Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/05/2017

Tour d'horizon... (128)

Poutine_observateur.jpg

Au sommaire cette semaine :

- sur Geopolitika, le penseur russe Alexandre Douguine précise sa définition de la multipolarité...

La multipolarité

Douguine 2.jpeg

- dans le cadre d'une conférence de l'Observatoire de la modernité, Rémy Soulié présente la vie et l’œuvre du philosophe du politique Julien Freund...

Julien Freund (1921-1993)

Julien Freund 2.jpg

 

03/03/2017

La revue de presse d'un esprit libre... (23)

Veilleur.jpg

La revue de presse de Pierre Bérard

Au sommaire :

Le dimanche 26 février Alain Finkielkraut analyse l’affaire Mehdi Meklat et la complaisance du milieu journalistique (qui ne veut pas voir ce qu’il voit)  vis à vis de ce jeune homme de banlieue dont le double éventé twittait avec rage des propos machos, racistes et homophobes que les formatés du Monde et de Libé n’auraient pas manqué de dénoncer si leur auteur n’ avait été qu’un misérable souchien. Mais voilà: il était devenu le chouchou des média et l’étendard flamboyant d’une duplicité qui ne veut plus « mettre la plume dans la plaie » selon le mot d’Albert Londres. Décidément, à l’ère du soupçon universel certains s’en sortent immaculés.
 
 
 
Jean-Yves Le Gallou avec son compère Hervé Grandchamp présentent un nouveau numéro de leur émission hebdomadaire « I-Média ». Gaillardement menée, elle offre notamment un tour complet de l’affaire Mehdi Meklat.
 
 
 
Le « comité Orwell » publie un entretien avec Jean-Claude Michéa où le philosophe répond aux questions d’Alexandre Devecchio. Il répond sur ses rapports avec l’oeuvre de George Orwell.
 
 
 
Quatrième épisode des conversations entre Alain de Benoist et Paul-Marie Coûteaux. De Benoist s’exprime successivement sur sa critique de l’immigration qui ne sombre jamais dans la xénophobie. Il éreinte le cosmopolitisme ambiant qui se réclame d’un Autre tout en le pensant comme un Même. Il souligne la confusion entourant l’islam opposé aux « racines chrétiennes » de l’Europe, alors qu’en toute bonne logique le terme de racine renvoie à ce qu’il y a de plus ancien. Il rend de ce point de vue un vibrant hommage à l’indo-européanisant Georges Dumézil qui fut son ami et explique que la Grèce étant le lieu d’origine de la philosophie et de la tragédie il ne peut qu’y être sensible. Répondant à une question de Coûteaux il opère avec rigueur une distinction spenglérienne entre culture et civilisation. Il tance la définition de l’Europe comme « ouverte à l’ouverture » (Finkielkraut) ce qui est une manière de ne plus se soucier de savoir ce qu’elle est. Il reproche à l’Union Européenne d’avoir totalement discrédité l’idée même d’Europe. Il répète que l’identité loin d’être ce qui ne change jamais est ce qui nous permet de demeurer nous mêmes en changeant sans cesse. En l’état, il affirme que l’identité n’est pas une essence mais bien une substance et pour ce qui concerne l’identité européenne il constate que cette substance se découvre essentiellement dans la philosophie critique et la dangereuse notion d’objectivité qu’on ne trouve nulle par ailleurs sur les autres continents. Il revient pour finir sur l’aventure du Figaro-Magazine et la progressive « orléanisation » de la droite qui l’amène à refuser dorénavant d’en revêtir l’habit chamarré.
 
 
 
Iurie Rosca, journaliste et ancien vice-premier ministre de Moldavie, livre dans cet entretien fort intéressant son bilan des 25 dernières années du régime libéral de son pays. 25 années durant lesquelles les moldaves, enthousiastes au début, ont perdu toutes leurs illusions sur un système qui les a appauvri et qui n’a su remplir aucune de ses promesses. Comme Soljénitsyne il affirme que le communisme et le capitalisme représentent deux visions mortifières du monde et met en cause, outre la société de marché, les oligarchies financières tant européennes qu’américaines associées aux industries de manipulation émanant du « philanthrope » George Soros. À l’encontre du paradigme libéral il plaide pour un retour du politique axé sur les valeurs conservatrices et la souverainetés identitaires en Europe. Enfin, il cite comme référence Alexandre Douguine et Alain de Benoist qui seront les invités d’un grand colloque à Chinisau en mai prochain.
 
 
 
Pareil à Shelob ? Pour en savoir plus sur ce bienfaiteur de l’humanité qu’est George Soros, voici un article découpé en deux volets de Giampaolo Rossi pour le quotidien Il Giornale. Pour notre part nous attendons avec impatience que la lumière d’Earendil se déverse enfin sur ce marionnétiste  ploutocrate.
 
 
La suite renvoie au site Dreuz-info qui interprète les différentes initiatives de Soros comme relevant de « la gauche ». Nous ne faisons pas, pour notre part, la même exégèse du matériel collationné, qui de toute évidence indique une volonté de semer ce chaos providentiel nécessaire aux yeux de certains intérêts néo-libéraux qui adoptent aussi bien la défroque de gauche que le déguisement de droite pour parvenir à leurs fins.
 
 
 
Réflexions pertinentes sur les sondages par Alain de Benoist.
 
 
 
« L’Institut Iliade pour la longue mémoire européenne » publie sur « La Morsure des dieux » de Cheyenne-Marie Carron une excellente critique de l’abbé Guillaume de Tanouärn.
 
 
 
Breizh-info a interrogé Cheyenne-Marie Carron sur la signification de son film. Elle déclare dans cet entretien : « Cette réconciliation entre Païens et Chrétiens semble en troubler plus d’un… pour moi, la mémoire spirituelle des peuples Européens se joue là… ».
 
 
 
Bras de fer entre la Fédération Nationale des Syndicats d’Exploitants Agricoles (FNSEA) partisane, au nom de la compétitivité, d’une agriculture industrielle et les associations environnementales. Enjeu : la carte des cours d’eau de France dont le puissant syndicat (et la plupart des chambres d’agriculture qu’il contrôle) entend « déclasser » le plus grand nombre possible de ruisseaux afin de permettre aux agro-industriels de polluer des zones jusque là indemnes car protégés par l’interdiction des épandages de pesticides et de travaux sur leurs abords. Ainsi suffit-il de reclasser ce qui était naguère défini comme un cours d’eau en fossé, ravine ou thalweg et le tour est joué. Périrons-nous au nom de la sainte croissance ?
 
 
 
L’avocat Régis de Castenau, défenseur des libertés publiques, qui n’est pas le moins du monde « lepeniste » donne ici raison à Marine Le Pen de se soustraire aux procédures auxquelles le pouvoir entend la soumettre (et que s’empressent de talonner les apparatchiks des médias) et il explique pourquoi. De même démontre-t-il que les fonctionnaires qui se sentiraient visés par son discours de Nantes auraient tout à fait tort puisque celle-ci ne pointait que les ordres manifestement illégaux qu’ils pourraient être amenés à suivre à l’instigation d’un pouvoir aux abois. Exposé limpide.
 
 
 
Affirmant qu’un homme politique doit être jugé sur sa capacité à résoudre les maux dont souffre notre pays plutôt que sur son intégrité morale Bruno Mégret regrette que l’exigence de transparence des leaders en fasse des captifs des médias et de la justice. Le politique conclue-t-il n’est pas de l’ordre de la morale. Juste réflexion qui n’est pas sans évoquer Julien Freund.
 
 
 
La Révolution Conservatrice vue par Georges Feltin Tracol, un doctorant en histoire qui travaille sur la réception de la RC en France présenté sous le nom de Thierry et Monsieur K. Émission très intéressante, illustrée du beau chant de lansquenets « Landsknecht Sang » . La critique amicale d’Éléments suspecté de trouble voisinage avec le mensuel Causeur est superfétatoire dans ce registre. Production d’Orage d’acier.
 
 
 
Le site « Fragments sur le temps présent » fait paraitre la version complète d’un article de Jean-Yves Camus paru originellement dans le quotidien suisse « Le Temps » : « La révolution conservatrice inclut tout et son contraire ». Quelques réflexions élémentaires portant sur les mauvais usages de ce syntagme.
 
 
 
Jacques Sapir, Élisabeth Lévy (directrice de « Causeur »), et Olivier Berruyer (animateur du site « Les crises ») s’en prennent au Décodex du Monde qui s’est arrogé un droit de police sur les opinions exprimées sur le net en triant le bon grain de l’ivraie. Les bons journalistes « objectifs » et la tribu de méchants idéologues. La presse mainstream qui a de moins en moins de lecteurs stigmatise les sites alternatifs qui en rassemblent toujours plus. Ce faisant elle agit comme une nouvelle gendarmerie sacrée qui met à l’index les convictions qui lui déplaisent. Mais qui évaluera les évaluateurs subventionnés, ces éternels donneurs de leçons ? On trouvera par ailleurs sur le site « Les crises » nombre de critiques bien informés sur le candidat Emmanuel Macron qui n’ont pas, elles, la prétention à une pure objectivité que l’on ne trouve nulle part.
 
 
 
Dans le meilleur des mondes Jean-Michel Aphatie est un prince qui peut se permettre de révéler publiquement le fond de son discours subliminal. On s’aperçoit alors qu’il est très performatif et fâcheusement orienté. Décryptage d’Ingrid Riocreux.
 
 
 
Philippe Poutou, candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste était samedi dernier l’invité de Laurent Ruquier dans son émission « On est pas couché ». Il y fut une victime toute désignée d’un P.A.F. bobocratique, sûr de lui et dominateur. Un traitement que ne risque pas d’endurer Charles Robin, ex camarade de lutte de Poutou que sa critique du libéralisme comme « fait social total » a éloigné des fallacieux ennemis du capitalisme comme le montre son « Itinéraire d’un gauchiste repenti » (Krisis).
 
 
 
Sur le dernier livre de Vincent Coussedière « Fin de partie, requiem pour l’élection présidentielle » (parution le 2 mars) une très brève critique sur boulevard Voltaire.
 
 
 
Nous évoquions dans notre dernière revue de presse la dévitalisation des centres villes dans la France périphérique qu’un ensemble de cartes publié par France culture rend parfaitement clair et contribue à en désigner les causes.
 
 

Soleil noir.png

 

19/11/2016

Quand le renouveau vient de l'est...

Le nouveau numéro de la revue Eléments (n°163, novembre - décembre 2016) est disponible en kiosque à compter de demain, 19 novembre 2016.

A côté du grand entretien avec Patrick Buisson et du dossier consacré au renouveau qui vient de l'est,  on trouvera les rubriques, toujours aussi riches, «Cartouches», «Le combat des idées» et «Panorama».

Bonne lecture !

Vous pouvez commander ce numéro ou vous abonner sur le site de la revue : http://www.revue-elements.com.

 

alain de benoist,xavier eman,ludovic maubreuil,laurent schang,david l'épée,jean-françois gautierpatrick buisson,christian brosio,edouard limonov,staline,slobodan despot,thierry marignac,alexandre douguine

 

Au sommaire de ce numéro

Éditorial           

À l’Est, du nouveau
Alain de Benoist           

Forum           


L’entretien
Patrick Buisson, la démocratie confisquée   
        

 


Cartouches

Le regard d’Olivier François : Montmartre retrouvé

Une fin du monde sans importance
par Xavier Eman

Cinéma : Pierre Étaix n’est plus
par Ludovic Maubreuil

Champs de bataille : Le ciel bas d’Austerlitz
par Laurent Schang

Benoît Duteurtre, la nostalgie heureuse
par Thomas Hennetier

Les duellistes : le remède suisse en débat
par David L'Épée et Oskar Freysinger

Léo Ferré, anarchiste monégasque
par Christophe A. Maxime

 

Sciences
Le Nobel de médecine au Japonais
par Jean-François Gautier

 

Le combat des idées

États-Unis vs Europe. La guerre du droit aura bien lieu
par Pascal Eysseric

De l’urgence d’être conservateur
par Thomas Hennetier

Entretien
Roger Scruton : au royaume du conservatisme

L’éternelle jeunesse du Kindred of Kibbo Kift
par Olivier François

Entretien
sur Kindred of Kibbo Kift avec Annebella Pollen

Entretien
Mathieu Bock-Côté : vie et mort du Québec

Black Lives Matter, les vies noires comptent, les autres aussi
par James Littel

Robespierre, angles morts d’une légende noire
par David L'Épée

Michel de Saint Pierre contre Jean d’Ormesson
par Christian Brosio

Qui se souvient encore de Louis Pauwels ?
par Grégory Pons

Sauvons la série B européenne
par Nicolas Gautier

Le nanar autrement
par David L'Épée          

 

Dossier
À l’Est, du nouveau

Les enragés de la littérature russe. Les bâtards de Joseph Staline et d'Edouard Limonov
par Pascal Eysseric

Zakhar Prilepine, l’enragé
par Slobodan Despot

Entretien avec Zakhar Prilepine
par Michel Thibault

Au-delà de la géopolitique, des hommes
par Xavier Eman

Hubert Seipel : Poutine, une vision du pouvoir
Extrait de son livre

Entretien
Alexandre Latsa : les sanctions contre la Russie

Le traditionalisme de Vladimir Soloviev
Arnaud Guyot-Jeannin

Entretien
Thierry Marignac présente « Zapoï »

Entretien
Alexandre Douguine : qui es-tu, Poutine ?

Le groupe de Visegrád ou les quatre alter-Européens
par Ferenc Almassy         

Panorama

L’œil de Slobodan Despot

Série télé : BrainDead
par Frédéric Dufoing

Philosophie : l'action politique doit-elle être guidée par la connaissance de l'Histoire
par Jean-François Gautier

L’esprit des lieux : Kiev
par Armand Grabois

C’était dans Éléments : A. Zinoviev, rebelle à l’Occident
par Jean Despert

Éphémérides

 

 

17/11/2016

Le Marais et le Feu...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue d'Alexandre Douguine cueilli sur Katehon et consacré aux conséquences de la victoire de Donald Trump... Théoricien politique russe influent, nourri par les penseurs de la Révolution conservatrice des années 30 ainsi que par les idées des nouvelles droites européennes, Alexandre Douguine est la figure principale du mouvement eurasiste. Pour découvrir de façon plus précise ses idées, on pourra se reporter à L'appel de l'Eurasie (Avatar, 2013), le texte d'une longue conversation entre lui et Alain de Benoist, mais également à deux de ses œuvres traduites en français, La Quatrième théorie politique (Ars Magna, 2012) et Pour une théorie du monde multipolaire (Ars Magna, 2013).

Marais.jpg

Donald Trump : le Marais et le Feu

« Le Marais » c’est le nouveau nom de la secte globaliste, des adeptes de la société ouverte, des pervers LGBT, de l'armée de Soros, des post-humanistes et ainsi de suite. Il est absolument impératif de dessécher le Marais non seulement pour les États-Unis: c’est un défi global pour nous tous. A nos jours, chaque peuple est prisonnier de son propre Marais. Nous, tous ensemble, devons commencer la lutte contre le Marais russe, le Marais français, le Marais allemand etc. Nous avons besoin de purger nos sociétés de l'influence du Marais. Au lieu de nous battre entre nous, desséchons-le ensemble. Assécheurs de Marais du monde entier, unissez-vous !

L'autre point c’est que l'anti-américanisme est fini. Non pas parce que c'était faux, mais exactement le contraire : parce que le peuple américain lui-même a commencé la révolution justement contre ce côté des États-Unis que nous avons tous haï. Maintenant l'élite dirigeante européenne, ainsi qu'une partie de l'élite russe (qui est encore libérale), ne peuvent pas être blâmées comme avant pour être trop pro-américaines. Ils doivent désormais être blâmées pour être ce qu'ils sont : une bande corrompue, pervertie, avare de banksters et destructeurs des cultures, des traditions et des identités. Alors, laissez-nous égoutter le Marais européen. Assez avec Hollande, Merkel et Bruxelles ! L’Europe pour les européens. Soros et sa secte doivent être publiquement condamnés !

Dorénavant, le Marais est un phénomène extraterritorial, exactement comme un réseau terroriste international. Le Marais est partout et nulle part. Hier, le centre du Marais, son noyau, était situé aux États-Unis, mais plus maintenant. C'est une chance pour nous tous de commencer à les chasser. Le Marais ne se manifeste plus sous une forme fixée au niveau régional. Néanmoins, il existe et a toujours une puissance extrêmement grande. Mais son caractère antinational est maintenant explicitement évident. Le Marais ne peut plus se cacher derrière l'Amérique. Il est parti en exil. Mais où ? Au Canada ? En Europe ? En Ukraine ? Pour d'autres planètes où divers acteurs et actrices dopés promettaient d'émigrer dans le cas de la victoire de Trump ? Maintenant, il est temps pour eux de tenir leur promesse. Tout cela semble être l'ascension des globalistes. Ils sont maintenant absorbés dans un non-lieu, une utopie, dans la terre de l'utopie libérale - un « no man's land ». Nous sommes maintenant témoins de la déterritorialisation du Marais, de l'élite mondialiste et du gouvernement mondial.

Quelle est la structure du Marais ?

Premièrement, le Marais est une idéologie - le libéralisme. Nous avons besoin d'un procès de Nuremberg pour le libéralisme, la dernière idéologie politique totalitaire de la Modernité. Fermons cette page d'histoire.

Deuxièmement, le Marais est une culture spéciale postmoderniste. Elle est basée sur la décomposition de toute entité par digitalisation, schizomorphisme obligatoire, et ainsi de suite. Le drainer signifie de rétablir l'unité de l'art apollinien. L'art doit revenir au holisme.

Troisièmement, c’est le capitalisme mondial transnational. Ceci est le moteur matériel du Marais. C’est des emprunts et la Réserve fédérale qui imprime des billets verts virulents. Nous devons mettre fin à tout cela et revenir au secteur productif réel et à l’approche mercantiliste.

Je propose de redécouvrir les idées de Pitirim Sorokin. Il a noté que la dynamique sociale de l'histoire est une chaîne de paradigmes sociaux qu'il appelait idéationnelle, idéaliste, et sensualiste. L'idéation est la domination absolue de l'esprit sur la matière, l'ascétisme et la soumission vigoureuse du monde matériel à l'aspiration spirituelle et religieuse. Le type idéaliste est équilibré et fondé sur la coexistence harmonieuse de l'esprit et de la matière, où la partie spirituelle est légèrement dominante, mais non exclusive (comme dans le type idéationnel). Le type sensualiste de la société est la domination de la matière sur l'esprit, le corps sur l'âme. Le Marais est le type sensualiste de la société. Jusqu'à récemment, il semblait que « sensualiste » et « américain » étaient synonymes. Mais après le triomphe de Trump, tout est différent. Maintenant sensualiste signifie global et excentrique. Il y a une sorte de "translatio imperii" nulle part et partout.

Sorokin a souligné que la nature cyclique de la société suit l’unique chaîne de succession : de l'idéationnel à l'idéaliste, puis sensualiste. L'idéaliste ne peut pas succéder au sensualiste, comme il est impossible pour le Marais de se retransformer en semi-Marais. Après le Marais vient le Soleil, c'est-à-dire le Feu, l'Esprit - l'Esprit dans sa forme radicale et idéationnelle. Pour dessécher le Marais, nous avons besoin du Feu Solaire, un Grand Feu qui devrait être en abondance.

Le Marais et le Feu sont deux éléments opposés répartis à travers la terre. La géopolitique devient alors verticale. Les deux peuvent être trouvés à tout endroit. Le sens du lieu maintenant est l'élan du processus de drainage du Marais. Où ? Ici et maintenant.

Le Marais n'est plus l'hégémonie américaine car le Président de l'Amérique lui-même rejette une telle hégémonie. C'est donc l'hégémonie « tout court », l'hégémonie comme telle avec un vide purement postmoderniste au centre.

Les Etats-Unis sont l'Extrême Occident du monde. C'est l'espace de Minuit. Et là, le dernier point de la Chute est atteint. Le moment qui se déroule est celui du changement de pôles. L'Occident se transforme en Orient. Poutine et Trump sont dans les deux coins opposés de la planète. Au XXème siècle, ces deux extrêmes étaient incarnés par les formes les plus radicales de la Modernité - le capitalisme et le communisme - deux monstres apocalyptiques - le Léviathan et l’Hippopotame. Maintenant, ils se sont transformés en deux promesses eschatologiques : la Grande Russie de Poutine et l'Amérique qui se libére sous Trump. Le XXIème siècle a enfin commencé.

Donc tout ce dont nous avons besoin maintenant, c'est le Feu.

Alexandre Douguine (Katehon, 14 novembre 2016)

16/11/2016

A l'Est du nouveau ?...

Colloque éléments_Russie.jpg

Russie : à l'Est du nouveau ? Le nouveau colloque d'Eléments

Éléments organise le samedi 19 novembre prochain un colloque intitulé « À l’Est, du nouveau ? » avec pour invités principaux le formidable romancier Zakhar Prilepine, membre du Parti national-bolchevique (PNB), l’universitaire Jean-Robert Raviot, qui a dirigé l’ouvrage collectif Russie, vers une nouvelle guerre froide ? (La Documentation française) et le philosophe Alexandre Douguine. Comme à son habitude, notre éditorialiste Alain de Benoist clôturera cet après-midi exceptionnel.

 

Les stands feront la part belle à la littérature russe grâce à la présence de plusieurs maisons d’éditions spécialisées comme La Manufacture de Livres, qui lance Zapoï, une collection de polar russe sous la direction de notre ami Thierry Marignac, les éditions de la Différence et Les Syrtes qui publient les romans de Zakhar Prilepine, mais aussi les éditions Pierre-Guillaume de Roux, Le Polémarque et les éditions Astrée.

 

Ce colloque sera également l’occasion de mettre en valeur la richesse des ouvrages publiés par les collaborateurs d’Éléments, qui seront présents ce jour-là. Xavier Eman, entre autres, dédicacera son premier livre Une fin du monde sans importance, qui vient juste de paraître aux éditions Krisis.

 

Colloque « Russie : À l'Est, du nouveau ? »

Date : Samedi 19 novembre

Horaire : 13h30 à 18h

Entrée : 8 euros

Adresse : Espace Moncassin, 164 rue de Javel, Paris, XVe arrondissement

Réservation obligatoire en cliquant sur ce lien

01/11/2016

Les colonnes infernales de la défaite civilisationnelle...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Valérie Bugault, cueilli sur Le Saker francophone et consacré au concept de «sixième colonne», développé par Alexandre Douguine. Valérie Bugault est docteur en droit et spécialiste de fiscalité internationale.

 

MorgulHost.jpg

Les colonnes infernales de la défaite civilisationnelle

Cet article a été inspiré par une analyse du géopolitologue russe Alexandre Douguine dans laquelle il décrit les tenants et aboutissants du concept nouveau de «sixième colonne». Partant de ces constats très pertinents du côté russe, il m’est apparu utile d’en analyser les pendants du côté occidental. Le résultat de cette étude révèle bien autre chose qu’une entité, plus ou moins formelle, hostile aux peuples : elle révèle l’existence institutionnelle, en France, en Occident et au niveau mondial, de puissances d’argent dominantes, structurellement hostiles à tous les peuples du monde.

Le contexte occidental

Dans mes précédentes analyses de géopolitique économique (voir ma série d’articles publiés sur le site du Saker francophone), j’ai beaucoup insisté sur le fait que la conception française traditionnelle du droit avait été, depuis l’avènement des institutions européennes, battu en brèche au profit d’une conception anglo-saxonne, de nature économique et financière. J’ai également axé mon décryptage du système économique global sur le fait que la notion d’État était devenue, depuis le XXe siècle, une variable d’ajustement d’un modèle devenu supérieur, le modèle de l’entreprise de type capitalistique. Il résulte de mes analyses que le modèle civilisationnel anglo-saxon s’est peu à peu imposé dans tous les pays occidentaux, transformant derechef le fait politique en fait économique.

Cette évolution française et occidentale, sans accroc et accélérée au niveau mondial depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, a en réalité commencé bien avant par la captation, par les puissances d’argent, du pouvoir politique.

Les puissances d’argent ont commencé leur captation du pouvoir politique en Occident en s’emparant de façon hégémonique du fait monétaire, qu’elles ont extirpé de tout contrôle politique au moyen de la création du concept de «banque centrale». Ces banques centrales, présentées comme des entités étatiques mais réellement sous contrôle de capitaux et d’intérêts strictement privés, sont depuis longtemps les seules régulatrices des questions monétaires, elles contrôlent la masse monétaire en circulation dans chaque pays et finalement l’évolution de l’économie desdits pays. Ces banques, dénuées de tout contrôle politique, travaillent pour les intérêts des plus grands capitalistes. L’une des prérogatives régaliennes essentielles, le fait de battre monnaie, ne ressort désormais plus des compétences de l’État, occasionnant par là même une perte sérieuse de légitimité et de souveraineté de l’État.

Mais il y a plus, l’État lui-même est devenu, en Occident, le porte-parole des intérêts des plus grands détenteurs de capitaux. À cet égard, permettez-moi de prendre plus précisément l’exemple de la France, car tous les pays d’Europe occidentale, s’ils aboutissent au même résultat, n’ont pas suivi le même déroulement historique. En France, pays traditionnellement centralisateur, le fait politique est, depuis la troisième République, concentré autour de deux concepts : des partis politiques hiérarchisés et la «fabrique» d’hommes politiques professionnels, par des écoles et des formations plus ou moins dédiées constituant un vivier de recrutement. Ce phénomène permet une appropriation relativement aisée du pouvoir politique au moyen de la prise en main du sommet hiérarchique des «partis politiques» et de la corruption des quelques élèves sortant des fabriques à personnalités politiques. Cette corruption est d’ailleurs tout autant active que passive en raison de l’orientation idéologique du processus de formation lui-même ; l’instruction claironnée et tellement vantée s’analysant beaucoup plus en un formatage (matérialiste) des esprits qu’en une élévation de ces derniers.

Il résulte des phénomènes décrits ci-dessus qu’en France – et plus généralement en Occident – l’État s’est vu approprié par des intérêts privés sélectifs, perdant au passage sa légitimité intrinsèque. Le fait politique est devenu partie intégrante du fait économique dans la mesure où les intérêts privés des plus grands capitalistes – oligarques – ont mis la force publique résultant des institutions étatiques à leur service. Dès lors, le «fait» politique n’a plus pour vocation d’organiser, le plus sereinement possible, la vie en commun sur un territoire donné, mais a pour fonction de faire respecter, par le plus grand nombre, les intérêts financiers – homogènes – d’une caste particulière d’individus, les grands capitalistes accapareurs.

Identification de la sixième colonne dans le contexte occidental

Il résulte de l’analyse du contexte ci-dessus décrit que la sixième colonne identifiée par Alexandre Douguine n’a pas réellement d’équivalent en France et plus largement dans les pays occidentaux. Ou plutôt, ce sont les États et, plus récemment, les organisations étatiques supranationales (c’est-à-dire les institutions de l’Union européenne) qui sont eux-mêmes les porte-paroles de cette sixième colonne.

Pour revenir à la France, symbole éternel de l’évolution occidentale, l’État issu de la Révolution française a été approprié par les puissances d’argent, à savoir la bourgeoisie commerçante, devenue et mélangée à la bourgeoisie bancaire, enrichie par le commerce lié aux grandes découvertes et par la gestion des monnaies. Plus récemment, l’Union européenne a continué et accentué le processus mettant directement les institutions publiques au service de ces puissances d’argent ; en Europe occidentale les multinationales font les lois, qui s’appliquent à tous, et les «juridictions» européennes sont les garantes de cet ordre économique nouveau.

Ainsi, après 1789, la France est passée d’une monarchie, qui avait pour contre-pouvoirs tous les corps intermédiaires, à une oligarchie financière dénuée de tout contre-pouvoir, le tout sous le vocable trompeur de démocratie. La démocratie est le vêtement dont se pare le pouvoir sous le prétexte qu’existe une représentation populaire (pouvoir législatif). Mais cette représentation est, dans les faits, c’est-à-dire concrètement, catégorielle et non pas populaire parce que contrôlée par des partis politiques sous influence des puissances d’argent. L’appareil d’État (pouvoir exécutif) est par ailleurs lui-même géré par des hommes politiques issus du vivier contrôlé par ces mêmes puissances d’argent.

Il en résulte de la présente analyse qu’en Occident, c’est la structure même du pouvoir qui correspond au concept de sixième colonne identifié par Alexandre Douguine.

Aucun État occidental n’a cherché à s’affranchir de l’emprise des puissances d’argent qui donnent le «la» politique et dictent leur conduite à des États qui sont en réalité les gestionnaires des intérêts financiers des oligarchies occidentales associées. Certes, nous avons assisté en France et en Occident à des variations apparentes de politique, mais ces variations étaient entièrement dues aux choix effectués par les puissances d’argent dominantes : tantôt celles-ci étaient assez fortes, notamment en raison de leurs colonies, pour s’auto-gérer, tantôt elles ont dû s’allier à d’autres puissances d’argent ayant une conception différente de la vie en société et se plier, en conséquence, à ces nouvelles conceptions.

D’empire continental, la France (comme l’Allemagne et toutes les anciennes puissances d’Europe) est devenue colonie de l’empire des mers. Le droit continental écrit, civilisationnellement structurant, hérité de l’Empire romain, a ainsi définitivement cédé la place au droit anglo-saxon tout entier tourné vers la prédation économique des puissances d’argent.

La disparition inéluctable de l’ordre politique continental au profit de l’ordre politique atlantiste

La raison pour laquelle la France et tous les pays continentaux d’Europe occidental ont perdu leur identité civilisationnelle était, dès le départ, inscrite dans la structure même de leur pouvoir. La force de leurs puissances d’argent s’est avérée inférieure à la force des puissances d’argent dûment organisées à la façon britannique, et plus largement anglo-saxonne. Les Anglo-Saxons ont, depuis toujours, une conception économique de la vie en société qui a grandement favorisé l’émergence d’un modèle de captation des richesses aujourd’hui internationalement déployé par les instances internationales qui font «l’ordre international». C’est précisément ce modèle qui s’est érigé en pouvoir absolu non seulement au niveau local mais aujourd’hui au niveau mondial.

Le jour, symboliquement représenté par l’avènement de la Révolution française, où la France a banni la civilisation de «l’être» pour adopter, de façon extérieure à son propre développement, la civilisation de «l’avoir», et des «avoirs», elle a perdu non seulement sa suprématie politique mais aussi et surtout sa raison d’être. Reléguée à un rôle de boutiquier financier qu’elle n’a jamais vraiment maîtrisé, la France s’est volontairement soumise à son maître en la matière : la civilisation «de la mer», dirigée par les puissances financières anglo-saxonne.

La France n’était France que parce qu’elle n’avait pas donné la prééminence aux puissances d’argent. Autrement dit, la France n’était indépendante et autonome qu’à l’époque, qui correspond à l’ordre monarchique de l’Ancien Régime, où la spiritualité chrétienne était une valeur supérieure à la détention matérielle : la France n’avait d’existence institutionnelle réelle que parce qu’elle organisait, de façon structurelle, la supériorité de «l’être» sur «l’avoir», le statut social et les réalisations des individus passant avant leurs avoirs matériels – aujourd’hui simples numéros (dématérialisés) indiqués sur des comptes en banque dont les titulaires ne sont pas propriétaires.

Les évènements, de type tectonique, ci-dessus décrits ne peuvent se voir qu’une fois leur mouvement achevé, car de telles modifications, lentes par nature, sont peu apparentes. En revanche, elles opèrent des modifications si radicales des fondamentaux civilisationnels que leur résultat final est proprement spectaculaire : il rend méconnaissable le point de départ, qui était la notion d’État souverain, juridiquement déclinée en un Souverain qui dirige un État.

L’avènement transnational du pouvoir sans racine et de l’homme sans humanité comme finalité des puissances d’argent dominantes

Le point d’arrivée de ce mouvement tectonique, «forcé» par les puissances d’argent dominantes du point de vue institutionnel mais minoritaires du point de vue démographique, n’est, par construction, pas conforme à la vocation profonde des peuples concernés. C’est précisément la raison pour laquelle ces puissances d’argent estiment aujourd’hui indispensable de briser ce qu’il reste de cohésion nationale, identifiée avec le concept d’État-nation. La victoire ne sera totale pour les puissances d’argent que le jour où il ne restera plus aucune poche de résistance civilisationnelle, c’est-à-dire le jour où la structure sociétale naturelle des peuples aura été éradiquée. Nous assistons ainsi, partout dans le monde, à une radicalisation tendant à faire disparaître le regroupement des peuples par affinités culturelles, linguistiques et historiques : ce qui se fait au moyen de guerres, de coups d’État, de migrations forcées, d’organisation de la perte de repères spirituels et religieux. Ce mouvement est naturellement mondial puisque produit par les puissances d’argent prééminentes ayant organisé l’ordre international.

Plus généralement, il est une leçon de l’histoire que ces puissances d’argent victorieuses connaissent et redoutent : «Chassez le naturel et il reviendra au galop».

L’ordre naturel est tout entier, ab initio, le pire ennemi des puissances d’argent dominantes. Elles veulent bannir, interdire ou rendre impossible toute procréation naturelle, alimentation naturelle, soins naturels, cultures et élevages naturels, regroupement naturel d’individus, «droit naturel» et finalement toute humanité, tant il est vrai que l’humanité est une part du processus naturel qu’elles honnissent.

De leur détestation du «naturel», vient notamment le subit développement national et international de la théorie du genre. C’est également en raison de leur détestation du «fait naturel» que les puissances d’argent rêvent aujourd’hui de s’approprier physiquement la notion d’homme nouveau. Elles rêvent ainsi de créer un homme augmenté, par les pouvoirs de la science, faisant dangereusement dériver l’espèce humaine vers le transhumanisme, dont le développement technique est confié à des personnalités autistiques de type Asperger, coupées par essence du reste de l’espèce humaine par le fait qu’elles ne ressentent pas d’émotions positives les liant au groupe. Il faut d’ailleurs voir dans ce processus de recherche d’un «homme nouveau» la raison d’être, développée à partir de la seconde moitié du XXe siècle, de la hiérarchisation sociale des individus en fonction de prétendus QI (coefficient intellectuel), lesquels sont formatés pour mettre en avant les capacités «calculatoires» d’individus que l’on cherche à couper de toute réaction émotionnelle distinctive ; ces mêmes réactions émotionnelles qui ont assuré la survie de l’espèce humaine au fil des âges.

L’avènement de cet Homme nouveau-augmenté sera réservé aux puissances d’argent victorieuses. Il s’accompagnera d’un Nouvel Ordre Mondial – gouvernement mondial autoritaire, centralisateur à l’extrême, accompagné d’une religion mondiale et d’une crypto-monnaie mondiale – qu’une grande partie des populations ne connaîtra pas, vouées qu’elles sont à disparaître.

Valérie Bugault (Le Saker francophone, 23 octobre 2016)