Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/05/2015

Bienvenue dans les guerres de l'ombre...

Les éditions Gallimard viennent de sortir, dans leur collection Série noire, le premier tome de Pukhtu, un polar géopolitique signé par DOA. Auteur de polars particulièrement bien informés et documentés, DOA a notamment publié Citoyens clandestins (Gallimard, 2007) et Le serpent aux mille coupures (Gallimard, 2009). On retrouve dans Pukhtu quelques uns des personnages croisés dans Citoyens clandestins.

A lire absolument pour découvrir un peu de l'envers du décor...

 

Pukhtu.jpg

DOA, les racines du mal

Tous les dix ans, à peu près, l'amateur de roman noir mâtiné de thriller est confronté à un ovni (objet violent non identifié). En 1995, ce fut American Tabloid de James Ellroy et les années Kennedy passées au Kärcher d'une plume déjantée. Une décennie plus tard, un autre Américain, Don Winslow, publiait The Power of the Dog (La Griffe du chien), encore un livre choc, cette fois sur fond de trafic de drogue international.

Aujourd'hui, voici la synthèse des deux, Pukhtu primo, signé DOA. Pukhtu est un terme qui désigne l'une des valeurs essentielles du peuple pachtoune, l'honneur personnel. Primo signifie que ce monstre de papier sera suivi d'un petit frère d'ici à quelques mois. DOA (pour Dead On Arrival) est le pseudonyme choisi par cet auteur, également scénariste à ses heures, qui a marqué les dernières années avec une poignée de romans sous tension, dont deux sur quatre, Citoyens clandestins en 2007 et L'Honorable Société, en 2011 (écrit avec Dominique Manotti), ont été couronnés par le grand prix de littérature policière.

Une quête incertaine

Pukhtu se déroule un peu en Afrique, en France, au Kosovo et beaucoup en Afghanistan et dans les zones ou régions tribales du Pakistan. Le roman s'ouvre le 14 janvier 2008 et s'achève le 11 septembre de la même année. Un attentat dans un hôtel prétendument sécurisé de Kaboul d'un côté. Une cérémonie à Ground Zero, sur les lieux de l'attentat du World Trade Center, de l'autre. Entre les deux, des histoires d'honneur bafoué et de guerre religieuse, de trafics de drogue et d'armes, d'embuscades et d'attentats, de manipulations et de corruption, de torture et d'assassinat. Face à face, ensemble, alliés, ennemis, des clans, des milices, des agences de renseignement, des forces spéciales, des paramilitaires, des troupes régulières, des journalistes. Au milieu de ces hommes violents, des civils afghans victimes de trente années d'occupation et de règlements de comptes.

La lecture de cette fresque est d'autant plus passionnante (et rude) qu'elle repose sur des situations, des chiffres, des faits, réels. Mais, comme chez Ellroy, bien difficile de faire la part du vrai et du faux. Et qui s'en soucie? Voici des hommes et des femmes engagés dans une quête incertaine. Pour les uns, il s'agit de recouvrer l'honneur, d'assouvir une vengeance. Pour d'autres, le moteur a pour nom «pouvoir» ou «argent» ou les deux. D'autres encore aiment la guerre, les sensations fortes. Enfin, certains sont perdus, déboussolés, et la rencontre d'une femme afghane très belle malgré son visage abîmé les fait rêver d'une possible rédemption.

DOA entremêle les récits, les scènes d'action, les rapports militaires, avec une habileté de vieux roublard, aidé par des «professionnels silencieux» remerciés en fin d'ouvrage. Quel autre écrivain français du moment a le courage ou la folie de se lancer dans une telle entreprise romanesque?

Bruno Corty (Le Figaro, 26 mars 2015)

04/01/2015

Tour d'horizon... (80)

U-Boot 6.jpg

Au sommaire cette semaine :

-sur Novopress, Lionel Humbert présente le mouvement de protestation populaire PEGIDA qui commence à secouer l'Allemagne...

Immigration et islamisation : quand l’Allemagne se réveille

Pegida.jpg

- sur La voie de l'épée, Michel Goya revient sur treize année d'intervention en Afghanistan à l'occasion du retrait de la majeure partie des forces internationales de ce pays...

L'Afghanistan ou l'odyssée de l'impasse

Afghanistan.jpg

08/07/2013

Avant la dernière ligne droite...

Les éditions Points rééditent, dans leur collection Aventures, Avant la dernière ligne droite, un livre dans lequel Patrice Franceschi raconte sa vie aventureuse, et notamment ses missions humanitaires en Afghanistan, pendant la guerre contre les Soviétiques, dans les années 80.

 

Avant la dernière ligne droite.jpg

 

" Du Congo à l’Amazonie et de la mer de Chine à la Nouvelle-Guinée, Patrice Franceschi nous fait le récit de ses innombrables aventures. Il a partagé la vie des Pygmées, des Indiens, des Papous, été le premier aviateur à accomplir le tour du monde en U.L.M., et suivi le Nil de sa source à la mer. Il nous raconte aussi la part de sa vie consacrée aux missions humanitaires, de la Somalie au Kurdistan, et dévoile l’intensité de ses années passées au côté de la résistance afghane combattant l’armée soviétique.

Corse né en décembre 1954, Patrice Franceschi partage sa vie entre écriture et aventure. Ses récits, romans, poésies, essais, sont inséparables de ses engagements et d’une existence libre et tumultueuse où il tente « d’épuiser le champ du possible ». Il est aussi marin et capitaine du trois-mâts d’exploration La Boudeuse. "

25/06/2012

Les grandes funérailles d'une poignée de morts...

Nous reproduisons ci-dessous un excellent point de vue de Jean-Dominique Merchet, cueilli sur Ria Novosti et consacré à la capacité de notre pays à supporter la mort de ses soldats au combat. Directeur-adjoint de la rédaction de Marianne, responsable du blog Secret Défense,  Jean-Dominique Merchet est l'auteur de nombreux ouvrages sur les questions militaires et collabore à la revue Guerres & Histoire.

ceremonie-invalides-14-juin-2012.jpg

 

Les grandes funérailles d'une poignée de morts

Samedi 9 juin 2012: quatre militaires français sont tués en Afghanistan. A peine la nouvelle connue, la Présidence de la République prend les choses en main et François Hollande annonce lui-même qu’un « hommage national » aura lieu cinq jours plus tard aux Invalides (Paris). N’est-ce pas un peu exagéré?

Certes, il s’agissait des « premiers morts » d’un chef de l’Etat tout récemment élu, qui ne fait que suivre l’exemple de son prédécesseur Nicolas Sarkozy, d’ailleurs présent à la cérémonie religieuse, militaire et politique – qui s’est tenue avec toute la pompe dont un vieux pays comme la France est capable. Mais au-delà de l’émotion et des considérations politiques (la France était à la veille du second tour des élections législatives…), cette cérémonie pose des questions essentielles : quatre morts à la guerre sont-ils devenus à ce point hors du commun qu’il faille aussitôt déployer ce que le poète Charles Péguy nommait « l’appareil des grandes funérailles » ? Les démocraties modernes ne peuvent-elles plus supporter l’idée que leurs soldats meurent à la guerre ? Est-ce là le signe d’un affaiblissement politique qui minerait, à terme, la capacité de nos pays à peser sur les affaires du monde ?

Pour tenter d’y répondre, quelques chiffres et un peu d’histoire. En moins de onze ans de présence militaire en Afghanistan, l’armée française a perdu 87 hommes, dont certains par accident. Elle compte environ 700 blessés, dont plusieurs dizaines très grièvement, sans compter les blessures psychologiques, impossibles, pour l’heure, à estimer sérieusement. Sur la durée de la guerre, cela fait moins d’un mort toutes les six semaines… Certes, les opérations ne se sont vraiment durcies qu’à partir de 2008 et plus de la moitié des pertes ont eu lieu au cours des deux dernières années (45 sur 87). Sur cette seule période, on en reste quand même à un mort tous les seize jours.

La France est un pays qui a perdu 1,3 millions de ses soldats au cours de la Première guerre mondiale (1914-18), comme en témoignent les Monuments aux morts dans toutes les villes et villages du pays. C’est 900 hommes tués tous les jours pendant quatre ans ! Et que dire des pertes immenses de l’Armée soviétique durant la Grande Guerre Patriotique (1941-45) ? Si l’on estime les pertes démographiques totales de l’URSS à près de 27 millions, le général Alexandre Kiriline, qui s’en tient aux seuls militaires, avance le chiffre d’«environ 8,8 à 8,9 millions de personnes tués, dont 2,5 millions de prisonniers de guerre et 6,4 millions de tués sur le champ de bataille ». Soit 4500 tués chaque jour au Front pendant quatre ans ! Ces chiffres donnent littéralement le vertige.

Toutes les guerres ne donnent pas lieu à de tels massacres : au Vietnam, les Américains ont perdu 58.000 hommes et les Français en Algérie (1954-1962) environ 25.000, dont 15.000 au combat. Soit, quand même, douze quotidiennement. Un jour de la guerre d’Algérie équivaut donc à un semestre en Afghanistan : où étaient alors les hommages nationaux et les interventions solennelles du président de la République ?

Nos sociétés ont-elles si radicalement changées en un demi-siècle ? Le colonel Michel Goya, chercheur à l’Ecole militaire, considère que « la résilience politique aux pertes est de plus en plus faible », mais il la distingue de « celle de l’ensemble de la nation, en général plus forte ». La classe dirigeante, politique et médiatique, encaisse donc plus mal les morts à la guerre que le pays dans ses profondeurs, qui sait bien, notamment pour en avoir payé de longue date le prix fort, qu’il n’y a pas de guerre sans mort ! L’on voit, certes, quelques familles de soldats tués s’en prendre à l’armée devant la justice, mais ce n’est là qu’une façon moderne, pour elles, de tenter de faire leur deuil avec l’aide intéressée de quelques avocats médiatiques.

Deux choses essentielles ont pourtant changé la donne. Depuis 50 ans, c’est-à-dire la fin de la guerre d’Algérie, aucun jeune Français n’a été obligé de partir à la guerre. Depuis cette date, seuls les volontaires et les professionnels se battent et risquent leur vie. Autre nouveauté, tout aussi radicale au regard de l’histoire française : depuis 20 ans, plus aucune armée étrangère ne menace le territoire national, alors que depuis la Révolution française (Valmy, 1792), la Nation vivait dans l’idée d’une invasion possible en provenance de l’Est. Et l’on pourrait remonter jusqu’à Attila, battu en 451, aux Champs catalauniques, là où l’on se battait encore en 1918…

Depuis 20 ans, donc, les militaires français sont envoyés combattre loin des frontières du pays (Guerre du Golfe, Balkans, Afrique, Afghanistan, Libye). D’où la gêne des politiques : ces guerres sont-elles suffisamment légitimes, même si elles sont légales au regard du droit international, pour que de jeunes Français y perdent la vie ? Dans le cas de l’Afghanistan, l’opinion publique en doute fortement. Tous les sondages traduisent le fait que les Français ne souhaitent pas la poursuite de cette guerre. Nicolas Sarkozy puis François Hollande l’avaient d’ailleurs parfaitement compris en accélérant le calendrier de retrait des troupes, l’un d’un an, l’autre de deux.

« Pour qui meurt-on ? » se demandait en 1999, le général français Emmanuel de Richoufftz dans un livre de réflexion sur le sens de la guerre. En effet ! C’est la question que se posent les citoyens – dont les militaires - et c’est aux dirigeants politiques, visiblement embarrassés, de leur fournir une réponse. Pourquoi nos soldats tombent-ils en Afghanistan ? Les réponses fournies ne sont guère plus convaincantes que celles qui l’étaient, aux Soviétiques, au temps de leur intervention en Afghanistan. Certes, la guerre d’alors fut beaucoup plus meurtrière et les Afghantsy n’étaient pas tous volontaires ! En dix ans, l’armée soviétique a perdu (au moins) 15 400 hommes sur le terrain. En une décennie également, la coalition occidentale en aura perdu, elle, 3050, soit cinq fois moins.

Pour quel résultat ? C’est parce que les dirigeants d’aujourd’hui, et notamment les Français, gauche et droite confondues, peinent à répondre sur le fond qu’ils en font sans doute un peu trop sur la forme. D’où « l’appareil des grandes funérailles » déployé dans la cour, grandiose et austère, des Invalides.

Jean-Dominique Merchet (Ria Novosti, 19 juin 2012)

25/03/2012

Tour d'horizon... (25)

mur de l'atlantique.jpg

Au sommaire cette semaine :

 - sur Le Monde.fr, Alain Frachon analyse la défaite politique qu'est en train de subir l'Occident en Afghanistan...

En Afghanistan, une défaite politique ?

 

alain frachon, occident, afghanistan, défaite

 

- sur Metamag, Raoul Fougax revient sur Mélenchon, la dernière attraction marxiste du cirque médiatique...

Retour dans Sovietoïde Park

 

melenchon2.jpg

 

 

 

 

 

29/01/2012

Afghanistan :le service inutile ?...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Michel Lhomme, cueilli sur Metamag et consacré à l'impasse de l'engagement français en Afghanistan au service des intérêts américains...

soldats français afghanistan.jpg

 

Afghanistan : le service inutile

Quatre nouveaux morts en Afghanistan et douze blessés rapatriés à l’hôpital militaire de Clamart, dont cinq dans un état grave. Le bilan est préoccupant pour l’armée française. Dès le vendredi, le Ministre de la Défense, Gérard Longuet ne mâchait pas ses mots et qualifiait la dernière attaque d’« assassinat ». On susurrait même la remise en cause de notre présence à Kaboul.

Les quatre militaires français ont été abattus à l’intérieur de leurs bases, alors même qu’ils faisaient leurs exercices physiques du matin. Ils n’avaient donc ni armes, ni gilets pare-balles lorsqu’un homme, habillé en soldat afghan, a tiré à l’arme automatique dans la cour. Il s’agirait d’un élément taliban infiltré récemment, d’un opposant à la coalition, qui n’aurait pas supporté la vidéo récente (sur Liveleak) de marines américains urinant sur les cadavres d’insurgés, une bouteille d’eau placée même, de manière très équivoque, entre les cuisses d’un des corps.


L’armée française assure la formation de ces recrues afghanes en les entraînant au maniement des armes, à l’usage des explosifs. Mission risquée puisque, parmi ces soldats, comme dans toute guerre de partisan, des éléments hostiles peuvent être infiltrés. Le mois dernier déjà, au moment où nous procédions à une analyse géopolitique du conflit, deux légionnaires français étaient tués, dans le dos  et à bout portant, par un afghan portant l’uniforme.

« Plus question d’aller au contact de ces militaires ». C'est la mesure immédiate prise par Nicolas Sarkozy, le matin même de la nouvelle qui tombait très mal; c’était le jour où il adressait ses vœux au corps diplomatique. «Toutes les opérations de formation et d’aide au combat sont suspendues ». Et Nicolas Sarkozy de rajouter comme à son habitude, dans l’émotion et la précipitation, « si les conditions de sécurité ne sont pas clairement établies, se posera la question du retour du contingent français en France ».

Les Américains bloquent notre départ

Le lendemain, Gérard Longuet n’en dit pas un seul mot devant les corps de nos cinq soldats à Kaboul. C'est qu’entre temps et très rapidement, la réponse américaine n’avait pas tardé et pas par la bouche de n’importe qui. Par celle de Hillary Clinton. C’est-à-dire directement en provenance du clan pro-guerre et sioniste de la Maison Blanche : « Nous n’avons aucune raison de penser que la France ne va pas continuer à prendre part au processus délicat de transition » déclara, dans une posture très solennelle, Hillary Clinton. La menace clintonnienne, qualifiée hypocritement d’ « injonction courtoise », est transparente : il n’est pas question, pour les Etats-Unis, de se retrouver seuls en Afghanistan.

Un autre, en France, avait déjà fait le boulot atlantiste, c’est le soi-disant « spécialiste de la défense », en réalité porte-parole servile et notoire du contre-espionnage français, Pierre Servent. Pour lui, les conséquences d’un retrait de nos troupes d’Afghanistan avant 2014, date officiellement retenue, seraient catastrophiques.

Cela donnerait un signe négatif à la coalition, en adressant un message indirect aux autres pays membres de s’en retirer. Et second signe, qui serait pire sur le terrain, selon lui, c’est que cela conforterait les Talibans dans leur stratégie de déstabilisation, les encouragerait à poursuivre ce type d’opérations. Pierre Servent feint d’ignorer la débandade occidentale sur place, la fragilité des positions françaises et l’évolution négative de la situation.

En attendant, Paris vient d’envoyer une délégation ministérielle à Kaboul. Elle doit y évaluer les conditions de sécurité de nos troupes. Un retrait d’Afghanistan est-il possible ou sommes-nous pris dans un bourbier, enserrés dans un piège ? Et quel bourbier ? Quel piège ? Le piège géopolitique de la vision « démocratique » de la gouvernance mondiale. Pourtant, le retrait est peu sûr, voire improbable. Pourquoi ? La guerre d’Afghanistan a été perdue.

Nicolas Sarkozy ment: nous avons perdu la guerre

La guerre en Afghanistan est une guerre perdue pour le camp occidental. On ne fait aujourd’hui qu’y chercher une sortie honorable, pour éviter le même type d’humiliation subie par les soviétiques, il y a 23 ans. L’opinion publique américaine ne voit plus l’intérêt de maintenir des troupes là-bas et le retrait est planifié pour fin 2014. En France, alors que cette opération extérieure coûte la bagatelle de un million d’euros par jour, seuls quelques nationalistes défilent dans la rue, à Lyon, pour réclamer la fin de la guerre. L’opinion publique est amorphe. Puis, il y a la surenchère électoraliste d’un François Hollande promettant, s’il est élu Président, de retirer, avant la fin de l’année, une partie de nos troupes.

Nicolas Sarkozy, au plus bas dans les sondages, a peut-être cru qu’il fallait, là-aussi, prendre le train en marche. Il aurait eu au téléphone, vendredi, son collègue Obama qui lui aurait promis de lui laisser toute l’initiative de prendre une décision. C’est oublier qu’en politique étrangère et dans le domaine de la Défense, Obama ne tient rien du tout et qu’il est même ligoté, depuis le début, par l’accord passé au moment des primaires de 2008 avec les clintonniens.

Il est vrai qu’un retrait français, dans la situation actuelle, serait un coup dur, voire fatal pour la coalition et qu’il n’est donc pas envisageable puisqu’il hypothéquerait, de fait, toutes les chances de stabilisation de la région. Car, dans quel état se trouve maintenant le pays ?

Le Président Hamid Karzaï est un homme corrompu et l’Afghanistan se prépare à vivre des lendemains d’autant plus sombres que les Talibans gagnent du terrain partout. Ils ont infiltré les services de sécurité afghans et le tiers de l’armée pakistanaise voisine. Toute la région afgho-pakistanaise est devenue une poudrière et l’Inde est de plus en plus inquiète et menacée à l’Ouest mais aussi d’ailleurs à l’Est par les rébellions maoïstes. Elle s’attend, d’ailleurs, à des attentats ou à des opérations sur son territoire et ses services secrets sont, comme toujours, en état d’alerte maximale. L’Inde, dont l’Afghanistan constitue un état tampon pour sa sécurité, semble perdre ses appuis tribaux officieux sur le terrain.

C’est que le peuple afghan, il faut bien le dire, est un peuple noble, guerrier, mais aussi tortueux. Les mallettes de dollars, l’héroïne, les promesses chinoises, sont autant de raisons de trahir, aujourd’hui, les amis d’hier. Comment les occidentaux pourraient-ils leur faire confiance ? Les Américains, souvent ignorants de l’Orient, y ont peut-être cru; pas les Français.

L’Asie centrale est, avec l’Irak où Obama a retiré ses troupes, l’échec cuisant de la géopolitique mondialiste. Croire qu’on pourrait contenir la puissance chinoise par l’Orient était déjà un rêve chimérique, le résultat d’une vision cartographique quelque peu dépassée à l’ère satellitaire et cybernétique. Les Talibans vont devenir les maîtres de l’Afghanistan et, en Irak, l’Iran a tous les atouts pour actionner ses alliés chiites et faire, de ce pays, une énième république islamique.

Ainsi, l’échec de l’intervention afghane est un double échec pour les Occidentaux. Que Longuet rectifiasse le tir sarkoziste maladroit en n’évoquant plus, sur place, le retrait ou l’accélération du retrait anticipé de nos troupes ne changera rien. Nous continuerons d’essuyer des pertes et nous partirons, comme les Anglais de Gandarak, comme les Soviétiques, la queue entre les jambes.

Un soldat afghan simplement résistant

Le soldat afghan qui a tiré à l’arme automatique sur nos soldats avait 21 ans. Soyons franc et juste. D’un point de vue patriotique, son parcours est exemplaire : il avait déserté de l’armée nationale de collaborateurs en s’en faisant renvoyer, était parti compléter sa formation au Pakistan pour se réengager dans l’armée officielle d’un point de vue résistant. Nous savons bien, depuis les guerres d’Indochine et d’Algérie, que n’importe quelle armée régulière, aussi performante technologiquement parlant, ne peut rien contre le sentiment national d’un peuple, la fierté identitaire d’un soldat-militant. C’est le propre des sales guerres de partisan que de n’être jamais loyales. Il est évident que les officiers français, sur le terrain, sont déstabilisés et ont perdu la confiance qu’ils avaient pu avoir –si tant est qu’ils l’ont eu! – avec l’armée afghane.

Le ministre de la Défense, Gérard Longuet, a rencontré samedi un général afghan pour déterminer les circonstances de la mort des Français et pour adresser un message de fermeté. Il lui aurait demandé de s’engager sur la loyauté de ses troupes et de faire des contrôles internes pour contrer toute infiltration terroriste. C’est un peu croire au Père Noël.

Déjà, pour connaître personnellement le terrain, la loyauté n’a pas du tout le même sens en français et en urdu. Les soldats français, indéniablement, se sentent trahis. Un entretien est prévu entre le Ministre français et le Président Karzaï. Longuet devrait rentrer avec un rapport sous le bras pour établir la sécurité de nos 3 600 soldats sur place et en parler avec Nicolas Sarkozy de retour de Guyane.

Dès le samedi 21 janvier, soit le lendemain de l’attaque du camp français de Fob Gwan, les Talibans revendiquaient l’attaque et avouaient avoir recruté des militaires dans l’armée nationale afghane. Qu’il y ait diversifications des interventions terroristes en Afghanistan ne fait aucun doute sans compter que l’armée afghane recrute à la va vite et très largement des éléments, pas forcément talibans mais hostiles –ne serait-ce que par le fait religieux – aux forces occidentales.

Combien de sympathisants talibans parmi les quatre-vingt mille hommes qui constituent aujourd’hui l’armée nationale ?  La question hante forcément les états-majors occidentaux et personne n’a la réponse. Ce qui est certain, c’est que ce type d’opérations s’est multiplié l’année dernière dans les bases militaires américaines mais que, jusqu’alors, l’armée française avait été épargnée. De plus, à partir du moment où les troupes de l’Otan ne sortent plus ou sortent moins et se replient sur leurs bases, ce type d’opérations sera de plus en plus courant.

L'armée française victime de l'atlantisme et de l'Etat major

C’est la logique de la guerre et du combat comme est naturelle la haine grandissante dans le camp afghan des soldats occidentaux, de ces marines américains urinant sur les cadavres. Les soldats afghans le disent : ils ont de plus en plus le dégoût et le rejet de l’armée américaine et de ses méthodes : paroles humiliantes, opérations nocturnes contre les civils. Tout cela finit forcément par s’accumuler dans le sentiment anti-américain. Or, pour un soldat afghan de base, il n’y a guère de différence entre un soldat américain et un militaire français.

Pourtant, il y en a bien une, qu’on ne relèvera jamais. Les hommes qui périssent en Afghanistan sont des militaires chevronnés et formés. Nous pouvons même dire que ce sont les meilleurs d’entre eux. L’armée américaine a beaucoup moins de scrupules pour ceux qu’elle envoie au front. Ce sont des haïtiens, des latinos en quête de papier. Nous avons suivi le parcours d’un d’entre eux pour la carte verte, après le tremblement de terre de Port-au-Prince. Engagé en août 2009, six mois de formation aux Etats-Unis, six mois sur la base d’Okinawa au Japon et le voilà arrivé, la semaine dernière en opération en Afghanistan, la tête bourré de préjugés, à peine formé au maniement des armes et sans aucune notion de civilisation.

Ces soldats américains, qu’on rencontre sur le terrain, n’ont donc rien à voir avec l’intelligence et la formation morale de nos soldats avec lesquels, par la faute de la haute hiérarchie militaire, ils seront pourtant confondus. C’est à ce titre que l’amiral Edouard Guillaud, toujours à la remorque des politiques, y compris comme artisan de la charia-cratie en Libye, peut être considéré comme responsable de l’aveuglement stratégique de la position française, à la différence du général Desportes. Le patron de l’Ecole de Guerre avait, à l’été 2010, tiré la sonnette d’alarme dans Le Monde, en un texte incisif mais clairvoyant, pour lequel le pacha Guillaud, dans une colère noire, s’empressa de le limoger avec fracas, puisque Nicolas Sarkozy, en lisant l’article du Général Desportes, était rentré dans un état sauvage !

La fin de la France en tant que nation? Ce n’est pas seulement les échecs de la politique de la ville en banlieue, la désindustrialisation de l’économie. C’est aussi la dépendance stratégique dans lequel la lâcheté de l’état-major français et les  diplomaties atlantistes de nos politiques nous ont conduits. Un constat pour l’armée française amer, violent et sans concessions de la fin de la « France ».

Michel Lhomme (Metamag, 25 janvier 2012)