Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/06/2017

L’Orient est-il toujours rouge ?...

Les Editions des Livres Noirs font paraître une brochure de David L’Epée intitulée Socialismes asiatiques : l’Orient est-il toujours rouge ? qui réunit quelques textes de l’auteur consacrés aux modèles socialistes chinois et nord-coréen. Passionné par l’histoire des idées et les sciences politiques, David L'Epée collabore régulièrement aux revues Eléments et Rébellion.

Cette brochure d'une soixantaine de pages est en vente sur les sites des revues Krisis et Rébellion.

L'Epée_Socialismes asiatiques.jpg

Entretien de la revue Rébellion avec David L'Epée

Quelle a été la genèse de la publication de cette brochure ?

Ayant ces dernières années publié plusieurs articles courts consacrés à la Corée du Nord1, j’avais commencé de travailler sur un article de fond, plus fourni, sur l’histoire de ce pays hors du commun et notamment l’histoire de son modèle économique très particulier. Un article que je souhaitais proposer à Rébellion car, comme le savent bien certains de nos collaborateurs – je pense notamment à notre ami Thibault Isabel qui, comme moi, use et abuse de ce privilège ! – cette revue a sur les autres l’avantage d’offrir de larges plages d’expression à ses contributeurs, ce qui permet de publier des articles longs, prenant le temps d’aller au fond des choses et de faire des analyses poussées qui seraient impossibles sur le modèle court d’une chronique d’une ou deux pages. Seulement, il s’est avéré que cet article, même découpé en parties, n’était pas publiable en l’état dans la revue, que j’avais cette fois vraiment dépassé les bornes… C’est pourquoi Olivier Gnutti et Louis Alexandre m’ont proposé de publier ce texte sous forme de brochure (un peu sur le même modèle que celle qu’ils avaient fait paraître quelques années auparavant sur Costanzo Preve2), additionné de deux autres textes consacrés, eux, au socialisme chinois.

De la revue à la brochure on peut dire en quelque sorte que la boucle est bouclée car un de tes premiers articles publié dans Rébellion parlait, déjà, de la Chine.

Il s’agissait en effet d’une série de réflexions que nous avions publiées sous le titre Chroniques chinoises3 et que j’avais écrites à mon retour d’un séjour d’un an dans l’Empire du milieu. J’étais revenu de ce long voyage avec le manuscrit d’un livre, Les Enfants de Yugong (sous-titré Comment la Chine déplace les montagnes), que j’avais présenté à plusieurs éditeurs – j’en profite ici pour remercier Slobodan Despot, des éditions Xénia, qui m’avait donné quelques bons conseils – mais qui n’est finalement pas sorti, du fait que j’étais alors pris par un certain nombre d’affaires (j’étais encore, je le confesse, en pleine période militante…). Au dire des deux éditeurs qui avaient manifesté de l’intérêt pour mon manuscrit, il avait le défaut de coller à une actualité trop précise, celle de la Chine du gouvernement Hu Jintao, plongée dans la préparation des Jeux Olympiques de 2008. C’était donc un livre à sortir immédiatement ou jamais, et je n’ai pas su réagir assez vite – ce qui ne m’attriste pas plus que ça car ce livre avait, je m’en rends compte en le relisant aujourd’hui, beaucoup de défauts, et si j’avais à le réécrire, j’en ferais quelque chose de bien différent. Je me souviens d’une phrase de Sartre, que m’avait cité un de ces deux éditeurs, qui dit que la littérature d’actualité, c’est comme les bananes : ça doit se manger sur l’arbre. Je suis assez d’accord avec ça.

Y a-t-il un rapport avec ce manuscrit non publié et les deux textes de ta brochure consacrés au socialisme chinois ?

Indirectement oui. Un de ces textes est la transcription partielle d’un entretien que j’ai donné à mon retour de Chine dans l’émission La Radio Vraiment Libre (RVL) au micro de mon ami Patrick Berger4 qui, si je ne m’abuse, occupait encore à l’époque des fonctions dans une cellule locale du PCF. Je m’en souviens très bien, nous avions enregistré l’émission à Saint-Ouen et j’avoue que, revenu depuis peu dans notre chère Europe multi-kulti, le contraste visuel entre Pékin et Saint-Ouen était assez frappant ! L’autre texte, qui est un texte de fond, et que j’ai intitulé Parti de rien, parti de tous (tout le monde n’a pas le talent du Canard enchaîné pour trouver des titres accrocheurs !), est la version réécrite d’un chapitre de mon livre consacré à la doctrine économique du Parti communiste chinois. Un texte qui n’est pas à consommer comme une banane hors saison mais plutôt comme une nature morte, une sorte d’arrêt sur image de l’état des forces et des divisions du Parti à un moment donné, celui de l’année 2006-2007, période durant laquelle j’ai pu constater sur place ce qu’il en était, faire mes propres recherches et rencontrer plusieurs acteurs du milieu politique, syndical et associatif. Ce recul temporel me donne maintenant davantage d’assurance dans les hypothèses que je posais alors (notamment celle des rapports stratégiques entre le développement social de la Chine et sa montée en puissance au sein de la mondialisation) et qui semblent s’être vérifiées grosso modo. Je serais par contre incapable de faire ce même type d’analyse pour la Chine actuelle, celle de la présidence Xi Jinping, c’est encore trop tôt et il me paraît vraiment difficile d’y voir clair pour le moment. Peut-être dans quelques années…

Tu parles de la Chine en t’appuyant sur ta connaissance personnelle du pays mais tu ne peux pas en dire autant de la Corée du Nord…

C’est vrai, et cette inexpérience pratique est peut-être le talon d’Achille de cette brochure. J’ai beaucoup étudié la question du socialisme nord-coréen (« socialisme » auquel il faudrait dans l’idéal ajouter beaucoup de guillemets, comme le comprendront mes lecteurs) mais je n’ai de ce système très étrange qu’une connaissance théorique. Raison pour laquelle, comme journaliste, je proposerai bientôt à Rébellion un entretien avec quelqu’un qui s’est rendu il y a quelques mois en Corée du Nord, que j’ai rencontré récemment et qui a bien voulu me confier son témoignage – un témoignage assez étonnant comme vous le verrez. Cela étant dit, j’envisage de plus en plus sérieusement d’entamer les démarches nécessaires pour me rendre moi-même là-bas, dans des conditions qui restent à définir. Je ne suis ni un zélateur ni un ennemi du régime, juste un observateur curieux et donc forcément attiré par les zones troubles, ces espaces irréductiblement autres qui semblent à première vue échapper à ce qu’on nous présente comme l’histoire en marche. Mon tout premier article publié en Suisse à mon retour de Chine s’appelait d’ailleurs L’exotisme au cœur de la mondialisation5. Une sorte de quête personnelle à laquelle je reviens toujours…

Note :

1 Par exemple : Corée du Nord : derrière les mots de la propagande (dans le n°144 d’Eléments, juillet-septembre 2012) et Comprendre la Corée du Nord (dans le n°162 d’Eléments, septembre-octobre 2016)

2 Hommage à Costanzo Preve : textes et entretiens, OSRE, 2014

3 Article en deux parties paru dans les n°28 et 29 de Rébellion, entre janvier et avril 2008

4 La Chine pour les nuls (RVL, février 2008) – l’émission, d’une durée de deux heures, est disponible sur YouTube.

5 L’exotisme au cœur de la mondialisation, in. Le Cafignon, octobre 2007

 

 

 

26/05/2017

George Orwell ou la vie ordinaire...

Les éditions Le passager clandestin viennent de publier, dans leur collection "Les précurseurs de la décroissance", un essai de Stéphane Lemenorel intitulé George Orwell ou la vie ordinaire. L'auteur est poète et ancien professeur de philosophie.

 

Lemenorel_George-Orwell-ou-la-vie-ordinaire.jpg

" Outre 1984, roman auquel on réduit souvent son œuvre et sa pensée, George Orwell est aussi l'auteur d'une riche œuvre critique qui, de chroniques en essais, décortique les mécanismes de la domination, s'inquiète des ravages de l'industrialisation du monde et prend la défense de la vie ordinaire de l'homme de la rue, dans laquelle il voit la possibilité d'une résistance. Inclassable trublion pour les uns, socialiste suspect pour les autres, hérétique pour tous, George Orwell ne transige pas avec les faits pour obtenir la reconnaissance intellectuelle. Aussi l'homme et son œuvre, qui gênaient tant de son vivant, ne cessent-ils d'embarrasser depuis sa disparition en 1950. "

24/01/2017

La gauche à l'agonie ?...

Les éditions Perrin viennent de publier dans leur collection de poche Tempus, La gauche à l'agonie 1968 - 2017, un essai de Jean-Pierre le Goff. Sociologue, vigoureusement critique de l'idéologie de mai 68, Jean-Pierre Le Goff a récemment publié La France morcelée (Folio, 2008), La gauche à l'épreuve : 1968 - 2011 (Tempus, 2011), La fin du village (Gallimard, 2012) et Malaise dans la démocratie (Stock, 2016). Il anime également le club de réflexion Politique autrement.

 

Le goff_Gauche à l'agonie.jpg

" De la révolution matricielle de mai 1968 aux controverses actuelles et aux primaires socialistes, ce livre entend montrer comment la gauche a pu en arriver là. Après avoir scruté les principaux thèmes qui ont structuré son identité depuis le XIXe siècle et constater leur érosion, voire leur décomposition, Jean-Pierre Le Goff met en lumière la fin d'un cycle historique en même temps qu'il souligne les difficultés actuelles d'une reconstruction : le fossé n'existe pas qu'entre générations, il éloigne les couches populaires de la gauche culturelle sur fond d'agonie des idées. Autant de constats qui appellent une réappropriation de notre héritage culturel pour autoriser une reconstruction intellectuelle. "

22/12/2016

Mesure de la France...

Les éditions Pardès viennent de rééditer le premier essai de Pierre Drieu la Rochelle intitulé Mesure de la France, avec une préface Franck Buleux. Après Socialisme fasciste, Avec Doriot , Ne plus attendre, et Chroniques politiques (1934-1942) réédités par les soins des éditions Ars Magna,  l’œuvre de publiciste de l'auteur de Gilles redevient accessible à tous.

 

Mesure de la France_Drieu.jpg

" Au retour de la Grande Guerre, le sous-officier d’infanterie Pierre Drieu la Rochelle s’interroge sur la victoire des Alliés, dans laquelle il ne voit qu’un trompe-l’oeil. Jeune auteur de 27 ans, issu d’une famille nationaliste et conservatrice d’origine normande, il s’émeut des faiblesses de la France, posant ainsi les limites du nationalisme intégral, cher aux partisans de Charles Maurras. Démontrant l’incapacité française à se régénérer humainement, il s’interroge, au-delà du fait national, sur le devenir de la puissance des nations. Dans la première partie de Mesure de la France, il consacre de larges développements à la dénatalité qui frappe son pays, véritable suicide (un « crime », dénonce-t-il). S’il a fallu la moitié de la planète pour vaincre l’Allemagne, qu’aurait pu la France seule ? Dans la seconde partie de l’essai, le déclin démographique français l’amène à s’interroger sur la puissance des nations, fondée sur la seule notion de Production, stade final du besoin économique. Il cherche les responsabilités des acteurs institutionnels, politiques et religieux de l’époque. Pour sauver la France, il en appelle à de véritables « Alliances », fruits d’unions nationales, consenties sur un pied d’égalité en temps de paix, et non issues de guerres mortifères pour le continent européen. Cet essai annonce les prochaines œuvres de Drieu, Le Jeune Européen et Genève ou Moscou, dans lesquelles il fera clairement le choix d’une « autre voie », celle de l’Europe. Mesure de la France, tout en proposant des pistes de réflexion, n’en délivre pas moins un message pessimiste : l’Europe n’a pas vécu la « der des der », comme certains, les plus nombreux, aimeraient à le croire, mais la «Première Guerre». La suite de l’Histoire, avec la Seconde Guerre mondiale, lui donnera raison. "

08/06/2016

Résister et riposter !...

Nous vous signalons la parution du nouveau numéro la revue Rébellion (n°74, Février - mars 2016). Vous pourrez notamment y lire un article de Thibault Isabel, rédacteur en chef de Krisis sur le socialisme païen de Louis Ménard et un entretien avec Michel Marmin, chroniqueur de la revue Éléments, à propos de Léo Malet.

 

Rébellion 74.jpg

Au sommaire :

Editorial : Changer le monde avant qu’il ne nous change !

Actualité : Projet de Loi El Khomri – le patronat en rêve, la Gauche va le faire !

Agir Local. Penser global : Le syndicalisme et la lutte politique révolutionnaire.

Entretien avec un camarade syndicaliste

Stratégie : L’ordre des Assassins, la stratégie révolutionnaire des disciples d’Hassan Sabbah ( Pierre Lucius)

Réflexion : De l’Autorité ( Yohann Sparfell)

Histoire : Le Socialisme païen de Louis Ménard ( Thibault Isabel)

Culture : Entretien avec Michel Marmin : Léo Malet, un mystère de Paris

Chronique livre : La Corée du Nord, le Pays qui n’était pas là ( Pierre Lucius)

29/03/2016

Le socialisme fasciste de Pierre Drieu la Rochelle...

Les éditions Ars Magna viennent de rééditer Socialisme fasciste, un essai de Pierre Drieu la Rochelle, publié initialement en 1934 et qui était devenu très difficile à trouver. On notera que l’œuvre de Drieu la Rochelle suscite depuis quelques années un regain d'intérêt, qui s'est traduit par la publication d'un volume de romans et de récits dans la Pléiade, mais aussi par de nombreuses rééditions comme celles des Textes politiques (Krisis, 2009), des Chroniques des années 30 (Editions de Paris, 2016) et du  Jeune Européen (Bartillat, 2016), ou encore par la publication d'un nombre conséquent d'essais tels que Les frères séparés (Petite Vermillon, 2011) de Maurizio Serra, Pierre Drieu la Rochelle (Perrin, 2011) de Jacques Cantier, Drieu la Rochelle face à son oeuvre (Infolio, 2015) de Frédéric Saenen, Malraux et Drieu la Rochelle (Ovadia, 2016) de Jean-Louis Saint-Ygnan ou Les derniers jours de Drieu la Rochelle (Grasset, 2016) d'Aude Terray...

 

Socialisme fasciste.jpg

" Issu de la gauche républicaine et progressiste, Drieu la Rochelle (1893-1945) se placera dans les années 1930 dans la lignée du premier socialisme français, celui de Saint-Simon, Proudhon et Charles Fourier, ce qui le conduira à adhérer en 1936 au Parti populaire français, fondé par Jacques Doriot, et à devenir, jusqu'à sa rupture avec le PPF en 1939, éditorialiste de la publication du mouvement, L'Émancipation nationale. En 1943, alors que chacun sait que tout est perdu pour les partisans de la collaboration, Drieu la Rochelle, dans un ultime geste de provocation, adhèrera de nouveau au Parti populaire français, tout en confiant à son journal son admiration pour le stalinisme.

« Dès 1918, j’ai flairé dans le communisme russe, le moyen de produire une nouvelle aristocratie. Je ne m’étais pas trompé. Je cherche maintenant dans le socialisme de forme européenne, dans le fascisme, cette nouvelle aristocratie. Une jeune aristocratie qui ne sera point fondée sur l’argent, mais sur le mérite. » telle est la profession de foi que Pierre Drieu la Rochelle nous fait dans Socialisme fasciste, un ouvrage publié en 1934 et qui n’avait jamais été réédité. "