Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Afghanistan : une débâcle militaire et idéologique qui doit nous faire réfléchir...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Caroline Galactéros, cueilli sur Geopragma et consacré à la débâcle américaine en Afghanistan.

Docteur en science politique, Caroline Galactéros est l'auteur de  Manières du monde, manières de guerre (Nuvis, 2013) et de Vers un nouveau Yalta (Sigest, 2019). Elle a créé en 2017, avec Hervé Juvin, entre autres, Geopragma qui veut être un pôle français de géopolitique réaliste.

Kaboul_Talibans.jpg

Quand le dernier avion américain quitte l'aéroport de Kaboul...

 

Afghanistan : une débâcle militaire et idéologique qui doit nous faire réfléchir

Beaucoup a été dit sur le retrait désastreux des forces américaines d’Afghanistan, après 20 ans d’une présence massive et dispendieuse qui a échoué à construire, ou même à ébaucher, un État, des institutions, une armée afghane, moins encore à homogénéiser une société civile autour de valeurs et pratiques occidentales avec lesquelles la structure tribale et clanique du pays comme sa géographie cloisonnée sont par essence incompatibles. Le « cimetière des empires » porte décidément bien son nom.

Mais l’Amérique, qui depuis des années déjà, sentait le vent tourner et la nécessité croissante de concentrer ses efforts sur la zone indopacifique – épicentre de sa confrontation avec Pékin – préparait sa reddition déguisée en changement de pied. Ses émissaires discutaient plus ou moins discrètement avec les Talibans. Elle se retire aujourd’hui dans un savant désordre, sans aucun scrupule ni gêne « morale » particulière vis à vis du peuple afghan dont la « libération » n’aura, comme ailleurs, été qu’un prétexte à une ingérence aux objectifs infiniment plus vastes et concrets.

En effet, la grande question que personne ne pose jamais, c’est : pourquoi les USA sont-ils restés 20 ans en Afghanistan ? Pas pour les femmes afghanes ni pour le Nation building, ni même pour la traque de Ben Laden (auquel on laissa néanmoins, comme à son beau-père le Mollah Omar, chef des Talibans d’alors, un bon mois pour s’échapper …)

Ce retrait chaotique est un écran de fumée qui permet, en mettant le focus sur l’aspect humanitaire certes préoccupant, de faire passer les Américains pour les (anciens) garants de l’évolution sociale et de la libération des femmes, escamotant du même coup le caractère profondément illégitime de cette ingérence occidentale et ses motivations éminemment prosaïques parmi lesquelles :

  • Étendre le spectre d’intervention de l’OTAN en Asie centrale avec pour une fois un vrai mandat puisque les membres de l’Alliance avaient alors pour la première fois, invoqué l’article 5 du Traité de l’Atlantique Nord après les attentats du 11 septembre ;
  • Gêner la Russie en favorisant l’éparpillement djihadiste en Asie centrale ;
  • Gêner l’expansion de l’influence iranienne (qui a déjà plus de 3 millions d’Afghans sur son sol et dont on peut gager que la cacophonie actuelle risque de projeter une nouvelle masse vers le territoire iranien, contribuant à aggraver la crise économique) ;
  • S’appuyer sur le Pakistan contre l’Inde soutenue par la Russie ;
  • Contrôler la production de Lithium (alors indispensable à la croissance chinoise via la fabrication des smartphones).

La crise actuelle n’est donc pas qu’une opération de retrait mal préparée et précipitée. C’est avant tout la démonstration grandeur nature du cynisme total de la politique étrangère américaine.

Cela rappelle d’ailleurs furieusement la politique américaine en son temps au Kosovo : à partir de l’été 1998, les États-Unis avaient, sans crier gare, rayé l’UCK (armée révolutionnaire albanaise du Kosovo) de la liste des organisations terroristes alors que celle-ci était aux mains de véritables criminels qui semaient la terreur dans la province serbe (Hacim Thaci et ses sbires Ceku, etc..). Soudainement légitimes et fréquentables, les leaders de l’UCK furent institués par les Américains en interlocuteurs privilégiés à même de discuter des conditions de la paix (c’est-à-dire de la guerre contre la Serbie récalcitrante et soutenue par Moscou) qui seront plus tard imposées à toutes les autres chancelleries occidentales. Ça a donné les pseudo « Accords de Rambouillet », évidemment inacceptables pour Belgrade, et le prétexte au lancement des frappes de l’OTAN en mars 1999. Le cynisme de la manœuvre américaine est plus manifeste encore dans le cas Afghan, si l’on considère que le retrait a été négocié en contrepartie de l’abandon aux Talibans d’une quantité impressionnante d’armements, vestiges des 85 milliards de dollars d’équipements déversés dans le cadre des programmes US « train, advise and assist » de l’armée et de l’administration afghanes durant 20 ans. Un ancien responsable américain du « Procurement program » mentionnait récemment (certes à visée partisane) les 75 000 véhicules légers et lourds (60 chars légers, 12 lourds), les 50 canons ou mortiers lourds, les 7 drones militaires, les 200 avions et hélicoptères (24 dont nombre de Black Hawk et les 600 000 armes légères abandonnés aux nouveaux maitres de Kaboul). Mais le pire est ailleurs. Les Talibans se sont vu concéder les technologies (lunettes de vision nocturne, de Scanners des yeux et d’empreintes digitales) et les bases de données biométriques et biographiques américaines dernier cri leur permettant de cibler et réprimer tous les Afghans (et ils sont des centaines de milliers) qui ont de près ou de loin collaboré avec les Américains depuis 20 ans ! Les USA leur donnent ainsi ni plus ni moins les clefs de la maitrise et de la surveillance de la population, la liste de tous ceux qu’il faut éliminer ou marginaliser !

Le Nation building est une utopie une fois encore consacrée dans les faits. Il n’y a plus rien à gagner pour Washington à demeurer dans ce pays et à risquer un nouvel enlisement humiliant… si ce n’est à favoriser désormais la déstabilisation du pays en comptant sur les forces de résistance diverses au pouvoir Taleb (cf. le fils du commandant Massoud et d’autres) et en s’appuyant parallèlement sur le Pakistan. Il s’agit désormais pour Washington de gêner Russes, Iraniens et Chinois qui ont, eux, tout intérêt à stabiliser le pays (donc le pouvoir Taleb) afin de contrôler les agissements des groupuscules islamistes (EI-Khorassan et Al Qaida) pour éviter les transferts de djihadistes en Asie centrale (pour Moscou),  de contrôler l’instrumentalisation des Ouighours (pour Pékin) et de limiter l’afflux de réfugiés chiites afghans (pour Téhéran). Ces considérations sécuritaires nourrissent le pragmatisme de ces puissances régionales.

Le fiasco humanitaire sur lequel les médias mondiaux se sont concentrés n’est donc que l’arbre qui cache une forêt profonde et dangereuse : celle des influences multiples, convergentes ou parfois antagonistes de voisins qui jouent dans ce pays et à ses dépens ultimes, une partie mondiale.

Il est remarquable de constater que Iraniens comme Russes, Chinois, et même Turcs et Qataris (qui ont accueilli les Talibans à Doha depuis des années), entretiennent des relations éminemment pragmatiques avec les Talibans.

Tandis que la Russie renforce son contrôle sécuritaire régional dans une stratégie d’interdiction sur sa façade occidentale, en réponse aux manœuvres militaires de l’OTAN , ainsi que de réassurance de ses alliés centre asiatiques comme en témoignent les manœuvres militaires Zapad et Rubezh en cours, L’Iran est sans doute le principal bénéficiaire du retour des Talibans au pouvoir en terme d’influence régionale mais aussi dans le cadre de son alliance de plus en plus structurante avec Pékin qui d’ailleurs renforce singulièrement la main du nouveau président, à l’heure actuelle, dans le cadre de la renégociation voulue par les USA du JCPOA.

Dans ce contexte, les déclarations fracassantes de John Bolton au Washington Post, qui appelle désormais à frapper préventivement le Pakistan car il craindrait qu’ils ne se servent des 150 têtes nucléaires, … que les USA leur ont permis d’acquérir, semblent une mauvaise farce, à moins que ce ne soit le comble du cynisme.

Quand on l’entend aujourd’hui oser s’insurger contre le Pakistan, sembler découvrir le pouvoir tenu par les services secrets pakistanais et l’armée, s’inquiéter de la bombe pakistanaise et appeler à des frappes préventives, on croit rêver. « The Chicken Hawk » (surnom donné par Trump à Bolton car « planqué » pendant le Vietnam mais fana de toutes les guerres) exploite l’ignorance et la mémoire de poisson rouge des opinions et leaders occidentaux. C’est juste inaudible !  Il vient nous expliquer aujourd’hui qu’il aurait « découvert et enfin compris que les Pakistanais étaient de dangereux extrémistes, que le pays était aux mains de l’ISI (Services de Renseignement pakistanais) et des militaires, et jouait un double jeu !!!! Ce n’est pas un scoop !

Soit cet homme est affligé d’une cécité meurtrière soit « Il nous prend pour des truffes ». C’est lui-même, alors au Département d’Etat en charge des questions de désarmement qui poussa George Bush junior, quelques semaines après le 11 septembre, à quasi effacer la dette pakistanaise, poussant les membres des Clubs de Paris et Londres à en « restructurer » une partie considérable, à inonder le pays d’aides multiples notamment bilatérales à hauteur de 6 milliards de dollars au prétexte d’en faire un « allié stratégique » de l’Amérique dans sa « War on Terror » …. Alors que le Pakistan était le sanctuaire de croissance et de protection des Talibans (et l’est resté jusqu’à aujourd’hui), à coopérer étroitement avec l’ISI (les Services secrets pakistanais), et last but not least, à trouver normal que le pays soit devenu atomique avec l’argent de son allié saoudien et l’appui indirect des technologies occidentales (depuis des années déjà pour gêner à l’époque Moscou qui appuyait Dehli.). L’imposture est énorme. Mais nul ne se risque naturellement à en piper mot dans les médias européens, et « ça passe crème ».

La réalité, c’est que les USA ont bloqué la Russie et l’Iran depuis 40 ans en se servant notamment de l’extrémisme sunnite partout dans le monde, c’est qu’ils sont les concepteurs et les auxiliaires (avec l’argent Saoudien et la CIA) du djihadisme mondial depuis les Freedom fighters afghans des années 80, mais que cela ne peut durer éternellement. Ils ont désormais mieux à faire, et partent en essayant indirectement de montrer au monde combien leur départ est un drame pour la population afghane…dont ils n’ont jamais eu rien à faire ! Le sort tragique des femmes afghanes est un leurre finalement peu coûteux qui cache sans vergogne la forêt d’un accord parfaitement assumé avec les Talibans. Cette déroute humiliante n’en est donc que partiellement une. Les US s’en vont et changent de braquet tout simplement, ils lâchent leurs alliés comme ils l’ont fait partout ailleurs. Car l’idée de la manœuvre US de retrait en désordre n’est autre que de laisser s’égailler les islamistes en Asie centrale pour gêner Moscou et Téhéran. « ISIS-K » est le nouveau monstre, en fait de la résurgence de l’EI dans les provinces afghanes.

Comme nous l’avons vu, Les gagnants sont, au plan stratégique, les Russes, les Iraniens et les Chinois, qui vont remplir le vide laissé par les États-Unis, et qui vont pouvoir monitorer de près les islamistes locaux.  Mais les gagnants de second rang sont aussi les Turcs et Qataris (qui ont hébergé et financé les Talibans depuis toujours).

Au-delà, Cette déroute est aussi celle, magistrale, de l’occidentalisme déjà mis à mal et lourdement décrédibilisé par les ingérences désastreuses, sous la bannière cynique d’une modernité ignorante, présomptueuse, aveugle et violente en Syrie, en Libye et jusqu’au Yémen.

Même si, sous l’effet d’un sortilège puissant, l’humilité et le remords saisissaient aujourd’hui les politiques américains et leurs vassaux européens, le mal semble fait, et la bascule des forces et des influences s’est produite. Le vide moral, éthique, politique et désormais militaire, laissé par l’interventionnisme américain a ouvert de vertigineux espaces aux influences iranienne, russe, et chinoise. Il est bien trop tard pour battre notre coulpe et demander pardon aux peuples martyrisés au nom de « la guerre contre la terreur » et contre une engeance islamiste sous ses divers avatars dont nous avons été les concepteurs et les parrains.

Que fait et qu’a d’ailleurs fait la France dans cette galère ? Rien, comme dans les autres ! Le Nation building est idiot, illégal et illégitime. Il ne fait que nourrir la dynamique terroriste. Pour la France, il est grand temps d’ouvrir les yeux sur notre politique étrangère suiviste, dépourvue de vision et de prise en compte de nos intérêts stratégiques et sécuritaires propres. Elle est un désastre pour notre crédibilité et notre influence. L’ingérence militaire ne produit plus d’influence, tout au contraire. L’OTAN va se redéployer en fonction du nouvel agenda de sécurité US orienté vers la Chine et la Russie. Qu’avons-nous à faire et à gagner dans ces impasses ? Rien. Juste une marginalisation accrue sur la scène mondiale et une incapacité à mesurer et gérer l’enjeu sécuritaire d’un afflux de réfugiés afghans sur le territoire national, qui n’est pas négligeable. Comme on l’a déjà vu depuis quelques semaines, il y a des djihadistes en puissance parmi ceux qui sont récupérés et sans doute aussi des « crypto-Talibans » habilement mêlés, sous couverture de « réfugiés », à ceux qui voulaient fuir le pays (employés locaux de notre ambassade, d’ONG, interprètes). N’oublions pas que ce sont les Talibans qui faisaient le tri à l’entrée de l’aéroport en vertu d’un accord avec les USA… ! Ils peuvent avoir mis des « bombes à retardement-cellules dormantes » en France et en Angleterre notamment. Il est probable que nous soyons à la veille d’une campagne d’attentats en Europe et même aux USA. La campagne présidentielle en France constitue à cet égard une sanglante fenêtre d’opportunité. L’Afghanistan va redevenir un vivier de terrorisme islamiste et de renaissance de l’Etat-islamique version locale. L’ONU estime que 15 des 34 provinces afghanes sont infestées par Al Qaida ou ISIS-K.

Enfin, et plus largement encore, la nullité spectaculaire des Américains pour organiser un retrait pourtant prévu depuis des mois, est de bon augure du point de vue chinois en cas de crise à Taiwan : si Taiwan était envahie ou prise par Pékin, comment voudrait et pourrait réagir Washington ? Tous les alliés africains et asiatiques des États-Unis doivent se poser la question en ce moment.

Nous assistons à une bascule considérable des rapports de puissance et d’influence, en germe depuis déjà 20 ans mais qui s’accélère dangereusement. Ce n’est pas Berlin en 1989, mais on n’en est pas si loin non plus. Avec la démonstration inverse : la déroute occidentale s’aggrave. Le déni aussi. Et la France doit d’urgence recouvrer sa souveraineté de pensée et de décision pour ne pas être embarquée dans cette chute vertigineuse.

Caroline Galactéros (Geopragma, 6 août 2021)

Lien permanent Catégories : Géopolitique, Points de vue 0 commentaire Pin it!

Écrire un commentaire

Optionnel