Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/10/2016

Conspirationnisme contre dévoilement dans l'affaire Clinton...

Nous reproduisons ci-dessous une excellente analyse de François-Bernard Huyghe, cueillie sur son blog Huyghe.fr et consacrée à la tentative d'étouffement par le système des révélations produites par WikiLeaks à l'encontre d'Hillary Clinton.

Wikileaks_Clinton.jpg

Conspirationnisme contre dévoilement dans l'affaire Clinton

La stratégie de la révélation - celle du lanceur d'alerte ou whistleblower consiste à diffuser auprès du public des documents confidentiels produits par une bureaucratie (une armée, un ministère, une grande entreprise), et en révéler les turpitudes. Que ce soit pour avertir d'un danger, ou pour dénoncer des crimes ou pratiques occultes de l'organisation à laquelle il appartient (mais dont il ne veut plus moralement être complice), le lanceur d'alerte fait donc appel au public et aux autorités pour mettre fin à une situation scandaleuse. Il y a eu des lanceurs d'alertes connus dès les années 70 (Ralph Nader est un des premiers à employer le terme), mais le phénomène a vraiment explosé avec les réseaux sociaux. Pour des raisons notamment techniques : plus on stocke de secrets présumés honteux dans ses ordinateurs (et une bureaucratie ratée produit forcément beaucoup d'archives), plus il y a de probabilités statistiques qu'un membre de l'organisation copie des documents et les fasse parvenir à une association ou à la presse qui lui donneront une publicité efficace.

Les cas de Manning ou de Snowden sont de parfaites illustrations de la façon dont un individu qui éprouve des scrupules peut transmettre des quantités énormes de documents authentiques pour prouver des pratiques - diplomatiques, militaires, d'espionnage...- qui vont choquer l'opinion. Wikileaks apparu en 2006 est par excellence l'organisation pratiquant la stratégie de la révélation (même si Anonymous, Cryptome, Openleaks ou d'autre on apporté une aide considérable à des dénonciateurs de pratiques cachées. En 2010, l'affaire du cablegate (des centaines de milliers de documents sur la guerre d'Irak ou la diplomatie américaine) a un impact mondial.Julien Assange le fondateur de Wikileaks le paiera cher : il est assiégé dans l'ambassade de l'Équateur à Londres depuis 2012.

Donc le whistleblowing constitue un souci constant pour Washington (et d'autres capitales). Jusqu'à présent l'administration Obama avait essayé de parer à ce danger - outre la répression qui frappera aussi Manning ou contraindra Snowden à l'exil et quelques attaques informatiques- par une rhétorique assez simple :
La dangerosité du dévoilement qui mettrait en jeu la vie de soldats ou d'agents américains ou faciliterait des actions ennemies
La dénonciation de la dictature de la transparence : l'Etat, pour protéger ses citoyens et mener ses mission, a besoin de garder certains secrets et de restreindre certaines libertés

Depuis quelques temps, l'offensive idéologique contre Wikileaks a adopté de nouveaux angles :

- L'accusation de sensationnalisme racoleur : lors des attentats de Nice, le compte Twitter de Wikileaks a posté des vidéos prises sur le vif (pour ne pas dire sur le mort) ; elles étaient particulièrement choquantes ; cela n'apporterait rien à l'information et ne peut que soulever des peurs et des passions (ce qui ne serait pas le cas des photos d'Alep, par exemple ?).
- L'accusation de complicité objective (ou subjective) avec les forces du mal (Trump et Poutine). L'été dernier, Wikileaks a publié des documents sur les biais de l'appareil du parti démocrate en faveur d'Hillary. Puis a récidivé en faisant d'autres révélations sur la correspondance de son chef de campagne Podesta et sur les mails de la candidate démocrate. On y apprend des choses ses rapports avec les grandes compagnies financières ou son opinion que les saoudiens et qataris fournissent un soutien financier et logistique aux djihadistes dont l'EI.

Du coup, le service du renseignement national (DNI) et du département de la sécurité intérieure (DHS) lancent l'accusation : la Russie tenterait d'interférer avec le processus électoral américain (et, comprend-on à demi-mot, de faire élire leur candidat vendu au Kremlin avec la complicité du traître Assange). Et les médias et élites américaines d'embaucher les trompettes.

Le tout par un remarquable raisonnement complotiste de guerre froide et qui se décompose ainsi :

1- Un hacker de l'est, Guccifer 2.0, se vante d'avoir mené l'opération de pénétration mais des experts pensent qu'il pourrait être un leurre..
2- Des sociétés de sécurité informatiques accusent des groupes de hackers russes (Fancy Bear et Cozy Bear) d'être derrière Guccifer. En tout cas, les attaques seraient perpétrées à partir de serveurs russes.
De là à penser que c'est le renseignement russe qui a mené l'opération - sophistiquée, forcément sophistiquée mais laissant forcément des traces évidentes de leur origine- pour transmettre à Assange, il n'y a qu'un pas. Franchissons-le.
3- Un ancien conseiller de Trump, Roger Stone est bien informé de ce qui se passe chez Wikileaks.
Trump a dit (en plaisantant) qu'il attendait d'autres publications de mails de Clinton. Quel aveu !
Assange qui a peut-être quelques raisons de ne pas aimer l'administration Obama, a annoncé de futures révélations sur Hillary.
4- Il y a eu des intrusions dans des bases de données électorales. De là à imaginer que des puissances occultes cherchent à fausser le décompte en faveur de leur complice... (ce qui est techniquement douteux.

Agitez tout cela dans un chapeau et cela donne : Trump, agent de Moscou et son complice Assange essaient de fausser l'élection américaine pour faire élire frauduleusement leur marionnette (qui est accessoirement un pervers sexuel comme l'on révélé des ...fuites). Donc la démocratie est en danger.

En mélangeant ainsi le vrai, le possible et les hypothèses complotistes, on réussit à la fois à démontrer
- que les adversaires (lanceurs d'alerte, Russes, trumpistes, gros imbéciles populistes qui croient les rumeurs en ligne) sont une seule et même force ennemie du vrai et du bien : il faut sauver le camp de la démocratie contre le camp des faussaires.
- que la question de savoir ce qu'il peut y avoir de vrai dans ces révélations n'a aucune importance et ne doit pas être discutée;

Nous sommes entrés dans la guerre de la crédibilité. Elle combine l'arme technique (les algorithmes qui permettent de s'approprier des informations confidentielles), l'arme cognitive de la révélation (elle fonctionne dans les deux sens : exposer des données dans un sens, diffuser une grille d'explication dans l'autre) mais aussi l'arme psychologique du soupçon : ces révélations serviraient objectivement les intérêts des ennemis des USA (Poutine), plus ceux d'Hillary Clinton (Trump), plus ceux de l'État (Assange), donc ils sont alliés et dangereux.
Belle application du principe de causalité diabolique, ou variante de la métapropagande (qui consiste à décrédibiliser tout discours favorable à l'adversaire comme truqué, manipulateur et ne pouvant tromper que des naïfs ou des salauds). Au-delà, il nous semble de plus en plus que nous rentrons dans l'ère de la guerre du réel, où les forces idéologiques ne s'affrontent plus pour interpréter le réel, mais pour décider de ce qui sera décrété réel, pensable, ou discutable. La lutte pour le pouvoir est devenue la lutte pour l'exposition des faits et la direction de l'attention des foules.

François-Bernard Huyghe (Huyghe.fr, 14 octobre 2016)

16/10/2016

Feu sur la désinformation... (107)

Vous pouvez découvrir ci-dessous un nouveau numéro de l'émission I-Média sur TV libertés, consacrée au décryptage des médias et dirigée par Jean-Yves Le Gallou, président de la fondation Polémia, avec le concours d'Hervé.

Au sommaire :

  • 1 : Zemmour cause : la chasse à l’homme s’engage.
    Interview d’Eric Zemmour dans le journal « Causeur ». Un extrait fait scandale dans la presse : le journaliste a affirmé « respecter les djihadistes prêts à mourir pour ce en quoi ils croient ». Une plainte est déposée contre le journaliste pour « apologie du terrorisme ». Elisabeth Lévy, directrice du journal « Causeur » est obligée de se justifier et on demande à Eric Zemmour de s’excuser.
    Dans les faits, ce scandale s’apparente à une chasse à l’homme : comment faire taire Eric Zemmour ?
    I-Média réinforme
  • 2 : Le zapping d’I-Média

  • 3 : Trump/Clinton : sexe, magouilles et trahison.
    Le candidat Donald Trump tient hors micro, en 2005, des propos jugés sexistes. Scandale aux Etats Unis grâce à une presse très engagée dans le camp démocrate.
    Une affaire qui permet d’en cacher une autre : les emails d’Hillary Clinton. Aux Etats Unis, un agent département d’Etat américain qui utilise une messagerie privée, non protégée, dans un cadre professionnel, peut être condamné non seulement à perdre son emploi, mais aussi à une peine de prison.
    I-Média décrypte
  • 4 : Tweets d’I-Média
  • 5 : Morandini sous protection rapprochée.
    « Le 19 octobre, Jean Marc Morandini rejoindra comme prévu « I-télé » pour un magazine consacré aux médias ». Ce sont les mots de la direction d’I-télé. Mais l’arrivée de l’animateur, mis en examen pour « corruption de mineur aggravée », crée le malaise au sein de la rédaction de la chaîne.
    Pourquoi ce recrutement dans ces circonstances ? Manifestement Jean Marc Morandini a un soutien inconditionnel de la part de la direction de « Canal Plus ».

 

09/10/2016

Feu sur la désinformation... (106)

Vous pouvez découvrir ci-dessous un nouveau numéro de l'émission I-Média sur TV libertés, consacrée au décryptage des médias et dirigée par Jean-Yves Le Gallou, président de la fondation Polémia, avec le concours d'Hervé.

Au sommaire :

  • 1 : Théorie du genre ? « Fantasme » pour les médias
    Fantasme du genre ! Le 2 octobre 2016, le pape a dénoncé les manuels scolaires qui diffusent la théorie du genre. Scandale dans les médias : Pour eux, la théorie du genre n’existe pas, le pape s’est fait intoxiqué, ce sont des fantasmes !
  • 2 : Le zapping d’I-Média

  • 3 :  Orban approuvé à 98 % ! C’est un désaveu pour les médias !
    Référendum antimigrants en Hongrie : 98 % des hongrois refusent l’accueil des migrants imposés par l’Europe ! Le référendum ne pourra pas être validé, car seul 40 % des inscrits ont votés.
    Pour les médias c’est un désaveu de la politique du premier ministre hongrois, Pourtant, jamais en Hongrie, un homme politique n’a obtenu autant de voix en sa faveur.
    I-média décrypte
  • 4 : Tweets d’I-Média
  • 5 : « Sans Tabou » de Bernard de La Villardière à Sevran, la cité interdite
    « Sans Tabou », le documentaire de Bernard de La Villardière sur l’islam en France fait scandale : Ce serait une émission de propagande islamophobe. Pendant le tournage, le journaliste s’est fait agressé dans la ville de Sevran en Seine Saint Denis  : Pour les médias la parole des agresseurs compte plus que la parole de l’agressé.

02/10/2016

Feu sur la désinformation... (105)

Vous pouvez découvrir ci-dessous un nouveau numéro de l'émission I-Média sur TV libertés, consacrée au décryptage des médias et dirigée par Jean-Yves Le Gallou, président de la fondation Polémia, avec le concours d'Hervé.

Au sommaire :

  • 1 :Election présidentielle américaine : Clinton, Trump, les médias vous trompent !

    Clinton, Trump le débat télévisé pour la présidentielle américaine. Pour les médias américains et français, aucune hésitation : Clinton « a détruit Donald Trump ». Une affirmation à chaud qui se révèle être fausse. Les nombreux votes internet semblent prouver que pour les citoyens américains, Trump n’a pas été battu pendant le débat.
    Décryptage dans I-Média.

  • 2 : Le zapping d’I-Média

  • 3 : Le gouvernement veut avorter la liberté de penser.

    Laurence Rossignol veut un « délit d’entrave numérique ». Un délit qui serait sur mesure contre les sites pro-vie. Pour les médias, ces sites mentent et manipulent les femmes. Dans les faits, cette loi relèverait plus du délit d’opinion que de la prévention. Pour Emile Duport, administrateur du site Afterbaiz, « le but est de répondre aux questions intimes des jeunes sur leurs relations affectives et sexuelles ».
    I-Média réinforme.

  • 4 : Tweets d’I-Média
  • 5 : Fachosphère la diabolisation de la réinformation

    « La Fachosphère, comment l’extrême droite remporte la bataille du net ». Tapis rouge dans les médias pour les journalistes de Libération et des Inrocks. C’est l’occasion pour les journalistes de diaboliser la réinformation et de censurer les acteurs de la réinformation.

 

 

25/09/2016

Feu sur la désinformation... (104)

Vous pouvez découvrir ci-dessous un nouveau numéro de l'émission I-Média sur TV libertés, consacrée au décryptage des médias et dirigée par Jean-Yves Le Gallou, président de la fondation Polémia, avec le concours d'Hervé.

Au sommaire :

  • 1 : Musulmans de France, l’enquête qui terrifie

    Musulmans de France, “l’enquête qui surprend”, c’est le titre du JDD qui publie une étude IFOP commandée par l’institut Montaigne, “l’étude qui fait peur” devrait être le titre. Décryptage du sondage dans I-Média.

  • 2 : Le zapping d’I-Média

  • 3 : France info, deux points ouvrez l’intox

    “Instant désintox”, “maux pour mots”, ce sont les émissions de la chaîne du canal 27 “France info”, des émissions de propagande dans une chaîne qui rencontre des problèmes internes.

  • 4 : Tweets d’I-Média
  • 5 : Quotidien, Médiapart indésirables à Fréjus, censure ?

    Des journalistes de Médiapart et du Quotidien indésirables aux estivales de Marine à Fréjus, pour le Front National ce sont des militants à carte de presse, info ou intox décryptage dans I-Média.

 

18/09/2016

Feu sur la désinformation... (103)

Vous pouvez découvrir ci-dessous un nouveau numéro de l'émission I-Média sur TV libertés, consacrée au décryptage des médias et dirigée par Jean-Yves Le Gallou, président de la fondation Polémia, avec le concours d'Hervé.

Au sommaire :

  • 1 : Loi Taubira : sondage trafiqué médias engagés

    « Mariage pour tous », un sondage commandé par l’ADFH (association des familles homoparentales) déclare que 65 % des français sont favorables à la loi Taubira. Un sondage trafiqué, pour des médias engagés. Décryptage dans I-Média.

  • 2 : Le zapping d’I-Média

  • 3 : Quand Clinton tousse, les médias sont malades

    Hillary Clinton malade ? pour les médias cette info est une intox et relève du complotisme. Le 11 septembre Hillary tombe, changement de cap, revirement en urgence c’est la cata dans les médias.

  • 4 : Tweets d’I-Média
  • 5 : Abel Mestre déclare la guerre à la réinformation

    Breizh-info obtient un accord avec le club de rugby de Vannes. Un accord qui n’est pas du goût d’Abel Mestre. Le journaliste engagé du Monde va faire appel à la censure pour faire annuler l’accord. I-Média réinforme.