Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/02/2017

Feu sur la désinformation... (125)

Vous pouvez découvrir ci-dessous un nouveau numéro de l'émission I-Média sur TV libertés, consacrée au décryptage des médias et dirigée par Jean-Yves Le Gallou, président de la fondation Polémia, avec le concours d'Hervé, et cette semaine de Michel Geoffroy.

Au sommaire :

  • 1 : Emeutes à Bobigny : Flics ou voyous ?
    Quand la presse prend parti pour la racaille : « Incidents à Bobigny » voilà comment France Info désigne les scènes d’émeutes du 11 février à Bobigny. La violence et les dégradations ont été occultées par les médias. Mohamed Mezarai, journaliste au Bondy blog ira même jusqu’à déclarer lors d’un duplex sur BFMTV « l’ambiance est conviviale et pacifique » alors qu’une épaisse fumée noire s’élève juste derrière lui.
    Les responsables de ces violences ? Des policiers racistes qui attisent la haine.
  • 2 : Le zapping d’I-média
    « France inter est-elle une radio de bobos sectaires » ? C’est la question posée à Patrick Cohen dans l’émission C dans l’air diffusée sur France 5. Le rédacteur en chef de la matinale de France Inter répond par un simple « Je…. Je ne sais pas » béat.
    Quand Fabienne Sintes veut se servir de la liturgie catholique pour critiquer François Fillon. Le candidat des républicains a assisté à la messe et a entendu un évangile de Saint Mathieu évoquant « des dettes ». Pour la journaliste de France Info, c’est une évidence, le prêtre vise François Fillon

  • 3 : Immigration le retour des surdiplômés
    « Les migrants seraient plus diplômés que les français ». La presse se fait écho d’une étude de l’INED : Place à la confusion entre immigration européenne, et extra européenne. Bobard pour le journal 20 Minutes qui illustre le sujet avec des migrants de Calais. Dans les médias, c’est le grand retour des « chances pour la France ».
  • 4 : Les tweets de la semaine
    Hélène Bekmezian du journal Le Monde se plaint d’un sondage publié sur le site de Valeurs actuelles, c’est le coup de l’arroseur arrosé.
  • 5 : Rendez le service public aux français
    Le service public audiovisuel toujours trop partisan ? Le collectif d’usager des médias CUSPA demande une meilleure pluralité d’opinions sur les écrans et lance une pétition en ligne. Tv libertés, causeur et l’hebdomadaire Valeurs actuelles ont pris part à cette pétition.
    lien vers la pétition :
    https://www.change.org/p/c-u-s-p-a-r%...

 

                                      

13/02/2017

Pour une politique d'identité et de remigration !...

Les éditions IDées viennent de publier un ouvrage collectif, signé par Les Identitaires et intitulé 30 mesures pour une politique d'identité et de remigration. Le collectif Les Identitaires se situe au cœur de la mouvance identitaire qui a, notamment, vu émerger ces dernières années le mouvement Génération identaire ainsi que des personnalités comme Fabrice Robert ou Philippe Vardon.

 

Identitaires_30-mesures-pour-une-politique-d-identite-et-de-remigration.jpg

" En 30 mesures, Les Identitaires entendent montrer qu’en politique il n’y a pas de fatalité, mais simplement de la volonté. Répondant ainsi aux « citoyens du monde » – de gauche comme de droite – mais aussi à ceux qui, se réclamant pourtant patriotes, ont baissé la garde face au multiculturalisme, par fatalisme ou confusion idéologique. Loin des illusions de « réconciliation » ou d'assimilation massive, nous pensons que le seul moyen d'éviter le chaos qui découle fatalement des sociétés multiculturelles (et donc multiconflictuelles) c'est aujourd'hui d'envisager, de manière pacifique et concertée, la remigration. C'est-à-dire le retour dans leurs pays d'origine d'une majorité des immigrés extra-européens présents sur notre territoire. Si ces mesures peuvent sembler aujourd'hui « impossibles » ou « radicales » à certains, nous sommes persuadés que les temps à venir se chargeront de les rendre à la fois possibles et nécessaires.
 
Arrêt de l’immigration, condamnation de ceux qui l’encouragent, arrêt de l’islamisation, remigration concertée avec les pays d’origine, etc. Oui, à travers ces 30 mesures Les Identitaires revendiquent simplement pour les Français le droit fondamental dont disposent tous les autres peuples du monde : celui de vivre en paix, chez eux, selon leur identité, avec ceux qui leur ressemblent. "

10/02/2017

Le temps de la fureur...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de James Howard Kunstler, cueilli sur le Saker francophone et consacré à la première mesure, symbolique, de lutte contre l'immigration prise par l'administration Trump. Journaliste et romancier américain, tenant du localisme et de la décroissance, James Howard Kunstler est l'auteur de plusieurs essais, dont deux ont été traduits en français, La fin du pétrole - Le vrai défi du XXIe siècle (Plon, 2005) et Too much magic - L'Amérique désenchantée (Le Retour aux sources, 2014).

Spiegel_New Yorker.jpg

 

Le temps de la fureur

Il n’a fallu qu’une semaine au président Trump pour donner au corps politique un lavement sur l’immigration. Le but était peut-être d’éliminer un ensemble de mauvaises idées que Barack Obama avait réussi, depuis huit ans, à considérer comme « normales ». C’est-à-dire qu’il était inutile de faire appliquer les lois sur l’immigration forcément cruelles, que les frontières nationales sont un anachronisme barbare, ou que les lois fédérales sont facultatives dans certaines juridictions auto-sélectionnées.


Mais l’équipe de Trump s’est largement assise sur les détails de l’interdiction de l’immigration et du statut de réfugié, en particulier en ce qui concerne les détenteurs de cartes vertes, ainsi que ceux dont les visas étaient déjà accordés. La bévue a provoqué un coup de tonnerre impressionnant de protestations dans les aéroports, et finalement une suspension par un juge fédéral, qui a bouleversé la légalité de l' »executive order » de Trump – dans l’ensemble, un trébuchet tactique pour Donald, notre président, qui a apparemment omis de consulter un éventail d’agences gouvernementales et leurs avocats, avant de publier le décret juste à la fermeture des bureaux vendredi. Pour mémoire, je ne suis pas d’accord avec le fait que l’Arabie saoudite, le Pakistan, l’Égypte et l’Afghanistan aient été exclus de la liste des pays bloqués, puisque ces terres produisent des maniaques musulmans plus radicaux que partout ailleurs.

À l’heure actuelle, le lecteur détecte probablement mes sentiments ambivalents, dans ce faisceau de questions et de griefs. Permettez-moi d’essayer de clarifier mes positions de base : je crois que les frontières sont importantes et qu’elles doivent être protégées. Je pense que notre application de la loi sur l’immigration sous Obama a été profondément malhonnête et préjudiciable à notre politique, d’une manière qui va bien au-delà de la question de savoir qui doit venir ici. Je crois que nous ne sommes pas obligés d’accepter tout le monde et quiconque veut déménager ici. Je crois que nous avons besoin d’un temps officiel d’arrêt de la forte immigration de ces dernières décennies. Je crois que nous avons de bonnes raisons d’être pointilleux sur qui nous laissons entrer.

Le tropisme le plus malhonnête et le plus dommageable de ces dernières années est l’idée largement acceptée par la gauche que les immigrés clandestins sont simplement des « sans-papiers », comme s’ils étaient les victimes malheureuses d’une erreur de bureaucratie commise par le gouvernement et méritant ainsi un laissez-passer. Le langage importe. L’acceptation et la répétition de ce mensonge ont en effet donné à la gauche la permission de mentir sur toutes sortes de choses quand cela lui chantait, par exemple l’illusion que la Russie a volé l’élection de Hillary Clinton et que l’islam radical ne constitue pas une menace face aux valeurs occidentales (voire même existe). Et il est vrai qu’ils sont assistés par des géants des médias tels que le New York Times, le Washington Post et la NPR. Le Times, surtout, est désireux de provoquer une crise nationale qui pourrait déstabiliser Trump, en le déclarant simplement dans un titre sur trois colonnes :

La fureur semblait plutôt disproportionnée, par rapport aux personnes gênées par le truquage administratif de Trump : environ 300 détenteurs de cartes vertes sur 300 000 voyageurs admis au cours du week-end – même après que la Maison Blanche eut fait marche arrière sur son erreur de carte verte dès dimanche. Et cela donne l’impression, même à quelqu’un qui est allergique à la théorie de la conspiration (moi en l’occurrence), que quelque principe organisateur est derrière ce phénomène. Ce principe peut être la névrose profonde de la gauche Démocrate / Progressiste, réduite à crier sa vertu depuis une caisse de résonance médiatique à bout de souffle. N’ayant pas d’idées cohérentes sur le problème de l’immigration, en dehors de sa résistance à son arrêt, elle n’offre que des récits sentimentaux : des larmes sur la statue de la liberté, des « rêveurs », des villes-sanctuaires, des nations ouvertes, des nous-sommes-tous-des-enfants-de-migrants, et que de toute façon l’Amérique du Nord a été volée aux Indiens. L’hystérie est impressionnante, comme si la gauche avait été empoisonnée à l’ergot de seigle, en voyant des sorcières (racistes, homophobes, misogynes, coquins de privilégiés blancs et russes) derrière chaque arbuste de genévrier dans le pays.

J’irais même jusqu’à dire que cette névrose découle des problèmes psychologiques généraux à la frontière de l’ethos démocrate / progressiste actuel. Leur zèle pour effacer les catégories a entraîné la perte des catégories de pensée ─ il ne reste qu’une grande soupe de victimisation maintenant et tout le monde devrait se précipiter pour gagner ses points bonus de victime tant que c’est encore possible, ou aussi longtemps que le sénateur Chuck Schumer peut faire pleurer le crocodile. De mon point de vue, ce pays profiterait réellement d’avoir des catégories de pensée plus solides et certainement des catégories de comportement plus fermes.

Ce qui irrite vraiment la gauche, c’est la défense de la civilisation occidentale, en particulier sur quelque chose d’aussi concret que la démographie. Cette barrière de défense a été profondément effacée de la vie politique récente de l’Europe et de l’Amérique. Sur les campus universitaires, c’est devenu l’équivalent du péché originel. Donald Trump s’est avéré être un choix particulier pour mener à bien un revirement total, et sa rudesse pourrait finir par dissuader tout effort pour reconstituer quelque chose comme une culture commune qui se respecte. Mais le retournement arrive aussi en Europe cette année, par une série d’élections nationales. Attendez-vous à plus de lutte civile alors que la bataille s’étend.

James Howard Kunstler (Le Saker, 8 février 2017)

 

19/01/2017

Sur la question migratoire...

Vous pouvez découvrir un point de vue intéressant, ferme et équilibré de Michel Drac consacré à la question migratoire.

Penseur non-conformiste, Michel Drac est l'auteur de plusieurs essais, dont dernièrement  Triangulation - Repères pour des temps incertains (Le Retour aux Sources, 2015) et est également le fondateur des éditions le Retour aux Sources, qui publient notamment Piero San Giorgio ou Howard Kunstler.

 

                                       

22/12/2016

Immigration : répondre à la désinformation...

Vous pouvez découvrir ci-dessous un entretien donné par Jean-Yves Le Gallou à Médias-Presse-Info dans lequel il revient sur son analyse des conséquences de l'immigration qu'il a développées dans son livre Immigration : la catastrophe (Via Romana, 2015).

 

                              

01/12/2016

François Fillon, la droite munichoise...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Gabriel Robin, cueilli sur le site de Politic Région et consacré à François Fillon, le candidat de la droite conservatrice et libérale aux élections présidentielles de 2017... Gabriel Robin est secrétaire général du Collectif Culture, Libertés et Création.

 

Fillon.jpg

François Fillon, la droite munichoise

« Ca n’est pas difficile de passer pour fort, va ; le tout est de ne pas se faire pincer en flagrant délit d’ignorance » Guy de Maupassant – Bel Ami
 
« Il y a une bourgeoisie de gauche et une bourgeoisie de droite. Il n’y a pas de peuple de gauche ou de peuple de droite, il n’y a qu’un peuple ». Georges Bernanos – Les grands cimetières sous la lune
 
François Fillon sera donc le candidat de la droite aux élections présidentielles de 2017. Opposé en duel à Alain Juppé, il a confirmé la dynamique du premier tour en balayant son adversaire. Le maire de Bordeaux était une baudruche médiatique. Il aura néanmoins réussi à prouver une chose essentielle : l’électorat de droite n’aura plus jamais de complaisance pour les complices de l’islamisme ou les tièdes. Si nous verrons plus tard que François Fillon n’a rien du dur que les médias se plaisent à décrire, il est certain que sa victoire s’est construite en rejet du multiculturalisme qu’Alain Juppé portait en étendard. En effet, une majorité des électeurs de François Fillon ne l’ont pas plébiscité pour son programme mais parce qu’il était un antidote à un homme que beaucoup craignait n’être qu’un Hollande bis, en pire. Sans rien accomplir de particulièrement notable, le Sarthois a accumulé un capital sympathie inversement proportionnel à la défiance suscitée par la personnalité du candidat Juppé ; lequel déclarait en campagne que 200.000 immigrés légaux par an n’étaient pas de trop ! Bien sûr, François Fillon ne pipait mot, trop heureux de profiter de l’amnésie proverbiale de la France de droite. Il ne sait que trop bien qu’il fut, pendant cinq ans, sans jamais montrer un signe d’agacement, premier ministre du président Nicolas Sarkozy. Cinq années durant lesquelles l’immigration massive ne s’est pas seulement poursuivie, mais aggravée dans des proportions dramatiques. Alain Juppé a été détruit pas sa Némésis, Ali. Il ne put jamais se défaire de cette seconde peau aux odeurs méphitiques.  Clou du spectacle, quelques personnalités se sont chargées de donner une aura sulfureuse à ce brave Fillon qui n’en demandait pas tant. Alain Juppé a tenté, dans une manœuvre de panique, de diaboliser son adversaire, rapidement rejoint en ce sens par toute la gauchosphère. Et c’est ainsi que le très lisse et très consensuel Fillon est passé, en l’espace d’à peine quelque jours, du statut d’ancien collaborateur soumis de Nicolas Sarkozy à celui d’homme du renouveau de la droite française, incarnation vivante du pays réel. Divine surprise pour tous les concernés, à l’exception d’Alain Juppé qui, par orgueil, refusait d’accepter sa défaite.
 
Les élections primaires de la droite ont obtenu l’effet escompté par leurs concepteurs : constituer un véritable premier tour de l’élection présidentielle, au mépris de nos institutions. En un sens, les héritiers autoproclamés du général de Gaulle ont accompli l’un de ses prophéties, choisissant « le plus inodore, le plus incolore, le plus insipide ». Du moins, jusqu'au soir du premier tour, avant qu’il ne soit transformé en monstre pour le plus grand plaisir des éditorialistes qui trouvaient un nouveau marronnier. Tous y sont allés de leurs doctes analyses, oubliant de préciser qu’aucun d’entre eux n’avait vu venir la surprise Fillon. J’ai même entendu une célèbre journaliste ressortir des placards la thèse des trois droites de René Rémond, expliquant avec le plus grand sérieux que François Fillon en réalisait la synthèse, y adjoignant une petite nouvelle appelée « droite hors les murs » … Si la proposition est fondamentalement inexacte, la thèse des trois droites étant inopérante en 2016, il est néanmoins à peu près certain que la victoire de François Fillon pourrait s’avérer être une offrande pour les professionnels de la politique qui vivent sur la bête. Avec François Fillon, les vieux débats entre caciques de « droite » et « gauche » seront de retour. Préparez-vous donc à revoir à la télévision ces pièces de théâtre bruyantes qui opposent stérilement des élus menant des politiques identiques depuis quarante ans. En effet, le programme économique et social de François Fillon est une véritable aubaine pour la gauche, jusque-là moribonde, de reconstituer un clivage que la réalité a grandement complexifié. Qui en tirera profit ? Manuel Valls ? Arnaud Montebourg ? François Hollande revenu de l’enfer ? Réponse en janvier. Pour l’instant, attachons-nous à dévoiler la vérité sur François Fillon. Qui se cache derrière cette lourde carapace de velours côtelé ? D’abord, un homme du passé. Par un étrange effet de circonstance, le Sarthois paraît n’avoir jamais été aux affaires alors qu’il hante la vie politique depuis la fin des années 1970. Au commencement était un mentor, Joël Le Theule. Il fut son assistant parlementaire avant d’atterrir, à ses côtés, au ministère de la Défense. Victime d’un malaise cardiaque en 1980, Joël Le Theule mourut en laissant à son fils spirituel une circonscription qui allait bientôt le porter à l’Assemblée nationale. Vous connaissez la suite… François Fillon, professionnel de la politique à vie, a toujours pu compter sur un mandat électif ou un ministère. Un temps proche de Philippe Séguin, il sut rapidement s’en détacher pour embrasser une vision qualifiée de plus libérale sur le plan économique, soutenant notamment Edouard Balladur aux élections présidentielles de 1995.
 
François Fillon incarne une certaine vision de l’Etat, légèrement poussiéreuse et probablement anachronique. En 2005, il soutenait le projet de Traité constitutionnel européen, trahissant ses premières convictions au motif que le traité venait « combler les lacunes du Traité de Maastricht ». Depuis, il semble tout acquis à la cause d’une folle construction européenne, machine à broyer les identités nationales et les peuples. Homme du passé au lourd passif, il n’a jamais rien réalisé de notable hors ses années à Matignon, couronnées d’échecs divers et variés. Il convient d’ajouter à ce petit curriculum vitae, un caractère ambiguë qui a pu le conduire à trahir Nicolas Sarkozy, allant jusqu’à appeler François Hollande pour qu’il accélère les procédures judiciaires contre son ancien allié. Dans son parcours, rien ne laissait supposer que François Fillon incarnerait un jour une droite enracinée. Tout l’y oppose. En 2010, alors premier ministre, il marquait l’histoire de son empreinte en inaugurant la mosquée d’Argenteuil, fief de la Non France, aux côtés d’une fillette impubère coiffée d’un voile islamique. Nicolas Sarkozy lui-même s’en était moqué, comme le rapporte Patrick Buisson dans La Cause du Peuple… On a vu mieux comme champion du pays réel. D’ailleurs, disons-le tout net : comment un homme qui n’a rien fait pendant 40 ans, cautionnant toutes les politiques qui ont entrainé notre déclin, pourrait-il aujourd’hui défendre la France historique ? François Fillon fut toujours un Munichois. Les hommes ne changent jamais vraiment. Il ne croit pas en ce qu’il dit dans ses discours. Il lit et répète mécaniquement les arguments que lui fournissent ses chargés de communication. D’où les innombrables contradictions entre le François Fillon des élections primaires et ses précédentes incarnations. Avant de se convertir opportunément à Maurice Barrés, il était acquis au multiculturalisme le plus sournois, déclarant : « Quant aux minarets, qui sont d’ailleurs assez peu nombreux en France, je dis qu’ils doivent s’inscrire de façon harmonieuse et durable dans notre environnement urbain et social ». Sera-t-il, après Bernard Cazeneuve, le nouveau bâtisseur de mosquées-cathédrales que la France n’attend pas ? Au-delà de l’image de façade, que s’est patiemment construit François Fillon durant sa traversée du désert, reste un représentant classique d’une droite beaucoup plus apatride qu’attachée à notre identité profonde. Un côté de sa personnalité qui peut d’ailleurs revenir sans crier gare. Interrogé sur l’accueil des « migrants » clandestins, le candidat à l’élection présidentielle répondait qu’il les accueillerait avec plaisir dans sa ville de Sablé-sur-Sarthe s’il en était le maire. Peut-être pas dans son manoir de prestige mais c’est là une autre question…                                                        
 
Ancien collaborateur de Nicolas Sarkozy, Henri Guaino a déclaré au micro d’Europe 1, juste après le triomphe de François Fillon : « Ce programme, je le combattrai avec toute mon énergie, jusqu'au bout. Avec un programme pareil, les classes populaires et les classes moyennes ne vont pas aller pour cette droite-là. Le programme de François Fillon, c'est une purge comme on n'en a jamais proposé depuis la Seconde Guerre mondiale. » Les mots sont durs, très durs. Mais pas infondés. Oui, le programme de François Fillon est une purge qui menace la cohésion sociale du pays. Une purge à contretemps. Une purge qui, de façon amusante, contredit son bilan de premier ministre qui a vu la France s’endetter de 600 milliards d’euros supplémentaires. En outre, si ce remède de cheval aurait pu être adapté à la France de 2005, d’avant les crises, il ne l’est plus. Le monde marche vers d’autres horizons, comme en témoignent les réformes entreprises par les conservateurs britanniques et le succès de Donald Trump. Coincé dans le siècle passé, François Fillon méprise les pistes d'avenir. Economie numérique ? Ré-industrialisation ? Fiscalité étouffante ? Rien du tout ! Un des rares constantes politiques de cet homme est son caractère farouchement antisocial, en dépit du vernis que lui procure encore sa proximité passée avec Philippe Séguin. Il a pratiqué de terribles coupes budgétaires dont ont été victimes les familles et les couples mariés. Depuis le premier mai 2008, les majorations de la caisse des allocations familiales à 11 et 16 ans ont été supprimées, provoquant une perte sèche de 600 euros par famille. Pareillement, il a orchestré la disparition de l’avantage fiscal pour les jeunes mariés. Personne ne s’étonnera donc du fait que le programme de François Fillon soit une véritable attaque en règle contre les classes moyennes. Sa réforme de la sécurité sociale a été pensée pour être supportée par les Français les plus productifs, ne remettant pourtant pas en question l’aide médicale d’Etat qui bénéficie aux étrangers. Plutôt que de s'attaquer à la gabegie qui menace les finances publiques, la droite préfère affaiblir l'Etat. Il en va probablement de la préservation de la paix sociale, le possédant ayant toujours eu besoin du lumpen-prolétariat pour maintenir son rang ... Quand John Redwood, membre conservateur du Parlement britannique, explique dans une tribune magistrale pour le Guardian que le temps de l’austérité est fini, ou que Stephen Moore, économiste de la Heritage Foundation et ancien plus proche conseiller de Ronald Reagan, explique que le Parti Républicain est devenu un parti populiste de la classe ouvrière, la droite apatride la plus bête du monde veut mettre en place une politique sortie des années 80 ! Les économies voulues par François Fillon seront réalisées sur le dos de la France des oubliés, silencieuse et laborieuse. Demain, toujours moins de policiers, d’enseignants, de médecins et de postes dans les zones rurales. François Fillon prétend défendre la ruralité ; mais laquelle ? Celle des chasses en Sologne ou celle des petits paysans ? La réponse est dans la question. Ses solutions s'adressent uniquement aux propriétaires, certainement pas aux entrepreneurs dont le monde lui est totalement étranger. Il n'est donc pas libéral, simplement capitaliste.
 
François Fillon est un libre-échangiste acquis au globalisme le plus pur, sur le plan économique comme humain. Son programme n’en fait pas mystère. On peut notamment  y lire à la page 58 : « Disons-le clairement : c’est un leurre et une démagogie sans nom que de prétendre rétablir les frontières nationales ». Les frontières sont pourtant les limites qui nous protègent des prédations mondiales, tant financières que démographiques. Le candidat Fillon ne compte pas s’attaquer à l’immigration de peuplement autrement qu’en paroles. Il n’aura jamais la force de le faire et n’en éprouve pas le besoin, protégé de ses effets les plus désastreux. La préférence nationale, pourtant consubstantielle au principe républicain, est totalement absente de son programme. Logique pour quelqu'un qui n'en a jamais éprouvé le besoin, la nation étant le bien des humbles.
 
J’espère que mes compatriotes ne seront pas dupes des manœuvres mensongères de cet homme. L’heure tourne. François Fillon ne sera pas la solution à nos maux. Au mieux, il fera office d’anesthésiant avant le grand chaos ou de récréation pour les éternels cocus. Version 2.0 de Nicolas Sarkozy, il ne se distingue de l'ancien président que dans la présentation. Plus conforme aux canons de la France traditionnelle, plus bourgeois bon teint. Ah, je vois déjà venir les frileux qui imaginent qu’il faut avoir occupé dix ministères pour administrer correctement les affaires de la nation… En temps de paix, peut-être. Mais nous sommes confrontés à des défis dont l’ampleur est inédite. Signer les accords de Munich ne nous protègera pas. 
 
Demain, la France pourrait bien ne plus être la France. En votre âme et conscience, pensez-vous que François Fillon pourra donner l’électrochoc suffisant ? Il ne faut plus se déterminer selon des réflexes de classe, lesquels nous portent, selon nos éducations, vers la droite ou vers la gauche, mais selon des réflexes de survie. Il s’agit de notre souveraineté, de notre identité, de notre peuple et de sa prospérité future. Désormais, un seul clivage existe : la France éternelle et la France d’après. François Fillon a lutté pour la France d’après pendant quarante ans. Il continuera demain.
 
Gabriel Robin (Politic région, 28 novembre 2016)