Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/05/2018

Ce qui n'a pas de prix...

Les éditions Stock viennent de publier un essai d'Annie Le Brun intitulé Ce qui n'a pas de prix. Poète et écrivain, influencée par le surréalisme, Annie Le Brun s'est intéressée notamment à Sade, au féminisme, qu'elle a violemment critiqué, à Debord, avec qui elle a correspondu et à Theodore Kaczynski (Unabomber), dont elle a préfacé le manifeste...

 

Le Brun_Ce qui n'a pas de prix.jpeg

" C’est la guerre, une guerre qui se déroule sur tous les fronts et qui s’intensifie depuis qu’elle est désormais menée contre tout ce dont il paraissait impossible d’extraire de la valeur. S’ensuit un nouvel enlaidissement du monde. Car, avant même le rêve ou la passion, le premier ennemi aura été la beauté vive, celle dont chacun a connu les pouvoirs d’éblouissement et qui, pas plus que l’éclair, ne se laisse assujettir.
Y aura considérablement aidé la collusion de la finance et d’un certain art contemporain, à l’origine d’une entreprise de neutralisation visant à installer une domination sans réplique. Et comme, dans le même temps, la marchandisation
de tout recours à une esthétisation généralisée pour camoufler le fonctionnement catastrophique d’un monde allant à sa perte, il est évident que beauté et laideur constituent un enjeu politique.
Jusqu’à quand consentirons-nous à ne pas voir combien la violence de l’argent travaille à liquider notre nuit sensible, pour nous faire oublier l’essentiel, la quête éperdue de ce qui n’a pas de prix ? "

25/05/2018

Maurice G. Dantec : prodiges et outrances ?...

Les éditions Séguier viennent de publier Maurice G. Dantec - Prodiges & outrances, une étude biographique signée par Hubert Artus et consacrée à l'auteur de Babylon babies et de Laboratoire de catastrophe générale. Hubert Artus est journaliste.

 

Artus_Maurice G Dantec.jpg

" Enfant maudit de la « banlieue rouge », Maurice G. Dantec révolutionna le paysage littéraire français avec Les Racines du mal (1995) – ovni flamboyant au croisement du roman social, du techno-thriller et de la science-fiction. Mais la publication du très controversé Théâtre des opérations I (2001) marque le début de la chute pour le « prince du néopolar » : brouilles éditoriales, dérapages politiques, dérive idéologique (de l’extrême-gauche au Bloc identitaire, en passant par l’odyssée punk et la conversion au « catholicisme futuriste »), abus de psychotropes… Son décès, en juin 2016, laisse de nombreux regrets, et quelques doutes : auteur alarmiste ou prophétique? Poète égaré ou écrivain génial ? Cette biographie retrace le parcours d’un paradoxe vivant, porté aux nues puis décrié. À tort ? "

23/05/2018

Google contre WikiLeaks...

Les éditions Ring viennent de publier un témoignage de Julian Assange intitulé Google contre WikiLeaks. Informaticien, Julian Assange est le fondateur de WikiLeaks. Menace d'une extradition aux États-Unis, où il fait l'objet de poursuites judiciaires pour espionnage, complot et conspiration générale, il vit réfugié dans l’ambassade d’Équateur à Londres depuis juin 2012.

Assange_Google contre Wikileaks.jpg

" En juin 2011, Julian Assange reçoit un visiteur inhabituel dans sa petite maison de campagne anglaise en résidence surveillée de Ellingham Hall : le président de Google en personne, Eric Schmidt, venu tout droit de la Silicon Valley. 

Le général assiégé de WikiLeaks, la plus audacieuse entreprise d'édition insurrectionnelle connue à ce jour, et l'empereur d'Internet vont croiser le fer : du Printemps arabe aux bitcoins, et des solutions technologiques aux problèmes politiques, tout les oppose. La collision Assange/Schmidt déferlera sur le rôle, le pouvoir et le contrôle de la Toile, la " colonisation digitale " de Google, ses relations avec le gouvernement américain et ses répercussions sur la vie privée, la surveillance de masse et la liberté d'expression. Enregistré sur magnétophone, Eric Schmidt ignorait que Julian Assange ferait un jour un livre de leur confrontation. 

Google contre WikiLeaks est l'histoire de l'affrontement entre Schmidt et Assange, et tente de répondre à cette lancinante question : qui a réellement rendu visite à Julian Assange ce jour-là ? Fascinant et inquiétant, il contient la transcription intégrale de leur face-à-face et des textes additionnels écrits par Assange pour l'occasion, offrant la meilleure source disponible sur sa vision de l'avenir de l'Internet. "

22/05/2018

Les aventures de Popeline...

Les éditions Reconquista Press viennent de publier un roman d'Adrien Arcand intitulé Popeline. Journaliste et homme politique canadien, proche du fascisme, Adrien Arcand a écrit de nombreux articles et ouvrages engagés, mais aussi ce roman humoristique, écrit dans le français charnu et populaire du Québec des années 30. Une curiosité, donc !...

Arcand_Popeline.jpg

" Adrien Arcand (1899-1967) est sans conteste l’un des plus grands penseurs du Canada contemporain. Si ses idées politiques et religieuses sont bien connues, peu savent qu’il a aussi laissé quelques œuvres littéraires.
"Popeline ou le Cœur en peine", initialement parue en feuilleton dans l’hebdomadaire humoristique "Le Goglu" entre 1929 et 1933, est la principale d’entre elles. Ce roman est d’un grand intérêt historique car il constitue l’un des premiers textes littéraires écrits en joual, le français argotique parlé dans la région de Montréal que des auteurs, Michel Tremblay en tête, tireront de l’ombre quelques décennies plus tard. Adrien Arcand met à profit les savoureuses aventures de sa jeune et jolie héroïne, Popeline Dubois, pour porter un regard sur l’actualité et distiller au fil des épisodes son idéologie politique.
Figurent en complément les tranches disponibles du "Corset du mystère ou Toujours l’amour", publié dans "Le Siffleux" en 1937, qui se voulait une suite à "Popeline".
Une préface de Rémi Tremblay, directeur du "Harfang", et une introduction par Ernest Leblanc ouvrent le livre.
Nous sommes heureux, par cet ouvrage, de donner au public la possibilité de prendre connaissance de ces documents restés inédits depuis leur parution initiale. "

 

21/05/2018

Des Gentlemen à part...

Les éditions Akribéia viennent de publier un essai de Christophe Dolbeau intitulé Des Gentlemen à part - Portraits de quelques mal-pensants du monde anglo-saxon. Historien indépendant, Christophe Dolbeau est notamment l'auteur Les Parias - Fascistes, pseudo-fascistes et mal-pensants (Arctic, 2006), Ce qu'on ne vous a jamais dit sur la guerre d'Espagne (Fol'Fer, 2010) ou encore de Face au bolchévisme - Petit dictionnaire des résistances nationales à l'est de l'Europe 1917-1989 (Akribéia, 2015).

 

Dolbeau_Des gentlemen à part.jpg

" La littérature anglo-saxonne du xxᵉ siècle a compté dans ses rangs quelques indociles ou mal-pensants de talent que le public francophone connaît, hélas, fort peu, quand il ne les ignore pas tout à fait. Ils valent pourtant le détour. Nombre d’entre eux firent des choix philosophiques et politiques que la morale républicaine et démocratique d’aujourd’hui réprouve et stigmatise. Quelques-uns de ces hommes nourrirent même, horresco referens, de scandaleuses sympathies pour le fascisme, ce qui explique vraisemblablement le durable ostracisme dont ils continuent à faire l’objet.

Afin de briser la loi du silence et de contrevenir à cette censure, le présent ouvrage réunit les portraits d’une douzaine de ces rebelles oubliés. Originaires d’Amérique, d’Australie, de Nouvelle-Zélande, d’Afrique du Sud ou des îles Britanniques, ces gentlemen furent à leur façon des anarchistes de droite, un peu à la manière de ceux que nous connaissons et apprécions sur le Vieux Continent. Tous ont plus ou moins mis leur peau au bout de leurs idées et presque tous ont plutôt chèrement payé leurs défis et leurs engagements.

Qu’il s’agisse des Anglais A. K. Chesterton, figuré clé du conservatisme nostalgique de l’Empire, et Anthony Ludovici, singulier nietzschéen qui traduisit l’auteur d’Ainsi parlait Zarathoustra, de l’excentrique Geoffrey Potocki de Montalk, descendant d’une illustre famille polonaise mais de nationalité néo-zélandaise, du Germano-Américain George S. Viereck, poète et écrivain politique qui eut son heure de gloire, l’auteur nous offre une série de « microbiographies » (chacune complétée par une note bibliographique) hautes en couleur, suscitant chez le lecteur une profonde sympathie pour ces personnages hors norme, qui méritaient bien qu’on les sorte de la géhenne et qu’on leur adresse un grand coup de chapeau ! "

19/05/2018

Quand l'économie devient religion...

Les éditions Grasset viennent de publier un essai de Stéphane Foucart intitulé Des Marchés et des Dieux - Comment l'économie devint religion. Journaliste, spécialiste des questions de sciences et d’environnement, Stéphane Foucart est l'auteur de La Fabrique du mensonge. Comment les industriels manipulent la science et nous mettent en danger (Denoël, 2013).

 

Foucart_Des Marchés et des Dieux.jpg

" 2007-2008  : la crise des subprimes plonge le monde dans la stupeur. Personne, ou presque, ne l’a vue venir, et surtout pas les économistes mainstream. L’économie n'était-elle pas censée être une science infaillible ?
Peut-être est-ce tout le contraire. Dans l’Occident post-religieux, le discours économique semble avoir pris la place du sacré. Ce culte a pour principe divin le Marché, incarné par une multitude de Marchés dont l’appétit n’est apaisé que par la croissance. Il a pour valeur cardinale la liberté d’entreprendre, pour idéal l’équilibre et pour credo l’infinitude du monde, condition à la satisfaction des dieux. Il a ses temples, ces grandes bâtisses d’allure gréco-romaine où valsent les indices, reflets des humeurs divines changeantes  . Il a ses rites de consommation ; il a son clergé, la finance, et ses archiprêtres, les grands banquiers centraux, seuls capables d’apaiser la colère des dieux.
Progressivement, depuis le XVIIIe siècle, l’économie a acquis l’autorité dont était investie la religion. Elle ne s’attaque plus à l’astronomie et à la biologie, comme le christianisme avant elle, mais s’en prend à l’écologie et à toutes les sciences qui fixent des limites au Marché. Le nouveau Jupiter, c’est lui.
Une fascinante enquête historico-économique à la recherche des ressorts profonds du système économique qui nous régit. "