Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/01/2018

Miroir du nihilisme...

Les éditions Galilée ont publié récemment un essai de Michel Onfray intitulé Miroir du nihilisme - Houellebecq éducateur. Philosophe, fondateur de l'université populaire de Caen, Michel Onfray est notamment l'auteur de Cosmos (Flammarion, 2015) et de Décadence (Flammarion, 2017).

Onfray_Miroir du nihilisme.jpg

" Le grand romancier est celui qui, tel le Voyant de Rimbaud, montre un réel qu'on n'a pas vu ou, dans le réel, ce qu'on n'y aura pas vu. Dans Soumission, Michel Houellebecq creuse son sillon ironique en proposant l'aventure de la collaboration : ce livre est en effet le grand roman de la collaboration. La soumission aux puissants du moment relève de l'éthologie : elle suppose la fascination des âmes en peine pour la puissance qui les méprise et veut leur sujétion. Soumission est un miroir tendu à la face des collaborateurs ; comment ceux-là auraient-ils pu s'y mirer sereinement ? La réception de cette oeuvre renseigne sur le fonctionnement de notre époque. L'intelligentsia, si prompte dans l'histoire à jouir de la botte qui lui écrase le visage, s'est grandement déchaînée contre l'homme qui annonce le cancer et qu'on rend responsable de la maladie qu'il diagnostique. Ce Miroir du nihilisme fait de Michel Houellebecq un éducateur au sens que Nietzsche donnait à ce mot quand il parlait de Schopenhauer. "

Plongée dans les profondeurs du Darknet...

Nous reproduisons ci-dessous un entretien donné par Laurent Gayard au Figaro Vox dans lequel il évoque le Darknet, internet crypté, refuge des trafiquants les plus divers, mais aussi des hackers et autres pirates. Enseignant en classes préparatoires, Laurent Gayard collabore à la Revue des deux Mondes, au magazine Causeur et à la revue Conflits.

darknet.jpg

Avec Laurent Gayard, plongée dans les profondeurs du Darknet

FIGAROVOX.- Votre dernier livre s'intitule Géopolitique du Darknet, mais d'abord, qu'est-ce que le «Darknet»? Quelle différence avec le dark web ou le deep web ?

Laurent GAYARD.- Le terme «Darknet» a été utilisé par quatre ingénieurs de Microsoft dans un article de 2003. Il désignait à ce moment-là les réseaux de téléchargement illégal. Aujourd'hui, il désigne tout réseau parallèle crypté ou nécessitant un protocole très spécifique afin de s'y connecter. Le terme de «deep web», «web profond», est encore souvent confondu avec le «darknet», «l'Internet caché». Ce sont pourtant deux choses différentes. Le «deep web» ou «web profond» désigne tout simplement l'ensemble des pages ou des sites qui ne sont pas référencées par les moteurs de recherche traditionnels. Le «deep web» en fait, ce n'est rien d'autre que l'ensemble des données qui se sont accumulées en vrac depuis la création d'Internet qui compte aujourd'hui plus d'un milliard trois cents millions de sites. Le «darknet», c'est l'ensemble des réseaux cryptés qui existent sur Internet. Cela ne représente que moins de 0,05 % du volume de données sur Internet et on devrait parler plutôt des darknets, car il y en a plusieurs: Freenet, I2P, Tor…

Qu'est-ce qui vous a conduit à vous intéresser à ce sujet?

Cette idée de réseaux cachés est tout de même fascinante! Quand j'étais gamin, j'étais passionné par tout ce qui avait un rapport avec les fonds océaniques, l'océanographie, la fosse des Mariannes… Et j'ai trouvé un jour une fosse des Mariannes électronique. Plus sérieusement, il y a une question politique cruciale derrière tout cela: Internet est par essence un espace déterritorialisé. Bien sûr, ce réseau informatique repose sur une structure physique - câbles, satellites, centres de données - mais celle-ci est désormais mondiale et décentralisée même si les États-Unis hébergent encore les plus importants centres de données. La difficulté qu'on rencontre à intervenir sur ces réseaux cryptés pose des questions cruciales en termes de capacité juridique nationale et internationale et en termes de gouvernance mondiale.

Alors que Facebook et Twitter sont les lieux de la transparence absolue, peut-on dire que le Darknet est l'espace de l'anonymat et de la liberté? Y trouve-t-on l'esprit originel du web avec une forme de liberté d'expression totale?

Facebook et Twitter ne sont pas des lieux de transparence absolue. En théorie, les deux réseaux sociaux imposent de créer des comptes sous son véritable patronyme. En réalité, les comptes factices pullulent et il existe donc bien souvent une dissymétrie entre celui qui invective et insulte, protégé par son avatar virtuel et celui ou celle qui est insulté sous son vrai nom. Le masque peut imposer une civilité… À partir du moment où tout le monde porte un masque. Sur les darknets, tout le monde est caché. Cela laisse libre cours sur certains sites ou forums à tous les abus mais on s'aperçoit avec la pratique que les «darknautes» qui fréquentent des forums sérieux sont obligés de policer leur langage s'ils ne veulent pas se faire mettre à l'index par le reste de la communauté.

Cela rappelle beaucoup les premiers temps d'Internet, à la fin des années 90 et au début des années 2000, quand l'anonymat était encore la règle, avant que les réseaux sociaux n'imposent l'extraversion. Facebook exige cependant un peu plus de tenue mais Twitter ressemble de plus en plus à un défouloir où les gens viennent s'insulter, s'invectiver et se clouer au pilori à la moindre occasion. C'est aussi parce que la fréquentation y est massive et que le mélange des genres entre transparence et pseudonyme crée des rapports souvent malsains. Les darknets sont par ailleurs des univers peu intuitifs, un peu intimidants, dans lesquels il n'est pas évident de s'orienter de prime abord. Ce qui ne met pas dans des dispositions psychologiques qui autorisent à débarquer sur un forum pour invectiver tout le monde. En tout cas, un fait amusant, c'est qu'une version «darknet» de Facebook existe désormais sur le réseau Tor…

Le Darknet est aussi le refuge des lanceurs d'alerte et des cryptoanarchistes… Comment Snowden et Assange ont-ils utilisé ce réseau parallèle?

Wikileaks, le site fondé par Julien Assange en 2006, utilise notamment Tor pour permettre aux «lanceurs d'alerte» de poster documents, révélations et informations sans compromettre leur identité. Le réseau Tor est actuellement le plus populaire des darknets. Il comptait quelque 400 000 à 500 000 utilisateurs quotidiens avant que n'éclate l'affaire Snowden et sa fréquentation a été multipliée par quatre en deux mois après les révélations de l'ancien agent de la NSA. Il s'agit d'un réseau parallèle et confidentiel qui rassemblerait plus de 60 000 sites et garantit l'anonymat et la confidentialité des échanges en cryptant les flux par couches successives, d'où son nom un peu étrange: «The Onion Router» (TOR), le «routeur en oignon».

Derrière cet ésotérisme cyber-potager se cachent des opérations complexes qui font passer la connexion de tout utilisateur par une série de points à partir desquels son adresse électronique est constamment modifiée. Jusqu'à preuve du contraire, la NSA n'aurait jamais réussi à «casser» le réseau Tor et Edward Snowden lui-même déclare l'utiliser et en recommande l'usage, tout comme le site Wikileaks qui explique même comment l'installer et l'utiliser. Dans le documentaire Citizenfour, la journaliste Laura Poitras souligne que Snowden utilisait aussi Tails («The Amnesic Incognito Live System»), le système d'exploitation amnésique et anonyme…Un équivalent de Windows qui se lance à partir d'une clé USB, ne garde rien en mémoire des activités de l'utilisateur et utilise aussi Tor comme navigateur. Le réseau Freenet n'est pas en reste lui non plus, largement utilisé aussi par Wikileaks ou d'autres sites de lanceurs d'alerte.

Le Darknet a aussi une face sombre: c'est le lieu privilégié des cybercriminels, pédophiles terroristes, trafiquants de drogue ou d'armes. Peut-on parler de «zone de non-droit» virtuelle?

Oui, absolument. Parce qu'il ne faut pas se voiler la face et que ces réseaux cryptés, par l'anonymat qu'ils assurent à ceux qui les utilisent, donnent aussi asile à des activités parfaitement illégales, du trafic de drogue au trafic d'armes en passant par la pornographie illégale et la pédopornographie. Internet lui-même n'est pas exempt d'activités aussi moralement et légalement condamnables mais les darknets rendent l'identification de ceux qui s'y adonnent très compliquée. Il a fallu deux ans d'enquête au FBI pour infiltrer le site Silk Road, véritable supermarché de la drogue sur Tor, et arrêter son propriétaire Ross Ullbricht. Et encore le site a-t-il redémarré rapidement sur Tor, puis sur le réseau I2P.

Quelquefois, ce sont d'autres forces de coercition qui se substituent aux États: en 2011, les Anonymous ont lancé une «Opération Darknet» pour attaquer une quarantaine de sites pédophiles sur le réseau Tor. C'est très difficile pour les États d'intervenir car cela demande des moyens d'investigation importants et beaucoup de temps pour traquer les criminels sur les réseaux cryptés. Sans compter que même la NSA s'est cassé les dents sur le décryptage du réseau Tor. Cela pose aussi d'autres problèmes de sécurité. En 2016, Bernard Cazeneuve déclarait que «ceux qui nous frappent [les terroristes] utilisent le réseau Tor». Il existe bien un guide du djihadiste sur Tor, diffusé en 2015 mais il reste assez difficile de savoir si cet outil est vraiment très utilisé par les terroristes en puissance. Là encore, l'utilisation du réseau et la mise en place d'un site Tor demande quelques connaissances techniques pas inabordables mais nécessitant tout de même un peu de travail.

L'autre menace qui inquiète les États, c'est le développement du piratage informatique. Les attaques d'avril et mai 2017 ont été les premières attaques pirates globales (plus de 150 pays touchés) et elles ont utilisé des logiciels vendus sur des forums du darknet devenus de véritables places de marchés pour les pirates qui monnayent identifiants mails ou de comptes en banque, données piratées, logiciels, failles d'exploitation. C'est un véritable problème économique et sécuritaire.

Les États eux-mêmes l'utilisent-ils pour leurs cyberattaques?

Les Etats aussi lancent des cyberattaques. Un précédent historique est celui de l'Estonie, paralysée par une cyberattaque russe en 2007, ou la Géorgie, dont l'invasion éclair en 2008 avait été précédée d'une vaste cyberattaque. Un instrument comme Tor a été développé avec les fonds de la Navy dans les années 90. Il devait servir au départ de plate-forme de communication cryptée pour les agents américains jusqu'à ce que Paul Syverson, l'un des informaticiens en charge du projet, annonce à l'un de ses supérieurs: «Si vous avez un système qui dépend uniquement de la Navy, tout ce qui en sort est lié de manière évidente à la Navy. Vous avez besoin d'un réseau qui supporte un trafic ouvert à d'autres gens.» C'est le cas aujourd'hui: Tor n'est plus propriété de la Navy, son développement est géré par une ONG et le public qui le fréquente est très divers… et compte sans doute aussi nombre de représentants des agences de sécurité et de renseignements de différents pays.

«Vous n'avez aucune souveraineté là où nous nous réunissons. Nous formons notre propre contrat social», proclamait la «déclaration d'indépendance du cyberespace». À terme, ce cyberspace peut-il déstabiliser les État-nations?

La citation est de John Gilmore, personnage haut en couleur de la nébuleuse «crypto-anarchiste» des années 90 qui fut aussi parolier du groupe de rock psychédélique Grateful Dead. Ce type de déclaration - celle-là fut faite en 1996 - correspond à une période de développement d'Internet où nombreux étaient ceux qui pensaient que le réseau allait remettre en cause la domination des États et des multinationales et libérer les individus. Cela n'a pas vraiment été le cas. Les darknets aujourd'hui peuvent alimenter les mêmes fantasmes de «zones autonomes virtuelles» qui succéderaient aux «zones autonomes temporaires» de l'auteur anarchiste Hakim Bey, mais il est peu probable tout de même que ces réseaux, aussi difficiles soient-ils à appréhender pour les arsenaux législatifs nationaux, puissent menacer l'existence-même des États, confrontés à des menaces bien plus concrètes. En revanche, il est certain que ces réseaux peuvent échapper en partie au contrôle des États, ce qui peut s'avérer d'ailleurs tout à fait vital pour les opposants politiques ou dissidents dans les régimes autoritaires.

N'y a-t-il pas finalement davantage à craindre des GAFA sur ce plan?

Il y a certainement plus à craindre en effet de mastodontes tels que Facebook ou Google qui ont réussi à créer de véritables écosystèmes technologiques et économiques sur Internet et qui sont par ailleurs les plus grands collecteurs de données personnelles, au détriment du droit à la protection de la vie privée de leurs utilisateurs. Ces données personnelles représentent un marché en plein essor au point que certains spécialistes n'hésitent pas à comparer le marché des données privées au «pétrole du XXIe siècle». Cette question est d'ailleurs une pomme de discorde entre les États-Unis et l'Union Européenne qui veut contraindre les GAFA et les autres entreprises numériques à respecter le droit à la protection des données personnelles des citoyens de l'UE. Le Règlement Général sur la Protection des Données Personnelles (RGPD), dont le principe a été avalisé en 2016 par la Commission européenne, sera activé le 25 mai prochain. Il contraindra toutes les entreprises, y compris hors-UE et y compris les GAFA, à ne plus conserver aucune donnée personnelle sans l'autorisation des clients et usagers, sous peine d'une amende pouvant aller jusqu'à 4 % du chiffre d'affaires de l'entreprise visée. Dans le cas de Facebook ou de Google, on arriverait à des montants colossaux.

Vous écrivez qu'en 2030, on aura 130 millions d'objets qui seront connectés. Comment réglementer cela?

La question rejoint la précédente et en amplifie la réponse. Dans un univers où l'individu est environné d'objets connectés, la question de la protection des données personnelles et de la protection contre le piratage informatique devient cruciale mais la réglementation reste largement à concevoir ou à repenser.

Laurent Gayard, propos recueillis par Alexandre Devecchio (Figaro Vox, 26 janvier 2018)

30/01/2018

Le vrai visage du Moyen Age...

Les éditions Vendémiaire viennent de publier un ouvrage collectif dirigé par Nicolas  Weill-Parot et Véronique Sales et intitulé Le vrai visage du Moyen Age - Au-delà des idées reçues. Nicolas Weill-Parot est directeur d’études à l’École pratique des hautes études, et Véronique Sales est agrégé de lettres modernes.

 

Weil-Parot_le-vrai-visage-du-moyen-age.jpg

" Que la violence y ait régné sans partage, que les puissants y aient exercé une impitoyable domination sur les faibles, que la justice y ait été cruelle et expéditive, qu’une religion fanatique y ait régenté la vie des hommes, à peine tempérée par les superstitions les plus extravagantes, qu’on n’y ait eu que de très approximatives connaissances dans les domaines de la science, de la médecine ou de l’hygiène, qu’on y ait méprisé les femmes et méconnu tout ce qui était étranger aux frontières de l’Occident, pour la majorité d’entre nous, cela ne fait aucun doute : le Moyen Âge, interminable parenthèse entre les accomplissements de l’Antiquité et les merveilles de la Renaissance, est le point de référence obligé lorsqu’on veut dénigrer les temps obscurs auxquels nous avons échappé pour accéder enfin à la modernité.

Autant d’idées reçues que les plus grands spécialistes français de la question contestent avec force. Nous permettant d’aller, enfin, à la rencontre de cette période charnière dans l’histoire de l’Europe : le moment où elle s’est constituée, avec des formes de vie politique et sociale qui ont perduré jusqu’à nos jours. "

Alain de Benoist : « Ce n’est pas la puissance des États-Unis qui est atteinte, mais leur certitude morale… »

Nous reproduisons ci-dessous entretien avec Alain de Benoist, cueilli sur Boulevard Voltaire, dans lequel il évoque les États-Unis et la présidence Trump... Philosophe et essayiste, Alain de Benoist a récemment publié Le moment populiste (Pierre-Guillaume de Roux, 2017), Ce que penser veut dire (Rocher, 2017) et L'écriture runique et les origines de l'écriture (Yoran, 2017).

Alain de Benoist 2.jpg

 

Alain de Benoist : « Ce n’est pas la puissance des États-Unis qui est atteinte, mais leur certitude morale… »

Depuis son accession à la Maison-Blanche, nos médias donnent dans le « Trump bashing » systématique. Il n’empêche qu’à la lecture de Fire and Fury, livre qui vient de lui être consacré, une question brutale se pose : Donald Trump est-il fou ?

Je ne sais pas s’il est fou, mais ce qui est sûr, c’est qu’il paraît complètement cinglé. Vous vous rappelez sans doute que, dès avant son élection, j’avais pris soin de distinguer le « phénomène Trump », phénomène populiste traduisant le ressentiment des « angry white men » vis-à-vis de l’establishment, qui me paraissait très positif, et le personnage même de Trump, vis-à-vis duquel je nourrissais des sentiments pour le moins partagés. J’ai vu, ensuite, une certaine droite plonger dans la « Trumpmania », ce qui ne m’a pas paru plaider en faveur de ses capacités d’analyse. Depuis lors, il n’y a pratiquement pas de jour où, dans sa façon d’être comme sa façon de faire, « The Donald » ne donne l’impression d’être un grand caractériel égocentrique, immature, inculte et paranoïaque, à quoi s’ajoute l’incompétence d’un homme qui n’a d’autre expérience de la politique que l’immobilier et la télé-réalité.

Entendons-nous bien. Je ne regrette pas un instant la défaite de l’abominable Hillary Clinton. Je ne dis pas, non plus, que tout ce que fait Trump est nécessairement négatif. Je tiens compte, aussi, de la mauvaise foi de ses ennemis, pour lesquels je n’éprouve pas la moindre sympathie. Cela dit, les ennemis de nos ennemis ne sont pas toujours nos amis, et les critiques d’un Steve Bannon ne sont quand même pas à négliger. Au passif de Trump, je mettrais personnellement sa politique fiscale essentiellement favorable à Wall Street (« business first »), son indifférence monstrueuse pour les problèmes d’environnement, et surtout sa politique étrangère qui vise apparemment à créer un axe américano-israélo-saoudien opposé à l’axe Moscou-Damas-Téhéran, en privilégiant les sunnites contre les chiites. S’ajoutent à cela les menaces de guerre qu’il fait peser contre l’Iran, la Syrie, la Corée du Nord, voire la Russie, à la façon d’un Docteur Folamour lancé dans une lamentable guerre des boutons (« C’est moi qu’ai le plus gros ! ») avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un qui, malgré tous ses défauts, apparaît, à la limite, comme presque moins cinglé que lui !

Donald Trump, en définitive, est un homme essentiellement imprévisible. Or, c’est sans doute ce qu’il y a de pire en politique. Un chef d’État imprévisible peut faire le pire comme le meilleur. Mais ce qui est impossible, c’est de lui faire confiance.

Les récentes équipées militaires américaines se sont toutes soldées par des échecs. En contrepoint, la Russie, la Syrie et l’Iran n’ont cessé de marquer des points. S’ajoutent à cela les difficultés intérieures du pays. Le colosse américain aurait-il des pieds d’argile ? Pourrait-on même parler de déclin des États-Unis ?

Les difficultés que traversent aujourd’hui les États-Unis sont probablement parmi les plus sérieuses qu’ils ont connues depuis des décennies. En dépit d’un budget militaire supérieur à tous les autres budgets militaires de la planète, ils n’ont pas gagné une seule guerre depuis plus de quarante ans, leur armée est présente partout mais victorieuse nulle part (ils sont simplement parvenus à raser le Proche-Orient), leur dette publique atteint des sommets sans précédent et leur part dans le PIB mondial a chuté de plus de 20 % depuis 1989. Cela dit, je crois que ce serait une grave erreur d’en conclure que leur hégémonie est en passe de s’effondrer. L’expérience historique montre qu’il ne faut jamais sous-estimer les Américains, qui restent quand même la première puissance politique, militaire, économique et technologique de la planète. Ce que l’on peut dire, en revanche, c’est que leurs capacités d’expansion impériale semblent avoir atteint leurs limites, et surtout qu’ils sont moins disposés, au moins pour l’instant, à se présenter comme la « nation indispensable » dont parlait Madeleine Albright, c’est-à-dire comme les gendarmes d’un monde où ils auraient pour vocation d’imposer leur modèle. On pourrait dire, de ce point de vue, que ce n’est pas leur puissance qui est atteinte, mais leur certitude morale. C’est leur capacité et leur volonté de parler au nom du monde entier qui a disparu.

Après la Méditerranée et l’océan Atlantique, le centre de gravité politique s’est depuis longtemps déplacé dans le Pacifique. Quid de l’Europe dans ce jeu aux cartes désormais rebattues ?

Bien sûr que la façade Pacifique est essentielle. Mais depuis des décennies qu’on le répète, ce serait, là aussi, une erreur de croire que les États-Unis peuvent se désintéresser de l’Europe et du Proche-Orient. Ils savent que le XXIe siècle sera plus probablement un siècle chinois qu’un siècle américain, mais ils savent aussi très bien que l’Eurasie reste le centre géopolitique du monde. Quant à l’Europe, elle est comme d’habitude aux abonnés absents. Mais on note, cependant, que l’atlantisme n’est plus le réflexe automatique qu’il était au temps de la guerre froide. Il n’y a plus de mystique de l’atlantisme. Le refus des États européens de suivre Trump dans son projet de remise en cause de l’accord nucléaire iranien est, à cet égard, révélateur. Même les Européens semblent avoir intégré le fait que le monde est devenu multipolaire et que l’Amérique n’est plus nécessairement le pays qui donne le ton. C’est déjà très important.

Alain de Benoist, propos recueillis par Nicolas Gauthier (Boulevard Voltaire, 23 janvier 2018)

29/01/2018

Le second Emsav...

Les éditions du Lore viennent de publier un livret de Venig Ar Ruz intitulé Second Emsav - Petit précis du nationalisme breton 1918-1945.

 

Venig Ar Ruz_Second emsav.jpg

" Communément appelée Second Emsav, la période 1918- 1945 voit le mouvement breton se radicaliser.

Des premiers tâtonnements de ce nationalisme incisif jusqu’à ses prises
de position sous l’Occupation allemande, ce petit précis revêt un intérêt tout particulier pour le lecteur soucieux de connaître les grandes lignes de ce Risorgimento breton. "

La crise dans les prisons, sismographe de l’état de ruine de la justice française...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Xavier Raufer, cueilli sur Atlantico et consacré au mouvement  de colère des gardiens de prisons...

 Criminologue et auteurs de nombreux essais, Xavier Raufer a publié ces dernières années Les nouveaux dangers planétaires (CNRS, 2012) et Criminologie - La dimension stratégique et géopolitique (Eska, 2014) et a également coordonné l'ouvrage collectif intitulé La première cyber-guerre mondiale ? (Eska, 2015).

Prisons_Conflit.jpg

La crise dans les prisons, sismographe de l’état de ruine de la justice française

La pénitentiaire, sismographe de la justice : la crise explose, nous verrons pourquoi. Mais d'abord le fondamental. A l'aube de la pensée grecque, voici vingt-six siècles, puisons-le chez Héraclite d'Ephèse : "L'initial est toujours le plus fort" ; le commencement est toujours crucial.

Pour la justice française d'aujourd'hui, l'initial, c'est Charles De Gaulle à la Libération.

Le général avait la rancune mordante ; il savait que sauf un (Paul Didier) TOUS les magistrats français avaient prêté serment au maréchal Pétain en septembre 1941 - les mêmes, tous gaullistes à l'été 1944. La constitution de la Ve République révèle cette sourde rancune. Dans l'esprit de Montesquieu, la constitution de 1791 (titre III) considère trois pouvoirs (exécutif, législatif et judiciaire) ; or en 1958, dans celle de la Ve république et du général De Gaulle, la justice n'est qu'une simple autorité (titre VIII, de l'autorité judiciaire).

Dès lors, la justice est l'enfant pauvre de la République : jamais elle n'a eu les moyens, le personnel, de son plein exercice ; ni les locaux, ni les hommes, ni la formation - songeons à l'Ecole de la magistrature qui croupit encore dans un gauchisme-culture-de-l'excuse, délaissé partout ailleurs - pays communistes compris. Ajoutons-y l'anarchisme qui, sous Taubira, secoue ce ministère : aujourd'hui la crise est là.

L'administration : conditions de travail affreuses, matériel obsolète ; protections (locaux et personnels) absentes. Trop souvent, la justice se rend sur d'antiques ordinateurs - parfois d'avant la "souris"! - impossibles à connecter, les magistrats n'accédant pas aux fichiers-police des antécédents judiciaires. Ajoutons-y le chaos des délicates "extractions judiciaires" (de la cellule au tribunal et retour).

Vous êtes condamné à la prison ferme ? Vous le signifier prend quatre mois ; temps durant lequel vous pouvez filer ; temps qui génère ensuite un stock de dizaines de milliers de condamnés libres - de voler ou pire. Résultat : les manifestations contre le "laxisme" de la justice, de policiers pouvant tout autant décrier son impuissance.

Exemple d'impuissance judiciaire en avril 2017, avec le corps sans vie d'un officier de police sur les Champs-Elysées. Le récidiviste Karim Cheurfi (3 tentatives d'homicides sur des policiers) est - encore - condamné en juillet 2014 pour "vol aggravé" ; dans la peine, deux ans avec sursis et "mise à l'épreuve". Décodeur ? Régime contraignant, la mise à l'épreuve (Code pénal 132-44) dispose qu'un juge d'application des peines (JAP) vérifie tout du long si le condamné veut partir à l'étranger, changer d'emploi, de domicile, s'il reçoit des visites, etc. Non-respect des obligations ? Retour en prison. Or en douce, Cheurfi part 40 jours en Algérie. Arrêté au retour et convoqué au tribunal de Meaux, ce criminel récidiviste se voit ... rappeler ses obligations par l'irénique magistrat. Cheurfi sort libre de tuer ensuite le capitaine Jugelé, victime de ces impérities en cascade.

Maintenant, la pénitentiaire au quotidien : sous-effectifs, homicides en prison, agressions physiques, prises d'otages, etc. Récemment, dans les prisons :

- de Seysses : sur YouTube, une vidéo de prisonniers hilares fumant du hash, dans une prison où l'on confisque 1 000 portables par an. Quand les surveillants veulent en ramasser un, ils sont menacés ou malmenés.

- de Fresnes : 45 minutes durant, un drone survole le quartier des islamistes.

- de Bourg-en-Bresse : trouvant le JAP rigide, les prisonniers mettent le feu au centre, "partiellement détruit".

- de Toul : le visage d'un gardien est brûlé au 2e degré par jet d'huile bouillante.

- de Nice : surveillants en grève après la prise d'otage d'un gardien (blessé à la main et au genou) par un détenu.

- de Condé-sur-Sarthe : trois gardiens (encore) ébouillantés "brûlures graves au visage, torse et avant-bras" ; l'agresseur, le pauvre, était "contrarié".

Et les directions ? Elles dorment. A Amiens, un détenu violente un gardien (4 points de suture) ; 2e attaque de la brute, pas même envoyée en quartier disciplinaire.

Résultat : en juillet-août 2017, une agression par jour contre les surveillants dans les 186 établissements pénitentiaires "certains très grave", dit un syndicaliste. Moyenne 2011-2016, 4 508 de ces agressions par an, 11 chaque jour de l'année.

Tel est l'état de la justice et de la pénitentiaire post Hollande-Taubira. Le défi est immense. Et toute tentative de le relever en bricolant risque d'aggraver les choses.

Xavier Raufer (Atlantico, 22 janvier 2018)