Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/08/2018

Les « 3 D » de la gauche : déni, délit, délire !...

Nous reproduisons ci-dessous un entretien donné par François Bousquet, le rédacteur en chef d'Éléments, à Boulevard Voltaire à l'occasion de la sortie du numéro d'été de la revue. Journaliste et essayiste, François Bousquet a notamment publié Putain de saint Foucauld - Archéologie d'un fétiche (Pierre-Guillaume de Roux, 2015) et La droite buissonnière (Rocher, 2017).

 

Bousquet_Eléments.jpg

François Bousquet : "Les « 3 D » de la gauche : déni, délit, délire !"

Le numéro d’été d’Éléments est en kiosques. Alain de Benoist y signe un papier accablant sur la manière dont la gauche est devenue racialiste. C’est le monde à l’envers, non ?

En un peu plus d’une trentaine d’années, la gauche est passée du déni du réel (les races n’existent pas) au délit du réel (la pénalisation du racisme), avant de succomber au délire du réel (les races sont partout). Les « 3 D » de la gauche : déni, délit, délire ! Ils symbolisent à eux seuls les contradictions du gauchisme culturel. C’est ce qu’on appelle, en psychologie comportementale, une injonction contradictoire, qui résume assez bien la schizophrénie des progressistes. Ils proclament, comme dans La Ferme des animaux (1945) de George Orwell, que tous les animaux sont égaux, certes, mais certains – en l’occurrence, les minorités visibles – sont plus égaux que d’autres. La vérité, c’est que la gauche est prise au piège de son antiracisme. Elle prêche l’universalisme tout en défendant des pratiques de non-mixité de populations qui promeuvent un ethnodifférentialisme victimaire. Elle qui, hier, voulait abolir les races en est réduite, aujourd’hui, à les exacerber. La non-mixité consacre le grand retour de la ségrégation, mais non plus subie, tant elle est consentie et revendiquée. Cela conduit la gauche à ethniciser les rapports sociaux. Il est loin, le temps de SOS Racisme et de « Touche pas à mon pote ». Il n’y a plus de potes, ici. Les mâles blancs, porteurs d’un privilège inconscient qui leur confère une supériorité indue, doivent en rabattre. Ils ont, d’ailleurs, disparu de l’agenda. C’est le pari de Mélenchon : s’adresser au peuple de substitution – à partir des clivages de genre et d’origine ethnique – au détriment du peuple historique, le peuple français, et singulièrement la France périphérique, les « non-racisés », dans le nouveau jargon diversitaire.

Bienvenue chez les fous !

Vous l’avez dit ! C’est la logorrhée des médecins de Molière et des femmes savantes, du docteur Diafoirus et de Trissotin (le trois fois sot), appliquée au multiculturalisme et aux études de genre. Ces dernières années, le glossaire du racial s’est considérablement étoffé. On peut même dire, en effet, qu’il est devenu fou, s’autoreproduisant et s’autoradicalisant sans cesse suivant une logique insensée. Les termes dérivés du mot « race » se multiplient au rythme des colonies bactériennes. Le dernier-né, c’est la notion de « racisation », processus par lequel les « non-racisés » (les Blancs) renvoient les « racisés » (les non-Blancs) à leur assignation raciale. Si, en plus, ces derniers sont multi-discriminés, on parle d’intersectionnalité. Cela fait d’eux des victimes hyperboliques, au carré, au cube : par exemple, en tant que femme, en tant que Noire, en tant que « non-binaire » (sans genre). À ce stade, vous êtes mûr pour intégrer des camps d’été « décoloniaux » ou vous réfugier dans des « safe spaces », des « espaces sécurisés » qui permettent aux malheureux souffrant d’« oppression hétéronormative » de se retrouver dans un entre-soi protecteur. En somme, l’apartheid chez les fous !

Il y a en a un que vous n’épargnez pas et qui résume assez bien cette folie qui s’est emparée du gauchisme, c’est Édouard Louis. Une « imposture », dites-vous…

Eddy Bellegueule, de son nom de naissance. À 25 ans, il est déjà l’auteur de trois best-sellers et une vedette sur les campus américains. Mais derrière l’icône rose bonbon du gauchisme chic se cache un mystificateur qui joue habilement de ses multiples identités pour imposer une marque au minimalisme sophistiqué, alors qu’elle n’est qu’une vulgaire contrefaçon misérabiliste. Tout est faux, chez ce « garçon » – mais peut-on encore l’appeler de ce nom ! Faux écrivain, faux élève normalien. Il a tout refait : le visage, l’état civil, le passé, pour se composer une transidentité qui fait de lui un mutant anorexique surmonté d’une tête d’angelot diaphane. Assurément un des plus beaux spécimens de la destruction créatrice chère aux théoriciens du capitalisme. Telle est, du reste, la promesse ultime de ce monde-là : la propriété de soi, le libre usage du corps. La caractéristique première d’Édouard Louis, c’est qu’il passe son temps à fayotter. « La droite est tellement violente », pleurniche-t-il. Oh, le pauvre petit chéri ! Encore une victime ! Je souffre, donc je suis. Je pleure, donc j’existe. Dès la première page de ses livres s’abat sur le lecteur une averse de larmes. La narration se fait vagissante. C’est la rencontre du ressassement durassien et de la sociologie bourdieusienne. Un nouveau genre littéraire en est sorti : le misérabilisme LGBT.

Ce numéro, c’est aussi l’occasion de fêter un anniversaire, celui de la Nouvelle Droite qui vient de souffler ses 50 bougies…

1968. L’époque était à la Nouvelle Vague, à la nouvelle cuisine, bientôt à l’impayable nouvelle philosophie. Toutes ont disparu, peu ou prou. Pas la Nouvelle Droite, qui ne répondait pas à un effet de mode. Projet d’emblée inscrit dans la durée. Cinquante ans, déjà, d’une longue aventure intellectuelle, commencée sur les ruines de la FEN (Fédération des étudiants nationalistes) et d’Europe-Action. Alors, de droite, la Nouvelle Droite ? Certes non, ou pas seulement ! Elle qui a toujours voulu en finir avec les hémiplégies partisanes. C’est cependant toujours l’ennemi, à tout le moins l’adversaire, qui vous désigne – des impressionnistes aux Hussards. La Nouvelle Droite n’y échappe pas. Elle a pu se tromper, mais sur l’essentiel elle a vu juste. Le droit des peuples contre les droits de l’homme, le refus de l’universalisme abstrait, la critique de la société marchande et de l’homogénéisation du monde, la défense du multiple, le retour du localisme. Bref, la seule diversité qui compte : celle des identités. Voici, esquissé à grands traits, le portrait des démocraties illibérales qui montent un peu partout en Europe, de la Hongrie à l’Italie.

François Bousquet (Boulevard Voltaire, 22 juillet 2018)

 

24/07/2018

Comment la gauche devient racialiste...

Le nouveau numéro de la revue Éléments (n°173, août-septembre 2018) est disponible en kiosque !

A côté du dossier consacré aux 50 ans de la Nouvelle droite, on retrouvera l'éditorial d'Alain de Benoist, les rubriques «Cartouches», «Le combat des idées» et «Panorama» , un choix d'articles variés, de nombreux entretiens, les chroniques de Xavier Eman, d'Hervé Juvin, d'Olivier François, de Ludovic Maubreuil, d'Armand Grabois, de Laurent Schang et d'Yves Christen et l'anti-manuel de philosophie de Jean-François Gautier...

Bonne lecture !

Vous pouvez commander ce numéro ou vous abonner sur le site de la revue : http://www.revue-elements.com.

 

Elément 173.jpg

Éditorial           

Ordre moral, par Alain de Benoist

Agenda, actualités

L’entretien

Alain de benoist et Laurent Fourquet : L'huamnisme est-il un nihilisme ?, propos recueillis par Marie David

Cartouches

Le regard d’Olivier François : Jean Cau, l'indompté

Une fin du monde sans importance, par Xavier Eman

Le carnet géopolitique d’Hervé Juvin : Eyes wide shut

Terry Gilliam, le cinéaste qui tua Don Quichotte, par Ludovic Maubreuil

Champs de bataille : Prague, 1620, par Laurent Schang

Les caresses de Gil Evans, par Armand Grabois

Bestiaires : l'abeille entre l'être et le néant, par Yves Christen

Sciences

Le combat des idées

Les indignations rose bonbon du gauchisme chic, par François Bousquet

Races, racismes et racialisation, la gauche en folie, par Alain de Benoist

Michel Geoffroy : « La super classe, c'est le trotskisme plus Google »

Ayn Rand, l'autre Dame de fer, par David L’Épée

Splendeurs et misères de l'érotisme français, par David L’Épée

Les derniers jours du Beverley, par Chritophe A. Maxime

Roland Jaccard : « Décervelez la population et vous tuez l'érotisme »

Michel Charlier-Haldorf : un peintre hors des sentiers battus

La « décence ordinaire » des Kinks, par Fabien Niezgoda

Le match Abel Michéa - Antoine Blondin, par Pascal Esseyric

Politique de la ville, une usine à gaz française, par Xavier Raufer

Le syndrome de la ville obèse, par Julien Damon et Pierre Le Vigan

E. T. A. Hoffman, le fantastiqueur, par Olivier François

Dossier

Les cinquante ans de la Nouvelle Droite

Réflexions d'un historien sur un annversaire, par Olivier Dard

« Vous êtes excessivement franco-français », par Guiseppe Giacco

« La France est un pôle d'idées qui nous arme », par Benedikt Kaiser

Une nouvelle génération intellectuelle, par Pascal Esseyric

Une jeune génération reprend le flambeau, par Rodrigo Agulló

Le front de la bataille intellectuelle s'est étendu, par Alberto Buela

Les témoignages de Luc Pauwels, Jure Vujic et Danie Goosen

Panorama

L’œil de Slobodan Despot

Série télé : Maigret avec Jean Richard, par Michel Marmin

Un païen dans l’Église :La collégiale Saint-Pierre de Chauvigny, par Bernard Rio

Philo : Peut-on être insensible à l'art ?, par Jean-François Gautier

L’esprit des lieux : Alep, par Alain de Benoist

C’était dans Éléments : Ave, Maradona !, par Gennaro Malgieri

Éphémérides

 

02/07/2018

Un conflit d'ordre religieux et métaphysique...

Nous reproduisons ci-dessous entretien avec Alain de Benoist, cueilli sur Boulevard Voltaire, dans lequel il évoque le conflit israélo-palestinien... Philosophe et essayiste, Alain de Benoist a récemment publié Le moment populiste (Pierre-Guillaume de Roux, 2017), Ce que penser veut dire (Rocher, 2017) et L'écriture runique et les origines de l'écriture (Yoran, 2017).

Alain de Benoist 2.jpg

 

Alain de Benoist : « Pourquoi le conflit israélo-palestinien est d’ordre religieux et métaphysique… »

Israël fête, cette année, son soixante-dixième anniversaire. Certains, à droite, y voient une extension de l’Occident en Orient. D’autres, à gauche, un État colonial. Les Israéliens paraissent eux-mêmes divisés sur la question, tiraillés qu’ils sont entre socialisme d’origine et fièvre mystico-religieuse. Que reste-t-il, aujourd’hui, des idéaux sionistes ?

L’idéal sioniste se solde à la fois par un succès et un échec. Le succès porte un nom : c’est l’État d’Israël, dont la naissance en 1948, dans les conditions que l’on sait, montre bien qu’une idée qui n’a longtemps été qu’une abstraction (ou un rêve) peut parfois se réaliser dans les faits. C’est d’autant plus remarquable qu’à l’époque où Theodor Herzl écrivait son État des Juifs (1896), le sionisme était loin de faire l’unanimité dans les milieux juifs religieux. Ce succès comporte, d’ailleurs, un autre volet : l’extraordinaire renaissance de l’hébreu parlé, grâce notamment aux efforts d’Eliézer Ben-Yehoudah.

L’échec tient au fait que l’idéologie sioniste s’était fondée, au départ, sur la conviction que seule la création d’un État juif permettrait au peuple juif de disposer d’un lieu sûr après des siècles de tribulations et de persécutions, alors que l’on constate aujourd’hui qu’Israël est peut-être le pays où les Juifs sont le moins en sécurité ! À cela s’ajoute que le vieux principe « une terre sans peuple pour un peuple sans terre » était d’un parfait irénisme : la Palestine n’a évidemment jamais été une « terre sans peuple ».

Le conflit israélo-palestinien dure depuis le début de l’État d’Israël. Comment pensez-vous qu’il pourrait prendre fin ?

Israël ne veut pas d’un État binational, car il sait bien qu’à court terme, pour de simples raisons démographiques, cet État cesserait d’être un État juif. Mais il ne veut pas, non plus, d’une solution à deux États, estimant qu’un État palestinien constituerait pour lui une menace. Toutes les options paraissent donc bouchées.

Je crois que c’est au politologue Quentin Skinner que l’on avait demandé un jour qui avait raison, selon lui, les Israéliens ou les Palestiniens. Il avait répondu que les uns comme les autres avaient raison, et que c’est pour cela que ce conflit ne prendrait jamais fin. C’est aussi mon avis, mais pour une raison différente : plus qu’un conflit politique, stratégique, territorial ou démographique, le conflit israélo-palestinien est d’abord un conflit religieux et métaphysique. Les conflits métaphysiques ne sont pas négociables. Ils ne peuvent faire l’objet d’un compromis, parce que le Bien ne peut pas faire de compromis avec le Mal. Quand les deux parties se regardent mutuellement, non pas seulement comme des ennemis, mais comme des incarnations du Mal, la guerre devient inexpiable. Elle ne prend fin qu’avec la disparition de l’un des belligérants.

Les dernières manifestations palestiniennes dans la bande de Gaza se sont soldées par plus d’une centaine de morts et un millier de blessés. Israël affirme que le Hamas pousse lui-même en avant les manifestants, en particulier les enfants, pour qu’il y ait parmi eux le plus de victimes possible afin de s’attirer la sympathie de l’opinion internationale. Qu’en pensez-vous ?

Dans ce cas, il y aurait une excellente façon de déjouer ce cynique calcul : ce serait de ne tirer sur personne ! Au demeurant, le raisonnement selon lequel l’armée israélienne sert la cause palestinienne quand elle tue des Palestiniens ne me paraît pas conduire bien loin… Pour ma part, je m’en tiens aux définitions courantes. Quand une armée régulière tire à balles réelles sur des manifestants seulement équipés de pierres, de bâtons, de cocktails Molotov et de cerfs-volants, cela s’appelle un massacre.

Quant à la décision de Donald Trump de transférer l’ambassade de son pays de Tel Aviv à Jérusalem, dont la portée symbolique est évidente, rappelons qu’elle a été prise en violation de la résolution adoptée le 29 novembre 1947 par l’Assemblée plénière de l’ONU qui plaçait Jérusalem sous un régime spécial international (raison pour laquelle les ambassades étrangères se sont installées à Tel Aviv).

En France, dans certains milieux conservateurs, il est souvent dit que ce qui se passe là-bas « ne nous regarde pas ». Beaucoup de gens de droite se disent aussi solidaires des Israéliens au seul motif que ceux-ci font face à des Arabes. Politique à courte vue ?

Quand on montre la Lune, il y a toujours des idiots qui regardent le doigt ! Il y a aussi des gens qui préfèrent regarder « On n’est pas couché » plutôt que de s’intéresser à ce qui se passe à l’étranger. Je crois vain d’essayer de leur faire comprendre que ce qui se passe en Palestine n’est qu’une pièce sur l’échiquier proche-oriental, et que ce qui se passe sur cet échiquier nous concerne directement, ne serait-ce que parce que cela conditionne le maintien de la paix ou le déclenchement de la guerre dans le monde. À l’époque de la mondialisation, les conséquences des grands événements ne s’arrêtent pas plus aux frontières que les perturbations climatiques ou les nuages de Tchernobyl. Quant à ceux qui adorent voir tirer du Palestinien en Israël parce qu’ils aimeraient bien voir quelque chose de semblable se dérouler dans les banlieues, on ne peut que leur conseiller d’aller vivre quelque temps dans les territoires occupés. Ils constateront que les deux situations n’ont rien de comparable, que les « occupants » ne sont pas les mêmes et qu’il n’est pas très logique de déplorer « le Grand Remplacement » en France tout en soutenant, dans les territoires, le Grand Remplacement des Palestiniens (qui sont chez eux aussi) par des colons israéliens.

Alain de Benoist, propos recueillis par Nicolas Gauthier (Boulevard Voltaire, 16 juin 2018)

25/06/2018

Emmanuel Macron, le contre-populiste...

Nous reproduisons ci-dessous entretien avec Alain de Benoist, cueilli sur Boulevard Voltaire, dans lequel il évoque la politique d'Emmanuel Macron... Philosophe et essayiste, Alain de Benoist a récemment publié Le moment populiste (Pierre-Guillaume de Roux, 2017), Ce que penser veut dire (Rocher, 2017) et L'écriture runique et les origines de l'écriture (Yoran, 2017).

Alain de Benoist 2.jpg

 

 

Alain de Benoist : « Contrairement aux apparences, Emmanuel Macron est un contre-populiste ! »

Voilà un an qu’Emmanuel Macron, le Président que personne n’avait vu venir, est à l’Élysée. Que sait-on, maintenant, sur lui ? Peut-on dresser un premier bilan de son action ?

Macron a eu beaucoup de chance. Mais il faut reconnaître qu’il a su forcer la chance. Il a parfaitement mesuré l’envie de « dégagisme », de renouvellement, mais aussi de « verticalité », qui montait dans l’opinion depuis des années. Instruit par l’expérience de ses prédécesseurs, dont il ne veut pas répéter les fautes, il a parfaitement compris que les vieux partis institutionnels ont fait leur temps et que le clivage droite-gauche ne veut plus dire grand-chose dès lors qu’il ne renvoie plus qu’à une « alternance unique ». C’est ce qui lui a permis de réussir là où Giscard et Rocard avaient échoué : regrouper au « centre » les libéraux de gauche et de droite acquis à la mondialisation.

Sur le plan de la personnalité, Macron est un libéral autoritaire, absolument pas un moraliste « humaniste » (il est aussi dénué de scrupules que Sarkozy, et s’il a fait appel à Jean-Michel Blanquer, c’est avant tout pour adapter l’école aux exigences de l’entreprise). « Agnostique » sur les problèmes de société, c’est un homme qui n’a pas d’amis mais seulement des conseillers techniques, qui a réussi à faire de ses ministres des employés et de sa majorité parlementaire une armée de zombies, simple reflet de son électorat. Le « macronisme », c’est Macron et rien d’autre.

Sa façon de gouverner est typique du style managérial : apparaître sympathique, ouvert et détendu, aller « au contact », favoriser par principe le « dialogue » et la « délibération », mais sans jamais dévier d’un pouce de ce qu’il a décidé par avance. En d’autres termes, parler avec tout le monde mais n’écouter personne. Main de fer et sourire commercial. C’est ainsi qu’il est arrivé à faire passer sa loi de « moralisation de la vie politique », puis la réforme du Code du travail, puis celle de la SNCF, en attendant celles de l’audiovisuel public, des retraites et de la fiscalité.

À sa manière, n’est-il pas, lui aussi, un populiste ?

Je le définirais plutôt comme un contre-populiste. Il a opéré pour la classe dominante le regroupement que les populistes tentent de réaliser à la base. Dans son vocabulaire, le clivage principal est désormais celui qui oppose les « progressistes » aux « conservateurs ». Les premiers sont tout simplement les libéraux, les seconds ceux qui restent attachés à des valeurs ou des principes que l’individualisme moderne n’a pas encore liquidés.

L’objectif qu’il s’est fixé est simple : réformer la France pour l’adapter aux exigences de la modernité libérale. Et pour ce faire, parier sur les ambitions et les initiatives individuelles des « premiers de cordée » plutôt que sur les énergies et les passions collectives. Cette volonté d’être en phase avec l’idéologie dominante est le cœur même de sa doctrine. « L’article un du macronisme, c’est l’européisme », constatait récemment Marcel Gauchet. L’idée sous-jacente est celle énoncée jadis par Margaret Thatcher : « Il n’y a pas d’alternative. »

Comme l’a écrit Paul Thibaud, « Macron considère la France de l’extérieur, à partir de l’universalisme direct où il s’est établi. » Il reconnaît, certes, à l’appartenance nationale une valeur sentimentale, mais la réduit à sa capacité d’adaptation au milieu ambiant. La France n’est pas, pour lui, le support d’une identité commune, mais une quasi-entreprise (une « start-up ») qui doit avant tout se tourner vers l’avenir et à laquelle il faut donner toutes ses chances de réussir, fût-ce au détriment des perdants, étant entendu que sa capacité à réussir implique son alignement sur les critères de Maastricht, ce qui ne peut qu’aboutir à toujours plus de précarité, de dévaluation salariale, de difficulté à vivre pour cette partie grandissante de la population qui n’appartient pas aux secteurs compétitifs insérés dans la mondialisation. D’où sa réputation justifiée de « Président des riches » – mais sans doute faudrait-il plutôt dire de « Président des gagnants ». Les nouvelles fractures politico-sociales ne peuvent donc que s’aggraver.

Quelles sont les chances de l’opposition ?

Déjà assuré d’une majorité aux ordres, Macron n’a de surcroît aucune opposition crédible face à lui, ce qui est à peu près inédit dans notre histoire. Il gouverne de manière d’autant plus autoritaire qu’il manœuvre dans un champ de ruines. À gauche, le Parti socialiste ne parvient toujours pas à se relever, tandis que La France insoumise se divise de plus en plus entre les lignes d’Alexis Corbière et de Clémentine Autain ; c’est-à-dire entre partisans d’une forme de populisme inspirée de Podemos, qui veulent « fédérer le peuple », et ceux qui veulent surtout ne pas se couper des « forces de gauche ». Mélenchon fait partie des premiers, mais il ne peut aller jusqu’au bout de sa démarche, car cela l’obligerait à un changement de cap radical à propos de l’immigration.

À droite, la concurrence des appareils de partis ruine toute tentative d’union. Certes, la porosité est plus grande à la base, mais cela reste limité au plan local. À l’échelon national, il manque une figure charismatique nouvelle, susceptible de rallier aussi bien les classes moyennes que les classes populaires, rôle que ne peuvent tenir, pour des raisons différentes, ni Marine Le Pen ni Nicolas Dupont-Aignan ni Laurent Wauquiez. Sans une telle figure, tous les efforts de la « droite hors les murs » resteront vains. Il manque aussi, et peut-être surtout, l’aggiornamento doctrinal qui permettrait à cette droite de congédier une fois pour toutes la tentation libérale qui, de pair avec l’opportunisme, pousse tant de Républicains à rejoindre les rangs macroniens au motif qu’après tout, Macron réalise ce qu’ils voulaient faire eux-mêmes depuis longtemps.

Certains espèrent que, lorsque le macronisme aura commencé à décliner, le vieux paysage politique bipolaire va renaître de ses cendres après lui. Je ne le crois pas un instant. L’élection de Macron a engagé un processus de recomposition générale sur lequel on n’est pas près de revenir. C’est en cela que réside son caractère historique.

Alain de Benoist, propos recueillis par Nicolas Gauthier (Boulevard Gauthier, 15 juin 2018)

23/06/2018

Nouvelle économie ?...

Le numéro 48 de la revue Krisis, dirigée par Alain de Benoist, avec pour rédacteur en chef Thibaut Isabel, vient de paraître. Cette nouvelle livraison est consacrée à la nouvelle économie du monde numérisé et robotisé qui vient...

Vous pouvez commander ce nouveau numéro sur le site de la revue Krisis ou sur le site de la revue Eléments.

Bonne lecture !

 

Krisis 48.jpg

" D’après un rapport mené par un cabinet de stratégie allemand, 42% des emplois français actuels seront très probablement automatisés à moyen ou long terme. Chacun doit mesurer l’ampleur d’une telle prévision: les répercussions immédiates d’un choc d’automatisation aussi considérable risquent d’être ressenties non seulement dans l’économie, mais dans la société tout entière. Le monde ne sera plus le même dans cinquante ans, en bien comme en mal. Les discours qui nous paraissent aujourd’hui alarmistes deviendront peut-être demain dramatiquement réalistes; et les utopies naïves prendront des allures d’urgence et de nécessité. Comment les systèmes d’aide sociale auxquels la France est habituée se maintiendront-ils dans une société où le chômage de masse prendra de telles proportions? A contrario, imagine-t-on qu’un régime économique aussi inégalitaire puisse tenir sur la durée? Lorsque des robots et des algorithmes assumeront la majeure partie du labeur autrefois pris en charge par des travailleurs humains, le travail perdra lui-même le caractère de fatalité qu’il avait revêtu jusqu’à lors. Un monde sans travail, ou qui impliquerait tout du moins une part de travail réduite, semble donc désormais possible. Cela pose une multitude de questions. Qui continuera de travailler? Comment subviendra-t-on aux besoins de tous les autres? Une société peut-elle survivre si le chômage touche l’essentiel de sa population, alors que la quantité de richesses produites n’a jamais été aussi grande? "


Sommaire :

Éditorial

Entretien avec Bernard Stiegler / Un monde en pleine mutation.

Sylvain Fuchs / Les mirages de la finance: une utopie contemporaine.

David D. Clark / Un autre Internet est-il possible?

Cornelius Castoriadis / Document: L’individualisme néolibéral  et la montée de l’insignifiance (1996).

Débat entre Denis Collin et Pierre-Yves Gomez / L’économie  du XXIe siècle à la lumière de Karl Marx.

Thomas Guénolé / Peut-on sortir de la mondialisation?

Thomas Hennetier / Aux sources de l’économie globale: la conquête européenne du «nouveau monde».

Jérôme Maucourant / Karl Polanyi contre la société de marché.

Olivier Rey / Ivan Illich et le désastre croissantiste.

Arnaud Diemer / Repenser le travail.

Frédéric Dufoing / Vers une économie écologiste.

Marc de Basquiat / Le revenu d’existence.

Karl Polanyi / Le texte: Le marché autorégulateur et les marchandises fictives (1944).

Maurras sous l’œil des experts...

Dans ce nouveau numéro de l'émission de TV Libertés, « Les idées à l’endroit », Alain de Benoist reçoit  Olivier Dard, Frédéric Rouvillois, Gérard Leclerc et Aristide Leucate pour évoquer la pensée et l’œuvre de Charles Maurras, écrivain, poète, journaliste et théoricien politique, principal animateur de l'Action française.