Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/02/2017

Le Mythe du Sauveur américain

Les éditions Pierre de Taillac publient cette semaine Le Sauveur américain, une imposture historique (1917-1918), un essai de Dominique Lormier. Écrivain et historien indépendant, Dominique Lormier est l'auteur de nombreux essais et récits consacrés à la France dans la deuxième guerre mondiale. Il est également l'auteur de Gabriele d'Annunzio ou le roman de la Belle Epoque (Rocher, 2014).

 

Lormier_Sauveur américain.jpg

" À chaque anniversaire de la victoire de 1918, documentaires, articles et autres livres mettent en avant le rôle capital joué par l’armée américaine dans la défaite de l’Allemagne. Les films d’époque sont rediffusés : arrivée massive des troupes américaines dans les ports français, entraînements à l’arrière du front, défilés impeccables... Ces images qui avaient été tournées pour démontrer que le nouvel allié américain était très puissant ont parfaitement rempli leur rôle : remonter le moral des civils et des soldats qui combattaient depuis 1914. Mais cette propagande a eu une conséquence inattendue : convaincre les générations suivantes que la victoire de 1918 était d’abord une victoire américaine !

Or, les faits démontrent le contraire : l’armée américaine est principalement transportée par la marine britannique, elle est équipée par les industriels européens et entraînée par l’armée française ! Et elle n’est évidemment pas la plus représentée sur le front : en mars 1918, alors que 110 divisions françaises, 56 britanniques, 12 belges, 2 portugaises luttent sur le front occidental contre 192 divisions allemandes, seules 2 divisions américaines sont présentes !

Pour la première fois, cet essai passionnant ose remettre en cause le mythe du « sauveur américain » qui nous fait croire, depuis près d’un siècle, que la victoire de 1918 est américaine alors qu’il s’agit avant tout d’un remarquable succès français, britannique et italien. "

18/12/2016

Les snipers de la semaine... (135)

Chimp.jpg

Au sommaire cette semaine :

- sur son site, l'Observatoire des journalistes et de l'information médiatique (OJIM) dézingue la presse mainstream allemande pour son traitement de l'affaire du viol et du meurtre de la jeune Maria Ladenburger...

Assassinat de Maria : la grande manipulation des médias allemands

Maria-Ladenburger-Hussein-Khavari-743317.jpg

- sur La plume à gratter, Marc Leroy allume deux journalistes "de terrain" pour leur propagande lacrymale...

Feu sur la désinformation... (116)

Vous pouvez découvrir ci-dessous un nouveau numéro de l'émission I-Média sur TV libertés, consacrée au décryptage des médias et dirigée par Jean-Yves Le Gallou, président de la fondation Polémia, avec le concours d'Hervé.

Au sommaire :

  • 1 : Alep, propagande de guerre : Ci-gît la vérité.
    Le 12 décembre l’armée syrienne reprend une grande partie des quartiers Est d’Alep. Des images de scènes de liesse nous parviennent. Pour les médias occidentaux il s’agit de propagande. « Alep une fin dans le sang et les flammes » : Les médias français dénoncent des exactions et des atrocités sans qu’aucun journaliste ne soit sur place.
    I-Média décrypte.
  • 2 : Le zapping d’I-média
    Alep, recyclage de la photo du petit Omran : une photo d’enfant pour faire passer une propagande de guerre.
    Sophie Mazel au micro de Jean Jacques Bourdin sur RMC affirme que « la réinformation ne se rectifie pas quand elle se trompe ». Un professeur de lettre qui parle sans rien savoir. Le monde médiatique se défend face à la défiance des français en affirmant que les médias de réinformation mentent plus que les médias mainstream.

  • 3 : Sevran, le bled en France
    Le 07 décembre, France 2 diffusait dans son 20 heures une séquence montrant que les femmes étaient indésirables dans les bars à Sevran. La séquence est décriée par la presse qui refuse de faire le lien avec l’islam. Bobard de Maurice Szafran dans le grand journal, qui affirme qu’en Corse la situation est identique.
    I-Média réinforme.
  • 4 : Les tweets de la semaine
    Maggi petite chrétienne Copte tuée au Caire dans l’attentat islamiste, une photo occultée dans les médias
    Valls et Macron présentés dans les médias comme des candidats antisystème alors qu’ils sortent tous deux du gouvernement.
  • 5 : Philippot, Marion : un conflit sous l’œil des médias
    Semaine de règlements de compte par voie médiatique entre Marion Maréchal Le Pen et Florian Philippot, sur fond de politique familiale. Alors que Florian Philippot déclare que Marion est isolée sur la scène politique, Marion demande à Philippot de ne pas définir la ligne du Front national seul sur BFM.
    I-Média décrypte.

 

                                

23/10/2016

Feu sur la désinformation... (108)

Vous pouvez découvrir ci-dessous un nouveau numéro de l'émission I-Média sur TV libertés, consacrée au décryptage des médias et dirigée par Jean-Yves Le Gallou, président de la fondation Polémia, avec le concours d'Hervé.

Au sommaire :

  • 1 : Traitement médiatique de la manif pour tous, entre caricature et fausses fenêtres.
    Le 16 octobre, la manif pour tous redescendait dans la rue : minoration, fausses accusations, fausses fenêtres, débats biaisés. Ce sont les techniques médiatiques qui ont été utilisées, lors de cet évènement, pour désinformer.
  • 2 : Le zapping d’I-Média

  • 3 : Bataille d’Alep sous le feu de la propagande de guerre.
    « La première victime de la guerre c’est la vérité », à Alep les médias travestissent la vérité : Les « casques blancs » des candidats pour le prix Nobel de la paix, une organisation soi-disant neutre.
    I-Média Décrypte.
  • 4 : Tweets d’I-Média
  • 5 : Référendum à Bézier parti pris anti Ménard
    Des manifestants forcent un conseil municipal de Bézier. Pour les médias une « bagarre éclate ». Un parti pris des médias anti-Ménard qui occulte l’action des militants d’extrême gauche.
    I-Média réinforme.

 

14/10/2016

Grands médias d’"information" : bobards et propagande !...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Xavier Raufer, cueilli sur Le nouvel Économiste et consacré au mensonge médiatique...

 

Médias.jpeg

Grands médias d’"information" : bobards et propagande

Arrosés par millions d'euros de subventions officielles, les grands médias vantent tous une “mondialisation heureuse” à la Davos-Goldman-Sachs, à laquelle plus grand monde ne croit – sauf peut-être encore quelques milliardaires. Dans le champ d'expertise d'un criminologue, ces périodiques, sites, radios et télévisions, matraquent les trois allégations que voici :

- Les “migrants” sont des malheureux fuyant la guerre et la mort.

- Les Noirs américains sont victimes d'une police raciste qui les persécute bien plus que les autres races (Blancs, Hispaniques).

- Terroristes et criminels ripostent à la misère et à l'exclusion qu'ils subissent.

Or cela est faux. Prouvons-le (bien sûr, nos sources probantes sont à disposition de quiconque les demandera).

“Les migrants gagnant l'Europe fuient la mort et la guerre” – Si c'était vrai, des familles entières fuiraient. Or une étude d'août 2016 (Wall Street Journal-Pew Research Center) établit que ces migrants dans l'Union européenne sont :

- À 53 % âgés de 18 à 34 ans,

- Avec, dans cette tranche d'âge, une proportion d'hommes de : (Syriens) 71 %, (Irakiens) 75 %, (Pakistanais) 76 %. (Bangladais), 76 %, (Gambiens) 80 %, (Afghans) 80 % – énorme déséquilibre établissant la migration économique, non la fuite affolée de familles entières, sous les obus et les rafales.

Homicides de Noirs aux États-Unis - En 2015 (FBI), 7 049 Noirs sont assassinés aux États-Unis, dont 89,3 % par d'autres Noirs. L'âge des victimes révèle que les guerres de gangs de jeunes Noirs (Crips, Bloods, etc.) provoquent la plupart de ces homicides. Mais les médias d'information ignorent ces neuf assassinats sur dix, entre gangsters. Prenons le premier semestre 2016 : 123 Noirs abattus par des policiers (FBI), dont une moitié de cas explicables (sinon excusables) : victime armée et dangereuse… faute sincère de maniement d'arme par le policier… Bousculade d'où part un coup de feu… Policier noir donc peu suspect de racisme, etc.

Restent quelque 62 cas (odieux) où un policier tire sur un Noir désarmé, sans motif valable. Soit 1,8 % du total des Noirs assassinés. Les autres 98,2 %, les médias d'"information" les passent par perte et profit.

Ces mêmes médias matraquent que le taux d'arrestation et fouilles au corps des Noirs est énorme, par rapport à leur pourcentage de la population (12,5 % de Noirs sur 320 millions d'Américains). Or cette comparaison est absurde, car on n'arrête, ni ne fouille, des bébés, des vieillards, etc. Ici, la seule comparaison valide est celle du nombre d'arrestations, par rapport à la quantité de crimes et délits vraiment commis par ethnie. Exemple, en 2014 à Chicago (derniers chiffres disponibles), les Noirs (35 % de la population) ont commis 76 % des homicides. Or cette comparaison valide, ces médias ne la font jamais.

Terrorisme, crime, etc., le bobard des "Misérables" - restons aux États-Unis. Une célèbre enquête sociologique expose que, dans la décennie 1980, une vague de “boat-people” haïtiens gagne Miami (Floride). Clandestins, ces Noirs illettrés et ignorant l'anglais ont un lourd passé d'esclavage et d'exploitation. Or chez ces réels exclus, dans la pire situation possible aux États-Unis, le taux de criminalité-délinquance est fort inférieur à celui des Noirs américains, vivant au même endroit, au même moment – et bien mieux.

Le terrorisme maintenant. Après le 11 septembre 2001, la Maison-Blanche veut savoir : la misère sociale génère-t-elle la terreur ? Cette explication (ou "culture de l'excuse") pourrait-elle prévenir le terrorisme ? La recherche est confiée à un prestigieux économiste, le professeur Alan B. Krueger, docteur en économie de Harvard, titulaire de la chaire d'économie de l'université Princeton et membre du renommé National Bureau of Economic Research.

Elle étudie des guérillas palestiniennes ou libanaises, des terroristes juifs des territoires occupés, des terroristes allemands, italiens, irlandais, japonais, turcs, etc. Maints tableaux, dix pages de références et de sources. Conclusion : “Le lien entre pauvreté et terrorisme est aussi faible qu'indirect. À titre individuel, les terroristes ne proviennent d'usage pas de milieux pauvres. À l’inverse, ils sont souvent mieux éduqués et plus aisés que leurs contemporains. Les niveaux de terrorisme ne sont pas vraiment plus hauts dans les pays les plus pauvres ; mais les pays se développant normalement et connaissant de vives phases de modernisation fournissent au terrorisme un nombre élevé de recrues.”

Naguère, ces médias vantaient l'“eldorado brésilien”. On voit aujourd'hui ce qu'il en est : au Brésil, 60 000 homicides volontaires par an, un Hiroshima tous les trois ans.

Tels sont les mensonges mondialistes des médias subventionnés. Pas étonnant que nombre de lecteurs s'en détournent désormais.

Xavier Raufer

18/09/2016

Feu sur la désinformation... (103)

Vous pouvez découvrir ci-dessous un nouveau numéro de l'émission I-Média sur TV libertés, consacrée au décryptage des médias et dirigée par Jean-Yves Le Gallou, président de la fondation Polémia, avec le concours d'Hervé.

Au sommaire :

  • 1 : Loi Taubira : sondage trafiqué médias engagés

    « Mariage pour tous », un sondage commandé par l’ADFH (association des familles homoparentales) déclare que 65 % des français sont favorables à la loi Taubira. Un sondage trafiqué, pour des médias engagés. Décryptage dans I-Média.

  • 2 : Le zapping d’I-Média

  • 3 : Quand Clinton tousse, les médias sont malades

    Hillary Clinton malade ? pour les médias cette info est une intox et relève du complotisme. Le 11 septembre Hillary tombe, changement de cap, revirement en urgence c’est la cata dans les médias.

  • 4 : Tweets d’I-Média
  • 5 : Abel Mestre déclare la guerre à la réinformation

    Breizh-info obtient un accord avec le club de rugby de Vannes. Un accord qui n’est pas du goût d’Abel Mestre. Le journaliste engagé du Monde va faire appel à la censure pour faire annuler l’accord. I-Média réinforme.