Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

macron - Page 9

  • Un président des ultra-riches ?...

    Les éditions Zones viennent de publier un essai de Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot intitulé Le président des ultra-riches. Sociologues, les deux auteurs travaillent sur la grande bourgeoisie et les élites sociales et ont notamment publié Les Ghettos du Gotha (Seuil, 2009).

     

    Pinçon-Charlot_Le président des ultra-riches.jpg

    "« Macron, c’est moi en mieux », confiait Nicolas Sarkozy en juin 2017. En pire, rectifient Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot. Huit ans après Le Président des riches, les sociologues de la grande bourgeoisie poursuivent leur travail d’enquête sur la dérive oligarchique du pouvoir en France.
    Au-delà du mépris social évident dont témoignent les petites phrases du président sur « ceux qui ne sont rien », les auteurs documentent la réalité d’un projet politique profondément inégalitaire. Loin d’avoir été un candidat hors système, Emmanuel Macron est un enfant du sérail, adoubé par les puissants, financé par de généreux donateurs, conseillé par des économistes libéraux. Depuis son arrivée au palais, ce président mal élu a multiplié les cadeaux aux plus riches : suppression de l’ISF, flat tax sur les revenus du capital, suppression de l’exit tax, pérennisation du crédit d’impôt pour les entreprises… Autant de mesures en faveur des privilégiés qui coûtent un « pognon de dingue » alors même que les classes populaires paient la facture sur fond de privatisation plus ou moins rampante des services publics et de faux-semblant en matière de politique écologique.
    Mettant en série les faits, arpentant les lieux du pouvoir, brossant le portrait de l’entourage, ce livre fait la chronique édifiante d’une guerre de classe menée depuis le cœur de ce qui s’apparente de plus en plus à une monarchie présidentielle."

    Lien permanent Catégories : Livres 0 commentaire Pin it!
  • Michel Drac et les Gilets jaunes... (2)

    Michel Drac poursuit son analyse à chaud de la révolte des Gilets jaunes, qu'il avait débutée à la mi-décembre dans une première vidéo, et s'intéresse aux derniers épisodes de la crise...

    Penseur non-conformiste, Michel Drac est l'auteur de plusieurs essais, dont  Triangulation - Repères pour des temps incertains (Le Retour aux Sources, 2015) ou, dernièrement, Voir Macron - 8 scénarios pour un quinquennat (Le Retour aux Sources, 2018).  Il est également le fondateur des éditions le Retour aux Sources, qui publient notamment Piero San Giorgio , Dmitry Orlov ou Howard Kunstler.

     

                                

    Lien permanent Catégories : Décryptage, Multimédia, Points de vue 0 commentaire Pin it!
  • Qu'y a-t-il dans la tête des Gilets jaunes ?

    Vous pouvez découvrir ci-dessous un entretien avec François-Bernard Huyghe et Damien Liccia, cueilli sur Figaro Vox et consacré à la révolte des Gilets jaunes. Avec Xavier Desmaison, François-Bernard Huyghe et Damien Liccia viennent de publier un essai intitulé Dans la tête des Gilets jaunes (VA Press, 2019).

     

    Gilets jaunes 9.jpg

    Qu'y a-t-il dans la tête des «gilets jaunes» ?

    FIGAROVOX.- Vous consacrez un ouvrage à ce qu'il y a «dans la tête des Gilets jaunes». Justement, qu'est-ce que les observateurs n'ont pas vu et qu'il fallait voir concernant la colère des Gilets jaunes?

    François-Bernard HUYGHE.- Dans la tête et sans doute dans le cœur des Gilets jaunes, il y a, bien sûr, des intérêts matériels, liés aux impôts, aux fins de mois, à l'absence de perspectives de la France dite périphérique, etc. ; chez certains, cela s'accompagne d'un ressentiment envers les riches ou la France d'en haut, parfois un peu simpliste. Mais il y a aussi une composante de fierté bafouée: le refus de demeurer invisibles et méprisés, l'exaspération devant l'arrogance, la colère d'être traités de ploucs fachos et violents... Et ce sentiment de l'honneur offensé nourrit une forme de compétition symbolique: nous tiendrons, nous ne céderons pas, nous reviendrons samedi prochain... Au stade suivant, la passion de la dignité et de l'égalité devient demande de démocratie directe, de contrôle populaire et de révocation des mauvais dirigeants. Cela réveille des problèmes philosophico-politiques que l'on discutait dans l'Athènes d'il y a vingt-cinq siècles. Comment avoir la démocratie sans tomber dans l'oligarchie (pouvoir de quelques-uns) ou dans l'ochlocratie (pouvoir de la foule incontrôlée)?

    Vous traitez de la question du langage chez les Gilets jaunes. Qu'est-ce que celui-ci a de particulier chez eux?

    François-Bernard HUYGHE.- Ce sont des mots politiques simples: pouvoir, peuple, démocratie, gouvernement. Et les Gilets jaunes parlent beaucoup d'eux-mêmes. Cela commence souvent par des confessions émouvantes que vous font des gens dans les manifestations, avides qu'ils sont de fraterniser, et cela mène vite à des thèmes collectifs récurrents. Ainsi: «nous sommes le peuple», avec tout ce que cela implique (nous avons bien le droit de manifester où nous voulons, d'être entendus...).

    Et surtout «nous ne sommes pas...»: nous ne sommes pas des chemises brunes, nous ne sommes pas des casseurs, nous ne sommes pas des destructeurs de la Nature, nous ne sommes pas des beaufs abrutis homophobes qui sentent le fuel et la cigarette. Bref, nous ne sommes pas ce dont les élites - y compris médiatiques - nous accusent. Nous voulons un État au service du Bien commun. Nous sommes les patrons. Sans oublier le thème principal: «démission».

    Quelle est l'importance de la foule dans le mouvement des Gilets jaunes?

    Damien LICCIA.- Dans ses vœux, Emmanuel Macron s'était livré à une dénonciation des «porte-voix d'une foule haineuse». Parler de foule pour qualifier un mouvement politico-social, cela revient à la délégitimer et à le criminaliser. La foule ne pense pas, elle renvoie dans l'imaginaire collectif à la folie et à l'irrationalité. La place accordée à la violence est symptomatique d'une difficulté à penser par-delà les figures imposées du schéma libéral. Gustave le Bon insistait sur le fait que les foules sont conduites «presque exclusivement par l'inconscient». Or, le choix des cibles (banques, magasins de luxe, Starbucks, forces de l'ordre et même un ministère notamment pour les black blocs, et les péages, radars, médias et les préfectures pour une partie des gilets jaunes) s'inscrit tout de même dans une grille de lecture, que d'aucuns ont le droit de condamner, mais qui résonne avec un discours politique. Si casseurs il y a eu, il s'agit davantage d'opportunistes, et, plus précisément, de pilleurs. S'il l'ont s'extrait d'une rhétorique articulée autour d'une synecdoque restrictive («les casseurs symbolisent ce que sont les gilets jaunes»), il est impropre d'utiliser le terme de foule. Terme qui est symptomatique également de la réponse répressive utilisée, et il suffit pour se faire une idée de la chose de parcourir le Twitter du journaliste David Dufresne qui recense les différentes victimes parmi les manifestants.

    Alors certes, il n'y a pas une conscience de classe au sein des gilets jaunes, et l'absence d' «intellectuels organiques» (ce que ne sont pas les administrateurs de page Facebook, dont l'approche participative sur l'ensemble des décisions stratégiques à prendre, tranche avec le côté surplombant inhérent à la figure du stratège ou du technicien politique), engagés en amont de ce mouvement ou qui auraient pu émerger pendant la crise, n'a pas permis d'exprimer une vision du monde et une stratégie communes. Mais il faut être borgne, ou aveugle, pour obérer le fait que les Gilets jaunes pensent le politique. On dit souvent aujourd'hui que les réseaux sociaux sont propices aux discours de haine et à un discours ultrapolarisé aux frontières du complotisme. Les gilets jaunes n'ont pas échappé à cette configuration dans leur dénonciation frontale des «gens d'en haut» et dans leur désignation de l'ennemi. Or, loin d'être réductible à une polarisation entre le vrai et le faux, cette approche, de Carl Schmitt à Chantal Mouffe, est l'essence même du politique, et infirme tous les discours venant à les réduire au rang de «foule haineuse».

    Si vous pouviez résumer, comment les Gilets jaunes perçoivent et désignent les classes dominantes, politiques et médiatiques?

    François-Bernard HUYGHE.- Peu de Gilets jaunes ont lu Gramsci, sans doute, mais beaucoup pensent en termes d'hégémonie idéologique, de front unique ou de guerre de positions comme cet intellectuel marxiste des années 20, mais sans employer ses mots, bien sûr. Ils pensent qu'il y a le Système qui repose sur des intérêts financiers mondiaux, qui fait fi des souverainetés nationales et populaires, et qu'il est appuyé sur une classe politique technocratique, d'accord sur l'essentiel et sourde aux voix d'en bas. Ils dénoncent aussi le pouvoir culturel des «bobos» déracinés qui - pour parodier Rousseau- aiment les Tartares LGBT pour être dispensés d'aimer leur voisin. Et bien sûr, ils sont contre les médias, vendus à quelques milliardaires, qui occultent les violences policières et dénigrent les manifestants... Bref c'est un discours «de classe» que l'on aurait considéré comme intellectuel et gauchiste il y a quarante ans, mais qui est aujourd'hui assimilé à un affreux populisme aux relents lepénistes.

    En quoi les Gilets jaunes ont-ils été un «moment de surprise» pour reprendre le titre de votre prélude?

    Damien LICCIA.- Six mois avant le début des gilets jaunes, Emmanuel Macron venait de pulvériser les syndicats, après 3 mois de grève au sein de la SNCF. Ni les syndicats (et, dans les transports, à l'image de CGT-cheminots et de Sud-rail, ils sont particulièrement puissants), ni les acteurs politiques (de La France Insoumise aux trotskistes) n'étaient parvenus à enrayer la geste macronienne. Or, qui fait basculer la France en novembre, même si cette vision causale est nécessairement simpliste, Priscillia Ludosky et sa pétition «pour une baisse des prix à la pompe», Jacline Mouraud et sa vidéo vue des millions de fois sur Facebook (même si au même moment existaient d'autres vidéos tout aussi influentes, à l'image de celle d'un éleveur de volailles de l'Ain interpellant le président), des personnes (dont une partie issue de la «France périphérique» chère à Guilluy, mais pas seulement) qui font la chenille autour des ronds-points et des automobilistes qui mettent des gilets jaunes sur le tableau de bord. C'est le premier phénomène de sidération. Le deuxième s'explique par une mauvaise prise en compte de l'opinion publique, ou a minima de celle qui s'exprime sur les réseaux sociaux. La thématique du carburant a leurré l'exécutif, puisque ce dernier pendant plusieurs jours à l'issue de l' «acte I» a continué à communiquer, de manière quasi exclusive sur ce sujet, entre fermeté et reculade. La reculade intervient le 4 décembre avec Édouard Philippe qui annonce un moratoire sur la hausse de la taxe sur le carburant. Le lendemain, l'Élysée annonce l'annulation de la taxe.

    Or, le sujet de l'essence avait depuis plusieurs jours baissé en intensité, supplanté progressivement par la question institutionnelle, celle du pouvoir d'achat et par la problématique de la violence. Alors même que la question de l'essence a disparu comme une étincelle dans l'incendie qu'elle a déclenché, l'exécutif continue à appréhender le mouvement des gilets jaunes à l'aune d'une simple question de prix, alors qu'il s'agit déjà d'un proto conflit. Ce hiatus entre communication gouvernementale et opinion a été lourd de conséquences.

    Quelle importance pour les fake news dans ce genre de mouvement?

    François-Bernard HUYGHE.- En 1789, la foule croyait des rumeurs invraisemblables sur la sexualité de Marie-Antoinette ou sur des bandes armées. Sur les comptes Facebook en 2019, il circule - on ne va pas le nier - des choses invraisemblables: des gendarmes étrangers, des morts que l'on cacherait ou des attentats «bizarres». Ce n'est pas beau, mais, à la décharge des Gilets jaunes, le système de citation sur les réseaux sociaux, aggravé par le sensationnalisme médiatique, met vite en lumière les plus extrémistes et les plus délirants. En revanche je suis frappé par la façon dont des ministres répandent des légendes (sur des factieux bruns qui remonteraient les Champs-Élysées pour tuer, sur des complots russes ou italiens derrière les réseaux sociaux Gilets jaunes..), par la manière dont des experts voient des symboles d'extrême droite là où il y a un drapeau régional ou celui de l'Organisation Révolutionnaire Anarchiste, par des fautes des médias: propos de F. Ruffin déformés ou par la séquence d'une dame qui parlait des «1% d'extraterrestres super-riches» transformée en maniaque des OVNI par une coupure des derniers mots. Si les dirigeants et leurs partisans veulent faire campagne sur le thème «progressistes, parti du vrai et du nécessaire, versus populistes complotistes abreuvés de fake news», ils feraient mieux d'éviter ces délires idéologiques. Sans offenser Mme Schiappa qui se compare à Galilée qu'elle croit découvreur de la rotondité de la Terre.

    Damien LICCIA.- Les fake news ne sont en effet pas à sens unique. La France a basculé, comme avant elle le Royaume-Uni, les États-Unis ou encore l'Espagne dans une vision du monde et dans une manière de traiter les mouvements polico-sociaux, des brexiters, à l'alt right, en passant par les indépendantistes catalans pour arriver jusqu'aux gilets jaunes, qui n'excluent pas le recours à une forme de narratif que nous pouvons qualifier de méta-complotisme. Alors certes, ce narratif a été d'une intensité plus faible par rapport à l'ampleur qu'il a prise au Royaume-Uni, dans la phase post-Brexit, ou aux USA, avec la question de l'ingérence russe qui est devenue une antienne entêtante, mais reste que le 8 décembre les services de renseignement français ont ouvert une enquête sur une possible ingérence étrangère qui aurait cherché à amplifier la crise politique française. Fin décembre, le secrétaire d'État chargé du Numérique, Mounir Mahjoubi, a également repris ce narratif, sur des ingérences de «forces étrangères».

    S'il ne faut pas balayer cela d'un revers de main, il y a là une similarité discursive avec la dénonciation des «forces obscures d'en haut» par une frange des gilets jaunes.

    Vous insistez sur la réaction au mépris suscité par Emmanuel Macron dans la colère des Gilets jaunes. Pensez-vous qu'il en aurait été autrement sans ces «petites phrases» prononcées par le chef de l'État?

    François-Bernard HUYGHE.- Les manifestants le ressassent constamment. L'effet est totalement ravageur, parce que chacun se sent personnellement offensé par un homme à qui tout a réussi sans avoir vraiment à se battre et qu'ils présument à des années-lumières de la réalité qu'ils vivent. En inventant une communication jupitérienne et implicative (les yeux dans les yeux), Emmanuel Macron a inventé aussi un art de l'insulte et de l'humiliation inédit. On espère que c'est inconsciemment.

    François-Bernard Huyghe et Damien Liccia, propos recueillis par Etienne Campion (Figaro Vox, 25 janvier 2018)

    Lien permanent Catégories : Entretiens 0 commentaire Pin it!
  • Pourquoi le gouvernement ne comprend pas la révolte des gilets jaunes…

    Nous reproduisons ci-dessous entretien avec Alain de Benoist, cueilli sur Boulevard Voltaire, dans lequel il évoque la poursuite du mouvement des Gilets jaunes... Philosophe et essayiste, directeur des revues Nouvelle École et Krisis, Alain de Benoist a récemment publié Le moment populiste (Pierre-Guillaume de Roux, 2017), Ce que penser veut dire (Rocher, 2017) et L'écriture runique et les origines de l'écriture (Yoran, 2017). Il publie cette semaine un essai intitulé Contre le libéralisme (Rocher, 2019).

    Alain de Benoist 2.jpg

     

    Alain de Benoist : pourquoi le gouvernement ne comprend pas la révolte des gilets jaunes…

    Pensez-vous qu’on puisse déjà faire un bilan de l’action des gilets jaunes ?

    Le meilleur bilan qu’on puisse en faire est de constater qu’il est encore trop tôt pour en faire un, puisque le mouvement continue et semble même trouver un second souffle. Depuis bientôt trois mois, malgré le gel et le froid, malgré la trêve des confiseurs, malgré les morts et les blessés, malgré les dégâts causés par les brutalités policières (mâchoires arrachées, mains déchiquetées, pieds broyés, yeux crevés, hémorragies cérébrales), malgré les critiques qui ont successivement tenté de les présenter comme des beaufs alcooliques, des nazis (la « peste brune ») et des casseurs, coupables en outre d’avoir ruiné le commerce, dissuadé les touristes de venir en France et même, ô scandale, d’avoir saboté l’ouverture des soldes, malgré tout cela, les gilets jaunes sont toujours là. Ils tiennent bon, ils ne cèdent pas et une majorité de Français continue d’approuver leur action. C’est bien la confirmation que ce mouvement ne ressemble à aucun autre.

    Il y a un autre point sur lequel il faut insister. Les gilets jaunes, auparavant, ne se connaissaient pas. Plongés dans l’anonymat de masse, même quand ils étaient voisins, ils restaient souvent étrangers les uns aux autres. Depuis des semaines, autour des ronds-points, ils se sont mutuellement découverts. Ils ont parlé ensemble, ils ont confronté leurs expériences et leurs espoirs, partagé la même colère et vibré aux même émotions, partagé aussi les mêmes repas, vécu les mêmes journées et parfois les mêmes nuits, bénéficié du même élan de solidarité et de don. Le mouvement des gilets jaunes a, ainsi, fonctionné comme une formidable machine à recréer de la socialité dans une époque où le lien social s’est partout effrité. Il en restera nécessairement quelque chose. Les gilets jaunes savent, désormais, qu’ils ne sont plus seuls à être « invisibles ». Ils ont redécouvert l’importance du commun.

    Mais l’avenir du mouvement ? Peut-on imaginer un vaste front populiste, dont les gilets jaunes pourraient être le creuset ?

    C’est très prématuré, même si certains y pensent. Dans l’immédiat, les gilets jaunes doivent résister à toutes les tentatives de division et de récupération. Ils ne doivent surtout pas présenter de listes aux européennes, ce qui ne manquerait pas d’affaiblir l’opposition. Ils doivent rester insaisissables, nuire le moins possible aux petits commerçants, écarter fermement les casseurs extérieurs au mouvement et, peut-être aussi, concentrer leurs revendications sur les thèmes qui peuvent le mieux fédérer la colère en exigeant, par exemple l’instauration du référendum d’initiative populaire.

    Et le « grand débat national » ?

    Guy Debord disait que, si les élections pouvaient changer quelque chose, il y a longtemps qu’elles seraient interdites. On peut en dire autant du « grand débat » lancé par Emmanuel Macron : s’il était vraiment susceptible de satisfaire les demandes des gilets jaunes, il n’aurait tout simplement pas lieu. Quand les parlementaires veulent enterrer un dossier, ils créent une commission. Pour gagner du temps, Macron propose – c’est à la mode – de « libérer la parole ». Le « grand débat », c’est le divan du docteur Freud : « Allongez-vous et racontez-moi vos misères, après, vous vous sentirez mieux. » Discuter plutôt que décider a toujours été la méthode favorite de la classe bourgeoise. Dans le pire des cas, le « grand débat » finira en eau de boudin. Au mieux, la montagne accouchera d’une souris. On fera des concessions ici ou là (taxe carbone, limitation de vitesse à 80 km/h, etc.) mais on ne touchera pas aux questions qui fâchent. C’est-à-dire à celles qui impliquent un véritable changement de société.

    Ceux qui sont, aujourd’hui, au pouvoir sont incapables de faire face aux demandes des gilets jaunes parce que le monde d’en bas leur est mentalement, culturellement, physiologiquement étranger. Ils s’imaginent qu’ils se trouvent devant des revendications de type classique (des « gens pas contents ») auxquelles on peut répondre par des effets d’annonce et des stratégies de communication appropriées. Ils ne voient pas qu’ils sont, en réalité, confrontés à une révolte proprement existentielle, de la part de gens qui, après avoir perdu leur vie à tenter de la gagner, ont découvert que ce qu’ils gagnent ne leur permet plus de vivre et n’ont donc plus rien à perdre. Au plus fort des manifestations, au moment où un hélicoptère survolait l’Élysée pour exfiltrer Macron en cas de besoin, ils ont pourtant eu peur. Physiquement peur – et cela, aussi, on ne l’avait pas vu depuis longtemps. Aujourd’hui qu’ils ont retrouvé leur mépris de classe, même quand ils s’essayent à l’empathie, ils ne pardonneront jamais à ceux qui leur ont fait peur.

    Les « Gaulois réfractaires » sont les dignes successeurs de ces « Gueux » (Geuzen) qui, dans les Flandres et les Pays-Bas du XVIe siècle, s’étant fait d’un nom péjoratif un titre de gloire, portèrent contre l’autorité du roi Philippe II d’Espagne un mécontentement populaire qui reçut l’appui de Guillaume d’Orange. La guérilla qu’ils menèrent pendant des années, à partir de 1566, finit par aboutir à la totale libération des Provinces-Unies. Un beau chant néerlandais célébrant leur souvenir s’intitule « Vive le Gueux ! » Il mériterait d’être repris aujourd’hui.

    Alain de Benoist, propos recueillis par Nicolas Gauthier (Boulevard Voltaire, 20 janvier 2019)

    Lien permanent Catégories : Entretiens 0 commentaire Pin it!
  • Les snipers de la semaine... (176)

    Lee marvin.jpg

    Au sommaire :

    -sur Vu du droit, Mathieu Morel rafale Macron,"pitre arrogant, mégalomane, narcissique et infantile"...

    Emmanuel Macron en mode Charles VI le roi fou ?

    Macron_roi.jpg

     

    - sur Lundi matin, Alain Brossat dézingue le mépris de classe du Monde pour le mouvement des Gilets jaunes...

    De la violence médiatique

    le-monde-logo.jpg

    Lien permanent Catégories : Snipers 0 commentaire Pin it!
  • Violences policières : la revanche des faibles...

    Nous reproduisons ci-dessous un point de vue d'Eric Werner, cueilli sur Antipresse et consacré à la question des violences policières face au mouvement des Gilets jaunes.

    Auteur de plusieurs essais essentiels comme L'avant-guerre civile (L'Age d'Homme, 1998 puis Xénia, 2015) ou De l'extermination (Thaël, 1993 puis Xénia, 2013) Eric Werner vient de publier dernièrement Un air de guerre (Xénia, 2017).

     

    Violences policières.jpg

    Violences policières : la revanche des faibles

    De plus en plus on se rend compte que les gouvernants européens ont tendance à traiter leurs propres populations comme autrefois les anciennes métropoles coloniales, à ce qui se dit aujourd’hui, traitaient les peuples colonisés. Ce retournement endocolonial vient de trouver son illustration dans les récents débordements policiers en France, qui ont surpris tout le monde par leur ampleur. Mais peut-être ne faut-il y voir qu’une élucubration complotiste.

    On dit volontiers que l’État est le détenteur de la violence physique légitime. Mais on s’accorde en même temps à dire que lorsque l’État en vient à recourir à la violence, ce n’est jamais très bon signe : très bon signe pour lui. Car il montre ainsi qu’il n’arrive pas autrement à se faire obéir. En d’autres termes, qu’il est très faible.

    Qui plus est, le recours à la violence contribue à l’affaiblir davantage encore. Hannah Arendt a écrit de très belles pages à ce sujet (1). Le recours à la violence est peut-être payant à court terme, mais si l’on prend en compte ses effets à moyen ou long terme, l’État a plutôt intérêt à s’en abstenir.

    C’est à tout cela que l’on pense en voyant le déchaînement actuel de la violence policière en France. Il n’en est bien sûr que très peu question dans les chaînes d’information officielles. Pour s’en faire une idée un peu précise, il faut aller sur l’internet (2), et en particulier consulter certains sites spécialisés (ceux-là mêmes sur lesquels les chaînes en question ne cessent, en permanence, de déverser leur venin, au motif qu’ils diffuseraient de « fausses nouvelles » : belle actualisation, n’est-ce pas, de la parabole de la paille et de la poutre).

    D’abord quelques chiffres. On apprend ainsi qu’entre le 17 novembre et le 6 janvier, près de 2000 personnes ont été blessées par les forces de l’ordre en France. Parmi elles, au moins 93 blessés graves. Certaines, 13 au total, ont été éborgnées, d’autres encore défigurées ou ont perdu un membre. Beaucoup de ces blessures sont dues à l’utilisation d’armes comme les lanceurs de balles de défense (LBD) : arme qui n’est utilisée par aucune autre police européenne.

    Il semble également que des grenades offensives aient été utilisées pour l’occasion, alors même, on s’en souvient, que cette arme avait causé il y a cinq ans la mort d’un militant écologiste lors d’une manifestation à Sivens.

    Toujours au cours de la même période, pas moins de 5339 personnes ont été placées en garde à vue, certaines, comme le montrent des vidéos, après avoir été plaquées au sol et menottées dans le dos. Plus de 400 l’avaient déjà été le 17 novembre, premier jour de mobilisation des gilets jaunes. Ces personnes étaient pour la plupart des manifestants pacifiques ou même de simples passants. Notons à ce propos que les forces de l’ordre recourent volontiers en France à la stratégie de l’encerclement, ce qui leur permet de maximiser le nombre des arrestations. En bon français, cela s’appelle une rafle.

    On signale également le cas d’un gilet jaune arrêté chez lui en pleine nuit par des policiers du RAID, après que ces derniers eurent défoncé sa porte. Rappelons que le RAID est un service de police spécialisé dans la lutte contre le terrorisme. Jusqu’à preuve du contraire, les manifestations de gilets jaunes n’ont rien à voir avec le terrorisme.

    Voilà donc ce qu’on apprend sur les sites susmentionnés. On comprend mieux à partir de là la hargne des chaînes officielles à leur endroit, en même temps que l’intention souvent prêtée aux dirigeants français actuels de les interdire purement et simplement, au risque de se voir accuser, à tort bien sûr, de vouloir instaurer en France un régime orwellien, avec contrôle total de l’information. Encore une élucubration complotiste.

    La violence policière est en France une constante historique. On pense ici bien sûr à la Commune de 1871, et en remontant plus haut encore dans le temps aux journées de juin 1848. De la répression sanglante de juin 1848, un historien disait il y a une vingtaine d’années qu’elle avait « influé sur l’évolution de la société française jusque sous la Ve République, non pas en dépit mais à cause de son refoulement, qui a empêché qu’elle ait été repensée théoriquement » (3). On pourrait également évoquer dans ce contexte la période 40-45 (elle aussi refoulée), mais aussi les guerres coloniales du XXe siècle, guerres, selon certains auteurs, qui ont directement inspiré la doctrine française actuelle en matière de maintien de l’ordre (4). Les mêmes méthodes que celles autrefois utilisées contre les anciennes populations colonisées le seraient donc aujourd’hui contre les citoyens français eux-mêmes.

    Ce qu’il y a de dangereux dans la situation présente, ce n’est pas seulement que beaucoup de choses, effectivement, dorment dans l’inconscient collectif : elles y dorment donc, et donc également sont prêtes, en toute occasion, à refaire surface. Les LBD, ou le retour du refoulé. Parallèlement aussi, on pourrait évoquer certaines attitudes et comportements, attitudes et comportements qui ne sont pas sans lien avec le racisme social aisément repérable chez nombre de représentants de la classe possédante au XIXe siècle. Car, on le sait, la haine de classe fonctionne dans les deux sens. Les dérapages à répétition du président Macron dans ce domaine le montrent bien. On les interprète volontiers comme des provocations, mais peut-être faudrait-il y voir surtout des lapsus, lapsus lui échappant sans qu’il y fasse trop attention. En cela même, d’ailleurs, d’autant plus significatifs.

    Ainsi, le 27 juin 2017, peu de temps donc après son intronisation, ne déclarait-il pas : « Une gare c’est un lieu où on croise des gens qui réussissent et des gens qui ne sont rien ». C’est moins, il est vrai, ici la haine que le mépris qui est ici en cause. Ce représentant choisi de la suprasociété dit ici ouvertement ce qu’il pense de certains de ses concitoyens : ils ne sont rien. Or il n’est de loin pas seul à le penser. Voyez par exemple comment les médias mainstream, sous couvert de défense de la société ouverte et de lutte contre ses ennemis, se permettent de parler des partis dits « populistes » et de leurs électeurs. On ne peut même plus ici parler de partialité. Les insultes coulent à jets continus. Les « populistes » écoutent, la plupart encaissent, mais certains non : ils n’encaissent pas. Il ne faut pas s’étonner ensuite s’ils entrent en insurrection.

    La IIe République française, responsable des massacres de l’été 48, était un régime faible, passablement brinquebalant même. Quatre ans plus tard il cédera la place au Second Empire. Ceci explique sans doute cela. En 1871, rebelote. La France venait de perdre une guerre, celle qu’elle avait elle-même déclenchée contre la Prusse. Le régime issu de cette défaite, une autre république, avait donc une revanche à prendre : revanche qu’elle prit sur sa propre population. Ce fut la « semaine sanglante » : 20’000 prisonniers passés par les armes. A défaut d’être capables de défendre le pays contre l’ennemi extérieur, les pouvoirs en place, en France, sont volontiers tentés de se refaire une santé aux dépens de l’ennemi intérieur : les gens qui ne sont « rien ». Chacun mesure aujourd’hui le zèle que met le président Macron à défendre les frontières de la France et son autonomie dans tous les domaines.

    Eric Werner (Antipresse n°164, 20 janvier 2019)

     

    NOTES
    1. Cf. en particulier les textes réunis sous le titre : Du mensonge à la violence, Calmann-Lévy, coll. Pocket, 2012.

    2. Cf. l’entretien d’Aude Lancelin avec David Dufresne, Le Média, 7 janvier 2019.

    3. Dolf Œhler, Le spleen contre l’oubli. Juin 1848, Payot, 1996, p. 28.

    4. Cf. Mathieu Rigouste, La domination policière, Une violence industrielle, La fabrique, 2016. En 1951 déjà, dans la première partie de The Origins of totalitarianism, Hannah Arendt avait relevé cet effet boomerang du colonialisme. Paul Virilio reprendra plus tard cette thématique dans L’Insécurité du territoire (1993).

    Lien permanent Catégories : Points de vue 0 commentaire Pin it!