Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

armes

  • Après les votations, la Suisse se délite...

    Le 19 mai 2019, les Suisses se sont prononcés à une large majorité en faveur d'un durcissement de leur législation sur les armes pour l'adapter au droit européen et permettre le maintien de leur pays dans l'espace Schengen. Nous reproduisons ci-dessous le point de vue de Michel Bugnon-Mordant, enseignant et essayiste, cueilli sur Breizh info et consacré aux résultats de ce référendum.

    Référendum_Suisse_Armes.jpg

    Après les votations, la Suisse se délite

    Le double oui prononcé par les Suisses le 19 mai constitue bien une étape majeure sur la voie de la dissolution du pays. Il démontre, s’il en était besoin, que le peuple suisse n’est plus qu’un ensemble composite, à la fois dégénéré, décadent et émaillé d’institutions, politiques et autres, qui trahissent pour ainsi dire ouvertement la nation au bénéfice de ce que Alain de Benoist appelle « la grande coalition universaliste ».

    Il est vrai que les partis politiques, le monde médiatique, les autorités politiques, l’école, les intellectuels stipendiés sont depuis des décennies actifs dans le gigantesque mouvement de crétinisation du peuple. Un peuple d’autant plus facile à berner et donc à orienter vers son propre suicide dès lors que près d’un quart de la population est d’origine non helvétique et de plus en plus non européenne. Que le désarmement populaire programmé par l’Union dite, par antiphrase, européenne ait du coup été plébiscité ne surprendra pas les 30 % d’observateurs lucides, car qu’ont de commun la plupart des 70 % restant avec des ancêtres dont ils ne connaissent généralement plus l’histoire ni la mentalité et dont l’héritage de courage et de dignité les laisse indifférents ?

    L’un des arguments clés de la coalition des traîtres était qu’un non obligerait la Suisse à quitter l’espace Schengen. Précisément, il était impératif que cela advînt. Il est grand temps de mettre un terme absolu à la libre circulation, de rétablir des frontières permettant aux nationaux – les vrais, pas ceux que de simples papiers déclarent tels – d’arrêter une immigration de peuplement que l’on nous impose afin de nous dissoudre (encore l’immigration actuelle n’est-elle qu’une goutte d’eau par rapport à celle qui s’apprête à déferler). Car le but des universalistes n’est autre que d’assurer « la disparition des peuples enracinés au bénéfice d’une humanité indistincte », simple troupeau béat, inculte, amnésique, au pouvoir de réflexion atrophié, définitivement privé de toute capacité d’indignation et de sursaut salvateur.

    Alain de Benoist souligne très justement qu’à force « de subir un discours dominant à connotation lacrymale, qui repose sur un chantage émotionnel incapacitant » – vouloir rester soi-même, c’est être déclaré raciste, xénophobe et dès lors bon à jeter aux orties – les citoyens européens ont perdu le plus fondamental des instincts : celui de leur propre conservation.

    Dans un sondage en cours lancé par les autorités helvétiques, l’une des questions est : pensez-vous que la loi sur les armes soit un pas vers le désarmement des citoyens ? La réponse est évidemment oui. L’argument selon lequel limiter l’accès des citoyens aux armes à feu préviendra efficacement terrorisme et criminalité ferait rire un âne, à supposer qu’il en ait les potentialités. Comme à chaque fois, cependant, on nous promet que le oui ne changera pas grand-chose, qu’il s’agit simplement de limiter les risques liés à la possession d’une arme. Mais dans la nomocratie que l’on impose aux pays d’Europe, chaque paragraphe ajouté à une liste déjà impressionnante de traités entrave davantage les mouvements des peuples enracinés, les faisant de plus en plus ressembler à des cochons ficelés et suspendus à des crochets d’abattoir. Ainsi, face aux épreuves sanglantes réservées à nos enfants et plus encore à nos petits-enfants, ces derniers, réduits à une totale impuissance, n’auront le choix qu’entre l’égorgement, la soumission ou le suicide, heureux encore s’il leur reste des ponts du haut desquels se jeter dans le vide. Ce n’est certes pas d’une entrave à l’acquisition d’une arme que la population a besoin, mais bien plutôt d’une dynamique de formation d’un maximum de citoyens aptes à porter une arme dans l’espace public. Mais faire comprendre cela aux eunuques de la gauche bêlante et aux déculottés de la droite antipatriotique relève de la gageure.

    Ma génération – du moins ceux de cette génération disposant encore d’un peu de fierté et de sens de leur identité – résistera peut-être. Cela, j’en suis conscient, ne changera pas grand-chose, l’affaire étant d’ores et déjà entendue. D’ici 2040 ou 2050, l’Europe ne sera plus elle-même. Elle ne ressemblera d’ailleurs plus à rien, sinon à la « nouvelle humanité » qu’appelle de ses vœux le faux pape Bergoglio : un melting-pot d’insectes robotisés que manipulera à son seul profit une ploutocratie globale parvenue au sommet de sa puissance. Il n’y aura alors dans cette termitière mécanisée ni lamentations ni ressentiment : des insectes se meuvent, ils n’agissent pas, pas, du moins, dans le sens d’une révolte, ni dans celui d’une prise de conscience annonciatrice d’aube radieuse.

    À moins que… Je songe ici aux nations qui n’ont jamais délaissé leur volonté de puissance et de survie (Chine, Russie : des modèles), ainsi qu’à des embryons d’unités de combat tels que le cercle Aristote. Ce dernier a mis notamment en exergue en quoi consiste l’essence du régime politique qui aujourd’hui est en train de nous tuer : la xénocratie, c’est-à-dire la domination par l’étranger (domination intellectuelle autant que physique). Si les idées, les analyses mènent le monde, pour autant qu’elles soient suivies d’actes probants et sans états d’âme, là réside éventuellement un signe d’espoir. N’est-il pas vrai pourtant que la race humaine, pourrie jusqu’à l’os, ne mériterait pas d’autre destin que celui de n’être qu’un accident du Hasard appelé à disparaître ?

    Dr Michel Bugnon-Mordant (Breizh info, 21 mai 2019)

    Lien permanent Catégories : Points de vue 0 commentaire Pin it!
  • Des citoyens armés pour faire face à la menace terroriste...

    Vous pouvez découvrir ci-dessous un entretien donné le 16 septembre 2016 par Bernard Wicht à la Radio Télévision suisse pour évoquer la volonté de l'Union européenne de désarmer ses citoyens, en rendant plus difficiles les conditions d'acquisition et de détention des armes. Universitaire, historien des idées et spécialiste en stratégie, Bernard Wicht a récemment publié Une nouvelle Guerre de Trente Ans (Le Polémarque 2011), Europe Mad Max demain ? (Favre, 2013) et L'avenir du citoyen-soldat (Le Polémarque, 2015).

     

    Lien permanent Catégories : Entretiens, Multimédia 0 commentaire Pin it!
  • Sous l'égide de Mars...

    sous l'égide de mars.jpg

    Cette exposition présentée par le musée de l’Armée du 16 mars au 25 juin 2011, réunit, pour la première fois, aux Invalides, les pièces maîtresses des plus grandes collections d’armures européennes et américaines, réalisées dans la seconde moitié du XVIe siècle pour les souverains et princes d’Europe.

    Ces armures d’apparat sont de véritables pièces d’orfèvrerie, dont les décors raffinés révèlent l’expression spécifique d’artistes français et flamands inspirés par l’esthétique maniériste qui s’est alors imposée dans tous les arts. Des projets dessinés, dus entre autres au peintre Jean Cousin le Père (1490-1560) ou au graveur et orfèvre Etienne Delaune (1519-1583), donnent un aperçu du travail de conception des modèles, confié aux plus grands artistes de l’époque. L’exposition invite ainsi à pénétrer dans les ateliers des grands maîtres armuriers du XVIe siècle, pour y découvrir le processus d’élaboration de leurs chefs d’oeuvre.

    Musée de l’Armée - Hôtel national des Invalides
    129 rue de Grenelle 75007 Paris

    Jusqu'au 25 juin 2011, de 10h à 18h . Le musée et l’exposition sont fermés le 1er lundi de chaque mois ainsi que le 1er mai.

    Lien permanent Catégories : Expositions 0 commentaire Pin it!
  • La guerre des mots...

    Nous reproduisons ci-dessous un article de Xavier Raufer, publié le 3 mars 2011 dans Valeurs actuelles et intitulé La guerre des mots...

     

     

    delinquance.jpg

     

     

    La guerre des mots

    La France traverse une crise criminelle grave et, comme trop souvent, sa classe parlementaire fait comme si tout cela était quantité négligeable – voire n’existait pas. Exagération ? Faisons un test et cherchons “braquage” sur Google, en limitant notre recherche au dernier mois.

    Nous y voyons bien sûr défiler une interminable litanie de vols à main armée, souvent commis dans des conditions proches de la guerre. Sur tout le territoire français, on constate, par le haut, une professionnalisation et une militarisation des hold-up ; par le bas, une multiplication des violences crapuleuses (“vols avec violence”). Nous trouvons encore sur Google des articles plus généraux, s’inquiétant de “l’explosion” (terme d’usage fréquent) des braquages dans une ville, ou dans une région. Exemple : un quasi-doublement en 2010 des vols à main armée dans les Alpes-Maritimes.

    Notre recherche relève enfin de virulentes réactions à cette dégradation criminelle – provenant toutes de sites ou de médias… d’extrême droite. Sinon, dans toute la classe parlementaire, silence radio.

    Or, dans l’année écoulée, des signes inquiétants ont démontré que la situation n’avait cessé de se dégrader. Exemple, la désertion croissante par les concierges et gardiens (signalée par l’Union sociale pour l’habitat, premier organisme HLM français) des quartiers hors contrôle, où ils sont « de plus en plus exposés à la violence » car ils « dérangent les trafiquants ». Ainsi, dit le Monde du 21 août 2010, 20 % des « cités sensibles » d’Île-de-France n’ont plus aucun gardien, « faute de pouvoir y assurer leur sécurité ».

    Dans ces cités et quartiers rôdent nombre de malfaiteurs hyperactifs, du type défini comme “prédateurs violents” par la criminologie. La préfecture de police (Paris et petite couronne) en compte 19 000, ayant tous commis au moins 50 infractions – vols avec violence, outrages à dépositaire de l’autorité, trafics de stupéfiants, etc.

    Des paumés ? Non, des professionnels du crime utilisant « d’innombrables alias ou pseudos, vivant sous de fausses identités et n’habitant évidemment jamais à l’adresse indiquée sur leurs papiers ».

    Or la plupart devraient être incarcérés et sont libres, du fait de la non-exécution des peines – 82 000 peines de prison exécutoires, dont 7 500 de plus d’un an, ne sont pas exécutées ! Un fait regretté par la préfecture de police : « Nous arrêtons des braqueurs condamnés à cinq ans de prison ». Ceux-ci, libres comme l’air quoique condamnés – et parfois récidivistes –, déménagent et poursuivent paisiblement leur business illicite !*

    Telle est, en France, l’évolution criminelle. Avec courage, policiers et gendarmes tentent d’inverser la tendance et de ramener l’ordre, mais semblent un peu dépassés par la situation, faute d’outils de renseignementvperformants pour cibler les bandes commettant la plupart des braquages et autres crimes graves dépeints plus haut.

    Face à cela, que font les parlementaires – hélas, parfois de la majorité ? Usant à tort et à travers des termes inappropriés, ils empêchent que l’opinion publique réalise l’ampleur de cette crise criminelle, et sèment malheureusement la confusion.

    D’abord, ils édulcorent en ne parlant que de “délinquants” et de “délits” – quand, par exemple, toutes les infractions ici évoquées sont des crimes, passibles de la cour d’assises. Ne pas savoir évaluer, dit la philosophie, condamne à dévaluer : comment s’alarmer de simples délits, aimables peccadilles du type chapardage dans un magasin ? Alors que, dit le Monde qui n’est pas un brûlot sécuritaire, des policiers doivent désormais « répliquer à balles réelles à des tirs d’armes à feu » ? Pourquoi ne pas appeler les choses par leur nom, et un crime, un crime ?

    Autre usage maladroit, celui du terme “émeutes”. Y a-t-il des “émeutes” dans les banlieues françaises ? Nullement. Une émeute (du mot “émouvoir”, dit le Larousse) est un “soulèvement populaire”. Or dans les banlieues, seules agissent de petites bandes armées, quelques milliers d’individus en France en comptant leurs complices directs, ciblant d’usage des lieux sans défense : abribus, écoles, crèches, petites entreprises, casernes de pompiers, etc.

    Et les “populations défavorisées” ? Tremblantes, elles attendent chez elles le retour du calme, conscientes ô combien ! qu’incendier des autobus accable seulement les plus pauvres.

    On a récemment vu de vraies émeutes à Tunis, au Caire, à Tripoli – mais dans les banlieues françaises ? Jamais, dans les vingt ans écoulés. Aussi, user de ce terme pour qualifier les exactions de gangsters est-il un dangereux contresens.

    Espérons donc que les élus de droite, usant des termes appropriés, reviendront bientôt sur le terrain de la violence criminelle. Sinon, d’autres le feront à leur place – pas forcément là où on l’imagine. Car, lues de près, les propositions de Martine Aubry sur la sécurité (Villepinte, novembre 2010) révèlent de discrètes évolutions sémantiques – « zones de non-droit… violences urbaines… » – vers un plus grand réalisme en matière criminelle.

    Xavier Raufer, criminologue (Valeurs actuelles, 3 mars 2011)

    Lien permanent Catégories : Points de vue 0 commentaire Pin it!
  • Aux armes, citoyens européens !

    Les éditoriaux du journal Le Monde, en général, fleurent bon la bienpensance... Du prêt-à-penser lisse et raisonnable ! C'est dire que l'éditorial du numéro du samedi 3 juillet, consacré à la défense européenne, tranche avec le discours habituel. Ne boudons donc pas notre plaisir !

    aux armes, citoyens !.jpg
     

    Aux armes, citoyens européens !

     

    Dans un monde qui s'arme, l'Europe désarme. Sous le choc de la crise et la nécessité d'assainir leurs finances publiques, les pays européens taillent dans les budgets de la défense - massivement. C'est dangereux.

    Les optimistes n'y verront qu'un ajustement conjoncturel susceptible d'être corrigé par quelques rattrapages ultérieurs. Les pessimistes dénonceront une évolution amorcée depuis la fin de la guerre froide, au début des années 1990, et qui accroît ce sentiment d'un continent qui sort de l'histoire.

    Ils dénonceront une manière de repli stratégique, un refus conscient ou inconscient de devenir une puissance qui compte dans le monde de demain. Ils stigmatiseront un tropisme vers la neutralité, qui ferait d'une Europe vieillissante une sorte de Suisse à l'abri des tumultes du XXIe siècle - ce qui relève d'une conception angélique de l'histoire et n'est pas gentil pour la Suisse, qui dispose d'une bonne défense nationale.

    Car la défense n'est pas seulement l'aptitude à dissuader ou à combattre un ennemi aux frontières. A cet égard, les Européens ont admirablement su construire - à l'abri, il est vrai, du bouclier américain - un ensemble d'où la guerre est exclue comme mode de règlement des conflits. La défense, pour un continent comme l'Europe, c'est la capacité à justifier ses ambitions stratégiques (en a-t-elle encore ?) ; c'est l'aptitude à projeter sa puissance sur des théâtres éloignés où se joue une partie de son avenir économique ; c'est la possibilité d'intervenir pour s'interposer sur un autre continent, empêcher tentatives génocidaires et crimes contre l'humanité. Bref, tenir son rang parmi les puissances de l'époque.

    Les chiffres ne disent pas tout, mais ils ne trompent pas. La majorité des pays européens consacre moins de 1,5 % de leur produit intérieur brut (PIB) à la défense. Tous, sans exception, taillent dans les crédits militaires des lois de finances des deux années à venir.

    C'est vrai pour les petits pays européens. Mais c'est aussi le cas pour les quatre ou cinq grandes puissances militaires du Vieux Continent que sont l'Allemagne, la France, la Grande-Bretagne et, à un moindre degré, l'Espagne, l'Italie et la Pologne. Les Allemands et les Britanniques paraissent les plus radicaux dans les coupes demandées à leurs armées ; les Français semblent plus prudents, qui limitent la "casse" ou s'efforcent, comme ils disent élégamment, de "stabiliser" leurs dépenses militaires.

    Cela serait d'une importance relative si les "autres" en faisaient autant. Ce n'est pas le cas. Les Etats-Unis entendent rester une des grandes puissances militaires de leur temps - avec plus de 4 % de leur PIB consacré à la défense ; les Russes de même, en plein effort avec plus de 5 % ; les Chinois plus encore...

    Les contraintes budgétaires nationales devraient inciter les Européens à mutualiser leur effort militaire. Cela a un nom : l'Europe de la défense. Elle présente nombre de difficultés, mais il faut moins que jamais l'abandonner. Aux armes, Européens, formez votre défense !

    Le Monde (éditorial, 3 juillet 2010)

    Lien permanent Catégories : Textes 0 commentaire Pin it!