Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

A propos des armes hypersoniques...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue d'Alexis Feertchak, cueilli sur Geopragma et consacré aux armes hypersoniques développées par les grandes puissances. Alexis Feertchak est journaliste au Figaro et membre fondateur de Geopragma.

 

Planeur hypersonique.jpg

« Hypersonique », le dernier mot à la mode pour se faire peur

Pour peser dans un dîner de chefs d’Etat, il est de bon ton de pouvoir dire que l’on possède des armes hypersoniques. Il y a deux ou trois ans, la mode était plutôt de mettre en avant son impénétrable bulle de protection A2/AD ( Anti Access Area Denial ). Mais, dans une dialectique bien connue des historiens militaires, c’est désormais l’épée qui a repris l’ascendant sur le bouclier. Avec son vocabulaire enfantin un peu simplet, Donald Trump a ainsi annoncé le développement de missiles hypersoniques « gros, puissants, mortels et rapides », histoire de pouvoir répondre virilement aux récents progrès des Russes et des Chinois en la matière.

L’hypersonique, pourtant, n’est pas une nouveauté en soi. On assiste plutôt à la création d’un mot-valise qui, par son côté spectaculaire, répond aux impératifs politiques du moment dans un contexte de retour de la rivalité stratégique. Si une vitesse « supersonique » correspond à un phénomène bien réel, celui du franchissement de la vitesse du son (Mach 1 ou 1 235 km/h), rien de tel pour une vitesse « hypersonique ». Celle-ci fait partie du champ « supersonique » et, à l’intérieur de celui-ci, ne correspond à aucun phénomène physique particulier, même si les conditions de vol sont de plus en plus difficiles au fur et à mesure que la vitesse s’accroît. L’hypersonique correspond en réalité à une convention fixée à cinq fois la vitesse du son (Mach 5 ou 6 174 km/h). Cette frontière, aussi impressionnante qu’elle puisse paraître, n’a rien d’infranchissable, et ce depuis longtemps.

Un missile balistique atteint durant sa course une vitesse maximale souvent très au-delà de la limite de l’hypersonique. C’est en particulier le cas des missiles balistiques intercontinentaux (ICBM en anglais). Mis en œuvre depuis 1985, disposant d’une portée de 11 000 km, un Topol russe (SS-25 en langage OTAN) atteint une vitesse de Mach 21, soit plus de 25 000 km/h, ou 7 km par… seconde, lors de sa phase terminale. Le Minuteman américain, dont les premières versions remontent à 1962, atteint même les Mach 23. En soi, l’hypersonique n’impressionne donc personne depuis longtemps… Mais il faut voir de quoi il est question. Ces deux exemples appartiennent à la catégorie des missiles dits « balistiques » car ils dessinent une trajectoire balistique, ayant peu ou prou une forme de courbe en cloche : la phase ascendante est assurée par un propulseur de type « fusée » tandis que la phase descendante est assurée par la seule force de la gravitation (néanmoins, au moment de la rentrée dans l’atmosphère, des moteurs peuvent entrer en action pour améliorer la visée ou pour décrire des trajectoires complexes, afin d’éviter des défenses Anti-Balistic-Missile – ABM). La vitesse maximale atteinte en descente est d’autant plus forte que le missile sera monté haut en altitude (avec néanmoins un maximum au-delà duquel le missile serait « satellisé »). Un missile balistique de courte portée comme le Scud, qui atteint une altitude beaucoup plus faible et frappe moins loin (quelques centaines de kilomètres selon les versions) ira beaucoup moins vite qu’un ICBM, mais en franchissant environ 2 km/second, il atteint néanmoins déjà les Mach 5. 

Mais, alors, pourquoi parle-t-on tant d’armes hypersoniques aujourd’hui ? C’est que les armes hypersoniques mises en avant par Moscou, Pékin ou Washington ne sont pas, sauf exceptions, de traditionnels missiles balistiques. Ce type d’arme a en effet un grand défaut : sa trajectoire balistique (d’où le nom du missile) est prévisible et peut donc être interceptée (dans la mesure du raisonnable néanmoins : un ICBM atteignant les Mach 20 ne l’est pas en l’état des technologies défensives actuelles, surtout avec le procédé du « mirvage », qui fait qu’un missile peut emporter plusieurs têtes nucléaires, qui se dispersent lors de la rentrée dans l’atmosphère). A côté des missiles balistiques proches d’une fusée dans leur conception, une autre grande catégorie de missiles est le missile de croisière, plus proche d’un avion. Volant à basse altitude (quelques dizaines à quelques centaines de mètres, à comparer avec les 800 km de l’atmosphère), il est en permanence propulsé par son moteur. La version la plus classique est le missile destiné à des frappes terrestres à longue portée comme le Tomahawk américain ou le Kalibr russe (de 1 000 à 2 500 km selon les versions). En volant à très basse altitude, le missile est difficilement détectable car il peut facilement passer sous la couverture des radars. Par ailleurs, sa signature radar est plus faible que celle d’un avion car il est de plus petite taille (1 200 kg pour un Tomahawk au lancement).

Pour résumer, les missiles balistiques, notamment la sous-catégorie des ICBM (à partir de 5 500 km et souvent plus de 10 0000) à tête nucléaire, sont privilégiés pour acquérir des capacités de frappes stratégiques, essentielles dans le cadre de la dissuasion nucléaire. En parallèle, le missile balistique est aussi une technologie relativement « simple » et peu onéreuse, permettant à des pays disposant de peu de moyens d’acquérir une capacité de frappes régionale de plusieurs centaines de kilomètres de profondeur (les fameux Scud, appréciés pour cela par de nombreux pays, comme l’Irak dans les années 1990). A l’inverse, le missile de croisière est une arme coûteuse et complexe, idéale pour des frappes discrètes et précises. C’est aussi pour cela que l’attaque contre des installations pétrolières en Arabie Saoudite, attribuée par Washington à Téhéran, a représenté un choc au Moyen-Orient. Rares sont les pays, en dehors des traditionnelles grandes puissances, à disposer d’une telle capacité.

Les missiles de croisière atteignent en revanche rarement des vitesses comparables à celles des missiles balistiques. La plupart du temps, ils sont subsoniques. C’est le cas du Tomahawk américain (900 km/h) ou des missiles anti-navires rasants comme l’Exocet français (quelques mètres au-dessus de la mer, 1 100 km/h) ou son équivalent américain (Harpoon) ou russe (Uran, parfois surnommé Harpoonsky).

Que se passe-t-il alors pour que les grandes puissances soient ainsi en émoi ?

Premier phénomène : les missiles de croisière, notamment leurs versions anti-navires, atteignent aujourd’hui des vitesses de plus en plus grandes. Depuis la Guerre froide, les Russes se sont par exemple fait une spécialité de tels missiles atteignant des vitesses supersoniques, et qui servaient de « carrier killers » (tueurs de porte-avions). Particulièrement imposants, les croiseurs soviétiques Slava et Kirov ou certains sous-marins à propulsion nucléaire comme les Oscar-II emportaient des P-500 Bazalt ou des P-700 Granit capables de voler jusqu’à Mach 2,5 sur plus de 500 km. Pour atteindre de telles performances, ces missiles prennent un peu d’altitude avant de fondre sur leur cible (leur altitude est variable, selon le résultat recherché). Des versions plus modernes de ces missiles existent aujourd’hui en Russie (l’Onyx ou la version supersonique et anti-navires du Kalibr, qui ont la particularité de pouvoir être tirés depuis des navires de très faible tonnage), mais aussi en Inde avec le projet russo-indien BrahMos. Les Chinois mettent également en œuvre des missiles similaires (YJ-18). Mais la course ne s’arrête pas là : les Russes travaillent sur des missiles de croisière qui atteignent des vitesses hypersoniques (entre Mach 5 et 8). On trouve en particulier le Zirkon tiré depuis des navires ou des sous-marins : il devrait entrer en service au milieu des années 2020, après un premier essai depuis un bâtiment de surface cette année. Les Russes ont par ailleurs d’ores-et-déjà mis en service le Kinzhal, tiré depuis des avions (des intercepteurs MiG-31, des bombardiers tactiques Tu-22M3, prochainement des bombardiers stratégiques Tu-160M voire de simple chasseurs multirôles Soukhoï). La vitesse (jusqu’à Mach 3 pour un MiG-31…) et l’altitude des lanceurs permettent au missile Kinzhal d’obtenir par entraînement une vitesse et une portée supérieures à celles d’un Tsirkon tiré depuis un navire. Les puissances occidentales, elles, n’ont pas, pour l’instant, investi ce secteur des missiles de croisière supersoniques voire hypersoniques.

Deuxième phénomène : les Chinois ont quant à eux massivement investi le champ des missiles balistiques, délaissés par Washington et Moscou en raison du traité INF qui avait permis de mettre fin, en 1987, à la crise des « euromissiles ». Depuis cette date, tous les missiles terrestres d’une portée de 500 à 5 500 km étaient interdits pour les deux géants de la Guerre froide. Ils ont donc privilégié les missiles navals (non concernés par INF), qui sont (presque) toujours des missiles de croisière, laissant aux missiles balistiques de plus de 5 500 km (ICBM en version terrestre, SLBM en version sous-marine) le soin d’assurer la dissuasion nucléaire. Les Russes ont aussi gardé des missiles balistiques de courte portée (officiellement moins de 500 km) comme les Iskander (la subtilité étant que ce système peut tirer à la fois des missiles balistiques et des missiles de croisière), dont la version modernisée “M” est accusée par Washington d’avoir une portée supérieure à cette limite fixée par le traité INF, ce qui a justifié en 2018 la sortie unilatérale des Etats-Unis de ce texte, aujourd’hui caduque. Mais la principale raison était tout autre : les Américains ne veulent plus avoir les mains liées alors que les Chinois, non partie au traité, ont massivement investi le champ des missiles balistiques de portée intermédiaire, qu’ils soient destinés à des frappes terrestres ou à des frappes anti-navires, une spécificité pour l’instant chinoise. Pékin dispose ainsi théoriquement de la possibilité de frapper des porte-avions américains à 4 000 km de distance grâce à leurs DF-26, ce qui n’est pas loin d’être un cauchemar pour Washington.   

Troisième phénomène : Américains, Russes, Chinois, mais aussi Britanniques et Français investissent le champ des « planeurs » hypersoniques et hypermanœuvrants (Hypersonic Boost-Glide Vehicule en anglais). Ces engins, très spécifiques dans leur principe, sont d’abord propulsés par un traditionnel missile balistique (ou par une fusée), puis sont capables de planer, grâce à un principe de portance, sur les couches hautes de l’atmosphère, pouvant ainsi dessiner des trajectoires beaucoup plus complexes qu’un missile balistique traditionnel. L’intuition du planeur hypersonique remonte à la Seconde Guerre mondiale lorsque Eugen Sänger et Irene Sänger-Bredt conçoivent le projet allemand de Silbervogel (oiseau d’argent), qui devait permettre d’atteindre l’Amérique en faisant des sortes de « bonds » sur la stratosphère. Lors de leur grande parade pour le 70e anniversaire de la République populaire, les Chinois ont révélé leur planeur hypersonique, le DF-ZF, dédié à des frappes conventionnelles de portée intermédiaire (entre 500 et 5 500 km) et qui devrait être (voire a déjà été) mis en service cette année sous le nom DF-17. Les Russes ont quant à eux mis en service en décembre leur planeur hypersonique Avangard tiré depuis un ICBM, et décrit par Vladimir Poutine comme une « arme absolue », qui frappe « comme une météorite, une boule de feu ». Les Etats-Unis avaient lancé au début des années 2000 leur vaste projet de Prompt Global Strike (avec l’objectif de pouvoir frapper conventionnellement n’importe quel point de la planète en une heure) et expérimentent depuis plusieurs années des planeurs hypersoniques, avec par exemple le X-51 ou le HTV-2 (premiers vols en 2010). Ils semblent néanmoins avoir perdu aujourd’hui l’avance qu’ils possédaient, même si le Pentagone a récemment lancé des projets tous azimuts. Le site internet de Lookheed Martin présente ainsi plusieurs « planeurs » pour l’armée de l’air (ARRW pour Air-Launched Rapid Response Weapon) ou l’armée de terre (de portée intermédiaire avec l’IRCPS pour Intermediate Range Conventional Prompt Strike et de longue portée avec le LRHW pour Long-Range Hypersonic Weapon). Le Royaume-Uni et la France ont aussi lancé leur projet de « planeur hypersonique », Paris souhaitant faire voler un premier démonstrateur de son V-MAX en 2021, pour une mise en service vers 2025. Cette nouvelle catégorie d’armements, qui devrait faire partie des arsenaux d’une poignée de pays d’ici 2030, représente une sorte de garantie pour quiconque voudrait franchir n’importe quelle défense ennemie, ceci étant vrai autant pour des frappes conventionnelles que nucléaires.  

C’est sous ces trois angles que l’« hypersonique » est à la mode. Cette course aux armements (plus qualitative que quantitative) participe à affaiblir fortement le contrôle des armements, les grandes catégories conceptuelles qui structurent les traités étant fortement fragilisées. Où, en effet, situer ces planeurs hypersoniques dans les arsenaux stratégiques réglementés par le traité russo-américain New Start qui arrive à expiration en 2021, et que Donald Trump souhaite visiblement ne pas renouveler ? Comment, désormais, pour un pays attaqué savoir distinguer avec suffisamment de clarté une frappe nucléaire stratégique d’une frappe conventionnelle à longue portée ? Comment tenir compte du nouvel intérêt des acteurs militaires pour les portées intermédiaires, qui permettent à certains Etats (comme la Chine) d’augmenter leurs capacités de déni d’accès ? L’instabilité augmentait déjà structurellement du fait que le jeu qui se jouait auparavant à deux (Washington et Moscou) se joue désormais à trois (avec Pékin en plus), alors que les traités de la Guerre froide ne prévoient pas cette extension. Mais on voit émerger ici une cause supplémentaire d’instabilité, que les politiques résument en cette notion d’« hypersonique », non sans quelque confusion sur l’étendue exacte du terme, mais avec l’intuition générale que cette accélération des armes et de leurs vecteurs va bousculer l’équilibre précaire né de la fin de la Guerre froide.

Alexis Feertchak (Geopragma, 17 février 2020)

Lien permanent Catégories : Points de vue 0 commentaire Pin it!

Écrire un commentaire

Optionnel