Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/02/2018

La repentance ? Basta !... Soyons fiers d'être Européens !

L'Iliade, l'institut pour la longue mémoire européenne, qui organise son colloque annuel le samedi 7 avril 2018 à la Maison de la chimie à Paris, sur le thème "Soyons fiers d'être Européens, a produit pour l'occasion une superbe vidéo que nous vous invitons à découvrir.

Les inscriptions au colloque sont ouvertes sur le site de l'Iliade.

 

                          

30/01/2018

Le vrai visage du Moyen Age...

Les éditions Vendémiaire viennent de publier un ouvrage collectif dirigé par Nicolas  Weill-Parot et Véronique Sales et intitulé Le vrai visage du Moyen Age - Au-delà des idées reçues. Nicolas Weill-Parot est directeur d’études à l’École pratique des hautes études, et Véronique Sales est agrégé de lettres modernes.

 

Weil-Parot_le-vrai-visage-du-moyen-age.jpg

" Que la violence y ait régné sans partage, que les puissants y aient exercé une impitoyable domination sur les faibles, que la justice y ait été cruelle et expéditive, qu’une religion fanatique y ait régenté la vie des hommes, à peine tempérée par les superstitions les plus extravagantes, qu’on n’y ait eu que de très approximatives connaissances dans les domaines de la science, de la médecine ou de l’hygiène, qu’on y ait méprisé les femmes et méconnu tout ce qui était étranger aux frontières de l’Occident, pour la majorité d’entre nous, cela ne fait aucun doute : le Moyen Âge, interminable parenthèse entre les accomplissements de l’Antiquité et les merveilles de la Renaissance, est le point de référence obligé lorsqu’on veut dénigrer les temps obscurs auxquels nous avons échappé pour accéder enfin à la modernité.

Autant d’idées reçues que les plus grands spécialistes français de la question contestent avec force. Nous permettant d’aller, enfin, à la rencontre de cette période charnière dans l’histoire de l’Europe : le moment où elle s’est constituée, avec des formes de vie politique et sociale qui ont perduré jusqu’à nos jours. "

27/01/2018

Un prophète de la grande Europe...

Les éditions Ars Magna viennent de publier un ouvrage intitulé Le prophète de la grande Europe, Jean Thiriart, qui rassemble des entretiens avec le fondateur du mouvement Jeune Europe, ainsi que des articles écrits par lui ou par de grands témoins qui l'ont fréquenté personnellement ou intellectuellement.

Thiriart.jpg

" Rares sont les Français chez qui le nom de Jean Thiriart évoque un souvenir. Pourtant de 1960 à 1969, au travers de l’organisation européenne transnationale Jeune Europe et du mensuel La Nation européenne celui-ci anima la première tentative, restée inégalée, de création d’un parti nationaliste-révolutionnaire européen, et définit clairement dans ses écrits ce qui forme maintenant le corpus doctrinal du mouvement NR.

Après son retrait de la politique militante, Jean Thiriart continua de penser à l’avenir de l’Europe et d’écrire. Plusieurs entretiens qu’il donna furent publiés dans des revues depuis longtemps introuvables, quelques articles connurent un sort identique, tant et si bien que son œuvre était devenue totalement inaccessible. Il convenait donc d’en rééditer les éléments les plus signifiants, tout en les mettant en perspective grâce aux témoignages et critiques de militants ou journalistes qui l’ont connu ou beaucoup lu. "

 

26/01/2018

L'effacement du politique...

Pierre Le Vigan vient de publier chez Amazon un essai intitulé L'effacement du politique, préfacé par Eric Maulin. Urbaniste, collaborateur des revues Eléments, Krisis et Perspectives libres, Pierre Le Vigan a notamment publié Inventaire de la modernité avant liquidation (Avatar, 2007), Le Front du Cachalot (Dualpha, 2009), La banlieue contre la ville (La Barque d'Or, 2011), Écrire contre la modernité (La Barque d'Or, 2012),  L'effacement du politique (La Barque d'Or, 2014), Soudain la postmodernité (La Barque d'or, 2015) ou Métamorphoses de la ville - De Romulus à Le Corbusier (La Barque d'Or, 2017).

Le-Vigan_L'effacement du politique.jpg

" « Le politique est une instance, il lui faut une substance. » (…) « Dans l’Europe actuelle, l’unique a été privilégié sur le commun (ainsi pour la monnaie). Pire : l’uniformité de l’unique a tué le commun. » Faut-il choisir le retour à nos vieilles nations contre l’Europe ? Cela ne parait pas durablement possible. Qui peut penser que nos nations soient vraiment à l’échelle des grands empires du monde : USA, Chine, Inde, Brésil…? Faut-il alors construire une nation européenne, l’équivalent de nos vieilles nations, mais à l’échelle de l’Europe ? Le risque est alors de reproduire les limites de la forme stato-nationale. Est-ce souhaitable ? Et est-ce possible ? Peut-on, en quelques décennies, refaire le processus de construction des nations qui s’est étalé sur plusieurs siècles ? Il faut donc sans doute faire une Europe politique autrement, pas comme une « super nation ». Et c’est là qu’il faut certainement recourir à l’idée d’Empire. Repenser l’Europe comme notre nouvelle chose commune. Faire revivre une idée à la fois très ancienne et très neuve. "

18/01/2018

Europa !...

Les éditions Bios viennent de publier un ouvrage , en trois volumes, de Robert Steuckers intitulé Europa. Figure de la Nouvelle Droite européenne et ancien responsable des revues Orientations et Vouloir, spécialiste des penseurs non-conformistes, Robert Steuckers est l'auteur de plusieurs essais et recueils d'articles comme La Révolution conservatrice allemande - Biographie de ses principaux acteurs et textes choisis (Lore, 2014), Généalogie du fascisme français (Lore, 2017) et Pages celtiques (Lore, 2017).

 

Europa.jpg

Europa (volume 1) : Valeurs et racines profondes de l'Europe

Les valeurs qui nous déterminent ou devraient encore et toujours nous déterminer sont nées aux périodes axiales de l’histoire, nous expliquait Karl Jaspers. Pour l’Europe et pour les peuples de souche européenne, Jaspers situait cette émergence de valeurs dans l’antiquité, aux époques de Zoroastre ou de Socrate. 

Pour la Grèce, nous situerions cette émergence à l’ère homérique. D’autres filons philosophiques voient la naissance de valeurs fondatrices en Europe à d’autres époques, portée par d’autres figures individuelles ou collectives : Marc-Aurèle, Maître Eckhart, Sohrawârdî, Nietzsche…

Il s’agit désormais, à une époque de nihilisme profond, de vide, de ressusciter ces valeurs fondamentales et traditionnelles par un combat métapolitique permanent et vigilant, créant tout à la fois une rétivité sociale, politique et militante, dirigée contre les vecteurs du nihilisme délétère, et, chez chacun des combattants politiques ou métapolitiques, du plus humble au plus prestigieux, une force intérieure tranquille, inaccessible aux séductions perverses de la modernité dévoyée. 

Europa (volume 2) : De l'Eurasie aux périphéries, une géopolitique continentale

Les deux guerres mondiales du XXème siècle nous ont appris que seuls comptaient sur l’échiquier planétaire les grands espaces, théorisés par les écoles géopolitiques et par le juriste Carl Schmitt.

Pour l’Europe, il s’agit de s’insérer dans un espace eurasien qui englobe la Sibérie russe, comme au temps de l’alliance tacite entre Louis XVI, Marie-Thérèse et Catherine II ou comme au temps, trop bref, de la Sainte-Alliance post-napoléonienne.

Cette convergence eurasienne implique un regard bienveillant sur les espaces perse, indien ou chinois (confucéen), de façon à créer un monde multipolaire où le politique repose sur des assises éthiques traditionnelles et solides, sur les longues mémoires, sur la plus grande profondeur temporelle possible.

Europa (volume 3) : L'Europe, un balcon sur le monde

L’Europe, c’est d’abord une identité anthropologique. Mais c’est aussi une réalité géographique : une presqu’île à l’ouest d’une masse continentale eurasienne, perpétuellement assiégée, depuis les Huns, les Avars ou les Ottomans jusqu’aux faux réfugiés économiques arrivant aujourd’hui à Lampedusa ou à Lesbos.

Une Europe réveillée doit connaître son passé tragique, son passé de sous-continent et d’humanité assiégée, doit se remémorer la volonté de combattre de ses générations antérieures et les ressorts religieux et idéologiques de ses voisins, amis ou ennemis. Il n’y a pas de politique cohérente possible, pas d’avenir stable, sans longue mémoire.

Ce livre entend surtout, et de manière didactique, fournir les éléments de cette mémoire qu’il faudra impérativement, impérialement, retrouver, sous peine de mort, de disparition dans la honte et la misère.

17/01/2018

Oser l'Europe des nations ?...

Les éditions de l'Observatoire viennent de publier un essai de Christian Saint-Etienne intitulé Osons l'Europe des nations. Économiste et universitaire, titulaire de la Chaire d'économie industrielle au Conservatoire National des Arts et Métiers, Christian Saint-Etienne est notamment l'auteur de La Puissance ou la mort - L’Europe face à l’empire américain (Seuil, 2003).

Saint-Etienne_Osons l'Europe des nations.jpg

" Peut-on sauver la construction européenne ? Et faut-il sauver cette Europe maintenant vieillissante et impuissante ?
À l'heure où les États-Unis et la Chine dominent la mutation numérique, son économie n'a pas effacé les effets de la crise. L'Union a été rejetée par ses propres citoyens. Et son influence internationale ne cesse de se réduire. Principal levier de la désintégration de l'Europe ? Maastricht. À l'origine d'une gigantesque faille dans la construction européenne, le traité de 1992 fut un véritable marché de dupes, plutôt que le ciment d'un bloc indestructible.
La création d'un puissant noyau dur d'États européens prêts à relever le défi de notre époque (troisième révolution industrielle, nouvelle hiérarchie des nations) est une nécessité vitale si l'Europe veut continuer d'exister comme acteur de l'Histoire. Il est urgent de refonder une vraie puissance européenne, en faisant confiance aux nations ! Nous en avons actuellement l'opportunité. Mais la fenêtre d'action se refermera vite."