Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/05/2018

Contre les Galiléens !...

Les éditions Vrin viennent de rééditer le texte de combat de l'Empereur Julien, dit le Philosophe, intitulé Contre les Galiléens. Empereur de 361 à 363, Julien est resté célèbre, malgré un règne court, pour sa volonté de s'opposer à la domination du christianisme dans l'empire.

On peut lire de belles pages consacrées à l'Empereur Julien dans La Source pérenne (L'Age d'Homme, 2007), de Christopher Gérard.

 

Julien_Contre les Galiléens.jpg

" Élevé dans la religion chrétienne avant de devenir l'adversaire du christianisme, tout à la fois homme d'étude et chef de guerre, philosophe et empereur, Julien dit l'Apostat est un personnage singulier. Honni pendant des siècles comme traître à la vraie foi, il devient peu à peu, à partir du XVIe siècle, une figure exemplaire de la liberté et de la tolérance pour une partie des écrivains européens. Il est l'auteur d'une œuvre variée, où alternent écrits politiques, philosophiques et polémiques, ainsi que d'une importante correspondance. Son œuvre subsiste en quasi-totalité et est facilement accessible, à l'exception du Contre les Galiléens. Cet écrit de combat dans lequel Julien avait rassemblé ses griefs contre la religion chrétienne a en effet disparu, mais il a été partiellement conservé par les citations qu'en ont faites ses adversaires chrétiens dans leur tentative de le réfuter. C'est à partir de ces répliques qu'on tente depuis le XVIIIe siècle de restituer l'ouvrage original. La dernière de ces "restaurations" permet aujourd'hui d'accéder au Contre les Galiléens dans de meilleures conditions et, en comblant une lacune de l'édition, de mettre à la disposition du lecteur ce témoignage historique d'un christianisme contesté. "

11/05/2018

Journal de Dracula...

Les éditions Xénia viennent de publier un roman de Marin Mincu intitulé Journal de Dracula. Roumain, Marin Mincu a enseigné dans les universités de Milan et de Turin et est l'auteur de nombreux romans et ouvrages critiques publiés en Italie et en Roumanie.

 

Mincu_Journal de Dracula.jpg

" Le premier exploit de ce roman est de démolir le cliché du "vampire" auquel le roman mythique de Bram Stoker réduisit le bien réel Vlad III, dit l'Empaleur. Mincu rétablit un portrait du prince de Valachie tel qu'il fut, et tel qu'il aurait pu s'imaginer : le guerrier hors pair, l'unique terreur de Mehmed II le Conquérant, l'érudit, l'ami et l'égal de l'élite néoplatonicienne. Mais aussi un surhomme à l'ego démesuré, victime et bourreau, forgeant sa propre légende du fond de la geôle de Visegrád où il croupit par la traîtrise de ses royaux "amis". A une époque où la cruauté était la règle, la cabale orchestrée contre lui est un comble d'hypocrisie. Sa réaction sera de combattre le feu par le feu. "Je vais tous les aider dans cette campagne orchestrée contre moi. J'inventerai des histoires truffées d'exactions abominables et j'alimenterai copieusement le fardeau de mensonges dont on m'accable. je serai moi-même l'inventeur des faits les plus monstrueux que la rumeur m'attribuera". Encerclé par des centaines de rats, plongé dans une perpétuelle obscurité, Vlad peu à peu perd la notion du temps et jusqu'à la conscience précise de sons propre corps. Sa confession apparaît comme un poignant entrelacement du rêve et du vécu, où l'écriture finit par s'imposer comme plus énergique et plus vraie que la réalité même. Trouvaille originale, Mincu nous dépeint un Dracula déjà conscient de sa propre légende noire et tient le lecteur en haleine d'un bout à l'autre du roman. "

10/05/2018

Penser la guerre économique...

Les éditions VA Press viennent de publier un ouvrage d'Olivier de Maison Rouge intitulé Penser la guerre économique - Bréviaire stratégique. Avocat, Olivier de Maison Rouge est spécialiste des questions juridiques liées à l'intelligence économique et au secret des affaires.

 

De Maison Rouge_Penser la guerre économique.jpg

" Ouvrage précis et tout à la fois concis de stratégies de guerre économique, il a été élaboré selon un chapitrage pertinent déclinant des thématiques et idées forces constituant un ensemble cohérent de lecture des enjeux géostratégiques contemporains.

Ce faisant, à la manière de Sun Tzu, auteur de l’Art de la guerre, mais également en hommage à Hervé Coutau-Bégarie, il réunit un condensé de pensées, extraits et maximes constituant autant de leçons stratégiques, tant économiques que juridiques ou militaires, précédé d'une introduction faisant un état des lieux et une mise en perspectives des affrontements commerciaux et opérations d’influence.

Les citations d’auteurs destinées à dessiner ce bréviaire d’intelligence économique et stratégique sont issues de lectures éclectiques, tout à la fois littéraires, doctrinales, universitaires, engagées, religieuses, … formant un enseignement affûté.

A l'usage de toute personne intéressée de détenir les clés de compréhension de la compétition économique globale et les jeux de puissances géo économiques. Les citations reprises donnent en quelques mots ou phrases, une compréhension simple mais tout à la fois pertinente des mécanismes de lutte économiques à travers des permanences, notamment historiques et humaines. "

09/05/2018

L'or, l'empire et le sang...

Les éditions du Seuil viennent de publier un livre de Martin Bossenbroek intitulé L'or, l'empire et le sang - La guerre anglo-boer (1899-1902). Historien, spécialiste de l'histoire coloniale, l'auteur est directeur de la Bibliothèque Royale de La Haye.

 

Bossenbroek_L'or, l'empire et le sang.jpg

" Déclenchée dans un contexte de ruée vers l'or et le diamant, la guerre anglo-boer est singulière à bien des égards. Aux origines de l'Apartheid, elle oppose le puissant Empire britannique aux deux petites républiques boers. Ce conflit asymétrique, largement médiatisé, évolue très vite en guérilla. Camps de concentration, déplacements de population, terreur contre les civils, usage du gaz, famine : aucun moyen n'est épargné pour soumettre les descendants des premiers colons néerlandais d'Afrique du Sud.

Dans ce livre couronné de prix, Martin Bossenbroek donne toute son ampleur à ce conflit inaugural des tragédies du XXe siècle et restitue, avec un réel talent littéraire, les espoirs et le désespoir de tous ceux qui ont pris part au conflit, combattants ou simples civils – voire les deux à la fois. Il met ses pas dans ceux de trois acteurs du conflit – le diplomate et juriste Hollandais William Leyds, au service de la république blanche du Transvaal, un correspondant de guerre britannique quelque peu remuant qui n'est autre que Winston Churchill et le jeune soldat boer Deneys Reitz – et suit au plus près leur destin pour livrer un récit aux allures d'épopée."

08/05/2018

Hollywood, arme de propagande massive...

 Les éditions Robert Laffont viennent de publier un essai de Pierre Conesa intitulé Hollywar - Hollywood, arme de propagande massive. Agrégé d'histoire et énarque, Pierre Conesa a fait partie dans les années 90 de la Délégation aux affaires stratégiques du Ministère de la défense. Il est l'auteur de plusieurs essais, dont Les Mécaniques du chaos : bushisme, prolifération et terrorisme (L'Aube, 2007), La fabrication de l'ennemi (Robert Laffont, 2012) ou Dr. Saoud et Mr. Djihad - La diplomatie religieuse de l'Arabie saoudite (Robert Laffont, 2016) ainsi que d'un excellent polar géopolitique, intitulé Dommages collatéraux (Flammarion, 2002).

Sur le même thème, on pourra également consulter un ouvrage de Jean-Michel ValantinHollywood, le Pentagone et le monde (Autrement, 2010) et aussi L’Envahisseur américain - Hollywood contre Billancourt (Favre, 1999) de Philippe d'Hugues.

 

pierre conesa,hollywood,cinéma,propagande

 

" Le Noir, le Rouge, le Jaune, le communiste, le barbu... : quand Hollywood fabrique des ennemis, ce n'est pas que du cinéma.

Hollywood est une usine à rêves mais aussi une formidable machine à créer des méchants. À chaque époque sa cible. D'abord incarné par le Noir, représenté comme un illettré, un paresseux obsédé par la femme blanche, l'ennemi a ensuite pris les traits de l'Indien, sauvage et agressif, puis du Chinois cruel, du basané - bandit mexicain, gras et transpirant, ou trafiquant colombien -, du nazi ou du communiste... Plus récemment, lors de la deuxième guerre du Golfe, c'est le " Frenchie " qui a cristallisé la rancœur des États-Unis, avant qu'il soit remplacé par l'Arabo-Irano-terroristo-musulman.
Pour mener l'enquête, l'auteur a passé au crible plus de trois mille films, le plus souvent des objets cinématographiques de consommation courante, ceux qui forgent l'opinion publique bien plus que les chefs-d’œuvre. De manière implacable, il démontre comment Hollywood, en jouant de la confusion entre fiction et réalité, cinéma et géopolitique, est devenu une arme de propagande massive, capable de transformer les ennemis des États-Unis en menaces planétaires. "

07/05/2018

L'âge d'or du maurrassisme...

Les éditions Pierre-Guillaume de Roux viennent de rééditer un essai de Jacques Paugam intitulé L'âge d'or du maurrassisme, avec une préface de Michel de Jaeghere. Docteur en droit, Jacques Paugam a été pendant de nombreuses années journaliste à la radio et à la télévision. 

 

Paugam_Age d'or du maurassisme.jpg

" L'on aurait dû en 2018 commémorer le cent-cinquantième anniversaire de la naissance de Charles Maurras (1868-1952). Mais l'inscription de son nom au Livre des commémorations nationales a provoqué de telles réactions d hostilité que le ministère de la Culture l'en a finalement retiré. Une décision qui a, à son tour, soulevé l'indignation. Ainsi Maurras continue-t-il d être mis à l'index et de déchaîner les passions. Déjà en 1971, lorsque Jacques Paugam a publié sa brillante étude consacrée aux débuts du maurrassisme cet Âge d or qu'il situe entre 1899, date de la création de la revue de l'Action française, et 1908, année où fut lancé le quotidien , il s'agissait de mettre en lumière les complexités d'une pensée qui a nourri des hommes aussi différents que Bernanos, Montherlant, de Gaulle... Partant des textes et s'y tenant toujours, l'auteur s'attache à montrer comment, en neuf ans, l'Action française va élaborer sa doctrine, établir ses choix et construire une véritable philosophie de l'État qui, dans beaucoup de ses aspects, rend un son très actuel. L'on voit alors combien il est pernicieux de réduire le maurrassisme à ses facettes indéfendables comme l'antisémitisme et de ne retenir qu'elles. Mais comment ne pas les dissimuler sans étouffer ce que cette pensée compte par ailleurs de richesses ? Maurras est-il un mal-compris ? Ses conceptions de l'État, de la Nation, ont-elles été déformées par les luttes partisanes et les passions politiques ? Ces questions demeurent
d'actualité. Rééditer l'ouvrage de Jacques Paugam, magistralement préfacé par Michel De Jaeghere, revêt donc un sens profond. Dépassant les controverses, il contribue à réintroduire Maurras dans le passé et le présent de la France. Et à faire entendre l'apport spécifique de l'Action française à l'histoire des idées au-delà des vaines et stériles polémiques. "