Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/09/2017

Apologie d'Ernst Jünger...

Les éditions Lemieux viennent de publier un essai de François L'Yvonnet intitulé Apologie d'Ernst Jünger. Professeur de philosophie, François L'Yvonnet a notamment publié un essai polémique intitulé Homo comicus ou l'intégrisme de la rigolade, (Editions Mille et une nuits, 2012) ainsi que L'effet Baudrillard - L'élégance d'une pensée (François Bourin, 2013).

 

L'Yvonnet_Apologie d'Ernst Jünger.jpg

" « Une apologie ­d’Ernst Jünger s’impose. Une apologie – ­c’est le sens grec du mot – est un discours (logos) qui vise à lever (apo) une accusation, en montrant son absence de fondement. Comme dans ­l’Apologie de Socrate de Platon. Extirper les vieilles calomnies anciennement enracinées, colportées par la rumeur et la malveillance. »

Telle est la démarche de François L’Yvonnet qui entreprend ­l’exploration ­d’une personnalité sulfureuse : Ernst Jünger (1895-1998). ­L’auteur d’Orages ­d’acier, Sur les falaises de marbre ou de Journal de guerre est associé au nazisme, et notamment à Martin Heidegger et Carl Schmitt dont il fut proche. Ces trois-là illustreraient le « fond obscur de ­l’esprit allemand, dans sa grandeur, mais aussi dans sa dangerosité » (Habermas).

Si les deux intellectuels cités furent des militants encartés, ce ­n’est pas le cas de Jünger. Certes, rappelle ­l’auteur, Jünger a fréquenté les milieux nationalistes de la « Révolution ­conservatrice », des gens parfois peu recommandables qui, pour certains, joueront un rôle important dans le futur État nazi. Certes, il a pu écrire des lignes regrettables, tenir des propos ambigus. Certes encore servit-il, presque ­jusqu’à la défaite, dans les troupes ­d’occupation allemande, en France, sous ­l’uniforme de la Werhmacht. « Mais est-ce suffisant pour le clouer au pilori des pensées maléfiques ? Jünger est à part. Il faut, nous semble-t-il, le prendre tel ­qu’en lui-même : un auteur inclassable, ­contradictoire et déroutant. » "

22/09/2017

La nostalgie de l'honneur...

Les éditions Grasset viennent de publier un récit de Jean-René van der Plaetsen intitulé La Nostalgie de l'honneur et centré su la figure du combattant de la France Libre Jean Crépin. Jean-René Van der Plaetsen est directeur délégué de la rédaction du Figaro Magazine.

 

Plaetsen_La nostalgie de l'honneur.jpg

" « C’est un fait : notre époque n’a plus le sens de l’honneur. Et c’est pourquoi, ayant perdu le goût de l’audace et du panache, elle est parfois si ennuyeuse. Alors que le cynisme et le scepticisme progressent chaque jour dans les esprits, il m’a semblé nécessaire d’évoquer les hautes figures de quelques hommes que j’ai eu la chance de connaître et de côtoyer. Comme Athos ou Cyrano, c’étaient de très grands seigneurs. Ils avaient sauve l’honneur de notre pays en 1940. Gaulliste de la première heure, mon grand-père maternel était l’un d’entre eux. Sa vie passée a guerroyer, en Afrique, en Europe ou en Extrême-Orient, pleine de fracas et de combats épiques dont on parle encore aujourd’hui, est l’illustration d’une certaine idée de l’honneur. Qu’aurait-il pense de notre époque ? Je ne le sais que trop. C’est vers lui que je me tourne naturellement lorsqu’il m’apparaît que mes contemporains manquent par trop d’idéal. Ce héros d’hier pourrait-il, par son exemple, nous inspirer aujourd’hui ? C’est dans cet espoir, en tout cas, que j’ai eu envie, soudain, de revisiter sa grande vie. » "

 

                        

21/09/2017

La Continental et ses films...

Les éditions Lemieux viennent de publier récemment une enquête historique de Jean-Louis Ivani intitulé Continental Films - L'incroyable Hollywood nazie. Journaliste indépendant, Jean-Louis Ivani est un passionné de cinéma.

 

Ivani_Continental.jpg

" Si le spectateur de 2017 ­connaît les films considérés ­comme des classiques tels que ­L’Assassinat du Père Noël, L’assassin habite au 21, Le Corbeau, Au bonheur des dames ou certains Maigret, il ignore sans doute tout de cette boîte de production française à capitaux allemands. Cette fabrique d’images, créée par Goebbels et ­conduite par l’intrigant Alfred Greven (quasi inconnu et qui le demeurera après-guerre sans être inquiété), a produit une trentaine de films et su recruter la fine fleur du grand écran, côté cinéastes (Clouzot, Le Chanois, Tourneur, Cayatte…) comme côté acteurs (Harry Baur, Fernandel, Raimu, Albert Préjean, Danièle Darrieux…).

Un journaliste ­d’investigation, fou de cinéma, a reconstitué ­l’histoire incroyable de cette maison. D’archives en découvertes, ­d’informations inédites en récits personnels de ceux qui ont imaginé, scénarisé, réalisé et joué pour la Continental, le récit prend une ampleur de roman épique et choral. De ­l’obscurité des salles de la Continental ressortent des visages terribles ou émouvants, graves ou grotesques du cinéma, de la guerre et de la collaboration. "

20/09/2017

Les complices...

Les éditions Grasset viennent de publier, sous le titre Les complices, le troisième tome d'Une histoire mondiale du communisme, ouvrage monumental signé par Thierry Wolton. Journaliste et historien, Thierry Wolton a publié de nombreux ouvrages consacré au communisme comme Le KGB en France (Grasset, 1985) ou Le Grand recrutement (Grasset, 1993).

Wolton_Communisme_les complices.jpg

" Après Les Bourreaux (tome 1, le communisme d’en haut, du côté du pouvoir) et Les Victimes (tome 2, le communisme d’en bas, du côté de la société), Thierry Wolton achève sa monumentale trilogie «  Une histoire mondiale du communisme  » par ce dernier volume  : Les Complices (le communisme dans les têtes).
L’auteur s’attache, dans ce volet de son essai d’investigation historique, à tous ceux qui ont permis au communisme de prospérer avec un tel succès dans l’espace et avec une telle longévité dans le temps.
Les dizaines de PC dans le monde avec leurs millions d’adhérents  ; l’aveuglement idéologique de la quasi-totalité des intellectuels de l’époque  ;   la complaisance de la plupart des responsables politiques occidentaux à l’égard des régimes marxistes-léninistes  ; l’aide apportée par les capitalistes cupides aux économies socialistes  : autant de visages et de formes de complicité.
A l’heure du bilan, maintenant qu’il est établi que l’espoir s’est mué en tragédie, les responsabilités apparaissent multiples et planétaires, ce qui rend ce passé si douloureux et la volonté de l’oublier impérieuse. Regarder ces vérités en face, sans honte mais sans concession, est pourtant une nécessité si l’on veut comprendre notre époque, héritage direct de ce siècle communiste achevé.
Fidèle à sa méthode, Thierry Wolton brosse ici un grand récit ponctué de témoignages, d’anecdotes, d’analyses qui viennent compléter sa réflexion. Il montre aussi combien cette aventure humaine a façonné le visage de notre nouveau siècle, faisant de cette Histoire mondiale du communisme un livre au présent. 
Sa trilogie, saluée par la critique et les meilleurs spécialistes, fait déjà date dans l’historiographie du communisme. "

19/09/2017

C'est le français qu'on assassine !...

Les éditions Blanche viennent de publier un essai de Jean-Paul  Brighelli intitulé C'est le français qu'on assassine et préfacé par Ingrid Riocreux. Normalien et agrégé de lettres, ancien professeur de classes préparatoires, Jean-Paul Brighelli est un polémiste féroce dont on peut lire les chroniques sur le site Bonnet d'âne et auquel doit déjà plusieurs essais comme La fabrique du crétin (Folio, 2006), A bonne école (Folio, 2007), Tableau noir (Hugo et Cie, 2014) ou Voltaire et le Jihad (L'Archipel, 2015).

 

Brighelli_c'est le Français qu'on assassine.jpg

« En s'attaquant à notre langue, c'est à la Nation que l'on s'attaque.

" La France, ton français fout l'camp ! " : baisse dramatique du niveau orthographique, conséquence d'un enseignement à la dérive ; réformes absurdes de l'apprentissage de la langue, " négociations " en classe sur la graphie et " simplification " de la grammaire –; jusqu'à ce qu'il n'en reste rien ; utilisation massive de l'anglais –; et, pire, du globish –; par de hautes instances françaises, y compris des candidats à la présidence de la République...

Tout révèle une inspiration commune : la langue, c'est la Nation, et dans le grand concert mondialisé, les nations ne sont pas bienvenues.

Du coup, les " communautés " s'organisent autour de leurs propres langages, et y sont souvent encouragées par l'institution éducative : l'arabe ou le turc oui, mais le français, de moins en moins. Si la langue française est la base de notre culture, la dégrader peut suffire à suicider une France vieille de douze siècles.

Mais c'est cela aussi, l'objectif : la France doit disparaître, et c'est en attaquant à la base sa langue et sa culture qu'on en finira le plus vite avec elle.
Annihiler la cinquième langue la plus parlée au monde n'était pas une mince affaire. Mais si nous continuons sur notre lancée autodestructrice, à l'horizon 2030, ce sera fait.

Que faire ? C'est par l'apprentissage systématique de la langue –; dans ce qu'elle a de plus beau et de plus emblématique –; que nous pouvons échapper au sort qui nous est promis par le néo-libéralisme : intégrer et assimiler la mosaïque de populations qui se pressent sur notre territoire. C'est par la langue que nous pouvons résoudre les tensions entre " communautés " –; un joli mot inventé pour faire croire qu'il n'y a plus de communauté unique des citoyens français.
C'est par la langue que nous pouvons résister à la déferlante de cette mondialisation qui prétend nous éparpiller façon puzzle. »

18/09/2017

Esquisse biographique de Clément Rosset...

Les éditions Encre marine viennent de publier un livre d'entretiens de Clément Rosset avec Santiago Espinosa.

Philosophe du réel tragique et joyeux, influencé par Nietzsche, Clément Rosset est notamment l'auteur de La philosophie tragique (PUF, 1960), Logique du pire (PUF, 1971), L'Anti-nature (PUF, 1973) , Le réel et son double (Gallimard, 1976), La Force majeure (Éditions de Minuit, 1983), de Principes de sagesse et de folie (Éditions de Minuit, 1991) et de Faits divers (PUF, 2013).

 

Rosset_Esquisses biographiques.jpg

" Dans ce livre, Clément Rosset s’entretient librement avec Santiago Espinosa sur divers sujets.

Dans une première partie, comprenant cinq entretiens, Rosset raconte avec humour les quatre épisodes marquants de sa vie l’ayant conduit à la réflexion philosophique. Il est ainsi question de son enfance, de son amour de la musique et de la littérature, de ses années de normalien et de son entrée à l’Université de Nice. Il y revient sur ses auteurs de prédilection, sur ses rapports avec l’Académie et avec les philosophes dont il a été le contemporain et parfois l’ami (Cioran, Deleuze, Jankélévitch, Descombes).

Dans une seconde partie, deux entretiens visent, au vu d’un certain nombre de contresens ayant été faits par des commentateurs à son égard, à clarifier et à détailler les concepts-clés de sa philosophie : le double et le réel. Il s’agit donc à la fois d’un livre biographique, où Rosset parle de lui-même, et d’un ouvrage de fond, où le lecteur trouvera, tantôt un supplément conceptuel aux livres qu’il aura lus de sa philosophie, tantôt une introduction et une invitation à leur lecture. "