Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

charlemagne

  • Quand Paris et Berlin se placent sous protection américaine...

    Nous reprodusisns ci-dessous un point de vue d'Hadrien Desuin, cueilli sur Figaro Vox et consacré au Traité d'Aix-la-Chapelle signé par Emmanuel Macron et Angela Merkel. Spécialiste des questions internationales, Hadrien Desuin est l'auteur de La France atlantiste (Cerf, 2017).

     

    Aix-la-Chapelle_Traité.jpg

    Traité d'Aix-la-Chapelle : «Paris et Berlin se placent sous protection américaine»

    Le titre d'Empereur du Saint Empire romain germanique, reçu à Aix-la-Chapelle pendant des siècles, fut aussi prestigieux que symbolique. Quand Napoléon y mit fin, on disait qu'il n'était ni saint, ni romain ni germanique. C'était un Empire honoraire dont le morcellement garantissait la sécurité de la France.

    De même, le traité d'Aix-la-Chapelle signé ce mardi 22 janvier 2019 par Emmanuel Macron et Angela Merkel aurait pu apparaître comme le couronnement de la fusion franco-allemande tant désirée par Paris. Allait-on ressusciter l'empire carolingien là où Charlemagne unît les peuples d'Europe occidentale il y a plus de 1200 ans, à la jonction des mondes latin et germanique?

    Déjà en 1963, après le refus des États Unis de former un directoire occidental (P3) avec la France et le Royaume-Uni, le général de Gaulle voulut détacher l'Allemagne de l'OTAN pour la ramener à elle et sortir ensemble de l'orbite américaine. Avec la bombe nucléaire française, il s'agissait de traduire diplomatiquement ce nouveau statut militaire et d'en finir avec les seconds rôles joués sous la IVe République. Comme chacun sait, Konrad Adenauer accepta de signer le traité, à l'Élysée, mais le parlement de la RFA neutralisa cette alliance en précisant qu'elle ne pouvait se substituer à l'OTAN.

    Le Bundestag ajouta un préambule qui assurait sa fidélité à son véritable vainqueur et mentor: Washington. Aix-la-Chapelle est certes la capitale de Charlemagne mais c'est aussi la première ville conquise par l'armée américaine en 1944. Les Allemands ne l'ont pas oublié.

    Dans ce nouveau traité où le symbolique l'emporte sur le stratégique, l'allégeance à l'OTAN est cette fois-ci directement inscrite dans le texte. Il n'y aura plus besoin de préambule et tous les efforts pour bâtir une défense européenne resteront superflus: la très hypothétique armée européenne sera toujours commandée par un général américain depuis son quartier général de Mons en Belgique. Le Bundestag pourra signer les yeux fermés.

    Ce statu quo stratégique fait écho au statu quo budgétaire. L'Allemagne a déjà refusé de rééquilibrer sa balance commerciale excédentaire en faveur de ses partenaires. Mais pourquoi s'incliner alors que, depuis 2009, la France s'est rangée d'elle-même dans l'OTAN?

    Le reste des dispositions prévues est donc un simple rappel de ce qui existe déjà en termes d'échanges franco-allemands: promotion du bilinguisme, eurorégion, coopération militaire et industrielle, soutien à l'Allemagne au conseil de sécurité de l'ONU... La seule nouveauté est l'assemblée et le conseil de défense franco-allemand. Des outils de dialogue non inintéressants mais très formels. Les articles qui prévoient plus d'intégrations politique et culturelle de part et d'autre de la frontière cachent péniblement la banalité d'un traité qui se voulait initialement le premier étage de la grande fusée fédérale européenne esquissée par le Président à la Sorbonne en septembre 2017. Le deuxième étage aurait dû être la constituante européenne à Strasbourg en mai prochain. Au final, on en reste au très modeste malentendu de 1963. Pas de quoi rivaliser avec l'arrogance de Trump.

    Cela fait plus de cinquante ans que l'Allemagne joue à la future mariée du couple franco-allemand, théorique moteur de l'Union européenne. Mais Berlin laisse le soupirant français lui conter fleurette tout en repoussant l'échéance. La réunification et la fin de la guerre froide en 1990 lui ont donné le premier rôle économique sur le continent. Quant à la guerre, elle ne veut plus en entendre parler sauf pour vendre du matériel. Son tuteur américain ne veut pas de ce mariage français. Et la promise allemande a peur d'une union aussi inégale.

    ­

    Vue d'Allemagne, la réconciliation franco-allemande est un simple rituel mémoriel qui vise à se faire pardonner les deux dernières guerres mondiales. Voilà pourquoi Berlin multiplie les gestes d'amitié avec Paris qui rêve toujours de grandeur. Mais passer de l'amitié à l'amour est périlleux. Tandis qu'on palabre entre voisins, l'argent reste à Francfort et le commandement militaire reste à Washington. Avec le vieil ami de Paris, on se remémore la légende de Charlemagne, histoire d'oublier que c'est toujours Donald Trump qui tient les rênes.

    Hadrien Desuin (Figaro Vox, 22 janvier 2019)

    Lien permanent Catégories : Points de vue 0 commentaire Pin it!
  • Les mystères de l'Externstein...

    Les auditions Auda Isarn viennent de traduire un ouvrage de Freerk Haye Hamkens intitulé Les mystères de l'Externstein. L'ouvrage est complété par un cahier photos et par une bibliographie d'Alain de Benoist consacrée au site de l'Externstein. Freerk Haye Hamkens, de son vrai nom Wilhelm Schirrmann, est un ethnologue et folkloriste allemand du XXe siècle.

     

    Mystères de l'Externstein.jpeg

    " En Allemagne, dans la région de Detmold, se dresse un spectaculaire groupe de rochers protohistoriques, travaillés par l’homme, dont l’origine et la destination ont donné lieu pendant plus d’un siècle à des discussions passionnées. Il s’agit du site de l’Externstein.

    Dans les années 1934-35, Wilhelm Teudt fouilla le site de l’Externstein et émit l’opinion qu’il était sans aucun doute le sanctuaire de l’Irminsul dont la destruction par Charlemagne avait marqué la soumission du pays saxon. Des voix s’élevèrent pour contredire cette thèse, notamment dans les milieux ecclésiastiques qui lui reprochaient son anti-christianisme.

    Si on reconnaît aujourd’hui l’Externstein comme un possible lieu de culte germanique, certains y voient aussi l’ombre cachée du national-socialisme et de sa propagande culturelle.

    Avec la confusion de la fin de la guerre, en 1945, des mains inconnues firent disparaître tout ce que les archéologues avaient mis à jour. Le présent ouvrage renoue peu à peu le fil car Freerk Haye Hamkens était l’assistant de Teudt au moment des fouilles. Par ses propres moyens et en pleine guerre, il a ainsi sauvé les plans et les notes, et fait un rapport concernant les fouilles des années 1934-35. C’est ainsi qu’il apporte, pour la première fois depuis cent ans, des documents de première main sur l’Externstein.

    Il donne ici des éclaircissements inédits et très complets sur le droit, la propriété, l’archéologie du site, tout en les reliant avec les apports de l’histoire de l’art mais également avec la tradition des légendes, des contes et des chansons populaires.
    Premier livre en français sur le sujet. "

    Lien permanent Catégories : Livres 0 commentaire Pin it!
  • Hestia sur les rivages de Brooklyn...

    Nous vous signalons la parution aux éditions Avatar d'un ouvrage de Jure Vujic, intitulé Un ailleurs européen - Hestia sur les rivages de Brooklyn. De nationalité croate, Jure Vujic est avocat et chercheur en géopolitique. Il collabore à de nombreuses revues, et a notamment écrit dans la revue Krisis.

     

    Un ailleurs européen.jpg

     

    Hestia sur les rivages de Brooklyn

    La tradition est inversée. L’Europe ne raconte plus l’Occident. C’est l’Occident qui conte l’Europe. La marche en avant des proto-iraniens, peuples de cavaliers vers leur foyer « européen », la « hache barbare » du peuple des demi-dieux hyperboréens, Alexandre, Charlemagne, Hohenstaufen, Charles Quint, Napoléon ne font plus rêver. L’Occident hyperréel sublimé, le mirage du « standing », du bonheur à la carte est le songe éveillé et névrotique du quart-monde favellisé, d’un imaginaire tiers-mondiste « bolly-woodisé ». Il n’y a plus de grand métarécit européen faute de diégèse authentiquemment européenne. La « mimesis vidéosphérique » occidentale dévoile, déshabille, montre et remontre dans l’excès de transparence. Loin des rivages de l’Hellade, Hestia s’est trouvé un nouveau foyer sur les bords de Brooklyn, aussi banal et anonyme que les milliers d’« excréments existentiels » qui jonchent les rivages de Long Island.

    Que faire ? Hestia devra-t-elle chevaucher ce nouveau paysage extrême-occidental, c’est-à-dire faire en sorte que ce paysage devienne le centre de l’aventure d’une nouvelle extension métaidentitaire ? Faire l’expérience d’une nouvelle déconstruction identitaire par « l’archipélisation » ? La tâche de Hestia est celle du poète qui s’efforce de diffuser la totalité dans son lieu, trouver et inscrire « l’Ailleurs » dans « l’Ici ». Faire d’un territoire hostile et rival un lieu commun. Le génie « européen » qui avait pensé sensiblement le monde, qui l’avait dompté et conquis en l’accaparant dans la raison instrumentaire et intelligible avait fini par être consumé par la res cogitans occidentale, un « Nouveau monde » qui l’avait pulvérisé dans la sphère de l’intelligible et la surreprésentation excessive. En un mot l’esprit européen avait lui-même enfanté une image criminelle de lui-même. Et si c’était vrai ? Si l’Occident n’avait été que ça : un crime contre l’imaginaire ? S’il n’était rien d’autre qu’une machine à sublimer qui n’a cessé de servir le plus sournois des cultes de la représentation et de la raison discursive ? L’Occident en tant que processus de désenchantement irréversible ?

    Lien permanent Catégories : Livres 0 commentaire Pin it!