Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

rome

  • Ne perdons pas notre latin !...

    Les éditions Les Belles Lettres ont publié récemment un essai de Robert Delord intitulé Mordicus - Ne perdons pas notre latin ! . L'auteur est professeur de Lettres classiques et enseigne le latin depuis plus de quinze ans. Il préside également l'association "Arrêtes ton char !" , consacrée aux langues et cultures de l'antiquité aujourd'hui, dont le site mérite le détour...

     

    Delord_Mordicus.jpg

    " Mordicus : mordre le latin à belles dents, le latin qui se joue en classe pour offrir aux adolescents des armes intellectuelles.

    Mordicus : montrer les dents, en se battant, patiemment et ardemment, contre les préjugés, contre les idéologies, contre les contraintes budgétaires, contre l’uniformisation de l’éducation et de la culture, contre tant des forces qui égarent notre époque, pour que chacun comprenne que le latin tranchera au vif la formation du monde de demain.

    Dans ces pages passionnées, touchantes, drôles, vous verrez le latin comme vous ne l’avez peut-être jamais vu et, que vous l’ayez ou non étudié, vous aurez sûrement envie d’en (re)faire demain. Pour demain. "

    Au sommaire :

    Introduction

    Situation du latin
    Mais qui veut la peau du latin ?
    Latin : l’élitisme pour tous
    Apprendre et enseigner le latin : un acte de rébellion

    Le latin, à la croisée des savoirs
    La reconquête du français
    Le latin, passerelle entre les langues
    Latin et sciences

    Le latin, bien commun
    L’imaginaire antique
    Homo sum, nihil humani a me alienum puto
    Latin et citoyenneté
    Le prisme de l’Antiquité

    Lien permanent Catégories : Livres 0 commentaire Pin it!
  • Le Journal secret de Curzio Malaparte...

    Les éditions de la table ronde viennent de publier, dans leur collection quai Voltaire, le Journal secret de Curzio Malaparte. Journaliste, essayiste et fasciste dissident, Malaparte est l'auteur de plusieurs livres célèbres comme son essai Technique du coup d'état ou ses récits Kaputt et La peau

     

    Malaparte_Journal secret.jpg

    " Le Journal secret est tenu par Malaparte de 1941 à 1944, alors qu'il est accrédité comme correspondant de guerre auprès des troupes allemandes pour le compte du Corriere della Sera, sur les fronts de l'est et du nord de l'Europe. La première partie suit Malaparte dans ses déplacements de Sofia à Berlin en octobre 1941, jusqu'à la Finlande et la Laponie en 1942. L'auteur y note les descriptions, dialogues et anecdotes, notamment issus du milieu militaire allemand et finlandais qu'il fréquente, susceptibles de devenir matériau d'écriture. De larges parties sont consacrées à la découverte des paysages et du peuple lapons. La seconde partie se déroule à Capri en 1943, dans la maison dessinée par Malaparte sur l'éperon rocheux de Capo Masullo, au moment où il entreprend l'écriture de Kaputt. Ce sont alors de courtes notes relatant entre autres les vicissitudes de la relation compliquée de l'écrivain avec Loula, la jeune épouse franco-guatémaltèque du directeur d'un hôtel de Capri. On assiste au jour le jour à la maturation puis à l'écriture de Kaputt. Le roman naît durant le séjour en Finlande et en Laponie : le titre surgit au détour d'une marge. De nombreuses scènes, telle que la célèbre scène du sauna, directement vécues par le reporter de guerre, sont racontées et seront retravaillées pour le roman que le lecteur voit se contruire sous ses yeux, depuis la nuit métallique et froide des terres arctiques jusqu'à l'île méditerranéenne incandescente. Poétique et intime, le Journal est souvent bouleversant pour le lecteur peu habitué à côtoyer Malaparte dans sa solitude d'homme, de romancier et de reporter de guerre. "

    Lien permanent Catégories : Livres 0 commentaire Pin it!
  • Savoir vivre au pied d'un volcan...

    Les éditions Albin Michel viennent de publier un essai de Michel Onfray intitulé Sagesse. Philosophe populaire, tenant d'un socialisme libertaire, Michef Onfray a publié de nombreux ouvrages, dont dernièrement  Cosmos (Flammarion, 2015) et Décadence (Flammarion, 2017).

    Onfray_Sagesse.jpg

    " Comment se comporter dans une civilisation qui menace de s’effondrer ? En lisant les Romains dont la philosophie s’appuie sur des exemples à suivre et non sur des théories fumeuses.
    Sagesse est un genre de péplum philosophique dans lequel on assiste à la mort de Pline l’Ancien et à des combats de gladiatrices, à des suicides grandioses et à des banquets de philosophes ridicules, à des amitiés sublimes et à  des assassinats qui changent le cours de l’histoire. On y croise des personnages hauts en couleur : Mucius Scaevola et son charbon ardent, Regulus et ses paupières cousues, Cincinnatus et sa charrue, Lucrèce et son poignard. Mais aussi Sénèque et Cicéron, Épictète et Marc Aurèle.
    Ce livre répond à des questions très concrètes : quel usage faire de son temps ? Comment être ferme dans la douleur ? Est-il possible de bien vieillir ? De quelle façon apprivoiser la mort ? Doit-on faire des enfants ? Qu’est-ce que tenir parole ? Qu’est-ce qu’aimer d’amour ou d’amitié ? Peut-on posséder sans être possédé ? Faut-il s’occuper de politique ? Que nous apprend la nature ? À quoi ressemble une morale de l’honneur ?
    Dans l’attente de la catastrophe, on peut toujours vivre en Romain : c’est-à-dire droit et debout. "

    Lien permanent Catégories : Livres 0 commentaire Pin it!
  • Romulus, jumeau et roi...

    Les éditions Les Belles Lettres ont publié récemment un essai de Dominique Briquel intitulé Romulus, jumeau et roi - Réalités d'une légende. Ancien élève de l’École normale supérieure et de l’École française de Rome, influencé par Georges Dumézil, Dominique Briquel a été professeur de latin à la Sorbonne et est spécialiste de la civilisation étrusque.

     

    Briquel_Romulus jumeau et roi.jpg

    " Quelle idée les Romains ont-ils eue de se donner comme fondateur un fratricide ?
    Ils étaient incapables de rendre compte du crime horrible, contraire aux lois les plus fondamentales du comportement humain, de celui qu’ils avaient pourtant promu au rang des dieux sous le nom de Quirinus. Si Romulus était difficile à comprendre pour les Romains eux-mêmes, il semble possible de l’éclairer en faisant appel à des héros connus ailleurs et qui présentent des traits analogues, en cherchant la réponse du côté de la mythologie comparée.
    L’auteur met à contribution le monde indoeuropéen, avec notamment le personnage que les Iraniens considéraient comme leur premier roi, ce Yima dont le nom signifie jumeau, ou des souverains, tout aussi légendaires, que les Scandinaves ou les Arméniens situaient au début de leur histoire ; mais d’autres aires culturelles se révèlent également riches d’enseignements, comme le monde biblique avec Jacob qui supplante son jumeau Ésaü.
    Relue à la lumière de ces parallèles, la vie de Romulus apparaît comme l’application à la naissance de Rome d’une antique représentation de la mise en place de l’humanité telle que nous la connaissons, dans un cadre civilisé qui s’est bâti sur le rejet du chaos antérieur. "

    Lien permanent Catégories : Livres 0 commentaire Pin it!
  • Promenade dans la Rome antique...

    Les éditions Perrin viennent de rééditer dans leur collection de poche Tempus le Dictionnaire amoureux de la Rome antique de Xavier Darcos. Agrégé de lettres classiques et latiniste, Xavier Darcos a été professeur de khâgne à Louis-le-Grand avant de devenir, quelques années plus tard, ministre de l’Éducation nationale.

     

    Darcos_Dictionnaire amoureux de la Rome antique.jpg

    "« Je propose tout simplement d’évoquer ce qui me touche, m’étonne ou m’enchante dans l’Antiquité romaine. J’ai essayé, à partir des réalités pittoresques et des personnages hauts en couleur, de rendre intelligibles une culture, des splendeurs, des valeurs, des croyances, des comportements, une littérature… sans trop idéaliser, car la Rome antique fut raffinée mais violente et cruelle. Ces contrastes nous éclairent aussi sur nous-mêmes : certes nous sommes distincts de nos ancêtres latins, mais ils nous ont légué notre lexique, notre droit, nos canons esthétiques, nos figures légendaires, nos mœurs. On ressent toute la vigueur du génie de cette civilisation romaine qui a su transformer une bourgade rurale en capitale du monde. »"

    Lien permanent Catégories : Livres 0 commentaire Pin it!
  • Le loup dans l'imaginaire européen...

    Les éditions du Seuil viennent de publier un essai de Michel Pastoureau intitulé Le loup - Une histoire culturelle. Directeur d’études à l’École pratique des hautes études et à l’École des hautes études en sciences sociales, Michel Pastoureau est un spécialiste de l'histoire des couleurs, de la symbolique, des armoiries et de l'héraldique. Il est l'auteur de nombreux essais comme L'étoffe du diable (Seuil, 1991), Une histoire symbolique du Moyen-Age occidental (Seuil, 2004) ou L'ours - Histoire d'un roi déchu (Seuil, 2013).

     

    Pastoureau_Le loup.jpg

    " Dans l’imaginaire européen, quelques animaux jouent un rôle plus important que les autres et forment une sorte de «bestiaire central». Le loup en fait partie et en est même une des vedettes.

    Il occupe déjà cette place dans les mythologies antiques, à l’exemple de la louve romaine, qui a nourri Romulus et Rémus, du loup Fenrir, destructeur du panthéon nordique, et des nombreuses histoires de dévorations, de métamorphoses et de loups-garous. Ces derniers sont encore bien présents au Moyen Âge, même si la crainte du loup est alors en recul. Les bestiaires dressent du fauve un portrait négatif et le Roman de Renart en fait une bête ridicule, bernée par les autres animaux et sans cesse poursuivie par les chasseurs et les paysans.

    La peur du loup revient à l’époque moderne. Les documents d’archives, les chroniques, le folklore en portent témoignage: désormais les loups ne s’attaquent plus seulement au bétail, ils dévorent les femmes et les enfants. L’étrange affaire de la Bête du Gévaudan (1765-1767) constitue le paroxysme de cette peur qui dans les campagnes ne disparaît que lentement. Au xxe siècle, la littérature, les dessins animés, les livres pour enfants finissent par transformer le grand méchant loup en un animal qui ne fait plus peur et devient même attachant. Seuls la toponymie, les proverbes et quelques légendes conservent le souvenir du fauve vorace et cruel, si longtemps redouté. "

    Lien permanent Catégories : Livres 0 commentaire Pin it!