Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/01/2018

Europa !...

Les éditions Bios viennent de publier un ouvrage , en trois volumes, de Robert Steuckers intitulé Europa. Figure de la Nouvelle Droite européenne et ancien responsable des revues Orientations et Vouloir, spécialiste des penseurs non-conformistes, Robert Steuckers est l'auteur de plusieurs essais et recueils d'articles comme La Révolution conservatrice allemande - Biographie de ses principaux acteurs et textes choisis (Lore, 2014), Généalogie du fascisme français (Lore, 2017) et Pages celtiques (Lore, 2017).

 

Europa.jpg

Europa (volume 1) : Valeurs et racines profondes de l'Europe

Les valeurs qui nous déterminent ou devraient encore et toujours nous déterminer sont nées aux périodes axiales de l’histoire, nous expliquait Karl Jaspers. Pour l’Europe et pour les peuples de souche européenne, Jaspers situait cette émergence de valeurs dans l’antiquité, aux époques de Zoroastre ou de Socrate. 

Pour la Grèce, nous situerions cette émergence à l’ère homérique. D’autres filons philosophiques voient la naissance de valeurs fondatrices en Europe à d’autres époques, portée par d’autres figures individuelles ou collectives : Marc-Aurèle, Maître Eckhart, Sohrawârdî, Nietzsche…

Il s’agit désormais, à une époque de nihilisme profond, de vide, de ressusciter ces valeurs fondamentales et traditionnelles par un combat métapolitique permanent et vigilant, créant tout à la fois une rétivité sociale, politique et militante, dirigée contre les vecteurs du nihilisme délétère, et, chez chacun des combattants politiques ou métapolitiques, du plus humble au plus prestigieux, une force intérieure tranquille, inaccessible aux séductions perverses de la modernité dévoyée. 

Europa (volume 2) : De l'Eurasie aux périphéries, une géopolitique continentale

Les deux guerres mondiales du XXème siècle nous ont appris que seuls comptaient sur l’échiquier planétaire les grands espaces, théorisés par les écoles géopolitiques et par le juriste Carl Schmitt.

Pour l’Europe, il s’agit de s’insérer dans un espace eurasien qui englobe la Sibérie russe, comme au temps de l’alliance tacite entre Louis XVI, Marie-Thérèse et Catherine II ou comme au temps, trop bref, de la Sainte-Alliance post-napoléonienne.

Cette convergence eurasienne implique un regard bienveillant sur les espaces perse, indien ou chinois (confucéen), de façon à créer un monde multipolaire où le politique repose sur des assises éthiques traditionnelles et solides, sur les longues mémoires, sur la plus grande profondeur temporelle possible.

Europa (volume 3) : L'Europe, un balcon sur le monde

L’Europe, c’est d’abord une identité anthropologique. Mais c’est aussi une réalité géographique : une presqu’île à l’ouest d’une masse continentale eurasienne, perpétuellement assiégée, depuis les Huns, les Avars ou les Ottomans jusqu’aux faux réfugiés économiques arrivant aujourd’hui à Lampedusa ou à Lesbos.

Une Europe réveillée doit connaître son passé tragique, son passé de sous-continent et d’humanité assiégée, doit se remémorer la volonté de combattre de ses générations antérieures et les ressorts religieux et idéologiques de ses voisins, amis ou ennemis. Il n’y a pas de politique cohérente possible, pas d’avenir stable, sans longue mémoire.

Ce livre entend surtout, et de manière didactique, fournir les éléments de cette mémoire qu’il faudra impérativement, impérialement, retrouver, sous peine de mort, de disparition dans la honte et la misère.

17/01/2018

Oser l'Europe des nations ?...

Les éditions de l'Observatoire viennent de publier un essai de Christian Saint-Etienne intitulé Osons l'Europe des nations. Économiste et universitaire, titulaire de la Chaire d'économie industrielle au Conservatoire National des Arts et Métiers, Christian Saint-Etienne est notamment l'auteur de La Puissance ou la mort - L’Europe face à l’empire américain (Seuil, 2003).

Saint-Etienne_Osons l'Europe des nations.jpg

" Peut-on sauver la construction européenne ? Et faut-il sauver cette Europe maintenant vieillissante et impuissante ?
À l'heure où les États-Unis et la Chine dominent la mutation numérique, son économie n'a pas effacé les effets de la crise. L'Union a été rejetée par ses propres citoyens. Et son influence internationale ne cesse de se réduire. Principal levier de la désintégration de l'Europe ? Maastricht. À l'origine d'une gigantesque faille dans la construction européenne, le traité de 1992 fut un véritable marché de dupes, plutôt que le ciment d'un bloc indestructible.
La création d'un puissant noyau dur d'États européens prêts à relever le défi de notre époque (troisième révolution industrielle, nouvelle hiérarchie des nations) est une nécessité vitale si l'Europe veut continuer d'exister comme acteur de l'Histoire. Il est urgent de refonder une vraie puissance européenne, en faisant confiance aux nations ! Nous en avons actuellement l'opportunité. Mais la fenêtre d'action se refermera vite."

16/01/2018

Immigration massive : l'eurocratie à la manoeuvre...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Hans Joachim Froh, cueilli sur EuroLibertés et consacré à la politique en faveur de l'immigration massive mise en place contre l'avis des peuples européens par la technostructure de l'Union européenne...

 

Dimitris-Avramopoulos.jpg

La technostructure mondialiste et mortifère à l’œuvre !

Le 18 décembre de l’année dernière, par la voix de Dimitris Avramopoulos, le Commissaire (non élu) de l’Union européenne en charge des Migrations (à l’instar des cigognes), déclarait : « EU is Too White, Mass Third World Migration Must Be “New Norm” », en d’autres termes : « L’Europe est trop blanche, les migrations de masse, en provenance du Tiers-monde doivent être la norme ! »

Ainsi, selon Bruxelles, les Européens doivent accepter l’immigration massive du tiers monde comme la « nouvelle norme », les avertissant que ni les murs ni les politiques de légitime résistance ne permettront à une partie de l’UE de rester « homogène et sans migration ». Ainsi donc s’agit-il de détruire l’homogénéité du continent européen.

« Il est temps de faire face à la vérité. Nous ne pouvons pas et ne pourrons jamais arrêter la migration », précise Dimitris Avramopoulos, dans un article publié le lundi 18 décembre par la revue européenne Politico et intitulé « Les migrants européens sont là pour rester. »

Afin que les choses sont encore plus claires, l’Eurocrate laisse écrire que « la mobilité humaine définira de plus en plus le XXIe siècle » et que la migration de masse est un sujet et que Bruxelles a engagé l’Europe « à long terme », déclarant : « La migration est étroitement liée à nos politiques économiques, commerciales, éducation et emploi – pour n’en nommer que quelques-uns. »

Le Commissaire en charge de la politique de migration souligne que Bruxelles ne voit pas l’asile comme un moyen d’offrir un répit temporaire à la guerre, mais comme une autre méthode de transplantation permanente des populations du tiers monde dans les pays de l’UE.

Le 28 novembre dernier à Bruxelles, le Président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker déclarait : « Ouvrons des voies légales pour les migrants qui veulent venir », estimant que l’Europe avait un « besoin évident » de migrations de masse en provenance d’Afrique.

Parlant du sommet UE-Afrique d’avant Noël, lors duquel les dirigeants de l’UE et des pays africains se sont rencontrés pour discuter des migrations, il a aussi déclaré à la radio allemande Deustche Welle que « si nous n’offrons pas de moyens légaux d’émigrer en Europe et d’immigrer à travers l’Europe, alors nous serons perdus » et de rajouter : « Si ceux qui viennent – qui sont, en général, les pauvres et les nécessiteux – ne sont plus en mesure d’entrer dans la maison de l’Europe par la porte d’entrée, ils continueront à entrer par les fenêtres arrière. »

Affirmant que le continent « aura clairement besoin de l’immigration dans les prochaines décennies », il a aussi précisé, à cette occasion, que les pays de l’UE « doivent fournir aux Africains qui veulent venir, et qui peuvent venir, et dont la situation leur permet, des moyens légaux de se rendre en Europe. »

Notant que les personnes d’origine non européenne vivant en Europe sont beaucoup plus susceptibles d’être sans emploi ou à bas salaires, la Commission souligne que des « mesures d’intégration » seraient nécessaires pour accueillir les arrivées qu’elles jugent essentielles aux économies du continent.

*
*   *

Cette guerre civile continentale qui vient…

Ainsi donc pour Bruxelles, est-il plus urgent que jamais d’accélérer l’arrivée massive de migrants de tout bord, de toutes origines, de toutes motivations, afin de « déblanchir » les peuples européens de cette Europe « trop blanche » ; jamais racisme contre les peuples européens n’aura été avoué et promu si délibérément, sans risque de poursuite judiciaire,

Ainsi donc pour Bruxelles, l’immigration de masse est-elle une question vitale de survie pour l’Europe, oubliant par-là même que les pays développés qui refusent l’immigration, sont ceux qui la robotisation la plus avancée de leur économie,

Ainsi donc pour Bruxelles, qui laisse clairement tomber le masque, les priorités des peuples européens qui veulent survivre et vivre, ne peuvent en aucune manière être prises en considération, car elles ne s’inscrivent pas dans la marche du monde imposée par la pensée unique et éclairée de l’élite mondiale financiarisée et collaborant à l’invasion généralisée de l’Europe par des forces hostiles,

Ainsi donc pour Bruxelles, il est vital de jouer sur les « peurs » des Européens, de les rabaisser en laissant entendre que le continent ne pourrait résister, parce que l’Homme européen serait devenu historiquement et structurellement faible !

Ainsi donc ceux qui décident pour nous, en catimini et en urgence, contre la volonté des peuples d’Europe, ne veulent plus de limite et accélèrent à n’importe quel prix le processus de désintégration du continent européen, qu’il mènent vers la guerre civile ! Ils jouent délibérément le consommateur mondialisé contre le citoyen enraciné, la mondialisation/immigration contre la nation, les valeurs.

Effrayés par la réaction des peuples et les résultats électoraux en Europe centrale (en Hongrie, en Pologne, en Tchéquie, en Slovaquie et plus récemment en Allemagne et en Autrice), « ils » accélèrent et mettent la vitesse double et ceux sont les mêmes qui plus tard, stigmatiseront la guerre civile, après avoir attisé les cendres et tout fait pour qu’elle se répande sur le continent européen et déclameront alors : « Nous n’avons pas voulu ça ! Les responsables sont à trouver du côté des peuples, qui n’ont pas voulu s’adapter au « nouveau monde ! »

*
*   *

Ainsi donc, peu à peu semble se mettre en place, à marche forcée, un plan européen centralisé, promu par l’oligarchie financière et ses affidés : MMM (Merkel-Macron-May), visant à détruire les « ethnies européennes » supports des valeurs et de la culture européenne bimillénaire et à les fondre dans un magma anonyme, sans identité aucune, ce qui, en déstructurant les peuples et les personnes, réduira d’autant leurs capacités de créativité, de spiritualité, de résistance et de combat. De manière accélérée se dessine désormais un plan de destruction/restructuration des nations par des moyens assez prévisibles.

Il importe donc de détruire aussi les « points d’appui » des peuples, l’Histoire, la morale, la religion, la recherche d’une individualité maîtrisée, d’une spiritualité traditionnelle ou renouvelée.

Nous laisserons le dernier mot à Victor Orban, probablement le seul homme d’état européen d’une stature Gaullienne : à propos des « réfugiés » : « Ce ne sont pas des réfugiés, mais une force d’invasion musulmane »…. « 2018 sera l’année de réaffirmation de la volonté du peuple face à l’immigration. »

L’immigration est devenue « un problème pour la démocratie » car les gouvernants de nombreux pays « ne font pas ce que les gens attendraient d’eux concernant l’immigration. Le lien entre terrorisme et immigration est évident. »

Hans Joachim Froh (EuroLibertés, 13 janvier 2018)

12/01/2018

En attendant la droite nouvelle...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Michel Geoffroy, cueilli sur Polémia et consacré à l'impérieux besoin d'une droite nouvelle pour reconstruire une civilisation dévastée par l'immigration, l'individualisme et le néo-capitalisme...

Dans un esprit proche, on pourra utilement consulter le site du nouveau collectif Ligne droite...

Masqué.jpg

Pour 2018, souhaitons-nous une droite nouvelle ?

L’année 2017 fut sinistre en France. Mais le plus sinistre ne fut-il pas finalement que la droite française ait, une nouvelle fois, trahi les espoirs placés en elle ? Pourquoi ? Parce que les électeurs ont compris que la droite ne vivait plus que dans le passé, au lieu de démontrer sa capacité à affronter l’avenir.

La Droite en marche mais… en marche arrière !

Car toute la droite regarde obstinément et avec délectation dans le rétroviseur de l’histoire. C’est sa marque de fabrique.

Il suffit pour s’en persuader de parcourir certains sites, certains journaux ou d’écouter certains propos : ici, on assure la promotion d’un film consacré aux guerres de Vendée ; là, on déplore les églises en péril ; là, on dénombre les victimes de 100 ans de communisme ou l’on dénonce les méfaits de la Réforme.

Un chroniqueur médiatique célèbre quotidiennement avec talent le « suicide » français et la fin des Trente Glorieuses. Les héritiers de ceux qui hier critiquaient vertement De Gaulle sont devenus des professeurs de souveraineté, mais à retardement. Mais tous communient dans le lugubre énoncé quotidien des plaies ou des fautes françaises : la répression des mal-pensants, la délinquance, l’immigration ou l’avortement de masse.

Et encore, s’agit-il de médias faisant preuve d’une certaine conscience politique dissidente.

Que dire alors du reste de la population, plongé dans la réminiscence médiatique obligatoire des « heures sombres de notre histoire » et du « devoir de mémoire » ! Ce passé qui ne passe jamais ne sert à rien, comme l’avait bien vu Nietzsche, sinon à nous détruire par étouffement.

L’histoire ne repasse pas les plats. Il serait temps que la Droite le découvre

Ce n’est certes pas nouveau, mais les sempiternelles jérémiades des réseaux conservateurs, traditionalistes, réacs et autres souverainistes de tout poil commencent vraiment à nous fatiguer.

D’abord, ces jérémiades ne servent à rien car, comme l’affirmait drôlement Louis-Ferdinand Céline au siècle dernier, « l’histoire ne repasse pas les plats ».

On peut, bien sûr, se demander avec inquiétude si les cloches sonneront encore demain en France. Mais Philippe de Villiers ferait mieux de se demander pourquoi les Français fréquentent de moins en moins leurs églises ! La nostalgie du passé est certes humaine, mais elle ne débouche politiquement sur rien.

Une certaine droite vit pour cette raison toujours à l’heure du complexe du comte de Chambord : à force de se focaliser sur le symbole du drapeau blanc, on finit par ouvrir la voie au… régime républicain.

Aujourd’hui l’esprit du comte de Chambord prend la forme du souverainisme nostalgique. L’essentiel ne serait-il pas de pouvoir bientôt acheter « sa baguette avec des francs », comme le promettait Florian Philippot lors des dernières élections présidentielles ?

D’autres se réfugient dans le régionalisme sécessionniste, comme hier dans le Larzac : une autre façon, plus branchée, d’enclencher la marche arrière dans le monde d’aujourd’hui. « Arrêtez le monde, je veux descendre », comme écrivait ironiquement déjà dans les années 1980 l’éditorialiste Louis Pauwels !

Le vieux mythe de « la France seule » refait ainsi malheureusement surface et, avec lui, son patriotisme de restriction et la grande illusion vichyssoise de se prétendre souverain tout en sortant de l’histoire.

Qu’on le veuille ou non, à l’âge du choc des civilisations, le destin de la France est désormais indissociable de celui de la civilisation européenne. Sur le site Polémia, la vidéo « Être Européen » a ainsi été beaucoup plus visionnée que celle intitulée « Être Français » et ce n’est pas un hasard. Il serait temps que la droite le reconnaisse.

Il n’y a plus rien à conserver. Il faut désormais tout reconstruire

Les conservateurs nous cachent aussi un grand secret : il n’y a justement plus rien à conserver ! Car la France que nos pères ont faite et ont défendue avec leur sang n’existe plus.

Elle a été détruite par l’immigration de peuplement, par le néo-capitalisme, par l’individualisme radical, par l’Europe de Bruxelles comme par l’américanisation de la culture, donc par tout ce que la droite a été incapable d’empêcher quand elle n’a pas elle-même encouragé ces évolutions catastrophiques, en particulier à cause de son américanophilie maladive et de son adhésion aveugle à l’idéologie libérale.

La France reste, certes, un beau pays folklorique, mais surtout à usage des étrangers désormais. Une belle villégiature qui n’a pas encore été complètement détruite par les promoteurs immobiliers, les centres commerciaux et les friches industrielles. On visite encore ses châteaux, ses cathédrales et ses musées, comme on visite le Parthénon, c’est-à-dire les vestiges d’une culture morte. Comme on profite de son système social, également moribond du fait de la dénatalité et du chômage de masse des autochtones.

D’où aussi l’ambiguïté de la défense de l’identité de nos jours : car notre identité, cadavérique, est sans doute plus à reconstruire, aujourd’hui, comme l’ont fait différents peuples menacés dans l’histoire, qu’à conserver dans le formol mémoriel.

En 2017 la droite n’aurait rien pu changer, sinon en pire

Doit-on donc continuer, en jouant les pleureuses ou les procureurs selon le tempérament de chacun, de regretter l’échec de François Fillon ou de Marine Le Pen ? Hélas non, car leur élection n’aurait rien changé, sinon en pire.

En effet, désormais il ne s’agit plus de conquérir le pouvoir, mais de rétablir la souveraineté du politique : donc de créer un nouveau Pouvoir face à l’omnipotence du Système oligarchique ; de rétablir la primauté du « gouvernement des hommes » sur celui des choses, pour reprendre une vieille formule. Mais cela, ni F. Fillon ni M. Le Pen n’ont démontré qu’ils l’avaient compris.

Les partisans de la Manif Pour Tous devraient donc méditer leur échec.

En 1984, leurs parents ont fait reculer le gouvernement socialiste, en défendant l’école libre. Mais la loi Taubira est passée malgré les centaines de milliers de manifestants et de ballons roses et bleus à travers toute la France. Pourquoi ? Parce qu’aujourd’hui les vraies décisions ne se prennent plus à l’Élysée, à Matignon ou au Parlement : car le Pouvoir est passé aux juges, aux lobbies, aux médias, aux institutions financières et aux grandes firmes transnationales, qui tous se moquent de la volonté populaire.

Un président de droite, dans ce contexte, n’aurait rien pu faire : face à l’armée des défenseurs et des relais du Système il ne se serait appuyé que sur le vide.

C’est justement à combler ce vide que la droite devrait prioritairement consacrer ses efforts, au lieu de rejouer le sempiternel et dérisoire combat des chefs.

Pour une réforme intellectuelle et morale de la droite

L’avenir n’a jamais appartenu aux spectateurs, ni aux nostalgiques ni aux faibles. Il ne sert à rien, par exemple, de faire des succès de librairie en déplorant l’islamisation rampante ou galopante si on n’a rien de concret à lui opposer. L’islam est un défi qu’il faut relever, comme l’ont fait nos ancêtres, et non pas seulement à commenter ou à déplorer.

Si elle veut apparaître comme une alternative crédible au Système – mais le veut-elle vraiment ? – la droite doit donc cesser de révérer ses vieilles idoles. Pour tout dire, elle a besoin d’une profonde réforme intellectuelle et morale.

Le « monde d’avant », comme dit Emmanuel Macron, ne reviendra pas : il faut donc que la droite ait l’audace d’en construire un nouveau.

De même le vrai patriotisme de nos jours est européen, continental et civilisationnel, et non pas corse, catalan, savoyard ou souverainiste. Il ne suffit pas de twitter contre l’Europe de Bruxelles ou celle de Mme Merkel : il faut bâtir à la place une Europe puissance, qui soit la maison commune de tous les Européens. Car seule une telle Europe permettra à notre civilisation de survivre dans le monde multipolaire qui vient.

La droite doit pour cela faire rêver, alors que jusqu’à présent elle nous a surtout fait bâiller d’ennui ou hurler de déception : il lui faut désormais incarner une foi nouvelle dans notre avenir commun. Défendre notre glorieux passé, certes, mais surtout forger de nouvelles forces pour le monde de demain.

En 1962, un jeune militant de droite, tirant les conséquences de l’échec de la cause de l’Algérie Française, écrivait que « la jeunesse d’Europe aura de nouvelles cathédrales à construire et un nouvel empire à édifier (*) ». Il s’appelait Dominique Venner.

Pour 2018, souhaitons donc que la droite s’attelle enfin à la tâche.

Michel Geoffroy (Polémia, 7 janvier 2017)

(*) Dominique Venner, Pour une critique positive, éditions Idées [1962] 2013, 75 pages.

18/12/2017

La Mémoire assiégée...

Les éditions DMM viennent de publier La  Mémoire assiégée - Histoire, identité et propagande culturelle, un essai de Robin Terrasse. L'auteur est consultant et spécialiste en intelligence économique.

 

Terrasse_la mémoire assiégée.jpg

" Les générations d'après mai 68, jusqu'aux années 2010, ont vécu ce qu'on peut appeler une révolution mémorielle : c'est-à-dire un bouleversement massif des connaissances historiques transmises aux citoyens. Ces connaissances, terriblement partielles, favorisent un récit de l'Histoire axé prioritairement sur les exactions commises par les Européens à l'encontre des autres peuples. Ce choix, semi-délibéré par consensus, semi-inconscient puisqu'il prend sa source dans un contexte de fin de Seconde guerre mondiale et de décolonisations, est un rude coup donné à l'identité des jeunes Européens, sommés d'intégrer un récit qui présente leurs ancêtres, leurs peuples, leurs civilisations, comme les grands bourreaux de l'Histoire. Ce faisant, l'éducation nationale forge de futures consciences politiques bercées dans la honte de soi, la repentance et la valorisation sans borne de l'Autre. Processus qui favorise, notamment, l'acceptation de l'immigration massive de peuplement extra-européen que connait notre pays depuis plusieurs décennies. Contre toute idée reçue, l'enseignement de l'Histoire est donc bien un enjeu d'avenir, et c'est pourquoi une contre-histoire reste nécessaire si jamais l'on souhaite voir émerger, un jour, une contre-politique. C'est là tout l'objet de ce livre, qui se veut aussi une analyse de l'idéologie dominante contemporaine. "

13/12/2017

Huit scénarios pour un quinquennat...

Les éditions Le Retour aux sources publient cette semaine un essai de Michel Drac intitulé  Voir Macron - 8 scénarios pour un quinquennat. Penseur non-conformiste, Michel Drac est également l'auteur de plusieurs essais intéressants, dont dernièrement Triangulation - Repères pour des temps incertains (Le Retour aux sources, 2015).

Drac_Voir Macron.jpg

" Macron : un illusionniste.
Son élection : un trompe-l’œil.
Sa politique : du théâtre.
Sa méthode : communiquer sur des détails insignifiants pour faire perdre de vue le tableau d’ensemble.
 
Donc, afin que nous puissions voir Macron, et le voir réellement, Michel Drac va à l’essentiel. En huit scénarios, il dévoile les vrais enjeux du quinquennat : 

- La mort douce : 2020, la conjoncture mondiale se retourne. Mal remise de la crise de 2008, l’économie française encaisse durement le choc. Le climat politique se dégrade…
- Euro 2.0 : 2018, le Brexit est conflictuel. La City of London passe à l’attaque. Crise de la zone euro, le retour…

- La grande spoliation : les élites américaines se déchirent. Wall Street n’accompagne pas la politique de Donald Trump. 24 octobre 2018, le Dow Jones est divisé par deux…
- Le printemps italien : panique à Rome, le Mouvement 5 Étoiles a remporté les élections législatives…
- Mourir pour Riga : le commandant en chef de l’OTAN en Europe veut contraindre Paris, Madrid et Berlin à lui confier les pleins pouvoirs sur la défense européenne. Mais rien ne se passe comme prévu…
- Le dérapage incontrôlé : 2020, élections en vue aux États-Unis. Trump joue au chef de guerre pour rallier l’électorat républicain. Il défie la Corée du Nord…

- La découverte de l’Europe : 2019, cataclysme climatique majeur. Partout dans le monde, les stocks de céréales plongent. Des dizaines de millions de migrants affluent vers le vieux continent…
- La Troisième Guerre Mondiale : coup d’État néo-nazi à Kiev. Le conflit du Donbass dégénère. L’armée russe intervient… "