Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/04/2018

Les mystères de l'Eurasie...

Les éditions Ars Magna viennent de publier un essai d'Alexandre Douguine intitulé Les mystères de l'Eurasie. Théoricien politique influent, un moment proche d'Edouard Limonov, Alexandre Douguine est la figure principale du mouvement eurasiste en Russie. Outre L'appel de l'Eurasie (Avatar, 2013), le texte d'une longue conversation entre lui et Alain de Benoist, plusieurs  de ses ouvrages ou recueils de ses textes sont déjà traduits en français comme La Quatrième théorie politique (Ars Magna, 2012), Pour une théorie du monde multipolaire (Ars Magna, 2013), Vladimir Poutine, le pour et le contre - Écrits eurasistes 2006-2016 (Ars Magna, 2017) ou Le Front de la Tradition (Ars Magna, 201è).

 

Douguine_Les mystères de l'Eurasie.jpg

" Les Mystères de l’Eurasie est un des tout premiers livres d’Alexandre Douguine puisqu’il fut d’abord publié en samizdat, dans une version abrégée, avant la disparition de l’URSS, puis dans sa totalité, en 1991, après la chute du régime soviétique. Ce qui frappe dans cet ouvrage est d’abord son côté spiritualiste et même mystique, tout à fait à l’opposé du « matérialisme historique » soviétique officiel du temps où il a été conçu. Douguine cherche des signes, et cherche à découvrir le mystère de l’histoire du monde, et surtout de l’histoire de la Russie. La deuxième chose frappante dans le livre est le patriotisme de l’auteur, un patriotisme mystique typiquement russe, très différent du nationalisme étroit qu’on connaît en Occident. Contrairement à d’autres dissidents, Douguine ne prit pas l’Occident pour modèle, et surtout pas le capitalisme et le libéralisme. Il comprit très tôt que la Russie devait échapper au « double abîme », celui du système soviétique (matérialiste et collectiviste) et celui du système occidental (mercantiliste et individualiste). Cette recherche d’une troisième voie finira par déboucher sur l’eurasisme qu’il développera dans ses écrits ultérieurs. "

01/06/2016

La « société ouverte », horizon indépassable de notre temps...

Nous reproduisons ci-dessous entretien avec Alain de Benoist, cueilli sur Boulevard Voltaire et consacré au patriotisme...

Directeur de la revue Krisis, Alain de Benoist vient de rééditer, chez Pierre-Guillaume de Roux, dans une nouvelle version largement augmentée son essai intitulé Au de là des droits de l'homme.

Alain de Benoist 2.jpg

Alain de Benoist : Patriotisme : aimer les siens ne signifie pas qu’il faille détester les autres

Pour certains patriotes, la ligne de fracture politique se résumerait entre les « nôtres » et les « autres »… Ce concept ne serait-il pas un peu court ?

Il est surtout équivoque. Veut-on dire que, par principe, il est toujours légitime de préférer les « nôtres », ou que par rapport aux « autres » les « nôtres » ont toujours raison ? Le vieux principe « my country, right or wrong » est souvent mal interprété. Il ne signifie nullement qu’il faut donner raison à son pays même quand il a tort, mais que lorsqu’il a tort il n’en demeure pas moins notre pays, ce qui n’est pas la même chose. En outre, pour admettre que notre pays puisse parfois avoir tort, il faut disposer d’un critère de jugement excédant notre seule appartenance. Faute d’un tel critère, la vérité se ramène à l’appartenance, c’est-à-dire à la pure subjectivité. C’est la conception développée par Trotski dans Leur morale et la nôtre (1938). Ce n’est pas la mienne.

Sur la préférence, je n’ai en revanche pas d’objection. La commune appartenance nourrit, non seulement chez l’homme, mais aussi chez les autres animaux, un sentiment naturel qui porte à préférer ceux qui nous sont plus proches, qui nous ressemblent et en qui nous pouvons nous reconnaître. Il ne s’ensuit pas que nous devions détester les autres. En règle générale, un homme préfère ses enfants aux enfants des autres. Si son fils est en train de se noyer en même temps que l’un de ses camarades, c’est son fils qu’il cherchera à sauver en premier. Il y a, bien sûr, toujours des exceptions, parfois justifiées, mais elles confirment la règle.

Le patriotisme n’en est pas moins devenu aujourd’hui, aux yeux de beaucoup, une idée ringarde, digne de cette « France moisie » jadis stigmatisée par Philippe Sollers. Comment en est-on arrivé là ?

Excellente question. Lactance, qu’on a surnommé le « Cicéron chrétien », disait au début du IVe siècle que « l’attachement à la patrie est, par essence, un sentiment hostile et malfaisant ». Apparemment, il a fait école. Mais comment en est-on arrivé à diaboliser le sentiment naturel de préférence pour les siens ? Esquisse d’une réponse.

Dans la foulée de l’idéologie du progrès, on a d’abord disqualifié le passé au seul motif que la modernité attribue plus de valeur au présent qu’au passé. Porteur de valeurs et d’exemples révolus, le passé n’a dès lors plus rien à nous dire. Il n’est au pis qu’une erreur, au mieux qu’une annonce imparfaite des catégories modernes. Les grandes idéologies universalistes nous ont ensuite convaincus, d’abord que tous les hommes sont partout les mêmes, ensuite que parmi ces mêmes il y en a quand même qui sont pires que les autres, à savoir les Européens. Cette conviction a ouvert en grand les portes de la repentance : il faut se repentir, voire finalement s’excuser d’exister. Amour de l’autre et haine de soi. Dette infinie à l’égard du reste du monde, rédemption par l’immigration. Comme l’écrit François Bousquet, « le majoritaire est trois fois coupable : en tant que mâle (c’est le procès en misogynie), en tant qu’hétérosexuel (c’est le procès en homophobie), en tant que Blanc (c’est le procès en racisme) ».

On s’est aussi attaché à discréditer tout ce qui est de l’ordre de la nature, de l’ancrage ou de l’enracinement. Dans son dernier livre, Yann Moix déclare fièrement que « la naissance ne saurait être biologique », car « naître […] c’est s’affranchir de ses gènes [sic] », ce dont ne sont capables que « ceux qui préfèrent les orphelins aux fils de famille, les adoptés aux programmés, les fugueurs aux successeurs, les déviances aux descendances ». « La question se pose de savoir pourquoi une femme devrait préférer ses propres enfants à ceux du voisin du simple fait qu’ils sont biologiquement les siens [sic], alors que tous ont la même valeur morale en tant que personnes humaines », écrit de son côté le philosophe « branché » Ruwen Ogien.

Enfin, on a désacralisé. Même si elle a finalement été annulée, l’invitation faite au rappeur Black M de venir chanter à Verdun entre dans ce cadre (Prokofiev à Palmyre, Black M à Verdun : deux mondes). Plus remarquables encore sont les paroles prononcées par Najat Vallaud-Belkacem pour justifier qu’on puisse encore chanter « La Marseillaise » : « La Marseillaise est un hymne national tourné vers l’universel [sic]. Sa place au sein de notre école est donc multiple, diverse et variée [sic]. Elle s’appuie sur la voix, l’instrument le plus démocratique qui soit [sic]. » Ce tissu d’imbécillités traduit une véritable contorsion mentale. C’est dans le même esprit qu’on s’applique à représenter les opéras de Wagner avec des mises en scène grotesques, afin de discréditer le contenu idéologique du livret.

L’antiracisme a aussi joué un rôle…

Le « racisme » dont on parle aujourd’hui n’a, depuis longtemps, plus rien à voir avec les races. Le terme est devenu un opérateur commode permettant de stigmatiser toute critique dont feraient les frais des minorités dont les revendications s’expriment dans le langage des droits afin de placer la majorité en état de sidération et de la rendre étrangère à elle-même. De la plaisanterie au « harcèlement », tout ce qui est susceptible d’être perçu comme désagréable, déplaisant, humiliant, offensant, par tel ou tel individu à raison de son appartenance à tel ou tel groupe, est considéré comme du « racisme ». On ne cache d’ailleurs pas qu’une définition objective du racisme serait encore de la discrimination : « Une attitude perçue comme raciste par une personne “racisée” doit être considérée comme telle sans discuter. Seules sont légitimes à définir le racisme d’une situation les personnes “racisées” concernées », pouvait-on lire dans un texte récent. Parallèlement, au cinéma, les films de science-fiction ont pris le relais des westerns, parce qu’il n’y a plus qu’avec les extra-terrestres qu’on peut, sans « discriminer », imaginer une lutte sans merci. Le « racisme » en est ainsi venu à regrouper toutes les « phobies » face auxquelles des sensibilités exacerbées exigent des réponses institutionnelles et judiciaires. La loi est plus que jamais appelée à consacrer le sentiment ou le désir. On retrouve là les ravages de la subjectivité.

Ainsi la figure du nomade, de l’individu hors-sol, désincarné, qui n’est « déterminé » par rien et se crée librement lui-même, s’est-elle peu à peu imposée, tandis que la « société ouverte » s’imposait comme l’horizon indépassable de notre temps.

Alain de Benoist, propos recueillis par Nicolas Gauthier (Boulevard Voltaire, 25 mai 2016)

20/12/2014

Hongrie : la révolution conservatrice en marche ?...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Javier Portella consacré à la révolution conservatrice hongroise portée par le premier ministre Viktor Orban et son parti le Fidesz. Essayiste, Javier Portella a publié Les esclaves heureux de la liberté - Traité contemporain de dissidence (David Reinharc, 2012).

 

Hongrie-orban-drapeaux.jpg

Hongrie : une grande révolution conservatrice en marche

Face à la perte de toutes sortes de racines : culturelles, historiques, spirituelles, face à l’évanouissement de l’identité de nos peuples plongés dans la vulgarité de l’homme-masse – cet être à la fois individualiste et grégaire pour qui seules les questions immédiates comptent et seules les choses plaisantes importent –, la nation hongroise est en train de suivre un chemin profondément différent qui, depuis 2010, l’a conduite à s’écarter résolument de la voie libérale. Dans tous les domaines. Non seulement dans la sphère économique : dans les domaines culturel, spirituel, politique aussi.

Si le peuple magyar s’écarte du libéralisme, serait-ce pour renier la démocratie et tomber dans les griffes d’une dictature d’extrême droite, « fasciste » même, comme les oligarques de la Nouvelle Classe, bureaucrates de Bruxelles en tête, ont accusé les dirigeants hongrois ? C’est même d’un « nouveau Mussolini » que la presse anglo-saxonne a parlé à propos du premier ministre Viktor Orbán(1).

Non, la démocratie n’est pas du tout menacée en Hongrie. Aussi bien les libertés publiques que les règles du jeu démocratique sont parfaitement respectées par cette véritable « révolution conservatrice » (faisons un clin d’œil à la Konservative Revolution allemande des années 1920) dirigée par le Fidesz de Viktor Orbán, le parti qui, après avoir remporté avec une majorité absolue les élections de 2010 (52,73% des voix et deux tiers des sièges), a réussi à faire sortir la Hongrie de la débâcle où des années d’incurie socialiste l’avaient plongée. Dans la mesure où, loin de limiter les libertés publiques, c’est le pouvoir de la banque qui a été restreint, et, donc, sa capacité d’influencer les grands groupes médiatiques (nationalisation du Magyar Kereskedelmi Bank, MKB, avec achat de 99% de ses parts à la banque allemande Bayerische Landesbank), les règles de la pluralité démocratique se trouvent bien mieux respectées que sous la dictature de la pensée unique que la Nouvelle Classe financière et médiatique impose partout.

 

Une Nouvelle Classe qui doit bien trembler en entendant des proclamations comme celles que fait le gouvernement de Viktor Orbán :

« Nous proclamons que nous incombe l’obligation générale d’aider les plus vulnérables, les plus démunis. Nous proclamons que l’objectif commun des citoyens et de l’Etat est d’atteindre le plus haut niveau possible de bien-être, ainsi que la sécurité, l’ordre, la justice et la liberté pour tous. Nous proclamons que la démocratie n’est possible que dans la mesure où l’Etat est au service des citoyens et administre ses affaires de façon équitable, sans abuser de son pouvoir et sans leur porter des préjudices. »

Quelle horreur ! Des mesures d’intervention économique de la part de l’Etat ! Aïe, aïe, aïe ! vont s’exclamer les naïfs… ou les intéressés à la préservation du pouvoir ploutocratique qui nous gouverne. Ces pauvres Hongrois, vont-ils poursuivre, viennent de se débarrasser du communisme, et les voilà sur le point d’y retomber. Quel fiasco doit être leur économie !

Aucun fiasco, bien au contraire. Les résultats économiques – compte tenu surtout de la déconfiture d’où vient le pays – sont excellents. La Hongrie a pu sortir de la situation de faillite où elle se trouvait en 2010, lorsque le pays était intervenu par le FMI et par la Commission européenne, le produit intérieur brut se trouvait en chute libre (-6,8% en 2009), la dette publique galopait jusqu’à 82% du PIB, et la Banque centrale annonçait une banqueroute imminente. Qui plus est, en rompant avec des politiques jusque-là soumises aux diktats du capitalisme international – une dépendance qui a été qualifiée de « coloniale » par Viktor Orbán –, le gouvernement du Fidesz a réussi à faire sortir le pays de la récession et à réduire l’inflation en 2013 à 1,3%, le PIB ayant augmenté entre 2010 et 2013 d’une moyenne annuelle de 1%. Et alors que l’économie des pays de l’Union européenne stagnait (croissance zéro au deuxième semestre de 2014), c’est au grand étonnement de tous que la Hongrie parvenait à croître de 3,9%, son taux le plus élevé depuis 2006.

Ceci pour ce qui concerne les résultats économiques. Quant au risque de retomber dans le communisme, soyons sérieux ! Chat échaudé craint l’eau froide, comme on le sait bien. Or le pays, plus qu’échaudé, a été ébouillanté… deux fois, même, de surcroît. Car les brutalités du nazisme, la Hongrie les a connues aussi, même si leur durée a été bien plus courte (à l’occasion du 70ème anniversaire de l’occupation nazie de 1944, un monument consacré à la mémoire des victimes vient cette année d’être inauguré justement dans le centre de Budapest).

Bref, il n’y a en Hongrie aucune sorte de nostalgie pour les deux grands épouvantails auxquels les tenants du libéralisme font sans cesse référence, partout, de façon compulsive, comme s’ils n’avaient pas de meilleur argument à faire valoir – et ils n’en ont pas, en effet. Ils peuvent continuer à pousser de hauts cris et à agiter à l’encontre de la Hongrie autant de fantômes dictatoriaux qu’ils voudront (Bruxelles a même brandi la menace d’une expulsion de l’Union européenne), ce qui est en jeu dans le pays magyar n’a rien à voir ni avec la momie nazie ni avec le fossile communiste. Ce qui est en jeu en Hongrie va bien au-delà des schémas, vieux, vides, usés jusqu’à la corde, de « droite » et de « gauche ».

La question nationale

Ecoutons de nouveau les naïfs ou les intéressés : « Bon, bon, mais que me dites-vous de ce nationalisme arrogant, asservissant, de cette chose poussiéreuse, d’un autre temps, que les Hongrois sont en train de déployer à l’encontre notamment des peuples voisins ? »

Ça y est ! Nous voilà face à l’éternelle confusion (en partie voulue). Elle consiste à amalgamer le patriotisme et le chauvinisme, à mettre dans le même sac la défense de la nation et l’arrogance asservissante, bornée, du nationalisme. C’est vrai, les deux se sont dans le passé trouvées confondues, pour notre malheur, plus d’une fois. Est-ce le cas aujourd’hui en Hongrie ?

On peut en douter. Voyons ce qui, avec des mots qui grincent d’ailleurs à l’oreille de l’homme apatride d’aujourd’hui, est proclamé par la Constitution de 2011 :

« Nous, membres de la nation hongroise, conscients en ce début de millénaire, de notre responsabilité pour l’ensemble de tous les Hongrois, nous proclamons ce qui suit :

« Nous sommes fiers que notre roi Saint-Etienne ait fermement constitué l’Etat hongrois, ayant réussi à faire en sorte que notre pays fasse partie depuis mille ans de l’Europe chrétienne.

« Nous sommes fiers de nos ancêtres, qui luttèrent pour la survie, la liberté et l’indépendance de notre pays. […] Nous sommes fiers que, pendant des siècles, notre peuple ait défendu l’Europe les armes à la main [allusion au rôle joué par la Hongrie face à l’invasion musulmane] et qu’il ait enrichi les valeurs communes de l’Europe par son talent et par ses actions. »

L’idée même de Nation est inconcevable sans la prégnance du passé, sans la marque de la tradition qui, comme le dit Dominique Venner, « n’est pas le passé », ce qui est révolu, « mais ce qui ne passe pas ». Or, la Nation serait également inconcevable si elle ne se tendait pas tout autant vers l’avenir. La Nation – ce tout organique, supérieur à l’addition des parties qui le composent – n’est rien d’autre, finalement, que le lien constituant un peuple à travers le lien qui tient unis les morts, les vivants et ceux à venir(2).

C’est pourquoi la Constitution hongroise proclame avec une pareille fermeté :

« Après les décennies qui nous ont plongés au cours du XXème siècle dans un état de délabrement moral, nous avons toujours besoin d’une renaissance spirituelle et intellectuelle. C’est avec espoir que nous envisageons un avenir qui nous concerne nous tous et très particulièrement les générations les plus jeunes. Nous sommes convaincus que, grâce à leur talent, leur persistance et leur force morale, nos enfants et petits-enfants parviendront à redonner à la Hongrie la grandeur qui lui appartient. Notre Loi fondamentale sera le socle de notre ordonnancement juridique : une alliance entre les Hongrois du passé, du présent et de l’avenir. C’est là un cadre vivant où se trouve exprimée la volonté de la nation et la façon dont nous voulons vivre. »

Parler d’identité nationale implique de parler aussi des rapports avec d’autres identités nationales – des rapports qui, souvent, ne sont pas particulièrement calmes et paisibles… C’est pourquoi il convient de souligner ces mots de la nouvelle Constitution hongroise :

« Nous proclamons que les nationalités qui vivent avec nous font partie de la communauté politique hongroise et sont parties constitutives de l’Etat. Nous nous engageons à promouvoir et à sauvegarder notre héritage et notre langue hongroise, ainsi que la culture, la langue et l’héritage des nationalités qui vivent en Hongrie, tout comme les biens naturels et les œuvres exécutées par la main de l’homme dans la vallée des Carpates.

« Nous sommes responsables vis-à-vis de nos descendants. C’est pourquoi il nous faut protéger les conditions de vie des futures générations en faisant un usage prudent de nos ressources matérielles, intellectuelles et naturelles. Nous croyons que notre culture nationale constitue un apport précieux à la diversité de l’unité européenne. »

L’invocation à l’Europe, à son présent et à son passé, est sans équivoque, omniprésente. La question est donc : une telle invocation européenne est-elle compatible avec la défense de la grandeur de la nation qui l’invoque (hé oui : c’est bien de grandeur, non d’utilité ou de rentabilité, que ces gens-là parlent) ? Les deux exigences sont non seulement compatibles mais indispensables. Il est indispensable de proclamer notre appartenance simultanée, conjointe, aux deux patries : à notre grande patrie européenne et à notre « petite patrie » (patria chica, dit-on en espagnol), là où se trouvent nos racines les plus intimes, immédiates, proprement nationales.

Qu’en est-il des autres « petites patries » ? Qu’en est-il des autres peuples et nationalités avec lesquels la Hongrie se trouve impliquée dans ce grand entrecroisement de peuples et de langues qu’est l’Europe centrale (cet enchevêtrement que l’Empire austro-hongrois tâcha de résoudre tant bien que mal : plutôt bien, d’ailleurs, bien mieux, certes, que les Etats dont le cloisonnement fut imposé par les puissances victorieuses en 1918, lorsque la première partie de notre guerre civile européenne prit fin).

Qu’en est-il, plus concrètement, de la Transylvanie ?

Composée de populations aussi bien hongroises que roumaines, elle avait fait partie de la Hongrie jusqu’en 1918. Depuis lors, elle fait partie de la Roumanie. Fidèle à son principe selon lequel « la Hongrie a le devoir de prendre en charge le destin des Hongrois vivant en dehors de ses frontières », le nouvel Etat magyar – c’est bien d’un nouvel Etat qu’il s’agit, non seulement d’un nouveau gouvernement – a octroyé aux habitants hongrois de la Transylvanie aussi bien la nationalité que le droit au vote, en même temps qu’il prenait différentes mesures vouées à promouvoir la langue et la culture hongroises : des mesures qui sont en elles-mêmes, il va sans dire, hautement conflictuelles, mais dont il n’a jusqu’à présent découlé aucun véritable conflit.

La question, d’une façon plus générale, est la suivante : ce profond patriotisme qui traverse la Hongrie a-t-il quelque chose à voir (ou non) avec le chauvinisme borné et insolent dont l’agressivité a dans le passé été à la source de tant de maux en Europe ? Cette renaissance de l’idée même de Nation a-t-elle quelque chose à voir (ou non) avec le fanatisme frustre et sectaire qui n’est capable d’affirmer son identité qu’à travers le rejet de l’Autre, comme on le sait si bien en Espagne, où un tel démon s’est emparé de certaines de ses régions ? A la lumière des données dont on dispose, tel ne semble pas être un mal affligeant le pays magyar.

La question religieuse

Il reste l’autre grande question : celle de la religion, celle de cet étrange pays qui, dans l’Europe d’aujourd’hui, a l’audace d’invoquer publiquement, officiellement, Dieu et la chrétienté. « Que Dieu bénisse les Hongrois ! », peut-on lire dans le frontispice de la Constitution (un endroit plus convenable, au demeurant, que les billets de banque d’un certain pays où on peut lire « In God we trust »). C’est ainsi que commence la Constitution qui proclame que la Hongrie est un Etat officiellement chrétien. Cohérent avec une telle proclamation, le gouvernement actuel, dont la devise est « Soli Deo Gloria », a pris plusieurs mesures destinées à promouvoir la culture chrétienne (quel que soit le jugement qu’on porte sur le christianisme, voilà qui est toujours préférable à la promotion de la culture nihiliste…), en même temps qu’il s’est consacré à la défense de la famille et au combat contre l’avortement.

Et pourtant, le divorce n’a pas été interdit, ni l’avortement pénalisé. Qui plus est, le nombre de divorces et d’avortements est toujours très élevé en Hongrie, pays qui occupe la troisième place dans le classement mondial de ruptures matrimoniales (65% des mariages contractés finissent par un divorce). En ce qui concerne les mesures prises pour lutter contre l’avortement (dont le chiffre double le taux, déjà très élevé, existant par exemple en Espagne), elles se limitent à l’information et à la propagande en faveur d’une croissance démographique jugée clé pour l’avenir du pays. Pour tout dire, on a même l’impression que les raisons d’ordre démographique l’emportent largement, dans l’esprit des dirigeants hongrois, sur les motivations proprement religieuses.

Dans des propos qui d’ailleurs heurtent de front la position du Vatican, c’est ainsi que Viktor Orbán s’explique au sujet de la crise démographique subie par l’Europe… et de l’immigration de peuplement avec laquelle certains prétendent la résoudre.

« L’immigration massive ne peut nullement résoudre le problème auquel l’Europe doit faire face. […] L’histoire a démontré que les civilisations qui ne sont pas biologiquement capables de se perpétuer elles-mêmes sont vouées à disparaître – et elles disparaissent. Tel est le cas de notre civilisation, de l’Europe. L’immigration massive, proposée par certains afin d’y remédier, provoque des tensions qui, du fait des différences culturelles, religieuses et de style de vie, font augmenter les conflits et les secousses politiques. Le bon sens commande à l’Europe de faire face à ses problèmes démographiques par une voie naturelle qui respecte et protège la famille et la paternité. »

Que reste-t-il alors de l’invocation chrétienne que le nouvel Etat fait avec tant d’ardeur ? Il reste l’essentiel. Ce qui devrait, en tout cas, être l’essentiel : la dimension symbolique, rituelle, propre à toute religion.

Non pas la prétention à commander la vie et à réglementer la conduite des mortels. La prétention, par contre, à être le signe – et signe collectif, signe pour l’ensemble d’un peuple – du grand, du saisissant mystère par lequel le monde est. Un signe, un symbole qui, pour le peuple hongrois, prend particulièrement forme, par exemple, lors des célébrations annuelles du 20 août, jour de la Fête nationale, autour de la figure du roi saint Etienne, lorsque les autorités de l’Etat participent à la messe solennelle célébrée à la basilique de Budapest, tandis que les forces armées se joignent à la procession qui, portant la relique du fondateur de la patrie, parcourt solennellement, au milieu d’une foule aussi grande que fervente, les rues de la capitale.

Que Dieu bénisse les Hongrois !

Que Dieu et les anciens dieux des Européens nous bénissent tous !

Javier Portella (Polemia, 6 décembre 2014)

 

Notes :

1) Damien Sharkov, « Hungary’s Mussolini Vows to Make the EU Member an “Illiberal State” », Newsweek, 30.7.2014.

2) Même lorsque, dans la vision libérale du monde, la Nation est affirmée avec force – aux Etats-Unis aujourd’hui, par exemple, ou en Europe hier –, ce n’est jamais comme un tout organique que la communauté nationale est conçue. Elle est envisagée comme une association dont les membres – « les citoyens » – se retrouvent dans une sorte de Grand Club régi par un fameux Contrat. Il en va de même pour le passé, pour la tradition. On peut, certes, dans la vision libérale du monde, s’intéresser au passé, porter sur lui le regard amusé (ou savant) qu’on accorde aux choses curieuses, pittoresques : un regard qui, du même coup, interdit que le passé soit ressenti comme le lien vivant qui nous relie à la source qui nous fait être. C’est dans ses Statuts eux-mêmes que la Nation-Club, cette association aussi atomisée que grégaire, porte inscrite la marque de la dissolution. Ce n’est donc pas étonnant qu’un tel Club ait fini par être dissous.

30/05/2012

Skinheads ?...

Les éditions Au Diable Vauvert publient cette semaine Skinheads, un roman de John King. Figure de la littérature populiste anglaise, John King est l'auteur de Football Factory (L'Olivier, 2004), de La Meute (L'Olivier, 2000) et d'Aux couleurs de l'Angleterre (L'Olivier, 2005), une trilogie percutante consacrée au monde des supporters de football, amateurs de bière et de bagarre... Dans ce nouveau roman, il rend justice au mouvement skinhead, apparu chez les jeunes prolétaires anglais en réaction à la mode hippie qui fleurissait parmi la jeunesse estudiantine et bourgeoise, un mouvement, comme l'indique bien Jacques Lindecker dans un article de L'Alsace, porteur "des valeurs de la classe ouvrière britannique : défense de la communauté, virilité, amour de la bière, fraternité, patriotisme", et qui ne peut pas être réduit à sa minorité extrémiste et politisée.

 

Skinheads.gif

"Trois générations d'une même famille, trois hommes issus du milieu prolétaire britannique. Terry English, skinhead propriétaire d’une petite société de taxis, n’est pas sûr d’être encore vivant pour ses cinquante ans, mais garde malgré tout sa joie de vivre grâce au ska et à sa jolie assistante Angie. Il décide de s’investir corps et âme dans la réouverture de l’Union Jack Club. Nutty Ray, punk, employé par Terry, lutte pour contrôler sa haine de la société et n’a qu’un seul plaisir : passer son temps libre à provoquer les flics de Chelsea. Et enfin Lol, quinze ans, skater punk adolescent à la recherche de lui-même…

À travers ces trois personnages, John King va revenir sur l’apparition de la culture skin, une culture prolétaire qui s’enracine d’abord dans la musique, comme toujours en Angleterre, et une musique de pauvres, le reggae qui va s’épanouir dans le ska des années 70, en rupture avec l’époque, alors hippie. Mais qui s’accomplit aussi dans l’amour de la sape, de la bière, et du pays. Il rend un remarquable hommage au mouvement culturel britannique des années 1960, mouvement complexe, souvent caricaturé et finalement incompris, qui a déchaîné une peur sociale et symbolique encore plus forte que le punk, décuplée par son essence radicalement et ostensiblement prolétaire."

02/10/2011

Les Sayanim... : entretien avec Jacob Cohen

Vous pouvez visionner ci-dessous un entretien vidéo avec Jacob Cohen, cueilli sur le site d'Egalité et Réconciliation. Jacob Cohen a publié en 2010 aux éditions L'Harmattan un roman intitulé Le printemps des Sayanim. Les sayanim – informateurs en hébreu – sont des Juifs de la diaspora qui, par « patriotisme », acceptent de collaborer ponctuellement avec le Mossad, ou autres institutions sionistes, leur apportant l’aide nécessaire dans le domaine de leur compétence. Leur nombre en France se situerait, selon les auteurs, autour de trois mille...

 


Entretien avec Jacob Cohen par ERTV

25/06/2011

Réflexions sur le patriotisme...

Nous reproduisons ci-dessous un texte de réflexion intéressant d'Emmanuel Leroy sur la question du patriotisme, publié intialement sur Nations Presse Infos.

 

Jeanne d'Arc.jpg

 

Réflexions sur le patriotisme

 

Depuis longtemps déjà dans les milieux « identitaires » acception comprise au sens large, coexiste une double conception de la nation. L’une traditionnelle, plongeant ses racines dans la plus lointaine mémoire d’une France naissant au monde au Ve siècle lors de la conversion de Clovis au catholicisme, l’autre archaïque, et se voulant archéo-futuriste, reposant sur la lointaine origine commune des peuples indo-européens.

La branche traditionnelle a subi une césure lors de la Révolution de 1789, et plus précisément le 21 janvier 1793 lors de la décapitation du roi Louis XVI. Depuis lors, se sont affrontées en France deux conceptions de la nation, l’une ante et l’autre post révolutionnaire. Il n’est pas dans mon propos de revenir ici sur les causes de cette révolution, mais bien plutôt de souligner que les révolutionnaires de 89, s’ils ont mis fin à un régime, n’ont pas mis un terme au destin de la France, ils lui ont simplement fait prendre une autre direction, et avec elle l’Europe, puis le monde entier. D’une certaine manière, on pourrait dire que l’hégémonie culturelle française qui prévalut en Europe jusqu’au XVIIIe siècle, se doubla, dès l’avènement des Lumières mais surtout après la révolution française, d’une hégémonie idéologique qui emporta plus ou moins rapidement l’ensemble des régimes autocratiques européens jusqu’à la première guerre mondiale.
Malgré cette forte tendance à l’universel, qui est en quelque sorte une des manifestations de l’exception française, il n’en demeure pas moins que les géniteurs de la république en France étaient des patriotes convaincus, et la conception des droits de l’homme dans l’esprit des pères fondateurs est indissociable de la notion de citoyenneté. Depuis la révolution de 1789, en considérant que l’épisode napoléonien puisse être interprété comme une tentative, avortée, de réconcilier l’ancien et le nouveau régime, légitimiste et révolutionnaire, ces deux France se sont côtoyées et combattues, jusqu’à la quasi disparition de la première entre les deux guerres mondiales, notamment à travers la condamnation par le Pape Pie XI de l’Action française en 1926.

 

Dès lors, si l’on excepte les mouvements royalistes de diverses obédiences, les groupuscules radicaux passéistes ou les milieux libertaires, ne subsistent plus en France dans le champ politique que des partis se réclamant de la logique républicaine. Le Front national appartient à cette catégorie, car dès sa naissance en 1972, ce parti entendait respecter et promouvoir les règles républicaines. De ce fait, et sur le strict plan de la conception des institutions et du partage des pouvoirs, le Front National ne se distingue en rien des autres partis politiques français en ce début de XXIe siècle. En revanche, ce qui le distingue radicalement des autres partis, UMP, PS, EELV, PC, NPA, Parti de gauche etc., c’est qu’il est le seul à avoir compris l’importance cruciale que représentent conjointement les concepts de république pour la défense des institutions contre l’idéologie mondialiste et de laïcité pour la défense du peuple contre l’envahissement de l’islam. Le thème de la laïcité est particulièrement intéressant comme concept défensif face à une religion totalitaire comme l’islam – au sens où cette dernière englobe à la fois le spirituel et le temporel – mais il est clair que la neutralité laïque ne constitue plus un corpus idéologique et spirituel suffisant pour stopper sur le long terme la progression de l’idéologie mahométane sur notre continent.

La branche archaïque du milieu identitaire, et dans mon esprit, le terme archaïque n’a pas de valeur péjorative, a paradoxalement surgi beaucoup plus tard que la branche traditionnelle. Le courant intellectuel qui a présidé à son apparition est né de mon point de vue dans l’entre-deux guerre et a réuni des intellectuels comme Bertrand de Jouvenel, Emmanuel Berl, Henri de Man ou encore Pierre Drieu la Rochelle. Même si ces intellectuels suivirent des chemins différents, ils partagèrent avec beaucoup d’autres l’horreur que fut la première guerre mondiale, et tentèrent chacun à leur façon d’inventer un monde où ces affrontements fratricides entre nations européennes seraient abolis. Ils ont de ce fait été des précurseurs dans le monde intellectuel européen de la mise en avant des idées européistes et ont accompagné ou précédé, consciemment ou inconsciemment, des personnalités telle que le fameux Richard de Coudenhove-Kalergi, agent patenté du Nouvel ordre mondial à travers, notamment le concept de Paneurope qu’il inventa. De manière plus tangible, la transcription de cet idéal paneuropéen dans les milieux nationalistes est née dans le tournant des années 60 du XXe siècle. Un des hommes-clé de cette évolution en a été Dominique Venner. Militant nationaliste, engagé dans le combat de l’Algérie française, il passera dix-huit mois à la prison de la Santé en raison de son engagement dans le camp des réprouvés. C’est à sa sortie de prison en 1962 qu’il écrit le manifeste Pour une critique positive dans lequel il oppose « nationaux » et « nationalistes ». C’est dans cette filiation intellectuelle que s’est construit un nationalisme révolutionnaire européen qui se détachera de plus en plus de l’idée de la nation française. Par la suite, cette évolution naturelle conduira à l’émergence de deux courants, proches mais distincts, l’un politique et qui aboutira à la création de plusieurs mouvements nationalistes révolutionnaires, l’autre métapolitique duquel émergera le GRECE, présenté comme « nouvelle droite » par les médias au tournant des années 1980.

Avec le recul du temps et la dure loi de la confrontation au réel, force est de considérer que, dans une perspective politique, cette stratégie de la supranationalité européenne dans les temps actuels est à tout le moins un échec et en tout cas une impasse.

Avant d’examiner plus au fond la raison de cet échec et la nature de cette impasse, il convient d’étudier les causes qui ont conduit Dominique Venner et avec lui beaucoup d’autres militants – dont je fus – dans cette voie qui ne sert objectivement que les intérêts du Système global.

Dominique Venner est né en 1935 et a donc vécu de plain-pied et dans sa chair avec ceux de sa génération, toutes les défaites et les reculs que la France a connus depuis l’entre deux-guerres. Mai 1940, l’Indochine et l’Algérie enfin auront eu raison de son amour pour la mère patrie. Il n’y a qu’un amour déçu pour engendrer une haine inexpiable ou pire encore, un mépris infini. Cette France vaincue par les Allemands en 1940, puis asservie à nouveau par les vainqueurs anglo-saxons, humiliée et trahie en Indochine, et puis trahie encore par celui qui prétendait la sauver en Algérie, cette accumulation de défaites et de reculades a probablement été le principal facteur de perte de confiance dans la capacité de la nation à se régénérer.

Dans ces années 60, devant tant de honte et avec aussi peu d’espoir de voir surgir une alternative politique, je comprends que des hommes comme Dominique Venner aient essayé d’imaginer une alternative à ce qui pouvait sembler à l’époque pour un militant révolutionnaire, une société bloquée et sans avenir. La voie naturelle d’un homme courageux pour sortir d’une impasse est bien évidemment d’en sortir par le haut. Et c’est ainsi qu’a été forgée cette idéologie politique nationaliste européenne, d’abord à travers le périodique Europe-Action, puis par le prisme de multiples revues et mouvements politiques et métapolitiques.

Pourquoi le nationalisme européen est-il un échec sur le plan politique et pourquoi débouche-t-il sur une impasse ?

Probablement pour les mêmes raisons, malgré l’extraordinaire disproportion de moyens mis en œuvre, qui empêchent les technocrates de Bruxelles d’achever la construction politique européenne, à savoir la persistance d’une remarquable hétérogénéité des peuples européens à travers leur histoire, leur langue, leur situation géographique, leurs intérêts géopolitiques ou stratégiques, leurs alliances traditionnelles ou leurs ennemis éternels. Allez donc expliquer aux Polonais, peuple enclavé situé sur la zone tectonique séparant le monde slave du monde germanique, qu’il est l’allié naturel des Teutons et que le passé récent ne fut qu’un simple accident de l’histoire. Essayons de comprendre comment l’Angleterre, puissance thalassocratique par excellence et qui s’est construite essentiellement durant toute son histoire contre la puissance continentale européenne, que celle-ci fût incarnée par les Habsbourg, les Bourbon ou par les succédanés impérialistes français ou germaniques des XIXe ou XXe siècle, comment ces Anglais, du moins leurs élites, pourraient-ils se contenter d’une simple ambition européenne alors qu’ils n’ont jamais eu d’autre volonté que d’asservir le monde à leurs intérêts mercantiles.

Il n’en demeure pas moins vrai que les peuples européens se sont bâtis sur un substrat commun et qu’ils partagent tous une même origine, prouvée par la parenté de nos langues, remontant à plusieurs millénaires avant J.C.

Mais cette lointaine origine s’est perdue dans les sables du temps, et les Celtes, les Latins, les Grecs, les Germains et les Slaves se sont fondus dans de nouveaux paysages avec d’autres peuples qui occupaient avant eux le territoire que nous occupons aujourd’hui, contribuant ainsi à forger des peuples différents, possédant chacun leur propre génie.

Cette diversité fut en partie atténuée par deux phénomènes majeurs que furent la conquête romaine et l’établissement du christianisme. Le premier a laissé dans l’imaginaire européen le souvenir de cet empire universel et de la pax romana qui l’accompagnait, en même temps qu’une langue qui non seulement a contribué à forger les langues romanes mais a surtout servi de langue d’échange entre les élites européennes, notamment religieuses. Le christianisme fut le deuxième vecteur de réunification des peuples européens, même si le schisme de 1054, puis les troubles consécutifs à la Réforme, contribuèrent à réintroduire les ferments de la division entre les peuples européens.

Parler d’une nationalité européenne relève aujourd’hui de l’utopie la plus complète et les peuples européens aujourd’hui, encore moins qu’hier, ne sont pas prêts à se fondre dans une entité politique unique qui laminerait leur particularisme ou leur spécificité culturelle. Plus encore, les riches nations européennes du nord ne sont pas prêtes à une péréquation de leur niveau de vie avec les pays européens du « Club Med » (cf. la crise grecque).

Sur le champ d’action des mouvements nationalistes, que peut-on observer ? Quasiment chaque pays européen possède un ou plusieurs partis « identitaires ». Le spectre politique de ceux-ci s’étend du mouvement xénophobe et libéral au groupuscule néo-païen en passant par toutes les tendances du populisme à visées régionale, nationale ou européenne. Quelle Europe imaginer avec des mouvements nationalistes nordiques ou flamands qui se reconnaissent dans l’idéologie la plus libérale qui soit et dans un populisme parfaitement compatible avec le Système, notamment dans l’accompagnement de sa stratégie du choc des civilisations ? Quelle Europe créer avec une Ligue du Nord italienne qui considère Rome et toutes les terres du sud de la péninsule comme occupées par des barbares qui ne songeraient qu’à les voler ou les spolier ? Quelle Europe mettre sur pied avec des mouvements nationalistes issus de pays jadis sous domination russe et qui considèrent les Etats-Unis comme le sauveur suprême et le mode de vie consumériste comme le nirvana sur terre ?

Quand je prêtais encore l’oreille aux vaticinations nationales-européennes, je me rappelle avoir entendu Guillaume Faye, auteur entre autres ouvrages du célèbre Nouveau discours à la nation européenne, rétorquer à un contradicteur qui doutait de l’intérêt de l’Europe de Bruxelles : « Bien sûr ! Cette Europe bruxelloise n’est pas la nôtre mais elle va dans le bon sens. Il nous suffit de monter dans l’avion, de braquer le pilote et d’en prendre les commandes afin de la conduire là où nous voulons ! ». Cette saillie remonte à la fin du siècle dernier et le problème c’est que depuis lors, non seulement nous ne sommes pas montés dans l’avion, mais que nous n’avons même pas réussi à prendre le taxi pour aller à l’aéroport !

En d’autres termes, aucun groupe de pression d’obédience « identitaire » n’est présent à Bruxelles – hormis les quelques dizaines d’élus « populistes » dont le poids politique au Parlement européen est quasi-nul -, ni dans aucun des autres cénacles qui orientent la politique des eurocrates. Aucun de ces groupes n’a investi le champ du social, ni le domaine culturel ou celui des grands médias. Aucun ne dispose de capacité de frappe financière et l’influence dans le domaine des idées se limite, pour l’essentiel, à quelques petites maisons d’édition, une presse à tirage limité et à une présence –relativement forte – sur Internet.

Au-delà de ce simple constat dont tout esprit honnête pourra convenir, il existe une autre évidence qui relève, là encore, de la simple confrontation au réel. Les nationalistes européens auront beau rêver d’une grande Europe de Brest à Vladivostok, cette vision du monde ne rencontre aujourd’hui aucun écho réel au sein des nations européennes. Mais en revanche cette vision romantique des patries charnelles sert objectivement les intérêts de la caste mondialiste et de ce que j’appelle l’idéologie anglo-saxonne. Cette dernière après avoir dominé successivement sur la scène européenne les Espagnols, puis les Français et enfin les Allemands a désormais en ligne le mire le dernier grand peuple européen qui ne s’est pas encore soumis à leur diktat, à savoir le peuple russe. Aujourd’hui un nationaliste européen, même si sa vision politique du monde est aux antipodes de celle des technocrates de Bruxelles, en voulant dépasser l’idée de nation pour s’inscrire dans la construction d’une grande Europe mythique, sert les intérêts de l’oligarchie anglo-saxonne dont le but est de faire éclater les frontières pour mieux river les hommes au rêve fou de Big Brother.

Dans le même esprit, je me souviens d’une autre anecdote partagée avec Guillaume Faye en 2005. Cette année-là, nous avions été invités, lui et moi, à une série de conférences en Russie, dont la principale devait être donnée à la Douma. Je me souviens encore de l’effarement de nos hôtes devant le discours national-européen de Guillaume Faye. Pour les Russes en effet, l’Europe est perçue aujourd’hui comme un nain politique au service exclusif de cette idéologie anglo-saxonne et qu’ils ont parfaitement identifiée comme leur ennemi principal. Pour les Russes, seul le réel compte. L’Europe, il la perçoive comme un adversaire qui ne cesse de vouloir leur donner des leçons et qui s’oppose à eux à la moindre occasion (Géorgie, conflit gazier, tracés des oléoducs…). En revanche, ils veulent croire encore en la possibilité de relations bilatérales entre nations, et notamment avec l’Allemagne. En ce qui concerne la France, ils ont bien compris qu’avec l’élection de Nicolas Sarkozy, les dernières braises de l’indépendance gaullienne allaient s’éteindre avec lui et le principal intérêt qu’ils perçoivent actuellement dans la relation franco-russe est le transfert de technologies, notamment dans le domaine militaire (cf. porte-hélicoptères Mistral). En revanche, les Russes, comme de nombreux autres peuples dans le monde, ont encore une vision de la France, et sont les premiers à déplorer son effacement et sa soumission aux intérêts anglo-saxons.

Pourquoi seul le nationalisme français est-il d’essence révolutionnaire et pourquoi faut-il le transmuter en simple patriotisme ?

Est révolutionnaire l’idée qui agit et qui fait bouger les lignes. En ce sens, indiscutablement l’idéologie nationaliste – au sens strict – est désormais perçue en France par une part croissante de concitoyens comme une véritable alternative au Système. Même un mouvement comme le Bloc identitaire, participe, presque à son corps défendant, de la résurgence de l’idée de nation, lorsqu’il défend à travers ses actions l’enracinement national comme un moyen de s’opposer à la subversion mondialiste. Certes, il tente de relativiser ce cadre par un enracinement local pour mieux l’étendre à une vision paneuropéenne, mais celle-ci est d’autant moins pertinente que les Français prennent de plus en plus conscience de la nature totalitaire et anti-démocratique de l’Union européenne. Après des décennies de lavage de cerveau orchestrées par les partisans du déracinement, le peuple français tente de se raccrocher à ce qu’il connaît et à ce qui lui paraît admissible en terme d’identité : Le patriotisme, notamment à travers la défense de la nation comprise à partir du prisme républicain, est probablement la dernière planche de salut à laquelle on puisse se raccrocher pour tenter de sortir le peuple français de sa léthargie mortelle. Le mot même de nationalisme a été trop sali et perverti par nos ennemis pour pouvoir être utilisé dans une perspective politique stricto sensu.

Indiscutablement, le Front National rénové de Marine Le Pen dispose de la capacité attractive susceptible de réveiller les consciences et d’opposer une véritable alternative politique à l’idéologie mondialo-libérale. En ce sens, le Front national est le seul mouvement véritablement révolutionnaire, car il est le seul parti politique de véritable et légitime opposition à pouvoir prétendre accéder au pouvoir à court ou moyen terme. Dans cette perspective, il doit s’imposer désormais comme le nouveau tiers état ayant en ligne de mire le remplacement des élites bourgeoises qui ont trahi le peuple en se mettant au service exclusif de l’oligarchie mondiale.

Immigration et islam : Quelle attitude adopter ?

La politique du Front National, dès l’origine, a toujours été claire à l’égard de l’immigration : Ce sont les hommes politiques, (droite et gauche confondues) et le grand patronat qui ont mis en œuvre cette politique irresponsable de flux migratoires, et cela dès les années 60 du XXe siècle. Le but inavoué étant de désintégrer la nation par un apport de populations majoritairement inassimilables d’une part, et d’autre part de faire peser les salaires à la baisse en mettant en concurrence les travailleurs français avec les travailleurs immigrés. Il est évident que si on propose à un chômeur africain vivant dans son pays, et survivant avec un dollar par jour de gagner 1.200 € par mois il n’y aucune raison qu’il refuse cette proposition, surtout s’il sait que le régime social existant lui permettra de bénéficier également de toutes les aides sociales possibles, et cela qu’il soit clandestin ou régularisé. Si vous et moi étions à sa place, nous ferions exactement la même chose. Donc pour nous les causes véritables de la situation dramatique qu’a engendré le phénomène de déferlante migratoire sont clairement établies : Elles résultent d’une volonté politique, clairement manifestée par le décret du 29 avril 1976 relatif au regroupement familial signé par le Premier ministre Jacques Chirac. Si les phénomènes migratoires antérieurs constituaient principalement une immigration de travail, l’autorisation de regroupement familial dès 1976 transforme la nature de cette immigration en la transmutant de manière progressive en immigration de peuplement.

Mais la recherche des véritables responsables de cette situation doit nous conduire à identifier les initiateurs de cette politique, ceux qui en sont les commanditaires c’est-à-dire ceux qui en ont tiré et en tirent encore profit. Laurence Parisot, patronne du MEDEF, remarquable incarnation de ce grand patronat imbécile a plaidé récemment (cf. Le Figaro du 16 avril 2011) « pour que la France reste un pays ouvert face à l’immigration ». Idiote utile du Système, Mme Parisot ne mesure probablement pas toutes les conséquences de tels propos, mais elle sait en revanche parfaitement qu’un certain nombre de ses amis, et qui ne sont pas tous du CAC 40, ne lui pardonneraient pas une prise de position anti-immigrationniste. On peut penser que la majorité de ses pairs du grand patronat sont dans la même logique d’idiotie utile, principalement motivée par des considérations d’ordre pécuniaire – un salarié étranger, clandestin ou non, s’exploite plus facilement, et pour moins cher, qu’un salarié français -. Mais derrière l’idiot utile, il y a toujours quelqu’un qui n’est peut-être pas très utile, mais certainement pas idiot.

Illustration symétrique de la collusion UMP/PS dans le champ politique est le parallèle que l’on peut faire dans le domaine social avec l’alliance objective du MEDEF avec la quasi-totalité des syndicats (CGT, CFDT, Unsa, Solidaires, FSU) relativement à la préférence nationale. Une déclaration commune de ces derniers remontant au mois de mars 2011 affirme notamment « que la préférence nationale n’est pas compatible avec le syndicalisme ». Derrière des oppositions apparentes entre syndicats patronaux et ouvriers, destinées à donner le change et amuser la galerie, se dessine la même volonté anti-nationale, qui a d’abord porté préjudice à la classe ouvrière avant de s’attaquer maintenant aux classes moyennes en voie de paupérisation.

L’immigré, et en cela je suis d’accord avec Alain Soral, n’est pas en soi, l’ennemi du peuple français, et ne doit pas être transformé en bouc émissaire, mais force est de reconnaître que l’immigration a été instrumentalisée par les tenants (de « gauche » et de « droite ») de l’idéologie mondialiste pour ébranler le socle de la société française.
Je suis en revanche beaucoup plus dubitatif que lui sur la volonté qu’auraient ces Français d’origine étrangère, et notamment pour les populations originaires du Maghreb, d’entrer en guerre contre le Système aux côtés des Français de souche. Je crois qu’Alain Soral sous-estime le poids de l’histoire, et notamment celui de la guerre d’Algérie, qui est encore très prégnant, notamment au sein de ces cultures de tradition orale ravivant sans cesse des blessures non cicatrisées. Au-delà de la figure de l’immigré, il est bien clair également que certains voudraient, à travers cette problématique, nous faire tomber dans le piège du choc des civilisations : Occident éclairé contre islam obscurantiste. Il est bien évident que s’inscrire dans cette logique sans réserve, consisterait à servir aveuglément les intérêts du Système, à savoir l’accélération du processus visant à obtenir la gouvernance mondiale par les partisans de l’idéologie anglo-saxonne. La lucidité et la réflexion permettent d’imaginer un résultat hétérotélique (c-à-d- que les objectifs visés par ceux qui ont mis en place cette stratégie de conflit civilisationnel seront très probablement différents des résultats qu’ils avaient imaginés). Au nombre de ceux-ci, on peut imaginer une inversion des flux migratoires et à tout le moins un arrêt de la progression de l’Islam sur notre continent.

L’islam, sur le plan théologique est tout aussi respectable que n’importe quelle religion, mais à la différence de toutes les autres religions présentes sur le continent européen, il ne distingue pas entre le spirituel et le temporel. En cela, il est totalement subversif pour une société républicaine et laïque. Par nature, l’islam ne peut se satisfaire de la loi de séparation des Eglises et de l’Etat de 1905. Ou il obligera les édiles à violer la loi, ce qu’il fait déjà, en obtenant des financements déguisés pour la construction ou la mise à disposition de lieux de culte, ou il deviendra assez puissant pour faire abroger cette loi afin d’obliger l’Etat à financer son développement qui s’accroitra inévitablement si rien n’est fait pour mettre un terme à la politique migratoire que nous connaissons.

L’islam ne doit pas être stigmatisé, mais le danger que fait courir son développement spectaculaire, notamment à travers ses prédicateurs les plus extrémistes, ne doit pas être occulté. Si à une religion d’essence totalitaire – au sens encore une fois où toutes les activités humaines de ses membres sont codifiées par les hadiths du prophète – n’est pas imposé un code de conduite drastique qui permet de protéger les acquis de la liberté, alors tous les idéaux pour lesquels nos ancêtres se sont battus seront foulés au pied par les fidèles d’une religion qui ne connaît que la conquête, par l’esprit ou par les armes.

Pour en finir avec la dernière dictature du XXe siècle

Le XXe siècle a été le théâtre d’une confrontation entre trois idéologies totalitaires, étroitement imbriquées entre elles, nazisme, communisme et libéralisme. Elles ont des points communs et des divergences, mais toutes visaient à l’asservissement des hommes. Les deux premières ont heureusement disparu, mais il en reste une dont les ravages se font toujours sentir. Elle est probablement la plus dangereuse, d’abord parce qu’elle a vaincu successivement les deux autres en démontrant par là sa supériorité, ensuite parce qu’à la différence des deux premières, elle avance masquée sous la bannière attrayante des droits de l’homme, de la liberté et de la consommation.

Toutes trois ont en commun d’être des idéologies du passé totalement inadaptées aux problématiques de notre temps. Par ordre d’apparition on a assisté d’abord à la naissance du libéralisme au XVIIIe siècle, puis du communisme au XIXe et enfin du nazisme au début du XXe. D’une certaine manière, les deux dernières peuvent s’analyser comme des réactions aux excès d’inégalités que suscitait déjà le libéralisme. Réaction au libéralisme, mais aussi au communisme, le nazisme devait sombrer dans ce qui restera comme une des plus abominables dictatures de tous les temps.

Les points communs de ces trois systèmes reposent d’abord sur l’utilisation des masses à la fois comme objet de pouvoir et comme instrument de domination. Une distinction toutefois entre le libéralisme et les idéologies militaristes est que la première atomise les individus pour les mieux les massifier dans l’indifférencié, alors que les deux autres tentaient d’obtenir l’adhésion des masses sur la foi en la suprématie d’une race ou d’une classe. Une fois que la masse est circonvenue et adhère à l’idéologie, par la persuasion et/ou la terreur, elle devient l’esclave de l’oligarchie au pouvoir et les individus qui la composent deviennent des militants actifs au service exclusif du système en place, quel qu’il soit – on l’a vu avec la transformation rapide en République démocratique allemande, des militants nazis qui se sont transformés sans état d’âme en militants communistes du jour au lendemain, et on a vu également dans les ex-pays communistes d’Europe de l’est, la nomenklatura communiste se transformer en oligarchie libérale avec une simplicité et une rapidité déconcertantes -.
Autre point commun, la domination d’une caste de privilégiés sur les masses : parti nazi ou parti communiste pour les deux idéologies à dominante militariste, mais plus grande subtilité de la part de l’idéologie libérale dont les véritables dirigeants sont beaucoup plus discrets, ne portent pas d’uniformes et ne paradent pas sur des tribunes officielles devant des armées défilant au pas de l’oie.
Méthodes comparables encore dans l’utilisation de la propagande, ou de la publicité, qui vise à conditionner les foules pour les faire obéir à des réflexes pavloviens, supériorité d’une race, supériorité d’une classe, ou plus subtil, vendre le désir de consommation et l’individualisme forcené comme la forme la plus aboutie de la liberté.

Autre parallèle que l’on peut établir entre ces trois idéologies est celui de la notion d’enfermement. Le nazisme et le communisme resteront dans l’histoire comme les deux dictatures les plus sanguinaires qui aient jamais existé et au-delà des guerres qu’elles ont suscitées, c’est dans l’emmurement et l’extermination de leurs opposants qu’elles étaient contraintes d’agir pour assurer leur pérennité. Là encore, la dictature libérale est plus habile : Pas de camp de concentration, pas d’extermination de masse (pas encore ?) mais utilisation massive des médias pour intoxiquer quotidiennement les peuples, grâce notamment à l’instrument majeur de contrôle des esprits que constitue la télévision. Si l’enfermement est plus subtil, il est néanmoins présent par l’omniprésence et l’omnipotence de l’argent qui enchaîne l’individu dans une frénésie de consommation stérile qui ne sert qu’à enrichir les commanditaires du Système et à asseoir leur domination. Autre raison de la pérennité du plus vieux système d’oppression des peuples, est qu’il a l’habileté de se cacher derrière ce qu’il appelle « la main invisible du marché ». De ce fait, ceux qui accaparent les plus grandes richesses deviennent les véritables maîtres de la main invisible par leur capacité à orienter ce marché dans le sens qui leur convient. Ensuite, et c’est là que se situe le véritable nœud gordien du libéralisme, l’habileté suprême de Big Brother, c’est que nous sommes tous partie prenante de ce système, quand bien même nous le combattons, dès lors que nous consommons à travers les circuits qu’il a organisés, nous alimentons la machine destinée à nous asservir. Le seul moyen de trancher le nœud est de redonner au politique toute sa place et à l’économie rien que sa place, L’économie n’est pas une science, mais un simple moyen destiné à être au service de l’homme et ne doit pas être un moyen utilisé pour mettre l’homme au service de l’économie.

Dernier élément de comparaison entre ces trois dictatures, apparemment si dissemblables, le manque total de respect pour l’être humain. Face à ces trois visions du monde totalitaires, une seule attitude est possible c’est celle de la résistance à l’oppression. Tout autre choix relèverait de l’esprit de collaboration. Il n’est plus nécessaire, et c’est heureux, de lutter contre le fascisme et le communisme sur notre continent, mais il est du devoir de tous les patriotes, de tous ceux qui aiment la France, sans considération de sang ou de religion, de tous ceux pour qui le mot de liberté a encore du sens, de marcher ensemble pour abattre la dernière vieille dictature encore debout en ce début de IIIe millénaire, la dictature de l’argent. Patriotes de tout le pays ! Unissez-vous !

Emmanuel Leroy (Nation Presse Infos, 21 juin 2011)