Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/06/2018

Emmanuel Macron, le contre-populiste...

Nous reproduisons ci-dessous entretien avec Alain de Benoist, cueilli sur Boulevard Voltaire, dans lequel il évoque la politique d'Emmanuel Macron... Philosophe et essayiste, Alain de Benoist a récemment publié Le moment populiste (Pierre-Guillaume de Roux, 2017), Ce que penser veut dire (Rocher, 2017) et L'écriture runique et les origines de l'écriture (Yoran, 2017).

Alain de Benoist 2.jpg

 

 

Alain de Benoist : « Contrairement aux apparences, Emmanuel Macron est un contre-populiste ! »

Voilà un an qu’Emmanuel Macron, le Président que personne n’avait vu venir, est à l’Élysée. Que sait-on, maintenant, sur lui ? Peut-on dresser un premier bilan de son action ?

Macron a eu beaucoup de chance. Mais il faut reconnaître qu’il a su forcer la chance. Il a parfaitement mesuré l’envie de « dégagisme », de renouvellement, mais aussi de « verticalité », qui montait dans l’opinion depuis des années. Instruit par l’expérience de ses prédécesseurs, dont il ne veut pas répéter les fautes, il a parfaitement compris que les vieux partis institutionnels ont fait leur temps et que le clivage droite-gauche ne veut plus dire grand-chose dès lors qu’il ne renvoie plus qu’à une « alternance unique ». C’est ce qui lui a permis de réussir là où Giscard et Rocard avaient échoué : regrouper au « centre » les libéraux de gauche et de droite acquis à la mondialisation.

Sur le plan de la personnalité, Macron est un libéral autoritaire, absolument pas un moraliste « humaniste » (il est aussi dénué de scrupules que Sarkozy, et s’il a fait appel à Jean-Michel Blanquer, c’est avant tout pour adapter l’école aux exigences de l’entreprise). « Agnostique » sur les problèmes de société, c’est un homme qui n’a pas d’amis mais seulement des conseillers techniques, qui a réussi à faire de ses ministres des employés et de sa majorité parlementaire une armée de zombies, simple reflet de son électorat. Le « macronisme », c’est Macron et rien d’autre.

Sa façon de gouverner est typique du style managérial : apparaître sympathique, ouvert et détendu, aller « au contact », favoriser par principe le « dialogue » et la « délibération », mais sans jamais dévier d’un pouce de ce qu’il a décidé par avance. En d’autres termes, parler avec tout le monde mais n’écouter personne. Main de fer et sourire commercial. C’est ainsi qu’il est arrivé à faire passer sa loi de « moralisation de la vie politique », puis la réforme du Code du travail, puis celle de la SNCF, en attendant celles de l’audiovisuel public, des retraites et de la fiscalité.

À sa manière, n’est-il pas, lui aussi, un populiste ?

Je le définirais plutôt comme un contre-populiste. Il a opéré pour la classe dominante le regroupement que les populistes tentent de réaliser à la base. Dans son vocabulaire, le clivage principal est désormais celui qui oppose les « progressistes » aux « conservateurs ». Les premiers sont tout simplement les libéraux, les seconds ceux qui restent attachés à des valeurs ou des principes que l’individualisme moderne n’a pas encore liquidés.

L’objectif qu’il s’est fixé est simple : réformer la France pour l’adapter aux exigences de la modernité libérale. Et pour ce faire, parier sur les ambitions et les initiatives individuelles des « premiers de cordée » plutôt que sur les énergies et les passions collectives. Cette volonté d’être en phase avec l’idéologie dominante est le cœur même de sa doctrine. « L’article un du macronisme, c’est l’européisme », constatait récemment Marcel Gauchet. L’idée sous-jacente est celle énoncée jadis par Margaret Thatcher : « Il n’y a pas d’alternative. »

Comme l’a écrit Paul Thibaud, « Macron considère la France de l’extérieur, à partir de l’universalisme direct où il s’est établi. » Il reconnaît, certes, à l’appartenance nationale une valeur sentimentale, mais la réduit à sa capacité d’adaptation au milieu ambiant. La France n’est pas, pour lui, le support d’une identité commune, mais une quasi-entreprise (une « start-up ») qui doit avant tout se tourner vers l’avenir et à laquelle il faut donner toutes ses chances de réussir, fût-ce au détriment des perdants, étant entendu que sa capacité à réussir implique son alignement sur les critères de Maastricht, ce qui ne peut qu’aboutir à toujours plus de précarité, de dévaluation salariale, de difficulté à vivre pour cette partie grandissante de la population qui n’appartient pas aux secteurs compétitifs insérés dans la mondialisation. D’où sa réputation justifiée de « Président des riches » – mais sans doute faudrait-il plutôt dire de « Président des gagnants ». Les nouvelles fractures politico-sociales ne peuvent donc que s’aggraver.

Quelles sont les chances de l’opposition ?

Déjà assuré d’une majorité aux ordres, Macron n’a de surcroît aucune opposition crédible face à lui, ce qui est à peu près inédit dans notre histoire. Il gouverne de manière d’autant plus autoritaire qu’il manœuvre dans un champ de ruines. À gauche, le Parti socialiste ne parvient toujours pas à se relever, tandis que La France insoumise se divise de plus en plus entre les lignes d’Alexis Corbière et de Clémentine Autain ; c’est-à-dire entre partisans d’une forme de populisme inspirée de Podemos, qui veulent « fédérer le peuple », et ceux qui veulent surtout ne pas se couper des « forces de gauche ». Mélenchon fait partie des premiers, mais il ne peut aller jusqu’au bout de sa démarche, car cela l’obligerait à un changement de cap radical à propos de l’immigration.

À droite, la concurrence des appareils de partis ruine toute tentative d’union. Certes, la porosité est plus grande à la base, mais cela reste limité au plan local. À l’échelon national, il manque une figure charismatique nouvelle, susceptible de rallier aussi bien les classes moyennes que les classes populaires, rôle que ne peuvent tenir, pour des raisons différentes, ni Marine Le Pen ni Nicolas Dupont-Aignan ni Laurent Wauquiez. Sans une telle figure, tous les efforts de la « droite hors les murs » resteront vains. Il manque aussi, et peut-être surtout, l’aggiornamento doctrinal qui permettrait à cette droite de congédier une fois pour toutes la tentation libérale qui, de pair avec l’opportunisme, pousse tant de Républicains à rejoindre les rangs macroniens au motif qu’après tout, Macron réalise ce qu’ils voulaient faire eux-mêmes depuis longtemps.

Certains espèrent que, lorsque le macronisme aura commencé à décliner, le vieux paysage politique bipolaire va renaître de ses cendres après lui. Je ne le crois pas un instant. L’élection de Macron a engagé un processus de recomposition générale sur lequel on n’est pas près de revenir. C’est en cela que réside son caractère historique.

Alain de Benoist, propos recueillis par Nicolas Gauthier (Boulevard Gauthier, 15 juin 2018)

14/06/2018

Qui c'est le boss ?...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Michel Geoffroy, cueilli sur Polémia et consacré au dernier sommet du G7, qui a vu le président des Etats-Unis imposer sa volonté aux autres dirigeants. Ancien haut-fonctionnaire, Michel Geoffroy vient de publier La Superclasse mondiale contre les peuples (Via Romana, 2018).

 

Trump_Merkel_G7.jpg

G7 de Toronto : Amérique 15, Europe 0

La photo, emblématique du dernier G7, a fait le tour du monde, ou à tout le moins du Web. On y voit le Président américain assis, face aux autres participants, debout de l’autre côté de la table. Et Mme Merkel se pencher vers lui, en ayant l’air de lui demander quelque chose. Mais Donald Trump reste les bras croisés, un sourire ironique aux lèvres. Il ne cédera rien. America first !
Il paraît qu’une « image vaut mieux que 1 000 mots ». Cette photo nous dit beaucoup de choses en effet.

Le boss des Occidentaux

Elle nous montre d’abord qui est le boss chez les Occidentaux : celui qui reste assis quand les subalternes, même de sexe féminin, sont debout, comme dans le salon ovale de la Maison Blanche.

Le boss, c’est bien sûr le patron américain qui dicte ses conditions aux membres européens du G7 et qui décide de taxer unilatéralement les importations en provenance du Vieux Continent. Ou de sortir de l’accord sur le climat ou encore du traité sur le nucléaire iranien. Quelle sera la prochaine annonce ?

On appelle cela en langage diplomatique l’unilatéralisme. Autrefois, on appelait cela l’impérialisme, quand la gauche ne s’était pas encore ralliée au néo-capitalisme mondialiste.

Fuck the UE semble penser Donald Trump dans son for intérieur. C’est moi qui décide. C’est moi le boss.

Seuls les hommes parlent

Sur la photo on voit aussi que seule Mme Merkel vient de parler, manifestement. Normal car en Europe, c’est elle la patronne : la vraie patronne de la BCE, du mark – pardon de l’euro – fort et de la priorité à la lutte contre l’inflation, pour garantir les économies des épargnants allemands. Celle aussi qui nous a imposé d’accueillir toujours plus d’immigrants clandestins.

C’est pourquoi les autres participants écoutent ou baissent la tête. On voit à peine le front plissé d’Emmanuel Macron, de profil, derrière la Chancelière. A l’évidence, dans le fameux « couple franco-allemand », ce n’est pas lui le chef de famille ! Emmanuel ne fait pas le poids face à Madame Angèle.

« Quand les hommes parlent, les gonzesses se barrent » dit un truand dans le célébrissime film Les Tontons Flingueurs de George Lautner. L’homme de l’Union européenne c’est Angela Merkel : c’est elle qui décide et qui parle. Les autres ne font que de la figuration ou de la com’.

L’ombre de la Grande Asie

Quant au premier ministre japonais, impénétrable comme le veut la politesse asiatique, on le voit sur la photo regarder ailleurs, les bras croisés.

Le spectacle pitoyable de l’impuissance européenne face à l’unilatéralisme américain ne semble manifestement pas le concerner. Il regarde en effet vers la grande Asie qui vient. Et il pense au Japon qui se prépare déjà à la fin du parapluie militaire américain, à la différence des naïfs Européens, toujours prisonniers de l’OTAN.

Un symbole de la dramatique impuissance européenne

Le G7 de Toronto restera dans les annales comme un symbole pitoyable de l’impuissance européenne dans le monde qui vient. Comme fut pitoyable la réponse du ministre français de l’économie Bruno Le Maire qui déclarait ne « pouvoir comprendre, que nous, alliés des États-Unis, puissions être frappés par les tarifs américains ». Il ne comprend pas, le pauvre : on dirait un mari trompé dans une comédie de Labiche… Ridicule !

Les Européens n’ont toujours pas compris en effet que le XXIe siècle serait celui du choc des civilisations et non le monde de Bisounours auquel ils feignent de croire. Ils continuent d’y croire, malgré le chaos migratoire et le terrorisme qui les frappe. Ils y croient encore malgré l’unilatéralisme à répétition de leur « allié ». De leur suzerain en fait, mais un suzerain malheureusement indifférent au sort de ses vassaux.

Le roi est nu

« Le nationalisme économique, c’est la guerre » a déclaré martialement Emmanuel Macron, répétant ce qu’on lui a appris à Davos ou aux Young Leaders. Hélas l’Europe ne sera pas sauvée par ce genre de déclaration, qui ouvre la voie à toutes les capitulations, mais par des actes.

L’Union européenne, nain diplomatique, militaire et politique ne compte pas. On l’a vu à Toronto. Le roi européen est nu.

Car face aux puissants de ce monde, il faut opposer la puissance et non des mots.
Il serait temps de construire enfin l’Europe de la puissance !

Michel Geoffroy (Polémia, 12 juin 2018)

01/06/2018

Loi contre les fake news : le dessous des cartes...

Nous reproduisons ci-dessous un entretien donné par François-Bernard Huyghe au Figaro Vox et consacré au projet de loi du gouvernement contre les fake news. Spécialiste de la guerre de l'information, François Bernard Huyghe, auteur de nombreux livres, a récemment publié La désinformation - Les armes du faux (Armand Colin, 2015) et Fake news - La grande peur (VA Press, 2018).

 

macron-fake-news-bobards-dor.jpg

Loi contre les fake news : le dessous des cartes

FIGAROVOX.- Emmanuel Macron a personnalisé fortement l'annonce de son projet de loi contre les fake news, lors de ses vœux à la presse en janvier. Quel intérêt le président défend-il à travers ce texte?

François-Bernard HUYGHE.- Je vois trois motivations possibles. Il y a évidemment un facteur personnel: le chef de l'Etat a peut-être été sincèrement convaincu que les «forces du mal» (les Russes, les populistes…) essayaient de s'en prendre à lui par tous les moyens, et il a été choqué par ce qui lui est arrivé pendant la campagne. Pourtant, cela ne l'a pas empêché d'être élu! Cela lui a même rendu service: en étant la cible de nombreuses «fake news», Emmanuel Macron passe pour le candidat de la raison attaqué de toutes parts par les extrémismes. Il a d'ailleurs répondu assez finement à chacune de ces attaques personnelles, dont il faut bien dire qu'elles étaient surtout grotesques, comme cette rumeur sur une supposée relation entre lui et Mathieu Gallet.

Au-delà de cet élément personnel, il y a également un intérêt idéologique. Emmanuel Macron est de toute évidence le président des élites, c'est-à-dire d'un camp ouvert, progressiste, qui est persuadé que le monde est globalement satisfaisant, et que ceux qui s'attaquent au système ne peuvent être que des extrémistes délirants. Les peurs de ces derniers ne s'expliquent que par leur démence, et tout doit être fait pour les empêcher de sévir. C'est là qu'est le paradoxe! Au temps du Printemps arabe, ces mêmes élites encensaient l'espace de liberté qu'est Internet, et y voyaient l'outil absolu pour renverser toutes les formes d'oppression. Aujourd'hui, ils s'en méfient beaucoup plus…

Enfin, en troisième hypothèse, Emmanuel Macron voit peut-être là une occasion stratégique de disqualifier ses adversaires. La loi sur les fake news sera applicable au moment des élections européennes, et renforcera sans-doute l'idée d'un partage en deux de l'espace politique, entre d'un côté les pro-européens, raisonnables, et d'un autre les extrémistes de tout poil dont les idées mélenchono-lepénistes prospèrent sur les contre-vérités répandues sur Internet. Toute l'habileté est là: on assimile ainsi l'adversaire idéologique, anti-système, au camp de la folie et du mensonge.

Dans cette dernière hypothèse, tout le problème ne tient-il pas dans l'ambiguïté de la définition? Qu'entend-on exactement derrière le terme de «fake news»?

Ce n'est justement pas très clair, et on y mêle beaucoup de choses! Les contre-vérités ou les mensonges inventés de toutes pièces, mais aussi l'obscurantisme, les théories du complot… Encore qu'on puisse parfois être complotiste sans être nécessairement idiot. Mais le but est sans doute de confondre toutes ces opinions dans une sorte de grand fantasme, de mensonge odieux. La loi s'intitule «loi sur la manipulation», ce qui est en soi un nom critiquable. Elle définit les «fausses nouvelles» comme «une allégation ou imputation d'un fait, dépourvue d'éléments vérifiables permettant de le rendre vérifiable». S'agirait-il, en réalité, d'une loi anti-crétins? C'est en tout cas ce que je comprends: si je crois que les extra-terrestres ont débarqué dans mon champ, et que je l'écris sur Facebook, cela tombe théoriquement sous le coup de cette loi… Si j'affirme en revanche que nous sommes entièrement dirigés par des lobbies financiers, ce qui, après tout, n'est pas nécessairement dépourvu de bon sens, est-ce que cette loi va m'en empêcher aussi?

Par ailleurs, comment va-t-on l'appliquer? Je souhaite bon courage au juge qui devra aller vérifier toutes les fake news potentielles.

La plupart des fake news n'ont pas été relayées par la presse mais au contraire par des plateformes Internet, notamment les fameux GAFA, Google et Facebook en tête! Le projet de loi vise-t-il à responsabiliser davantage ces plateformes numériques?

C'est vrai qu'il existe une inégalité juridique entre les journalistes, qui sont soumis en France à la loi de 1881 sur la liberté de la presse, et les plateformes qui ne sont pas responsables du contenu qu'ils hébergent. Le problème est en réalité beaucoup plus profond et grave que la question que pose le droit français: le véritable pouvoir se trouve entre les mains des plateformes numériques! Le Danemark vient d'ailleurs d'envoyer un ambassadeur… auprès des GAFA: c'est dire l'importance qu'ils ont, si on les hisse aujourd'hui quasiment au même rang que des États. Et on continue malgré tout de saluer leur pouvoir libérateur, on s'est réjoui des «Twitter revolutions», Emmanuel Macron vient encore de participer à un sommet dont le slogan n'était rien moins que «Tech for Good»… Mais il faut arrêter de dire que les GAFA sont le camp du Bien, soyons sérieux deux minutes!

Alors pour le moment, que fait l'État lorsqu'il veut retirer une fake news de Facebook? Il va voir poliment Mark Zuckerberg, et lui demande «s'il vous plaît, vous seriez bien gentil de…». On ne peut pas dire que ce soit la contrainte légale qui étouffe les plateformes. Ce sont elles qui détiennent le vrai pouvoir, il n'y a qu'à voir comment elles se moquent des contraintes fiscales par exemple. Les seuls qui peuvent vraiment censurer le web, ce sont les GAFA eux-mêmes: c'est l'exemple récent du compte de Génération Identitaire, fermé de façon arbitraire par Facebook.

Justement, comment les GAFA décident-ils des règles de censure?

Il est probable que pour une très large part, ils le fassent par conviction idéologique sincère. Mais l'idéologie au sens de Marx, c'est-à-dire faire ce qui est dans son intérêt tout en étant convaincu que cela sert la condition humaine dans son universalité. Et de fait, tous les dirigeants des principales entreprises d'Internet baignent dans un terreau idéologique complètement uniforme, celui de la Silicon Valley et de ses idéaux progressistes. Il est probable que pas un seul d'entre eux n'ait voté pour Donald Trump! Quelqu'un comme Mark Zuckerberg est entièrement convaincu qu'il rend le monde meilleur.

Il y a aussi un intérêt politique: les GAFA n'échappent pas encore complètement aux États, ne serait-ce que parce qu'il faut bien que leurs serveurs soient localisés quelque part. Et donc, en donnant des gages de bonne conduite comme par exemple en supprimant certains contenus licencieux, ils s'assurent des bonnes grâces des États.

Enfin, et il ne faut pas le négliger, ils y ont un intérêt économique réel, dans la mesure où le business de ces plateformes, ce sont des secondes de cerveau humain vendues à des annonceurs. Tout doit être fait pour faire rester l'utilisateur le plus longtemps possible devant Facebook. Or pourquoi tout le monde aime Facebook? Pour son image «cool»: c'est une icône pop, humaniste et ouverte sur le monde. Donc le réseau social a tout intérêt à bannir les contenus haineux ou violents.

Est-ce que la loi contre les fake news va imposer un contrôle plus étroit sur le contenu hébergé par les plateformes et les réseaux sociaux?

La difficulté tient dans ce que les journalistes appartiennent à une rédaction, ne publient rien sans se concerter, et sont facilement identifiables si certains des propos publiés sont passibles de poursuites! Tandis que les plateformes, qui ne produisent pas de contenu mais qui prospèrent sur le contenu que leurs utilisateurs y partagent, se réfugient derrière une irresponsabilité brandie sans discontinuer depuis les toutes premières polémiques lorsque des objets nazis se sont retrouvés en vente sur Amazon. À l'heure actuelle, la seule responsabilité des GAFA est de faire preuve d'une diligence raisonnable lorsque le juge leur demande de retirer certains contenus, comme des commentaires insultants ou haineux, le tout parfois dans un flou assez complet. Cela donne parfois lieu à des gags: on a censuré des œuvres d'art pour un malheureux téton qui dépasse… En outre, ces plateformes sont présentes partout dans le monde: la censure sur les réseaux sociaux turcs n'est, bizarrement, pas la même qu'en Suisse!

Selon vous, la diffusion de fake news sur ces plateformes est-elle un réel danger pour la vie démocratique?

Je n'en suis pas convaincu! Les GAFA ont leurs algorithmes, ils engagent aussi des modérateurs et même maintenant des journalistes pour traquer ces fake news, et fact-checker le contenu qu'ils hébergent. Je ne me souviens pas que l'on ait vraiment accordé beaucoup de crédit aux grandes fake news qui ont marqué les dernières campagnes électorales! Moi-même, je n'ai appris la rumeur selon laquelle le pape soutenait Trump, que sur un site d'information qui signalait l'intox et rappelait que cette information était mensongère et grotesque. Je pense tout de même que les gens savent garder un esprit critique.

Pourtant, une étude de l'IFOP montre que 79 % des Français croient à au moins une théorie du complot, et même, pour 9 %, que la Terre est plate!

Cette étude a tout de même été très contestée, notamment parce qu'elle mélange tout sous le vocable de «théories du complot». On ne peut tout de même par mettre sur le même plan des erreurs scientifiques qui tiennent de l'obscurantisme (comme le fait de penser que la Terre est plate, ou d'adhérer au créationnisme), et des soupçons sur certains événements historiques pas toujours clairs. Il y a une époque, si vous doutiez de la présence d'armes de destruction massive en Irak, vous auriez pu être rangé parmi les complotistes… Une telle étude a par ailleurs l'inconvénient de s'apparenter fortement à du mépris de classe: elle signifie clairement «le peuple est bête», les couches inférieures, ceux qui ne vivent pas en centre-ville et n'ont pas fait les bonnes études seraient des idiots finis prêts à avaler n'importe quoi…

N'y a-t-il pas aussi une réflexion à mener sur les pratiques d'accès à l'information? Aujourd'hui, la majorité des jeunes ne s'informent plus que sur les réseaux sociaux…

Il est certain que la lecture du journal n'est plus la prière du matin de la plupart des gens. Il y a eu un transfert de la quête d'information vers des supports qui n'ont que des avantages: sur les réseaux sociaux, c'est gratuit, c'est rigolo, on a l'impression d'être plus informé que tout le monde, et la sincérité de l'information est garantie par des pairs. C'est tout de même hallucinant de voir le nombre de personnes qui ne croient pas leur médecin lorsqu'il leur dit que l'homéopathie n'a aucun effet sur la maladie, mais qui sont prêts à croire n'importe quel inconnu sur Internet qui prétendra que certains vaccins renforcent les maladies…

Mais enfin, je ne vois pas en quoi la réceptivité à certaines de ces théories serait directement corrélée à tel vote plus qu'un autre. Puisque c'est tout de même de cela dont il s'agit: la crainte d'une potentielle déstabilisation électorale. L'effet principal peut surtout être de renforcer les convictions de personnes qui sont déjà largement acquises à des idées politiques fortes. Ainsi, selon moi, il n'y a pas de lien clairement établi entre la propagation de fausses nouvelles, même délibérées, et la manipulation politique.

Alors qu'est-ce que ce projet de loi va permettre de changer, concrètement?

Il va d'abord permettre au juge de s'adresser plus facilement à la plateforme, pour qu'elle retire plus vite les contenus incriminés. C'est un processus qui fonctionnerait en cas de diffamation ou de propos insultants par exemple. Le responsable de la plateforme dispose d'un délai restreint pour retirer le contenu. Mais enfin, non seulement les GAFA le font déjà, mais ensuite, certains propos sont hébergés en-dehors du pays où s'applique la loi.

Ensuite, il s'agit d'établir plus de transparence sur le financement des contenus sponsorisés sur les plateformes. Cela me semble, pour le coup, une excellente idée.

Le projet de loi vise également à donner plus de pouvoir au CSA pour empêcher des médias d'opinion étrangers, qualifiés de «propagande», de diffuser du contenu en France. Là encore, il faut être honnête un instant: ce n'est pas Radio Vatican, ni même Al Jazeera, qui sont visés! Dans le collimateur, ce sont Russia Today et Sputnik. Et on ne peut pas dire que ces deux médias sont ceux qui ont l'audience la plus large en France. Si l'effet recherché est seulement de protéger les esprits faibles des affreux mensonges de médias d'influence russe, je crois qu'il est assez ridicule de créer une loi de toutes pièces pour cela.

Ne jugez-vous pas qu'il faille aller plus loin et réglementer les GAFA de la même façon que la presse? C'est-à-dire en les responsabilisant davantage sur le contenu qu'ils publient?

Je suis plutôt libéral, et je juge que les gens doivent avoir aussi le droit d'écrire des erreurs, voire des bêtises…

Oui, mais ces «bêtises» peuvent détruire une réputation en quelques clics: une dénonciation calomnieuse sur Internet peut ruiner une vie en un rien de temps...

En effet, c'est d'ailleurs tout le risque d'un mouvement comme #BalanceTonPorc. La présomption d'innocence n'est pas respectée sur Internet, et on a pu assister à des lynchages parfois très durs, dans un laps de temps bien plus court que celui qu'il faut à la justice pour établir rigoureusement la preuve d'une culpabilité. On ne peut en effet pas tout dire, et il faut bien qu'une loi s'applique. Mais je pense malgré tout qu'il faut être très prudent avant de restreindre un espace de liberté.

François-Bernard Huyghe, propos recueillis par Paul Sugy (Figaro Vox, 25 mai 2018)

30/05/2018

La montée de l'hyperviolence est-elle évitable ?...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Xavier Raufer, cueilli sur Atlantico et consacré au discours du président de la République sur les banlieues. Pour lui, le diagnostic est en partie là. Il faut maintenant passer aux actes...

Criminologue et spécialiste des questions de sécurité, Xavier Raufer a publié ces dernières années Les nouveaux dangers planétaires (CNRS, 2012) et Criminologie - La dimension stratégique et géopolitique (Eska, 2014) et a également coordonné l'ouvrage collectif intitulé La première cyber-guerre mondiale ? (Eska, 2015).

 

Marseille_Busserine.jpg

Montée de l’hyperviolence : une impuissance politique pourtant si évitable

Énoncés ci-après, ces graves crimes sont TOUS advenus ces trois derniers jours. TOUS, dans les fameux "quartiers prioritaires de la politique de la ville" (QPV). Il en va de même, homicide après homicide, émeute après émeute, lynchage après lynchage, trafic après trafic, incendie après incendie, dans ces mêmes QPV, jour après jour et toute l'année, depuis désormais quarante ans et plus ; le chaos s'aggravant en outre d'année en année.

Au point que désormais, il est possible de diagnostiquer sans exagérer que la France a un problème criminel et un seul, celui de ces ghettos hors-contrôle livrés à des bandes armées et autres narco-milices ; et qu'y rétablir l'ordre une bonne fois pour toutes ferait s'effondrer, de moitié voire plus, nos statistiques criminelles nationales.
 
Qu'on en juge :
 
- MARSEILLE, cité de la Busserine (QPV) des Ninjas cagoulés d'une narco-milice tirent à la kalachnikov sur tout ce qui bouge, kidnappent un voyou rival et mettent en joue des policiers venu voir. Façon guerre civile en Algérie -  la vidéo qui circule est si effrayante que le pauvre maire de la ville n'ose même plus bêler que "Marseille n'est pas Chicago".
 
- CASTELSARRAZIN (Tarn-et-Garonne), cité Gambetta (QPV) - sur le mur d'un fief local des dealers, s'étalent les noms des policiers du secteur et de leurs proches, assortis de menaces de mort.
 
- PAU, quartier Saragosse (QPV) - une meute des aimables chérubins de Mme Taubira, dont de juvéniles prédateurs tchétchènes, lynchent à mort un ex-bandit africain, pour d'obscurs et sans doute futiles motifs.
 
- COURCOURONNE (Essonne, QPV) quatre policiers veulent contrôler un jeune en moto. Une meute violente les moleste, un policier est lynché, cheville fracturée.
 
- ROMAINVILLE (93, QPV) - Poignardé en plein cœur, un quadragénaire meurt, suite à des heurts avec l'usuelle meute de voyous.
 
Bien sûr, tous ces quartiers et cités sont d'ores et déjà inondés d'argent public, en vue d'une réhabilitation du bâti qui, s'agissant de sécurité publique et de "reconquête républicaine", échoue pathétiquement depuis vingt ans et plus. Pour le seul quartier Saragosse de Pau, on claque ainsi, sur quatre ou cinq ans, cent trente millions d'euros.
 
Que, d'assassinats en émeutes, la France aille droit à des zones localisées de guerre civile, le président Macron a dû le ressentir : il est jeune et ainsi, son horizon est plus profond que celui de récents politiciens d'une Ve république vieillissante et fatiguée, cyniques adeptes du bien connu "après moi, le déluge".
 
D'instinct, M. Macron aura senti que le ruineux et fantasmagorique plan de M. Borloo, pur cataplasme-sur-jambe-de-bois, était partie intégrante du problème, pas de sa solution.
 
Et que l'exubérant fan-club-Borloo tendait la gamelle dans des conditions de gabegie telles qu'elles horrifient depuis vingt ans la Cour des comptes - et ont déjà conduit des élus de Marseille, devenus au fil des ans de purs proxénètes de la "politique de la ville", sur la paille humide des cachots.
 
Car ce qu'a asséné M. Macron respire enfin le réalisme :
 
- Fin de la récré-Borloo "Je ne vais pas annoncer un plan ville, un plan banlieues",
 
- L'Etat a "perdu la bataille des trafics dans de nombreuses cités",
 
- Ca s'aggrave : "Il faut regarder les choses en face, c'est en train d'empirer",
 
- Le problème est criminel : "Dans nos quartiers, il y a aussi de la violence, il y a des choses qui ne vont pas et c'est explosif"
 
- L'avenir est sombre : "Une tension qu'on a laissé s'enkyster... Une forme d'éloignement avec la République"
 
Ce que dit M. Macron, les criminologues réalistes, et aussi par ailleurs le courageux Georges Bensoussan, le rabâchent depuis belle lurette.
 
Enfin ! Un diagnostic présidentiel ouvre une perspective.
 
D'autant plus, que la voie ainsi tracée fait l'effet d'une affreuse douche glacée pour les médias gauche-caviar-Niel-Drahi - furieux et dépités au point qu'ils ont censuré les propos présidentiels les plus raides, ceux exposés ci-dessus ; hier introuvables sur leurs sites.
 
Que faire alors ? Lancer un "plan de mobilisation générale contre les trafics internationaux de stupéfiants", indique le président Macron.
 
C'est en effet la bonne voie.
 
Reste à s'y engager vigoureusement.
 
Xavier Raufer (Atlantico, 23 mai 2018)

30/04/2018

« Mai 68 a quelque chose d’une farce »...

Nous reproduisons ci-dessous un entretien donné par Alain de Benoist au site Philitt à propos de Mai 68. Philosophe et essayiste, directeur des revues Krisis et Nouvelle Ecole, Alain de Benoist a récemment publié Le moment populiste (Pierre-Guillaume de Roux, 2017), Ce que penser veut dire (Rocher, 2017) et Décroissance ou toujours plus ? (Pierre-Guillaume de Roux, 2018).

Alain de Benoist_Olivier Carré.jpg

Alain de Benoist : « Mai 68 a quelque chose d’une farce »

PHILITT. Aujourd’hui, ce que l’on commémore officieusement, ce sont les 50 ans d’un « événement ». Souscrivez-vous à cette conception événementielle de Mai 68 ?

ALAIN DE BENOIST : Le président de la République, Emmanuel Macron, a envisagé de commémorer Mai 68. On pourrait y voir là un paradoxe, mais ce serait apporter du crédit à une stratégie de communication, en matière de quoi il excelle. Ce serait surtout accorder du crédit à un événement que l’on a gonflé rétrospectivement. Il y a bien sûr une part de vérité dans la définition de Mai 68 comme d’un événement, mais elle est assez caricaturale. Mai 68 est en fait une reconstruction. L’on fait remonter toutes les transformations sociales ou « sociétales » à cet événement, si bien que « soixante-huitard » est devenu un adjectif qui ne va pas sans rappeler celui du « communard » qui luttait derrière les barricades. Or, la réalité est toute différente, essentiellement pour deux raisons. La première est que Mai 68 est moins un événement fondateur qu’un moment s’inscrivant dans une tendance plus profonde, déjà à l’œuvre dans la société. Ce que l’on désigne par « Mai 68 » n’est que la cristallisation de transformations qui opèrent depuis les années 1950, durant lesquelles se mettent en place les nouveaux modes de vie consuméristes des Trente Glorieuses (diffusion massive de la télévision, de l’électroménager…), ainsi que les innovations civiques et économiques telle que la place nouvelle que les femmes acquièrent dans la société. Qu’il y eût ou non Mai 68, les transformations sociales que nous avons connues auraient donc quand même eu lieu. Les autres pays européens, qui n’ont pas eu leur Mai 68, en témoignent : eux aussi ont pleinement intégré les nouveaux paradigmes sociaux du capitalisme libéral.

La deuxième raison est que Mai 68 n’est pas un événement unitaire, tel qu’on l’envisage aujourd’hui rétrospectivement. C’est, d’une part, la dernière grande grève générale que la France ait connu, touchant l’ensemble des corps professionnels, du plus petit ouvrier aux plus grands médias de masse. C’est, d’autre part, une révolte étudiante qui, de fait, n’avait pas grand-chose à voir ni avec les communistes, ni avec le monde du travail : comme le disait très justement Pasolini, il s’agissait d’étudiants fils de bourgeois qui affrontaient des policiers fils de prolétaires. Il y avait donc deux courants presque concurrents : l’un, majoritaire, qui l’a malheureusement emporté, caractérisé par son rejet de l’autorité en général, des repères et des normes constitutives du tissu social français ; l’autre, minoritaire, inspiré du situationnisme, et guidé par de grands penseurs tels que Jean Baudrillard, Guy Debord, Henri Lefebvre ou Herbert Marcuse. Il s’agit donc d’un mouvement historique complexe, et qu’on ne peut finalement comprendre qu’en ayant eu part, de près ou de loin, aux événements dans leur actualité vivante. 

 

PHILITT. Vous aviez justement 25 ans en 1968. Quelle a été votre attitude et vos prises de positions pendant les événements en question ?

ALAIN DE BENOIST : Je faisais partie de la génération qui avait connu la fin de la guerre d’Algérie et le climat enfiévré des années 1960, véritables années d’incubation des bouleversements postérieurs de 1968. Résidant à Paris, j’étais au cœur des événements cette année-là. Je n’étais cependant pas acteur, mais simplement spectateur. Il faut dire que, professionnellement, je travaillais à l’Échos de la presse et de la publicité, dirigé par le pittoresque Noël Jacquemart. Le journal m’envoyait sur place récolter un maximum de journaux et de documents qui se produisaient au milieu de l’effervescence politique de  la jeunesse étudiante et des mouvements de contestation. Je ne faisais pas partie de ces étudiants de droite qui voulaient s’opposer au mouvement : il y en a eu, Bernard Lugan était des leurs, et il en témoigne admirablement bien. Mais pour ma part, j’étais simplement mû par une curiosité dépourvue de toute sympathie ou antipathie particulières. Je me rappelle néanmoins avec enthousiasme l’engouement politique qui était à l’œuvre, car le contraste avec la société actuelle est désolant : la population, étudiante y compris, s’est nettement dépolitisée, dans son discours comme dans ses créations effectives. En mai 1968, les défilés, les drapeaux rouges, les chants, constituaient à l’inverse un paysage politique dont le dynamisme était tout à fait séduisant, indépendamment des idées politiques qui étaient mobilisées. Quand bien même il régnait davantage une atmosphère de fête que de révolution, en comparaison à la violence de la guerre d’Algérie, nous sentions qu’il se passait quelque chose. Des ruptures historiques s’exprimaient.

 

PHILITT. Vous parlez de transformations sociales profondes se manifestant dans Mai 68. Y a-t-il selon vous un sens de l’Histoire qui s’est plus largement exprimé dans ces événements ?

ALAIN DE BENOIST : Mai 68 est effectivement le moment contingent d’un processus structurel inéluctable : la modernisation de la société. Mai 68, c’est l’aboutissement de la modernité : son échec était prévu d’avance. J’ai beaucoup critiqué la modernité dans mes différentes publications et à ce sujet, je suis hostile aux idées présidant à Mai 68 dans ce que l’Histoire en a retenu. Je pense à l’avortement des espérances sociales dans la constitution d’un « gauchisme organisationnel », fils des revendications individualistes des étudiants parisiens qui ont fait le jeu du capitalisme libéral. Aujourd’hui, la nouvelle gauche qui exhibait le slogan « jouissons sans entraves » est composée de notables bien installés dans l’appareil politique qui conserve et reproduit les rouages depuis toujours dénoncés par les communistes. Je suis donc hostile à ce qui s’est culturellement exprimé dans Mai 68 en tant que je suis un critique de la modernité, mais non dans un sens « restaurationniste » : il faut penser le réel tel qu’on le constate dans ce qu’il a parfois d’inéluctable. C’est une question de lucidité et d’honnêteté, suivant la formule de Péguy : « il faut voir ce que l’on voit ». Je ne crois pas à un sens de l’Histoire global et encore moins linéaire, mais je crois en l’existence de processus historiques cycliques dont les possibilités ne sont pas inépuisables. Ces processus ont donc leur fin naturelle. Je vois mal en quoi la modernisation de l’Europe et du monde pourrait être mise à mal par des facteurs externes : nous assistons véritablement à la destruction d’un monde ancien. En revanche, je suis nullement fataliste, et je crois bien que la cause de l’épuisement du projet moderne peut venir de ses propres contradictions. Il y aurait à ce sujet beaucoup à dire sur la façon dont le capitalisme libéral scie les branches sur lesquelles il se trouve installé. J’ai toujours pensé que le système de l’argent périrait par l’argent. Viendra le moment où le désordre moderne se heurtera au principe de réalité : plus le chaos s’étend, plus se constitue le besoin d’ordre. La nature ayant horreur du vide, la déconstruction de toutes les structures traditionnelles ne peut se suffire à elle-même : il va falloir reconstruire derrière. L’Histoire est imprévisible, et en ce sens elle est toujours ouverte : un basculement est toujours possible, si l’on prend conscience de la gravité de la crise écologique généralisée autant que de la violence des grandes crises financières. Je ne suis donc ni fataliste ni volontariste : il faut que la volonté se cristallise à un moment donné, c’est-à-dire lorsque les circonstances sont favorables. Soyons attentifs à la sagesse pratique du kairos.

 

PHILITT. Mai 68 a remis en cause les repères traditionnels du christianisme dans la famille et dans la société. Quel horizon l’homme moderne pourrait-il poursuivre en ayant rompu avec l’idéal collectif de type religieux ?

ALAIN DE BENOIST : Je ne crois pas que Mai 68 ait été une contestation des valeurs spécifiquement chrétiennes. C’était une contestation plus profonde encore, contre toutes les valeurs d’autorité, chrétiennes et non-chrétiennes, laïques ou autres : ainsi en est-il par exemple de la remise en cause de l’autorité du père de famille, qui pouvait être aussi bien chrétienne que républicaine laïque. L’Église elle-même avait déjà fort à faire avec ses propres problèmes : elle sortait à peine de la rupture engendrée par le concile du Vatican II. Je ne crois pas qu’un retour aux valeurs chrétiennes réparerait la situation : d’abord parce que j’avoue n’être pas personnellement chrétien, mais surtout, je crois, avec Marcel Gauchet, que le christianisme est la religion de la sortie de la religion. Nous sommes rentrés dans une époque où les valeurs religieuses chrétiennes sont devenues une opinion : la religion n’a plus la fonction organisatrice de la société qu’elle occupait auparavant. Il faut dire que la déchéance du paradigme chrétien s’est produite en deux temps. Il y a d’abord eu un mouvement de sécularisation opéré à partir des prémisses chrétiennes : l’avenir a pris la place de l’au-delà, le bonheur a pris la place du salut, et la monarchie absolue a pris la place du pouvoir absolu de Dieu. Autrement dit, le pouvoir politique temporel s’est arrogé l’exclusivité de la fonction sacrée, contre le sacerdoce. Il y a eu ensuite la désacralisation de la politique elle-même, sous l’influence de l’idéologie des droits de l’homme et de l’économie libérale : le gouvernement politique des hommes a fait place à la gouvernance administrative des choses. Cela étant dit, je n’irai pas jusqu’à affirmer que Mai 68 est la conséquence du christianisme. Autant il y a une corrélation entre le christianisme et le communisme, car on remarque que les zones géographiques les plus catholiques ont été les zones les plus perméables aux idées communistes, autant Mai 68 n’a strictement rien à voir avec le projet chrétien. Il s’est effectivement produit, de l’eschatologie chrétienne à l’ « eschatologie marxiste », une sorte de « transfert de foi ». Mais l’individualisme, nettement exprimé dans Mai 68, a mis fin à tout cela : il a mis fin à tout engagement de type sacerdotal comme aux grands projets collectifs. L’individualisme a ramené l’engagement aux choses éphémères, le limitant à l’horizon minimal des intérêts individuels dans une société devenue liquide, pour reprendre les termes de Zygmunt Bauman. Il n’est donc pas improbable que le règne de la technique s’affermisse toujours plus en exploitant le conformisme de l’homme occidental contemporain : le transhumanisme et l’intelligence artificielle constitueront peut-être le visage du monde de demain, aussi inquiétant que cela puisse être.

 

PHILITT. La libéralisation des mœurs a été la grande victoire de la bourgeoisie révoltée de Mai 68. Diriez-vous avec Michel Clouscard que ces événements expriment moins une crise politique ou économique qu’une crise du désir ?

ALAIN DE BENOIST : Le grand mérite de Michel Clouscard est qu’il voit le côté parodique de Mai 68. Je l’ai constaté moi-même sur place : l’on se déguisait en Lénine, l’on jouait la Commune au Théâtre de l’Odéon. En ce sens, la formule de Marx se vérifie entièrement dans mai 68 : « les grands événements se produisent toujours deux fois, la première fois comme une tragédie, la seconde comme une farce ». Mai 68 a quelque chose d’une farce. La critique très violente des communistes contre ce que nous appellerions les « gauchistes » a bien été actualisée par Clouscard. Cet aspect parodique de Mai 68 est précisément justifié du fait que tous les révolutionnaires en peau de lapin se sont transformés en réformistes mondains. Dans leur révolte contre le puritanisme bourgeois – qui était très réel et effectivement intenable –, il est clair qu’à un excès ils en ont substitué un autre : celui de la démesure. Il existe un bon libertinage, mais le problème est que Mai 68 a contribué à la mise en place de nouvelles normes. Parmi ces normes, il y a celle de la normativité de la performance : l’expérience qualitative de l’épanouissement sexuel est subverti dans l’injonction quantitative à la jouissance forcée et orgueilleuse. Il est selon moi très paradoxal de parler d’une libération sexuelle dans la mise en place d’une « sexocratie ». Une authentique libération sexuelle aurait, au contraire, consisté en un réinvestissement libre de l’Eros, débarrassé de toute dimension normative extérieure, vécue dans le secret des cœurs et des corps. Les Anciens faisaient bien la différence entre une sexualité débridée et dionysiaque d’une part, et une érotique épanouie d’autre part : le critère de discrimination entre le bon et le mauvais, en matière sexuelle comme en toute autre chose, reste en fait celui de l’hubris. Mon propos n’est donc pas moralisateur : je prends le parti de la mesure contre toute forme de démesure, qu’elle soit pornographique ou encratique. Qu’elle soit enfermée dans ses corsets ou qu’elle soit émancipée, la bourgeoisie reste en fait la même : l’échec de la libération du désir témoigne donc entre autres choses de la victoire, à travers Mai 68, de la parodie idéologique sur les possibilités concrètes d’une France qui croyait encore dans la politique mais en avait déjà perdu la main.

Alain de Benoist, propos recueillis par Paul Ducay (Philitt, 26 avril 2018)

11/04/2018

Rideau de fumée sur l'Intelligence A'rtificielle...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Jean-Paul Baquiast, cueilli sur son site Europe solidaire et consacré aux annonce d'Emmanuel Macron consacrées à la recherche sur l'Intelligence Artificielle. Jean-Paul Baquiast anime également le site d'information techno-scientifique Automates intelligents.

IA.jpg

Emmanuel Macron ne veut rien comprendre à l'Intelligence Artificielle IA

Emmanuel Macron vient de proclamer le 29 mars avec beaucoup d'emphase que l'IA est un enjeu d'avenir pour l'économie française. Elle sera, dit-il avec raison, à l'origine des principaux progrès de l'industrie de l'avenir, mais il aura aussi un enjeu éthique, car l'IA est une technique qui touche de près à ce qui fait la spécificité humaine.

C'est pourquoi sa maîtrise économique importe. Parvenir à développer les techniques fondamentales, les processus scientifiques et les marchés naissants est un enjeu crucial. L'exemple de l'Internet le prouve : avoir laissé à d'autres la création des outils numériques a provoqué une forte dépendance économique et à l'anémie industrielle.

Tous ceux qui connaissent un peu l'1A et aussi l'IA dite avancée savent que celle-ci est bien plus que ce qu'en a dit Emmanuel Macron. Elle est désormais associée à toutes les sciences et techniques, civiles et militaires. Beaucoup considèrent que le monde de demain sera globalement numérique ou artificiel. Le rapport Villani dit à peu près la même chose 1).

Comme nous l'avons souvent signalé ici, Google se veut, en association avec le département américain de la défense, le maitre du futur Univers global. Il investit des sommes considérables sur l'IA, en rachetant pour ce faire la plupart des laboratoires et start-up européens et français du domaine.

Or du discours d'Emmanuel Macron il est ressorti que la France, sous sa présidence, investira d'ici 2022 la somme ridicule de 1,5 milliard d'euros supplémentaires. En moyenne, ce seront 3,75 % d'augmentation de l'ensemble des dépenses publiques d'innovation. Cet argent était déjà promis par François Hollande. Rappelons qu'en dehors de Google cité plus haut, les investissements de recherche d'Amazon s'élèvent à 16 milliards d'euros par an.

La France renonce  

Le constat est malheureusement clair : la France renonce à jouer les premiers rôles dans la bataille mondiale de l'IA qui se déroule actuellement. Elle y  renonce au nom de la « bonne gestion » et de la « maîtrise des dépenses publiques »  Macron  compte apparemment, en bon élève de la Banque Rothschild, sur le secteur privé :  310 millions d'euros pour l'amorçage de start-up dans le secteur, mise à disposition des données du secteur public de la santé, encouragement des chercheurs du secteur public à obtenir des détachements jusqu'à la moitié de leur  temps de travail pour créer leur entreprise.

Il ne veut pas voir que tous les investissements de recherche en IA, autres que ceux des GAFA américaine ont été faits en Europe à partir de fonds et projets publics

La France d'Emmanuel Macron a donc décidé de servir de lieu de sous-traitance aux  géants privés américain du secteur de l'IA. Mais les grands groupes privés multinationaux feront leurs choix d'implantation et de recherche en fonction de leurs intérêts. La place de la France dépendra de trois critères : le coût du travail, un niveau d'imposition faible et un flux de subventions publiques déguisées. L'augmentation des salaires des chercheurs français, comme le recommande le rapport Villani, ne sera pas leur priorité. Les meilleurs continueront donc naturellement d'aller proposer leurs services ailleurs, et notamment chez les donneurs d'ordre des sites français.

De plus, l'appel à la création de start up en IA par de jeunes chercheurs correspond à un pillage organisé des compétences – quand il en reste – du secteur public. Souvent, celles-ci vivent du  transfert de technologies développées initialement dans la sphère publique vers des grands groupes privés. Le chercheur développe son idée avec les moyens publics, créé sa société et la développe en conservant un pied dans le public, puis la revend aux géants étrangers du secteur.

Le gouvernement a salué la création par Google et l'École polytechnique d'une chaire consacrée à l'IA. Qui profitera de cette chaire ? Avant tout Google qui dirigera dans son propre intérêt la recherche, qui disposera d'un vivier de chercheurs et qui profitera des dépenses publiques de recherche. Mais Google ne produira et n'agira que là où il pourra maximiser son profit. Avec ce type de partenariat, mais aussi avec la création de centres de recherche de Samsung ou Fujitsu, la France accepte d'être sous-traitant de ceux qui dominent déjà le secteur.

 Faut-il rappeler l'entrée massive de Microsoft dans l'institut de recherche publique français INRIA ? En a-t-il résulté une avance quelconque de la France dans le domaine de la micro-informatique ?

La stratégie du gouvernement n'est pas étonnante : elle consiste à privilégier les mécanismes du marché et renoncer à l'action de l'État. En matière d'IA ceci annonce une défaite de plus dans cette bataille fondamentale pour l'avenir de l'humanité. Ce n'est pas la stratégie, on le constate aujourd'hui, de la Chine ni même, avec des moyens plus modestes, de la Russie.  

Le monde de demain sera américain, chinois et russe, mais la France n'y aura pas de place.

Jean-Paul Baquiast (Europe solidaire, 30 mars 2018)