Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/11/2017

Liberté et sécurité face au défi migratoire ?...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue d'Ivan Blot, cueilli sur Polémia et consacré au grave problème de sécurité que constitue la présence massive d'immigrés sur le sol de notre pays... Ancien député européen, président de l'association "Démocratie directe", Ivan Blot a récemment publié L'oligarchie au pouvoir (Economica, 2011), La démocratie directe (Economica, 2012),  Les faux prophètes (Apopsix, 2013), Nous les descendant d'Athéna (Apopsix, 2014), L'Homme défiguré (Apopsix, 2014) et L'homme héroïque (Apopsix, 2017).

Contrôle_Sentinelle.jpg

Liberté et sécurité face au défi migratoire : le contrôle de la population

En France, c’est un tabou de vouloir faire un lien entre l’immigration et le terrorisme. Pourtant, il est évident jusqu’à présent qu’il n’y a pas d’attentats terroristes dans les pays sans immigration musulmane comme la Pologne ou la Tchéquie. Il n’y a pas eu jusqu’à présent d’attentats islamistes à Prague ou à Varsovie !

Mao-Tsé-Toung, l’ancien révolutionnaire et chef de la Chine communiste, l’a dit : le bon révolutionnaire ne peut être efficace que s’il vit dans le prolétariat comme le poisson dans l’eau. Il en est exactement de même des terroristes qui se réclament de l’islamisme révolutionnaire. Que ferait un terroriste islamiste à Varsovie entouré de Polonais catholiques ? Les terroristes ne sont pas, sauf exceptions rarissimes, des « loups solitaires ». Ils vivent en réseaux et c’est bien plus facile depuis l’avènement de l’informatique. Ils trouvent sur Internet des sources d’inspiration et des conseils pour mener des actions meurtrières.

Il n’y a pas « les méchants terroristes » qui sont des tueurs et « les gentils musulmans » qui seraient pacifistes. Il y a toute une gradation entre le terroriste actif et le musulman indifférent. Il y a cinq cercles concentriques :

– Au milieu, les terroristes prêts à tuer, quelques milliers de personnes en France qu’il faut surveiller de près ;

– Puis il y a un deuxième cercle, celui de gens qui ne tueront jamais mais qui adhèrent aux idées révolutionnaires islamistes et qui sont prêts à fournir une aide logistique : prêter une voiture, un appartement, par exemple ;

– Puis il y a le troisième cercle, celui de ceux qui approuvent l’idéologie des islamistes révolutionnaires mais qui ne mèneront aucune action en leur faveur. Cela peut faire des millions de personnes. C’est toutefois dans ce cercle infecté idéologiquement que peuvent apparaître de jeunes djihadistes nouveaux ;

– Il y a ensuite le cercle des vrais indifférents, encore quelques millions sur les 7 millions de musulmans résidant en France ;

– Enfin, il y a ceux qui sont ouvertement hostiles aux islamistes et aux attentats. Ils ne sont pas si nombreux que cela car beaucoup ont peur.

On voit que le problème n’est pas seulement celui des terroristes actifs. Il faut surveiller des populations beaucoup plus nombreuses, peut-être des millions de personnes et c’est très difficile.

L’Académie des sciences de Russie, avec son Institut d‘Orient, appelle notre attention sur ce qu’elle nomme des « califats localisés ». Il s’agit de quartiers de grandes villes où se concentrent des musulmans dont beaucoup sont des immigrés clandestins. Ils ne sont nullement recensés de façon exhaustive et ne tolèrent guère d’autres populations de religion ou d’ethnie différente. En France, des enquêtes ont été faites sur la persécution sournoise des juifs dans ces quartiers, si bien que certains veulent émigrer, vers des quartiers moins « toxiques » voire hors de France (voy. par exemple l’enquête de Stéphane Kovacs intitulée « Ces juifs apeurés qui déménagent pour fuir l’antisémitisme » dans le journal Le Figaro du 25 octobre 2017, page 8).

Dans ces banlieues déstructurées mono-ethniques des imams peuvent prêcher la haine et former la jeunesse à détester l’Occident. Il faut empêcher les musulmans de s’intégrer à la société mécréante et les inciter à rejoindre les guerriers du djihad. Il y a bien longtemps que la police n’est plus présente dans ces « zones de non-droit » dont l’Etat français nie l’existence.

Ces quartiers abandonnés par l’Etat ne le sont pas pour tout le monde. Apparemment, la mise en place d’un petit « califat délocalisé » se caractérise par une baisse de la criminalité et de la délinquance. Les autorités islamistes de fait décident si le trafic de drogue doit ou non s’arrêter. Ils sont plus efficaces que les assistantes sociales. Un jeune sans repères qui devient islamiste peut en effet adopter un comportement correct et renoncer à la délinquance. Mais ce calme sur le front de la criminalité est trompeur. Il n’empêche pas les accumulations secrètes d’armes et d’explosifs. On prépare les attentats du futur. Le paradoxe est que dans les démocraties occidentales (sauf la Suisse ou les États-Unis), la population est totalement désarmée sauf pour les islamistes ! La législation sur le port d’armes est ridiculisée. Le coordinateur antiterroriste près du président de la République, le préfet Bousquet de Florian, a cité le cas d’un terroriste arrêté aux Champs-Élysées à Paris qui avait obtenu six autorisations de port d’armes de différentes préfectures, et pourtant il était fiché « S » sur le fichier des suspects dans les services antiterroristes.

Il y a des exceptions à cette situation notamment en Suisse et en Norvège où toute personne doit être enregistrée avec son adresse dans les fichiers de la police. Un de mes amis français est allé un jour à Genève en Suisse chez des amis helvétiques. Les amis partirent faire des courses et il resta seul dans l’appartement. On sonne à la porte. Il ouvre et se trouve face à deux gendarmes suisses qui lui disent : « Qu’est-ce que vous faites là ? » Il répond qu’il est venu passer le week-end chez des amis suisses qui ont cet appartement. On lui répond : Ils ont commis une faute ; ils devaient venir vous enregistrer dans nos bureaux. Le Français était étonné. « Mais alors comment savez-vous que je suis là ? » dit-il. Réponse des gendarmes : les voisins ! En Suisse, qui est indiscutablement une démocratie, il est normal de dénoncer une personne inconnue dans l’immeuble ! Dans une telle société, il est difficile de constituer des quartiers entiers avec des personnes inconnues. Le contrôle des populations pour assurer la liberté et la sécurité est assuré.

Les Russes s’inquiètent de notre sécurité pour les années à venir. L’Arabie saoudite et le Qatar financent des mosquées et des tribunaux de la charia. Ces derniers concurrencent la justice de l’État. L’éducation des jeunes, les cours de Coran, l’arbitrage des conflits se font au sein d’enclaves géographiques où l’autorité de fait est détenue par l’imam. L’autorité musulmane locale organise les barrières mentales entre « sa » population et le reste du pays. Tout cela s’opère dans le cadre des lois et libertés garanties par les constitutions démocratiques interprétées selon l’idéologie des « droits de l’homme ».

C’est pourquoi, déclarer verbalement la guerre aux terroristes comme le font les gouvernements occidentaux n’a guère d’effets dès lors que des territoires entiers, les califats délocalisés, prospèrent sous leurs institutions et que la police ne peut plus pénétrer sur les territoires concernés. Ces califats sont des noyaux d’enracinement pour les terroristes à venir et doivent être combattus comme tels et non tolérés par des pouvoirs publics inconscients.

Cela passe par la répression des activités délictuelles (propagation de la haine, accumulation d’armes, etc…) mais aussi par la lutte contre l’immigration clandestine et l’organisation du retour des immigrés clandestins.

Ivan Blot (Polémia, 20 novembre 2017)

27/03/2017

Le Romand du siècle...

Les éditions Le Polémarque viennent de publier une biographie signée par Pierre Streit et intitulée Henri Guisan (1874-1960) - Un général suisse face à la Seconde Guerre mondiale. Historien et officier de milice, travaillant pour le Département de la défense suisse, Pierre Streit est déjà l'auteur d'un Morat (1476) L'indépendance des cantons suisses (Economica, 2013) et d'une Histoire militaire suisse (Infolio, 2017).

 

Streit_Henri Guisan.jpg

" Tout ou presque a été écrit sur le dernier commandant en chef de l’armée suisse, le général Henri Guisan (1939-1945). Pourtant, ce personnage qui a été désigné “Romand du siècle” en 2011 par les téléspectateurs suisses francophones continue aussi bien de fasciner que de susciter des controverses.

Derrière le mythe, il y a un homme avec des solides racines terriennes, un soldat viscéralement attaché à l’unité de son pays et à la défense de sa neutralité, un général proche du citoyen-soldat suisse. Ce court texte n’apportera aucune révélation sur ce personnage historique central, mais se veut une invitation en peu de pages à mieux en connaître la vie et l’action, trop souvent résumée à la seule stratégie du “Réduit national”. L’histoire de la Suisse pendant la Seconde Guerre mondiale reste à écrire dans sa globalité et le général Guisan en fait définitivement partie. "

21/09/2016

Des citoyens armés pour faire face à la menace terroriste...

Vous pouvez découvrir ci-dessous un entretien donné le 16 septembre 2016 par Bernard Wicht à la Radio Télévision suisse pour évoquer la volonté de l'Union européenne de désarmer ses citoyens, en rendant plus difficiles les conditions d'acquisition et de détention des armes. Universitaire, historien des idées et spécialiste en stratégie, Bernard Wicht a récemment publié Une nouvelle Guerre de Trente Ans (Le Polémarque 2011), Europe Mad Max demain ? (Favre, 2013) et L'avenir du citoyen-soldat (Le Polémarque, 2015).

 

03/02/2016

Un point de vue suisse sur la crise migratoire...

Vous pouvez découvrir ci-dessous un entretien avec Piero San Giorgio réalisé par LaPravda.ch, site d'information suisse romand indépendant en novembre 2015, et consacré à la crise migratoire. A quelques semaines de distance, après les agressions sexuelles de masse commises en Europe, et notamment en Allemagne, au cours de la nuit du nouvel An, son analyse se révèle particulièrement clairvoyante...

Promoteur dans le monde francophone d'une forme de survivalisme ou de décroissance résiliente, Piero San Giorgio est l'auteur de Survivre à l'effondrement économique (Le Retour aux sources, 2011) et de Rues barbares (Le Retour aux sources, 2012).

 


Entretien avec Piero San Giorgio par LaPravdaCH

11/11/2015

"Le multiculturalisme est à la société ce que la partouze est à l’amour"...

Vous pouvez découvrir ci-dessous un entretien (en trois courtes parties) donné par Oskar Freysinger à Charlotte d'Ornellas, pour Boulevard Voltaire. Conseiller d'état du Valais et membre dirigeant de l'UDC suisse, Oskar Freysinger est l'auteur d'un essai intitulé De la frontière (Xénia, 2013).

 

01/05/2015

Identité et démocratie....

NRH 78.jpg

La Nouvelle Revue d'Histoire est en kiosque (n° 78, mai - juin 2015) dans une nouvelle formule que nous vous invitons à découvrir.

Le dossier central est consacré à la Suisse, de Guillaume Tell à Oskar Freysinger ! On peut y lire, notamment,  des articles de François Bousquet ("Guillaume Tell, le père de la nation"), d'Aymé Richard ("Calvin à Genève. La genèse d'une théocratie"), d'Eric Mousson-Lestang ("1815 : naissance de la Suisse contemporaine"), de Pierre de Meuse ("Conflit du Sonderbund : une guerre de sécession helvétique"), de Jean-François Gautier ("Les écrivains suisses de langue française"), de Philippe Parroy ("Les banques suisses face aux Etats-Unis"), d'Albrecht Baerenstein ("L'histoire de la Suisse en dictionnaire") et d'Oskar Freysinger ("Identité et démocratie").

Hors dossier, on pourra lire, en particulier, un entretien avec Eric Zemmour ("Une vision de la France") ainsi que des articles d'Emma Demeester ("L'ascension et la chute d'Enguerrand de Marigny"), de Gérard Hocmard ("L'Angleterre divisée par la guerre des Deux-Roses"), d'Anne Bernet ("Les mystères de Monsieur Fouché"), d'Eric Mousson-Lestang ("Waterloo, victoire allemande"), d'Arnaud Imatz ("Quand la République était raciste"), d'Eric Mousson-Lestang ("L'Allemagne et le génocide arménien") et de Philippe d'Hugues ("Jacques Laurent, romancier et antigaulliste").