Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/04/2017

Election présidentielle : la question de l'insécurité cachée sous le tapis...

Vous pouvez découvrir ci-dessous un entretien de Charlotte d'Ornellas avec Xavier Raufer réalisé le 4 avril 2017 pour Boulevard Voltaire, et consacré à l'étrange absence, dans les débats de l'élection présidentielle, de la question de l'insécurité. Criminologue et auteurs de nombreux essais, Xavier Raufer a récemment publié Les nouveaux dangers planétaires (CNRS, 2012) et Criminologie - La dimension stratégique et géopolitique (Eska, 2014).

 

                                      
                                  Xavier Raufer : "Il faut chasser du territoire... par bvoltaire

11/04/2017

Une guerre hybride de l'OTAN...

 

« Il faut faire comprendre qu'avec l’exemple de Maïdan, l'OTAN a expérimenté une forme de « guerre hybride » qui pourrait être appliquée à d'autres pays et notamment à la France si, par exemple, le peuple français votait « mal » aux prochaines élections. Ré-informer les Français sur l'Ukraine c'est prévenir le même type d'évènements en France... » - Lucien Cerise

Les éditions Le Retour aux sources viennent de publier un essai de Lucien Cerise intitulé Retour sur Maïdan - La guerre hybride de l'OTAN. Penseur indépendant et non-conformiste, Lucien Cerise est l'auteur de Gouverner par le chaos (Max Milo, 2010), d'Oliganarchy (Le Retour aux Sources, 2013) et de Neuro-pirates - Réflexions sur l'ingénierie sociale (Kontre Kulture, 2016).

 

retour-sur-maidan-la-guerre-hybride-de-lotan.jpg

" Les événements qui se sont déroulés à Kiev, capitale de l’Ukraine, pendant l’hiver 2013-2014 ont une portée mondiale. La révolution de Maïdan, présentée tout d’abord comme une insurrection spontanée possédant la légitimité des luttes d’émancipation nationale – par-delà Washington et Moscou – s’est avérée finalement n’être qu’une nouvelle opération coloniale de Washington et de l’OTAN. Or, si l’ingérence étrangère en Ukraine ne fait plus débat pour la révolution orange de 2004, elle relève encore du tabou pour l’EuroMaïdan de 2014. En l’espace de dix ans, les méthodes putschistes anglo-saxonnes se sont affinées, et surtout radicalisées dans leurs objectifs, de la « révolution colorée », soit le coup d’État ponctuel, à la « guerre hybride » conçue pour durer et se répandre partout. Ce processus de chaos contrôlé lancé par l’OTAN en Ukraine vient s’ajouter à toutes les menaces qui planent sur la civilisation européenne et au-delà. Cultivant le pluralisme de l’information et puisant à des sources occidentales mais aussi ukrainiennes et russes, cet ouvrage fait partie de l’arsenal défensif.

Maïdan : place centrale de Kiev, dont le nom complet est Place de l’Indépendance (Майдан Незалежності, Maïdan Nézalejnosti).
Étymologie : du persan « میدان », via le turc « meydan », signifie « la place ». "

 

                                    

09/04/2017

Feu sur la désinformation... (132)

Vous pouvez découvrir ci-dessous un nouveau numéro de l'émission I-Média sur TV libertés, consacrée au décryptage des médias et dirigée par Jean-Yves Le Gallou, président de la fondation Polémia, avec le concours d'Hervé.

Au sommaire :

  • 1 : Le grand débat de BFM a-t-il servi Macron ?
    Lors du grand débat pour la présidentielle sur BFM TV, Macron jouait à domicile au milieu des 10 autres candidats. Pour les journalistes et les sondeurs le plus convainquant était, comme d’habitude…. Emmanuel Macron.
  • 2 : Le zapping d’I-média
    Raciste et dangereux, le dernier film -« A bras ouvert » - de Philippe de Chavreron est victime de critiques de "violences inouïes". Sur RTL, Pascal Praud a dénoncé un procès en sorcellerie. Quand Christian Clavier caricature un bourgeois catholique dans « Qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu », il n’y a pas de problème. Mais « A bras ouvert » s’attaque à un dogme de l’antiracisme : on ne rit pas de la communauté Rom.
    Lundi 03 mars Jean Michel Aphatie recevait sur France-Info Raquel Garrido, porte-parole de la France Insoumise. Faisant référence à la phrase « Rendre la France aux Français » prononcée par Jean Luc Mélenchon sur TF1, Jean Michel Aphatie s'interroge, "ça nous a un peu écorché l’oreille, pour tout vous dire. On croyait que ce slogan était à un autre parti. » Qu'importe si l'intention n'est pas la même, les mots de Marine le Pen sont proscrits.

  • 3 : Syrie, Russie : Tous les morts ne méritent pas de Unes !
    Emotion médiatique après l'attaque chimique en Syrie : une seule version dans les médias : Bachar Al Assad est responsable.
    Libération publie en Une du jeudi 06 avril des corps d’enfants morts. D’après les témoignages recueillis par les journalistes de Libération, aucun doute possible : Bachar Al Assad est responsable de ce massacre. Le hic, les témoins sont partiaux et engagés dans le conflit syrien. Le quotidien ne voit pas de bonne issue possible à ce conflit. « Bachar Al Assad a perdu la raison, et les américains sont gouvernés par un fou »
  • 4 : Les tweets de la semaine
    Brice Teinturier, directeur général délégué de l’institut de sondages IPSOS, refuse de faire des sondages concernant le deuxième tour de l'élection présidentielle opposant Jean-Luc Mélenchon à Marine le Pen pour éviter d’influencer les électeurs.
    Dualité dans la presse de gauche : la société des journalistes de Challenges dénonce un trop grand nombre d’articles pro-Macron imposé par la direction.
  • 5 : Onde migratoire
    I-Média évolue et vous présente « Onde migratoire » : Comment les médias traitent la question de l’immigration en France? C’est la revue de presse de Nicolas Faure.

 

                                         

04/04/2017

Les Corbeaux font de la résistance...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de l'Observatoire du journalisme et de l'information médiatique consacré à la couverture de la campagne de la candidate du Front National par les médias classiques...

 

Corbeaux.jpg

Les Corbeaux font de la résistance : les médias face au FN en campagne

Durant l’ère artisanale du totalitarisme, on mettait en prison les opposants politiques. À notre époque autrement plus sophistiquée, on se contente de les mettre en quarantaine symbolique, au nom, bien sûr, de la vertu, afin qu’ils se retrouvent dans l’impossibilité de défendre des opinions divergentes. Fillon sort des urnes à la place de Juppé, plus proche de la « Manif pour tous » que de Pierre Bergé ? Qu’à cela ne tienne ! Une ribambelle de casseroles assez communes au monde politique est soudain désignée dans son dos et Macron surgit, tous les spots braqués sur lui. Marine Le Pen menace pour la première fois l’indiscutable hégémonie en place depuis une trentaine d’années ? La reductio ad hitlerum, bien qu’usée jusqu’à la corde, va être employée à plein régime de manière à détruire moralement l’adversaire, non pour fraude mais pour pensées démoniaques, et qu’importent que celles-ci ne soient jamais formulées dans les propositions de la candidate, qu’elles n’entrent nullement en compte dans le débat rationnel, qu’aucun de ses représentants ne s’en prévalent : on ira chercher l’inconscient fasciste du parti « jusque dans les chiottes », pour paraphraser Vladimir Poutine, par tous les moyens, et même si c’est un vague militant tout juste encarté ivre sur le zinc, un samedi soir, poussé à la confidence : ça prouvera que le scénario pré-monté n’est pas totalement faux, serait-ce à l’encontre de toute déontologie journalistique et même du moindre rudiment de la démarche critique.

Culture de haine

Imaginons un journaliste sincère qui s’inquiéterait honnêtement des recrudescences possibles du racisme en France, en 2017, notamment chez les jeunes. Sans même se déplacer de son salon, en cherchant seulement à écouter la musique rap en vogue dans les « quartiers » et au-delà, chez les adolescents et post-adolescents, afin de s’intéresser aux valeurs véhiculées parmi ces adultes de demain encore très influençables, il entendrait ceci, rédigé par le charmant Salif : « Faut que Paris crame (…), on redémarre la guillotine pire qu’à Djibouti, Poitiers brûle et cette fois-ci, pas de Charles Martel, on vous élimine puisque c’est trop tard… » C’est-à-dire un appel au génocide tout à fait décomplexé. « Vingt-quatre heures par jour et sept jours par semaine, j’ai envie de dégainer sur des faces de Noirs. » Ah, non, des « faces de craies », c’est-à-dire blanches : voici un poème de Ministère Amer. « Flippe pour ta femme, tes enfants, pour ta race ! On s’est installés ici, c’est vous qu’on va mettre dehors ! » s’exclame Smala, de son côté. « Les Arabes et les Noirs vont tout niquer ! » renchérit Expression Direkt. « Eh, Négro !, interpellent les rappeurs de Lunatic, dont la future vedette Booba, c’est l’heure de manger, brûler leur sperme en échantillons, souder leurs chattes (…) Quand je vois la France les jambes écartées, je l’encule sans huile. » Bref, ce journaliste découvrirait effaré non pas des reliquats de racisme d’un autre âge, mais bien une émulation toute neuve dans l’incitation à l’extermination ethnique…

On aurait pu parler, bien que l’argument soit tout à fait spécieux, d’outrances juvéniles sans conséquence, mais depuis janvier 2015, 238 cadavres signent de leur sang les ambitions de cette terreur anti-française sur le territoire national.

Valeurs divergentes

Ces appels à la haine du Blanc, ainsi que du Juif, appartiennent tellement à un bain culturel commun dans les banlieues à forte immigration maghrébine et africaine, que la plupart de ceux qui en sont issus, même intégrés, valorisés, voire vénérés en haut lieu, continuent de pratiquer, presque « ingénument », serait-on tenté de dire, cette invraisemblable virulence raciste – bruit de fond de leur milieu d’origine socio-culturel. L’affaire Mehdi Meklat, comme les tweets d’Oulama Amamra, récompensée lors de la dernière cérémonie des Césars (et dont le ressentiment social contre le peuple autochtone pourrait paraître tout de même un rien déplacé) en ont été les derniers retentissants indices. Les indices, donc, de l’extraordinaire banalité de cette haine, dans nos banlieues, lisible en deux clics sur Internet, auraient sans doute fortement impressionné notre journaliste honnête.

Au-delà des expressions verbales de ce racisme, les violences diverses qu’il entraîne peuvent elles aussi être découvertes en une seule requête sur YouTube. Pourquoi ? Parce que non seulement ce racisme est encouragé par la sous-culture musicale des quartiers immigrés que les médias s’obstinent à qualifier de « populaires » comme si « peuple » correspondait à une couleur de peau, non seulement il est formulé sans complexe, mais encore, il est publicisé par ceux-là mêmes qui le pratiquent ! Quand un acte raciste anti-noir est repéré, cela donne lieu automatiquement à des manifestations, comme lorsque cette militante FN, Anne-Sophie Leclère avait caricaturé Christiane Taubira alors garde des Sceaux, il y a quatre ans, avant d’écoper de neuf mois de prison ferme. Un simple tweet raciste, par la suite, rédigé par un soutien de Madame Leclère, avait été sanctionné de deux mois fermes pour son auteur. Voilà donc pour les tweets anti-Noirs. En revanche, les humiliations publiques, les gifles, les lynchages, qu’entraîne nécessairement la haine anti-Blanc, non seulement ne sont pas des faits sanctionnés, mais ils sont filmés et diffusés par ceux qui les commettent en toute impunité, cela révélant bien à quel point, loin d’être prohibés et conçus comme honteux, ces actes sont, au contraire, valorisés et des motifs de fierté au sein de quartiers immigrés mono-culturels, en grande partie islamisés, et communiant dans le racisme anti-Blanc et l’antisémitisme.

Zones de non-France

Si notre journaliste honnête enquêtait sur le racisme, voilà donc la réalité effarante qu’il découvrirait sans même sortir de chez lui ni avoir à se livrer à d’épuisantes recherches. Mais s’il faisait le simple effort de sortir pour enquêter sur le terrain, en vingt minutes de RER, à condition, bien sûr, qu’il ne soit pas trop blanc, trop « fragile », trop inconscient, trop effronté, au point de se faire agresser durant le trajet, il pourra se faire molester devant la mosquée comme Bernard de la Villardière, ou constater la ségrégation misogyne « comme au bled », qui s’exerce dans les bars de Sevran. Bref subir instantanément et physiquement les expressions du racisme commun qui sévissent dans ces banlieues qui sont moins des zones de non-droit que des zones de non-France, où un autre droit que le droit français règne, lequel n’a pas les mêmes visées humanistes universelles que le droit national. Notre journaliste veut du bon racisme dégoulinant de haine ? Il veut du scandale à bon compte ? Du harcèlement de rue ? Du buzz, du clash, du retour de l’antisémitisme aussi furieux que lors des années 30 en Allemagne ? Rien de plus facile. Il suffit de traverser le périphérique.

Recherche raciste, jeune, blanc, militant FN

L’ennui, c’est que notre hypothétique journaliste sincèrement préoccupé de la recrudescence de la haine raciale dans notre pays n’existe pas. Du moins dans les médias dominants. Au sein de ces derniers, on trouve surtout inquiétante la possibilité de perdre ses prérogatives en raison d’un raz-de-marée électoral populiste en Europe, dont la déferlante s’abattrait précisément à revers de tout ce qu’une élite prône depuis trente ans et qui a donné lieu à la situation décrite plus haut. Du coup, l’obsession n’est pas le racisme, mais d’empêcher une telle vague. Pour cela, il faut re-diaboliser ceux qui la manifestent. On va donc chercher du racisme, certes, mais pas n’importe où. Pas là où il déborde, où il jubile, où il s’auto-promeut et où il frappe, non, mais parmi cette jeunesse de 2017 qui a fait du Front National son premier parti, comme une réplique ironique à Bérurier Noir qui chantait, en 85 : « La jeunesse emmerde le Front National ! », bien incapable de s’imaginer alors que la jeunesse de 2015, née peu après que soit proféré un tel slogan, emmerderait surtout Bérurier Noir et choisirait le bleu Marine. Et c’est donc parmi ces jeunes Blancs insultés, harcelés, menacés, humiliés, agressés, sur leur propre terre, parce que blancs, en raison des expérimentations multiculturalistes de leurs parents, que notre journaliste va chercher du racisme. Et que découvre-t-il alors, ce journaliste ? Qu’en dépit de la somme de ressentiment bien légitime emmagasinée par ces jeunes, il est nécessaire de les infiltrer trois mois pour parvenir à récolter de-ci de-là quelques vagues assertions qu’on puisse rapidement qualifier de « racistes ». Et c’est donc forcés d’employer les méthodes les plus basses que puisse envisager leur profession que ces journalistes vont réaliser des reportages vides et fastidieux, n’ayant d’autre objectif que de démontrer péniblement le préjugé initial, le préjugé nécessaire, n’ayant d’autre vocation que de désigner à la vindicte publique des gens dupés et filmés à leur insu, et côtoyés des semaines entières grâce à l’endurance et l’abnégation que peut fournir, quand elle est suffisamment intense, la passion de la délation.

C8 : double attaque

Voilà à quoi se sont donc employés les journalistes de C8, afin que la chaîne puisse, le 15 mars dernier, consacrer une soirée entière à brouiller le débat démocratique en prétendant délégitimer en amont tout un mouvement après en avoir traqué les « dérapages » en coulisses. Un « documentaire édifiant », une « accablante immersion en caméra cachée », annoncera le jour-même L’Obs, à rebours de toute évidence, les médias dominants se trouvant de plus en plus clairement ligués ensemble pour marteler, non des informations, mais des prophéties auto-réalisatrices, c’est-à-dire une propagande oblique, convaincus qu’à force de répéter l’adjectif « choquant » ou « nauséabond », on finira par rendre objectivement choquants des propos tout au plus triviaux ou sommaires, la plupart du temps. L’attaque anti-FN de la chaîne se décline en deux reportages combinant deux objectifs parallèles : dans le premier, délégitimer par le bas, en dénonçant les comportements ou propos des militants de base. Le second reportage cherche à délégitimer par le haut, en dénonçant les collaborateurs de Marine Le Pen, essentiellement en fonction de leur passé politique.

Contaminations

Sur ce premier reportage, son ridicule, sa vacuité, Ingrid Riocreux, analyste des médias qui commit l’an dernier un ouvrage remarqué (La Langue des médias, l’Artilleur), a déjà dit l’essentiel sur son blog : « Pour découvrir quelque chose dans le reportage de C8, il faut vraiment vivre dans un autre monde, celui des journalistes par exemple. » L’essayiste remarque le piège posé par une télévision allemande avec l’arrivée inopinée d’un nouveau militant très caricatural :

« Il arrive quelques heures avant les caméras des Japonais et des Allemands ! Quelques heures ! Mais évidemment, les téléspectateurs allemands ne sont pas censés savoir qu’il est arrivé quelques heures avant. Comme le dira la voix off : « la séquence est censée n’être diffusée qu’à l’étranger ». La « séquence » en question ne contenait pas l’arrivée du facho puisque les caméras étrangères n’étaient pas encore là. Les journalistes allemands ne pouvaient pas se douter qu’un autre journaliste était déjà dans la place, lequel allait, sans intention maligne, révéler la supercherie. Les Japonais acceptent de retirer la séquence, pas les Allemands, la dame expliquant même que « c’est ça qui nous intéresse ». Ben tiens ! » Par ailleurs, Ingrid Riocreux fait très justement remarquer cet indice de la bêtise insigne du journaliste dénonçant la méfiance des gens du Front National vis-à-vis des médias, comme si elle était dépourvue de fondements, alors même qu’il est parmi eux en infiltré, occuper à les filmer secrètement afin de détruire leur réputation ! Comme il ne trouve manifestement pas de fortes doses de racisme et de fascisme durant ces trois mois passés pourtant dans les entrailles de la bête, notre ingénu va utiliser la rhétorique de la contamination. Si ce n’est pas eux, ce sont leurs frères ! Les jeunes du FNJ ne sont pas franchement racistes, certes, mais ils fréquentent les jeunes Identitaires, dans les soirées « sulfureuses » desquels, on peut entendre des discours qui… font l’éloge de l’identité française. Et donc ?

Contaminations / 2

Dans le second reportage, on assiste à cette situation pour le moins étrange : les journalistes interviewent complaisamment des anciens du FN en général évincés par Marine Le Pen en raison de la stratégie de dédiabolisation, donc des « vrais fachos », selon, du moins, la terminologie des enquêteurs, plus ou moins « virés », qui sont censés alors que leur situation démontre éloquemment l’inverse, prouver le fascisme du FN. On dénonce le passé de militants d’extrême-droite de certains collaborateurs de Marine Le Pen, ce dont à peu près tout le monde est au courant, et qui n’éclaire pas davantage que par des suspicions martelées le fascisme actuel du parti dont le programme se montre pourtant strictement républicain. En outre, la plupart des politiques ont milité dans leur jeunesse au sein de formations radicales, ce qui est sans doute une fatalité de l’âge. François Mitterrand fut, jeune, militant d’extrême-droite, Lionel Jospin a un passé trotskiste, Patrick Devedjian, Gérard Longuet ou Alain Madelin, ont tous milité à Occident. Encore une fois, au lieu de se confronter à des arguments rationnels, on préfère faire feu de tout bois pour jeter la suspicion sur le parti de Marine Le Pen, par insinuations, rapprochements, contaminations. Les médias ne cherchent ni l’information, ni le débat, mais à pourrir une réputation.

Artistocrates et radicaux de gauche

Après une soirée entière consacrée à la cible par C8, c’est, le lendemain, France 2 qui en remet une couche dans « Envoyé Spécial », un dossier mené avec l’aide de Médiapart et de Marianne, le « parti des médias » s’affichant ouvertement au moment de mener son offensive lourde contre le parti qui menace leur hégémonie, et toujours selon les mêmes procédés, cherchant essentiellement la délégitimation morale de l’ennemi. Le 18, enfin, Florian Philippot était l’invité d’ « On n’est pas couchés », encore sur France 2, devant affronter seul l’hostilité affichée de tous les invités sur le plateau. Daoud Boughezala, dans Causeur, livre une excellente analyse de la séquence en montrant tout le piquant paradoxe. D’un côté, les « stars » redoublent d’anti-fascisme d’apparat, à l’heure où, comme l’affirme le sociologue Christophe Guilluy, « la diabolisation du FN est un révélateur de classe sociale », au point, même, que la comtesse Célarié refuse de serrer la main souillée du représentant des manants. Mais d’un autre côté, Philippot délivre une heure de marxisme culturel ! Un observateur un rien au fait de l’histoire des idées, ne peut que constater que le numéro 2 du FN, tient un discours radical, oui, mais radical de gauche ! Républicaniste, jacobin, laïcard, allant jusqu’à nier toute possibilité d’en appeler à un substrat ethno-culturel minimum du peuple français, comme le faisait de Gaulle ! Entre la revendication de ce substrat et l’appel au génocide, il y a tout de même une marge de manœuvre intellectuelle et morale qu’on pourrait voir exploiter par des politiciens patriotes sans blêmir ! Le souci de la dédiabolisation semblait, ce soir-là, s’être confondu avec une « dé-droitisation », et des artistocrates vomissaient leur haine des pauvres maquillée en un fallacieux et valorisant antifascisme sur un jacobin anti-raciste. Ainsi, totalement absurde du point de vue de la confrontation des idées, cette campagne présidentielle n’en est pas moins extraordinairement révélatrice des rapports de force, des rôles, des monopoles, des tyrannies, qui s’exercent aujourd’hui en France.

Observatoire du journalisme et de l'information médiatique (OJIM, 27 mars 2017)

02/04/2017

Feu sur la désinformation... (131)

Vous pouvez découvrir ci-dessous un nouveau numéro de l'émission I-Média sur TV libertés, consacrée au décryptage des médias et dirigée par Jean-Yves Le Gallou, président de la fondation Polémia, avec le concours d'Hervé.

Au sommaire :

  • 1 : Comment Pujadas pourrit la campagne électorale
    Le présentateur du service public, David Pujadas invite François Fillon et Marine Le Pen. Dans ces 2 émissions, les candidats ont été piégés par le chef d’orchestre des émissions politiques : Face au candidat de la droite et du centre , le présentateur de France 2 invite l'écrivain, Christine Angot, connue pour être incontrôlable sur les plateaux de télévision. Face à la présidente du Front national, Pujadas s’enferme dans des polémiques stériles au lieu de parler de politique. Ici pas de fausses notes, c’est bien la partition qui sonne faux.
  • 2 : Le zapping d’I-média
    Pour Pierre Le Masson, le responsable du syndicat des journalistes de la voix du Nord, « le rôle d’un journal, c’est d’informer les gens afin qu’ils votent correctement ». Un aveu de manipulation médiatique, pour un journal subventionné par l’Etat à hauteur de 9 millions d’euros.

    Pour Jérôme Fourquet, directeur du Département opinion publique de l’institut de sondage IFOP, dans C dans l’air : « on a installé progressivement qu’il [Macron] pouvait être au second tour » de l'élection présidentielle. Lapsus révélateur ou non, c’est au moins l’illustration du cercle vertueux des médias de la finance et des sondages.

  • 3 : Starification des Macron, merci Mimi !
    Gala, Paris Match, VSD, le couple Macron fait les Unes de la presse people. La faiseuse de stars, Mimi Marchand, est aux manettes. Pour les médias, le but est de voler la présidentielle aux Français par un triptyque simple, mais efficace : pourrir, divertir, ahurir.
  • 4 : Les tweets de la semaine
    Monseigneur Pontier, président de la conférence des évêques de France déclare, à Lourdes, que : « l’Islam est une réalité ancienne en France ». Pourtant la première mosquée installée sur le territoire national (la mosquée de Paris) date de 1921.
  • 5 : Le cabinet noir en pleine lumière
    Mise en examen de François Fillon, Les Républicains se défendent et accusent le cabinet noir du gouvernement d’être à l’origine des fuites. Pour les médias ce cabinet n’existe pas évoquant rumeurs et complot.
    Bobard de Matthieu Aron, directeur adjoint de la rédaction de l’Obs, qui invente sur France Inter, au micro de Patrick Cohen, la notion juridique de « présomption de culpabilité ».

                           

30/03/2017

Voyage dans la République des juges...

Vous pouvez découvrir ci-dessous sur TV Libertés une présentation éclairante, par Jean-Yves Le Gallou, des lieux où se niche une grande part du pouvoir réel au sein de notre République...

 

                                    

Jean-Yves Le Gallou nous emmène en visite dans les vrais lieux de pouvoir de Paris. En effet, pour le président de la Fondation Polémia, les centres décisionnaires ne sont plus à l’Elysée, à Matignon ou au ministère de l’Intérieur mais dans les palais de Justice, puisqu’aujourd’hui se sont les juges qui décident.

En fonction du politiquement correct, ils décident des lois, des décisions administratives ou encore de qui peut être candidat. Tout cela, bien souvent, au mépris de la démocratie. Un phénomène assez ancien et qui ne concerne pas que la France. Ainsi, aux Etats-Unis, les président Donald Trump s’est en effet vu empêché par deux juges de mettre en œuvre sa politique migratoire.

Jean-Yves Le Gallou demande donc de rendre le pouvoir au peuple, de revenir à une séparation stricte des pouvoirs prônée par Montesquieu et de retrouver l’esprit de la Vème République notamment avec la pratique du référendum. Le général de Gaulle était d’ailleurs hostile au pouvoir judiciaire en s’opposant, notamment, à la pratique de censure que cherchait à s’octroyer le Conseil constitutionnel. Il réclame également la création d’une haute autorité de la transparence judiciaire pour pouvoir déterminer les appartenances politiques, syndicales ou philosophiques des magistrats et les conflits d’intérêts entre leurs actions et les jugements qu’ils rendent. Il dénonce aussi la Cour européenne des droits de l’homme, institution qui ne cesse de favoriser l’immigration et qui n’hésite pas à limiter la liberté d’expression.

Du Conseil constitutionnel, législateur suprême qui peut censurer la loi, à la prise de pouvoir sur l’immigration par le  Conseil d’Etat, en passant par la Cour de cassation au sommet de la pyramide judiciaire, Jean-Yves Le Gallou explique comment la Vème République s’est transformée en ”République des juges”.