Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/06/2018

Le Hussard fonce dans le tas...

Les éditions Auda Isarn viennent de publier, dans leur collection policière Le Lys noir, un roman d'Alain Sanders intitulé Le Hussard fonce dans la tas. Journaliste, grand reporter et ancien professeur de lettres, Alain Sanders est notamment l'auteur de biographies du marquis de Morès et du général Robert E. Lee (Pardès, 2015) ainsi que de récits comme Centurions - Trente baroudeurs de l'Indochine française (Atelier Fol'Fer, 2015) et de Mercenaires - Soldats de fortune et d'infortune (Fol'Fer, 2017).

Sanders_Le Hussard fonce dans le tas.jpg

 

" On ne fait jamais appel en vain à Julien Ardant, alias le Hussard, libraire à ses heures dans le deuxième arrondissement de Paris et justicier plus souvent qu’à son tour. Mais quand, en plus, c’est une belle jeune femme rousse qui sollicite ses services, il n’hésite pas une seconde ! Avec son partenaire Léopold von Kluge, dit Léo, dit le Lansquenet, il s’embarque dans une aventure où il y a surtout des coups à prendre. Car les nuisibles qu’ils croisent sur sa route ne font pas dans la dentelle. Ils s’appellent Omar, Rachid, Ali et les autres… Des méchants très méchants qui surfent entre l’instrumentalisation de migrants, le trafic de drogue et la mise en place en Europe d’agents dormants de Daech. Ce qui fait beaucoup pour un seul homme, mais pas vraiment seul somme toute. De Paris à Barcelonnette en passant par Mantes-la-Jolie et les villages fantômes de la vallée de l’Ubaye, Julien Ardant fonce dans le tas ! Pour le Hussard, les principes sont les principes comme disait Kipling. Dussent les rues en ruisseler de sang… "

16:00 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : alain sanders, hussard |  Facebook | Pin it! |

07/12/2017

Qui était vraiment Abraham Lincoln ?...

Les éditions Fol'Fer viennent de publier un essai d'Alain Sanders intitulé La désinformation autour d'Abraham Lincoln. Journaliste et ancien professeur de lettres, Alain Sanders est notamment l'auteur de biographies du marquis de Morès et du général Robert E. Lee (Pardès, 2015) ainsi que de Centurions - Trente baroudeurs de l'Indochine française (Atelier Fol'Fer, 2015) et de Mercenaires - Soldats de fortune et d'infortune (Fol'Fer, 2017).

Sanders_La Désinformation autour d'Abraham Lincoln.jpg

" Le 22 septembre 1862, Lincoln, qui sent que sa guerre d'invasion lui échappe, émet la Proclamation d Émancipation. Un « coup de com » (comme on dirait de nos jours) de la part de celui qui, le 4 mars 1861, déclarait : « Je n'ai aucunement l'intention, ni directement ni indirectement, d'intervenir à propos de l'esclavage dans les États où il existe ».

Lincoln, « Grand Émancipateur » des esclaves ? Interrogé par un de ses ministres sur l'avenir des esclaves affranchis, il répondra en chantonnant un air alors à la mode : « Débrouille-toi, goinfre-toi ou meurs. » Sa proclamation de 1862 n'est rien d'autre qu'un tour de passe-passe politique, une « mesure militaire » comme il le reconnaîtra cyniquement.

« Qui que ce soit qui s'embarque dans une étude sur Lincoln doit d'abord mettre fin au mythe Lincoln. Les efforts qui sont faits pour briser la croûte qui entoure la légende Lincoln relèvent à la fois d'un travail formidable et intimidant. » (Robert W. Johannsen)

Alors ne nous laissons pas intimider ! "

20/01/2017

Soldats de fortune et d'infortune !...

Les éditions de l'Atelier Fol'Fer viennent de  publier dans leur collection Xenophon un nouvel ouvrage d'Alain Sanders intitulé Mercenaires - Soldats de fortune et d'infortune. Journaliste et ancien professeur de lettres, Alain Sanders est notamment l'auteur de biographies du marquis de Morès et du général Robert E. Lee (Pardès, 2015) ainsi que de Centurions - Trente baroudeurs de l'Indochine française (Atelier Fol'Fer, 2015). 

 

Mercenaires.jpg

" On dit que le métier de mercenaire est, après l espionnage et la prostitution, le plus vieux métier du monde. Avec un grand ancêtre : Xénophon et ses dix mille Grecs qui se mirent au service de Cyrus le Jeune, fils du roi des Perses, et en bisbille avec son frère Ataxerxès II. L'histoire a retenu les sur-noms de ces soldats de fortune et le plus souvent d infortune qui, tout au long des siècles ont guerroyé sous tous les cieux : Frondeurs, Routiers, Grandes Compagnies, Lansquenets, Condottieri, Affreux, etc. La définition courante du mot « mercenaire » est : « Un homme qui se bat pour de l'argent dans une cause qui ne le concerne pas. » C'est très réducteur. D abord parce que ces hommes se sont souvent battus pour des prunes. Mais (presque) toujours pour l'honneur. Et (presque) toujours pour leurs convictions. C est ce que raconte ce livre. Avec le souci fraternel de rendre hommage à ces « Oies sauvages » libres et indomptées ! "

12/07/2016

Camelots du roi !...

Les éditions de l'Atelier Fol'Fer viennent de rééditer un essai de Xavier Cheneseau intitulé Les Camelots du Roi - Les troupes de choc du royalisme 1908-1936 et préfacé par Alain Sanders. Journaliste et écrivain, Xavier Cheneseau est notamment l'auteur de Les fils de la louve : les mouvements d'extrême droite en Italie de 1946 à 1999 (L'Homme libre, 1999) et Les taupes rouges : les trotskistes de Lambert au cœur de la République (Manitoba, 2002).

 

 

Camelots du roi.jpg

" Au seul nom d'Action Française, deux images viennent le plus souvent à l'esprit : celle de Charles Maurras et celle des Camelots du Roi, ces gendarmes supplétifs qui mirent « la violence au service de la raison ». Fondés en 1908, les Camelots du Roi préexistaient, du moins dans l'esprit, depuis les années 1904-1905, dates de la fondation des Étudiants d'Action Française et de la Ligue du même nom. Leur histoire est celle d'un vaste mouvement national et populaire dont la mission était de défendre l'honneur de la France et de diffuser le quotidien L'Action française. L'histoire des Camelots s'écoule sur vingt-huit années. En 1936, le Front populaire prononce la dissolution des organisations d'Action Française. Mais l'esprit des Camelots subsiste. "

15/04/2016

En hommage à un éveilleur de peuple...

Les éditions de Synthèse nationale viennent de publier dans leur collection des Cahiers d'histoire du nationalisme, un volume consacré à Jean Mabire, à l'occasion du dixième anniversaire de sa mort survenue le 29 mars 2006. On y trouvera les contributions de Dominique Venner, Pierre Vial, Robert Steuckers, Francis Bergeron, Alain Sanders, Georges Feltin-Tracol, Philippe Randa, Eric Lefevre, L-Ch Gautier et Guirec Sèvres, ainsi que des textes de Jean Mabire lui-même...

 

Jean Mabire 2.jpg

" Il y a dix ans, le 29 mars 2006, décédait l'écrivain et historien normand Jean Mabire. Homme d'une immense culture et aux convictions affirmées, Jean Mabire fut sans doute l'un des écrivains les plus prolifiques du XXe siècle.

Dans les années 60 et 70, il était encore possible d'aborder certains sujets historiques qui sont aujourd'hui tabous ou sous la haute surveillance des censeurs de l'idéologie dominante. C'était le cas par exemple de la Seconde Guerre mondiale qui fut l'une des matières de prédilection de Jean Mabire.

Mais Jean Mabire était aussi un militant. Très jeune, il s'intéressa à la politique et, dès l'après guerre, il prit fait et cause pour la Normandie, région sacrifiée de ce que l'on appelle "la Libération", dans laquelle sa famille avait ses racines. Déjà, avant l'heure, Jean Mabire était un identitaire.

Son attachement à la Normandie le rapprocha évidemment de la cause européenne. En fait, il fut l'un des premiers à imaginer un nationalisme qui dépasserait le cadre strict de la nation française pour se rallier à la dimension civilisationnelle européenne. Ce n'est pas par hasard que Mabire collabora à Défense de l'Occident, la revue de Maurice Bardèche. Plus tard, il sera le rédacteur en chef d'Europe Action, la revue de Dominique Venner, qui marqua une véritable rupture au sein du mouvement nationaliste et qui donna plus ou moins naissance, au lendemain de mai 1968, à ce que l'on appelle aujourd'hui "la nouvelle droite".

Voilà au moins une des raisons pour lesquelles nous ne pouvions pas laisser passer ce dixième anniversaire sans consacrer un Cahier d'Histoire du nationalisme à cet infatigable éveilleur de peuples qu'était Jean Mabire. "

06/11/2015

Centurions...

Les éditions de l'Atelier Fol'Fer viennent de  publier dans leur collection Xenophon un ouvrage d'Alain Sanders intitulé Centurions - Trente baroudeurs de l'Indochine française. Journaliste et ancien professeur de lettres, Alain Sanders a notamment publié une biographie du marquis de Morès et une du général Robert E. Lee (Pardès, 2015). 

 

Centurions.jpg

" Les trente baroudeurs racontés dans ce livre – trente parce qu’il faut bien faire un choix – ont tous choisi leur camp : celui du courage, de l’insécurité, de la fidélité, des copains. C’est l’Indochine de ceux qui ne vivaient pas la guerre depuis le Paramount à Hanoï ou le Continental à Saïgon. Mais dans la boue, le sang et les rizières.

Certains sont très connus et donc incon-tournables. D’autres le sont moins. Comme Christian Simenon, le frère de Georges Simenon, tombé au combat. Ou Pierre Paulot, sergent-chef au 8e bataillon de choc, tué à Diên Biên Phu. Il y avait des Corses, des Bretons, des Lorrains, des gens des Landes, des Pyrénées, de Provence, des Espagnols, des fils de la rizière (comme le colonel Leroy), des pieds-noirs, des natifs d’Indochine (comme Romain-Desfossés), etc. Tous fils de France.

On ne leur demandait pas de faire la guerre – ou seulement de ne faire rien que la guerre –, mais aussi de construire. Ils s’y donnèrent corps et âme. Sans jamais être vraiment soutenus par la métropole. Ils se sont battus. Et bien battus. Alors leur histoire. Pour témoigner qu’ils ne sont pas tombés « pour des prunes ». "