Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/05/2017

Comment nous sommes devenus américains...

Les éditions Gallimard viennent de publier un nouvel essai de Régis Debray intitulé Civilisation - Comment nous sommes devenus américains. Penseur républicain, Régis Debray est l'auteur de nombreux ouvrages, dont, dernièrement Un Candide à sa fenêtre (Gallimard, 2015), qui regroupe ses récentes chroniques.

 

 

Debray_civilisation.jpg

" C’est quoi, une civilisation? Comment ça naît, comment ça meurt? L’effacement de la nôtre nous aide à répondre à ces questions vieilles comme le monde.
De la CIA au rap, de House of Cards à Baron noir, des primaries à nos primaires, c’est cette imprégnation de notre culture nationale par la civilisation américaine que Régis Debray dévoile avec une gaieté frondeuse, en reliant les menus faits de notre quotidien à l’histoire longue de l’humanité.
Illustrée par l’exemple de la Grèce antique face à l’Empire romain, l’invariable grammaire des transferts d’hégémonie éclaire notre présent d’une façon insolite et pénétrante.
Une prise de recul qui, tout en abordant de plein fouet l’actualité, surprendra également pro- et anti-américains."

28/04/2017

La France atlantiste ou le naufrage de la diplomatie...

Les éditions du Cerf viennent de publier un essai d'Hadrien Desuin intitulé La France atlantiste ou le naufrage de la diplomatie. Géopoliticien, ancien élève de l’École spéciale militaire de Saint-Cyr, Hadrien Desuin commente régulièrement l’actualité internationale dans Causeur, Conflits et Figarovox.

 

Desuin_France atlantiste.jpg

" Comment, en dix ans, la France est-elle devenue la vassale de l’Amérique ? L’Élysée, le supplétif de la Maison-Blanche ? Le Quai d’Orsay, le sanctuaire du néoconservatisme ? Comment, sur deux quinquennats, Nicolas Sarkozy puis François Hollande ont-ils enterré la politique d’indépendance qu’avaient poursuivie Charles de Gaulle et François Mitterrand ? Comment Bernard Kouchner puis Laurent Fabius ont-ils imposé au ministère des Affaires étrangères l’idéologie atlantiste promue par des cercles libéraux et des intellectuels médiatiques ? Comment ce moralisme nous a-t-il conduits à l’impuissance et au cynisme ?
De 2007 à 2017, de l’Afghanistan à la Libye et à la Syrie, de Téhéran à Ryad et de Moscou à Kiev en passant par Washington, Bruxelles et Berlin, du Conseil de l’ONU et du Commandement de l’Otan à la Commission européenne, c’est la face cachée de notre démission diplomatique, faite de redditions historiques, d’erreurs stratégiques et de carences militaires, que révèle ici Hadrien Desuin.
Un essai magistral appelant à ce que la France retrouve enfin l’intégrité et la singularité que le monde attend d’elle. "

27/04/2017

La première guerre mondiale et ses responsables...

Les éditions du Toucan viennent de publier dans leur collection L'Artilleur un essai de Bertrand Blandin intitulé  1914, la France responsable ? - Les secrets de la déclaration de guerre. Bertrand Blandin est professeur d'histoire.

 

Blandin_1914 - La France responsable.jpg

" Les secrets de la déclaration de guerre

Le 3 octobre 2010, l’Allemagne fit son dernier versement à la France dans le cadre des réparations de guerre imposées par le traité de Versailles de juin 1919.

C’est dire à quel point la culpabilité totale et absolue de l’Allemagne dans le déclenchement du premier conflit mondial est restée acquise, enseignée à des générations d’écoliers depuis un siècle.

Or, en scrutant les faits et les idées non seulement sur une longue période mais aussi dans les toutes dernières semaines de l’été 1914, Bertrand Blandin montre qu’une France aux bases républicaines encore fragiles et très proche de la Russie tsariste dans ses alliances, joua en réalité un rôle actif et déterminant dans l’ouverture des hostilités.

L’examen précis des crises politiques de la France d’avant-guerre et l’étude inédite de la correspondance secrète de l’ambassadeur de Russie dévoilent les manœuvres du président Poincaré qui n’ont en fait qu’un seul objectif : la guerre.

Bien sûr, on peut être choqué de cette hypothèse d’une culpabilité française quand on pense à l’immense sacrifice consenti par le pays pendant quatre ans. Il ne s’agit donc en aucun cas d’instruire un procès à charge ou de faire acte de repentance mais plutôt d’en finir avec un mensonge historique. "

01/04/2017

Que reste-t-il de la puissance française ?...

Le nouveau numéro de la revue Conflits (n°13, avril-mai-juin 2017), dirigée par Pascal Gauchon, vient de sortir en kiosque. Le dossier central est consacré à une interrogation sur ce qu'il reste de notre pays en tant que puissance.

Conflits 13.jpg

 

Au sommaire de ce numéro :

ÉCHOS

ÉDITORIAL

Une élection très géopolitique, par Pascal Gauchon

ACTUALITÉ

ENTRETIEN

Hubert Védrine. Géopoliticien et diplomate

PORTRAIT

So British Theresa May, par Christophe Réveillard

ENJEUX

Combat de coqs en mer de Chine, par Laurent Gayard

ENJEUX

Les mirages du miracle rwandais, par Ambroise Tourniol du Clos

ENJEUX

Les hackers russes sont-ils vraiment si puissants ?, par Sébastien Sénépart

ENJEUX

L'astroturfing, dernière manipulation informatique, par François-Bernard Huyghe

ENJEUX

Le trafic de médicaments falsifiés, un fléau mondial, par Marc Gentilini et Quentin Duteil

IDÉES

1919 : Mackinder contre Wilson, par Florian Louis

GRANDE BATAILLE

Valmy (1792). La bataille décisive, par Pierre Royer

GEOPOLITIQUE ET ENTREPRISE

Le entreprises et l'intérêt national, par David Simmonet

GEOPOLITIQUE ET ENTREPRISE

Entretien avec Gérard Challiand. Politique étrangère française : pour un retour au réel

GEOPOLITIQUE ET ENTREPRISE

Entretien avec Frédéric Monlouis-Félicité. Dans les zones à risque, les entreprises sont des acteurs politiques

TOUT LE MONDE SAIT QUE...

Daesh, les nouveaux Barbares, par Pierre Royer

BOULE DE CRISTAL DE MARC DE CAFÉ

Intervention française en Libye : le mirage des Syrtes, par Jean-Baptiste Noé

L'HISTOIRE MOT À MOT

"La France, c'est le français quand il est bien écrit", par Pierre Royer

LA LANGUE DES MEDIAS

Bataille propre et bataille sale, par Ingrid Riocreux

BIBLIOTHÈQUE GÉOPOLITIQUE

Clausewitz, un homme d'action ?, par Gérard Chaliand

CHRONIQUES

LIVRES/REVUES/INTERNET /CINÉMA

GÉOPO-TOURISME

Alep : agonie ou libération ?, par Thierry Buron

 

DOSSIER : Que reste-t-il de la puissance française ?

La géopolitique de François Hollande, par Pascal Gauchon

Les horizons de la puissance française

Jusqu'où tombera-t-elle ?

La France, l'autre pays du soft power, par Frédéric Munier

Un désastre militaire, par le général Vincent Desportes

La guerre des guides gastronomiques, Entretien avec Philippe Faure et Jean-Claude Ribaut

Education, la fin d'un modèle, par Anne-Sophie Letac

La France entre États-Unis et Russie, par Maxime Lefebvre

Y a-t-il une politique arabe de la France ?, par Frédéric Pichon

La puissance française en Afrique. État des lieux , par Mériadec Raffray

La France, nouvelle nation malade de l'Europe ?, par Hadrien Desuin

Le "décrochage" de la France au miroir allemand ? , par Jean Kogej

03/03/2017

Requiem pour l'élection présidentielle...

Les éditions Pierre-Guillaume de Roux viennent de publier un essai de Vincent Coussedière intitulé Fin de partie - Requiem pour l'élection présidentielle. Professeur de philosophie et essayiste, Vincent Coussedière vient de publier Le retour du peuple - An I (Cerf, 2016) et est également l'auteur d'Eloge du populisme (Elya, 2012).

 

Coussedière_Fin de partie.jpg

" Les élections présidentielles passent mais se ressemblent étrangement. À chaque fois, et il faut avoir la mémoire bien courte pour l'oublier, on assiste à une dramatisation croissante de l'enjeu, dramatisation qui cherche à masquer le doute sur l'utilité de l élection et à remobiliser le peuple autour de son échéance. Chacun sent pourtant obscurément que ce dispositif fonctionne de moins en moins et qu on n y adhère plus guère, alors que les moyens de mise en scène n'ont jamais été aussi développés et sophistiqués. Ni l'invention des primaires, ni les pseudo rebondissements liés aux « affaires », ni l'enthousiasme de commande des commentateurs, ni les meetings des candidats rivalisant de professionnalisme spectaculaire, ne parviennent à masquer le problème fondamental posé par cette élection : en quelque quarante ans elle s'est montrée de moins en moins capable d'amener au pouvoir des hommes ou des femmes aptes à gouverner la France.
Aussi les électeurs s'en détournent-ils progressivement et opposent-ils une résistance sourde à l'adhésion qu'on cherche à leur extorquer par tous les moyens. On en appelle alors au « populisme » pour stigmatiser cette montée de l'indifférence, pouvant prendre aussi la forme d'une révolte, à l'égard d une élection dont on pouvait penser autrefois qu'elle constituait le cœur battant de la vie politique française, et dont on s'aperçoit aujourd'hui qu elle l'asphyxie et la détruit. Cet essai se propose de revenir sur la responsabilité du système partisan français dans l'autodestruction de cette institution centrale de la République voulue par le général de Gaulle en 1962. Il montre comment les partis, que de Gaulle voulait écarter d'une élection conçue comme un système de sélection démocratique des grands hommes, ont repris la main sur celle-ci pour la détourner de son but. S'étant avérés des acteurs-clefs, en lien avec les médias, pour organiser l'élection, ils n'ont pas pour autant su accoucher de grands hommes. Tout au plus de dirigeants qui, à défaut de savoir gouverner la France, ont su la rendre ingouvernable.
Cet essai montre que nous vivons la « fin de partie » du système partisan français. "

02/02/2017

Et maintenant, l'interdiction de la discrimination linguistique...

Nous reproduisons ci-dessous un entretien donné par Robert Redeker au Figaro Vox, dans lequel il évoque une nouvelle disposition du Code pénal qui proscrit désormais la discrimination linguistique... Philosophe, Robert Redeker est l'auteur de nombreux essais et vient de publier L'école fantôme (Desclée de Brouwer, 2016).

 

Redeker 2.jpg

Robert Redeker : «La loi sur la discrimination linguistique dissout la langue française»

FIGAROVOX. - La loi de modernisation de la justice a amendé l'article 225 du Code pénal. Désormais, est considérée discriminatoire «toute distinction entre les personnes physiques [ou morales] sur le fondement [...] de la capacité à s'exprimer dans une langue autre que le français». Que cela vous inspire-t-il?

Robert REDEKER. - Notre pays est pris depuis une décennie d'une folie anti-discriminatoire ravageuse. On oublie ainsi l'essentiel: certaines discriminations sont fondées, utiles au bien public ou à la cohérence historique de la nation. C'est que l'anti-discrimination est devenu un absolu, une idéologie absolutiste au lieu de rester un outil dont il faut savoir faire un usage modéré. Sans discriminations aucune société ni aucun corps politique ne peuvent se constituer. Être, c'est tracer des frontières, délimiter un dedans et un dehors, inclure et exclure, c'est donc discriminer. Poussé jusqu'à son terme, le délire antidiscriminatoire est dissolvant: il communautarise et atomise les unités politiques, les fait exploser. Son horizon est un retour à l'état de nature, celui de la guerre de tous contre tous. Hobbes nous l'a appris: l'égalité parfaite est la source des guerres civiles, des plus violents déchirements. Plus on va vers l'égalité, plus on va vers la guerre. L'égalité de toutes les langues transformerait notre pays en un état de nature linguistique. Il importe de rapprocher cette décision de l'affirmation par certaines autorités du Ministère de l'Éducation nationale que les règles de grammaire sont négociables avec les élèves.

Le chemin indiqué par cette disposition anti-discrimination, en complément de dizaines d'autres, est celui de la disparition de la norme, de la dénormalisation de la société, pour lui substituer le conformisme du marginal, du différent, de l'anormal, l'égalité de toutes les différences. Ou plutôt: pour lui substituer la tyrannie du marginal, du minoritaire, du différent, de l'anormal. Nous avons quitté les sociétés de norme pour entrer dans les sociétés d'une forme encore inédite de conformismes, ceux du minoritaire.

N'y a-t-il pas plusieurs manières de comprendre la tournure de l'expression qui modifie l'article en question du Code pénal?

La loi, désormais, dit: «Constitue une discrimination toute distinction opérée entre les personnes physiques sur (…) leur capacité à s'exprimer dans une langue autre que le français». Le législateur se montre très obscur dans sa formulation. Il voulait sans doute dire: leur incapacité à s'exprimer en français. Mais le crétinisme du politiquement correct, qui exige que l'on dise malvoyant pour aveugle, personne à mobilité réduite pour handicapé moteur, élève en difficulté pour cancre ou sale gosse, et mal comprenant pour imbécile, exigeait le remplacement d'une approche positive (leur capacité à parler une autre langue que le français) à une approche négative, qui eût encouru le reproche d'être stigmatisant («leur incapacité à s'exprimer en français»). Le texte de la loi est mal écrit parce qu'il est dicté par la peur de stigmatiser ce qui vient d'ailleurs, l'exotique ; il est le fruit cette allophilie nourrie par l'autophobie à laquelle se réduit la mentalité de gauche aujourd'hui.

Dans les faits, même s'il faut attendre de voir quelle jurisprudence sera établie, il apparaît que cette loi tendra à protéger tant les langues régionales que les langues étrangères. N'est-ce pas dangereux pour le français, consacré par la Constitution en son article 2 comme langue officielle de la République française?

Il faut faire un sort différent aux langues régionales et aux langues étrangères. Ces langues (abusivement appelées «régionales») ne sont pas des langues étrangères.

Les langues régionales font partie du patrimoine spirituel et littéraire de notre pays, elles ont droit au titre de «langues de la nation française». À Verdun, on mourait pour la France en langue d'oc, en breton, et en corse. Un groupe vocal corse, Arapà, mettra en vente ces jours-ci, dans la langue de leur île, un magnifique CD d'hommage aux poilus de la guerre de 14: «In Memoriam 1914-1918». Le français est la langue nationale de tous les citoyens, mais le gascon, par exemple, est la langue nationale (c'est-à-dire: qui appartient de façon indivisible à la nation française) des habitants du Gers et des Landes en plus du français. L'écrivain Joë Bousquet a dit que l'occitan (en fait l'ensemble des parlers d'oc, du limousin au provençal) du XIIIe est le tournant de la langue française. On ne saurait mieux affirmer la solidarité de ces deux langues, si différentes pourtant. Il n'y a pas concurrence entre les langues régionales et le français. Ces langues sont les langues autochtones du sol de France et de son peuple, elles sont aussi intimement liées à notre nation que nos paysages. Elles sont les langues de ceux qui ont fait notre pays. C'est pourquoi il faut les protéger et les revitaliser. Il ne faut pas oublier non plus que l'histoire de France ne commence pas en 1792! Qu'elle ne se réduit pas à la République. Que personne ne sait quel type de régime viendra après la République et la démocratie. La France est une entité plus grande dans le temps que la République. Il vaut mieux énoncer les choses ainsi: le français est la langue du régime républicain, mais pas la seule langue nationale de la France.

De quoi l'extension infinie des objets de discrimination est-elle le nom?

La gauche mène une politique des identités minoritaires. Toutes les identités sont valorisées, à longueur de journée et de textes de lois, sauf une seule, dont la prononciation même du nom appelle les insultes et les crachats, la risée et le mépris, l'identité française, ou l'identité nationale. Il n'en a pas toujours été ainsi. Il suffit de regarder les affiches de propagande du Parti Communiste Français des années 1960 et 1970 pour s'en rendre compte. Si elles tombaient sous leurs yeux, les petits-bourgeois écolo-responsables socialisants d'aujourd'hui y dénonceraient avec dégoût des thèmes «nauséabonds» chers au Front National. Outre qu'elle est le nom de cet émiettement de la société qui prépare le retour à l'état de nature (la guerre civile), la démence du fanatisme antidiscriminatoire est aussi le nom de la trahison de la gauche (sa haine la pousse à trahir aussi bien le petit peuple que la France).

Cette loi n'est-elle pas un obstacle supplémentaire à l'assimilation, qui passe d'abord par l'apprentissage de la langue?

Je répondrai en deux temps. D'une part, elle est un message de défaite adressé par la représentation nationale aux locuteurs des langues étrangères. Ne faites pas l'effort! Elle donne raison aux rappeurs: vous pouvez ni...r la France, elle vous dira merci. Elle sous-entend: pas la peine d'aimer la France, sa langue et son histoire. La France, ce n'est rien! D'autre part, elle dissout le français, dont la grammaire est devenue, selon certains pédagogues, à géométrie variable, dans un magma linguistique mondial appelé à relativiser le français sur sa terre d'origine. C'est une forme de disparition du français en France que prépare cette loi. Le croisement de ces deux remarques donne ceci: cette mesure est bien entendu un obstacle de plus à l'assimilation des populations d'origine extra-européennes et extra-chrétiennes récentes. Elle semble signifier que la gauche ne veut pas de cette assimilation.

Robert Redeker, propos recueillis par Alexis Feertchak (Figaro Vox, 27 janvier 2017)