Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/12/2009

Napoléon, vu d'Europe

Le numéro 46 de la Nouvelle revue d'histoire est en kiosque et propose un dossier consacré à Napoléon, vu d'Europe, avec des contributions, notamment, de Jean Tulard et de Thierry Lentz. On y trouve, par ailleurs un entretien avec l'historien espagnol Bartholomé Benassar.

NRH 46.jpg

A quoi sert l'histoire ?

A quoi sert l'histoire ?, c'est le titre d'un essai court, percutant et polémique (dans le bon sens du terme), publié aux éditions DIE et signé par un mystérieux Hannibal, qui serait "un journaliste connu de la grande presse".

L'histoire, selon l'auteur, peut prendre quatre formes principales. A l'histoire-connaissance (dont l'ambition est scientifique), s'oppose l'histoire-action (écrite pour servir un but politique), et à l'histoire de la tour d'ivoire (celle du spécialiste), s'oppose l'histoire du forum (celle destinée au grand public). Alors,"de quoi est faite l'histoire qui compte ? Est-ce la science ou une soupe d'images directrices qui meut l'homme Occidental" ? Pour répondre à ces questions, l'auteur s'attache "moins à la vérité qu'au mensonge, et moins au mensonge qu'à la mécanique de l'histoire-action, à la façon dont elle utilise mythes et  réalités pour en tirer un jugement." Peu importe "la réalité d'un fait, la véracité d'un récit : ce qui compte ici, c'est l'utilisation politique et morale de ce récit. Peu importe de savoir si untel a eu raison ou tort d'accuser Napoléon de crime contre l'Humanité, on [examine] à travers lui la machine à exploiter l'histoire. C'est le fonctionnement du tribunal de l'histoire qui nous importe."

Un ouvrage à ne pas manquer, donc.

Hannibal.jpg
"De Gaulle a dit : " On ne fait pas l'histoire avec des vérités mais avec une ambition.
" Depuis la Grèce antique deux histoires cohabitent : l'une s'efforce de ressembler à une science, l'autre est une action. C'est l'histoire-action qui remplit la tête des gens, par tous les moyens de communication. Or l'histoire juge. Elle forme notre morale, prescrit certains comportements, en proscrit d'autres. Il est donc capital de savoir qui écrit l'histoire à l'usage du peuple, et dans quel dessein.
Le sort des Juifs pendant la seconde guerre mondiale, loin d'être un détail de l'histoire, en est devenu le coeur. Hannibal analyse ce phénomène sans complaisance. Une indispensable introduction à notre nouvelle mentalité occidentale. "

15:39 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hannibal, histoire |  Facebook | Pin it! |

30/12/2009

Dix clefs pour combattre l'Amérique

Un texte sympathique de Jean de Lothier, cueilli sur le site de la revue Livr'Arbitres. Un point de désaccord avec son auteur, néanmoins : il paraît difficile de parler avec la même sérénité que lui d'un état qui mène en Europe, depuis plusieurs dizaines d'années, des opérations d'influence et de désinformation aussi détestables que celles menées par les Etats-Unis...

 

Oncle Sam.jpg

 

Dix clefs pour combattre l'Amérique

 

 

1/La stratégie du retournement

Il est primordial d’utiliser les armes de l’ennemi afin de lutter contre lui. C’est à dire conserver son identité, sa façon d’être au monde, tout en utilisant le dynamisme du modèle US et sa technologie, sans l’idéologie qui la structure. Ainsi, en guise de modèle, le réseau Internet devient un instrument de guerre que l’on retourne contre ses concepteurs. Il est un gigantesque forum où se préparent au quotidien les opérations intellectuelles, culturelles et politico-militaires contre la Pax Americana.

 

2/L’appel au boycott

L’appel au boycott des produits « made in Usa » est une entreprise de décontamination à grande échelle. Il s’agit de se démarquer (dans tous les sens du terme), de se singulariser, de s’identifier et de se libérer de la macule servile de la serpillière étoilée. Cette mesure implique la désertion des mangeoires bétaillères Mc Do, le refus de la coca-colonisation, et de toutes les autres formes d’aliénation culturelle aux couleurs de l’Amérique. S’affranchir du goût américain, c’est déjà rentrer en dissidence !

 

3/L’esprit partisan

Il importe de prendre fait et cause pour les guérillas, les rébellions, les résistances contre l’ordre américain. Les émules de Unabomber, les indépendantistes du Texas et d’Alaska, les zapatistes du Chiapas, les héritiers de Tupac Amaru, les spectres des fedayins disparus et les fils du « Vent divin » (kamikaze) sont nos frères d’armes dans la lutte contre l’américanisation du monde. A chacun d’apporter l’étincelle qui fera s’embraser les volontés et allumer les feux de la bataille finale contre l’odieux Uncle Sam.

 

4/Le rire armé

L’ennemi paraît d’autant plus indestructible qu’il impressionne. Dès l’instant où se dévoilent sa faiblesse, son inconséquence et sa niaiserie, sa crédibilité se décompose. L’étalage de l’imbécillité comique des artisans de l’hyperpuissance états-unienne indique une faiblesse. La libidineuse affaire Lewinski, l’attentat du bretzel étrangleur, les gesticulations du gouvernator Conard le Barbant donnent la juste mesure d’un pays où le ridicule est roi, et où triomphent le toc et le vulgaire. Derrière les gesticulations simiesques de la force brute, se révèle le néant par lequel un rire dévastateur peut s’engouffrer.

 

5/La démythification de l’histoire US

 « L’Amérique ! Ses grands espaces de liberté, son idéal de justice,… ». Foutaises que tout cela ! Il est vital de dire, d’écrire, de proclamer inlassablement que l’histoire états-unienne est une litanie d’usurpations et de crimes : du génocide originel à Wounded Knee ; de la guerre hispano-américaine, premier acte militaire contre l’Europe, au bombardement des populations civiles du Havre, de Dresde et de Belgrade ; de l’atomisation des villes japonaises aux bombardements à fragmentation et à uranium appauvri contre l’Irak. Les Etats-Unis ou l’histoire d’un prédateur insatiable.

 

6/L’anti-american way of life

L’Amérique incarne un mode de vie placé sous le signe de l’utilité marchande, de la rentabilité économique et de l’intérêt matériel. A cela, il convient d’opposer une façon d’être au monde qui affirme le sens de l’acte gratuit, l’intelligence du cœur, la force de l’âme. Aux Etats-Unis, il faut savoir se vendre pour exister. En Europe et partout ailleurs, les ressources de l’âme doivent se mobiliser afin de renverser l’idole matérialiste états-unien.

 

7/La voie eurasienne

Trop longtemps habitués à regarder vers l’Ouest, les Européens doivent désormais regarder à l’Est où pourrait se lever demain l’aurore d’une Europe renaissante. La Russie dispose d’un potentiel identitaire et énergétique non négligeable. Elle partage avec l’Europe des racines communes Cette voie euro-sibérienne doit impérativement s’articuler autour d’un axe Paris-Berlin-Moscou. La maison commune eurasienne participerait alors à la construction d’un monde multipolaire qui ne soit plus écrasé par la domination amerloque. Les fils de l’Imperator Karolus Magnus doivent unir leur force à celles des enfants du Czar Pierre le Grand pour partir à l’assaut de la forteresse états-unienne qui enténèbre le continent européen.

 

8/La désotanisation de l’Europe

Il y a à ce jour 114 000 militaires US en Europe. C’est 114 000 de trop ! Une mesure symbolique et stratégique prise par les citoyens européens (lancement d’une campagne d’information, mettant en exergue le scandale de la présence américaine sur la terre d’Europe) devrait aboutir, par voie de manifestation populaire, au démantèlement de la présence militaire américaine en Europe, établissant de fait une doctrine Monroe européenne (« L’Europe aux Européens ! ») mettant un terme à la permanente ingérence états-unienne dans les affaires continentales.

 

9/L’alliance euro-arabe

La phobie auto-entretenue et les idées courtes qui circulent à propos de l’Islam (tous les musulmans ne sont pas salafistes !) nous font perdre de vue que l’Europe et le monde arabo-musulman partagent des intérêts géopolitiques communs. L’espace méditerranéen offre la possibilité d’une alliance culturelle et stratégique euro-arabe face à l’impérialisme militaire et marchand des Etats-Unis. La Méditerranée doit redevenir la mer intérieure (Mare Nostrum) qu’elle était dans l’Antiquité, en se libérant prioritairement de la VIe flotte US qui souille ses eaux. Cela ne peut être que si est établie une paix juste entre Israël (dont on n’oubliera pas qu’elle est historiquement et culturellement reliée à la civilisation européenne)[1] et les pays arabes. Les intérêts de l’Etat hébreu ne sont pas ceux des USA[1].

 

10/L’anti-américaine attitude

Adoptons un comportement qui nous change la vie de tous les jours et améliore notre style (désaméricanisons notre langage), notre connaissance du monde (désorientons les voyageurs yankees demandant leur chemin), notre forme physique (cassons la gueule aux missionnaires illuminés et endiablés qui, harnachés dans leurs costards classieux arpentent les villes d’Europe, le sac en bandoulière, en dégainant à chaque rencontre the holy bible version New World), nos compétences techniques (piratons les autoroutes de l’information états-unienne). Pour cela, levons-nous chaque matin avec la flamboyante maxime de Unabomber : « une société est un système dans lequel les parties sont en interaction, et vous ne pouvez pas changer de façon permanente un élément sans que les autres éléments en soient simultanément affectés ».

 

 

 

Jean de Lothier (Livr'Arbitres, 27 décembre 2009)



[1] [1]Certains oublient l’activité des agents du Mossad aux Etats-Unis (notamment le cas de Jonathan Pollard, ancien analyste au service des renseignements militaire de la marine US – et agent israélien infiltré – incarcéré depuis 1986 pour avoir fourni, entre 1983 et 1984, les codes d’accès et de cryptage de la National Security Agency ainsi que des informations vitales à l’Etat hébreu, entre autre, sur le potentiel biologique, chimique et nucléaire de la Syrie, de la Libye ou de l’Iran). (Cf « Un réseau d'espionnage israélien démantelé aux Etats-Unis », Le Monde, 05.03.2002). De plus, les rapports troubles entre l’Oncle Sam et la dynastie Saoud ont créé une marge critique entre les orientations israéliennes et américaines. Cf. Frédéric Encel, François Thual, Géopolitique d’Israël : Dictionnaire pour sortir des fantasmes, Paris, Seuil, 2004. Enfin, quoi qu’en pense le sous-Farrakhan hexagonal Dieudonné, ce n’est pas l’arabophobie ni l’islamophobie qui anime les soldats de Tsahal mais plutôt l’esprit de défense des combattants antiques de Massada ou des insurgés héroïques du ghetto de Varsovie. Israël doit vivre comme la Palestine !

 

 

29/12/2009

Un signe de notre temps...

devoir-memoire.jpg
 

"Un signe de notre temps : le devoir de mémoire est devenu martyrologie. Je trouve fâcheux qu'hommage soit si peu rendu aux héros plutôt qu'aux martyrs. D'une part, parce que la notion de martyr est en soi de mauvais goût. D'autres part, parce que les supposés « martyrs » sont toujours inférieurs en valeur d'exemplarité, aux « héros », aux combattants – quels qu'ils soient – aux courageux – a quelque camp qu'ils appartiennent. Je trouve sinistre qu'à notre époque, je trouve sinistre pour notre époque – que Pierre Brossolette soit si oublié, qu'il n'y ait pas, à Paris, une rue Jean Prévost ou une rue du Général Frère, chef de l'Organisation de la Résistance Armée, et mort en déportation en 1944."

Pierre Le Vigan, Le Front du Cachalot (Dualpha, 2009)

28/12/2009

Konrad Lorenz dans le fleuve du vivant (II)

Lorenz 3.jpg

L'oeuvre de Konrad Lorenz, qui avait été largement publiée en collection de poche dans les années 80-90, mais qui avait un peu disparu des librairies ces dernières années, semble connaître un retour en grâce, puisque qu'après Les fondements de l'étologie, publié au deuxième semestre 2009 dans la collection Champ Flammarion, L'agression doit ressortir dans la même collection au cours du premier trimestre 2010.

fondements de l'éthologie.jpg
"A côté de la théorie de la relativité d'Einstein ou de la psychanalyse freudienne, l'éthologie, science neuve dont Konrad Lorenz s'est fait l'initiateur et qui étudie le comportement animal de manière comparative, fait désormais partie, quarante ans après sa naissance, de la culture occidentale. Œuvre profondément personnelle, le présent volume est une véritable "somme" de la pensée de Lorenz ; qui veut seulement en contester les résultats ne pourra l'ignorer. Dans l'introduction, Lorenz illustre à grands traits les directions du développement de l'éthologie et ses propres positions théoriques. La première partie, consacrée aux aspects méthodologiques essaie de tracer les frontières sûres de l'étude comparée du comportement et en établit les règles rigoureuses. Puis le concept de système, ou plutôt d'unité fonctionnelle indivisible révèle toute sa fécondité pour l'étude de la nature. La conclusion affronte les modifications du comportement obtenues par l'apprentissage : s'il est vain de tenter une explication à fondement unique, comme le voudraient les behaviouristes, il est indubitable que même ces "programmes ouverts" contiennent une quantité notable d'information acquise par l'espèce. Accusé d'"innéisme" excessif. Lorenz se défend avec vigueur. Il survole ici les aspects du comportement humain, mais les résultats de l'éthologie animale ont une portée si générale que la référence transparaît. L'édifice lumineux mais fragile de notre rationalité, nous avertit Lorenz, repose sur un terrain d'instincts primordiaux que nous partageons avec des créatures bien plus primitives dans l'échelle de l'évolution et avec qui nous devons compter."
Pour découvrir l'oeuvre de Lorenz, on peut aussi lire les entretiens qu'il avait accordé à Frédéric de Towarnicki et qui voennent d'être publié en poche aux éditions Rivages.
Lorenz- Towarnicki.jpg

"Je reste optimiste ; de petits points lumineux d'espoir commencent à briller, ici et là, beaucoup de gens commencent à prendre conscience des grands dangers de notre futur, la pollution, la surpopulation, etc. Et alors la peur est un détonateur qui déclenche le salut." (Konrad Lorenz)

Les entretiens de Frédéric de Towarnicki avec Konrad Lorenz datent des années 1970 et 1980. Ils permettent de mieux comprendre la pensée de l'un des fondateurs de l'éthologie - la science des comportements animaux. Konrad Lorenz a reçu le Prix Nobel en 1973.

18:18 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : konrad lorenz |  Facebook | Pin it! |

Une extraordinaire entreprise de falsification du réel...

 

Falsification.jpg

"L'aversion que m'inspiraient les journalistes venait, je commençais à le comprendre, de l'extraordinaire entreprise de falsification du réel qui se mettait en place dès cette époque et qui visait à redoubler le monde d'une vérité fabriquée à partir des restes de la grande cuisine philantropique – la seule qui fut acceptable dans l'édification d'une dictature démocratique universelle, laquelle, avec ses droits de l'homme, son antiracisme, et son sens démesuré de l'expiation, serait une sorte de protestantisme définitivement sorti du christianisme et voué aux seuls intérêts du libéralisme économique [...]."

 

Richard Millet, La confession négative (Gallimard, 2009)