Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/02/2017

A propos de l'Alt Right...

Nous reproduisons ci-dessous un entretien donné par Richard Spencer au site Europe Maxima et consacré à l'Alt Right, mouvance politique américaine, dont il est une des principales figures de proue. Richard Spencer dirige le National Policy Institute.

 

Richard Spencer.jpg

L’Alt Right s’exprime !

Europe Maxima : En préalable, pouvez-vous présenter le National Policy Institute (« Institut de politique nationale ») que vous dirigez ?

Richard B. Spencer : J’ai fondé et dirige le National Policy Institute, un cercle de réflexions indépendant à but non lucratif dédié au patrimoine, à l’identité et à l’avenir des Européens aux États-Unis et dans le monde. En parallèle, j’anime aussi le Washington Summit Publishers et je suis l’éditeur – créateur de Radix Journal (RadixJournal.com). J’ai enfin cofondé le site récemment lancé Alt Right (altright.com).

Europe Maxima : Les médiats vous perçoivent comme le porte-parole de la désormais célèbre Alt Right. Or, l’Alt Right est plus une nébuleuse constituée de différentes tendances qu’un mouvement homogène. Où vous situez-vous dans cette constellation intellectuelle et politique ?

Richard B. Spencer : J’ai inventé le terme « Alt Right » en 2008 afin de me différencier des échecs du conservatisme américain dominant. Je voyais ce dernier comme une forme purement réactionnaire qui cherche à préserver le statu quo au lieu de nous concentrer sur la transmission de nos traditions ancestrales majeures aux générations futures. Je me vois en avant-garde intellectuelle de ce mouvement.

Aujourd’hui, Alt Right a pris une acception générique afin de désigner ceux qui cherchent à sortir de la postmodernité libérale qui domine les États-Unis et l’Europe par des actions culturelles, sociales et politiques. La diversité actuelle de l’Alt Right correspond à son premier stade initial. Au fur et à mesure de son développement, nous affirmerons notre message et améliorerons notre communication auprès de nos homologues hors des États-Unis.

Europe Maxima : Plusieurs acteurs de l’Alt Right paraissent influencés par la « Nouvelle Droite » française, notamment par Guillaume Faye et Alain de Benoist. En ce qui vous concerne, vous avez invité ce dernier en 2013 pour traiter de la question identitaire. Qu’avez-vous appris de la « Nouvelle Droite » et croyez-vous par ailleurs que son influence soit si importante auprès des « Alt Righters » ?

Richard B. Spencer : La « Nouvelle Droite » française a eu un impact énorme sur l’Alt Right, ainsi que les premières interprétations de la Droite en Europe continentale, de Friedrich Nietzsche aux penseurs conservateurs révolutionnaires de l’Entre-deux-guerres. L’une des raisons de cette influence est que l’Europe continentale possède une riche tradition d’intellectuels de droite alors que les États-Unis n’en ont peu, proportionnellement à leur population. Outre un certain nombre d’exceptions notables, la droite aux États-Unis réunit aujourd’hui les néo-conservateurs, les libertariens et les paléo-conservateurs qui, soit ne répondent pas aux questions essentielles sur l’identité, soit ne vont pas assez loin dans la bonne direction.

Europe Maxima : Outre la « Nouvelle Droite » et quelques penseurs célèbres tels Julius Evola et Oswald Spengler, qui sont les penseurs américains, souvent méconnus des Européens, qui influencent l’Alt Right.

Richard B. Spencer : Certains de ces penseurs notables s’appellent Sam Francis, Patrick Buchanan, Murray Rothbard et Paul Gottfried. De diverses façons, ils ont critiqué la politique étrangère de Washington, appliquée par les néo-conservateurs et les interventionnistes libéraux, qui propage le chaos. Ils s’interrogent aussi sur le déclin de l’Occident et examinent les questions d’identité.

Europe Maxima : La Lügenpresse vous dépeint en « néo-nazi suprémaciste blanc » alors que vous vous définissez comme un « race realist (réaliste racial) ». Cela signifie-t-il que vous défendez un « beau pays blanc » ou bien acceptez-vous de vivre dans un pays multiculturel tant qu’il n’y a pas de mélange racial et culturel entre ses différentes communautés ?

Richard B. Spencer : Je me considère comme un identitaire. J’ai aussi répété à plusieurs reprises que pour aller de l’avant, nous devons rejeter toutes les idéologies du passé. Les partisans du libéralisme (y compris ceux qui s’inscrivent dans la gauche mainstream) usent contre tout opposant de mots-clés émotionnellement chargés. Cela montre la puissance de ces termes destinés à clore toute discussion rationnelle. Leur emploi témoigne de l’actuelle hystérie des élites mondialistes et de leurs partisans en raison du lent changement de paradigme qui aboutit, depuis le Brexit et – surtout – l’élection et l’investiture de Trump, à un populisme axé sur l’identité. Si vous regardez les échauffourées survenues le jour de l’inauguration de Trump ou celles de Berkeley (NDT : suite à la venue de Milo Yiannopoulos, l’éditorialiste du site Breibart News à l’université de Berkley en Californie, le 1er février dernier), vous remarquerez que ceux qui ont été attaqués – verbalement et physiquement – ne sont pas seulement des personnes comme moi, aux idées audacieuses et radicales, mais aussi des conservateurs de base à la casquette rouge (NDT : le couvre-chef des supporters de Trump). Nos assaillants ne font aucune différence entre nous. La nature explicite de cette distinction ami/ennemi est excellente : nos adversaires nous sont hostiles, voire violents, ce qui devrait convertir les plus réceptifs à notre message.

Europe Maxima : Le concept de race est-il pour vous plus qu’un simple matérialisme biologique ? Et que faire face à la vacuité spirituelle et au nihilisme qui affligent l’homme blanc post-moderne ?

Richard B. Spencer : Je ne souscris pas au déterminisme biologique pur. Je crois que l’identité de chacun est un jeu complexe de nature et de culture, de l’ADN jusqu’aux interactions culturelles et sociales et, bien sûr, à la géographie – le sens de l’enracinement dans son paysage natal. Nos homologues européens doivent comprendre l’unicité du développement américain : notre société est hyper-racialisée parce que notre histoire sur ce continent inclut l’esclavage, les diverses vagues d’immigration, provenant principalement d’Europe et, plus récemment, d’autres parties du monde, la ségrégation, et ainsi de suite. Alors que certaines communautés d’immigrants plus anciennes, comme les Irlandais par exemple, perdurent, la majorité des Américains d’ascendance européenne n’est pas seulement ethniquement mélangée, mais s’identifie simplement en tant que Blancs. C’est à la fois leur réalité en termes de perception de soi et en terme d’altérité, lorsqu’ils rencontrent des membres d’autres groupes ethniques. À certains égards, cette perception est similaire pour les Américains d’origine africaine, hispanique et autres. Pourtant, alors que ces groupes minoritaires sont encouragés à maintenir leurs identités respectives par le biais de leurs propres institutions et sur l’incitation de l’État via l’« affirmative action (la discrimination positive) » dans l’éducation, les Américains d’origine européenne ne bénéficient pas de ces facilités. Il est vrai que les Américains blancs détenaient, il y a peu de temps encore, l’hégémonie sociale et culturelle et n’éprouvaient donc aucun besoin d’avoir leurs propres organisations. La combinaison de la démographie, de l’immigration et d’une sorte de « Kulturkampf » multiculturaliste nuit maintenant aux Euro-Américains.

Europe Maxima : Depuis quelques années en France, des activistes comme Laurent Ozon ont forgé le concept de « remigration », soit le retour des populations étrangères dans leur pays d’origine d’une manière pacifique grâce, par exemple, à des accords bilatéraux. Pensez-vous que quelque chose de semblable pourrait se réaliser un jour aux États-Unis ?

Richard B. Spencer : L’Alt Right n’en est qu’à ses débuts. Nous devons utiliser notre temps judicieusement plutôt qu’avoir des yeux plus gros que le ventre en se fixant des objectifs politiques pour l’heure irréalisables. Toutefois, je crois que nous devons agir de façon collective uniquement dans notre propre intérêt, ce qui exclut, par définition, ceux qui n’en font pas parti. En théorie, cela pourrait être réalisé par divers moyens pacifiques et volontaires. Je n’exclus donc pas ce concept de « remigration » de la liste des possibles.

Europe Maxima : Quelle est votre avis sur l’islam ?

Richard B. Spencer : Dans les meilleures circonstances, nous pourrions « vivre et laisser vivre ». Envisager la question de l’immigration – ou de la migration de masse – vers l’Europe et les États-Unis en y mêlant l’islam est incorrect. L’islam est pratiqué dans des régions très différentes dans le monde : les musulmans indonésiens se distinguent de ceux du Liban et du Nigéria. L’Arabie Saoudite pratique avec horreur la décapitation, tandis que les musulmans tatars en Russie sont en grande partie des adhérents laïques à la culture générique russo-européenne. Ainsi, cette question devrait-elle non seulement s’inscrire dans le sens de la religion, mais aussi selon l’ethnie, la culture et la géographie. Ceci dit, à quelques exceptions près, comme celle des communautés minoritaires autochtones historiques, les migrations musulmanes à grande échelle n’ont pas leur place en Europe. Dans le même temps, Washington et ses alliés européens doivent arrêter le chaos et la destruction qu’ils ont provoqués au Moyen-Orient, en Afrique du Nord et en Asie centrale, suscitant un flux apparemment sans fin de réfugiés de guerre et de migrants économiques, et même de terroristes. Je demeure surpris quand la question des réfugiés est débattue, presque personne – même pas les soi-disant militants gauchistes anti-guerre – ne mentionne que la meilleure solution, après l’arrêt des aides aux prétendus « rebelles modérés » et de contribuer à la lutte contre le terrorisme mondial, est la réinstallation des réfugiés accompagnée, peut-être, d’une aide à la reconstruction sur leurs propres terres ancestrales, pas en Europe ou aux États-Unis !

On se demande s’il sera possible un jour de « vivre et pouvoir vivre » avec l’islam, et non « vivre et pouvoir mourir ». J’ai suivi de loin les débats sur l’islam des années 2000. D’un côté, les libéraux (y compris George W. Bush) ont affirmé que l’islam était une « religion de paix »… De l’autre côté, des partisans conservateurs de Bush et de la « Guerre contre le terrorisme » ont assuré que l’islam était une religion de dingues vouée à installer la charia dans l’Oklahoma – ce pourquoi nous devrions nous livrer à des guerres sans fin pour la démocratie au Moyen-Orient. Inutile de dire que les deux camps se trompent. Bien que je déteste l’admettre, parce que je me suis opposé à la guerre en Irak avec beaucoup de véhémence, le côté conservateur contient un brin de vérité. L’islam – à son apogée (par exemple, l’islam wahhabite ou salafiste – l’islam en tant qu’idéologie politique) – n’est pas une confession pacifique comme le méthodisme ou le bouddhisme. L’islam arbore le pavillon noir. C’est une idéologie expansive, dominatrice, dirigée contre l’Europe. L’islam donne aux non-Européens un esprit de combat et les intègre dans un dépassement ontologique. L’islam, « civilisation » au sens de Huntington, est un grave danger pour les peuples européens.

Europe Maxima : En même temps qu’un ras-le-bol général, d’une méfiance envers les élites politiques et médiatiques et la montée du populisme, les tensions raciales et culturelles se développent de plus en plus des deux côtés de l’Atlantique. Est-ce à cause d’une crise économique et sociale, d’une crise politique, d’une crise d’identité, d’une crise de sens ou même de tout cela à la fois ?

Richard B. Spencer : La crise actuelle en Occident a des causes multiples, immédiates et profondes. La première est évidente : l’État-Providence en guerre favorise des crises à l’étranger et en accepte les conséquences (migrants et réfugiés), ce qui profite aux élites mondialistes et à leurs intérêts capitalistes transnationaux. Ce cycle perpétuel se produit dans un contexte de dégénérescence morale et culturelle marquée du passage de la culture du divertissement à la « tolérance » suicidaire. Même si c’est possible pour quelques cas, les réfugiés ne peuvent pas être assimilés, car il n’existe plus de culture viable pour les assimiler. Les résultats sont horribles. Pourtant, maintes des critiques de la présente situation ne veulent que revenir en arrière, idéalement trois ou quatre décennies en arrière, quand les choses semblaient raisonnablement « correctes », sans se poser des questions difficiles ou fondamentales. C’est une erreur. Après tout, c’est ce temps apparemment confortable qui nous a placés sur la trajectoire qui nous entraîne à la situation d’aujourd’hui. D’autres placent le déclin de l’Occident à l’ère des Lumières qui a engendré certaines des idéologies de la Modernité. D’autres encore aux origines du christianisme tandis que des penseurs (Heidegger) vont aussi loin que la Grèce antique et le « cadrage de l’être «. Nous devons donc nous poser des questions ardues : « Qui sommes-nous ? » et « Quelle est notre place dans l’histoire ? »

Europe Maxima : Croyez-vous que les concepts de gauche et de droite sont toujours valables ?

Richard B. Spencer : D’une part, le spectre politique auquel tout le monde est habitué est largement dépassé. Après l’effondrement du communisme, le libéralisme est devenu la seule idéologie debout de la modernité avec des aspirations globales, dans lesquelles la gauche et la droite traditionnelles représentent deux versions cosmétiques différentes d’une même trajectoire fondamentale. C’est ainsi de nombreux identitaires qui se définiraient eux-mêmes comme de droite, expriment un vif intérêt pour l’environnement et sa préservation, c’est-à-dire des questions traditionnellement associées au gauchisme « vert », ou bien souscrivent à une politique étrangère anti-interventionniste – une position plutôt à « gauche ». En même temps, dans un sens un peu abstrait et sémantique, on peut parler d’une Gauche et d’une Droite éternelles, quand la première correspond au mouvement horizontal, à la destruction des normes existantes, à la décentralisation, tandis que la seconde concerne l’éternité, le mouvement vertical, la centralisation, la consolidation, l’esprit créatif et la monumentalité. Ces formes sémantiques sont cycliques.

Europe Maxima : Donald Trump est finalement devenu président des États-Unis. Qu’attendez-vous de lui en matière de politique intérieure et étrangère ?

Richard B. Spencer : Mon espoir vis-à-vis de Trump reste pragmatique et donc modeste. Au mieux, il se focalisera sur les questions intérieures afin de tenter de résoudre justement à une multitude de problèmes de politique intérieure, tout en adhérant à la Realpolitik dans les relations internationales. Je ne m’attends pas à ce qu’il démantèle l’OTAN – bien que cette alliance soit une relique de la Guerre froide – à rebours des théories paranoïaques de ses adversaires. Mais il va sans dire que l’alliance doit être radicalement repensée. Pour moi, Trump est plus important en tant que symbole et type d’énergies qu’il a déchaînées plutôt que ses politiques réelles. Il a, par exemple, récemment nommé un protestant anglo-saxon, Neil Gorsuch, pour la Cour suprême. Dans la pratique, les décisions de Gorsuch vont probablement adhérer à l’examen du droit constitutionnel. Symboliquement, il représente cependant le fondateur de l’Amérique comme un État naissant, alors qu’aucune des sélections récentes n’a été représentative de celui-ci. De même, les commentaires de Trump, relatifs à une relation raisonnable avec la Russie, à l’interrogation explicite de l’immigration, donnent l’espoir d’un changement de paradigme à venir.

Europe Maxima : Comme le nom de notre site le suggère, nous défendons la Grande Europe. Quelle est votre opinion à la fois sur l’Europe en tant que civilisation et en tant que (pseudo-)structure politique et économique que l’on nomme Union européenne ?

Richard B. Spencer : Si vous regardez par exemple des cartes du Saint-Empire romain germanique dans le passé et de l’Union européenne, il y a un petit chevauchement. Cela prouve qu’il y a une vaste entité spirituelle, géographique et ethnoculturelle que nous pourrions appeler la Grande Europe. Pourtant, la forme de cette entité a été remplie de contenus différents à travers l’histoire. L’actuelle Union européenne représente tout ce qui ne va pas : de sa bureaucratie massive à ses politiques culturellement destructrices. Conclusion : la forme doit être remplie de contenus corrects en liaison avec de vraies identités et traditions européennes. J’ai exprimé mon scepticisme pour le « Brexit », ainsi que pour toutes les formes de nationalisme ethnique, c’est-à-dire ces nationalismes qui voient les autres Européens comme « l’Autre ». Qu’on le veuille ou non, les lignes de fracture du XXIe siècle – et au-delà – sont celles de la race et de la civilisation. Il faut aborder les problématiques et les crises à ce niveau. En ce sens, nous devons penser et agir de façon raciale. Reste à savoir comment exprimer exactement cet esprit identitaire en termes de structures politiques…

Richard Spencer, propos recueillis et traduits par Thierry Durolle (Europe Maxima, 12 février 2017)

 

                                

15/02/2017

Quand le monde occidental ne sait plus qui il est...

Nous reproduisons ci-dessous un entretien avec Philippe Bénéton, cueilli sur Figaro Vox et consacré au dernier essai que cet auteur vient de publier aux éditions du Cerf, Le dérèglement moral de l'Occident. Philosophe, Philippe Bénéton est professeur émérite à la Faculté de droit et science politique de Rennes.

Foule anonyme.jpg

Philippe Bénéton : «Le monde occidental ne sait plus qui il est»

FIGAROVOX. - Comment expliquez-vous la crise des démocraties libérales que nous traversons? Est-elle liée à ce que vous appelez «le dérèglement moral de l'Occident»?

Philippe BENETON. - Oui, il me semble. La raison première est celle-ci: la pensée dominante ne reconnaît au fond que deux catégories légitimes d'êtres humains, l'humanité et l'individu. La société politique ne saurait donc s'appuyer sur ce qui est commun à tous ses membres: des mœurs, une histoire, des références. Au contraire la diversité est une richesse comme ne cessent ou ne cessaient de le dire le président Obama, le Premier ministre Trudeau et tant d'autres. Mais plus la diversité s'entend, plus se réduit ce que les hommes ont en commun. Comment alors faire en sorte que des hommes, qui à la limite ne partagent rien sinon une égale liberté, s'accordent pour vivre en paix et coopérer les uns avec les autres? La réponse élaborée par les Modernes et radicalisée à l'époque contemporaine est celle-ci: puisqu'il faut renoncer à tout accord sur les règles de vie, il faut tabler sur des règles du jeu. La démocratie libérale prend alors un nouveau sens, elle devient une simple mécanique, elle se définit uniquement par des procédures.

Le multiculturalisme suppose que tout le monde peut s'entendre avec tout le monde, l'accord sur les règles du jeu suffit. Tout le monde vraiment? Voyez les Serbes et les Croates, les Israéliens et les Palestiniens, les Flamands et les Wallons, les Grecs et les Turcs, les hindous et les musulmans etc. Prenez par ailleurs l'exemple donné par l'Union européenne telle qu'elle est pensée à Bruxelles depuis les années 2000: ce qui unit les Européens, ce sont seulement les règles qu'impliquent les droits de l'homme et le principe sacro-saint de la «concurrence libre et non faussée». Pour le reste, qui fut une civilisation commune, la table rase s'impose. L'Europe a vocation à devenir l'Europe des individus, elle se doit d'être ouverte à tous les vents. Mais les peuples font de la résistance.

D'un autre côté, dans un monde où les procédures règnent et les vertus s'effacent (au profit du relativisme des valeurs), les acteurs se sentent moins tenus. La crise morale touche la politique comme elle touche les médias, l'économie, les sciences ou pseudo-sciences, les relations quotidiennes... Certains journalistes sans doute jouent les professeurs de morale politique, mais qui contrôle ces journalistes?

Dans votre livre, vous critiquez ce que vous appelez la «morale de contrebande». Qu'entendez-vous par là?

L'idée centrale est la suivante: d'un côté notre modernité tardive se targue d'une libération morale: à chacun ses valeurs, chaque individu est souverain, vive la liberté, à bas le vieil ordre moral! Mais de l'autre, elle entend définir la bonne et la mauvaise manière de vivre et de penser. Nous sommes tous innocents sans doute mais à l'exception de ceux qui sont coupables. La faute n'a pas disparu, elle s'est déplacée. Désormais, le «Mal» est clairement circonscrit, il se concentre, il se resserre, il est tout entier dans les atteintes à l'égale liberté, c'est-à-dire dans les formes diverses que peuvent prendre les «péchés» de discrimination ou d'intolérance. Plus précisément, le «Mal» s'incarne dans les mots ou les actes convaincus, à tort ou à raison, de racisme, de sexisme, d'élitisme, de xénophobie, d'«homophobie», ou d'une quelconque attitude critique ou offensive . Ces nouvelles règles pointent vers une division morale de l'humanité: d'une part les représentants du nouveau monde, les hérauts d'une société ouverte ou avancée, les progressistes, les modernes, les féministes..., d'autre part, les rétrogrades du vieux monde, les partisans d'une société close ou tribale, les tenants du vieil ordre moral, les conservateurs ou ultra-conservateurs, les réactionnaires, les populistes, les xénophobes ou pire encore, bref les amis et les ennemis de l'humanité. Cette vision manichéenne ne joue certes pas en faveur de la liberté.

Vous dénoncez une opinion dominante qui marche à l'intimidation et se refuse à toute véritable discussion. Comment définissez-vous cette opinion dominante et comment opère cette intimidation?

Par opinion dominante, il faut entendre l'opinion socialement convenable, cette opinion que l'on peut exprimer en public sans avoir à la justifier et sans risquer d'être mal vu. Si Untel dit sur les ondes: «Le populisme est l'un des dangers principaux de notre temps», il est à peu près certain de n'être pas interrompu, mis à la question sur ses intentions, appelé à s'expliquer. En revanche, s'il déclare: «Le populisme est un mot incertain et mal défini, inventé par les Importants pour dire, par sa connotation péjorative, qu'il n'est pas bien de critiquer les Importants», la probabilité est grande que fusent aussitôt des soupçons quant à ses intentions: comment dites-vous? Seriez-vous vous-même populiste ou réactionnaire, etc. L'opinion comme-il-faut fonctionne largement selon ce principe: ne discutez jamais, accusez. Notre temps qui dénonce tant la «morale» ne cesse de moraliser. La mise en cause des personnes remplace le débat des idées. À la limite, un mot suffit pour discréditer l'adversaire: X a dérapé, Y est coupable de dérive, vous restez accrochés à des stéréotypes, vous tombez dans l'homophobie, ces propos sont nauséabonds, ce texte fait le jeu du conservatisme... Celui qui est en cause n'a qu'une voie de salut: récuser cette rhétorique de mauvais joueur. S'il n'est pas disposé ou armé pour le faire, il est pris au piège, il est pris en tenailles: dans quel camp êtes-vous? Exit alors le débat de fond: il y a un accusateur et un accusé, un tribunal et un prévenu. Cette rhétorique est d'une puissance remarquable, elle bloque, intimide, tend à réduire les adversaires ou les réticents au silence. Il s'ensuit que la hardiesse est d'un côté et la timidité de l'autre.

Une autre arme également est redoutable, celle de la dérision: ne discutez pas, moquez, tournez en ridicule. Les dessins satiriques jouent ce rôle (ils ont gagné, si l'on ose dire, en agressivité ou en méchanceté) et sur les ondes les chroniqueurs-humoristes qui, le plus souvent, tirent toujours dans la même direction. En France, une chaîne de télévision (Canal +) s'est faite une spécialité de cette pratique. Quand un invité pense mal, il est d'usage d'organiser à son intention un traquenard.

Cette opinion aujourd'hui dominante a gagné en puissance et en radicalité depuis son origine dans les années 1960. Les acteurs, ce sont des minorités actives, les homme d'avant-garde, dont les actions dispersées vont fondamentalement dans le même sens et dont les effets sont sans rapport avec le nombre grâce au relais complaisant des médias. Les hommes d'avant-garde forment une troupe bigarrée. Le philosophe radical, le sociologue critique, l'activiste des droits de l'homme, la féministe militante, le journaliste bien-pensant, le juge partisan... ne constituent pas une classe ou une caste, ils forment quelque chose comme un «parti» informel et fragmenté. Un «parti» puissant qui nous dit comment il nous faut penser, sous peine d'être rangé dans la catégorie des méchants.

La pensée libérale-libertaire au cœur de la pensée unique ne semble pourtant plus hégémonique...

Oui, on peut espérer que le rideau commence à se déchirer. Mais si l'opinion dominante est une pensée faible, elle n'en conserve pas moins des positions fortes - dans les médias, à l'école, à l'Université. Ce qu'il faut d'abord obtenir, me semble-t-il, c'est la restauration d'un débat loyal et donc le discrédit de tous ces moyens sophistiques qui disent: il n'y a pas matière à discuter, vos mauvaises intentions vous condamnent.

Le féminisme est l'une de vos cibles, le condamnez-vous en bloc?

Distinguo. Le féminisme qui milite pour l'égalité des droits est parfaitement raisonnable. Ce qui est en cause est ce féminisme radical qui, en accord avec l'esprit du temps, tend à dépouiller la nature pour remplir la corbeille de la volonté. Ce féminisme qui nie des réalités qui crèvent les yeux aboutit de facto à des résultats contraires à ses intentions affichées. Puisque les femmes sont en tout ou presque semblables aux hommes, elles ne méritent nullement des égards particuliers. L'identité fictive entre les sexes lève les scrupules et les coutumes qui bornaient l'esprit prédateur des mâles. La camaraderie sexuelle où le commerce des corps est chose innocente, est présentée comme une libération. En fait, elle satisfait une immémoriale aspiration masculine et elle s'exerce sur un fonds de brutalité.

Les libertés individuelles et les droits de l'homme sont-ils suffisants pour résister à la menace islamiste?

Je crois effectivement que notre monde occidental est vulnérable en raison de la crise morale qu'a entraînée la nouvelle «morale». L'un des effets les plus frappants de cette crise est que beaucoup de jeunes gens et aussi d'adultes errent à la recherche de qui ils sont, ou pour parler le langage d'aujourd'hui qu'ils éprouvent une crise d'identité. Qui es-tu? À cette question, un homme d'autrefois n'avait guère de peine à répondre: je suis François M, fils de Jacques M et de Suzanne D, époux de Jeanne D, père de deux enfants, natif de Normandie, citoyen français, de religion catholique (ou protestante, ou juive)… Mais que doit répondre un homme d'aujourd'hui s'il se conforme à l'esprit du temps? Qui je suis, mais je suis Moi, un être qui se fait tout seul et ne doit rien à personne... Mais quel est ce Moi insaisissable? Où s'accrocher quand les rôles traditionnels (de fils, de père, de mari...) ont perdu leur force? À quoi se dévouer, se donner quand tout se vaut? Qu'est-ce qui mérite d'être respecté quand la grossièreté et la vulgarité dégoulinent sur les écrans? Que faut-il opposer aux fanatiques de l'Islam qui dénoncent cet Occident qui n'est que débauche et faiblesse, qui exhibe des corps en rut et ne voit rien qui mérite de risquer sa vie?

Seriez-vous nostalgique de l'Ancien Régime et du pouvoir de l'Église?

Je serais tenté de répondre: voilà une question qui porte sur mes intentions ou mes sentiments et donc qui détourne des seules questions qui importent - l'interprétation proposée est-elle juste ou non? Mais puisque nous sommes entre gens de bonne compagnie, j'ajouterai ceci: je n'ai guère de nostalgie de cette sorte, je me définis comme libéral-conservateur, au sens où Tocqueville l'était. Libéral parce que rallié aux premiers principes modernes (l'égalité de droit, les libertés publiques), conservateur parce que soucieux de préserver au sein du monde moderne l'enracinement, l'attachement, les qualités morales et spirituelles. L'idéal libéral-conservateur est celui-ci: la liberté et de bonnes mœurs. Il y a de quoi faire.

Philippe Bénéton (Figaro Vox, 10 février 2017)

11/02/2017

« Les élites françaises baignent dans l’atlantisme ! »...

Vous pouvez ci-dessous découvrir un entretien avec Yannick Jaffré, réalisé le 6 février 2017 par Martial Bild pour TV Libertés. Professeur agrégé de philosophie et auteur d'un essai intitulé Vladimir Bonaparte Poutine (Perspectives libres, 2014), Yannick Jaffré évoque son parcours, qui l'a mené de l'anarchisme au souverainisme identitaire, ses positions sur l'éducation ainsi que son souhait d'un retour à l'indépendance en matière de politique étrangère...

 

                            

08/02/2017

Conversations avec Alain de Benoist... (1)

Nouvelle émission de TV Libertés, "Les conversations de Paul-Marie Couteaux", permettent de partir à la découverte d'une personnalité en six épisodes de 35 minutes. C'est l'occasion de découvrir les passions, les souvenirs et les éléments fondateurs de la vie d'une célébrité pour mieux comprendre son œuvre. Volontairement intimiste, "Les conversations de Paul-Marie Couteaux" sont filmés in situ, là où ces personnages hors du commun trouvent leurs forces et leur inspiration.

Ces premières conversations sont consacrées à Alain de Benoist.

 

                                           

06/02/2017

Emmanuel Macron, le candidat de l'hyperclasse...

Nous reproduisons ci-dessous un entretien avec Jean-Yves Le Gallou, cueilli sur Polémia et initialement publié dans le mensuel Monde & Vie. Il y évoque le cas Macron...

Macron_hyperclasse.jpg

Emmanuel Macron : la revanche de l’Upper class?

Vous pensez que la montée dans les sondages d’Emmanuel Macron est un phénomène extraordinaire ?

Je dirais que c’est un paradoxe. Si l’on regarde les grands événements qui ont jalonné l’année dernière, le Brexit en Grande-Bretagne, l’élection de Donald Trump aux Etats-Unis et même, en France, la défaite d’Alain (« Ali ») Juppé à la primaire de la droite, on découvre très vite un point commun : les opinions soutenues par les grands médias ont été défaites par des campagnes en provenance des réseaux alternatifs. Face à ces trois faits, le succès de la candidature de Macron ressemble à un démenti, qui signifierait une sorte de revanche pour l’Upper class mondialisée, dont les grands médias dépendent financièrement. Au lieu d’assister au duel attendu pour le deuxième tour entre Marine Le Pen et le candidat républicain (François Fillon en la circonstance), on va assister dès le premier tour à une polarisation sur trois candidats : Fillon (ou son remplaçant), Macron et Le Pen. Les autres candidats seront d’emblée victimes du « vote utile », que ce soient Dupont-Aignan, Bayrou s’il se présentait, mais aussi, dans une moindre mesure, Mélenchon et même le candidat socialiste issu de la primaire de la gauche, Hamon. Il y a fort à parier que ce dernier sera pressé par les médias de se retirer, pour laisser gagner Macron. Si, ensuite, le choix est donné entre un candidat réactionnaire et « chrétien » (Fillon) et le candidat Front national, Macron voit ses chances se multiplier encore dans ce contexte.

Qui sont les électeurs potentiels d’Emmanuel Macron ?

Il peut recueillir des majorités en centre-ville, dans les banlieues, les minorités, et du côté d’une sorte de Marais idéologique rassuré par la perspective du statu quo. D’une certaine façon, c’est le retour de Terra nova, mais avec un homme nouveau, et c’est le point fondamental. Bernard Accoyer a sans doute bien compris cela lorsqu’il a lancé, en comparant Macron au candidat populiste italien : « C’est Beppe Grillo en costume Armani ». Effectivement, cette image est plutôt nouvelle. Elle fait l’unanimité aussi bien de ceux qui veulent un changement de personnel que de ceux qui ne veulent pas courir le risque de mesures fortes, voire radicales.

Et pourtant Emmanuel Macron n’a pas de programme précis ?

Il n’a pas de programme mais il est programmé. Je veux dire que son discours est programmé. Il emploie des formules qui sont tout sauf spontanées. Il utilise les méthodes d’analyse et de stratégie politiques encore inédites en France. Grâce au porte-à-porte, il a obtenu des milliers de témoignages sur les grands sujets de notre société et la machine analyse ce corpus, qui fait des dizaines de milliers de pages. Il y avait 4000 volontaires (?)« en marche » dans 6200 quartiers présélectionnés, avec une appli qui recueillait les réponses à des questions simples : « Qu’est-ce qui marche en France ? », « Qu’est-ce qui ne marche pas ? ». Ces méthodes ont été testées aux Etats-Unis lors des campagnes d’Obama. Elles arrivent en France et permettent au candidat qui les utilise de dire… ce que les gens ont envie d’entendre. Il suffit d’un moteur de recherche qui isole et compte les sujets, la manière (positive ou négative) de les aborder, les formules qui reviennent, etc. Le nombre de témoignages (25.000 environ) est beaucoup plus important que dans un sondage ordinaire et les dépositions sont beaucoup plus précises et plus libres. Avec cela, on a comme une sismographie précise de l’opinion, et quand, comme le candidat Macron, on n’a pas de programme, c’est commode, tout est à disposition dans la machine pour que les électeurs puissent entendre ce qu’ils ont envie d’entendre.

Vous avez raison : Macron n’a pas de programme, mais il a mieux : des formules qui sont tout sauf spontanées car elles sont issues, si basiques soient-elles souvent, des méthodes de stratégie et d’analyse politique qu’une petite start-up française est allée chercher aux Etats-Unis. C’est la politique par algorithmes.

Vous employez ce terme de « basique ». Si Macron prend leur discours aux électeurs, le résultat ne doit quand même pas être folichon, excusez ce mot…

C’est pour ça qu’il est bon, Macron ! « Folichon », intelligent, ingénieux, novateur, il n’a pas besoin de l’être : regardez le discours de Quimper, le 16 janvier dernier. Ce sont des truismes, des évidences à la portée de tous. Quand Macron évoque « la France qui se lève tôt au port de Le Guilvinec », il fait du Sarkozy. Et il continue à enfiler des perles, en penchant plutôt du côté de la rhétorique gaullienne : « Imagine-t-on Le Guilvinec ou Lorient sans leurs bateaux de pêche et leurs pêcheurs ? ». C’est De Gaulle s’écriant « Fécamp, port de mer et qui entend le rester ! ».

Qu’apporte le candidat Macron ? Des solutions ? Jamais. La compréhension de son public : « Les agriculteurs ne demandent pas des aides. Ils disent une chose : on veut pouvoir vivre dignement de notre travail ». Merci aux algorithmes et à la start-up prestataire : voilà une formule empruntée aux électeurs et qu’on sait leur resservir toute chaude. Dans le même registre d’une complicité affichée mais qui n’engage à rien de concret : « C’est un beau mot, “paysan” : les paysans font notre pays ». La vraie question est surtout : Comment peuvent-ils en vivre ? Elle n’est pas posée. Et on se contentera pour finir d’une formule ronflante… et qui me plaît plutôt : « On peut être à la fois profondément breton, puissamment français et sincèrement européen ». Tout le monde a compris ? Tout le monde est content…

Mais il n’y a pas que cela…

Il y a aussi un opportunisme souple comme la jeunesse de Macron. Regardez, quand Marine Le Pen enterrait gentiment le 1er mai en en faisant un banquet républicain pour les militants, Macron est à Orléans, la ville de la Pucelle et il dit, lui, ce que Marine aurait dû dire : « Jeanne d’Arc a fendu le Système et rassemblé la France ». Avec, bien sûr, ce message subliminal : Jeanne d’Arc, c’est moi… Dans le même registre, il vient, en ministre de l’Economie, au Puy du Fou, chez Philippe de Villiers. Pas Marine Le Pen…

On peut multiplier les exemples, et pas seulement à propos de Marine Le Pen. Il plaît, comme je vous l’ai dit, aux bobos, aux banlieues et au Marais impressionné par sa puissance médiatique. Mais il sait avoir, sinon tout un discours, du moins des attitudes adaptées aux Français enracinés voire aux conservateurs et aux identitaires. En France, dans une campagne électorale présidentielle il faut aussi savoir se placer sous la protection tutélaire de hauts lieux. A croire que le banquier Macron a lu Buisson !

Quelle est sa feuille de route ?

Le 24 janvier, depuis le Liban, il a déclaré qu’il obtiendrait « plus de 50% » dès le premier tour. En réalité il lui suffit de 25% pour être en deuxième position et, accédant au second tour, pour l’emporter sur Marine Le Pen.

A vous entendre, Macron est inarrêtable ?

Face à une telle campagne, la seule campagne possible, celle que les Français attendent, est une campagne à la Trump. Des mots crus et vrais. Pour cela, Fillon est un peu éteint. Marine souffre de la pasteurisation qu’elle s’impose à elle-même. Elle minore trop le sujet central sur lequel le FN a fait son succès : l’immigration et l’identité. Elle veut nous servir une identité light ? Qu’elle n’oublie pas que le créneau est déjà pris, par des gens qui participent à l’establishment, qui en ont le prestige, qu’elle n’a pas.

Par ailleurs, vous employez le mot : inarrêtable. Il faut préciser que le personnage d’Emmanuel Macron n’est pas au-dessus de tout reproche. Il est tout de même curieux – cela tient du conflit d’intérêts – que l’homme avec lequel il a négocié la vente de SFR au groupe Drahi, Bernard Mourad, soit devenu l’animateur de sa campagne présidentielle. Par ailleurs, les études de stratégie politique que nous évoquions et qu’il a commanditées ne font pas partie de ses frais de campagne. Je hasarderais une question : après Bigmalion, Bigmacron ?

Si l’on met de côté ces questions financières, comment voyez-vous le jeu électoral de la présidentielle qui vient ?

C’est l’échiquier de Machiavel qu’on nous prépare, un jeu qui n’est pas à deux mais à trois partis, avec, pour chacun, un intérêt différent. Macron permet d’éviter le choix (vraiment cornélien pour les « Républicains ») entre un catholique affiché (si Fillon surnage) et la candidate du Front national. Il se tient officiellement sur une ligne libéralo-libertaire et immigrationniste et, pour l’instant, il a donc le soutien des grands groupes de médias, le groupe Drahi bien sûr, avec BFM TV, RMC, l’Express et Libération, le groupe Lagardère avec Match, Europe 1 et le JDD, et le consortium Pigasse-Niel-Bergé avec Le Monde, L’Obs et aussi La Vie… Je ne parle même pas du service public, qui soutient Macron. Pour l’instant, ses principaux adversaires lui font la part belle : Fillon fait marche arrière et met en avant comme son propre porte-parole le porte-parole d’Alain Juppé, Benoist Apparu, l’homme qui a fait perdre la primaire à son favori. Quant à Marine Le Pen, elle représente une ligne identitaire et anti-immigration, alors qu’elle n’est ni conservatrice ni identitaire au fond. Elle devrait mettre Philippot à l’ombre et Marion au balcon, mais le voudra-t-elle ? Quant à la gauche socialiste, elle pourrait bien sortir au-dessous du seuil des 5% qui permet le remboursement des frais de campagne. Entre Mélenchon et Macron, il n’y aura plus d’espace.

Que doit faire chacun des trois membres de cet échiquier machiavélien ?

Macron a intérêt à mobiliser ses électeurs tout de suite sur une thématique anti-Front. On voit déjà ressurgir les supplétifs stipendiés de Ras-le-Front et des « antifas », qui manifestement reprennent du service. Quant à Fillon (ou son remplaçant), il a intérêt à mobiliser son électorat contre Macron, qui représente « les habits neufs du président Hollande », comme dit Henri de Castries, ou plus simplement : « Hollande en pire ».

Et Marine a-t-elle une chance de l’emporter ?

Il faudrait des événements majeurs (attentats ?) auxquels elle apporte une réponse historique et pas « des éléments de langage ». Mais, en tout cas, elle a intérêt, elle, à cibler Fillon, qui prétend être « le seul à pouvoir battre la gauche », parce qu’il lui faut éviter le « vote utile » de la part de ses électeurs de droite ou, tout simplement, anti-socialistes, anti-Hollande.

Jean-Yves Le Gallou (Monde et Vie, janvier 2017)

04/02/2017

Tout ce que Patrick Buisson n'avait pas encore dit...

Vous pouvez ci-dessous découvrir un entretien avec François Bousquet, réalisé le 26 janvier 2017 par Martial Bild pour TV Libertés, dans lequel il évoque son dernier essai, La droite buissonnière (Rocher, 2016).

 

                                      

 

"François Bousquet est journaliste et écrivain. Il vient de publier un ouvrage qui fait déjà du bruit :”La droite buissonière”. La démarche de l’auteur consiste à dépasser la caricature d’un Patrick Buisson, pygmalion ou gourou, affublé des habits de la réaction, sorte d’Edmond Dantes des droites qui viendrait venger les bannis de 1789, 1945 et 1962. Dans un style alerte et brillant, François Bousquet décrit un homme authentiquement intelligent, porteur d’une vision du monde, qui a libéré la droite classique des interdits qu’elle avait intériorisés. L’auteur décrit les grandes dates qui ont marqué la jeunesse et la vie d’adulte de Buisson : l’Algérie, Minute, Sarkozy, la droite hors les murs. Il fait revivre avec talent les événements des 50 dernières années et démontre que le véritable combat du président de la chaîne Histoire, un combat mais aussi sa hantise, c’est la dislocation de la nation. Et pour exorciser cette crainte, il faut refaire France ! François Bousquet mène tambour battant l’histoire d’un homme qui a ses zones d’ombres, un homme clivant, forcément clivant, qui a changé le visage de la droite."