Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/12/2018

Quoi qu’il se passe, les Gilets jaunes ont déjà gagné !...

Nous reproduisons ci-dessous entretien avec Alain de Benoist, cueilli sur Breizh Info, dans lequel il évoque la révolte des Gilets jaunes... Philosophe et essayiste, Alain de Benoist a récemment publié Le moment populiste (Pierre-Guillaume de Roux, 2017), Ce que penser veut dire (Rocher, 2017) et Décroissance ou toujours plus ? (Pierre-Guillaume de Roux, 2018).

Alain de Benoist 2.jpg

 

 

Alain de Benoist : « Quoi qu’il se passe, les Gilets jaunes ont déjà gagné »

Breizh-info.com : Tout d’abord, comment analysez-vous les événements de ces derniers week-ends ?

Ce que je trouve le plus frappant, c’est d’abord la continuité du mouvement. Alors que le gouvernement s’attendait à ce que la pression se relâche, elle ne se relâche pas. C’est le fruit d’une extraordinaire détermination, à laquelle s’ajoute encore une étonnante maturité. Non seulement les Gilets jaunes refusent de se définir en termes de « droite » ou de « gauche », non seulement ils se déterminent sans le moindre souci de ce que pensent les partis et les syndicats, mais ils ne se laissent prendre à aucun piège des journalistes, pour lesquels ils n’ont d’ailleurs que mépris. Sur les plateaux de télévision, ils tiennent des propos de bon sens, ils ne se démontent pas, ils restent d’une fermeté exemplaire sans pour autant apparaître comme des excités.

Leur colère et leur résolution montrent qu’au point où la plupart d’entre eux sont arrivés, ils estiment n’avoir plus rien à perdre. Et en cela ils représentent parfaitement une France qui, au fil des années, s’est aperçue qu’elle ne parvient plus à vivre, et a même désormais du mal à survivre. D’où ce mouvement de révolte, qui s’est d’abord transformé en soulèvement populaire, puis en insurrection.

Breizh-info.com : On a beaucoup reproché aux gilets jaunes de faire usage de la violence ?

Disons-le d’abord d’emblée : le casseur en chef, c’est Emmanuel Macron. C’est lui qui a cassé les corps intermédiaires, déclassé les classes moyennes, rogné sur les acquis sociaux, permis aux revenus du capital de progresser au détriment de ceux du travail, augmenté les taxes et le poids des dépenses contraintes. C’est lui qui a été installé à la place qu’il occupe pour réformer le pays en sorte d’imposer aux « Gaulois réfractaires » les exigences de la logique du capital et les diktats du libéralisme. Le peuple ne s’y trompe pas, qui a immédiatement adopté comme mot d’ordre le slogan « Macron démission ! »

Les violences enregistrées le 1er décembre, notamment sur les Champs-Élysées, ont surtout été le fait de casseurs et de pillards qui étaient totalement étrangers au mouvement des Gilets jaunes. On l’a bien vu place de l’Étoile quand ces derniers ont protégé la flamme du Soldat inconnu en entonnant la « Marseillaise » tandis que des individus cagoulés se livraient à des déprédations. Alors que la police connaît parfaitement les noms et les adresses de ces casseurs, on les a volontairement  laissés intervenir dans l’espoir de discréditer le mouvement, mais personne n’a été dupe. Si les violences ont été moindres le 8 décembre, c’est tout simplement que la police avait procédé dans ces milieux à des arrestations préventives.

Cela dit, le vieux lecteur de Georges Sorel que je suis est sans naïveté devant la violence : elle peut en certaines circonstances être justifiée, sous réserve d’une certaine cohérence. Quand un pouvoir est devenu illégitime, l’insurrection est non seulement un droit, mais un devoir. On peut le regretter, mais aucun mouvement historique n’a jamais échappé complètement à la violence. Que je sache, la prise de la Bastille, le 14 juillet 1789, aujourd’hui célébrée comme une journée fondatrice de la République, s’est elle aussi accompagnée de quelques « débordements ». Mais surtout, il faut bien constater que, sans recours à la force, les Gilets jaunes n’auraient jamais rien obtenu. La « Manif pour tous », il y a quelques années, avait rassemblé des foules immenses, qui étaient finalement reparties bredouilles. On ne fait pas la révolution avec des gens bien élevés ! Les pouvoirs publics ont reculé cette fois-ci parce qu’ils ont pris peur. Cette peur se transformera un jour en panique.

A la veille de la journée de samedi dernier, on a vu tous les représentants de la caste au pouvoir annoncer l’apocalypse pour le lendemain et lancer des « appels au calme » et « à la raison ». C’est une stratégie classique : après avoir diabolisé, condamné, diffamé, jeté de l’huile sur le feu, on essaie de désarmer la contestation en conviant tout le monde à se « réunir autour d’une table », ce qui est évidemment la meilleure façon de tourner en rond. Il est triste à cet égard que l’opposition « de droite » n’ait pas hésité à entonner le même refrain : mais il est vrai que ce n’est pas d’hier que la droite bourgeoise préfère l’injustice au désordre.

Breizh-info.com : Comment expliquez-vous l’omniprésence des femmes dans le mouvement des gilets jaunes ?

Quand on ne parvient plus à vivre avec le produit de son travail, ce sont les femmes qui s’aperçoivent les premières qu’il n’y aura plus rien à manger à la fin du mois. La situation des mères célibataires, aujourd’hui de plus en plus nombreuses, est encore plus dramatique. Mais cette omniprésence est éminemment révélatrice. L’une des caractéristiques majeures des grands soulèvement sociaux et populaires, c’est que les femmes y participent et sont même souvent au premier rang. C’est leur façon à elles de réaliser concrètement la parité, autrement que comme l’imaginent les précieuses ridicules qui, à Paris, ne jurent que par la théorie du genre, l’écriture « inclusive » et la lutte contre le « harcèlement ».

Breizh-info.com : Vous parleriez d’un événement historique ?

Oui, sans aucun doute. Le soulèvement des gilets jaunes est radicalement différent de tout ce à quoi on a assisté depuis des décennies. Les comparaisons avec le 6 février 1934 sont grotesques, celles avec Mai 68 le sont plus encore. Pasolini, en mai 1968, avait scandalisé ses amis de gauche en déclarant qu’il se sentait plus proche des CRS, qui étaient au moins des prolétaires, que des étudiants, qui n’étaient que des petits-bourgeois. Aujourd’hui, certains membres des forces de l’ordre ont osé fraterniser avec les gilets jaunes, parce qu’ils sont les uns et les autres issus des mêmes classes populaires. A la fin des émeutes de Mai 68, la France profonde avait défilé sur les Champs-Elysées pour dire son désir d’un retour au calme ; aujourd’hui, si elle manifeste de l’Etoile à la Concorde, c’est pour dire à Macron qu’il s’en aille. La nuance est de taille. En fait, pour trouver des précédents au mouvement des gilets jaunes, il faut revenir aux révolutions de 1830 et de 1848, ou à la Commune de 1871, pour ne rien dire des sans-culottes, des Cahiers de doléances et des états-généraux de 1789.

Ce qui était au départ une simple révolte fiscale s’est très vite transformé en révolte sociale, puis en révolte généralisée contre un système dont le peuple de France ne veut plus entendre parler. Est-ce l’annonce d’une révolution ? Les circonstances pour cela ne sont sans doute pas encore réunies. Mais c’est pour le moins une répétition générale. Pour l’heure, le peuple fait usage de son pouvoir destituant. Il lui reste à réaliser qu’il possède aussi le pouvoir constituant et que ce à quoi il aspire ne pourra se réaliser que lorsque nous aurons changé, non seulement de régime, mais aussi de société. C’est alors qu’il sera temps de parler de VIe République, sinon de Deuxième Révolution française.

Breizh-info.com : Et maintenant, que va-t-il se passer ?

Difficile à dire. Macron ne remettra évidemment pas sa démission. Un référendum est plus qu’improbable (on ne sait d’ailleurs pas trop quelle pourrait être la question posée), une dissolution de l’Assemblée nationale risque d’ouvrir la voie à une cohabitation, un changement de Premier ministre (François Bayrou ?) est possible, mais ne résoudrait sans doute pas grand-chose. Le gouvernement a, comme d’habitude, réagi à la fois trop tard et trop maladroitement. Mais le résultat est là. Les élites sont paralysées par la trouille, les commentateurs ne comprennent toujours pas ce qui se passe, le programme de réformes macronien est définitivement compromis, et Macron lui-même, qui se rêvait en Jupiter siégeant sur l’Olympe, se retrouve petit Narcisse flageolant sur sa Roche tarpéienne face à un peuple qu’il dit entendre, mais qu’il n’écoute pas.

Quoi qu’il se passe, les Gilets jaunes ont déjà gagné. Ils ont gagné parce qu’ils sont parvenus à faire reculer les pouvoirs publics, ce que n’avaient pas réussi à faire les familles bourgeoises hostiles au mariage gay, les adversaires de la GPA, les cheminots, les syndicats, les retraités, les fonctionnaires, les infirmières et les autres. Ils ont gagné parce qu’ils sont parvenus à rendre visible ce qu’on cherchait à rendre invisible : un peuple qui est l’âme de ce pays. Ils ont gagné en montrant qu’ils existent, qu’ils bénéficient du soutien presque unanime de la population, et qu’ils sont bien décidés à préserver leur pouvoir d’achat, mais aussi leur sociabilité propre. Ils ont gagné parce qu’en refusant d’être plus longtemps humiliés et méprisés, ils ont fait la preuve de leur dignité. Au second tour de la dernière élection présidentielle, l’alternative était paraît-il « Macron ou le chaos ». Les gens ont voté Macron, et en prime ils ont eu le chaos. Ce chaos s’étend désormais partout, en France comme ailleurs en Europe. A la merci d’une crise financière mondiale, l’idéologie dominante, responsable de la situation, a désormais son avenir derrière elle. Les temps qui viennent seront terribles.

Alain de Benoist, propos recueillis par Yann Vallerie (Breizh Info, 11 décembre 2018)

04/12/2018

Le jour où les oligarques lâcheront Macron…

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Jean-Yves Le Gallou, cueilli sur Polémia et consacré à la chute presque inéluctable d'Emmanuel Macron. Ancien haut-fonctionnaire, président de la Fondation Polémia, Jean-Yves Le Gallou vient de publier un essai important intitulé Européen d'abord (Via Romana, 2018).

 

Macron_Chute.jpg

 

Gilets Jaunes. Le jour où les oligarques lâcheront Macron…

Les oligarques sont puissants

En 2017, les groupes de Davos et de Bilderberg ont jugé qu’il était temps de mettre fin à la liberté et à la neutralité d’internet. Aussi dit, aussitôt fait, les GAFA et les États mettent en place des algorithmes de propagande et de censure.

En 2011, Édouard Philippe est sélectionné pour le programme « Young Leaders » de la French-American Foundation. En 2016, il est invité du groupe Bilderberg. En 2017, il est choisi comme Premier ministre par son condisciple Emmanuel Macron.

Emmanuel Macron est lui aussi recruté comme « Young Leaders » de la French-American Foundation en 2012. En 2014, il est invité par le groupe Bilderberg. Alors secrétaire général adjoint de l’Elysée, il débine son patron François Hollande, incapable, selon lui, de faire les réformes nécessaires dont Macron dessine les grands traits.

C’est le début de sa formidable ascension. Technocrate sans charisme, longtemps inconnu des Français, il devient président de la République à 38 ans après avoir bénéficié d’une propagande journalistique hors pair. Et à la suite d’un coup d’Etat médiatico-judiciaire plaçant hors-jeu ses adversaires les plus dangereux (Sarkozy, Fillon). Il réalise le casse politique du siècle (du « Siècle » aussi !).

Macron tient les engagements pris auprès des oligarques

Une fois élu, Macron met œuvre sans état d’âme le programme de ses mandants.

D’abord, adapter la France à toujours plus de mondialisation. Réformer le droit du travail, ouvrir toujours plus les services publics à la concurrence, supprimer l’ISF, redistribuer l’argent au profit de la superclasse mondiale : moins d’impôts pour les très riches, davantage pour les classes populaires et les classes moyennes (taxes pétrolières, CSG).

Soutenir la politique la politique migratoire d’Angela Merkel. Ouvrir davantage les frontières françaises à l’immigration : plus de 420 000 entrées d’étrangers recensées en 2017. S’apprêter, contrairement à de nombreux autres pays européens, à ratifier le pacte mondial de l’ONU sur les migrations. Déployer davantage de moyens  – notamment scolaires, avec par exemple des classes de 12 élèves en CP – dans les banlieues de l’immigration. Annoncer la réforme de la loi de 1905 sur la laïcité pour faciliter l’islamisation. Mettre en valeur de manière troublante des racailles (visite à Saint-Martin) et des minorités ethniques et sexuelles (concert à l’Elysée lors de la fête de la musique).

Poursuivre la politique de déconstruction. Mise en cause programmée des pensions de réversion des veuves. Extension de la PMA aux couples de lesbiennes. Et dans la foulée préparation du terrain pour la GPA, c’est-à-dire la marchandisation de la vie. Prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu comme étape vers l’abandon du système français fondée sur la prise en compte de la famille et les déductions fiscales.

Du passé faisons table rase ! Sacrifice du patrimoine français. Crédits en berne pour les monuments historiques et les musées. Suppression du rôle des architectes des bâtiments de France, si protecteur pour les villes et les bourgs historiques. Et, bientôt, saccage de tous les paysages français par le triplement du nombre d’éoliennes. Aliénation prévue du patrimoine artistique en commençant par la restitution d’objets aux pays africains.

Abaissement de la France sur la scène internationale. Multiplication des déclarations de repentance à l’étranger et de propos outrageants pour les Français. Attitude indigne dans les réunions internationales : propos insultants pour Poutine lors du sommet du Trianon ; attitude grotesque en Russie lors de la Coupe du monde de football ; propos bellicistes irresponsables sur la Syrie ; pelotage du président Trump, lors des cérémonies du 11 novembre 2018, et mise en avant en sa présence d’une chanteuse hostile au président américain.

Les oligarques qui ont mis en place Macron peuvent être satisfaits : en 18 mois il a abattu un travail considérable. Et mis en place les conditions d’une disparition pure et simple de l’identité et de la souveraineté française.

Macron ce n’est pas le président des nôtres, c’est le président des autres : des minorités financières, ethniques, culturelles, religieuses, sexuelles, des grands lobbys d’intérêt (bâtiment, pharmacie, éolien, etc.), et de grands intérêts étrangers aussi.

Et pourtant les oligarques vont devoir lâcher Macron.

Macron va dégager…

« Macron démission », « Macron dégage », c’est le slogan le plus repris par les Gilets jaunes. Normal Macron fait la guerre au peuple, le peuple lui fait la guerre. Poussez camarades, poussez camarades !

Évidemment les Gilets jaunes à eux tous seuls ne feront pas démissionner Macron.

Mais sa cote de popularité ne cesse de baisser. Plus bas encore qu’Hollande.

À cette différence près qu’Hollandes avait montrer de l’empathie. Macron, lui, ne sait afficher que du mépris. Comme toute la bande de ministres et de députés en marche dont les éléments de langage sont de moins supportés. Au point que les avanies des anciens élèves d’écoles de commerce vont faire regretter la morgue des… Énarques.

Hollande suscitait de la sympathie ce qui était un bouclier protecteur pour lui. Macron et les macronistes périront de leur mépris qui suscite la haine.

Car la grande faiblesse des sondages c’est de ne pas mesurer l’intensité du rejet et de l’hostilité. Et celle-ci est immense.

Cela les journalistes le pressentent et les oligarques le savent. Le moment venu ils débrancheront Macron. Et le robot s’écroulera… dans un champ de ruines.

Jean-Yves Le Gallou (Polémia, 28 novembre 2018)

03/12/2018

À quoi rêvent les gilets jaunes ?...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de François-Bernard Huyghe, cueilli sur Huyghe.fr et consacré au mouvement des "Gilets jaunes" et à son idéologie sous-jacente. Spécialiste de la guerre de l'information, François Bernard Huyghe, auteur de nombreux livres, a récemment publié La désinformation - Les armes du faux (Armand Colin, 2015) et Fake news - La grande peur (VA Press, 2018).

 

Gilets jaunes_5.jpg

 

Gilets jaunes : et la dimension idéologique ?

À quoi rêvent les gilets jaunes ?
On ne cesse de le répéter, leur mouvement souffre de trois carences : manque de chefs, manque de revendications lisibles et manque d’idées.

- Pour le manque de chefs - et en attendant qu’ils aient inventés des procédures pour désigner des porte-paroles incontestés, et résolu en quelques semaines le problème séculaire de la représentation et du mandat direct - l’argument n’est pas faux. Il est simplement amusant que ceux qui l’emploient, notamment dits à gauche, aient parfois célébré la spontanéité du printemps arabe, l’intelligence des foules, la non-hiérarchie y compris dans l’entreprise, et, pour les plus vieux, les comités de base et l’auto-organisation des masses, etc. Est-ce si terrible de ne pas avoir de César ou de tribun ? Ce n’est plus cool de décider par délibération permanente sur les réseaux sociaux ?

- Pour l’absence de revendications, il semble plutôt que c’est leur surabondance qui fait problème. Elles s’articulent autour de demandes simples. Stop d’abord : ils demandent, au-delà du prix du carburant, un relâchement de la pression fiscale pour soulager leur détresse immédiate. L’État-protecteur ensuite : loin d’ignorer que l’on ne peut à la fois diminuer les impôts et augmenter les prestations publiques, ils veulent une juste contribution et une juste protection. La troisième thématique est dégagiste : que Macron, arroseur arrosé, s’en aille, que l’on dissolve l’Assemblée, que l’on supprime éventuellement le Sénat. De la démocratie directe, ensuite, en corollaire. Dernière demande, d’ordre symbolique : être respectés, entendus, reconnus, en finir avec le mépris.
On a le droit de dire que ces demandes sont irréalistes (soit parce qu’il n’y a pas d’alternative à l’actuelle gouvernance économico-sociale, soit parce que, bon sang, le président a été élu pour cinq ans et qu’il doit appliquer son programme). Mais on ne peut dire qu’elles n’existent pas.

- Les gilets jaunes n’auraient pas d’idées ? Quand on dit cela, c’est généralement pour afficher une supériorité (ces beaufs ne comprennent rien à l’économie), ou pour leur attribuer, au contraire, des idées inavouables et odorantes, celles de l’extrême-droite. Homophobes, xénophobes, violents, pressophobes, séditieux, complotistes, chemises brunes déguisés en sans-culottes sous leurs gilets jaunes : tout y a passé.

Or il y a une cohérence dans représentations des protestataires. Si idéologie il y a, elle n’est pas sans rappeler le « qualunquismo » italien d’après-guerre (le mouvement de l’homme « quelconque »). Elle est à la fois de droite et de gauche comme ne l’était pas Macron. Mais surtout elle pose la question du peuple et de son pouvoir. Elle a remporté sa première victoire en dessinant clairement les camps. Au moins chez leurs adversaires qui se sont auto-caricaturés : camp des riches + camp des technos + professeurs de morale antifascistes de profession + bobos écolos amoureux de la planète mais pas des bouseux ; nommez un lieu commun, il a été personnifié.

La rhétorique des gilets jaunes s’articule, comme toute idéologie, autour d’une opposition. Elle a un adversaire à la fois de classe (riches profiteurs et chiens de garde, les intellectuels bobos), institutionnel (l’État qui ne remplit pas son rôle) et indirectement géopolitique (la mondialisation impitoyable aux faibles). Le tout incarné par Macron, qui combine signes personnels (style provocateur, rhétorique arrogante) et marqueurs de la superclasse. Les valeurs dont ils se réclament ? égalité et protection. Plus exactement, les gilets jaunes ont l’impression de se battre contre un triple déni de la part de la technosphère et des couches supérieures : déni de la réalité qu’ils vivent, déni de leur dignité personnelle et déni de leur rôle de représentants du peuple souverain.

La légitimité qu’ils invoquent ? le peuple comme sujet politique (démos) mais aussi la classe moyenne ou basse, (la plèbe). Quel projet politique alors ? Une nouvelle constitution, un nouveau système ? Pas clair. Certes pas d’utopie, mais une revendication démocratique : que nos représentants nous représentent authentiquement. On a le droit de juger que c’est court (mais personne ne pond des traités doctrinaux en quinze jours sur les barrages).

Surtout, les gilets jaunes (qui d’ailleurs commencent à élaborer des cahiers de doléances) ont compris l’essentiel : nous ne sommes pas encore dans la post-politique. Il y a toujours du conflit, des groupes qui s’affrontent pour faire prédominer leurs forces et leurs visions du monde et il n’y pas qu’un seul modèle politique, fixé par les règles de la mondialisation et la rationalité technique et économique... Ce n’est déjà pas si mal de nous le rappeler.

Dans tous les cas, quand vous avez des passions communes, un adversaire « historique » commun, quelques représentations et catégories explicatives communes, et une folle envie de transformer la politique (ou plus exactement ici le) politique), vous menez une lutte idéologique.
Dans ce cas, votre problème n’est pas tant de vous renforcer dans vos convictions, ni de mieux vous coordonner (ce que les gilets jaunes font assez bien en exploitant la nature égalitaire et communautaire des réseaux sociaux).
Le problème c’est de trouver des alliés, des relais dans la société civile, des formes politiques, etc. Tout commence ?

François-Bernard Huyghe (Huyghe.fr, 30 novembre 2018)

02/12/2018

Feu sur la désinformation... (211)

Vous pouvez découvrir ci-dessous un nouveau numéro de l'émission I-Média sur TV libertés, consacrée au décryptage des médias et dirigée par Jean-Yves Le Gallou, président de la fondation Polémia, avec le concours de Nicolas Faure.

Au sommaire :

  • 1 : Sous les pavés, l’« ultra droite » ?
    Les médias ont mis du temps à admettre que l’ « ultra droite » n’était pas à la manœuvre samedi 24 novembre sur les Champs Elysées. Un manque d’analyse inquiétant.
  • 2 : Le Zapping d’I-Média 
    Les Gilets Jaunes ont été au centre de l’attention. De Jean-Lin Lacapelle à Clément Viktorovitch, de nombreuses personnalités les ont défendus sur les plateaux de télévision.

  • 3: Gilets jaunes VS Journalistes : Fight !
    Les gilets jaunes et les journalistes se regardent avec méfiance. Plusieurs journalistes se sont plaints d’agressions. Une animosité qu’ils semblent peiner à expliquer.
  • 4 : Les tweets de la semaine
    Alors que le préfet de police de Paris Michel Delpuech avoue sans problème qu’il cible les Identitaires car ils refusent le « vivre ensemble », Benalla et Richard Ferrand discutent ensemble aux 70 ans du JDD.
  • 5 : Presse internationale : Macron sous les coups
    Tous les médias internationaux avaient les yeux tournés vers les Champs Elysées samedi dernier. Et l’image d’Emmanuel Macron à l’international est touchée.

 

                               

29/11/2018

Quand le peuple de France reprend la parole...

Nous reproduisons ci-dessous entretien avec Alain de Benoist, cueilli sur Boulevard Voltaire, dans lequel il évoque le mouvement des "Gilets jaunes", comme expression de la révolte du peuple... Philosophe et essayiste, directeur des revues Nouvelle École et Krisis, Alain de Benoist a récemment publié Le moment populiste (Pierre-Guillaume de Roux, 2017), Ce que penser veut dire (Rocher, 2017) et L'écriture runique et les origines de l'écriture (Yoran, 2017).

Alain de Benoist 2.jpg

 

Alain de Benoist : « Les gilets jaunes ? La revanche des ploucs émissaires ! »

La France, depuis une dizaine de jours, vit à l’heure des gilets jaunes, et les commentaires sont déjà nombreux. Feu de paille ou vague de fond ? Nouvelle fronde ? Nouvelle jacquerie ? Quel est votre sentiment ?

Il y a cinq ans, presque jour pour jour, le 23 novembre 2013, vous m’aviez interrogé sur le mouvement des bonnets rouges. J’avais alors attiré votre attention sur le fait que « tous les mouvements de protestation ou de révolte d’une certaine ampleur auxquels nous assistons aujourd’hui naissent en marge ou à l’écart des partis et des syndicats, lesquels ne sont de toute évidence plus capables d’incarner ou de relayer les aspirations du peuple ». Ma conclusion était celle-ci : « Un seul mot d’ordre : des bonnets rouges partout ! » Eh bien, nous y sommes : les gilets jaunes, ce sont les bonnets rouges partout. Après des années et des années d’humiliation, de paupérisation, d’exclusion sociale et culturelle, c’est tout simplement le peuple de France qui reprend la parole. Et qui passe à l’action avec une colère et une détermination (déjà deux morts et 800 blessés, plus qu’en mai 68 !) qui en disent long.

Même si les classes populaires et les classes moyennes inférieures en sont l’élément moteur – ce qui donne au mouvement une extraordinaire dimension de classe –, les gilets jaunes proviennent de milieux différents, ils réunissent des jeunes et des vieux, des paysans et des chefs d’entreprise, des employés, des ouvriers et des cadres. Des femmes autant que des hommes (je pense à ces retraitées septuagénaires qui n’hésitent pas, malgré le froid, à dormir dans leur voiture pour que les barrages puissent être tenus nuit et jour). Des gens qui ne se soucient ni de la droite ni de la gauche, et qui pour la plupart ne sont même jamais intervenus en politique, mais qui se battent sur la base de ce qui leur est commun : le sentiment d’être traités en citoyens de seconde zone par la caste médiatique, d’être considérés comme taillables et exploitables à merci par l’oligarchie prédatrice des riches et des puissants, de n’être jamais consultés, mais toujours trompés, d’être les « ploucs émissaires » (François Bousquet) de la France d’en bas, cette « France périphérique » qui est sans doute ce qu’il y a aujourd’hui de plus français en France, mais qu’on abandonne à son sort, d’être victimes du chômage, de la baisse des revenus, de la précarité, des délocalisations, de l’immigration, et qui après des années de patience et de souffrances, ont fini par dire : « Ça suffit ! » Voilà ce qu’est le mouvement des gilets jaunes. Honneur à lui, honneur à eux !

Qu’est-ce qui vous frappe le plus, dans ce mouvement ?

Deux choses. La première, la plus importante, c’est le caractère spontané de ce mouvement, car c’est ce qui affole le plus les pouvoirs publics, qui se retrouvent sans interlocuteurs, mais aussi les partis et les syndicats, qui découvrent avec stupeur que près d’un million d’hommes et de femmes peuvent se mobiliser et déclencher un mouvement de solidarité comme on en a rarement vu (70 à 80 % de soutiens dans l’opinion) sans que l’on ait même songé à faire appel à eux. Les gilets jaunes, exemple achevé d’auto-organisation populaire. Pas de chefs petits ou grands, ni césars ni tribuns, le peuple seulement. Le populisme à l’état pur. Pas le populisme des partis ou des mouvements qui revendiquent cette étiquette, mais ce que Vincent Coussedière a appelé le « populisme du peuple ». Frondeurs, sans-culottes, communards, peu importe sous quel patronage on veut les placer. Le peuple des gilets jaunes n’a confié à personne le soin de parler à sa place, il s’est imposé de lui-même comme sujet historique, et pour cela aussi, il doit être approuvé et soutenu.

L’autre point qui m’a frappé, c’est l’incroyable discours de haine dirigé contre les gilets jaunes par les porteurs de l’idéologie dominante, la triste alliance des petits marquis au pouvoir, des précieuses ridicules et des marchés financiers. « Beaufs », « abrutis », « ringards » sont les mots qui reviennent le plus souvent (pour ne rien dire des « chemises brunes » !). Lisez le courrier des lecteurs du Monde, écoutez la gauche morale – la gauche kérosène – et la droite bien élevée. Jusqu’ici, ils se retenaient la bride, mais plus maintenant. Ils se lâchent de la manière la plus obscène pour exprimer leur morgue et leur mépris de classe, mais aussi leur peur panique de se voir bientôt destitués par les gueux. Depuis la formidable manifestation de Paris, ils n’ont plus le cœur de rétorquer à ceux qui se plaignent du prix de l’essence qu’ils n’ont qu’à s’acheter une voiture électrique (version moderne du « Qu’ils mangent donc de la brioche ! »). Quand le peuple se répand dans les rues de la capitale, ils font relever les pont-levis ! S’ils expriment sans fard leur haine de cette France populaire – la France de Johnny, celle qui « fume des clopes et roule au diesel » –, de cette France pas assez métissée, trop française en quelque sorte, de ces gens que Macron a tour à tour décrits comme des illettrés, des flemmards qui veulent « foutre le bordel », bref, comme des gens de peu, c’est qu’ils savent que leurs jours sont comptés.

On voit bien comment le mouvement a commencé, mais pas très bien comment il peut finir, à supposer, d’ailleurs, qu’il doive finir. Les éléments sont-ils réunis pour que cette révolte puisse se traduire de manière plus politique ?

Ce n’est pas en ces termes que se pose le problème. Nous sommes devant une vague de fond qui n’est pas près de faiblir, parce qu’elle est le résultat objectif d’une situation historique qui est, elle-même, appelée à durer. La question des carburants n’a évidemment été que la goutte d’eau qui a fait déborder le vase, ou plutôt la goutte d’essence qui a fait exploser le bidon. Le vrai slogan a tout de suite été : « Macron démission ! » Dans l’immédiat, le gouvernement va user des manœuvres habituelles : réprimer, diffamer, discréditer, diviser et attendre que ça s’effiloche. Ça s’effilochera peut-être, mais les causes seront toujours là. Avec les gilets jaunes, la France se trouve déjà en état pré-insurrectionnel. S’ils se radicalisent encore, ce sera tant mieux. Sinon, l’avertissement aura été majeur. Il aura valeur de répétition. En Italie, le mouvement Cinq étoiles, né d’une « journée de colère » lui aussi, est aujourd’hui au pouvoir. Chez nous, la déflagration définitive surviendra dans moins de dix ans.

Alain de Benoist, propos recueillis par Nicolas Gauthier (Boulevard Voltaire, 27 novembre 2018)

26/11/2018

Gilets jaunes : la bataille de la dignité...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de François-Bernard Huyghe, cueilli sur Huyghe.fr et consacré aux manifestations des "Gilets jaunes" du 24 novembre. Spécialiste de la guerre de l'information, François Bernard Huyghe, auteur de nombreux livres, a récemment publié La désinformation - Les armes du faux (Armand Colin, 2015) et Fake news - La grande peur (VA Press, 2018).

 

Gilets jaunes_20181124.jpg

La bataille de la dignité
 
La journée du 24 novembre, acte II de l’histoire des gilets jaunes, a été largement polluée par l’effet de loupe sur les violences (d’une gravité tout à fait relatives, que l’on parle dégâts ou nombre d’interpellations) sur les Champs-Elysées. Casseurs d’ultra-droite dans la journée, d’extrême-gauche le soir ? C’est possible, encore que le fait d’avoir laissé la situation pourrir dès 10 H du matin avec toutes sortes d’accès non filtrés aux Champs, avec du mobilier urbain disponible, ait pu donner des tentations à quelques uns. Et de belles images pour les télés du monde entier.

La théorie de Castaner - complot, radicalisation, ultra-droite séditieuse, factieuse, rappelant le 6 février 34, s’en prenant aux institutions, commanditée par Marine le Pen, peut-être aidée de Jean-Luc Mélenchon, ajoutent quelques seconds couteaux - est pour le moins réductrice. Et ressemble furieusement à une stratégie du leurre. Elle pourrait d’ailleurs tourner à la prophétie auto-réalisatrice : à criminaliser moralement le gilets jaunes, et à jouer l’affrontement des réformateurs avec les forces obscures, on finit par donner des tentations électorales à des gens apolitiques qui se diront que stigmatisés pour stigmatisés.... C’est si bon quand c’est un péché. Et il est bien connu que le choix de notre ennemi révèle quelle est notre propre question.

Mais la question n’est pas là. Le gouvernement et une bonne partie des commentateurs se plaignent du caractère horizontal, déstructuré, presque liquide du mouvement : comment négocier avec des gens qui n’ont pas de chefs, pas de revendications précises et qui prétendent s’auto-représenter ? Quelle confusion !

Il nous semble au contraire que la parole des manifestants, dès qu’on leur passe un micro, soit d’une clarté remarquable.
- Nous sommes le peuple, disent-ils. Il y a un sentiment de légitimité de gens qui expérimentent souvent pour la première fois l’expression directe dans la rue et qui, notamment, ne comprennent pas qu’on leur dise où ils ont le droit ou pas de manifester.
- Nous sommes la classe moyenne qui n’en peut plus, les perdants, les déplorables, les culturellement dévalorisés, nous sommes exactement tels que nous décrivent des Guilluy, des Michéa, des Piketty, des gens que nous n’avons pas forcément lus, mais dont les élites auraient du écouter les avertissements. Nous voulons que vous réalisiez notre sentiment de chute et d’angoisse.
- Nous voulons de la considération: être reçus, avoir des réponses, ne pas être traités par le mépris. Notez avec quelle fréquence revient ce mot de « mépris ». A cet égard, le tweet de Macron : «  Honte à ceux qui ont violenté d'autres citoyens et des journalistes. Honte à ceux qui ont tenté d'intimider des élus. Pas de place pour ces violences dans la République », mélange d’emphase et de cours de morale aux vilains gamins habillés en jaune est un chef d’œuvre d’incompréhension de ce que ressentent les gens. Quand ils disent rendre l’argent (notamment celui de l’ISF), les manifestants ajoutent souvent aussi qu’ils veulent qu’on leur rende leur honneur de travailleurs. Soit dit en passant, il circule en ce moment des vidéos anonymes de policiers et gendarmes qui disent leur honte d’être obligés de taper sur le peuple. Cela ressemble à un gros signal faible.
- Cessez d’évacuer la question sociale d’égalité au profit des promesses d’efficacité économique et de modernité sociétale. C’est bête mais nous pensons fins de mois, riches et pauvres et moyens de vivre demain. C’est bête, mais les conditions matérielles de vie restent le premier facteur de mobilisation. Vous l’aviez oublié là-haut ?

Colère (le sentiment), plus auto-organisation (les médiations), plus refus des représentations dominantes (allant jusqu’à l’agressivité contre les médias « complices »), inquiétudes sur le contrat social (consentement à l’impôt remis en cause) et même une certaine fraternité qui naît. Depuis quand n’avions nous pas vu une pareille conjonction ?

Et, puisque nous avons cité Guilluy, dont les analyses trouvent ici une incroyable illustration, nous ne résistons pas à une tentation sur ce qu’il appelle le soft-power de la France périphérique.
L’expression soft-power n’est pas la plus parlante pour désigner une capacité de résistance et de refus de la culpabilisation, et nous aurions, pour notre part, plutôt parlé de résistance idéologique et culturelle. Mais Guilluy a raison quand il décrit « cette autonomie contrainte d’un monde d’en bas désormais hermétique aux discours et injonctions d’en haut permet aux classes populaires de réaffirmer ce qu’elles sont collectivement. Contre toute attente, elles exercent aujourd'hui un soft-power invisible qui contribue à l’effondrement de l’hégémonie culturelle des classes dominantes et supérieures »
Or, pour suivre cette hypothèse, ceux d’en bas, semblent, en effet de plus en plus imperméables au discours venu d’en haut. Qu’il s’agisse du discours « de vérité » (vous n’allez pas croire ces fake news, si on regarde bien les chiffres, on voit au contraire que tout va de mieux en mieux. Ou du discours de la peur morale (attention au fascisme, pensez à la planète, ne soyez pas factieux.
Résister à l’impératif hégémonique, c’est une chose. Énoncer des objectifs politiques, c’est mieux.
François-Bernard Huyghe (Huyghe.fr, 25 novembre 2018)