Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

guerre civile

  • Demain, la France aux mains des barbares ?...

    Vous pouvez découvrir ci-dessous Le Samedi Politique de TV Libertés, diffusé le 5 octobre 2019 et présenté par Élise Blaise, qui recevait Laurent Obertone, pour évoquer son roman de politique-fiction réaliste, Guérilla - Le temps des barbares (Ring, 2019)... Journaliste, Laurent Obertone est l'auteur de trois enquêtes essentielles, La France Orange mécanique (Ring, 2013), La France Big Brother (Ring, 2015) et La France interdite (Rig, 2018), qui ont réussi à ébranler l'édifice du politiquement correct, du récit Utøya (Ring, 2013) et du roman Guérilla - Le jour où tout s'embrasa (Ring, 2016).

     

                                  

    Lien permanent Catégories : Entretiens, Multimédia 0 commentaire Pin it!
  • Le temps des barbares...

    Les éditions Ring viennent de publier le nouveau roman de Laurent Obertone intitulé Guérilla - Le temps des barbares, qui fait suite à Guérilla - Le jour où tout s'embrasa (Ring, 2016). Journaliste, Laurent Obertone est l'auteur de trois enquêtes essentielles, La France Orange mécanique (Ring, 2013), La France Big Brother (Ring, 2015) et La France interdite (Rig, 2018), qui ont réussi à ébranler l'édifice du politiquement correct, ainsi que du récit Utøya (Ring, 2013).

     

    Obertone_Guerilla - Le temps des barbares.jpg

    " Du sang, des armes et des larmes.
    Voyage au bout de la guerre totale.

    Plus d'État.
    La France s'est effondrée en trois jours, livrée aux assassins qui tiennent les rues, aux chiens de guerre qui terrorisent les campagnes. Partout le pillage. La folie. La survie. Partout le silence des réseaux détruits. Et partout la violence.

    Plus de règles.
    Des crânes perforés de balles, des ombres qui fuient, des rues dévastées, des cadavres déchiquetés à perte de vue, des ordres, des plaintes, des cris, des rafales d'armes automatiques se répondant d'une rue à l'autre, des geysers de flammes et le bruit sourd des rotors brassant le ciel ardent des villes.

    Plus d'issue.
    Ils étaient de simples citoyens. Ils ne sont plus que des créatures humaines, privées de tout, isolées dans leur méfiance, prêtes à tuer pour un bidon d'essence.

    Best-seller international, Guerilla – Le jour où tout s'embrasa décrivait l'effondrement de la France en soixante-douze heures. Bienvenue dans la suite vertigineuse de l'odyssée. "

    Lien permanent Catégories : Livres 0 commentaire Pin it!
  • « Notre pays n'est pas en paix à l'intérieur »...

    Vous pouvez découvrir ci-dessous un entretien donné par Xavier Raufer à Jean-Baptiste Mendes pour Sputnik France, à l'occasion de la sortie de son livre Le crime mondialisé (Cerf, 2019). Criminologue et auteurs de nombreux essais, Xavier Raufer a publié ces dernières années Les nouveaux dangers planétaires (CNRS, 2012) et Criminologie - La dimension stratégique et géopolitique (Eska, 2014) et a également coordonné l'ouvrage collectif intitulé La première cyber-guerre mondiale ? (Eska, 2015).

     

                                          

    Lien permanent Catégories : Entretiens, Multimédia 0 commentaire Pin it!
  • Prisons, émeutes de banlieue... La guerre civile en marche ?...

     Vous pouvez découvrir ci-dessous Le samedi politique de TV Libertés, diffusé le 9 mars 2019 et présenté par Élise Blaise, qui recevait Xavier Raufer, pour évoquer les émeutes de Grenoble et l'attaque de deux gardiens de prison par un détenu islamiste, symptômes de cette guerre civile qui vient... Criminologue et auteurs de nombreux essais, Xavier Raufer a publié ces dernières années Les nouveaux dangers planétaires (CNRS, 2012) et Criminologie - La dimension stratégique et géopolitique (Eska, 2014) et a également coordonné l'ouvrage collectif intitulé La première cyber-guerre mondiale ? (Eska, 2015).

     

     

                                       

    Lien permanent Catégories : Décryptage, Entretiens, Multimédia 0 commentaire Pin it!
  • Qui a dit guerre civile ?... (2)

    Nous reproduisons ci-dessous un article de François-Bernard Huyghe, cueilli sur son site huyghe.fr et consacré aux traces de panique qui commencent à transparaître dans le discours du gouvernement...

    Spécialiste de la guerre de l'information, François Bernard Huyghe, auteur de nombreux livres, a récemment publié La désinformation - Les armes du faux (Armand Colin, 2015) et Fake news - La grande peur (VA Press, 2018).

     

    Ministère_Gilets jaunes.jpg

    Qui a dit guerre civile ? (2) - Parti de l’ordre, parti de la peur ...

    Dans le dernier article, nous rappelions qu’il n’y a pas guerre civile, car il n’y a heureusement eu ni mort, ni usage d’armes létales. Mais, violence il y a et nous en sommes au huitième affrontement / défi sur rendez-vous. Le dernier épisode - la fuite rue de Varenne (ou de Grenelle) de Benjamin Griveaux assiégé en son ministère - montre l’effet panique qui gagne les gouvernants. Voir ses déclarations : « C’est la République et les institutions qui étaient visées. Ce ministère est le ministère des Français et de l’équilibre des institutions… Nous ne céderons rien à la violence.». Le ton est moins martial que lorsqu’il dénonçait la « peste brune ». Ou lorsqu’il était question « d'agitateurs qui veulent l'insurrection et, au fond, renverser le gouvernement » et face auxquels « nous devons être encore plus radicaux dans nos méthodes » (et ne remontons pas à « ceux qui fument des clopes et utilisent du diesel »). Cela s’appelle la peur.

    Au-delà de la personne du porte-à-faux gouvernemental, tout affrontement de ce type révèle la polarisation d’une société et oblige à se ranger dans un camp où dans l’autre Dominant dominé, aujourd’hui assiégeant assiégé. D’où la question : guerre de mouvement ou guerre de position ? Dans la mesure où les forces en présence se mesurent jour après jour, cherchent à s’affaiblir mutuellement et à gagner progressivement des avantages y compris symboliques, nous sommes bien en présence d’une guerre de position au sens de Gramsci.

    Donc un front principal, social, politique, idéologique et deux camps, hétérogènes mais unifiés par la lutte. Les Gilets jaunes clivent la France comme l’affaire Dreyfus en son temps et si vous voulez passer un dîner en ville paisible, souvenez vous du célèbre dessin de Caran d’Ache et évitez d’en parler. Mais comme nous allons en parler ici, commençons par quelques définitions de base. Quand le conflit revient, il se structure autour d’intérêts, certes, mais aussi de croyances fondamentales - à commencer par les fameuses valeurs -. Mais tout cela ne va pas sans discours explicatifs et sans projets à réaliser (vaincre, c’est imposer sa volonté). Mon tout s’appelle, on s’en doute lutte pour l’hégémonie.

    Commençons par par le camp au pouvoir, très bien identifié par les commentateurs comme celui des élites. C’est une notion qui recouvre, les riches, la technostructure d’État, les milieux financiers, les classes urbaines à haut niveau de revenu, à éducation développée, à forte mobilité. Mais aussi des gens à visibilité sociale élevée, experts, faiseurs d’opinion, et bien sûr gens de médias. Je ne sais pas si l’énumération qui précède fait beaucoup de sens en sociologie, mais elle est évidente pour ceux qui manifestent. Et c’est souvent le terme de bobo qu’emploient les Gilets jaunes, agacés autant par les privilèges que par la prétendue supériorité morale de ceux d’en haut, pour désigner l’ennemi de classe. Cela devient combat de l’ochlocratie (pouvoir des foules) contre l’oligarchie (pouvoir de quelques uns). C’est du moins ainsi que disaient les Grecs qui ne disposaient pas des intéressants concepts de centraux et périphériques ou progressistes et populistes et ne regardaient pas les émissions de débat.

    Quels intérêts ? De son aveu même, le macronisme est une philosophie de premier de cordée, d’obsédé du mouvement et de la réussite, de techno saint-simonien qui s’ignore mais qui pense que tout est problème + solution pour qui est assez dynamique. Le succès de Macron s’expliquait par sa capacité à rassembler (outre les retraités qui avaient peur que MLP leur supprime leurs euros économisés) a) une bourgeoisie « progressiste », « bougiste », libérale et libertaire à la fois dont les maîtres mots sont moderniser et ouvrir et b) une bourgeoisie plus traditionnelle, ayant largement voté Fillon, mais qui pensait que ce type dynamique allait débureaucratiser et trouver des réponses pragmatiques pour une bonne gestion.
    Poursuivre la réforme structurelle, conformer le pays aux standards internationaux libéraux devient alors l’alpha et l’omega, capable de faire oublier le vieux clivage (d’ailleurs très relatif et bien mis à mal sous Hollande) droite/gauche ou libéraux atlantistes / keynesiens européens. C’est le parti, on l’a écrit cent fois, des centraux contre les périphériques, des bénéficiaires de la mondialisation contre les perdants, des « everywhere » contre les « somewhere », etc.

    Quelles « passions » ? Vu du point de vue macroniste, elles sont dynamiques et positives à fortes connotations entrepreneuriales : succès, mouvement, ouverture, universalisme, innovation, efficacité. Le tout résumé par un vague appel aux « valeurs de la République » qui sont bonnes filles et se laissent reprendre par qui veut. Et qui servent largement à assimiler le manifestant violent à un ennemi de la République (il est connu que les révolutions de 1789, 1830, 1848… furent non-violentes). D’où les concours d’indignation et les appels à condamner encore plus fortement les violences inacceptables.

    D’où leur douloureux étonnement de découvrir qu’il y a des personnes « illibérales », conservatrices, soucieuses de leur identité, demandeuses de protection, attachées à leurs communautés et à leur patrimoine, etc. Ce ne peut être que parce qu’il y a manipulation (ces gens sont désinformés) ou par fragilité psychique (peur de l’autre, repli sur le passé). Il doit y avoir des remèdes. D’où une invraisemblable incompréhension de toute forme de critique classée sous la catégorie
    - de l’ignorance (ils n’ont pas compris, les résultats ne leur sont pas encore assez sensibles, ils sont intoxiqués par des complotistes, d’ailleurs la satanique manipulatrice Frigide Barjot ne vient-elle pas de se réveiller)
    - ou des penchants criminogènes (extrémisme, violence et subversion).

    Nous le verrons dans l’article suivant, les passions des classes supérieures sont vécues comme des marques de mépris par celles d’en bas.

    Quelles interprétations ? Le logiciel macroniste est binaire et assez simple. Le monde va dans le sens d’une société des individus plus apaisée et plus universelle. Le mouvement de l’économie et de la technologie pousse en ce sens et l’Europe incarne l’achèvement d’une société postpolitique respectueuse des droits, des individus qui doivent s’y épanouir, mais aussi de la Nature que nous ne devons pas brutaliser non plus. Le binôme mouvement et respect constitue une synthèse indépassable. Indépassable, sauf que des milliards d’individus, chinois, russes, indiens ou autres, ne sont pas de cet avis et qu’au sein même du Paradis post-historique européen, la plèbe renâcle.

    Quels projets ? Ici la tactique se révèle plus confuse qui devrait nous permettre de retourner à la grande stratégie (marche en avant progressiste universaliste du bloc bourgeois, victoire finale sur les derniers ferments de nationalisme ou de conservatisme). Que faire ?
    - Argument de l’ordre, moi ou le chaos, qui devrait ramener au bercail la droite plus traditionnelle un moment choquée par le comportement décontracté de Jupiter
    - Diabolisation du mouvement Gilet jaune assimilé (amalgamé ?) à ses éléments les plus durs physiquement ou idéologiquement. C’est le thème : bande de casseurs anti-Républicains, beaufs, homophobes et russophiles, antisémites, zemouro-dieudonno-houelbecquiens, abrutis, etc.
    - Relativisation : le mouvement s’essouffle et n’est d’ailleurs pas si représentatif
    - Division : nous ne confondons pas les aspirations légitimes (auxquelles va d’ailleurs répondre notre dynamique, mais nous avons tardé et avons mal expliqué) et la volonté diabolique des subversifs anti-Républicains
    - Carotte : venez dialoguer, nommez des représentants, exprimez vous par écrit, et. D’ailleurs ne vous a-t-on pas lâché dix milliards en dix minutes le dix décembre ? Médiation et discussion. Ce qui n’empêche pas que nous poursuivrons notre marche triomphale vers la réforme, pendant que vous serez au comité Théodule.
    - Promesses : vous allez voir le Grand Débat national…

    Cela peut marcher ? Pour gagner, il faut s’imposer dans les têtes et transformer ses propositions en évidences qui fonctionnent spontanément. Nous verrons dans un prochain article ce qu’il en est en face.

    François-Bernard Huyghe (Huyghe.fr, 6 janvier 2019)

    Lien permanent Catégories : Points de vue 0 commentaire Pin it!
  • Qui a dit guerre civile ?... (1)

    Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de François-Bernard Huyghe, cueilli sur son site Huyghe.fr et consacré à l'ambiance de guerre civile qui se développe en France au travers des discours des protagonistes de la crise des Gilets jaunes... Spécialiste de la guerre de l'information, François Bernard Huyghe, auteur de nombreux livres, a récemment publié La désinformation - Les armes du faux (Armand Colin, 2015) et Fake news - La grande peur (VA Press, 2018).

     

    Gilets jaunes_guerre civile.jpg

    Qui a dit guerre civile ? (1) - Les mots qui engagent

    Ce n’est pas la guerre civile, mais c’est déjà un vocabulaire de guerre civile. Quand Benjamin Griveaux fustige les agitateurs et parle des personnes les plus radicalisées (1) contre qui il réclame « la loi, toute la loi, rien que la loi ». Quand il dénonce le gens qui restent mobilisés, comme « des agitateur qui veulent l’insurrection ». Quand il les décrit « dans un combat contre la légitimité du gouvernement et du président de la République». Quand il dit qu’Éric Drouet qui organise une manifestation sans déclaration préalable « n’est pas au dessus des lois »…

    Quand Christophe Castaner (qui, par ailleurs se félicite que tout soit bien passé dans la nuit de la saint-Sylvestre, avec seulement un millier de voitures brûlées, mais pas par les Gilets jaunes, donc avec zéro arrestation) pointe les « séditieux » (un mot qui a un sens plutôt fort depuis le code pénal de 1810). Quand il demande plus de fermeté aux préfets et suggère que les policiers sont un peu mous de la matraque et hésitants du flashball. Quand Mounir Mahjoubi parle des puissances étrangères « qui ont la volonté d’influencer les démocraties occidentales pour les déstabiliser ».

    Et bien sûr, quand le président de la République parle des porte-voix d’une « foule haineuse », quand, se réclamant des générations qui nous ont précédé et se sont battues pour ne subir ni le despotisme, ni aucune tyrannie (Jean Moulin réveille toi, Drouet et entré dans Paris !) il parle de négation de la France et d’ordre républicain qu’il faudra sauver sans complaisance (il n’a pourtant pas manqué de blessés et de mis en examen, de l’avis même de policiers qui demandent ironiquement s’ils doivent tirer pour être enfin un peu virils, que diable!)…

    Quand tout cela s’accumule sur fond de peur de la peste brune, violente, homophobe et poutinophile, trop bête pour comprendre les bienfaits du pacte de Marrakech (qui par ailleurs ne contient rien de contraignant, braves gens.)…

    Quand de commentateurs de télévision qui se sont illustrés par une certaine vigueur en 68 ou avec la Ligue Communiste de Krivine (dissoute après une nuit d’émeutes et une centaine de blessés parmi les forces de l’ordre) hurlent à la subversion. Quand ils découvrent dans un éclair de génie le mécanisme provocation, répression, solidarité, escalade, front de classe. Quand des prophètes qui écrivaient « Vers la guerre civile »(1969) poussent des cris de paroissiennes à l’idée qu’il y ait des manifestations non autorisées ou que d’horribles prolos refusent d’obéir aux appels à se disperser de nos sympathiques Compagnies Républicaines de Sécurité..

    Quand, dans le camp d’en face quelques isolés (mais qui, eux, n’ont été élus par personne et n’ont aucune responsabilité de défendre les règles républicaines) parlent d’entrer dans l’Élysée, se réclament de l’exemple de Maïdan ou du printemps arabe (qui furent pourtant admirés en leur temps par nos maîtres penseurs et moralisateurs)…
    Quand on parle de gens prêts à mourir comme sur une vidéo qui circule en ce moment. Quand les rodomontades sur le calibre 12 au fond du placard que l’on pourrait aller chercher un jour ne font plus rire.

    Oui, alors là, il est permis de parler d’ambiance et de gueule d’atmosphère.

    Mais au fait qu’est-ce que la guerre civile ? Le moment où une fraction de la population se dresse contre une autre (et/ou contre l’appareil d’État qui protège la seconde) et la tient pour ennemie. D’où il découle généralement le recours aux armes, l’organisation en fractions opposées luttant pour le contrôle du territoire et l’existence des institutions. Il y a l’affrontement physique et jusqu’à soumission ou disparition de la partie adverse de deux visions de l’organisation des pouvoirs. Dans la guerre civile, chacun choisit son camp, et, parfois, déclare comme ennemi celui qui, la veille, était son concitoyen.

    Les Grecs avaient un mot pour cela, ils parlaient de la Stasis, crise à la fois politique, morale et sociale, nous dirions aujourd’hui idéologique, qui dresse citoyen contre citoyen, et non soldat de la Cité contre soldat étranger (même si, bien entendu, l’intervention étrangère ne date pas d’hier).

    Nous ne résistons pas à une citation de Montherlant :

    Je suis la guerre civile. Et j’en ai marre de voir ces andouilles se regarder en vis-à-vis sur deux lignes; comme s’il s’agissait de leurs sottes guerres nationales. Je ne suis pas la guerre des fourrés et de champs. Je suis la guerre du forum farouche, la guerre des prisons et des rues, la guerre du voisin contre le voisin, celle du rival contre le rival, celle de l’ami contre l’ami .

    Bien sûr, nous n’en sommes pas là, les dix morts Gilets jaunes ou assimilés l’ont été par accident, personne ne tire sur personne. Et si j’avais le malheur de crimpenser cela, je me ferais rattraper par la patrouille des valeurs qui nous unissent.
    Bien sûr. Mais si la guerre n’est pas encore civile et dans les rues, quelle sorte de guerre y a-t-il dans les têtes ?

    François-Bernard Huyghe (Huyghe.fr, 5 janvier 2019)

    Lien permanent Catégories : Points de vue 0 commentaire Pin it!