Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/11/2015

Le miel...

Les éditions Gallimard viennent de publier, dans leur collection de poche Folio, un roman de Slobodan Despot intitulé Le miel. Ecrivain et éditeur, Slobodan Despot est l'auteur de plusieurs livres, dont des recueils de chroniques mordantes, Despotica (Xénia, 2010) et Nouvelleaks (Xénia, 2015).

Miel.jpg

Il faut lire Le Miel, court et lumineux roman de Slobodan Despot, paru dans la collection Blanche de Gallimard.

Voici son argument brièvement présenté: « En sauvant un apiculteur déraciné, le Vieux, au bord d’une route délabrée par la guerre, Vera l’herboriste ignore qu’elle se sauve elle-même. Pour le comprendre, il lui faudra recueillir l’histoire du fils, Vesko le Teigneux, encore prisonnier de ses peurs.
Le voyage épique de Vesko en voiture avec son père, à travers un pays devenu étranger, n’a été possible que par la grâce d’une substance bénéfique, un véritable viatique : le miel. Chacun de nos gestes compte. »

Ce road trip poétique à travers l’ex-Yougoslavie déchirée par la guerre est aussi un roman de réinformation.

Dans Le Miel il n’y a ni « bons » ni « méchants » mais des hommes qui luttent. Slobodan Despot nous y montre l’envers du miroir : la guerre vue du côté des diabolisés.

Avec des formules qui claquent comme des balles :

« (Dusan) se distingua suffisamment par sa bravoure pour figurer sur la liste des criminels de guerre dressée par le camp d’en face » (p. 31) ;

« L’architecture moderne et son équivalent le communisme ont voulu tout standardiser, tout rationaliser » (p. 60) ;

« “Dans cette province riante, chaque hameau est un Oradour-sur-Glane”, écrivit le petit journaliste dans son quotidien. On lui retira le dossier yougoslave pour partialité. Il fut le dernier étranger à recueillir et relayer la voix de cette enclave serbe » (p. 61) ;

« Contre qui prendre parti, sinon contre les mensonges qui déferlaient avec un grondement de cataracte… » (p. 120).

Mais au-delà de la politique et de la guerre, le héros redécouvre la nature : « Tandis qu’il contemplait ces forêts silencieuses, une question toute bête vint lui occuper l’esprit : comment appelait-on ces arbres ? De quelle essence, les hautes futaies ? De quelle essence, les arbres frisés ? Et ces magnifiques frondaisons qui scintillaient en gris et argent au gré du vent, et dont le bruissement devait être une caresse ? Aucune idée. Son père les connaissait sans doute. Mais lui, le stupide citadin, allait peut-être mourir sans avoir su reconnaître un seul arbre autour de lui. (…) Qu’avait-il appris au juste ? » (p. 69, 70).

Voici un miel à déguster d’urgence !

Jean-Yves Le Gallou (Novopress, 10 juillet 2014)

Les commentaires sont fermés.