Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/07/2017

Tuer et mourir pour Dieu...

NRH HS 14.jpg

 

Le quatorzième numéro hors-série de La Nouvelle Revue d'Histoire est en kiosque. Il est consacré aux guerres de Religion.

Au sommaire de ce numéro :

Tuer et mourir au nom de Dieu par Philippe Conrad

La France du "temps des troubles". Chronologie

Charles Quint face à la dissidence protestante par Flore Gallois

Les anabaptistes de Münster

Prophétisme et révolte paysanne en Souabe (1524 - 1525)

Les origines du conflit dans le royaume de France par Philippe Conrad

1561. Le colloque de Poissy par Martin Benoist

Un royaume dans le chaos des guerres civiles par Jean Kappel

Le siège de Rouen par Emma Demeester

La surprise de Meaux par Philippe Fraimbois

La disgrâce de Michel de L'Hospital par Philippe Parroy

Le massacre de la Saint-Barthélemy par Philippe Conrad

Le vandalisme huguenot par Evelyne Navarre

La marche vers le trône d'Henri de Navarre  par François Forestier

Le meurtre du duc de Guise par Constance de Roscouré

L'assassinat d'Henri III venge la mort d'Henri de Guise par François de Rouvre

L’édit de Nantes rétablit la paix religieuse par Emma Demeester

La Rochelle résiste à Richelieu par Philippe Fraimbois

Cromwell écrase l'Irlande catholique par Evelyne Navarre

La révocation de l'édit de Nantes par Philippe Parroy

Le Midi protestant résiste : la guerre des camisards par Philippe Parroy

Louis XVI et les Juifs par Philippe Conrad

L'Islam et la guerre par Jacques Berrel

 

11/04/2017

Une guerre hybride de l'OTAN...

 « Il faut faire comprendre qu'avec l’exemple de Maïdan, l'OTAN a expérimenté une forme de « guerre hybride » qui pourrait être appliquée à d'autres pays et notamment à la France si, par exemple, le peuple français votait « mal » aux prochaines élections. Ré-informer les Français sur l'Ukraine c'est prévenir le même type d'évènements en France... » - Lucien Cerise

Les éditions Le Retour aux sources viennent de publier un essai de Lucien Cerise intitulé Retour sur Maïdan - La guerre hybride de l'OTAN. Penseur indépendant et non-conformiste, Lucien Cerise est l'auteur de Gouverner par le chaos (Max Milo, 2010), d'Oliganarchy (Le Retour aux Sources, 2013) et de Neuro-pirates - Réflexions sur l'ingénierie sociale (Kontre Kulture, 2016).

 

retour-sur-maidan-la-guerre-hybride-de-lotan.jpg

" Les événements qui se sont déroulés à Kiev, capitale de l’Ukraine, pendant l’hiver 2013-2014 ont une portée mondiale. La révolution de Maïdan, présentée tout d’abord comme une insurrection spontanée possédant la légitimité des luttes d’émancipation nationale – par-delà Washington et Moscou – s’est avérée finalement n’être qu’une nouvelle opération coloniale de Washington et de l’OTAN. Or, si l’ingérence étrangère en Ukraine ne fait plus débat pour la révolution orange de 2004, elle relève encore du tabou pour l’EuroMaïdan de 2014. En l’espace de dix ans, les méthodes putschistes anglo-saxonnes se sont affinées, et surtout radicalisées dans leurs objectifs, de la « révolution colorée », soit le coup d’État ponctuel, à la « guerre hybride » conçue pour durer et se répandre partout. Ce processus de chaos contrôlé lancé par l’OTAN en Ukraine vient s’ajouter à toutes les menaces qui planent sur la civilisation européenne et au-delà. Cultivant le pluralisme de l’information et puisant à des sources occidentales mais aussi ukrainiennes et russes, cet ouvrage fait partie de l’arsenal défensif.

Maïdan : place centrale de Kiev, dont le nom complet est Place de l’Indépendance (Майдан Незалежності, Maïdan Nézalejnosti).
Étymologie : du persan « میدان », via le turc « meydan », signifie « la place ». "

 

                                    

17/02/2017

Les loups sont de retour...

Les éditions TerraMare viennent de publier un essai de Thomas Flichy de la Neuville intitulé Les loups sont de retour - Du chaos vont naître de nouvelles élites. Agrégé d'histoire, docteur en droit et spécialiste des questions géopolitiques, Thomas Flichy de la Neuville enseigne à Saint-Cyr-Coëtquidan et a récemment publié 2030 - Le monde que la CIA n'imagine pas (Bernard Giovanageli, 2015). Ses travaux portent sur la capacité des civilisations à transmettre la vie sur la longue durée.

 

Flichy_Les loups sont de retour.jpg

" En période de troubles, les hiérarchies du temps de paix laissent brutalement place à l’atomisation des individus. Le chaos permet alors aux meneurs de se hisser brusquement au pouvoir. Manifestant une soif continuelle de changement, ceux-ci nourrissent la révolution avant qu’elle ne s’épuise de ses propres excès. Après la tourmente, la recomposition humaine issue de la violence, favorise les dominants. Émotifs, ils sont à même de sentir la foule et de l’électriser. Actifs, ils multiplient les initiatives afin de lutter contre la tentation physiologique du repli sur soi. Voyant loin, ils s’abstiennent de décisions ne visant qu’un résultat immédiat. Ces dominants prennent rapidement la tête de petits groupes humains, sur le modèle des loups, organisés en meutes rivales. La révolution française fournit un exemple frappant de cette évolution: les maîtres d’hier, relégués en raison de leur inadaptation, sont retournés à leur néant. Quant aux dominants surgis de nulle part, après avoir erré le ventre creux, ils ne doivent le rétablissement de leur rang qu’à l’apparente beauté de l’œuvre dont ils proposent l’accomplissement. Les loups sont aujourd’hui de retour mais personne ne soupçonne encore leur existence... "

06/01/2017

La minute prescrite pour l'assaut...

Les éditions de La Table Ronde viennent de rééditer La minute prescrite pour l'assaut, un roman de Jérôme Leroy. Maître de l'anticipation noire, Jérôme Leroy a notamment publié Monnaie bleue, qui avait fait l'objet d'une critique élogieuse par Dominique Venner dans Eléments, Bref rapport pour une très fugitive beautéBig Sister ou Le Bloc (Gallimard, 2011).

Leroy_Minute prescrite pour l'assaut.jpg

"«Il était vingt-trois heures quand Kléber et Sarah, qui venaient de se rencontrer, décidèrent de passer la nuit dans le fort d’Ambleteuse.
À cette heure-là, une bombe sale explosait à San Francisco.
À cette heure-là, un médecin venait d’observer dans son
microscope la dernière mutation du virus de la fièvre hémorragique de Marburg.
À cette heure-là, trois enfants étaient parvenus au niveau ultime de Dark Hostel. Ils étaient les premiers à réussir cet exploit sur ce jeu virtuel haut de gamme.
À cette heure-là, en France, les Forces spéciales, nouvellement créées sous l’égide secrète de l’Élysée et de quelques grandes entreprises privées, recevaient leur baptême du feu dans les quartiers nord de Marseille.
À cette heure-là, Kléber soupçonnait qu’il vivait le premier
instant de l’apocalypse.» "

 

 

21/10/2016

Les sirènes du chaos...

Nous reproduisons ci-dessous l'éditorial, daté du 13 octobre 2016, de la nouvelle lettre d'information Centurie News, qui est consacré à l'embrasement que la crise syrienne et les incendiaires qui l'attisent, menacent de provoquer...

Guerre_USA_Russie.jpg

 

Syrie : les sirènes du chaos

 

La crise syrienne a débuté en 2011 dans le prolongement des « printemps arabes » qui soulevèrent des populations stimulées et appuyées par des ONG occidentales contre des régimes arabes laïcs et centralisateurs. Un contexte de troubles voire de guerres civiles est alors né dans la majeure partie des pays concernés (Syrie, Libye, Tunisie, Yémen, Bahreïn, Egypte). Toutefois, la crise syrienne est devenue du fait de sa situation géographique, un point de tension incomparable dans le monde. Au fur et à mesure de l’élargissement du conflit, le cercle des Etats étrangers à cette guerre s’est restreint et l’enchevêtrement de causes et d’effets complexes (géographiques, militaires, économiques, énergétiques, religieux) a rendu la crise mondiale. 

 

La Syrie fixe en un abcès les intérêts de la plupart des acteurs régionaux mais aussi des puissances mondiales au premier rang duquel l’état profond occidental, confronté à la volonté de la Russie de ne pas céder ce pivot du monde à ses adversaires géopolitiques. Ainsi, les conditions d’une confrontation militaire entre les Etats-Unis et la Russie devient de plus en plus vraisemblable et pourrait déboucher sur un conflit international aux conséquences cataclysmiques

 

L’intensification ces dernières semaines des tensions avec les déclarations sidérantes des acteurs politiques et militaires occidentaux ne lasse pas d’inquiéter, en effet, le contexte politique intérieur américain n’étant pas favorable à l’apaisement. Si Barack Obama et John Kerry (l’État officiel américain) semblent moins pressés de jouer les va-t-en-guerre à quelques mois de la fin de leur mandat, le complexe médiatico-militaro-financier (l’État profond occidental) accentue la pression pour préparer un climat de tension favorable à la guerre. Un contexte qui pourrait bien favoriser des décisions rapides, une fois l'incertitude de la présidentielle levée et Hillary Clinton élue et en fonction au plus tard le 21 janvier 2017.

 

Toutefois, ces positions ne recueillent pas, et de loin, l’adhésion des populations et il faudra des opérations médiatiques plus efficaces que le conditionnement de fond de ces dernières années pour faire admettre aux opinions publiques occidentales une escalade guerrière, dont on perçoit qu’elle pourrait nous mener aux portes d’une nouvelle guerre mondiale.

 

Les Etats et intérêts qui utilisent depuis des années les Médias de Masse (MSM) pour préparer ou retourner les opinions publiques (armes chimiques, couveuses koweitiennes, etc.) en faveur de politiques indéfendables (tant sur le plan stratégique qu’humanitaire, économique ou migratoire) seront donc probablement tentés d’user de méthodes de PsyOps (Opérations Psychologiques) pour faire basculer les mentalités et l’adhésion, même artificielle et même temporaire, à une confrontation militaire directe contre la Russie dans la région. Il en faudra beaucoup pour emporter cet accord des populations, qui perçoivent de plus en plus mal les objectifs d’intérêts collectifs dans les politiques menées par les dirigeants.

 

La guerre n’est pas certaine mais la convergence des intérêts électoraux et stratégiques de l’Etat profond occidental rend malheureusement probable un dérapage rapide. On imagine par exemple que des organisations comme celles des casques blancs (White Helmets), appuyés par des staffs de communicants (dans le genre de Bell Pottinger, voir Centurie News N°5) pour la superproduction d’un « massacre » de populations civiles sous faux drapeaux pourrait déclencher une campagne d’hystérie collective qui favoriserait une entrée en guerre et une radicalisation anti-russe de l’opinion publique américaine et européenne.

 

Evidemment, une affaire rapide, touchant encore plus directement des ressortissants américains ou européens serait « idéale »… Un coup de billard à deux bandes qui permettrait de noyer les révélations contre Hillary Clinton (Comme celles de Wikileaks, désormais qualifiées systématiquement de propagande russe par les MSM) et d’affaiblir encore d'avantage Donald Trump (présenté comme le candidat de Poutine : voir le site PutinTrump.org financé par Soros, Centurie News n°3). Mais il est plus probable que les faucons attendront, s'ils peuvent réussir à bloquer, d'ici-là, les avancées diplomatiques et militaires de la Russie et de l'armée gouvernementale syrienne. Entre-temps, il faudra chauffer à blanc les opinions publiques et pour ce faire, le pire est possible. 

 

Ces campagnes de sidération guerrières peuvent encore parfaitement fonctionner, même si elles épuisent progressivement leurs capacités à emporter l’adhésion. En effet, avec le climat lourd de menaces de ces prochaines semaines, une nouvelle campagne d’hystérie collective augmenterait à coup sûr la résilience des populations occidentales au contrôle médiatique dans la mesure où jamais plus qu’aujourd’hui, cette politique de déstabilisation n’est parue moins rationnelle et plus dangereuse. Si ce n’est pas un argument susceptible d’influencer les desseins court-termistes des fauteurs de guerre, un nouveau matraquage guerrier pourrait, un temps plus loin, avoir des effets sur la stabilité sociale des sociétés occidentales.

 

En effet, le rapprochement dans le temps des campagnes de désinformation en soutien à des politiques internationales qui fabriquent des guerres, des migrations et de l’extrémisme accélère, tel un vaccin, l’immunisation médiatique des populations. La montée d’audience de médias alternatifs, l’augmentation rapide de la viralité des contre-informateurs et la lassitude critique de l’opinion publique à l’égard des MSM n’en sont que d’autres stigmates. De plus, dans la mesure où le dispositif médiatique est le principal outil de contrôle social des sociétés occidentales et que celles-ci sont en proie à des tensions internes de plus en plus importantes, l’épuisement de l’efficacité des MSM dans le travail de contrôle des tensions à l’intérieur des populations, fait courir un risque systémique lourd. La dégradation brutale de la crédibilité des MSM dans l’opinion publique aux Etats-Unis ces derniers mois en fournissent un exemple intéressant (voir Centurie News 3 et 4). En perdant en crédibilité, le système médiatique dit mainstream, perd en capacité d’influence sur la stabilité sociale. Cette perte d’influence pourrait devenir critique à l’occasion d’un conflit social de faible intensité mais qui pourrait s'envenimer. Un scénario de plus en plus envisageable dans des pays occidentaux déstabilisés par le multiculturalisme et la crise économique.

 

Pour en revenir à la Syrie et aux connexions avec la campagne présidentielle américaine, les révélations désormais presque quotidiennes sur les implications de l’Arabie Saoudite non seulement dans les attentats du 11 septembre mais dans le financement d’ISIS (DAECH) en font (avec le Qatar) le maillon faible de la chaine d’influence des Etats-Unis dans la région. La surexposition du Qatar mais plus encore de l’Arabie Saoudite pourrait bien contraindre ces pays à un désengagement ou à des concessions dans d’autres domaines (la gestion des cours du pétrole par exemple) ou finir par les déstabiliser dans les mois à venir.

 

Les intérêts complexes des acteurs du monde dans cette région, rendent apparemment insolubles, une solution mono-diplomatique . Il est donc à prévoir que les acteurs qui disposeront de la supériorité militaire sur le terrain et du pragmatisme nécessaire pour nouer des alliances permettant à d’autres parties de se rallier à leurs objectifs, finiront par l’emporter. C’est visiblement la Russie qui semble engagée sur ce terrain. Seul une politique irrationnelle au potentiel destructeur considérable est susceptible de modifier cette anticipation. Pour comprendre si nous courrons ce risque, il faudra, par-delà le contexte évoqué dans cet article, comprendre ce qui pourrait, apparemment contre toute logique, pousser l’État profond occidental à fabriquer de toute pièce une nouvelle guerre mondiale. Qui fera taire les sirènes du chaos ?

 

 Centurie news ( Centurie News n°6, 13 octobre 2016 )

27/07/2016

Penser le chaos...

Nous vous signalons la publication du dix-septième numéro de la revue Perspectives libres consacré au chaos qui vient.

La revue Perspectives libres, dirigée par Pierre-Yves Rougeyron, est publiée sous couvert du Cercle Aristote et est disponible sur le site de la revue.

 

Perspectives libres 17.jpg

Sommaire

Pierre-Yves ROUGEYRON : « Les allégeances à l’épreuve »

Dossier : « Stasis, penser le chaos »

Christian HARBULOT : « De la guerre civile »

V.D. : « Comment tout peut commencer en France »

Julien FUNNARO : « Le multiculturalisme, ennemi de la diversité »

David CUMIN : « De l’ennemi jihadiste et de la guerre au terrorisme »

Jérémy-Marie PICHON : « Ayn Rand ou le Triomphe de la volonté »

Libres pensées

Juan ASENSIO : « « Le secret de René Dorlinde » de Pierre Boutang »

Luc VIGNEAULT : « L’Autre. Une autre lecture de l’Occident politique. Le récit de Thierry Hentsch »

Gilles ARDINAT : « Le monde qui vient : géographie mondiale des naissances »

JME : « Énergie, et si nous parlions plutôt de puissance(s) ? »

Libres propos

Clément NGUYEN : « Burundi, 1961-2016 : chronique d’un pays tourmenté »

Nicolas KLEIN : « Aux marges du monde européen : l’Espagne, le pays des périphéries »

Nicolas KLEIN : « Fragmentation électorale et divisions socio-politiques. Le cas espagnol »