Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/02/2018

La mondialisation détruit les peuples européens...

Dans son émission du 29 janvier 2018 sur le site du Figaro, Eric Zemmour revient avec Guillaume Roquette sur la question des effets de la mondialisation sur les peuples européens...

 

                             

02/02/2018

Manipulation des chiffres de l'immigration : en Belgique aussi...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue d'Alain Destexhe, sénateur belge de centre-droit, cueilli sur Figaro Vox et consacré aux manipulations des chiffres de l'immigration en Belgique...

Molenbeek.jpg

Le marché de Molenbeek...

 

Alain Destexhe : «Voici comment on manipule les chiffres de l'immigration en Belgique»

Dans cet article, je montrerai comment les statistiques de l'immigration sont manipulées et instrumentalisées en Belgique par les tenants de l'idéologie multiculturaliste, qui exerce une domination quasi totale dans les universités, les ONG, les institutions publiques et les médias.

Ce texte a cependant une portée plus générale car les mécanismes décrits sont aussi appliqués ailleurs en Europe. Ainsi, dès les premières lignes de son dernier rapport sur la migration, Eurostat mélange allègrement chiffres et idéologie: «la migration à elle seule ne pourra certainement pas inverser l'actuelle tendance au vieillissement de la population observée dans de nombreuses régions de l'Union».

En 30 ans, comme la France, la Belgique s'est transformée en profondeur. Sans débat public, elle est devenue un pays d'immigration massive accueillant plus d'un million de personnes en dix ans dans un pays de 10 millions d'habitants. De 2000 à 2010, le solde migratoire y a été neuf fois plus important que celui des Pays Bas, quatre fois plus important que celui de la France ou de l'Allemagne et même plus important que celui des États-Unis, un pays historiquement plus ouvert à l'immigration.

Pourtant, cette réalité statistique a été cachée à la population. Les élites qui décident de ce dont on peut parler se sont bien gardées de mettre en évidence des chiffres qui n'auraient pu qu'alarmer une population dont on exige maintenant qu'elle s'adapte hic et nunc à cette nouvelle donne. Il ne faut y voir ni grand complot, ni l'œuvre d'un Big Brother, mais, au mieux, une adhésion enthousiaste de ceux qui prétendent forger l'opinion au grand rêve multiculturaliste ou, au pire, à la mise en œuvre de puissants mécanismes de défense relevant de la psychologie, comme la sublimation (de la diversité), le déni (de la réalité) ou le refoulement (de ce qui dérange).

Présenter l'immigration sous forme de flux et non de stock

Les statistiques migratoires sont en général présentées sous forme de flux annuels: tant de personnes sont entrées ou sorties telle année ; tant de réfugiés ont été accueillis. Si le nombre diminue par rapport à l'année précédente, on insistera lourdement sur ce point, beaucoup moins s'il augmente. En revanche, une statistique sur 10 ou 20 ans ne sera guère reprise, en supposant qu'on puisse la trouver sans faire les calculs soi-même. À l'échelle d'un pays, les chiffres d'un flux annuel sont rarement inquiétants ; sur une décennie, ils deviennent alarmants. On parlera par exemple de 40 000 naturalisations en une année (le flux) mais on ne rappellera pas qu'il y en eut 200 000 en trois ans et un demi-million en 10 ans (le stock): 5% de la population! De même, on n'écrira pas que plus d'un million d'immigrés sont arrivés en quelques années.

Les Européens repartent, les autres restent

En Belgique, petit pays très ouvert sur ses voisins et hébergeant la capitale de l'Europe avec son cortège de fonctionnaires et de lobbyistes, les immigrations d'Européens sont, en termes de flux, toujours supérieures à celles émanant des autres continents. Français et Néerlandais arrivent assez logiquement en tête. Ce fait rassurant sera toujours très lourdement souligné. Jamais cependant l'analyse ne sera faite sur 10 ou 20 ans. On constaterait alors qu'un grand nombre d'Européens retournent dans leur pays, que les Belges eux-mêmes quittent davantage leur royaume plutôt qu'ils n'y reviennent (leur solde migratoire est toujours négatif) mais que les Marocains, Algériens, Turcs, et presque toutes les autres nationalités, sauf les Américains, ont une incontestable tendance à s'établir définitivement en Belgique.

Les projections démographiques ne sont pas reliées à l'immigration

Régulièrement, reprenant des projections officielles, les médias constatent que la population du royaume augmente et que cette tendance va continuer, mais cette augmentation n'est jamais liée à l'immigration alors que, depuis les années 2000 au moins, elle est entièrement explicable par l'immigration. En quinze ans à peine, la Belgique gagne un million d'habitants, passant de 10,2 millions en 2000 à 11,3 millions en 2015, une hausse de 10 % sur une très courte période. Et au cours des prochaines décennies, le pays devrait encore gagner un ou deux millions d'habitants alors qu'il est déjà un des plus denses au monde, confronté à de nombreux problèmes liés à cette densité (habitat, transport, environnement, …)

Jamais cette augmentation ne sera mise en relation avec le nombre de musulmans qui va doubler (1 250 000, soit 11,1 % de la population) ou tripler (2 580 000, soit 18,2 %!) en 2050 selon les flux migratoires et d'après les projections du très sérieux Pew Research Center. Le titre honnête d'un article sur les projections démographiques devrait être «Nous serons bientôt un million de plus, en majorité des musulmans», ce qui ne pourrait manquer de créer un débat utile sur la démographie, la densité de population ou l'intégration de ces musulmans. Dans Le Soir, l'universitaire de service Corinne Torrekens balaye cependant la sérieuse enquête du Pew: «Il y a un côté boule de cristal (…). On se demande d'ailleurs d'où vient cette nécessité de compter» (sic). «Sinon pour alimenter le fantasme que l'islamisation se dresse tel un rempart alors que nous sommes dans une dynamique de pluralisation de l'appartenance». La novlangue a de beaux jours devant elle!

Le choix des mots favorise l'occultation des problèmes

L'augmentation continue de la population de Bruxelles (1 % par an en moyenne, taux exceptionnel pour une ville européenne) est qualifiée de choc démographique voire de bombe démographique mais jamais de choc ou bombe migratoire. L'immigration et la fécondité plus grande des femmes d'origine immigrée expliquent pourtant entièrement cette augmentation, malgré le départ continu de «Belges de souche» ou d'immigrés plus anciens vers la Flandre et la Wallonie. Les problèmes sociaux (90 % des allocataires sociaux à Bruxelles sont d'origine immigrée), la tension sur les services publics (administration, hôpitaux, transports publics avec le doublement du nombre de voyages en 15 ans), le besoin de nouvelles places dans les écoles - 40 000 en dix ans - son coût évidemment considérable ne seront, soit pas abordés du tout (et donc jamais débattus), soit présentés comme s'ils étaient totalement étrangers à la problématique migratoire.

Le mépris envers les inquiétudes de la population

Un des moyens les plus sûrs pour disqualifier l'inquiétude légitime de la population consiste à la faire passer pour ignorante. Ainsi, on fera un sondage pour demander quel est le pourcentage d'immigrés ou de musulmans dans le pays et, à chaque fois, on se gaussera de constater que la perception est toujours supérieure à la réalité. Autrement dit si les Belges (ou les Européens) étaient mieux informés ou moins stupides, leurs angoisses s'évanouiraient et tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes. Ce genre d'enquêtes ou de sondages n'est cependant pratiqué que pour les chiffres migratoires, jamais pour le taux de chômage, le taux d'analphabétisme ou la croissance du PIB. Dans ce domaine, l'immigration bénéficie de l'exclusivité. On pourrait évidemment retourner l'argument. Si la perception est telle, c'est précisément parce que la situation est déjà très alarmante. À lieu de la tourner en dérision, l'inquiétude devrait être prise en considération.

L'effet boule de neige du regroupement familial

En Belgique, environ 50 % de l'immigration est liée au regroupement familial. C'est beaucoup plus que chez nos voisins et dans la plupart des pays européens, mais tous sont touchés par ses conséquences. Ce type d'immigration est, par définition, exponentiel et, littéralement, sans fin, à travers la reconnaissance des réfugiés, les mariages blancs ou gris, le caractère endogame de la majorité des mariages des Turcs et de Marocains, les fraudes massives, etc. Les conséquences quasi mécaniques du regroupement familial sur la démographie ne sont jamais expliquées.

Sauf s'il y a une prise de conscience, par la magie du regroupement familial et les arrivées à travers la Méditerranée, l'immigration de masse va continuer. Ces mécanismes d'occultation de l'importance de l'immigration sont partout à l'œuvre en Europe. Si on veut la contrôler et la freiner, selon le souhait de la grande majorité des Européens, encore faut-il que ces derniers puissent d'abord prendre connaissance de la gravité de la situation à travers une présentation honnête des statistiques et de leurs conséquences!

Alain Destexhe (Figaro Vox, 29 janvier 2018)

01/02/2018

La repentance ? Basta !... Soyons fiers d'être Européens !

L'Iliade, l'institut pour la longue mémoire européenne, qui organise son colloque annuel le samedi 7 avril 2018 à la Maison de la chimie à Paris, sur le thème "Soyons fiers d'être Européens, a produit pour l'occasion une superbe vidéo que nous vous invitons à découvrir.

Les inscriptions au colloque sont ouvertes sur le site de l'Iliade.

 

                          

30/01/2018

Le vrai visage du Moyen Age...

Les éditions Vendémiaire viennent de publier un ouvrage collectif dirigé par Nicolas  Weill-Parot et Véronique Sales et intitulé Le vrai visage du Moyen Age - Au-delà des idées reçues. Nicolas Weill-Parot est directeur d’études à l’École pratique des hautes études, et Véronique Sales est agrégé de lettres modernes.

 

Weil-Parot_le-vrai-visage-du-moyen-age.jpg

" Que la violence y ait régné sans partage, que les puissants y aient exercé une impitoyable domination sur les faibles, que la justice y ait été cruelle et expéditive, qu’une religion fanatique y ait régenté la vie des hommes, à peine tempérée par les superstitions les plus extravagantes, qu’on n’y ait eu que de très approximatives connaissances dans les domaines de la science, de la médecine ou de l’hygiène, qu’on y ait méprisé les femmes et méconnu tout ce qui était étranger aux frontières de l’Occident, pour la majorité d’entre nous, cela ne fait aucun doute : le Moyen Âge, interminable parenthèse entre les accomplissements de l’Antiquité et les merveilles de la Renaissance, est le point de référence obligé lorsqu’on veut dénigrer les temps obscurs auxquels nous avons échappé pour accéder enfin à la modernité.

Autant d’idées reçues que les plus grands spécialistes français de la question contestent avec force. Nous permettant d’aller, enfin, à la rencontre de cette période charnière dans l’histoire de l’Europe : le moment où elle s’est constituée, avec des formes de vie politique et sociale qui ont perduré jusqu’à nos jours. "

27/01/2018

Un prophète de la grande Europe...

Les éditions Ars Magna viennent de publier un ouvrage intitulé Le prophète de la grande Europe, Jean Thiriart, qui rassemble des entretiens avec le fondateur du mouvement Jeune Europe, ainsi que des articles écrits par lui ou par de grands témoins qui l'ont fréquenté personnellement ou intellectuellement.

Thiriart.jpg

" Rares sont les Français chez qui le nom de Jean Thiriart évoque un souvenir. Pourtant de 1960 à 1969, au travers de l’organisation européenne transnationale Jeune Europe et du mensuel La Nation européenne celui-ci anima la première tentative, restée inégalée, de création d’un parti nationaliste-révolutionnaire européen, et définit clairement dans ses écrits ce qui forme maintenant le corpus doctrinal du mouvement NR.

Après son retrait de la politique militante, Jean Thiriart continua de penser à l’avenir de l’Europe et d’écrire. Plusieurs entretiens qu’il donna furent publiés dans des revues depuis longtemps introuvables, quelques articles connurent un sort identique, tant et si bien que son œuvre était devenue totalement inaccessible. Il convenait donc d’en rééditer les éléments les plus signifiants, tout en les mettant en perspective grâce aux témoignages et critiques de militants ou journalistes qui l’ont connu ou beaucoup lu. "

 

26/01/2018

L'effacement du politique...

Pierre Le Vigan vient de publier chez Amazon un essai intitulé L'effacement du politique, préfacé par Eric Maulin. Urbaniste, collaborateur des revues Eléments, Krisis et Perspectives libres, Pierre Le Vigan a notamment publié Inventaire de la modernité avant liquidation (Avatar, 2007), Le Front du Cachalot (Dualpha, 2009), La banlieue contre la ville (La Barque d'Or, 2011), Écrire contre la modernité (La Barque d'Or, 2012),  L'effacement du politique (La Barque d'Or, 2014), Soudain la postmodernité (La Barque d'or, 2015) ou Métamorphoses de la ville - De Romulus à Le Corbusier (La Barque d'Or, 2017).

Le-Vigan_L'effacement du politique.jpg

" « Le politique est une instance, il lui faut une substance. » (…) « Dans l’Europe actuelle, l’unique a été privilégié sur le commun (ainsi pour la monnaie). Pire : l’uniformité de l’unique a tué le commun. » Faut-il choisir le retour à nos vieilles nations contre l’Europe ? Cela ne parait pas durablement possible. Qui peut penser que nos nations soient vraiment à l’échelle des grands empires du monde : USA, Chine, Inde, Brésil…? Faut-il alors construire une nation européenne, l’équivalent de nos vieilles nations, mais à l’échelle de l’Europe ? Le risque est alors de reproduire les limites de la forme stato-nationale. Est-ce souhaitable ? Et est-ce possible ? Peut-on, en quelques décennies, refaire le processus de construction des nations qui s’est étalé sur plusieurs siècles ? Il faut donc sans doute faire une Europe politique autrement, pas comme une « super nation ». Et c’est là qu’il faut certainement recourir à l’idée d’Empire. Repenser l’Europe comme notre nouvelle chose commune. Faire revivre une idée à la fois très ancienne et très neuve. "