Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/12/2016

De Nice à Berlin, scènes du terrorisme ordinaire...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Mathieu Bock-Côté, cueilli sur Figaro Vox dans lequel il dénonce l'irénisme multiculturel de nos sociétés qui les empêche de répondre efficacement à la menace du terrorisme islamique. Québécois, l'auteur est sociologue et chroniqueur à Radio-Canada et vient de publier en France Le multiculturalisme comme religion politique aux éditions du Cerf.

Berlin_attentat_Noël.jpg

Mathieu Bock-Côté : de Nice à Berlin, scènes du terrorisme ordinaire

La scène avait quelque chose d'atroce et, en même temps, de terriblement banale. À quelques jours du 25 décembre, un camion se lance sur un marché de Noël de Berlin, tue une douzaine de personnes et en blesse une cinquantaine. On croit revivre les événements de Nice quand Mohamed Lahouaiej Bouhlel avait frappé le soir du 14 juillet. Là aussi, il s'agissait de semer la terreur dans un moment de réjouissance et de traumatiser la population. On peut imaginer la suite médiatique: certains diront que l'événement demeure un incident isolé. On chantera en chœur «pas d'amalgame». D'autres se demanderont encore une fois si l'Occident ne l'a pas cherché, bien qu'on se demandera de quelle manière l'Allemagne a bien pu se rendre coupable d'une forme plus ou moins intransigeante de laïcité néocoloniale, pour emprunter le jargon à la mode. Le système médiatique, devant l'islamisme, cultive l'art du déni. Il déréalise les événements, les égrène en mille faits divers et empêche de nommer la guerre faite à l'Occident.

Il faudra quand même réinscrire l'événement dans la séquence terroriste associée aux événements du Bataclan. Le terrorisme islamiste veut montrer qu'il peut frapper partout. Il ne vise plus seulement des «institutions», comme c'était le cas avec Charlie Hebdo, mais entend imposer sa loi n'importe où, en transformant un simple camion en bélier . N'importe qui peut être ciblé dans ces frappes aveugles. Dans la guerre totale menée contre la civilisation occidentale, il suffit d'appartenir à cette dernière pour être jugé coupable et condamné à mort. À Berlin, nous venons en fait d'assister à une scène de terrorisme ordinaire. Encore une fois, l'État islamique a revendiqué l'attentat. Qu'il ait été programmé de loin ou qu'il soit le fruit d'une initiative plus ou moins spontanée, on peut être certain d'une chose: la propagande islamiste hante la civilisation européenne et est capable d'exciter les passions mortifères des uns et des autres.

Et pourtant, cette attaque n'est pas absolument aveugle. La frappe d'un marché de Noël ramène l'Europe à une part d'elle-même dont elle ne sait que faire: sa part chrétienne. C'est dans son identité la plus intime qu'on veut la frapper, ce sont ses racines les plus profondes qu'on veut toucher. Les symboles chrétiens sont de plus en plus souvent visés. On se rappellera que le communiqué de l'État islamique qui avait suivi les attentats du 13 novembre mentionnait que les Français étaient visés en tant que «croisés». De même, l'assassinat rituel du père Hamel, en juillet 2016, ne laissait pas d'ambiguïté sur sa signification. Pour reprendre une formule convenue, c'est moins pour ce qu'ils font que ce qu'ils sont que les Européens sont mitraillés, égorgés ou écrasés. Sauf qu'ils ne sont plus trop conscients de cette part d'eux-mêmes. Ou du moins, lorsqu'ils en sont conscients, on le leur reproche et on les accuse de s'enfermer dans une identité étriquée, inadaptée à la diversité. Nos élites médiatiques ne tolèrent le procès de l'islamisme qu'à condition de le mener en parallèle avec celui de l'islamophobie.

Car le monde occidental veut croire qu'on l'attaque parce qu'il est démocratique, moderne et libéral. Il s'empêche de comprendre ainsi qu'il existe une telle chose qu'une tension entre les cultures, entre les civilisations et même entre les religions: elles ne sont pas toutes faites pour cohabiter dans une même communauté politique. Le rôle du politique, dans ce monde, n'est pas de verser dans un irénisme multiculturel où tous devraient se réconcilier sous le signe d'une diversité heureuse mais bien de bâtir, de conserver et de protéger les frontières protectrices permettant aux peuples de persévérer dans leur être historique sans pour autant s'empêcher de multiplier les interactions fécondes entre eux. Avec raison, on refusera de réduire les affrontements du monde actuel à un choc de civilisation. À tort, on refusera de voir qu'ils relèvent au moins partiellement de cette logique. Ceux qui cherchent à penser à nouveaux frais la pertinence des frontières ne sont pas des vautours ou des démagogues instrumentalisant le malheur des peuples pour les replier sur eux-mêmes.

L'Allemagne voit se retourner contre elle-même les conséquences prévisibles d'un humanitarisme débridé. On s'est moqué, au moment de la crise des réfugiés, de ceux qui redoutaient que parmi les convois de malheureux, ne se glissent des djihadistes attendant ensuite le bon moment pour frapper. Ce moment est peut-être arrivé. Mais les dérives de la politique des portes ouvertes ne sauraient se laisser définir uniquement par le terrorisme islamiste. Il suffit de garder en mémoire les événements de Cologne, en début d'année, pour qu'on comprenne les nombreuses dimensions d'une crise qui n'est pas à la veille de se résorber. L'époque des grandes invasions militaires a beau être terminée, il n'en demeure pas moins que les islamistes sont habités par un sentiment de conquête et croient pouvoir miser sur l'immigration massive pour s'imposer en Europe. Comment la civilisation européenne peut-elle réagir à cette mutation imposée si elle en relativise la portée?

Il ne sert à rien d'imaginer en un paragraphe ce que pourrait être une riposte à ce terrorisme ordinaire appelé à durer. Mais le monde occidental aurait tort de croire qu'il saura résister à sa dissolution culturelle ou politique en se contentant de répéter de manière rituelle ses prières pour chanter la gloire de la diversité. Manifestement, elle n'est pas qu'une richesse. Toutes les différences ne sont pas également appréciables. En fait, c'est peut-être en assumant ce qu'on pourrait appeler leur identité de civilisation que les nations européennes seront à même de trouver la force de mener cette guerre pendant les longues années qu'elle durera. Il n'est pas insensé de penser que c'est en se tournant justement vers la part d'elle-même qui est attaquée que la civilisation européenne trouvera peut-être la force de mener la bataille.

Mathieu Bock-Côté (Figaro Vox, 21 décembre 2016)

23/12/2016

La Chute de la Maison Juppé...

Nous reproduisons ci-dessous une bonne analyse de l'Observatoire des journalistes et de l'information médiatique sur les causes identifiables de la défaite d'Alain Juppé aux primaires de la droite, dont il était le favori annoncé depuis près de deux ans.

Juppé_Chute.jpg

La Chute de la Maison Juppé

Décidément, depuis quelques mois, les « séismes » électoraux s’enchainent, à croire qu’en Occident, les plaques tectoniques de l’opinion se déplacent avec fracas. L’image peut sembler d’autant plus pertinente que nous nous trouvons à la fois devant un déplacement de l’opinion majoritaire de nos pays, et devant un déphasage entre ce déplacement profond et l’horizon inamovible d’une pensée unique tenant tous les moyens d’information officiels, mais ne régnant plus qu’en surface. Cette dernière séquence-surprise qui vit s’effondrer les pronostics les mieux établis et les plus martelés, nous donne l’occasion de faire un point sur le phénomène. Comment le candidat des médias a été déchu par les suffrages ? Et surtout quelles sont les nouvelles forces qui s’affrontent, directes ou indirectes, officielles et officieuses, mainstream ou alternatives, en France, sur le plan de l’opinion ? Voici les questions auxquelles ce nouveau dossier tentera de répondre.

Une nouvelle cartographie

Les articles et dossiers de l’OJIM l’ont suffisamment répété, ce qui frappe lorsqu’on observe les médias français du début du XXIe siècle, c’est qu’ils ont fortement dévié de leur mission initiale. Passant du statut de principal contre-pouvoir à celui de principal pouvoir idéologique ; d’une fonction d’information à une fonction de propagande insidieuse ; de reflet des opinions s’affrontant au sein d’une démocratie au martèlement de la doxa libérale-libertaire de l’oligarchie mondialisée ; leur rôle et leur poids, mais aussi, à terme, leur crédibilité, ont grandement varié au cours de ce dernier demi-siècle. En conséquence, ce contre-pouvoir perverti a fini par susciter lui-même de nombreux contre-pouvoirs ou d’importantes réactions de rejet, lesquelles réactions se montrent, ces derniers temps, toujours plus spectaculaires. Aussi, il n’y a plus d’adéquation entre la presse et l’opinion, mais une configuration inédite, paradoxale et éclatée, comprenant de nombreux acteurs, que cette primaire de droite a permis de mettre exemplairement en lumière. À côté, ou contre, ou sous, les médias mainstream, on trouve ainsi les sondeurs, les humoristes, les intellectuels dissidents, la « fachosphère » qui n’est souvent que la « réinfosphère » stigmatisée par les obsédés du stigmate, ou encore l’influence des réseaux sociaux. Observons comme chacun de ces acteurs a joué son rôle, à plein ou à contre-emploi, pour faire émerger et couronner, à la surprise de tous, la figure de l’ancien premier ministre de Nicolas Sarkozy.

« Juppémania »

C’est en novembre 2014, soit deux ans exactement avant cette primaire pré-présidentielle, qu’Alain Juppé s’est vu recevoir l’onction des médias à travers une couverture surréaliste des Inrocks, qui faisait de ce vieux chiraquien ringard, compromis, soporifique, libéral et de droite, l’icône improbable des branchouilles de gauche… Il se trouve que quelques jours plus tôt, en ce même mois de novembre, les sondages de mi-mandat révélèrent une cote de popularité du président Hollande en-dessous des lignes de flottaison de la crédibilité minimale (12%), et que le bobo commençait à comprendre que les prochaines élections présidentielles annonçaient de plus en plus inéluctablement le scénario d’un nouveau 21 avril. Aussi, prévoyant et stratège, le magazine le plus à la page des années Mitterrand se chercha-t-il un candidat à droite, désigna « Le moins pire d’entre eux », et titra, dans un espoir performatif un rien mégalo : « Juppémania », tout en livrant un entretien qui attestait de la bonne correction politique d’Alain Juppé (il se montrait favorable à l’adoption pour les couples homosexuels). Cette tentative d’influencer l’opinion par l’éloge paradoxal du « moins pire » et dans une perspective de détournement, donnait quand même l’impression cocasse d’une jeune fille qui, pour pallier son absence de cavalier, tenterait de glamouriser papy avant qu’il l’accompagne au bal. Cette stratégie, aussi biscornue que voyante, pouvait-elle se révéler efficace ? Déjà à l’époque, Loïc Le Clerc, lucide, dans Marianne, prévient : la lèche des Inrocks risque surtout d’avoir l’effet contraire à celui recherché en faisant d’Alain Juppé le « candidat des médias ».

L’Anti-Finkielkraut

Le 13 septembre dernier à Strasbourg, Juppé dévoilait l’axe de sa campagne, celui-ci se fondait sur le concept d’ « identité heureuse ». « Je porte une idée, presque un idéal, celui de l’identité heureuse », clamait-il en prenant ainsi le parfait contrepied du Gaulois Sarkozyx, mais surtout en s’opposant frontalement au philosophe Alain Finkielkraut, puisque c’est du détournement du titre d’un de ses livres les mieux vendus, L’Identité malheureuse (Stock, 2013), que le candidat tenait son « concept ». « Je persiste et je signe : oui, l’identité de la France, l’identité heureuse, c’est ce vers quoi je veux conduire le pays », a-t-il lancé devant près de deux mille personnes, réunies dans le palais des congrès de la ville, en disant : « non au pessimisme, au déclinisme ou au renoncement. » Bien sûr, cette phrase ne veut à peu près rien dire puisque soit la France a une identité, soit elle n’en a pas. Si elle en a une, elle en hérite, si bien qu’on ne conduit pas la France vers son identité, mais on prolonge, développe, déploie, l’identité que la France porte déjà en elle. Ou alors, la France n’a pas d’identité, ce qui signifie que la France n’existe pas, et en ce cas, on conduit en effet ce néant malheureux vers quelque chose de plus sympathique, fût-ce n’importe quoi. De la même manière, est-ce bien raisonnable de dire « non au pessimisme et au déclinisme », plutôt que de s’opposer aux causes de ce pessimisme et aux raisons du déclin ? Non, mais ce n’est pas le problème, il s’agit alors, pour Alain Juppé, ni de parler français (ce qui est une habitude fort discriminante), ni d’exprimer des choses intelligentes, mais de continuer de faire jouir Les Inrocks et les autres médias mainstream qui, en effet, conspuent l’académicien Finkielkraut pour son « déclinisme » et déplorent son influence, une stratégie que jusque là, les sondages encouragent, puisqu’à la fin du mois, Juppé est donné gagnant de la primaire avec près de 60% des voix.

Médias, sondeurs, intellectuels

La stratégie de Juppé se présente donc, en début de campagne, comme une stratégie efficace, et on voit qu’elle sollicite différents acteurs devenus décisifs dans l’opinion, mais dont l’effet n’est pas forcément celui qu’on escompte. La figure de l’intellectuel dissident, qu’il s’agisse d’Éric Zemmour ou d’Alain Finkielkraut, à la fois plébiscités par un peuple de l’ombre et conspués par les médias officiels ou satanisés par les humoristes du service public, cristallise sur elle de puissants enjeux. S’afficher anti-Zemmour ou anti-Finkielkraut, c’est se concilier illico toute la presse officielle, en retournant à son bénéfice leur effet répulsif. Quant aux sondages, ils semblent avoir tendance, dans un premier temps, à confirmer les signaux produits par les médias qui les commandent, un peu comme si les sondés témoignaient d’abord du fait qu’ils avaient bien compris ce qu’on attendait d’eux. Voici donc la première « boucle » qu’enclenche le candidat Juppé : 1- attaquer l’intellectuel répulsif ; 2 – s’agréger les médias mainstream ; 3 – valider le bénéfice de ce soutien par les sondages. Cela semble implacable, sauf qu’à terme, cette boucle s’avérera surtout le circuit d’une prophétie auto-réalisatrice par laquelle le système médiatique tente de se faire croire et de convaincre tout le monde que ses désirs sont des ordres, procédé qui finit même, dans la France comme dans l’Amérique de 2016, par produire un effet de retournement.

Le « bad buzz » d’Ali Juppé

Il y a d’autres acteurs, à côté des médias traditionnels, qui, aujourd’hui, influencent l’opinion de manière décisive, Internet en premier lieu. Le candidat Juppé ne l’ignore pas, d’ailleurs, et s’il semble croire que les magasins Prisunic existent encore, cela ne l’empêche pas de tweeter depuis plus longtemps que ses rivaux. « Dans sa volonté d’occuper tous les terrains, et viser au-delà des simples adhérents des Républicains, Alain Juppé s’est aussi investi dans le volet numérique de sa campagne. » lit-on dans Les Inrocks début novembre. Sauf que la Toile développe un écosystème idéologique très différent de celui des médias émergés. Des sites d’informations alternatifs y jouissent d’une audience importante et produisent parfois des messages viraux. C’est ce qui arrivera avec la caricature du candidat des médias en « Ali Juppé » lancée par le site pour le moins islamosceptique « Riposte laïque ». Le 23 octobre, Romain Herreros, dans le Huffington Post, fait un historique et une interprétation de ce « bad buzz ». Selon lui, les fachos font de l’intox. Il s’appuie notamment, pour démontrer cela, sur la rumeur de financement d’une grande mosquée à Bordeaux grâce à son maire – rumeur fausse -, ou encore en expliquant que l’imam Tareq Oubrou, l’ami gênant d’Alain Juppé, étant menacé par Daech, ne peut-être que compatible avec la République. Ce dernier n’en est pas moins issu des rangs de l’UOIF, et à ce titre, relais de l’idéologie conquérante des Frères musulmans en France. Ensuite, l’islamophilie d’Alain Juppé ne fait mystère pour personne, et lui-même est capable d’expliquer dans une lettre aux catholiques, auxquels il s’adresse en tant que « chrétien agnostique » (encore une expression strictement aberrante) : « Je pense que le christianisme est, par construction, « une invitation et une source », pour mieux dialoguer avec les musulmans », formule que même La Croix qualifiera de « surprenante ». En somme, l’intérêt du christianisme, c’est de nous ouvrir à l’islam… Rien que cette déclaration valait légitimement à Juppé son surnom.

Influence et effets comparés d’internet et des médias classiques

Plutôt qu’une intox diffusée par des fachos, on pourrait donc très bien traduire cette campagne « Ali Juppé » comme une légitime mise en garde réalisée par des lanceurs d’alerte quant aux compromissions d’un impétrant à la présidence de la République avec l’islam, dans un contexte de guerre, de conquête ou de colonisation insidieuse a minima, menée par cette religion sur le sol français. Ce qui expliquerait d’ailleurs la remarquable efficacité d’une telle campagne à laquelle Alain Juppé associera son soudain décrochage en la qualifiant de « dégueulasse ». Mais alors cela signifierait qu’il est plus dommageable d’être attaqué par un site internet laïciste qu’il est avantageux de faire une « Une » énamourée des Inrocks ? Voilà qui en dit beaucoup sur le nouvel écosystème médiatique… Mais à vrai dire, les deux événements jouaient en fait contre le maire de Bordeaux, puisqu’être le « candidat des médias », comme l’avait annoncé Loïc Le Clerc, et encore davantage à l’ère de Trump et du Brexit, cela revient à n’être pas le candidat du peuple qui perçoit toujours plus, à raison, les médias comme l’officine de propagande déguisée des intérêts de l’oligarchie.

Fillon contre l’humoriste

L’une des séquences les plus révélatrices de cette campagne des primaires, et qui sera probablement décisive pour le triomphe de François Fillon, c’est sa confrontation avec l’humoriste Charline Vanhoenacker dans « L’Émission politique » de France 2, le 27 octobre. Quand Léa Salamé et Charline Vanhoenacker n’occupent pas les créneaux principaux de France Inter, elles occupent en effet les créneaux principaux de France 2, sans doute parce que le service public audiovisuel, en France, est une « grande » famille de dix personnes de gauche. Comme l’a montré le magazine Causeur dans son numéro de novembre titré « France Inter aux Français ! », quand, sur cette station, la pensée unique n’est pas divulguée par des journalistes, elle est bombardée par des comiques. Au lieu d’une diversité d’opinion qui conviendrait à une radio financée par le contribuable, on a une diversité de tons pour la même seule et unique opinion autorisée. Placée entre Vanhoenacker et Salamé, le candidat Fillon se retrouve, symboliquement, comme au centre du système Inter, entre la journaliste de gauche et l’humoriste de gauche, entre le sérieux de gauche et le comique de gauche, entre le bon flic de la Pensée Unique et le mauvais flic de la Pensée Unique. À sa place, Nicolas Sarkozy est resté de marbre, Bruno Le Maire a ri. François Fillon va faire infiniment mieux : il va recadrer tout le monde et révéler le chantage obscène et très insidieusement totalitaire sur lequel fonctionne la propagande des médias officiels. Ce n’est pas au clown de conclure. Parce qu’alors c’est le dispositif lui-même qui est vicié. Tout fini dans la dérision, la dérision liquide tout, sauf la moraline de gauche, bien sûr, qui est sauve, et condamne ainsi tout ce qui lui échappe. Alors que l’humoriste mettait un cierge au troisième homme, elle venait de lui offrir l’opportunité de devenir le premier en sabotant un dispositif vécu comme tyrannique. C’est bien ce que confirmera d’ailleurs l’un des conseillers du candidat : « C’est ce blasphème contre « l’infotainment » qui a déclenché, selon un conseiller de François Fillon, l’incroyable dynamique qui l’a mené où l’on sait », peut-on lire un mois plus tard dans Le Figaro.

Révolte

Le triomphe impromptu de François Fillon n’avait été guère deviné, même si l’observation des dynamiques sur les réseaux sociaux, ce que les spécialistes appellent les « signaux faibles », s’est révélée plus pertinente que la seule écoute des sondages, comme dans les cas de Trump et du Brexit. Tous ces éléments sont les indices multipliés d’une nouvelle configuration et d’une nouvelle dynamique dans l’opinion, où chaque acteur peut avoir un effet insoupçonné. C’est l’anti-Vanhoenacker qui a écrasé l’anti-Finkielkraut. C’est le site internet militant Riposte laïque qui a eu une influence décisive sur le destin politique d’Alain Juppé, pas Les Inrocks. Surtout, c’est le candidat qui sabota le dispositif médiatique qui l’emporta sur le candidat promu par les médias, cette même promotion devenant, en 2016, une tare plutôt qu’un atout. Le pouvoir médiatique, en tant que contre-pouvoir perverti, est globalement vécu comme toujours plus illégitime par les populations occidentales. Si le pouvoir politique semble être devenu à peu près impuissant face à un pouvoir économique échappant à tout contrôle, les élections sont du moins l’occasion d’une révolte contre les médias officiels, alors que la sphère internet, comme nouveau contre-pouvoir médiatique, gagne quant à elle en influence et en légitimité. Tout semble donc indiquer que nous nous trouvons dans une phase transitoire et au début de l’effondrement d’un monopole idéologique. L’OJIM, bien sûr, sera en poste pour en chroniquer la chute.

OJIM (Observatoire des journalistes et de l'information médiatique, 5 décembre 2016)

19/12/2016

Le vrai rôle des médias de masse...

Nous reproduisons ci-dessous l'éditorial de Slobodan Despot publié dans le numéro du 11 décembre 2016 de la Lettre Antipresse. Ecrivain et éditeur, collaborateur de la revue Éléments, Slobodan Despot est notamment l'auteur de recueils de chroniques mordantes comme Despotica (Xénia, 2010) et Nouvelleaks (Xénia, 2015) ainsi que d'un superbe petit roman intitulé Le miel.

 

matrix-system-fail.jpg

 

Le vrai rôle des médias de masse

La rumeur parcourt «l’antisphère» depuis l’élection de Trump: les médias officiels sont morts! Ils ont tout misé sur Hillary ils ont donc tous perdu et plus personne le leur accorde le moindre crédit. Circulez, y a plus rien à en tirer!

C’est évidemment une vue de l’esprit. Les médias ne sont pas là pour dire le vrai, ils sont là pour organiser notre vie. Ils sont, dans un sens général (englobant donc aussi les « antimédias »), le filtre par où nous recevons les 95% de notre connaissance du monde qui nous entoure. Le paysan du XIXe siècle pouvait encore se prévaloir d’un rapport presque direct à la réalité, construit par une expérience immédiate patiemment accumulée tout au long de sa vie et validé par une tradition immémoriale. Le paysan d’aujourd’hui n’a, de ce lointain ancêtre, que le nom. Pour acquérir un bien agricole en UE, il doit franchir une vingtaine d’étapes administratives qui supposent davantage de familiarité avec la bureaucratie qu’avec les bêtes. Son contact avec la terre est lui-même médiatisé par les roues de son tracteur. De l’observation du ciel et des vents, il ne tire plus rien, ayant des applications météo gratuites dans son smartphone. Un smartphone sur lequel il tue le temps comme n’importe qui en labourant à la vitesse du pas les sillons interminables de ses champs de taille démesurée qu’impose l’agriculture industrielle.

Supposez que les services de météorologie lui donnent de fausses informations, que la bureaucratie change soudain ses critères en fonction de la théorie du réchauffement climatique, qu’une vague de suspicion frappe la céréale qu’il produit en monoculture ou que son fournisseur lui vende des semences stériles qu’il devra racheter contre bon argent l’année suivante s’il veut semer à nouveau. Il est mort! Il est totalement dépendant, totalement démuni, lui dont l’aïeul, tout en n’ayant pas le sou, était seul maître dans son enclos après Dieu. Une inflexion du cours des denrées, une entourloupe de Monsanto peuvent entraîner des vagues de suicides parmi les paysans désespérés, comme cela se voit aujourd’hui en Inde et ailleurs.

J’ai pris l’exemple du paysan comme un archétype de l’humain « archaïque » et antimédiatique — tout en sachant que c’était un faux exemple. Le paysan moderne est un technicien connecté, comme tout le monde dans notre société. Même des monastères régis par des règles de silence et d’isolation sévères dépendent la vente de leurs produits sur l’internet. Ils dépendent de leur médiatisation! Et il n’est pas un secteur d’activité dont la prospérité, et la survie même, ne dépendent de la pensée industrielle: de sa capacité de rationalisation, d’optimisation, de simplification. De la loi aveugle du nombre!

L’altruisme obligé, ou la burqa de l’homme blanc

C’est dans ce contexte de mécanisation et de déshumanisation systémiques qu’est née la civilisation la plus sentimentale de tous les temps. L’humain de l’ère industrielle — cœur dur et tripe molle selon Bernanos — vit avec une larme perpétuelle au coin de l’œil. Mais c’est le contexte médiatique qui va décider à quel moment, et à quel propos, sa larme va grossir en goutte et rouler sur sa joue. Téléthon: on récolte des millions pour le malheur médiatisé, mais on n’aura pas la moindre mansuétude pour le nécessiteux qu’on croise sur son palier. Migration: on met en scène la générosité de l’accueil, mais on n’a aucune pitié pour les parias qui se retrouvent à la rue pour n’avoir plus pu assumer les charges d’une société où une part croissante des taxes part justement… dans la générosité obligatoire!

La critique est facile, sur un plan général. On peut aisément en faire un système de pensée. C’est le système de pensée qui fonde le discours de ces mouvements dits « populistes » voire d’« extrême droite » qui constituent essentiellement le lobby des gens sans lobbies. Lesquels mouvements risquent bien, une fois arrivés, de remplacer une inhumanité par une autre. Entretemps, comme les révolutionnaires de jadis dans la civilisation bourgeoise, ils renvoient à cette société l’image la plus cruelle et la plus juste. Et, tout au fond de cette critique, se niche le plus petit dénominateur commun qui, par-delà les intérêts politiques et économiques, rassemble prolos et bourgeois, fils d’immigrés et vieux aristos sous les mêmes bannières: la volonté d’être non pas fascistes ni blancs ni Français ni Allemands; la volonté de rester ce qu’ils sont. De rejeter le camouflage imposé. Autrement dit, de rejeter la médiatisation qui les force dans un moule d’idées et de comportements qui les dénature.

A l’abri du sens

En un mot, nous nous sommes accommodés à vivre dans une hypocrisie permanente et absolue du fond de laquelle nous dénonçons l’hypocrisie des autres milieux ou des autres époques. Le « fond » de notre pensée, nous l’exprimons à mi-voix et uniquement à des proches et plus personne n’est assez fou pour clamer tout haut les évidences les plus cuisantes. De temps à autre, des « fuites » impliquant des ministres bien-pensants ou des vedettes de show-biz (se souvient-on de John Galliano?) nous rappellent à quel point le langage public de leur caste doit être corseté pour qu’ils finissent, quand ils se croient « en cercle privé », par s’épancher en des grossièretés explosives. Un seul mot malheureux peut mettre fin à une carrière par ailleurs exemplaire. Le discours des responsables politiques ou économiques est soigneusement lissé par les spin doctors afin de ne jamais laisser dépasser le moindre coin de bois rugueux sous la nappe satinée des euphémismes et des platitudes. Il importe de ne rien dire qui fasse sens! Lorsque vous franchissez cette limite, lorsque vous exprimez du sens, vous tombez dans la marmite du « populisme », d’où que vous soyez parti (voir à ce sujet le scandale soulevé par le banquier socialiste Thilo Sarrazin, en Allemagne).

Il importe de bien comprendre que cette terreur du « politiquement correct » n’est pas spécifiquement… politique. Comme le rappelle Angelo Codevilla), la correction politique passe avant l’exactitude factuelle parce que le Parti ou l’avant-garde éclairée (autrement dit le détenteur du monopole du langage public) incarne une réalité supérieure à la réalité elle-même. Une réalité « 2.0 », dirait-on aujourd’hui. Or depuis que nous sommes sortis du millénarisme marxiste et de ses illusions, plus aucun parti politique ne peut prétendre à une telle ambition: réécrire la réalité elle-même. La seule instance dotée des pouvoirs et des instruments d’un tel projet est le complexe académico-médiatique que les autorités publiques et l’économie entretiennent, mais qu’elles craignent plus que tout. L’université demeure aujourd’hui le dernier bastion des utopies collectivistes du XIXe siècle et en même temps le creuset des recherches de pointe en biotechnologie, cybernétique ou intelligence artificielle qui prétendent redéfinir concrètement l’être humain et son environnement. Sans l’assistance des médias (dont elle forme l’ensemble des cadres), l’université ne pourrait jamais justifier les crédits colossaux alloués à des recherches sans aucun intérêt ni écho pour les populations qui les financent, et encore moins s’assurer couverture et soutien pour des projets d’ingénierie humaine susceptibles d’accorder un droit de vie et de mort sur le «matériau humain» à une étroite et obscure avant-garde de technocrates. Il est aisé de voir que la théorie du genre elle-même ainsi que ses ramifications constitue une stratégie d’intimidation et de prise de pouvoir sociétale des milieux académiques, doublée d’un formidable désinhibiteur pour l’expérimentation la plus sacrilège: celle portant sur le sexe et la reproduction de notre espèce.

L’altruisme des sangsues

Au refaçonnage en laboratoire de la réalité biophysique correspond le remplacement de la réalité éprouvée par une réalité de synthèse au travers des médias. En ce sens, le processus est agnostique et apolitique. N’importe ce que vous pensez, pourvu que vous pensiez artificiel: c’est pourquoi, par exemple, le grotesque nazisme ukrainien ne dérange absolument pas les médias de grand chemin! N’importe ce que vous croyez voir, pourvu que vous le voyiez à travers nos lucarnes. Tout ce que nous sentons, tout ce que nous pensons est passé au crible des médias et des valeurs qu’ils colportent. Les contradictions ne leur font pas peur, au contraire. Elles contribuent à désorienter le cobaye — et donc à le rendre encore plus dépendant. Les médias ne servent pas à informer la meute, ils servent à la dresser.

D’où cette insistance sur le culte de l’Autre en tant que négation du Même (de soi), couplée à la dérive émotionnelle qui court-circuite les garde-fous rationnels. Tandis qu’on nous intime d’être altruistes dans le contexte général, il nous est permis et recommandé d’être cupides comme des sangsues dans notre vie privée (« Vos intérêts », « Faire fructifier votre argent », « profiter de vos avantages », etc.). En couplant la générosité abstraite à la mesquinerie concrète, on façonne des masses d’humains écervelés, abreuvés de slogans de fraternité et de partage, mais mus par un égocentrisme strict excluant tout esprit de sacrifice et toute confiance en l’autre, conditions premières d’une identité collective.

C’est pourquoi les mouvements identitaires (= défense du Même) sont proscrits, c’est pourquoi le réalisme politique, social ou éducatif est a priori décrié, c’est pourquoi les individus au langage franc et à l’engagement sacrificiel sont inévitablement poussés vers « l'extrême droite ». N’échappent à la mise au ban que les grégaires et les veules qui acceptent de brouter l’herbe entre leurs quatre pattes sans s’intéresser au destin du troupeau.

Et c’est aussi pourquoi la faillite totale du système médiatique sur la victoire de Trump n’était pas une simple erreur d’appréciation. C’était littéralement une « erreur système »: la faillite momentanée d’une matrice informatique mise en place non pour rendre compte de la réalité, mais pour la remplacer.

Slobodan Despot (Antipresse n°54, 11 décembre 2016)

16/12/2016

Exit...

Nous reproduisons ci-dessous une chronique de Richard Millet, cueillie sur son site personnel et dans laquelle il évoque l'annonce par François Hollande de sa renonciation à une candidature à l'élection présidentielle ...

Auteur de La confession négative (Gallimard, 2009) et de Tuer (Léo Scheer, 2015), Richard Millet vient de publier aux éditions Léo Scheer un roman intitulé Province.

 

Richard Millet Liban 2.jpg

 

Exit

Pendant que Hollande annonçait qu’il ne se présenterait pas à la prochaine élection présidentielle, avec la mine d’un concierge venu expliquer que la fête ne pouvait continuer à cause d’une panne générale d’électricité, non sans vanter toutefois le bilan globalement positif de la fête, regrettant même d’avoir proposé la déchéance de nationalité (la seule loi qui n’eût pas été indigne de la notion même de nationalité), me dirait une amie comme moi convaincue que la démocratie est un supermarché de farces et attrapes à l’usage de peuples aliénés, j’écoutais, sur un banc de la station de RER, à Vincennes, deux femmes se prendre le bec à propos de ce qui venait d’arriver à l’une d’elles, récemment attaquée, un soir, dans une rue de la ville.

« Ouais, tu as payé trois jeunes Blacks pour faire genre que tu as été agressée et obtenir un arrêt-maladie d’une semaine », ironisait la première, à l’allure de bobo sur le retour. « C’étaient bien des Noirs, pourtant. J’ai deviné que je serais attaquée quand j’ai aperçu deux mecs encapuchonnés, debout près de l’immeuble. Le troisième, je ne l’ai pas entendu surgir dans mon dos. Il m’a plaquée par terre, pendant que les autres me frappaient pour me faire lâcher mon sac ». « Comment tu sais que c’étaient des Blacks ? » « J’ai senti cette odeur de sueur ». « T’es dingue ! Comment tu parles, là ! Comme une raciste… ». « Je te dis juste ce qui s’est passé, pauvre conne ! et pas ce que tu voudrais qui ne se soit pas passé », a encore dit la victime dont le visage portait en effet ces traces de coups si particulières aux femmes battues. Pour un peu, elle l’eût giflée, et elle eût bien fait. Elle s’est contentée de se lever et de gagner l’autre extrémité du quai, laissant la boboïque indignée à d’évidents problèmes de constipation et de frustration idéologico-sexuelle.

Je ne m’en suis bien sûr pas mêlé ; mais cet échange en dit long sur l’état de la France, ravagée par quatre années de pouvoir socialiste et des lustres de renoncement à nommer le mal tel qu’il est. C’est pourtant le devoir du pouvoir politique que de le désigner et de le combattre. Hollande, comme ses prédécesseurs, a fait tout le contraire, quoique davantage : nul n’est allé plus loin dans le déni, le mensonge, l’inversion, et, bien entendu, dans la parodie.

J’ai fini par voir son intervention télévisée. Cohn-Bendit a cru indispensable de faire savoir que le président est entré dans l’Histoire par cet acte d’humilité. Pour un peu il l’eût comparé à Benoît XVI renonçant au trône de saint Pierre… Je dirai plutôt que la décision de Hollande était le premier acte authentique de son règne, bien qu’il eût l’air de n’être déjà plus là, ou même de n’avoir jamais été là. Quant à la presse française, en prostituée chevronnée, elle a fait semblant d’avoir un de ces orgasmes par lesquels elle abuse les gogos, seuls les imbéciles pouvant s’étonner de la décision présidentielle.

Le lendemain, Hollande s’est envolé pour Abou Dhabi, ce paradis démocratique où Jean Nouvel (dont la tête de gourou est remarquable) achève la construction d’une succursale du Louvre, qui complètera la « Paris-Sorbonne Abou Dhabi » ― des produits dérivés, des simulacres, la marque comptant plus que la fonction originale : le Culturel, et non plus la Culture. Car qui peut penser que les Arabes du Golfe s’intéressent à la culture française, et qu’il soit possible d’enseigner librement dans cette Sorbonne franchisée comme d’exposer ce que l’on veut dans cette déclinaison du Louvre ?

Pour moi qui suis hanté par la concomitance des signes, je crois surtout que Hollande attendait que Castro mourût pour se mettre enfin en survêtement : le costume lui va si mal... Il avait rendu visite à Castro tout en clamant qu’il fallait qu’Assad quitte le pouvoir ; nul ne s’en est indigné, tant la castromania est encore vivace, chez les bobos… Ce sera donc en survêtement, qu’il assistera, bientôt, espérons-le, à la victoire des troupes légitimes d’Assad sur les islamo-rebelles de Syrie.

Richard Millet (Site officiel de Richard Millet, 4 décembre 2016)

15/12/2016

Le monde enchanté de Macron...

Vous pouvez découvrir ci-dessous une chronique incisive d'Éric Zemmour sur RTL, datée du 13 décembre 2016 et consacrée au petit monde privilégié des partisans d'Emmanuel Macron...

 

                                             

13/12/2016

Le cinéma de Cheyenne-Marie Carron...

Nous reproduisons ci-dessous un bel article de Ludovic Maubreuil, consacré à la réalisatrice Cheyenne-Marie Carron, mis en ligne sur son blog Cinématique, après avoir été publié initialement dans la revue Eléments (n°162, septembre - octobre 2016).

Vous pouvez également découvrir la bande-annonce de son prochain film, La Morsure des Dieux.

Les films de Cheyenne-Marie Carron sont disponibles en DVD sur son site officiel.

Cheyenne-Marie Carron_filmographie.jpg

Le cinéma de Cheyenne-Marie Carron

C’est l’histoire d’une jeune fille de la Drôme qui monte à Paris à sa majorité, CAP de secrétariat en poche, avec la ferme intention de devenir réalisatrice. Née à Valence de parents kabyles, placée à trois mois en famille d’accueil, déclarée Pupille de L’Etat des années plus tard, elle est officiellement adoptée à l’âge de 20 ans par les Carron et décide alors de changer de prénom. Par fidélité à son petit frère d'origine indienne mais également en hommage à l’un des derniers films de John Ford, Les Cheyennes (1964). En 2014, elle le compose avec Marie, suite à son baptême catholique. C’est l’histoire de Cheyenne-Marie Carron, qui a réalisé à ce jour deux courts-métrages (dont le premier à 25 ans) et six longs, deux autres étant en préparation.

Viennent dans l’ordre, Ecorchés (2005), huis-clos étouffant sur un couple reclus volontaire dans une vaste maison, peu à peu anéanti par son propre nihilisme ; Extase (2010), somptueuse méditation sur l'enfantement et la mort, la foi et le doute, l'art et le sexe ; Ne nous soumets pas à la tentation (2011), drame à tiroirs et à révélations, raconté successivement par ses trois protagonistes ; La Fille Publique (2012), superbe portrait de son adolescence, retraçant avec une franchise exemplaire, cette période délicate ; L'Apôtre (2014), itinéraire douloureux d'un musulman finissant par devenir chrétien, dont la sortie fut plusieurs fois repoussé en raison des attentats en France ; Patries (2015), intense film sur la banlieue, croisant les destinées de Sébastien, en butte au racisme anti-blancs, et de Pierre, Africain en France depuis l'âge de cinq ans.

Que ce soit en raison de la hardiesse de ses sujets ou du fait qu'elle ne fasse pas partie du sérail, Cheyenne-Marie Carron bâtit son œuvre en dehors du système. Elle écrit, réalise et produit elle-même ses films, les tourne avec peu de moyens, pour quelques dizaines de milliers d'euros, avec bien souvent des acteurs et des techniciens en participation, c'est à dire rétribués en fonction des recettes. La dernière ligne du générique de fin de Ne nous soumets pas à la tentation est un extrait du Manuel de survie de Werner Herzog, décapante charge contre l'industrie cinématographique : « Tu ne dois jamais dépendre de quiconque. Deviens ton propre producteur. L'argent suivra… »

Une main glisse le long d’une façade d’immeuble, d’une grille de jardin, d’une cloison d’appartement. Elle en effleure les arêtes de métal, la douceur un peu rêche du papier-peint, les aspérités du crépi. La caméra suit celle ou celui qui marche ainsi d’un pas décidé, tout en se focalisant sur cette main qui malgré la hâte, l’inquiétude ou la détermination, s’attarde encore un peu, profite de ces sensations bientôt évanouies, puisqu’il faudra bien finir par quitter cet immeuble, ce jardin, cet appartement. Ce plan récurrent dans le cinéma de Cheyenne-Marie Carron donne assez bien la mesure du caractère fordien de ses personnages, lesquels ne vont jamais de l’avant sans garder chevillée au corps, la mémoire de ce qui les a fondés, comme un peu de terre natale au fond de la poche. Chez Ford en effet, le héros n’envisage l’autre, ne part à sa découverte ou à son affrontement, qu’en fonction de ce qu’il sait de lui-même et de sa communauté. C’est même parce qu’il a besoin de la compléter, de l’affermir ou d’enfin l’accepter, qu’il se confronte à d’autres identités que la sienne, comme le capitaine Thomas Archer face aux indiens de Cheyennes.

La rencontre avec l’autre, chez Ford comme chez Cheyenne-Marie Carron, n’est jamais anodine, mais au contraire décisive. Elle permet de départager ce qui n'a jamais été que postures machinales et ce qui demeure essentiel, ce qui résulte de racines profondes et ce qui ne relève que de du cosmétique, ce qui s’impose et ce que l’on prétend. La relation violente à l’autre, après les mensonges et les simagrées de la ressemblance, permet de déployer son identité sans pour autant en renier l'origine. C’est ainsi que Pierre, Camerounais élevé en France, cheminera tout au long de Patries, notamment grâce à son amitié manquée avec Sébastien, jusqu’à désirer rejoindre la terre de ses ancêtres ; mais c’est aussi de la sorte qu’Akim, dans L’Apôtre, de confession musulmane mais se heurtant aux principes rigoristes de son frère, deviendra chrétien. Dans les deux cas, chacun des personnages s’est pleinement réalisé, après avoir quitté ce qu’il pensait être et devenu ce que profondément il était. Deux leitmotivs de son cinéma peuvent alors être rapprochés : la rixe brutale, qui voit l’un contre l’autre, frères, sœurs ou camarades se combattre, et puis le plan intimiste, avec une porte entrouverte en amorce, dévoilant un personnage qui dans le secret d’une chambre, entonne un chant ou récite une prière. D’un côté, la violence sans fard, filmée au plus près par une caméra incisive, et de l’autre, la lente maturation dans le retrait de l’arrière-plan. Le combat-chrysalide, qui permet de se nourrir et se démarquer de cet autre au reflet inversé, et puis la métamorphose, qui n’est finalement qu’une réappropriation définitive de soi.

La richesse des films de Cheyenne -Marie Carron tient à cette dialectique fordienne, à cette quête acharnée de ce qui fonde puis forge une identité. Elle procède également d’un style audacieux, tentant de lier la rigueur de l'enchaînement classique aux bouleversements du cinéma-vérité. Cette démarche esthétique, que l’on peut cette fois rapprocher du cinéma de Pialat, apparaît d’autant plus anachronique que la mode, tout juste à l'opposé, est aux dérèglements formels les plus hauts en couleurs, combinés au chiqué relationnel, aux témoignages parodiques, aux faux-semblants de la sincérité … On observe en effet dans cette œuvre d’une grande cohérence, une oscillation permanente entre l’implacable progression dramatique et le maelstrom d'émotions qui figent les personnages. Il en va de même entre le sens précis d'une séquence et la kyrielle de sensations qui viennent s'y inviter, entre la vérité d'un acteur et la logique de son rôle. Ces trois registres d'opposition montent ainsi chaque film jusqu’à son point de rupture, exerçant une tension bouleversante entre le documentaire et l’allégorie. A ce titre, on peut remarquer qu’à de nombreuses reprises, la caméra vient capter la position des mains des acteurs. Qu’ils les saisissent dans la justesse d'une attitude, le savoir-faire d’un travail, qu’ils les montrent ouvertes pour la gifle ou le pardon, qu’ils les préfèrent caressantes ou crispées sur un refus, ces plans magnifient autant le caractère immuable d’un langage que la beauté évidente de l’instant.

Il est bien d’autres raisons pour lesquelles ces films se révèlent précieux. Le cinéma français contemporain, par exemple, paraît ne rien penser des paysages dont il agrémente ses récits. Il les oublie dans le flou des arrière-fonds ou bien les maquillent de grandiloquence publicitaire. Réduites à un décor, les expressions de la nature ne sont plus là qu’en supplément, profondément désaffiliées. A l'inverse, les héroïnes et les héros de Cheyenne-Marie Carron font corps avec la nature, leurs sentiments les plus contrastés en épousent les formes, un lien organique s'établit entre la mer, le vent, la forêt et leur psyché. Il peut s’agir d’exaltation comme d’apaisement, de rencontre tragique comme de recours inespéré. L'escalade meurtrière des amants d'Ecorchés se nourrit des bourrasques qui frappent à leur porte et dévastent les alentours ; les souvenirs et les craintes d'Extase s’accompagnent en fond sonore d’eau qui s’écoule lentement, de vagues violentes, de pluie régulières ; Yasmeen (La Fille publique) croise souvent des arbres à ses moments de grand désarroi, y grimpe même pour s’y réfugier. Akim (L’Apôtre), en plein conflit spirituel, trouve le réconfort en enserrant de ses mains le tronc d'un arbre, tandis que le groupe d'anciens musulmans convertis au christianisme se réunit en secret dans une clairière ; Pierre (Patries) retrouve entre les arbres d'un parc, la musique traditionnelle de son pays. Tout comme la sensualité mystique qui émane de la plupart des films de Cheyenne-Marie Carron, cette union vivifiante entre l'homme et la nature, ce rapport charnel à la terre, transcende ces récits de vengeance et de conquête, d'accomplissement et de renoncement, de foi et de doute. La rencontre enthousiaste avec la spiritualité païenne, dont la cinéaste nous parle dans l'entretien qui suit, semble ainsi un aboutissement logique, tant la matière de son cinéma en était déjà, depuis l’origine, profondément imprégnée.

Catholique fervente néanmoins sensible à l'effusion païenne, cinéaste autodidacte affinant des mises en scène toujours plus exigeantes, auteur exclue du système continuant de ne faire aucune concession à l’air du temps, Cheyenne-Marie Carron n'a sans doute pas fini de remuer le monde désenchanté, désengagé et désespérant du cinéma français. Comme Dumont, Brisseau, Viel et quelques autres, elle en sauve même l'honneur.

Ludovic Maubreuil (Cinématique, 5 décembre 2016)