Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/02/2019

Sortons l'Europe de l'UE !...

Nous vous signalons la parution du nouveau numéro de Rébellion (n°84, Automne 2018).

Vous pouvez vous procurer la revue sur son site : Rébellion

 

Rébellion 84.jpg

 

Au sommaire :

Editorial : Ensemble tout devient possible !

Idées : Sortons l’Europe de l’Union Européenne, par Louis Alexandre

Sexisme, racisme, phobies : Pour en finir avec l’intersectionnalité des luttes, par E. Frankovich

La production du chaos, par Yohann Sparfell

Culture : Vincenot, l’authentique, par Marie Leroy

Entretien avec TSIDMZ ( projet de musique indus eurasiste italien )

Entretien avec Saurus Devlétian du projet Constantinople ( Black métal français)

Livre : Pitié pour le cosmos de P. Baillet et Monastra, par Isabelle Suiste

24/01/2019

L'Europe et le capitalisme...

Les éditions Mimésis ont publié récemment un essai de Diego Fusaro intitulé L'Europe et le capitalisme - Pour rouvrir le futur. Philosophe italien, principal disciple de Costanzo Preve, Diego Fusaro est un des inspirateurs du programme populiste du Mouvement Cinq Etoiles (M5S) et  un des défenseurs du rapprochement entre ce mouvement et la Ligue.

 

Fusaro_L'Europe et le capitalisme.jpg

" L’Union Européenne telle que nous la connaissons aujourd’hui est trop souvent présentée comme la réalisation parfaite de l’idée d’une Europe des peuples et de la liberté. Cet essai renverse cette perspective. Triomphe d’un capitalisme désormais absolu, la création de l’Union Européenne a pu révoquer l’hégémonie du politique. C’est ainsi que pour rouvrir le futur, défendre les peuples et le travail, il faut partir d’une critique radicale de l’Europe de l’euro et de la finance. La critique de Diego Fusaro, jeune et brillant philosophe italien, auteur déjà d’une dizaine d’essais qui ont contribué à alimenter le débat en Italie pendant ces dernières années de crise financière, franchit enfin la frontière européenne. "

05/01/2019

La mémoire perdue...

Les éditions Dualpha viennent de publier un essai de Richard Dessens intitulé L'Europe chrétienne ou la mémoire perdue. Docteur en droit et professeur en classes préparatoires, Richard Dessens a notamment publié La démocratie travestie par les mots (L'Æncre, 2010), Henri Rochefort ou la véritable liberté de la presse (Dualpha, 2017) et La démocratie confisquée (Dualpha, 2018).

 

Dessens_Europe-chretienne-memoire-perdue.jpg

" La première grande migration des idées vers l’Europe fut celle du christianisme, qui mit dix siècles à s’imposer et à investir les valeurs et les esprits européens en détruisant leurs racines naturelles dans le sang de massacres successifs. Son premier fils, l’humanisme, suivi de son puiné, le libéralisme, entourèrent la naissance de leur fille cadette, la démocratie moderne. Tous se penchèrent enfin sur le berceau du petit dernier : l’individualisme et ses avatars droits-de-l’hommiens.

Ce parent extra européen de la première mixité imprégna de son manichéisme du Bien et du Mal chrétiens, l’homme européen ; le détourna de la Nature et de ses valeurs identitaires, en supprima les liens sacrés et nourriciers ; fit de l’homme européen le symbole de l’asservissement des peuples au nom du Christ rédempteur et nivelant, puis en celui de sa nouvelle religion continuatrice des Droits de l’Homme.

Il fit de la liberté naturelle de l’homme-citoyen une seule espérance castratrice de sa liberté dans une vie meilleure au Royaume de Dieu, au mépris de la Terre, vallée de larmes, et sa Nature hostile dont le seul objet est de servir l’homme destructeur.

Le lent poison du christianisme et de ses enfants aux visages d’anges tentateurs, a détruit l’homme européen et répandu les germes de la discorde dans le monde, au nom de valeurs originelles qui ont muté progressivement jusqu’à faire de chaque homme un Dieu, à condition qu’il souscrive à la nouvelle idéologie religieuse des Droits de l’Homme, et une incarnation du Mal s’il ose y résister, s’il s’accroche à ses valeurs identitaires, s’il refuse la grande mixité de la race humaine cosmopolite voulue par Dieu. "

31/12/2018

Le continent sans frontière...

Les éditions Jourdan viennent de publier un essai de Theo Franken intitulé Continent sans frontière. Homme politique flamand, membre de la NVA, Theo Franken a été secrétaire d'état à l'asile et aux migrations entre octobre 2014 et décembre 2018 au sein du gouvernement belge. Il fait parti des ministres qui ont démissionné pour exprimer leur refus de la signature par le premier ministre belge du Pacte de Marrakech sur les migrations.

 

Francken_Continent sans frontière.jpg

" Brexit, euroscepticisme, attentats, peur culturelle de l'Islam... L'Europe vit des temps agités. Dans " Continent sans frontière ", le secrétaire d'État Theo Francken démontre, de manière irréfutable, l'implication de l'immigration de masse dans cette évolution. Avec son style direct, il analyse les motivations qui poussent, chaque année, des centaines de milliers de jeunes gens issus d'Afrique, du Moyen-Orient et d'Asie centrale à entreprendre "la longue marche vers l'Europe". Une marche qui, depuis la crise migratoire de 2015, est devenue totalement hors de contrôle.

Sans ménagement, Theo Francken dépeint la passivité que manifeste l'establishment traditionnel à cet égard. Il nous entraîne dans des lieux où les caméras ne pénètrent pas. Nous découvrons ainsi les coulisses politiques des Conseils européens et les mécanismes de l'industrie des passeurs, sans oublier l'Histoire tourmentée de l'Europe et les complexes moraux de notre société occidentale.

En même temps, Theo Francken nous montre le chemin à suivre. En nous expliquant comment les choses peuvent se passer de manière différente ailleurs dans le monde et comment elles devraient se passer en Europe."

 

 

 

22/12/2018

Sur les pas de Spengler...

Dans ce nouveau numéro de l'émission de TV Libertés, « Les idées à l’endroit », Alain de Benoist reçoit  Gilbert Merlio, germaniste et historien des idées, et David Engels, historien, pour évoquer la pensée et l’œuvre du penseur allemand Oswald Spengler, auteur, notamment, de l'essai intitulé Le Déclin de l'Occident.

 

                                  

18/12/2018

La fin de l'homme blanc...

Les éditions DIE viennent de publier un roman de Martin Peltier intitulé La fin de l'homme blanc. Journaliste, Martin Peltier, qui a collaboré au Figaro magazine, au Quotidien de Paris et à Minute, notamment, est aussi l'auteur de 20 bonnes raisons d'être anti-américain (DIE, 2015).

Peltier_La fin de l'homme blanc.jpg

" Le décor de la Belle époque était truqué. L'appétit de vivre, le raffinement, un étonnant progrès scientifique et technique, masquaient mal les terribles conflits qui agitaient la France, l'Europe et la planète. A Paris et dans le monde, un groupe de jeunes gens tâche d'y survivre et d'y vivre, la belle et libre Hortense, Jean, le journaliste, Jacques, le marin, Nicolas le jeune russe cosmopolite, Egon, le Juncker philosophe. L'intensité même de leurs illusions les mènera dans le mur, ou plutôt au naufrage, puisque la lumière du désastre de Tsou Shi Ma éclaire la fin de ce terrible roman historique. 1905 amène 1914 et 1917, la guerre et la révolution d'où sortira la fin de l'homme blanc. Perdue dans l'histoire, l'héroïne éprouve la terrible angoisse des civilisations mort-vivantes : se trouver niées et calomniées par leurs héritiers. "