Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/06/2017

Souvenirs d'un soldat...

Les éditions Perrin viennent de rééditer les Souvenirs d'un soldat du général Guderian. D'abord théoricien puis praticien de l'emploi de l'arme blindée, engagé dans les campagnes de Pologne, de France et de Russie, le colonel-général Guderian a terminé la guerre comme chef de l'état-major de l'armée de terre, en charge du front de l'est.

Guderian_Souvenirs d'un soldat.jpg

" Heinz Guderian est l'un des généraux de Hitler les plus célèbres. Il est considéré par de nombreux spécialistes comme le père fondateur de l'arme blindée allemande et comme un virtuose de la guerre de mouvement. Figure emblématique des succès de la Wehrmacht des premières années de la Deuxième Guerre mondiale, tout aussi habile manœuvrier sur le champ de bataille que prodigieusement doué pour l'organisation des forces blindées, Guderian reste comme l'une des incarnations du génie opérationnel engendré par le militarisme germano-prussien. La narration vivante de ses campagnes militaires, entrecoupée de descriptions détaillées des paysages et d'anecdotes, de citations et de répliques savoureuses, offre une lecture passionnante.

Guderian se garde cependant de porter un regard rétrospectif sur les implications politiques et morales de ses actions : son attitude complice dans la guerre criminelle conduite par la Wehrmacht en Union soviétique et son repli derrière ses seules compétences militaires constituent une fuite devant ses responsabilités. Pour autant, cas d'étude particulièrement digne d'intérêt, il nous aide à comprendre les rouages de l'alliance étroite entre la Wehrmacht et le régime nazi, collaboration qui, faut-il le rappeler, a permis à Hitler de dominer d'abord l'Allemagne, puis l'Europe. "

27/04/2017

La première guerre mondiale et ses responsables...

Les éditions du Toucan viennent de publier dans leur collection L'Artilleur un essai de Bertrand Blandin intitulé  1914, la France responsable ? - Les secrets de la déclaration de guerre. Bertrand Blandin est professeur d'histoire.

 

Blandin_1914 - La France responsable.jpg

" Les secrets de la déclaration de guerre

Le 3 octobre 2010, l’Allemagne fit son dernier versement à la France dans le cadre des réparations de guerre imposées par le traité de Versailles de juin 1919.

C’est dire à quel point la culpabilité totale et absolue de l’Allemagne dans le déclenchement du premier conflit mondial est restée acquise, enseignée à des générations d’écoliers depuis un siècle.

Or, en scrutant les faits et les idées non seulement sur une longue période mais aussi dans les toutes dernières semaines de l’été 1914, Bertrand Blandin montre qu’une France aux bases républicaines encore fragiles et très proche de la Russie tsariste dans ses alliances, joua en réalité un rôle actif et déterminant dans l’ouverture des hostilités.

L’examen précis des crises politiques de la France d’avant-guerre et l’étude inédite de la correspondance secrète de l’ambassadeur de Russie dévoilent les manœuvres du président Poincaré qui n’ont en fait qu’un seul objectif : la guerre.

Bien sûr, on peut être choqué de cette hypothèse d’une culpabilité française quand on pense à l’immense sacrifice consenti par le pays pendant quatre ans. Il ne s’agit donc en aucun cas d’instruire un procès à charge ou de faire acte de repentance mais plutôt d’en finir avec un mensonge historique. "

11/03/2017

Le Français d'europe...

Les éditions Ars Magna poursuivent leur réédition des œuvres oubliées de Pierre Drieu La Rochelle avec la publication d'un recueil d'articles, paru initialement en 1944 et intitulé Le Français d'Europe. On trouve déjà chez le même éditeur, sous la signature de l'auteur de Gilles, les ouvrages suivants : Socialisme fasciste, Avec Doriot , Ne plus attendre, et Chroniques politiques (1934-1942).

 

Drieu_Le Français d'Europe.jpg

" Quand cet ouvrage fut imprimé le 20 juillet 1944, aux Éditions Balzac (nom pris par les Éditions Calmann-Levy sous administration allemande à partir de 1943),  les troupes anglo-américaines avaient déjà libéré les principales villes de Normandie. Deux mois plus tard, elles entraient dans Paris. Ce livre eut donc une vie commerciale courte et son tirage fut, en très grande partie, pilonné.

Dernier recueil d'articles de Pierre Drieu La Rochelle, il réunit une série de textes mi-politiques mi-littéraires qui parurent de 1940 à 1943 dans les colonnes de
La Nouvelle Revue Française ainsi que tous ceux que publia l'hebdomadaire de Lucien Combelle La Révolution Nationale où s'exprimaient les partisans d’un collaborationnisme sans concessions.

Parfois datés, ces écrits restent cependant toujours passionnants pour tous les amateurs d'histoire et pour tous ceux qui s'intéressent au grand écrivain que fut Pierre Drieu La Rochelle. "

18/02/2017

Résumons-nous....

Les éditions Robert Laffont viennent de publier, dans leur collection Bouquins, un recueil de chroniques d'Alexandre Vialatte intitulé Résumons-nous. Brillant germaniste, traducteur de Kafka, Alexandre Vialatte, qui se voulait auvergnat et européen et s'affirmait également chrétien et nietzschéen, est l'auteur de très nombreuses chroniques et aussi de quelques magnifiques romans comme Battling le ténébreux ou Les fruits du Congo.

 

Vialatte_Résumons-nous.jpg

" Pendant un demi-siècle, Alexandre Vialatte a cultivé l'art de la chronique. Ses œuvres constituent une sorte d'encyclopédie des activités humaines vues au travers du kaléidoscope d'un observateur malicieux qui sait résumer d'une sentence, lapidaire et drôle, le fond de son propos.
Nourri de textes inédits, ce recueil témoigne des différentes formes journalistiques pratiquées par Alexandre Vialatte, des années 1920 à sa mort en 1971. Il apprend son métier en collaborant à La Revue rhénane, en même temps qu'il s'initie à l'Allemagne, découvre Goethe et Kafka, et suit de près l'actualité du pays.
Dans Le Petit Dauphinois, comme dans l'Almanach des quatre saisons, autre florilège de sa fantaisie, Vialatte s'en donne à coeur joie, avec la plume d'un poète, l'imagination d'un conteur, l'humour d'un savant désabusé. Les chroniques cinématographiques parues dans Bel Amour du foyer constituent un volet inattendu de son oeuvre de journaliste. Vialatte s'amuse à y distiller ses conseils et ses opinions sur des films dont il raconte l'histoire à sa manière, toujours singulière et décalée.
Il a aussi tenu pendant près de dix ans une chronique dans Le Spectacle du monde, constituée de promenades littéraires plus que de véritables critiques. Là comme ailleurs, il exprime ses goûts, ses admirations avec une intelligence savoureuse, une virtuosité et une liberté de ton qui n'ont cessé d'enchanter ses innombrables lecteurs et lui valent d'occuper aujourd'hui une place prépondérante dans notre histoire littéraire. "

11/12/2016

Feu sur la désinformation... (115)

Vous pouvez découvrir ci-dessous un nouveau numéro de l'émission I-Média sur TV libertés, consacrée au décryptage des médias et dirigée par Jean-Yves Le Gallou, président de la fondation Polémia, avec le concours d'Hervé.

Au sommaire :

  • 1 : Allemagne : Migrant violeur dans l’ombre médiatique
    Meurtre et viol de la jeune Maria, une jeune fille de 17 ans, par un demandeur d’asile en Allemagne. L’ARD, la principale chaine de télévision publique allemande est accusée par le journal Bild d’avoir passé sous silence le crime sexuel.
    I-Média réinforme.
  • 2 : Le zapping d’I-média
    France Info TV : Utilisation d’une séquence de diabolisation massive pour empêcher l’élection de Norbert Hoffer en Autriche : le témoignage d’une survivante de la Shoah.
    Honneur aux corses : Soutien de la population au tribunal d’Ajaccio, d’un commerçant agressé par des « Magrébins » qui ne voulaient pas payer.

  • 3 : TF1 : une vision totalitaire de la télévision
    « Nous devons être les 1ers acteurs d’une transformation profonde de nos façons d’être, de penser de nous comporter », Gilles Pelisson, président du groupe TF1, exprime sa vision totalitaire de la « mixité » sur les écrans. Une mixité qui se doit d’être aussi bien sexuelle qu’ethnique.
    I-Média décrypte.
  • 4 : Les tweets de la semaine
    Elections autrichiennes, 64% des femmes auraient voté pour le candidat Van Der Bellen, alors que le candidat Hoffer aurait obtenu 56% des votes masculins. Pour Jean Yves le Gallou c’est un fait de société à observer.
    En 2003 Marianne titrait sur la « nouvelle inquisition », « Peut-on encore exprimer une opinion non conforme sans être cloué au pilori ». Une question malheureusement toujours d’actualité, particulièrement depuis la mise en place du délit d’entrave numérique à l’avortement. Pour Jean Yves Le Gallou cette nouvelle loi est un véritable délit d’opinion qui vise le politiquement incorrect.
  • 5 : Hollande : brassage de vent autour d’une non candidature
    « Francois Hollande est bien parti pour gagner 2017 » les journalistes « voyants » se sont encore une fois trompés, les médias ont été surpris par le renoncement de François Hollande. Décryptage d’un brassage de vent autour d’une non candidature

                        

15/08/2016

Quand la France épurait l'Alsace...

Les éditions Yoran publient cette semaine un essai historique de Bernard Wittmann intitulé Une épuration ethnique à la française - Alsace-Lorraine 1918-1922. Défenseur de l'identité alsacienne et historien, Bernard Wittmann est l'auteur d'une Histoire de l'Alsace, autrement (Rhyn un Mosel, 2000).

 

Bernard Wittmann - Epuration ethnique à la française.

" En Alsace-Moselle, la question de la nationalité a laissé des traces douloureuses . Dans les années 1918 à 1924, l'état français cédait alors aux sirènes de l'« antibochisme » et du racisme ! L'Alsace était livrée au nettoyage ethnique, aux cartes d'identité sélectives selon des critères héréditaires et à une politique de francisation despotique. Des Commissions de triage étaient chargées de châtier les « germanophiles » alsaciens.
Pour les Alsaciens, accéder à la « réintégration dans la nationalité française »fut souvent un parcours difficile. Ils durent effectuer des démarches et des recherches généalogiques humiliantes. Au moindre soupçon de « germanophilie », ils pouvaient être expulsés. Mais pour les Allemands « indésirables », nés ou résidant en Alsace- Moselle, qui s'étaient entièrement identifiés à l'Alsace, ce fut un véritable drame : l'expulsion manu militari vers l'Allemagne.
Leur crime : être nés de parents allemands ! Grisée par une victoire inespérée, obnubilée par la haine du « Boche » et désireuse d'imposer rapidement son autorité en Alsace-Moselle, la France reniait ses prétendues convictions républicaines du droit du sol, de la fraternité, de l'égalité et de la tolérance."