Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/06/2017

L'écriture runique et les origines de l'écriture...

Les éditions Yoran viennent de publier un essai d'Alain de Benoist  intitulé L'écriture runique et les origines de l'écriture. Écrivain, philosophe, Alain de Benoist est l’auteur de nombreux livres consacrés surtout à la philosophie politique et à l’histoire des idées, mais aussi à l’histoire des religions, à l’archéologie, à la protohistoire et aux traditions populaires. Il a publié dernièrement Ce que penser veut dire (Rocher, 2017).

 

Benoist_Ecriture runique.jpg

" Utilisée par les Germains à partir du Ier siècle de notre ère pour transcrire diverses langues germaniques antérieurement à l’alphabet latin, puis concurremment avec lui, l’écriture runique, attestée par plusieurs milliers d’inscriptions, reste à certains égards une énigme. Du fait de son apparition relativement tardive, les spécialistes se divisent entre ceux qui la font dériver du latin, ceux qui la rattachent à l’alphabet grec et ceux qui font appel aux alphabets nord-italiques (ou « nord-étrusques »). Mais aucune de ces solutions n’est de nature à expliquer les particularités spécifiques de l’écriture runique : l’ordre des lettres, qui diffère totalement de celui des alphabets méditerranéens, leur regroupement en trois séries immuables de huit runes (les ættir), le fait que chaque rune porte un nom qui lui est propre (le phonème initial de ce nom déterminant la valeur phonétique de la rune), etc.

En s’en tenant aux données strictement scientifiques, à l’exclusion de toutes les interprétations fantaisistes qui ont fleuri depuis deux siècles, ce livre reprend l’ensemble du dossier. Il examine les arguments en présence, aborde la question d’un usage symbolique ou « magique » des runes antérieur à leur usage comme écriture, s’interroge sur la possible homologie des ættir et des trois phases du cycle lunaire, puis dresse un bilan plus général de ce que l’on sait actuellement sur l’apparition et la diffusion de l’écriture en Europe."

01/04/2016

Les mystères de l'Externstein...

Les auditions Auda Isarn viennent de traduire un ouvrage de Freerk Haye Hamkens intitulé Les mystères de l'Externstein. L'ouvrage est complété par un cahier photos et par une bibliographie d'Alain de Benoist consacrée au site de l'Externstein. Freerk Haye Hamkens, de son vrai nom Wilhelm Schirrmann, est un ethnologue et folkloriste allemand du XXe siècle.

 

Mystères de l'Externstein.jpeg

" En Allemagne, dans la région de Detmold, se dresse un spectaculaire groupe de rochers protohistoriques, travaillés par l’homme, dont l’origine et la destination ont donné lieu pendant plus d’un siècle à des discussions passionnées. Il s’agit du site de l’Externstein.

Dans les années 1934-35, Wilhelm Teudt fouilla le site de l’Externstein et émit l’opinion qu’il était sans aucun doute le sanctuaire de l’Irminsul dont la destruction par Charlemagne avait marqué la soumission du pays saxon. Des voix s’élevèrent pour contredire cette thèse, notamment dans les milieux ecclésiastiques qui lui reprochaient son anti-christianisme.

Si on reconnaît aujourd’hui l’Externstein comme un possible lieu de culte germanique, certains y voient aussi l’ombre cachée du national-socialisme et de sa propagande culturelle.

Avec la confusion de la fin de la guerre, en 1945, des mains inconnues firent disparaître tout ce que les archéologues avaient mis à jour. Le présent ouvrage renoue peu à peu le fil car Freerk Haye Hamkens était l’assistant de Teudt au moment des fouilles. Par ses propres moyens et en pleine guerre, il a ainsi sauvé les plans et les notes, et fait un rapport concernant les fouilles des années 1934-35. C’est ainsi qu’il apporte, pour la première fois depuis cent ans, des documents de première main sur l’Externstein.

Il donne ici des éclaircissements inédits et très complets sur le droit, la propriété, l’archéologie du site, tout en les reliant avec les apports de l’histoire de l’art mais également avec la tradition des légendes, des contes et des chansons populaires.
Premier livre en français sur le sujet. "

07/12/2015

Les peuples fondateurs de l'Europe...

NRH HS 11.jpg

Le onzième numéro hors-série de La Nouvelle Revue d'Histoire est en kiosque. Il est consacré aux peuples fondateurs de l'Europe.

Au sommaire de ce numéro :

Éditorial : Qui sont les Européens ?
Par Philippe Conrad

L'Europe, du néolithique à l'âge de Bronze
Par Philippe Fraimbois

A la découverte d'un peuple
Par Henri Levavasseur

Les Indo-Européens
Entretien avec Jean Haudry, propos recueillis par Pauline Lecomte

Sur l'existence des Indo-Européens
Par Yann Le Bohec

L'Europe est née en Grèce
Par Philippe Conrad

Peuples d'Italie préromaine
Par Jean-Louis Voisin

Ce que nous a légué Rome
Par Jean-Louis Voisin

L'Europe des Celtes
Par Philippe Conrad

Des Gaulois aux Gallo-Romains
Par Yann Le Bohec

Le monde des Ibères
Par Philippe Parroy

Les Basques, le peuple le plus ancien d'Europe
Par Arnaud Imatz

L'Espagne des Wisigoths
Par Michel Savoie

L'essence de l'Espagne
Par Arnaud Imatz

La Catalogne, avec ou sans l'Espagne ?
Par Arnaud Imatz

Aux origines du monde germanique
Par Henri Levavasseur 

Bretons insulaires et armoricains
Par Yves de Tréséguidy

Quand la (Grande) Bretagne est devenue l'Angleterre
Par Philippe Parroy

L'exception irlandaise
Par Philippe Conrad

Les raisons du "miracle franc"
Par Philippe Conrad

L'Aquitaine, à la périphérie de l'espace franc
Par Bernard Fontaine

Le royaume ostrogoth de Théodoric
Par Bernard Fontaine

L'Italie des Lombards
Par Bernard Fontaine

A la recherche de l'homme scandinave
Par Nicolas Kessler

Des Magyars à la Hongrie historique
Par Henri Bogdan

Unité et pluralité des Allemagnes
Par Eric Mousson-Lestang

L'ethnogenèse des Russes
Par Jean-Pierre Arrignon

Comment la Russie retrouve ses racines
Par Jean-Pierre Arrignon

L'identité française, un produit de l'histoire
Par Pierre de Meuse

L'obsession de l'ailleurs
Par Ludovic Greiling

03/09/2015

L'antiquité européenne à l'honneur !...

Les éditions Heimdal viennent de lancer un nouveau trimestriel, disponible en kiosque, intitulé Antiquité - Le magazine de l'antiquité européenne. Comme toujours avec cet éditeur, l'iconographie est particulièrement soignée.

Une belle et utile initiative à l'heure où nos gouvernants veulent effacer dans les les programmes scolaires les enseignements consacrés aux racines antiques de notre civilisation...

 

Antiquité 1.jpg

Au sommaire :

LA GAULE ROMAINE : Evreux et Vieil-Evreux , ville et sanctuaire,

HISTOIRE ROMAINE : Antonin Le pieux, symbole de la vertu romaine,

CITÉ ANTIQUE : Le temple d’Antonin et Faustine,

ARMÉES ANTIQUES : Le hoplite à Marathon et L’armée romaine augustéenne,

CIVILISATION : L’âge du fer en Scandinavie et Le vin gaulois,

MYTHES ET RELIGIONS : Les Vestales,

ART ANTIQUE : La Niobide mourante et Sir Laurence Alma-Taméda,

MYTHES ET LÉGENDES : Le Festin de Pélée et Le Groupe du Laocoon,

CUISINE ANTIQUE : La cuisine romaine,

COLLECTIONS ANTIQUITÉS : Le Musée Imaginaire,Des rubriques

BIBLIOTHÈQUE

EN BREF

26/06/2014

Les Germains...

Nous vous signalons la parution d'un nouveau numéro, très attendu, de la revue Nouvelle Ecole (n°63-64, année 2014), dirigée par Alain de Benoist, dont le thème central est celui des Germains. Le numéro, qui compte 260 pages et comporte une superbe iconographie, est disponible sur le site de la revue Eléments. Les Parisiens pourront également le trouver à la Librairie Facta.

 

Nouvelle Ecole 63-64.jpg

L’habitude s’est prise dans certains milieux de rapporter exclusivement les origines européennes à la philosophie grecque, au droit romain et à la religion chrétienne, ce qui revient à faire bon marché des composantes celtiques, germaniques et balto-slaves de l’Europe. Le passé européen ne se réduit pourtant pas à la trilogie Rome-Athènes-Jérusalem. C’est ce que montre amplement ce numéro de Nouvelle Ecole qui, après des livraisons déjà consacrées aux Celtes, aux Grecs et aux Romains, vient compléter le panorama de la vieille Europe.

Dès avant la conquête romaine, des migrations s’étaient déjà déroulées vers l’Ouest à partir de l’Europe centrale : il s’agit des vastes mouvements de populations celtiques qui, du VIe au IIIe siècles av. notre ère, se déployèrent sur une aire immense, allant de l’extrémité de l’Espagne jusqu’à la mer Noire. Le tourbillon des « grandes invasions » germaniques est d’une date ultérieure.

A partir du milieu du VIIIe siècle, la fusion sera complète entre l’élément germanique et l’élément romain ou gallo-romain, toutes les civilisations de l’Occident médiéval devenant des synthèses culturelles héritières, dans des proportions variables, à la fois de Rome et de la culture germanique.

Au sommaire :
• La tradition indo-européenne dans le monde germanique (Jean Haudry )
• Le nom des Germains (Vincent Samson)
• La royauté wodanique des Germains (Jean-Paul Allard)
• Les « guerriers-fauves » dans le monde nordique ancien (Vincent Samson)
• Wieland le forgeron, les serpents et la magie (Claude Lecouteux)
• Sur les origines de l’écriture runique (Alain de Benoist)
• Que devons-nous aux Germains ? (Emanuel Mickel)

Et aussi...
• Porphyre et l’interprétation (Kostas Mavrakis)
• Une Antigone des temps modernes (Claude Karnoouh)
• L’historien des religions Otto Huth et la métaphysique de Ludwig Klages (Jens Grunwald)

29/08/2012

Nos ancêtres les Germains ?...

Les éditions Tallandier publient cette semaine une étude historique de Laurent Olivier, intitulée Nos ancêtres les Germains - Les archéologues au service des nazis. Archéologue lui-même et conservateur au musée de Saint-Germain-en-Laye, l'auteur, au travers de ce livre souligne le caractère éminement politique de cette science qui fait parler les ruines et les traces... Pour d'autres exemple, plus contemporains, d'Israël aux Etats-Unis en passant par l'Inde, de cette politisation de l'archéologie, nous ne pouvons que renvoyer les lecteurs intéressés vers l'essai de Jean-Pierre Payet,  La guerre des ruines (Choiseul, 2010). 

 

Nos ancêtres les Germains.jpg
 

"« Le métier d’archéologue n’est pas une pratique innocente. Il interroge les origines à partir desquelles nous envisageons notre identité collective.

De quelles cultures du passé nous pensons-nous les héritiers, de quels peuples anciens nous considérons-nous les plus proches ? […]

Depuis la Seconde Guerre mondiale, cette profession cache le rôle qu’a joué la recherche allemande au service du nazisme. Plus que toute autre organisation professionnelle, les archéologues allemands ont soutenu massivement l’idéologie du régime. Après la conquête des territoires à l’Ouest du Reich, ils se sont engagés dans une entreprise dirigée par les plus hautes instances du parti nazi ou de la SS. Ce projet visait à démontrer que, depuis la Préhistoire, les pays conquis étaient des terres de colonisation germanique. En France occupée, les chercheurs envoyés par les autorités nazies ont bénéficié de la coopération des archéologues français. Pour la plupart, ceux-ci leur ont apporté leur aide. Certains sont allés très loin, appelant, au nom de ces prétendues racines germaniques préhistoriques, à l’annexion d’une partie de la France au territoire de l’Allemagne nazie. »

Des recherches sur le mégalithisme breton, en particulier à Carnac, à l’effacement des pertes territoriales dues au Traité de Versailles (démontrer que le mur d’enceinte du Mont Sainte-Odile avait été édifié par les germains vers 200 av. JC pour protéger l’Alsace contre les incursions des Gaulois), la « science historique » nazie tentait de montrer que, depuis les origines de l’humanité, les grandes civilisations étaient d’origine biologique « aryenne ».

Wilhelm Reusch, directeur du Landesamt de Metz dira, à propos du programme de fouille de la nécropole mérovingienne d’Ennery (rebaptisé Hochschloss), que l’objectif est de « lever le voile d’ombre qui recouvre l’ancienne histoire germanique de notre pays ».

En 1941, la tapisserie de Bayeux est même présentée comme un « élément inestimable pour la connaissance de la Préhistoire germanique » !

Cette « nouvelle archéologie » allemande fut servie avec enthousiasme par une génération de jeunes chercheurs qui poursuivirent brillamment leur carrière après 1945. Cette continuité a directement contribué à entretenir une véritable omerta sur le passé nazi de la discipline archéologique.

Ces dernières années, l’étude des archives européennes révèle l’étendue de cette entreprise d’instrumentalisation au profit de l’idéologie nazie et souligne l’importance de cet encombrant héritage dans l’archéologie européenne actuelle."