Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/04/2018

Critique de la droite et introduction à l’alterprogressisme...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Vertumne, cueilli sur Plebiscis et consacré à la droite comme impasse politique face au progressisme libéral.

 

Eurocrystal.jpg

Critique de la droite et introduction à l’alterprogressisme

L’émergence de la conscience politique moderne en Europe a engendré une multitude de projets de société qui peuvent néanmoins être classés en trois grandes catégories politiques :

La première, et celle qui domine idéologiquement l’Occident est le libéralisme, essentiellement d’origine anglo-protestante. La deuxième, qui fut élaborée par des penseurs occidentaux mais parvint finalement à s’emparer de la totalité du pouvoir politique dans l’ancien empire des tsars fut le communisme. Incapable de survivre à la compétition économique que le libéralisme lui imposa, il pourrit lentement puis s’effondra en quelques années. La troisième, qui émergea dans l’Europe continentale de l’entre deux-guerres pour finir écrasée militairement par les forces combinées des puissances libérales et communistes fut le fascisme.

Qu’en est-il de la réaction et du conservatisme ? Ne constituent-ils pas les quatrième et cinquième catégories politiques ?
Point du tout. Les rapports que la réaction et le conservatisme entretiennent avec le temps et le progrès humain les disqualifient d’office. La réaction a les yeux derrière la tête, elle ne se contente pas de détester le réel, elle le refuse pour chercher refuge dans un passé fantasmé. Le conservatisme quant à lui accepte bon an mal an toutes les innovations d’origine libérale, il ne fait que mettre le frein là où les libéraux appuient sur l’accélérateur et les réactionnaires enclenchent la marche arrière. La réaction et le conservatisme, formant ensemble ce que l’on appelle « la droite », font partie intégrante du libéralisme qui est, lui, une idéologie progressiste, donc de gauche. La droite n’est donc pas une force motrice autonome, elle n’est que la partie d’un ensemble dans lequel elle joue un rôle de figuration. Elle n’est qu’un organe, pas un corps autonome. Pareillement, là où nous imaginons l’instant présent comme un point et la gauche et la droite comme deux directions (choix) possibles, se trouve en réalité une ligne plus ou moins continue déterminée par le temps et représentant l’état d’avancement de la société humaine. La gauche propose de prolonger la ligne, la droite de l’arrêter, de ralentir ou de retourner sur ses pas. Mais dans tous les cas c’est toujours la gauche qui choisit la direction prise par la ligne, la droite se contentant de moduler la fébrilité de la gauche à la rallonger, tout du moins sur les questions de civilisation, car le schéma est opposé en ce qui concerne l’économie. Le progressisme libéral, qu’il soit économique ou sociétal y trouvera donc son compte. L’expression « sens de l’Histoire » employée par les progressistes est à ce titre tout à fait révélatrice du rapport de sujétion idéologique dans lequel la réaction est tenue par le progrès.

Maintenant que les catégories politiques ont été clairement définies, le bilan désastreux de la droite de ces deux derniers siècles, incapable qu’elle fut d’enrayer la marche triomphale du libéralisme nous apparait comme naturel puisqu’il lui est consubstantiel. C’est ainsi que la droite fut successivement contre la colonisation et la décolonisation qui furent toutes deux proposées et mises en œuvre par la gauche. La droite a également passé l’essentiel du XIXe siècle et le début du XXe à prôner un hypothétique retour à la monarchie, qui même lorsqu’il advint ne rétablit absolument pas les mœurs et valeurs de l’Ancien Régime mais, bien au contraire, « digéra », intégra à son génotype les avancées républicaines les plus raisonnables et les considéra comme acquises.
Le gaullisme, que l’on pourrait nous présenter comme l’exception qui confirme la règle n’illustre pas la vitalité idéologique de la droite, mais démontre en réalité sa conversion à la modernité et aux idées républicaines de gauche. Notre XXIe siècle voit la droite française désormais obnubilée par le sauvetage ou la préservation d’une République pluriethnique, énorme « machin » étatique brinquebalant et sans âme qu’elle n’eut de cesse de vomir pendant des décennies mais que la gauche considère déjà comme un astre mort.

A l’échelle européenne voire mondiale, les mouvements politiques issus de la droite conservatrice, bien qu’ils s’opposent parfois vigoureusement aux monstruosités conceptuelles accouchées par un libéralisme dévoré par l’hubris (théorie du genre, promotion désormais ouverte de l’éradication des phénotypes européens, etc.) ne pourront jamais triompher de leur adversaire puisqu’ils n’existent qu’à travers lui, comme facteurs de modération du libéralisme. La Pologne, la Hongrie, etc. constituent une sorte « d’Europe périphérique » qui reçoit les innovations de l’Europe libérale occidentale et de l’anglosphère et s’y oppose avec plus ou moins de succès quand elle les juge incompatibles avec sa culture. Cette Europe non occidentale occupe, à une échelle géographique plus considérable la même fonction que la « France périphérique » au niveau de l’Hexagone, sujette à la domination économique et idéologique des métropoles mondialisées, épicentres d’une vision du monde libérale que ces dernières émettent en continu. Les métropoles mondialisées « produisent » ainsi une idéologie que la périphérie se contente de « recevoir » sans pouvoir opposer de contre-idéologie originale. Le conservatisme des zones périphériques n’est rien d’autre qu’un refuge pour les idées surannées et déjà sur le déclin, à l’image de ces montagnes et zones reculées qui hébergent des espèces de fleurs boréales, éradiquées ailleurs par le réchauffement climatique et l’entreprise humaine.

Dit autrement, et à l’opposé du fascisme et du communisme qui, pour leur époque proposaient une véritable alternative moderne au libéralisme, les forces « de droite » de toutes les époques ne font que retarder l’inéluctable ; sans jamais, et ceci est conforme à leur nature, émettre de proposition « concurrente » autre que celle du statu quo ou du retour en arrière à celle du libéralisme.

En conséquence, l’objectif d’un Européen conscient de l’état critique de sa civilisation ne doit pas être de « sauver la droite » ou de la « porter au pouvoir », cela ne veut strictement rien dire puisque la droite n’est tout simplement pas faite pour définir la marche du monde, elle n’est que le boulet plus ou moins volumineux du progrès libéral. Un Européen politiquement engagé doit, avant toute autre chose, déchirer la camisole idéologique du libéralisme philosophique pour « pro-poser » un projet de société basé sur une vision du monde indépendante de ce dernier. Croire naïvement que la survie des peuples européens s’accommodera des droits de l’Homme, voire, encore plus suicidaire se revendiquera de ceux-ci, c’est buter à coup sûr sur le petit corps d’Aylan Kurdi, la mort tragique d’un enfant justifiant la disparition entière d’une civilisation pour ceux qui sont tout imprégnés d’idéologie libérale. La défense de l’identité biologique européenne sera associée au « mal », et donc moralement indéfendable aussi longtemps qu’elle utilisera comme représentation mentale les valeurs de l’adversaire. Ne vous défendez pas d’être raciste, accusez-les d’être remplacistes !

A ceux qui m’objecteraient, à juste titre, que ce sont ces mêmes droits de l’Homme issus de la pensée libérale qui sont responsables de l’essor phénoménal de la civilisation occidentale de ces deux derniers siècles et du très haut niveau de vie de ses populations, je répondrai qu’une idéologie peut porter des fruits d’une grande fraîcheur durant sa jeunesse et d’autres plus amers, voire empoisonnés lorsqu’elle devient sénescente. Le pragmatisme impose de savoir se départir de ce qui entraîne notre civilisation vers l’abîme sans pour autant renoncer aux innovations scientifiques. Le « retour à la terre » (qui ne ment pas), à la France d’antan des villages n’est même pas une utopie, c’est un opium qui égare la pensée. Associer un pays majoritairement peuplé d’Européens à la réaction, ce qu’a fait l’ensemble de la droite occidentale, du parti républicain aux Etats-Unis au Front National en France depuis quarante ans est la meilleure façon de signer son arrêt de mort.
La « France blanche » ne pourra exister que lorsqu’elle sera mutée en « France d’après », lorsque la présence allogène sur notre territoire sera « naturellement » considérée comme une aberration par une majorité de nos concitoyens, tout comme elle l’est depuis longtemps pour nous. Dit autrement, il ne faut pas souhaiter le retour de l’ancien monde mais hâter l’avènement du nouveau.

Ce monde nouveau ne naîtra pas d’une tabula rasa mais du passage d’un flambeau s’inscrivant dans la continuité de la pensée européenne, puisant sa force à la fois dans la sagesse antique et les avancées technologiques contemporaines. Aux trois impasses philosophiques dans lesquelles la civilisation occidentale contemporaine s’est fourvoyée (idéalisme, individualisme, universalisme) seront opposées les trois vertus cardinales (matérialisme, collectivisme, différentialisme). Le matérialisme du monde réel et sensible pour dissiper l’enfumage idéaliste de l’Homme désincarné et des « valeurs » débilitantes. Le collectivisme comme antidote à l’égoïsme libéral, la prospérité de la communauté devenant le bien suprême à la place de « l’affirmation de soi », le « moi » sera remplacé par le « nous ». Enfin, un différentialisme de bon aloi nous guérira de la folie universaliste.

L’unité d’Homo sapiens n’est pas seulement une utopie, c’est un projet criminel qui éradiquera la richesse des populations humaines, et en premier lieu celles de notre continent.

Que l’Homme meure pour que les Européens vivent !

Vertumne (Plebiscis, 2 mars 2018)

21/12/2017

Dr. Emmanuel et M. Macron : chronique d'une imposture écologique...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Joachim Imad cueilli sur Figaro Vox et consacré à la politique d'Emmanuel en matière d'écologie. l'auteur est vice président de l'association Critique de la Raison européenne.

Macron_Hulot.jpg

Dr. Emmanuel et M. Macron : chronique d'une imposture écologique

Avec l'ouverture ce mardi à Paris du sommet pour le climat, Emmanuel Macron réaffirme son ambition de faire de la France un acteur décisif sur la question écologique. Ce projet trouve ses racines dans son intention consistant à «Make our planet great again», exprimé habilement suite au retrait du président américain Donald Trump de l'Accord de Paris. Si nous ne pouvons que déplorer la décision de ce dernier, il importe tout de même d'admettre que malgré sa puissance symbolique indéniable, l'Accord de Paris demeure largement insuffisant pour espérer endiguer le processus de destruction de notre planète. Cette destruction menace l'Homme lui-même et des experts estiment que près de 200 millions de personnes seront considérées comme des déplacés environnementaux, mais l'indifférence sur ce sujet semble généralisée. Brandir l'étendard du bien en se posant comme le défenseur de l'Accord de Paris comme le fait Emmanuel Macron est moralement coupable en plus d'être concrètement inefficace. Une telle posture vise certainement à nous aveugler sur ses incohérences en matière écologique. Il est en effet légitime de craindre que la sensibilité écologique revendiquée d'Emmanuel Macron, relativement nouvelle et probablement opportuniste, ne finisse par se heurter à son adhésion sans faille à l'Union européenne et à la mondialisation néolibérale. Emmanuel Macron n'échoue jamais à afficher son européisme béat comme nous l'avait montrée la cérémonie de célébration de sa victoire à la présidentielle, placée sous les auspices de l'hymne à la joie. Pourtant, l'Union européenne telle qu'elle est construite et pensée idéologiquement est incompatible avec tous les engagements qu'il conviendrait de prendre pour défendre un programme résolument écologique et capable de sauver notre «maison commune».

L'Union européenne est tout d'abord anti-écologique de par son ADN authentiquement libéral. L'Acte Unique de 1986, qui sanctifie la libre-circulation des marchandises, des services, des capitaux et des personnes, représente la quintessence de cette vision du monde, tout comme l'ensemble des traités qui l'ont suivi et n'ont en rien abdiqué cette croyance folle aux vertus de la circulation sans limites.

L'Union européenne acte le refus d'un modèle de société fondé sur la réhabilitation du local et des circuits courts, pourtant davantage respectueux des savoir-faire des producteurs et dont le rôle est salvateur pour nos terroirs comme pour l'environnement. L'UE soutient même une philosophie fondamentalement antithétique à l'écologie en ceci que ses règlements et les traités de libre-échange qu'elle promeut, à l'instar du CETA qui est déjà appliqué sans pourtant avoir été ratifié par la France, imposent une distance toujours plus accrue entre le producteur et le consommateur et promeuvent des modèles de production allant toujours plus loin en matière d'élevage intensif.

La construction de la ferme-usine des 1000 vaches en Picardie était déjà suffisamment inquiétante, mais plus rien ne semble en mesure de s'opposer à la marche néo-libérale de l'Europe lorsque l'on découvre l'existence d'une ferme industrielle aux 2000 vaches à Kemberg en Allemagne. Une telle course au gigantisme, qui consacre par ailleurs notre droit à traiter l'animal comme un produit à l'usage des besoins humains et à le soumettre à l'inquiétante ivresse de notre toute-puissance, est évidemment encouragée par les traités de libre-échange qui poussent au nivellement par le bas des normes mais aussi par la logique de la PAC. L'attribution des aides de la PAC dépend en effet du nombre d'hectares et pousse donc inexorablement les exploitants agricoles à agrandir leurs fermes. Cela va évidemment de pair avec le développement de modes de production qui contaminent l'environnement, notamment en raison de l'emploi d'engrais et pesticides très concentrés et nocifs. L'agriculture fait figure d'exemple parmi tant d'autres des erreurs funestes de l'Union européenne en matière d'écologie, mais c'est bien la logique de libre-échange qui lui est inhérente qui constitue le fond du problème. Emmanuel Macron ne compte aucunement revenir sur ce postulat fondateur des traités européens. Pire encore, il y souscrit.

Le deuxième problème majeur que pose l'Union européenne à tout écologiste convaincu réside dans le poids pris par les lobbies dans ses institutions et dans ses cercles de décisions. Comme l'a brillamment montré la juriste Anne-Marie Le Pourhiet, la Commission européenne est ainsi courtisée par des lobbies de grandes entreprises qui manœuvrent dans l'ombre afin de défendre des intérêts privés, par essence, contraires à l'intérêt général, et particulièrement à l'intérêt de la planète.

Les débats sur l'interdiction du glyphosate, un herbicide particulièrement controversé, ont constitué une démonstration probante de la tyrannie des lobbies à Bruxelles. Nous savons à présent que l'agence européenne de sécurité des aliments (EFSA) a copié-collé, dans son rapport sur le glyphosate, plus d'une centaine de pages émanant d'un document produit directement par Monsanto, une entreprise américaine qui utilise du glyphosate pour produire son produit phare, le Roundup.

Cependant, le refus de voir le réel semble être la chose la mieux partagée au monde par les dirigeants européens. Quiconque s'interroge sur la prégnance des lobbies dans l'Union européenne ou encore sur l'existence de conflits d'intérêts, qui conduisent souvent à sacrifier les intérêts de la planète par ailleurs, est immédiatement voué aux gémonies au nom de l'accusation de complotisme. Emmanuel Macron, s'il était sincèrement animé de la sensibilité écologique qu'il prétend porter, dénoncerait le poids des lobbies à Bruxelles. Il ne le fera pas, pas plus qu'il ne le fait à l'échelle nationale. Cela n'est évidemment pas une surprise lorsque l'on connaît le poids des intérêts privés et des grandes fortunes dans sa campagne, mais n'en reste pas moins grave pour autant. Entre l'Union européenne et sa promesse d'interdire le glyphosate en France d'ici trois ans, Emmanuel Macron choisira certainement la première pour ne pas risquer toute querelle avec les commissaires européens.

Au-delà des pudeurs, voire de la servitude, d'Emmanuel Macron sur la question européenne, on peut regretter que son entourage soit traversé par des contradictions irréconciliables. La nomination au ministère de l'écologie de Nicolas Hulot aurait pu être de bon augure, mais la ligne qu'il incarne semble de plus en plus marginalisée, ce qui n'est pas surprenant lorsque l'on mesure l'étendue des différences qui l'opposent au Premier ministre Edouard Philippe, l'ancien directeur des affaires publiques d'Areva.

Le projet du président français de prendre la tête du mouvement écologique au niveau mondial n'est rien d'autre qu'une façade idéologique, un excellent coup de communication, discipline dans laquelle Emmanuel Macron règne en maître. Son hypocrisie sur la question écologique est à l'image de sa gouvernance de la France, entièrement fondée sur l'ambivalence et l'ambiguïté, la volonté de satisfaire toutes les sensibilités intellectuelles, par la manipulation sémantique. Après avoir théorisé l'idée de souveraineté européenne sans demos européen, Macron nous vend l'écologie libre-échangiste comme nouvelle fin de l'histoire. Le monde décrit par George Orwell n'est jamais bien loin.

Emmanuel Macron espère en effet s'appuyer sur des mesures techniciennes, sur les progrès de la science et sur le bon vouloir des entrepreneurs pour régler le drame écologique dont notre terre est le théâtre. Il refuse néanmoins d'interroger les idéologies et le rapport fou à la consommation qui encadrent la vie des habitants des sociétés occidentales. Il existe une contradiction fondamentale entre la philosophie libérale qui l'anime et l'écologie politique. Tandis que le libéralisme repose sur le refus de toute entrave au marché, au nom du dogme de la concurrence libre et non faussée, l'écologie est conservatrice par essence et nous invite à nous donner des limites. Or notre société se meurt précisément du fait qu'elle a oublié l'idée chère à Aristote de juste mesure et criminalise toute éthique de la transmission.

L'urgence n'est plus au changement ou à la recherche effrénée de croissance, mais à la modestie et à l'acceptation de la finitude du monde et de l'homme lui-même. Une formule somptueuse d'André Thérive gagnerait à être méditée de tous, tant elle s'applique à l'écologie: «Ce que nous voulons poser par simple prudence, c'est le mécanisme du frein. La pente n'a pas besoin de défenseur.» Nous sommes cependant en droit de douter qu'Emmanuel Macron, comme la Commission européenne, qui se rejoignent dans une même soumission à l'hubris, sauront se montrer à la hauteur de l'histoire et tirer les leçons que l'urgence de la situation climatique rend pourtant indispensables.

Joachim Imad (Figaro Vox, 15 décembre 2017)

22/09/2017

PMA : "Les pauvres, par leurs cotisations, paieront les caprices des riches"...

Vous pouvez découvrir ci-dessous une chronique d'Éric Zemmour sur RTL, datée du 15 septembre 2017 et consacrée à la décision prise par le gouvernement d'ouvrir la procréation médicalement assistée à toutes les femmes...

 

                                    

02/08/2017

La soumission à l'idéologie libérale est en marche...

Vous pouvez découvrir ci-dessous une chronique d'Éric Zemmour sur RTL, datée du 11 juillet 2017 et consacrée à la réforme du Code du travail et à ce qu'elle signifie...

 

                                  

08/07/2017

Faire sécession avec Julien Rochedy... (4)

Vous pouvez découvrir ci-dessous l'émission Sécession avec Christopher Lannes et Julien Rochedy sur TV Libertés. Nos deux analystes reviennent sur l'actualité politique avec les premiers jours du président Macron et les législatives, et réfléchissent sur les libéralismes de droite et de gauche...

 

                            

22/06/2017

Pour en finir avec un certain libéralisme...

Les éditions Avatar viennent de publier un essai de Michel Soriano intitulé Pour en finir avec ce libéralisme qui fabrique les crises et désespère les peuples. Chef d'entreprise, Michel Soriano a exercé dans la métallurgie, l’automobile et les énergies nouvelles, notamment, mais il a aussi dirigé un syndicat professionnel. Il connaît donc les égarements de l’économie libérale et de la finance ainsi que les processus qui conduisent à la spéculation, aux délocalisations et à la globalisation des flux de marchandises et de capitaux.

 

Soriano_Pour en finir avec ce libéralisme.jpg

" Non, l’élection de Trump, le Brexit, la montée des « populismes » et des « extrémismes » en Europe, ne sont pas des accidents de l’histoire… le malaise est profond ! 

Les populations occidentales n’acceptent plus un libéralisme sans règles ni lois qui engendre les délocalisations, l’endettement colossal des états, l’accroissement des inégalités et de la précarité, les outrances de la finance, l’insécurité au quotidien…

Après avoir chiffré et analysé les dérives économiques, sociales et financières du système, l’auteur nous propose les règles pour redonner des valeurs et du sens à l’économie libérale. Un système financier assaini et une économie de proximité libérale et ouverte permettraient de refabriquer chez nous les produits que nous consommons !… Il ne serait plus possible de s’enrichir impunément par la spéculation pendant que nos agriculteurs se suicident, que nos usines ferment et que nos technologies s’en vont. Une Europe fédérale verrait ainsi le jour, indispensable et puissant contrepoids face aux Etats-Unis et à la Chine. Une Europe qui trace le chemin, qui décide, forte mais apaisée, où le travail serait à nouveau source de richesse pour construire enfin le « rêve européen » que nous attendons tous ! "