En bref, il ne semble pas qu’il y ait eu un danger si grand et imminent aux portes de Moscou pour justifier cette démonstration de force sur le territoire ukrainien. De toute évidence, les Russes n’arrivent pas à se défaire de cette vision impérialiste eurasiatique qui les a toujours distingués et qui les amène à considérer les anciennes républiques soviétiques – aujourd’hui encore et malgré eux – comme une partie intégrante de leur propre espace vital.

    Mais si ce qui précède doit être considéré comme une motivation insuffisante pour déclencher une guerre à grande échelle, alors quelle logique aurait pu provoquer l’éclatement du conflit ?

    Essayons de répondre à cette question en changeant de perspective et en examinant la situation internationale dans son ensemble.

    La grande partie de Risk mondial

    L’équilibre mondial des dernières décennies repose, de fait, sur un bipolarisme ambigu : les États-Unis et la Chine s’affrontent depuis des années dans une nouvelle « guerre froide » pour la prédominance économique-financière et politique, tandis que l’axe géopolitique mondial s’est déplacé, en conséquence, de l’Atlantique au Pacifique.

    Dans ce scénario, cependant, d’autres acteurs tentent de survivre, en essayant de ne pas être submergés par l’hégémonie de la dyarchie sino-américaine : il s’agit principalement du Royaume-Uni, de l’Europe – surtout à travers les initiatives allemandes et françaises – et de la Russie, plus d’autres acteurs plus ou moins émergents qui, cependant, malgré leur réel pouvoir dans la sphère régionale ou sur des questions spécifiques, jouent souvent un rôle plus insignifiant au niveau mondial – pensons par exemple à l’Inde, à la Turquie, à Israël et à une partie du « monde arabe » aussi bien chiite que sunnite.

    Tous ces acteurs sont cycliquement et aléatoirement en accord ou en collision les uns avec les autres selon les différents sujets de discorde, dans une sorte de chaos ordonné qui déroute les téléspectateurs mais qui soutient en même temps le schéma « diviser pour régner » – divide et impera – si cher aux Américains et aux Chinois.

    Si, pour de nombreuses raisons, il est correct de considérer le Royaume-Uni comme un allié discret et plus que stratégique des États-Unis – avec lesquels il partage souvent les mêmes objectifs hégémoniques, comme dans le cas que nous analysons – les seuls acteurs de haut niveau qui pourraient réellement ébranler la fragile mais commode division du pouvoir entre Washington et Pékin sont la Russie – si libérée du joug chinois – et l’Europe – si réellement unie, armée, forte et indépendante de l’influence anglo-américaine – surtout si elles sont en synergie l’une avec l’autre.

    Sur la base de cette hypothèse, les Américains ont donc joué leur jeu dans la nouvelle grande partie de Risk mondial : l’administration Biden, qui a senti le danger après la désastreuse – pour les États-Unis – présidence Trump, a décidé de polariser les relations entre Russie et UE tout en essayant de libérer Moscou de l’étreinte étouffante de son voisin asiatique, lui aussi considéré comme dangereux pour les intérêts américains.

    Pour ce faire, elle a mis en place un piège géopolitique dans le but de séparer l’Europe de la Russie et de briser les liens politiques établis entre Moscou et Berlin-Paris, fissurant ainsi également l’axe énergétique russo-européen et le déplaçant à son propre avantage.

    L’Ukraine comme prétexte pour une attaque commune contre l’Europe

    L’objectif principal des Américains est donc redevenu l’endiguement de l’Europe, devenue ces dernières années un concurrent économique et diplomatique trop dangereux aux ambitions d’indépendance stratégique. Par cette manœuvre, la Maison Blanche voulait également écarter toute possibilité d’un nouveau multilatéralisme asymétrique qui aurait vu un affaiblissement du Pentagone également vis-à-vis de la Chine.

    De la même manière, les Britanniques ont également adopté la stratégie made in usa, en courtisant puis en provoquant la Russie afin de frapper indirectement l’Allemagne, identifiée comme leur concurrent continental absolu.

    De son côté, le Kremlin, comme nous le disions, est peut-être tombé en plein dans le piège : attiré par la promesse de quelques concessions et croyant pouvoir peser dans les négociations avec Washington et Londres, il a tenté de se joindre à une offensive qui redessinerait l’équilibre mondial et déstabiliserait l’Europe. Et dans ce schéma, Kiev a été choisie comme une véritable victime sacrificielle, d’une grande valeur symbolique et stratégique.

    En acceptant de participer à ce projet, Poutine a donc délibérément choisi d’abandonner le dialogue et la coopération avec l’Europe au profit d’une entente renouvelée, tacite et plus ou moins cachée avec le Royaume-Uni et les États-Unis de tradition démocratique, dans un dernier effort désespéré pour tenter de maintenir son propre statut de puissance et essayer de tenir à distance le voisin chinois de plus en plus encombrant, dont il risque de devenir depuis quelque temps déjà le junior partner déclassifié.

    Si l’attaque russe contre l’Ukraine est vraiment le résultat d’un accord souterrain mais « objectif » entre Biden et Poutine, ce serait le chef-d’œuvre stratégique anglo-américain contre l’Europe : la guerre en Ukraine pourrait renforcer l’OTAN, détruire le récent axe Paris-Berlin-Moscou mis en place par, entre autres, Macron, mais aussi faire exploser l’entente germano-russe qui se développe depuis l’époque de Brandt avec Schmidt, Kohl, Schroeder et Merkel, ainsi qu’enliser l’Europe également dans la sphère économique.

    L’arrêt de la coopération de l’Europe avec la Russie dans le domaine énergétique – notamment en sabotant définitivement le projet de gazoduc North Stream 2 avec l’Allemagne – porterait en effet principalement préjudice aux nations et aux peuples de l’UE.

    Bref, l’invasion russe en Ukraine peut générer des avantages très marginaux pour les Russes, elle renforce certainement les Américains, les Britanniques et peut-être les Chinois, mais surtout elle met l’Europe en grande difficulté.

    Mais le dernier mot n’a pas été dit.

    Le fier réveil européen

    Partant du principe que l’Europe doit fondamentalement viser la paix et essayer de faire entendre raison à la Russie qui – comme le pensent ses ennemis occidentaux – en est en réalité un partenaire et un interlocuteur nécessaire, la réponse européenne à la crise, pilotée par les Franco-allemands, a sans aucun doute été intéressante et, à certains égards, surprenante.

    Tandis qu’à Bruxelles, comme d’habitude, on discutait démocratiquement et bureaucratiquement des sanctions autodestructrices à infliger à Moscou, la France et l’Allemagne sont passées à l’action, proposant d’abord deux voies différentes de médiation du conflit, puis décidant, après avoir reçu l’intransigeant niet russe, d’envoyer des armes à l’Ukraine de manière indépendante, c’est-à-dire formellement en dehors de l’OTAN, choisissant ainsi de maintenir une centralité autonome dans l’interventionnisme.

    À cela s’ajoute le tournant militariste révolutionnaire de l’Allemagne qui, comme l’a déclaré le chancelier Scholtz, a annoncé l’augmentation imminente des dépenses destinées aux forces armées – en pratique, un véritable réarmement – et il est opportun d’enregistrer avec grande attention également les paroles du général Graziano, président du Comité militaire de l’UE, sur la possibilité concrète de créer une armée européenne :

    « Nous devons prendre conscience de la nouvelle réalité. Aujourd’hui, il y a des ennemis de l’Europe qui font la guerre. Et je crois que la rapidité avec laquelle l’Union réagit est un tournant historique, qui redessine l’ordre géopolitique mondial. Parce que, quelle que soit la fin de l’invasion de l’Ukraine, tout sera différent à partir de maintenant. Il y a une volonté de changement. L’ambition européenne finale, sanctionnée au sommet de Petersberg et jamais annulée, est de disposer d’une force autonome d’au moins 60 000 soldats » .

    Bref, à ce stade, l’UE et l’OTAN sont enfin en concurrence et en désaccord l’une avec l’autre : d’un côté, il y a une Europe belligérante de facto et désormais prête à s’exposer toujours plus militairement, tandis que de l’autre, il y a une Alliance atlantique qui se redécouvre défensive et curieusement attentiste, comme en témoignent les propos du secrétaire Stoltenberg, selon lequel « l’OTAN n’enverra pas de troupes ni ne déplacera d’avions dans l’espace aérien ukrainien » (7).

    Une nouvelle volonté de puissance européenne naîtra-t-elle de la crise ?

    Cette fois, en somme, un autre pas, certes par réaction, pourrait avoir été réellement franchi vers l’émancipation européenne.

    Si l’on poursuit dans cette voie, le processus européen ne s’arrêterait pas face à la crise ukrainienne, mais pourrait au contraire progresser avec une vigueur croissante vers une libération de l’OTAN et de l’asservissement à l’anglosphère.

    Nous voulions faire l’Europe grâce à Poutine, maintenant nous la ferons peut-être à cause de lui, malgré et en dépit de sa stratégie géopolitique désastreuse. Le premier cas aurait été préférable, mais ce n’est certainement pas notre faute si, au moment décisif, le président russe a fait le choix inverse, en trahissant les pactes.

    L’Europe ira tout de même de l’avant, avec ou sans Moscou : si une nouvelle volonté de puissance émerge réellement, ce sera à nous, Européens, de la soutenir et de la diriger.

    Andrea d'Ottavi (Institut Iliade, 6 mars 2022)

    Lien permanent Catégories : Géopolitique, Points de vue 0 commentaire Pin it!
  • L'invasion de l'Ukraine, une faute cardinale ?...

    Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Renaud Girard, cueilli sur le site de Geopragma et consacré à la décision de Vladimir Poutine de faire envahir l'Ukraine par l'armée de la Fédération de Russie. Grand reporter au Figaro, Renaud Girard est membre du comité d'orientation stratégique de Geopragma.

    Poutine_Ukraine.jpg

    Les trois erreurs de jugement de Vladimir Poutine

    Quelle dégringolade stratégique !

    A l’été 2021, Vladimir Poutine était au plus haut de sa cote dans la savane des grands fauves de la géopolitique. Il était à la fois craint et respecté dans le monde. Le président américain s’était déplacé au mois de juin jusqu’à Genève pour s’entretenir avec lui. Avec Joe Biden, Poutine avait reconduit pour cinq ans le traité START de limitation des armements stratégiques. Un cessez-le feu dans la cyber guerre avait également été trouvé entre les Etats-Unis et la Russie. Biden avait même fini par accepter l’ouverture du gazoduc North Stream 2, amenant directement, par la Baltique, le gaz russe à l’Allemagne. En Asie, Poutine avait établi d’excellentes relations avec la Chine, tout en maintenant le lien historique de l’Inde et de la Russie. Il n’avait pas de mauvaises relations avec le Japon et la Corée du Sud. Au Moyen-Orient, Poutine n’avait que des amis, son soutien militaire à la dictature syrienne de septembre 2015 ne lui ayant aliéné ni Israël, ni l’Arabie saoudite, l’ex grand argentier de la rébellion syrienne. En Europe, Poutine avait établi une relation presque amicale avec les leaders français et allemand. Juste avant de se retirer de la politique, la chancelière Merkel lui avait rendu visite à Moscou, le 20 août 2021, afin de lui faire ses adieux. Une visite de courtoisie qu’elle ne fera pas au maître de la Chine.

    En reniant ses promesses et en agressant militairement l’Ukraine à l’aube du jeudi 24 février 2022, Vladimir Poutine a commis un acte quasi-suicidaire. Il s’est, tout seul, déplacé du Capitole vers la Roche Tarpéienne. Son invasion d’un pays voisin, pacifique, historiquement frère, reconnu librement par la Russie depuis 1991, est incompréhensible. C’est un acte géopolitiquement irrationnel. Je ne l’avais pas du tout vu venir, je dois le reconnaître humblement.

    Envahir l’Ukraine : pour gagner quoi ? La condamnation du monde civilisé ? La haine définitive des Ukrainiens ? La démotivation puis l’embourbement de son armée ? La mort de jeunes soldats russes par milliers ? L’isolement de la Russie et sa faillite économique ? L’intégration de l’Ukraine dans l’Union européenne ?

    Annexer la Crimée, sans effusion de sang comme il l’avait fait en mars 2014, était un geste qu’on ne pouvait pas légalement entériner (son prédécesseur au Kremlin ayant garanti l’intégrité territoriale de l’Ukraine par le mémorandum de Budapest de décembre 1994) mais qu’on pouvait comprendre : Poutine voulait éviter que Sébastopol, port militaire de la flotte russe en Mer Noire, tombe aux mains de l’Otan. Faire, en 2014 et 2015, couler le sang russe et ukrainien au Donbass, avait déjà été une erreur stratégique de Poutine. Il n’avait fait que consolider le nationalisme ukrainien – en 2010, une moitié des Ukrainiens avait voté pour un président prorusse ; au premier tour des élections présidentielles de 2019, le candidat prorusse n’obtiendra que 11,7% des voix.

    Mais, en envahissant la totalité de l’Ukraine, Poutine a commis une faute cardinale. Il a d’ores et déjà perdu quatre guerres. La guerre morale, en violant la Charte des Nations Unies. La guerre de la communication en traitant Zelensky de nazi : le président ukrainien, courageux et stratège, est devenu un héros pour le monde entier. La guerre économique, car même les banques chinoises se conformeront à la fermeture de l’accès au dollar et à l’euro, imposée aux banques russes. La guerre diplomatique, en effaçant le sentiment de culpabilité qu’avait Berlin envers Moscou depuis l’opération Barbarossa, ainsi que le désir de neutralité de la Finlande et de la Suède. Pourtant Poutine avait été maintes fois averti, notamment par Emmanuel Macron, qu’il courrait au fiasco en passant l’acte.

    Cinq jours après son agression, Poutine est tombé au plus bas de sa cote internationale. Il n’est plus respecté, ni même craint, comme le montre la décision allemande de livrer des missiles antiaériens portatifs Stinger à la Résistance ukrainienne.

    Cette dégringolade est dû au cumul de trois erreurs de jugement, toutes inspirées par le mépris. Poutine a pensé à tort que les Ukrainiens ne se défendraient pas et que son expédition militaire serait une promenade de santé. Son mépris affichée pour l’UE l’a conduit à sous-estimer la capacité d’union des Européens face au danger. Enfin, sa bunkérisation, loin des élites intellectuelles russes (très opposées à cette guerre), l’a empêché de prendre conseil dans son propre pays.

    Le président français continue à parler à son homologue du Kremlin. Macron a raison car la priorité est d’arrêter le bain de sang entre frères ukrainiens et russes. Poutine a exigé la démilitarisation puis la finlandisation de l’Ukraine, ainsi que la reconnaissance de l’annexion de la Crimée. En utilisant ses blindés, il les a rendues plus improbables que jamais.

    Renaud Girard (Geopragma, 1er mars 2022)

    Lien permanent Catégories : Géopolitique, Points de vue 0 commentaire Pin it!
  • Notre chemin...

    Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Xavier Eman sur la douloureuse affaire ukrainienne.

    Animateur du site Paris Vox, rédacteur en chef de la revue Livr'arbitres et collaborateur de la revue Éléments, Xavier Eman est l'auteur de deux recueils de chroniques intitulés Une fin du monde sans importance (Krisis, 2016 et la Nouvelle Librairie, 2019), d'un polar, Terminus pour le Hussard (Auda Isarn, 2019) et, dernièrement, d'Hécatombe - Pensées éparses pour un monde en miettes (La Nouvelle Librairie, 2021).

     

    Ukraine_USA_Russie.jpg

    Notre chemin

    Il faut se méfier des réponses simples à des problèmes complexes. Ce serait un truisme affligeant que de dire cela si notre époque n’avait pas en détestation la tempérance, la nuance, la gradation, et même la simple analyse. Notre temps n’aime rien davantage que le manichéisme, l’hystérie et les vociférations.  Chacun est sommé de choisir son héros et de combattre à mort (sur les réseaux sociaux ou les plateaux télé, n’exagérons rien…) pour celui-ci, abandonnant au passage toute bribe d’honnêteté et tout semblant de mesure. Un monde d’idolâtres, de « groupies », de « supporters » sans cervelle, aussi pavloviens qu’agressifs.

    Ainsi, il semble qu’il soit impossible d’être favorable à l’autonomie et l’indépendance ukrainienne sans devenir immédiatement un abject « anti-russe » et, plus grave encore, un horrible « anti-Poutine ». Pourtant, n’étant ni Russe ni Ukrainien, mais Français, c’est une position qui n’a rien d’absurde ni d’intenable, à part, bien sûr, pour les fanatiques (à distance) des deux camps qui semblent s’être trouvés de tristes patriotismes de substitution.

    Dans le monde chaotique et hyper-interconnecté dans lequel nous vivons, où des intérêts immenses et contradictoires s’entrecroisent et des lobbys multiples se concurrencent, il faut être bien présomptueux pour prétendre connaître l’issue et les conséquences concrètes des événements et des crises qui secouent le monde. Souvenons-nous, par exemple,  du drame Yougoslave. Faut-il cracher rétrospectivement sur ceux qui avaient choisi le camp Croate ?

    Face aux nouvelles pythies de facebook et d’instagram, aux Nostradamus de la géopolitique et autres grands spécialistes du billard diplomatique à douze bandes, le militant sincère n’a qu’un choix qui paraît à peu près digne: tenter d’être fidèle à des principes immuables et transcendants et servir les seuls intérêts de son pays.

    Ainsi, au nom de l’anti-impérialisme et du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, il convient de défendre le combat des ukrainiens pour vivre dans leur patrie, selon leurs règles, traditions et lois, sans avoir à être les domestiques obligés de leur puissant voisin. Et ce quelques soient les contingences et les circonstances. Est-ce nous qui vivons dans un pays membre fondateur de l’Otan qui allons insulter (ou simplement dénigrer le combat) des nationalistes ukrainiens parce que le leur va peut-être un jour rejoindre cette organisation ? Avons-nous des leçons à leur donner sur la divergence entre le combat mené et les gouvernements qui nous représentent ? Un peu de décence et d’humilité, en ce domaine comme en bien d’autres, ne serait pas superflu…

    Ensuite, au nom des intérêts de la France, il est impérieux de refuser le suivisme Otanesque et la subordination aux Etats-Unis, et il est urgent de rompre avec la criminelle niaiserie de la prétendue  « défense des droits de l’homme » qui n’est que le cache-sexe de la stratégie d’hégémonie américaine.

    Mais, entre deux Empires, nous n’avons pas à choisir notre vassalité.

    C’est avec cette fameuse « troisième voie », qui fait sans doute ricaner les cyniques rebaptisés « réalistes » et « pragmatiques » après un voyage semi-officiel et trois coupes de champagne, qu’il faut renouer, sous peine de disparaître. Car l’époque ne manque pas de gens prêts à se soumettre et à servir le puissant du jour, mais les volontés et les intelligences pour forger notre propre puissance se sont, quant à elles, tragiquement raréfiées.

    Xavier Eman (A moy que chault ! , 23 février 2022)

    Lien permanent Catégories : En Europe, Géopolitique, Points de vue 0 commentaire Pin it!